Navigation – Plan du site

« Le livre se vend et se débite, se réimprime, et moi je suis toujours prisonnière »

Criminalisation du livre et criminalisation de l’auteur•e : le cas de Madame Guyon à la fin du XVIIe siècle
"The book is sold, spread and reprinted, and I'm still a prisoner." Criminalization of the book and criminalization of the author: the case of Madame Guyon at the end of the 17th century
"El libro se vende, se difunde, se imprime, y sigo siendo prisionera." Criminalización del libro y criminalización del autor: el caso de Madame Guyon a finales del siglo XVII
Louise Piguet

Résumés

En 1685, le Moyen court et facile de faire oraison de Madame Guyon paraît anonymement à Grenoble. Alors qu’on aurait tendance aujourd’hui à voir dans cet anonymat une forme de clandestinité, un acte prudentiel né de la conscience de produire un énoncé risqué, nous voudrions reprendre les réflexions de Xenia von Tippelskirch sur l’usage de l’anonymat au XVIIe siècle, montrant comment celui-ci répond à d’autres logiques qu’au seul geste de “censure structurale” (P. Bourdieu), et de poursuivre ces réflexions sur le terrain de l’institution censoriale. En pensant la question de la constitution de la responsabilité pénale de l’auteur•trice (M. Foucault) à travers le cas du Moyen court, on constate que Guyon n’est pas simplement une autrice face à la censure : non-seulement parce que se constitue autour d’elle une véritable équipe de publication (imprimeur-libraire, curés, théologiens, amis préfaciers…), mais aussi parce que, parmi ces affidés, se trouvent des membres de l’institution censoriale qui l’autorisent doublement (par l’éloge d’escorte et par l’acte administratif d’autorisation d’impression). Ainsi, la répression dont elle fera bientôt l’objet pose de nombreuses question : qui porte la reponsablité juridique de la publication d’énoncés, l’autrice, ou ceux qui ont approuvé son livre ? Qui punir : l’autrice ou le livre? On verra aussi dans cet article qui punit : le feuilleté juridictionnel qui intervient dans cette affaire fait apparaître la justice administrative (la lettre de cachet), la justice ecclésiastique locale (l’officialité), la justice romaine (l’index), la police (le célèbre premier lieutenant général de la police de Paris, La Reynie). Porter le regard sur un cas précis permet de dé-monolithiser les notions de “loi”, de “censure”, d’“Eglise”, d’“auteur•trice”, et de voir comment le dehors et le dedans se conçoivent selon des lignes mouvantes et affrontées.

Haut de page

Texte intégral

1Quand on ouvre des exemplaires d’époque du livre le plus « célèbre » de Madame Guyon, le Moyen court et tres-facile pour l’oraison que tous peuvent pratiquer tres-aisement, & arriver par-là en peu à une haute perfection, on découvre des objets stigmatisés par des inscriptions manuscrites qui avertissent lecteurs•trices de la dangerosité de leur :

    • 1 BNF, RES 8-NFA-22.

    sur la page de titre de l’édition princeps de 16851 : « Censur[é] » ;

    • 2 BNF, D-37256.

    sur la page de titre d’une édition de 16862 : « Quietismus » et le nom de Madame Guyon (figure 1) ;

    • 3 D-37257.

    sur la page de titre d’une autre édition qui appartenait aux Récollets de Paris3 : « Liber Prohibitus ».

  • 4 Sur la réévaluation de la pratique de l’anonymat chez Madame Guyon, voir l’article très important d (...)

2Face à ces objets, on est tenté d’en déduire que puisqu’il s’agit de livres censurés, « hors-la-loi » pour reprendre le titre de ce séminaire, c’est-à-dire porteurs d’énoncés risqués, voire condamnables, cela explique que la personne qui les a écrits et publiés l’a fait anonymement. Après tout, Madame Guyon appartient au « quiétisme », condamné par l’Église en cette fin de siècle. Mais lire ainsi la chose, c’est d’abord perdre de vue que la censure n’est pas une instance qui s’appuie sur des normes entièrement objectivées et stables dont les auteurs•trices auraient pleine connaissance et maîtrise, et qu’elle n’est pas simplement un organe d’interdiction comme on l’entend aujourd’hui, mais un organe d’autorisation avant tout. Mais c’est aussi regarder la pratique de l’anonymat sans prendre en compte la multiplicité de ses usages, qui ne peuvent être réduits à une simple mesure de précaution : précaution prise lorsqu’on formule des énoncés risqués et précaution prise par une femme qui n’aurait pas le droit, au XVIIe siècle, d’être autrice4.

  • 5 Je reprends ces notions telles qu’elles ont été travaillées par Jean-Pierre Cavaillé, notamment dan (...)

3Voilà ce que je vais essayer de relativiser et de préciser aujourd’hui à travers le cas du Moyen court. Avec ce cas, je voudrais montrer plusieurs choses, somme tout évidentes, mais que l’on perd de vue lorsque l’on a affaire à des objets que l’on regarde une fois pris dans la nasse judiciaire et policière : que ce qui est censuré, interdit a pu être autrefois autorisé et que, notre tendance à hypostasier des instances telles que « l’Église » et « la censure », c’est-à-dire à regarder les institutions comme des acteurs monolithiques alors qu’elles sont toujours le lieu de luttes idéologiques et politiques internes de plus ou moins grande ampleur, nous empêche de voir comment les dissensions et les rapports de force au cœur même de ces institutions travaillent, produisent ce qui est orthodoxe et hérétique, légal et illégal. En effet, s’il existe des lois, la légalité, elle, est produite par les acteurs qui font des interprétations de cette loi. Or ces interprétations s’appuient sur autre chose que du juridique, entre autres choses sur ce qui en certains temps et en certains lieux est socialement considéré comme acceptable ou inacceptable5. Le Moyen court de Guyon me semble être un livre très « pratique » pour sonder la labilité des frontières entre acceptable et inacceptable, légal et non-légal.

Figure  : Le Moyen court et tres-facile pour l'oraison que tous
peuvent pratiquer tres-aisement, & arriver par-là en peu à une haute
perfection, 2e éd., 1686, Antoine Briasson. BNF, D-37256.

Autoriser le Moyen court

  • 6 Sur la censure à l’époque moderne, voir les travaux de Jacques Le Brun, « Censure préventive et lit (...)

4Il faut distinguer deux temps de la censure : un premier temps où le livre est soumis à une censure préventive6, et un deuxième, non-nécessaire, ou il peut être censuré a posteriori. La censure est donc d’abord un geste d’autorisation. En effet, en cette fin de XVIIe siècle, l’organisation législative et administrative régissant la publication des livres associe encore dans un même acte juridique censure et octroi d’un privilège. Par le système de privilège, établi en 1566 par l’ordonnance de Moulins, le pouvoir royal se donne un certain pouvoir de contrôle sur la production imprimée : cela veut dire que quand on est libraire ou imprimeur ou l’un et l’autre, on peut solliciter auprès du chancelier – le ministre de la justice en quelque sorte – une permission d’imprimer et un monopole d’exploitation sur le livre. Et pour obtenir ce « privilège », il faut soumettre le livre à la censure qui doit donner son « approbation ». Après de longs bras de fer entre le pouvoir royal et la Faculté, il est décrété en 1626 que le chancelier choisira ses quatre censeurs d’office parmi les théologiens de la Faculté, relayés par des théologiens commissionnés. La mission de la censure est donc essentiellement le respect du dogme et de la morale religieuse. Nous regarderons d’abord le privilège puis l’approbation.

Le privilège

5Même si c’est très rare à l’époque où les livres de Guyon sont publiés, c’est-à-dire à une époque où ce type de prérogative est presque complètement accaparée par le pouvoir royal, les parlements de province continuent d’octroyer des privilèges. La première édition du Moyen court fait partie de ces raretés :

Nosseigneurs de Parlement.

Suplie humblement Sr.Iaques Petit Me Imprimeur de cette Ville.

Remontre qu’il luy est tombé entre les mains un manuscrit intitulé, Moyen court & tres-facile pour l’Oraison, lequel desire de l’imprimer, ce qui l’oblige de recourir.

  • 7 Le privilège et l’approbation figurent à la fin du Moyen court, mais pas à la fin du livre car le t (...)

A ce qu’il soit, NOSSEIGNEURS, vôtre bon plaisir permettre audit Supliant d’imprimer, vendre & debiter led. Livre en tel volume, marge & caractere, & autant que bon luy semblera, pendant le temps & espace de dix ans à compter du jour qu’il sera achevé d’imprimer la premiere fois, avec inhibition & deffenses à tous Imprimeurs, Libraires, & autres de quelle qualité & condition qu’ils soient d’imprimer ou faire imprimer, vendre ni debiter ledit Livre que du consentement dudit Supliant, ou de ceux qui auront droit de luy, en quelle sorte & maniere que se soit à peine de dix mille livre d’amande, la moitié aplicable à l’Hôtel Dieu de cette Ville, & l’autre moitié au Supliant, confiscation des exemplaires contrefaits, & de tous dépens dommages & interests, & en cas de contrevention commis pour en informer, & ferez bien. MICHAS.7

6Ce récit du « manuscrit tombé entre les mains » de l’imprimeur-libraire, qui fait disparaître au passage les mains donatrices, est un récit courant et il mériterait sa propre histoire. Ici, en tout cas, il pose la responsabilité première de l’imprimeur-libraire et insiste sur son rôle d’initiateur. Mais, simultanément, si je puis dire, la préface donne un autre récit :

L’ON ne pensoit point de donner au Public ce petit Ouvrage, qui est sans ordre & dans une simplicité tres-grande. Il avoit esté écrit pour quelque personnes particulieres qui desirent aimer Dieu de tout leur cœur, mais comme quantité de personnes en demandoient des copies, à cause de l’utilité que la lecture de ce petit écrit leur avoit aporté, elles ont souhaité de le faire imprimer pour leur propre satisfaction, sans autre vuë que celle-là.

  • 8 On considère qu’il s’agit de ce Giraud d’après les indices que l’on a dans : Jeanne Guyon, La Vie p (...)

7Alors que dans le privilège les actants ont tous été effacés à l’exception de l’imprimeur, les voilà ici multipliés. Ce sont les lecteurs et lectrices premières du Moyen court qui ont d’abord donné leur « approbation » au livre manuscrit, légitimé par un lectorat qualifiant parce que dévot et grandissant – on passe de « quelques personnes particulières » à « quantité de personnes en demandoient des copies »). Comme cela est de mise, Madame Guyon, ou l’autrice anonyme, anticipe la critique en récusant l’idée qu’elle pourrait être à l’initiative de cette publication imprimée : celle-ci n’est pas due à la bonne opinion qu’elle a de son écrit, mais à la valeur que d’autres lui ont attribué. Et ce sont ces premiers et premières lectrices qui ont entamé la démarche pour transmettre l’écrit à un imprimeur. Parmi ces personnes, un certain Giraud, justement conseiller au Parlement de Grenoble8, instance qui a octroyé le privilège, et qui n’est donc peut-être pas étranger au succès de la démarche.

8Ainsi coexistent dans le même objet deux mises en scène du processus général d’autorisation : une, informelle et produite par l’autrice anonyme qui revendique les faveurs d’un premier espace social de publication ; l’autre, institutionnelle, qui met le poids juridique sur l’imprimeur-libraire et ouvre ce premier espace social au « Public ». En outre, dans ce premier lectorat invoqué pour créditer le livre se trouve un acteur qui aurait peut-être appuyé la démarche d’autorisation formelle.

L’approbation

9Ce qui a permis le bon cours de cette démarche, c’est l’approbation préalablement donnée par le théologien et curé de Grenoble, Rouffié, publiée juste avant le privilège :

La felicité de l’Ange dans le Ciel c’est de voir Dieu, converser avec Dieu, ne vivre & ne se nourir que de Dieu. Cette felicité de l’Ange est celle de l’Homme qui fait Oraison : il void Dieu, il converse avec Dieu, il ne se nourrit & ne se repaist que de Dieu, puis qu’au milieu du fracas & embarras du siecle & du monde, il ne respire que l’air du Ciel ; ses inclinations & ses mouvemens ne sont que pour le Paradis & pour l’Empirée, & on peut dire de luy ce que S.Augustin dit du cœur amoureux & passionné de Dieu, da amantem sentit quod dico, da orantem idem sentit. Cette briéve Methode de l’Oraison, facile, simple & aisée, qui n’est composée que pour faire goûter les fruïts & les douceurs des Bien-heureux, & mettre l’ame en possession des biens & avantages de la Gloire, sans fard & sans étude, fait une expression si naïve & si nette des joyes & des plaisirs que fait sentir l’Oraison ; des consolations qu’elle répend, & dont elle enyvre le cœur, que je n’ay qu’à prier un chacun de vous, de lire avec soin les instructions qu’elle donne, les regles & les preceptes qu’elle fournit, mais en les lisant les digerer & les savourer, en macher et remacher le suc & la substance, pour en recevoir l’esprit. Ie m’asseure que dez cette vie on participera aux fruits & avantages de la Gloire, c’est le témoignage qu’en donne. A GRENOBLE ce 7. Mars 1685.
ROUFFIE Docteur en Theologie & Curé de Grenoble.

  • 9 « Au-delà des apparences, les approbations ne sont pas des textes figés en formules immuables, mais (...)
  • 10 Pierre Nicole, Traité de l’Oraison en sept livres, Paris, Élie Josset, 1679.
  • 11 Pierre Nicole, Réfutation des principales erreurs des Quiétistes contenues dans les livres censurés (...)

10En lisant une approbation aussi exaltée, on ne peut que tomber d’accord avec les remarques de Nicolas Schapira à propos non-seulement de la grande marge de liberté dont disposent les approbateurs pour formuler leur assentiment9, mais aussi à propos des enjeux de ces approbations, qui dépassent largement leur fonction première. En effet, il ne s’agit pas seulement pour Rouffié de sanctionner la conformité du Moyen court avec le dogme, mais d’engager un discours apologétique en faveur de l’oraison, sujet pour le moins miné à cette époque. La littérature de controverse est abondante, mais on peut donner à titre exemplaire l’ouvrage de Pierre Nicole, le Traité sur l’oraison10, d’autant plus que c’est ce même Nicole qui contribuera plus tard, dans les années 1690, à la dénonciation des livres de Guyon comme « quiétistes », c’est-à-dire comme hérétiques11. Alors que ce Traité de Nicole vise à délimiter, à spécifier le contenu de l’oraison – qui est un type de prière méditative – et à limiter l’extension de cette pratique, l’ambition affichée du Moyen court est au contraire d’universaliser l’oraison en rendant « facile » sa pratique :

  • 12 Moyen court, 1685, p.3-4.

L’Oraison peut seule vous donner cette presence [de Dieu], & vous la donner continuellement, il faut donc vous aprendre à faire une Oraison qui se puisse faire en tout temps, qui ne détourne point des occupations exterieures que les Princes, les Rois, les prelats, les prestres, les Magistrats, les Soldats, les Enfans, les Artisans, les Laboureurs, les Femmes & les Malades, que tous puissent faire cette Oraison, (mes tres-chers.) Ce n’est point l’Oraison de la teste, mais l’Oraison du cœur […]12

  • 13 Madame Guyon sait qu’elle s’inscrit dans un champ discursif polémique comme en témoigne ce type de (...)
  • 14 Jean-Pierre Cavaillé, « Nicodémisme et déconfessionnalisation dans l’Europe de la première modernit (...)
  • 15 Michel Foucault, Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Seuil, 20 (...)

11Ainsi le livre, mais également l’approbation qui l’escorte prennent position dans un conflit interne à l’Église où s’expriment des opinions théologiques et pastorales divergentes13. Il faut dire quelques mots de ce désaccord. Il y a quelque chose d’ambigu en cette fin de siècle en ce qui concerne les attentes de l’Église vis-à-vis des fidèles : elle veut à la fois qu’ils performent les gestes sociaux de l’adhésion au catholicisme (aller à la messe, communier, prier le chapelet etc.) pour s’assurer qu’il ne s’agit pas de huguenots, mais elle se méfie simultanément de ces gestes sous couverts desquels ces mêmes huguenots pourraient très bien se dissimuler de façon tactique14. Ce paradoxe est décrit, entre autres, dans les cours de Michel Foucault réunis sous le titre Sécurité, territoire, population15 : le « pastorat » moderne, ou la « gouvernementalité », ne se contente pas d’une adhésion formelle à tel dogme ou précepte, mais elle individualise la conduite des individus pour s’assurer de leur adhésion sincère – ce qui est une nouveauté du christianisme et nécessite le développement de nouvelles « techniques de vérité » et de contrôle, comme la confession par exemple qui va au-delà de la simple profession de foi. Il s’agit bien de sonder les reins et les cœurs – contrairement à une cheffe d’Église comme Elizabeth Ière, par exemple, qui ne souhaitait pas « percer de fenêtres dans l’âme » de ses sujets. Ainsi, on voit comment l’intériorisation de la foi est en même temps un impératif, une réponse contre-réformiste au protestantisme qui a en grande partie critiqué un catholicisme dévitalisé, réduit à ses formes réifiées, superficielles et démotivées, et comment cette intériorisation est en même temps une menace si elle ne se fait que pure intériorité, dans la mesure où la conscience est un lieu plus difficile à « gouverner ». Les mystiques, critiques eux-mêmes d’une rigidité rituelle qui ne leur parle pas ou plus, et qui aspirent à une remotivation de leur foi par des pratiques « intérieures » – typiquement comme l’oraison – se trouvent ainsi dans une zone dangereuse. Prônant également l’intériorisation de la foi pour la revivifier, ils s’inscrivent dans un esprit de réforme, au sens premier, mais aussi dans des pratiques de « contre-conduite », pour prendre l’expression de Foucault, que l’institution pourrait aussi bien endosser que rejeter. Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas, avec ces contre-conduites, de s’opposer frontalement à l’institution, mais plutôt d’en explorer le « jeu », au sens de marge de manœuvre.

  • 16 Il s’agissait des journées intitulées « Écriture de soi / écriture de l’autre dans les milieux conv (...)
  • 17 Je profite de cette publication en ligne pour remercier Marjorie Dennequin pour ces informations et (...)

12Revenons au curé Rouffié. Il y a quelques années, à l’occasion de journées d’études au Luxembourg sur l’espace lotharingien entre le Moyen âge et l’époque moderne16, j’ai rencontré une historienne, Marjorie Dennequin, qui venait de soutenir une thèse sur une certaine Madeleine de Franc, dévote de la région de Grenoble dont les écrits fleurent le guyonnisme. La conversation porte sur le Moyen court et sur ce Rouffié qui se trouve être le curé qui a baptisé les sept petits-enfants de Madeleine de Franc, et qui se trouve être également le cousin de la supérieure des ursulines de Thonon où Madame Guyon a mis sa fille en pension dans cette même période17. On n’a pas pu s’assurer que les deux femmes se connaissaient mais je pense que l’on peut à bon droit considérer que Rouffié est un homme qui gravite dans des cercles de sociabilité dévote où l’on est sensible à ce type de spiritualité. C’est d’ailleurs un de ces prélats qui ne prend pas ombrage des déclarations critiques qu’elle y formule, comme celle-ci :

  • 18 Op.cit, p.9.

Pour ceux qui ne sçavent pas lire, ils ne sont pas privés pour cela de l’Oraison. Iesus-Christ est le grand livre écrit par dehors & par dedans, & qui leur enseignera toutes choses: ils doivent pratiquer cette methode. Premierement, il faut qu’ils apprennent la verité fondamentale qui est, que le Royaume de Dieu est au dedans d’eux, que c’est là qu’il le faut chercher. Les Curez devroient aprendre à faire l’Oraison à leurs Parroissiens, comm’ils leur aprennent le Cathechisme: Ils leur aprennent la fin pour laquelle ils ont été créez, & ils ne leur aprennent pas à joüir de leur fin. Qu’ils le leur aprennent de cette maniere.18 (Je souligne.)

13C’est un énoncé un peu retors : l’auteure n’appelle pas ici au remplacement des ecclésiastiques – comme les curés et les directeurs spirituels – au profit de nouvelles autorités pastorales, laïques, femmes peut-être, du moins charismatiques. Mais on voit quand même dans la suite qu’elle fonde l’autorité à enseigner l’oraison sur « l’expérience », ce qui produit une toute autre ligne de partage : non-plus celle qui sépare les clercs des laïcs, mais les gens d’expérience du reste du monde. Tout cela pour dire que Rouffié n’a pas été choisi au hasard : c’est un clerc favorable à l’oraison à une époque où elle est objet de controverse. Le cas du Moyen court nous rappelle ainsi que le clergé n’est pas monolithique et qu’il est impossible de parler d’« Église » si l’on veut désigner par là une instance qui agit de façon univoque selon une « orthodoxie » dont on pourrait donner a priori les contours. Du même coup, il est difficile de parler de « la censure » sans prendre en compte l’hétérogénéité idéologique des acteurs de celle-ci. In fine, ce sont toujours des individus dans des espaces sociaux particuliers qui donnent une interprétation de la norme et de la loi.

14Dernière remarque sur cette approbation : l’ambiguïté finale sur le pronom elle qui désigne dans le texte « la méthode d’oraison » mais suggère l’identité féminine de l’auteure dont l’agentivité, en tant que directrice spirituelle, est médiée par le livre. Dans les autres livres de Madame Guyon publiés à cette même époque, comme La Règle des Associés à l’Enfance de Jésus (1685), le censeur, Morange, vicaire général de Lyon, qui est également préfacier du livre, dit explicitement que l’auteure est une dame et que le fait d’être une dame lui donne de l’autorité en la matière.

Publier en tant que femme : quelle circulation et quel anonymat ?

  • 19 Xenia von Tippelskirch, op. cit.

15L’anonymat laisse ainsi filtrer quelques informations sur l’identité sociale de l’auteure quand il n’est pas totalement dépassé par le mode de circulation du livre. En effet, Guyon distribue souvent ses livres elle-même, notamment dans trois couvents de chartreuses, à Prémol, à Mélan à Salette. Près de Grenoble, les capucins lui prennent 1500 exemplaires du Moyen court19. C’est un public favorable qui connaît l’identité de Madame Guyon, tout comme les adversaires de Madame Guyon, l’évêque de Grenoble et le général des chartreux, la connaissent également. Ainsi le fait qu’une femme ne puisse pas assumer en son nom un discours public ne signifie pas qu’une femme ne puisse pas prendre une parole publique, notamment sur un terrain « masculin », ici théologico-pastoral : ce n’est pas « illégal », et ce n’est même pas complètement « inacceptable », comme on le voit. Ainsi l’anonymat n’est pas simplement quelque chose qui s’impose à une femme qui veut publier, c’est aussi une pratique qui permet l’existence d’une énonciation explicitement féminine dans l’espace public. Il faut également rappeler que pour Madame Guyon, dame de qualité qui s’engage dans des pratiques d’anéantissement de soi, il y a aussi des enjeux sociaux et idéologiques dans cette pratique : l’anonymat affiché est une marque à la fois de dignité supérieure et d’humilité et le public informé de l’identité de l’auteure lui saura gré de cette posture.

Approbation de la deuxième édition

16Les exemplaires de la première édition sont vite épuisés et le livre est réédité dès l’année suivante, mais à Lyon cette fois. Non-seulement dans une grosse ville du livre, mais en outre avec un privilège royal, c’est-à-dire un privilège qui vaut à l’échelle du royaume. À cette occasion, l’approbation est renouvelée :

Approbation.

Je soussigné Prestre, Docteur, en droit Canon, Bachelier de Sorbone, Syndic General du Clergé de Lyon, Custode de Sainte Croix, & Lieutenant en l’Officialité Ordinaire, & Metropolitaine de ce Diocese, ay lû le Livre qui a pour titre. Moyen court & facile de faire Oraison. Il paroit que la personne qui a composé ce Livre, est parfaitement instruite de l’exercice heureux, & necessaire de l’Oraison : elle en sçait tous les secrets, & tous les mysteres : elle en a gousté les douceurs elle en a connû l’utilité ; & elle en marque les voyes, & les moyens dans ce Livre d’une maniere si sainte, si aisée, & si claire, que j’estime que ce livre parmy tant d’autres qui ont traité de cette divine matiere, qu’on ne sçaura jamais épuiser, aura pourtant sa distinction, & son utilité. à Lyon ce 25. May 168
TERRASSON.

Autre approbation.

Je soussigné Docteur de la maison & société de Sorbonne, ancien Professeur de l’Université de Paris, rens le même témoignage que dessus. Fait à Lyon ce 25. May 1686.
COHADE.

17Ce n’est pas la première fois que Terrasson donne son approbation à un livre de Guyon puisqu’il l’a fait pour la Règle des Associés à l’Enfance de Jésus parue quelque temps plus tôt, également chez Antoine Briasson, qui publiera également en 1687 son commentaire mystique du Cantique des cantiques avec approbation des mêmes Terrasson et Cohade. Il y a donc une véritable « équipe » de publication autour de Madame Guyon. Comme on peut le voir, l’approbation est encore plus élogieuse que celle de Rouffié. Même si son horizon pragmatique est le même, le sens de l’approbation de Terrasson est différent de celle de Rouffié. Terrasson donne – assène presque – le poids de son autorité pour mieux authentifier et légitimer, non pas l’objet du livre, non pas l’énoncé général du livre, mais le sujet de l’écriture en exaltant l’expérience spirituelle de « la personne qui a composé ce Livre ». Là aussi, le substantif féminin donne lieu à une ambiguïté pratique qui peut évoquer le sexe de ladite personne. Il apparaît ici une figure d’auteur•trice.

18Pour en revenir à cette affaire d’expérience, il est intéressant de voir que l’écrit produit deux régimes d’autorité : une « autorité autorisée » par les titres, et une autorité sans titre, soit une autorité charismatique, d’outsider. L’énoncé marque assez bien la situation dans laquelle se trouvent spiritualité et mystique à cette époque : face à des sujets charismatiques qui se prévalent d’expériences extraordinaires qu’aucun diplôme de la Sorbonne ne peut sanctionner, « l’institution » peut tantôt : le leur disputer et les condamner ; tantôt les absorber ; ou comme ici, trouver une voie moyenne, c’est-à-dire accepter l’existence d’une autorité spirituelle en-dehors d’elle-même, mais légitimée en dernière instance par elle. De leur côté, Madame Guyon et son « équipe » ont tout intérêt à soumettre ces écrits à la censure préventive si ils•elles veulent voir ces idées se diffuser à une plus grande échelle qu’à celle, évidemment bien plus limitée, de la publication manuscrite – qui existe parallèlement, puisque le premier livre de Madame Guyon, Les Torrents, fait l’objet de plusieurs copies qui circulent de façon restreinte.

19Là où je veux en venir, c’est qu’il n’y a pas d’opposition entre un intérieur et un extérieur de l’institution, mais il y a des relais et des collaborations : Madame Guyon, en proposant des « contre-conduites » n’entre pas en dissidence, elle fait en sorte que le livre soit non-seulement mis en scène comme acceptable mais aussi protégé par un cadre légal d’autorisation.

20Il me semble qu’il faut bien garder à l’esprit toute cette production d’autorité qui a permis la publication imprimée du Moyen court, ce que l’on a tendance à oublier quand on connaît l’histoire de Madame Guyon que l’on ne regarde généralement qu’à travers l’histoire de sa répression. Ce regard est d’ailleurs tout à fait compréhensible, puisque c’est elle-même qui le construit rétrospectivement dans ses écrits autobiographiques, la condamnation devenant pour elle le motif qui la rapproche de la figure du Christ, et donc ce qui la justifie. Mais il est nécessaire de prendre de la distance avec le mythe personnel qu’elle contribue à élaborer.

Le temps de la répression

21Entre ces deux éditions, les choses se sont gâtées pour Madame Guyon qui a dû quitter Grenoble en mars-avril 1685, sur ordre de l’archevêque, Étienne le Camus, qui s’inquiète de voir cette femme « prophétiser » et gagner en influence – du moins c’est ce qu’il dit. Elle voyage ainsi dans le sud-est de la France et dans le nord de l’Italie et finit par se rendre à Paris en juillet 1686 où les problèmes continuent. Il serait beaucoup trop long de revenir ici sur les conflits nébuleux qui président à la répression qui va bientôt s’abattre sur elle et sur ses écrits, mais je vais essayer de les résumer.

22Il y a de la rancœur familiale de la part d’un demi-frère barnabite qui en a après son argent et qui la verrait bien rentrer à Montargis s’occuper de ses enfants avec sa belle-mère, où elle serait bien plus contrôlable qu’au grand air.

23Il y a aussi les intérêts contre-réformistes de l’évêque in partibus de Genève à Annecy, Jean d’Arenthon d’Alex, qui voulait que Guyon s’engage comme mère supérieure des Nouvelles Catholiques de Gex où elle s’était initialement installée comme bienfaitrice financière, ce qu’elle a refusé, arguant plus ou moins franchement qu’elle n’avait pas de vocation pour la conversion forcée de jeunes femmes protestantes. Mon interprétation générale de cette situation, c’est que Guyon a refusé deux voies de normalisation – la vie domestique et le couvent – pour profiter de la liberté non négligeable que lui laisse son statut de veuve, sans saisir probablement que le refus de ces deux voies de normalisation est ce qui a, de façon diffuse et peut-être confuse, présidé à la condamnation de ses écrits et de sa personne. En effet, dans son ouvrage Sœur et amante : les biographies spirituelles féminines du XVIIe siècle (2013), l’historien Jacques Le Brun présente des écrits de religieuses où l’on retrouve des thèses et des formules tout à fait comparables à celles de Madame Guyon, mais acceptées car contrôlées et limitées à la circulation dans certains couvents. Comme d’habitude, ce ne sont jamais des énoncés pour ainsi dire « nus » qui sont en cause mais leur situation globale d’énonciation qui va déterminer leur acceptabilité ou leur inacceptabilité.

  • 20 Il faudrait déconstruire cette notion de « quiétisme » qui a trouvé sa formulation à l’occasion de (...)

24Enfin, il y a un véritable conflit théologique inséparable d’un certain opportunisme politique de la part de Jean d’Arenthon d’Alex. En effet, la répression de Madame Guyon s’inscrit dans la séquence d’une « chasse aux quiétistes » dont le point de départ a été la condamnation de Miguel de Molinos en 1685, suivie de sa qualification d’« hérétique dogmatisant » par la bulle Cœlestis pastor le 20 novembre 1687. C’est à cette période que le « quiétisme » comme dogme et comme hérésie est progressivement construit par les discours et instances inquisitoriales20. Et c’est dans ce climat que l’archevêque de Genève adresse une lettre pastorale le 4 novembre 1687 à son diocèse, dans laquelle il donne l’ordre suivant :

Il faut que vous preniez un soin particulier de voir, & d’examiner tous les Livres que l’on répandra dans vos Paroisses, afin de retirer d’entre les mains de vos ouailles ceux qui sont suspects, comme sont ceux de Molinos, la Lettre d’un serviteur de Dieu a une personne qui aspire à la perfection religieuse, celui qui est intitulé Moien court & tres facile pour l’oraison, la Regle des associez a l’enfance de Jesus, le Cantique des cantiques de Salomon interpreté selon le sens mistique, & la vraie représentation des états intérieurs ; comme encore La Pratique facile pour élever l’âme à la contemplation, & les réponses aux objections que l’on y a oposé, Lettre du serviteur de Dieu le R. P. Falconi a une de ses filles spirituelles ; tous les manuscrits qui leur ont été donnez de la part des personnes, dont la doctrine vous pourrait être suspecte.

25Arrêter son ou sa « quiétiste » à ce moment-là est donc une affaire, surtout pour un évêque qui a pour mission de purger une région limitrophe entre le monde catholique et protestant, c’est-à-dire entre « chrétien » et « hérétique ».

Qui ou quoi condamner ? De la responsabilité incertaine de l’auteur•trice

26Quand on parle de la condamnation de Madame Guyon, il y a ambiguïté sur l’objet de la condamnation : est-ce qu’elle est condamnée en tant qu’auteure de ces trois livres ? Est-ce qu’on ne doit condamner que les livres ? L’ordonnance pastorale de l’évêque de Genève-Annecy ne dit rien de la personne, elle ne condamne que des livres et maintient l’anonymat de Guyon. L’autre aspect de cette condamnation est la pluralité des justiciables des terrains juridictionnels. Je vais en faire le parcours.

27Le 29 janvier 1688, dans une vague répressive plus large contre lesdits quiétistes, Guyon est arrêtée à Paris, par une lettre de cachet sollicitée par l’archevêque de Paris, François Harlay de Champvallon. Elle est incarcérée au couvent de la Visitation de saint Antoine – à l’endroit où il y a le temple du Marais aujourd’hui, rue saint Antoine. Les raisons de l’arrestation de Guyon oscillent entre son activité d’écriture et ses mœurs, comme cela apparaît dans son autobiographie :

  • 21 Juge ecclésiastique délégué par l'évêque pour exercer en son nom la juridiction contentieuse.

De plus, ils connurent que s’ils en venaient à la calomnie, il faudrait avoir affaire à des juges séculiers et qu’ils en seraient mauvais marchands. Ils résolurent donc de m’attaquer aussi sur la foi, afin de me faire tomber entre les mains de l’official21, et cela par le moyen du petit livre intitulé Moyen facile de faire oraison, où mon nom n’était pas, qui était approuvé des docteurs de Sorbonne commis à Lyon pour cela, et à Grenoble aussi.

  • 22 Guyon, op.cit., p.671 et p.692-693.

[…] il est à remarquer que l’on ne dit rien à ceux qui l’ont approuvé ; que loin de condamner le livre, l’on l’a réimprimé de nouveau depuis que je suis prisonnière et affiché à l’archevêché et par tout Paris. Cependant ce livre est le prétexte que l’on a pris pour me rendre justiciable de Mgr l’archevêque. Le livre se vend et se débite, se réimprime, et moi je suis toujours prisonnière. L’on se contente dans les autres, lorsque l’on trouve quelque chose de mauvais dans des livres, de condamner les livres, et on laisse les personnes en liberté, et pour moi, c’est tout le contraire ; mon livre est approuvé de nouveau et l’on me retient prisonnière.22

28Ce n’est pas encore le cas lors de cette arrestation, mais quand Guyon le sera une seconde fois en 1695, et pour sept années, elle n’aura de cesse de demander – comme elle l’évoque ici – un jugement par le parlement de Paris, ce qu’elle n’obtiendra jamais. Cela ne signifie pas que la prise en charge de son cas est à proprement parler extra-judiciaire, mais qu’elle tombe sous le coup d’une justice religieuse outillée et justifiée par la justice royale, « administrative » on dirait aujourd’hui : la lettre de cachet. Bref, Guyon souhaite que son cas soit autrement judiciarisable. Dans ces propos, elle pose explicitement la question de l’entité pertinente : est-ce qu’on doit la condamner elle, qui ne revendique pas le livre dans la mesure où il est anonyme ? Est-ce que la responsabilité ne devrait pas incomber à ceux qui ont approuvé le livre par des actes officiels ? Qu’en est-il des théologiens enthousiastes ? À propos de Cohade, on trouve, dans les « Papiers du Père Léonard » :

  • 23 Cité dans Jacques Le Brun, La Jouissance et le trouble. Recherches sur la littérature chrétienne de (...)

Novembre 1694. M. Cohade docteur qui approuve les livres qui s’impriment à Lyon a dit sur les reproches qu’on lui faisait d’avoir approuvé 2 livres en français du quiétisme qu’ayant lu 2 ou 3 pages de la préface du livre intitulé Le Cantique des Cantiques de Salomon interprété selon le sens mystique à Lyon 1688 et n’y comprenant rien et croyant que personne y pût rien comprendre, il n’avait pas laissé que de l’approuver. Mais que pour l’autre livre intitulé Moyen court et très facile pour faire l’oraison il ne l’avait point approuvé quoique son nom et approbation y soit.23

  • 24 Innocent le Masson, La vie de messire Jean d'Aranthon d'Alex, évêque et prince de Genève, avec son (...)

29Il n’est donc plus temps de défendre l’oraison selon Madame Guyon, maintenant trop discréditée, mais de se protéger des « reproches », quitte à formuler des excuses bien embrouillées. Cohade se rachètera en donnant une longue approbation, en 1697, à la biographie de l’évêque de Genève écrite par Innocent le Masson, général des Chartreux : c’est un violent pamphlet anti-Guyon entre autres choses. Le vicaire général de Lyon, Morange, qui avait approuvé mais aussi préfacé la Règle des Associés, donne également son approbation à la biographie de l’évêque24.

30Plus loin dans son récit autobiographique, Guyon rapporte cet échange avec l’official :

  • 25 Guyon, op. cit, p.741.

Il ajouta que je défendais [c’est-à-dire : « que je devais défendre »] à tout libraire et imprimeur de vendre et débiter de mes livres ! Je l’arrêtai là et lui dis que si mes livres n’étaient pas bons, qu’ils les défendissent, que j’y consentais, mais que pour moi, n’ayant pas contribué à leur impression, je n’avais rien à y voir.25

31En effet, quand on dit qu’un livre a été publié anonymement, ce n’est pas tout à fait juste, dans la mesure où le livre est assumé, en son nom, par un imprimeur – raison pour laquelle certains imprimeurs impriment sous pseudonyme. Mais c’est bien Guyon qui, malgré la distance établie entre elle et le livre, sera jugée responsable, et responsable en tant qu’autrice alors qu’elle fait tout pour segmenter l’action qui préside à l’impression d’un livre, pour produire une discontinuité dans la chaîne des responsabilités.

  • 26 « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et Écrits, t.I, Gallimard, Paris, texte n°69.

32L’indécision qui se manifeste entre une inculpation sur les mœurs et une inculpation sur la doctrine semble symptomatique de la constitution de la « fonction-auteur » comme responsabilité pénale à cette époque26 : ses accusateurs vont en effet tenter, tout du long, d’attribuer des mauvaises mœurs à Madame Guyon et d’interpréter ses textes comme la motivation idéologique de ces mauvaises mœurs. Il s’agit principalement pour ses accusateurs, et sans trop de surprise, de voir dans la direction spirituelle et la pratique de l’abandon un crypto-langage qui désignerait, en fait, des relations sexuelles entre le directeur spirituel et son ouaille.

  • 27 Xenia von Tippelskirch, op. cit.

33Reprenons notre parcours. Pendant que Guyon est incarcérée, ses livres poursuivent leur vie dans le royaume de France à l’exception du diocèse d’Annecy. A Grenoble, où le livre n’est pas interdit, un certain abbé de la Pérouse et des docteurs en Sorbonne en auraient brûlé 300 en 168927. Mais, non loin de là, à Lyon, le Cantique des Cantiques de Madame Guyon est réédité, en 1688, soit l’année de sa première incarcération.

34Peu de temps après, en 1689, un décret du Saint-Office met à l’index la Règle des Associés à l’Enfance de Jésus et le Moyen court et très facile de faire oraison, toujours sans nom d’auteur. L’Index n’a pas force de loi en France, mais seulement dans les États pontificaux. Cependant, la mise à l’Index peut être relayée, et même si elle ne l’est pas, il est toujours possible de la faire valoir. La réédition et la circulation se poursuivent ailleurs : en 1690, La Règle des Associés à l’Enfance de Jésus fait l’objet d’une nouvelle édition à Lyon, toujours chez Antoine Briasson. On a donc une période de quelques années, de 1687 à 1690 grosso modo, où les livres de Madame Guyon sont à la fois condamnés et réimprimés parce que le feuilleté juridictionnel le permet. Le livre n’est donc pas censuré dans tout le royaume, même si la censure locale suffit à le discréditer.

  • 28 BNF, exemplaires D-18997.

35En 1690, on trouve une « troisième édition » du Moyen court, due à Eustache, imprimeur-libraire à Rouen28. Anomalie remarquable : la page de titre signale qu’il a été publié avec approbation, mais ne signale pas de privilège. Est-ce qu’elle n’a pas obtenu de privilège à cause de l’affaire ? Est-ce que l’imprimeur n’a même pas souhaité en solliciter un par anticipation d’un refus ? Est-ce que l’imprimeur a simplement décidé de faire une impression « sauvage » pour ne pas avoir à payer de privilège ? Peut-être qu’en 1690 la réputation du livre a des effets qui précèdent la série de condamnations par ordonnances pastorales entre 1694 et 1695 dans les diocèses de Paris, Meaux, Châlons-en-Champagne, Chartres, et Sisteron.

  • 29 1695-1702 pour sa deuxième période d’incarcération entre Vincennes et la Bastille.
  • 30 Registre des livres arrêtés dans les visites faites par les syndic et adjoints, 1698-1726 (dispon (...)

36Dans les Archives de la Chambre syndicale des imprimeurs et libraires de Paris, on trouve ceci sur les pages de décembre 1699 – soit bien plus tard, quand Madame Guyon est à la Bastille29 : « Dans une balle venant de Rouen [ce qui voudrait dire que l’on a saisi une marchandise qui transite par bateau sur la Seine], à Madame Herault30 » trente-six exemplaires du Moyen court et facile de faire oraison, dans cette même édition de 1690. C’est en effet la Chambre syndicale des imprimeurs et libraires qui tient le rôle de police du livre en première instance. Là encore, c’est bien plus que des livres passés sous le manteau de particuliers, c’est de la contrebande : trente-six exemplaires, c’est-à-dire trois douzaines de livres, soit la manière dont on compte les livres à la vente. Ainsi, malgré la censure et l’incarcération de Guyon – ou peut-être même parce qu’il y a eu scandale – existe un petit marché noir du Moyen court.

37« Le livre se vend et se débite, se réimprime, et moi je suis toujours prisonnière » : la forme pronominale décrit bien cette « vie » du livre, presque complètement indépendante de celle de son auteur•trice. Mais ce n’est pas le livre qui passe les frontières de la légalité et de l’illégalité, ce sont ces frontières qui bougent et elles peuvent avoir des effets paradoxaux Si la figure du « hors-la-loi » est aujourd’hui une figure romantique ou plus particulièrement politique (résistante, dissidente), ce n’est pas une posture recherchée ou revendiquée au XVIIe siècle. Madame Guyon ne cesse de récuser l’idée qu’elle ait un « parti » autre que l’Église contre laquelle elle travaillerait. En revanche, être mise « hors-la-loi » lui permet de revendiquer a posteriori l’exemple du Christ. Condamnée par la justice des hommes, elle est ainsi justifiée par la Providence qui retourne le stigmate en signe d’élection. Au seuil de la première édition de la Vie de Madame Guyon, Pierre Poiret, pasteur, affirmera que c’est à la faveur du scandale, providentiel, qui avait frappé Madame Guyon, qu’il a pu découvrir ses écrits.

Figure  : Registre des livres arrêtés dans les visites faites par
les syndic et adjoints, 1698- 1726. Fr. 21930 (en ligne).

Haut de page

Notes

1 BNF, RES 8-NFA-22.

2 BNF, D-37256.

3 D-37257.

4 Sur la réévaluation de la pratique de l’anonymat chez Madame Guyon, voir l’article très important de Xenia von Tippelskirch, « Le double circuit. Les enjeux de l’anonymat dans les textes mystiques féminins à la fin du XVIIe siècle », Littératures classiques, juin 2013, p. 191‑206.

5 Je reprends ces notions telles qu’elles ont été travaillées par Jean-Pierre Cavaillé, notamment dans « Les frontières de l’inacceptable. Pour un réexamen de l’histoire de l’incrédulité », Les Dossiers du Grihl, janvier 2016.

6 Sur la censure à l’époque moderne, voir les travaux de Jacques Le Brun, « Censure préventive et littérature religieuse en France au début du XVIIIe siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, vol. 61 / 167, 1975, p. 201‑225 et ceux de Jean-Louis Quantin, « Les institutions de censure religieuse en France (XVIe-XVIIe siècles) », in Gigliola Fragnito, Alain Tallon, (éds.). Hétérodoxies croisées. Catholicismes pluriels entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles, éds. Gigliola Fragnito et Alain Tallon, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2015, (« Collection de l’École française de Rome »).

7 Le privilège et l’approbation figurent à la fin du Moyen court, mais pas à la fin du livre car le traité est suivi de La Lettre du serviteur de Dieu, de Jean Falconi, [1657]. Un exemplaire de l’édition de 1685 est disponible sur Google Livres.

8 On considère qu’il s’agit de ce Giraud d’après les indices que l’on a dans : Jeanne Guyon, La Vie par elle-même, éd. Dominique Tronc, Honoré Champion, Paris, 2001, p.609-610 : « Il me vint voir un conseiller du Parlement, qui est un modèle de sainteté. Ce bon serviteur de Dieu trouva sur ma table une méthode d’oraison que j'avais écrite il y avait longtemps. Il me la prit et l'ayant trouvée fort à son gré, il la donna à quelques personnes de ses amis à qui il la crut utile. Tous en voulaient des copies. Il résolut avec le bon frère de la faire imprimer, ils me prièrent de l’arranger, je le fis, j’y ajoutai quelque chose et une petite préface, et ils le firent imprimer sous le titre de Moyen court et facile de faire oraison » ; la lettre du 23 avril 1695 au duc de Chevreuse (« M. Giraud, qui m’y a toujours vue, conseiller de Grenoble et conduit par les pères de l’Oratoire ») ; la lettre du bénédictin Dom Richebraque, prieur de Saint-Robert de Cornillon près de Grenoble, du 23 avril 1695 au même duc (« Un M. Giraud entre autres, conseiller, et, si j’ose le dire d’un si saint homme, mon ami, homme d’une probité reconnue, et que l’on m’a mandé être mort depuis quelques mois en odeur de sainteté, ne pouvait s’en taire, et prenait généreusement son parti quand la prudence ou la charité l’exigeaient de lui »), dans Correspondances éd. Dominique Tronc, Paris, Honoré Champion, 2005, t.II : « Combats », lettre 78 et 278.

9 « Au-delà des apparences, les approbations ne sont pas des textes figés en formules immuables, mais des écrits d’une grande diversité de ton et de composition – un jeu infini de variations autour de l’expression de la conformité – et ceci d’autant plus qu’un même livre pouvait recevoir de très nombreuses approbations. » Nicolas Schapira, « Approbation des censeurs et politique dévote par le livre (XVIIe siècle) », dans Laurence Macé, Claudine Pouloin, Yvan Leclerc (dir.), Censure et critique, Paris, Garnier, 2015, p. 61-79.

10 Pierre Nicole, Traité de l’Oraison en sept livres, Paris, Élie Josset, 1679.

11 Pierre Nicole, Réfutation des principales erreurs des Quiétistes contenues dans les livres censurés par l’Ordonnance de Mgr l’archevêque de Paris, du 16 octobre 1694, par Pierre Nicole, Élie Josset, 1695.

12 Moyen court, 1685, p.3-4.

13 Madame Guyon sait qu’elle s’inscrit dans un champ discursif polémique comme en témoigne ce type de propos dans le Moyen court : « De sorte que ceux qui accusent cette Oraison d’oysiveté se trompent beaucoup, & c’est faute d’experience qu’ils le disent de la sorte » ou « Quelques personnes entendant parler du silence dans l’Oraison se sont faussement persuadez que l’ame y demeure stupide, morte, sans action : Non, asseurement elle agit plus noblement, & plus fortement, elle est muë, & agit par l’esprit de Dieu. » Op.cit., p.28-29 et p.46.

14 Jean-Pierre Cavaillé, « Nicodémisme et déconfessionnalisation dans l’Europe de la première modernité », Les Dossiers du Grihl, octobre 2010.

15 Michel Foucault, Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Seuil, 2004.

16 Il s’agissait des journées intitulées « Écriture de soi / écriture de l’autre dans les milieux conventuels féminins du Nord de l’Italie aux Pays-Bas méridionaux (XVe-XVIIIe s.) du projet ANR Lodocat ( https://lodocat.hypotheses.org/).

17 Je profite de cette publication en ligne pour remercier Marjorie Dennequin pour ces informations et m’excuser de donner ici un rapport aussi informel de ses recherches.

18 Op.cit, p.9.

19 Xenia von Tippelskirch, op. cit.

20 Il faudrait déconstruire cette notion de « quiétisme » qui a trouvé sa formulation à l’occasion de la condamnation de Molinos. Dans les faits, ni le mot ni la supposée doctrine à laquelle il renvoie n’ont jamais été revendiqués par qui que ce soit. Il n’y a pas de courant quiétiste, pas de congrégation, pas de contenu objectivé : l’étiquette a permis de rassembler et de condamner tout un ensemble d’écrits qui, « au mauvais endroit au mauvais moment » si je puis dire, se sont intéressés à des pratiques spirituelles suspectes (l’oraison, l’abandon, l’involonté etc.) Il s’agit donc avant tout d’un instrument de disqualification plutôt que de qualification.

21 Juge ecclésiastique délégué par l'évêque pour exercer en son nom la juridiction contentieuse.

22 Guyon, op.cit., p.671 et p.692-693.

23 Cité dans Jacques Le Brun, La Jouissance et le trouble. Recherches sur la littérature chrétienne de l’âge classique, Librairie Droz, 2004, 644 p., p. 311, n. 31.

24 Innocent le Masson, La vie de messire Jean d'Aranthon d'Alex, évêque et prince de Genève, avec son directoire de mort, Lyon, F. Comba, 1697.

25 Guyon, op. cit, p.741.

26 « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et Écrits, t.I, Gallimard, Paris, texte n°69.

27 Xenia von Tippelskirch, op. cit.

28 BNF, exemplaires D-18997.

29 1695-1702 pour sa deuxième période d’incarcération entre Vincennes et la Bastille.

30 Registre des livres arrêtés dans les visites faites par les syndic et adjoints, 1698-1726 (disponible sur Gallica), f°14v (figure 2). Je remercie Jean-Dominique Mellot pour m’avoir aidée, entre autres services, à comprendre et à lire ce document.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure  : Le Moyen court et tres-facile pour l'oraison que touspeuvent pratiquer tres-aisement, & arriver par-là en peu à une hauteperfection, 2e éd., 1686, Antoine Briasson. BNF, D-37256.
URL http://journals.openedition.org/trans/docannexe/image/3192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure  : Registre des livres arrêtés dans les visites faites parles syndic et adjoints, 1698- 1726. Fr. 21930 (en ligne).
URL http://journals.openedition.org/trans/docannexe/image/3192/img-2.png
Fichier image/png, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Piguet, « « Le livre se vend et se débite, se réimprime, et moi je suis toujours prisonnière » »TRANS- [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/trans/3192 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trans.3192

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals