Navigation – Plan du site

La « zone grise », des années de plomb jusqu’à aujourd’hui : le cas de A schema libero de Lou Palanca

The “grey zone” from the “anni di piombo” (years of terrorism) until today: the case of A schema libero by Lou Palanca
La “zona grigia”, dagli anni di piombi fino ad oggi: il caso di A schema libero dei Lou Palanca
Francesco Rizzo

Résumés

L’article se propose d’analyser la thématique de l’indétermination, et en particulier de ses répercussions sur la conception de la légalité et de l’illégalité dans le roman A schema libero, du collectif d’écrivains calabrais Lou Palanca, lequel a comme sujet les « moti di Reggio Calabria » (émeutes de Reggio Calabria), qui ont eu lieu en 1970. Quel rapport peut-il y avoir entre la conception de la légalité et de l’illégalité en l’absence d’un système culturel de valeurs au fondement d’un système bien défini de lois ? Peut-il être encore être considéré comme un rapport antithétique ? Quelles sont ses conséquences sur la population et sur les nouvelles générations ? Dans un premier temps, nous souhaiterions analyser la représentation de l’absence d’un système de valeurs bien déterminé qui puisse sous-tendre des lois précises et une différence nette entre les conceptions de légalité et d’illégalité. À ce propos, on accordera une attention particulière à la représentation de la « zone grise » dans laquelle la ‘ndrangheta, les services secrets et les hommes de l’extrême droite éversive se rencontrent pour nouer des accords et redéfinir ainsi un système de pouvoir, avec le but de marginaliser le parti communiste. Ces mêmes pouvoirs éversifs ne sont pas, à leur tour, bien déterminés, en tant qu’ils ne représentent pas vraiment des visions du monde mais plutôt des intérêts particuliers. Dans la deuxième partie on se focalisera sur la représentation du peuple de Reggio Calabria qui descend dans la rue pour défendre le chef-lieu et les financements publiques gérés par le système de clientèle politique et non pour réclamer des conditions de vie meilleures. On prendra donc en analyse l’indétermination qui caractérise les révoltes populaires qui cachent derrière le motif de revendication du mouvement (la re-obtention du chef-lieu) une impulsion indéfinie et irrationnelle vers la violence, qui peut être considéré comme une réaction à leur « crisi della presenza » (une conception théorisée par l’anthropologue Ernesto De Martino).Enfin, on s’arrêtera sur l’indétermination comme condition existentielle des nouvelles générations calabraises, nées après la révolte, dont Margherita, l’une des protagonistes du romans, est la représentante. De fait, à cause du nouveau système de pouvoir qui s’instaura en Calabre, Margherita, comme beaucoup d’autres jeunes, dut quitter la région pour accomplir des travaux précaires, en vivant dans l’impossibilité de faire des projets à long terme et de pouvoir se réaliser en tant que personne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nicola Gratteri, Antonio Nicaso, La Malapianta, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2009, p.9
  • 2 Giovanni Tizian, 06/09/2017, “ ‘Codice Narcos’: così la ‘Ndrangheta gestosce il traffico di droga c (...)

1Aujourd’hui, la ‘ndrangheta est l’organisation criminelle la plus puissante d’Italie et l’une des plus puissantes du monde1. Son chiffre d’affaires est estimé à 53 milliards d’euros par an et elle est la seule mafia italienne à être présente sur tous les cinq continents. Sa principale source d’enrichissement est la drogue et en particulier la cocaïne. C’est pour cette raison que les familles ‘ndranghetistes entretiennent des rapports très intenses avec les « narcos » mexicains et colombiens2. La ‘ndrangheta a ses racines en Calabre, une des régions les plus pauvres de l’Italie, où plusieurs familles qui appartiennent à l’organisation ont leur base.

  • 3 Les enquêtes ont été mis en place par l’ex-procureur en chef de Reggio Calabria Giuseppe Pignatone (...)

2Les enquêtes « Crimine », de 2009, et « Saggezza », de 2012, ont révélé la structure de la ‘ndrangheta3. A la base de la structure on trouve la « ‘ndrina », qui est l’unité de base de l’organisation. Les « ‘ndrine » sont des famille ‘ndranghetistes qui sont actives sur un territoire calabrais, italien ou étranger spécifique. Leurs membres sont presque toujours liés par des liens du sang. Plusieurs « ‘ndrine » peuvent s’unir pour créer une « locale » : une organisation plus forte qui a comme but celui de contrôler un plus vaste territoire. Les « locali », pour être reconnues par les autres familles ‘ndranghetistes, doivent obligatoirement être reconnues en première instance par les familles qui composent la « locale » du village de San Luca, dans le département de Reggio Calabria. C’est pour cette raison que la « locale » de San Luca est appelée la « Mamma ». Au-dessus des « locali » on trouve la « corona » et les « mandamenti ». La « corona » s’occupe de mettre ensemble plusieurs « locali » de territoires proches, afin de favoriser des accords entre eux et de les faire respecter. Les « mandamenti » ont la même fonction, excepté qu’ils s’occupent d’un territoire bien plus vaste. En Calabre il y a trois « mandamenti » : le « Mandamento tirrenico », qui concerne les « locali » de la côte tyrrhénienne, le « Mandamento jonico », qui concerne les « locali » de la côte ionienne et le « Mandamento centrale », qui concerne principalement les « locali » qui opèrent dans les grandes villes calabraises. On peut trouver la même structure par rapport aux familles ‘ndraghetistes qui opèrent au dehors de la Calabre. Dans ces cas, le « mandamento » est appelé « camera di controllo » et concerne les « locali » d’une région entière (comme la Lombardie ou l’Emilia-Romagna) ou d’un pays étranger (comme le Canada ou l’Australie). Enfin, le sommet de la structure est constitué par le « Crimine ». Le « Crimine » est élu par les chefs des « locali » calabraises et il a la fonction de gérer les principaux conflits entre « locali » et de garantir la paix, afin que les affaires de l’organisation criminelle tout entière puissent prospérer. Le « Crimine », donc, n’est pas un organisme qui a pour but de gouverner l’organisation, mais une sorte de tribunal qui s’occupe de gérer les conflits entre « locali », en Italie comme à l’étranger. Le « capo crimine » est élu pendant la fête de la Madonna di Polsi, une fête religieuse qui a lieu chaque année dans le sanctuaire de la Madonna di Polsi, un petit village dans les terres du département de Reggio Calabria.

  • 4 La « Cassa per il Mezzogiorno » fut un énorme fond d’investissements que l’Etat italien créa pour m (...)
  • 5 Nicola Gratteri, Antonio Nicaso, La Malapianta, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2009 pp. 34-47

3La ‘ndrangheta a commencé à s’enrichir pendant les années 1960 grâce aux kidnappings et à la gestion des adjudications des travaux financés par la « Cassa per il Mezzogiorno »4. De cette façon les « ‘ndrine » calabraises sont devenues toujours plus puissantes5. Plus récemment, la ‘ndrangheta a aussi affirmé son pouvoir à travers l’homicide de personnages officiels. En 1991, la ‘ndrangheta a collaboré avec Cosa nostra pour mettre en œuvre l’homicide du magistrat Antonino Scopelliti et en 2005 elle a tué Francesco Fortugno, le vice-président du conseil régional calabrais.

  • 6 Lou Palanca, A schema libero, Soveria Mannelli (CZ), Rubettino Editore, Edition numérique, 2017
  • 7 Pour approfondir cette question, il est possible de consulter le livre Cinque anarchici del sud (Fa (...)

4Après cette introduction sur la ‘ndrangheta, il est possible de passer à l’analyse du roman A schema libero6 du collectif d’écrivains calabrais Lou Palanca. Lou Palanca est un collectif d’écrivains qui a comme modèle Wu Ming. Ses ouvrages sont toujours des romans choraux, qui ont plusieurs protagonistes. On retrouve dans ces œuvres un processus d’hybridation, qui consiste à ne pas narrer l’histoire seulement à travers plusieurs personnages, mais aussi à travers plusieurs styles et plusieurs éléments, comme des extraits d’articles de faits divers et des extraits de sentences judiciaires. La construction du roman, donc, cherche à reconstruire une réalité fragmentée en plusieurs parties. Dans ses romans, le collectif met en avant des histoires oubliées qui ont eu lieu en Calabre et qui sont strictement liées à l’histoire nationale. Dans les premières pages de A schema libero, la mort de cinq jeunes anarchistes (quatre garçons calabrais et une jeune française), qui a eu lieu en 1970 à cause d’un accident de la route, est mise en rapport avec la mort d’Orsola Fallara, le 15 décembre 2010. Orsola Fallara était une administratrice de la mairie de Reggio Calabria qui faisait l’objet d’une enquête menée par la magistrature de Reggio à cause du dépôt de bilan de la mairie, lorsque celle-ci était administrée par une municipalité de droite, dont Giuseppe Scopelliti (politicien appartenant à l’extrême droite) était le maire. Le rapprochement des deux épisodes montre tout de suite le propos du roman : rapprocher des événements du passé avec des évènements du présent, afin de donner une profondeur diachronique à la situation calabraise et italienne actuelle. L’épisode concernant la mort de l’administratrice de la mairie de Reggio Calabria se pose comme un événement à l’intérieur d’un processus beaucoup plus large, qui débute pendant les années 1970 avec les émeutes de Reggio Calabria et l’ascension de l’extrême droite au pouvoir dans la ville. La mort des cinq jeunes anarchistes reste toujours très suspecte, car ils étaient partis pour Rome afin de transmettre au journal Umanità nuova des documents sur les infiltrations de l’extrême droite dans les émeutes de Reggio Calabria. L’extrême-droite cherchait à déstabiliser le pays à travers des attentats, comme celui du 22 juillet 1970, où six personnes perdirent la vie pendant le déraillement du train Palermo-Torino, causé par une bombe sur les voies près de la gare de Gioia Tauro, non loin de Reggio Calabria. Les documents que les cinq garçons auraient dû consigner au journal n’ont jamais été retrouvés7.

  • 8 « [Orsola Fallara] appelle les carabinieri, l’Etat, pour leur communiquer qui elle est, et où elle (...)

[Orsola Fallara] Chiama i carabinieri, lo Stato, per dire chi è, dove si trova con la sua Mercedes nera, nel buio di una notte prossima all’inverno mentre, lì sotto, l’acqua dello Jonio va a mischiarsi con quella de Tirreno.8

5Les dernières lignes du prologue décrivent les derniers moments de la vie d’Orsola Fallara. Elle contacte les « carabinieri », et donc l’Etat italien, pour communiquer sa position, de telle façon que son cadavre pourra être récupéré une fois qu’elle se sera suicidée. L’unique but de l’Etat, en tant qu’autorité formelle, donc, est celle de récupérer un cadavre, symbole de son échec. De plus, un détail encore plus important nous est fourni par la partie finale de l’extrait. Reggio Calabria se trouve sur le côté nord du détroit de Messine. Devant les plages de Reggio, les eaux de deux mers se mélangent. La ville est donc un territoire « hybride », où les pouvoirs légaux et criminel se mélangent, comme la mer Ionienne et la mer Tyrrhénienne, donnant vie à ce qui a été défini comme la « zona grigia » (zone grise).

6Nous nous focaliserons en particulier sur la représentation de la « zone grise » dans le roman. En même temps, nous démontrerons comment la notion d’indétermination, c’est-à-dire l’élément principal qui représente la « zone grise », peut être étendu à la masse des manifestants des émeutes de Reggio Calabria de 1970 et à la condition existentielle de Margherita, une des protagonistes du roman, qui, comme beaucoup de jeunes italiens et en particulier calabrais, ne peut pas se réaliser complètement, en tant que personne, à cause de ses conditions de travail éternellement précaires. Finalement, on démontrera comment le système de pouvoir qui a comme expression la « zone grise » reproduit sa propre indétermination dans la société et dans l’existence des citoyens.

  • 9 On retrouve l’expression « zona grigia » pour la première fois dans I sommersi (Primo Levi, I somme (...)
  • 10 En particulier, l’ex-procureur en chef de Reggio Calabria, Giuseppe Pignatone, a souvent utilisé l’ (...)

7L’expression « zona grigia » (zone grise) fut créée par Primo Levi, qui dénonçait la tendance à diviser les personnes présentes dans les « lager » nazis entre victimes et bourreaux, en oubliant toutes les figures intermédiaires entre les SS et les prisonniers (en particuliers les « Kapo » et les « Prominenti »), qui collaboraient également au fonctionnement de la structure des camps de concentration9. Par la suite, cette expression a fini par faire partie du lexique de l’« antimafia »10. Dans ce domaine, elle est utilisée pour indiquer la « bourgeoisie mafieuse », c’est-à-dire les professionnels qui travaillent pour la mafia et qui, grâce à leurs services, réussissent à s’enrichir et à obtenir des privilèges. L’expression peut aussi avoir une signification plus large, en indiquant les rapports entre pouvoir criminel et pouvoirs légaux, comme le pouvoir économique et le pouvoir politique. Dans A schema libero les deux différentes acceptions de la « zone grise » sont présentes. Nous nous arrêterons en particulier sur la deuxième, en tant que cause du système de pouvoir qui est en vigueur sur le territoire et qui conditionne la vie des citoyens et la structure de la société locale.

8La première partie du roman est centrée sur les émeutes de Reggio Calabria de 1970. Cet événement constitue la première étape pour chercher à reconstruire l’histoire récente de la région, pour expliquer la situation économique, politique et criminelle d’aujourd’hui. Le 14 juillet 1970, les habitants de Reggio Calabria, la plus grande ville de la région, descendirent dans la rue pour contester la décision du gouvernement italien de faire de Catanzaro le chef-lieu de la Calabre. Dès le début, des barricades commencèrent à être construites dans plusieurs rues de la ville et les affrontements entre policiers et manifestants se firent de plus en plus violents. Tous les partis politiques de gauche, sauf le PSIUP, condamnèrent la révolte, considérée comme purement provinciale. Très vite, le syndicat d’extrême droite de la ville et en particulier son leader Ciccio Franco réussirent à se mettre à la tête de la révolte. Des mouvements extrémistes comme « Ordine nuovo » et « Comitato d’azione » jouèrent un rôle de plus en plus important dans les émeutes, voyant là une occasion de déstabiliser le pays et de s’opposer à l’hégémonie culturelle des mouvements d’extrême gauche qui, pendant tous les années 1970, furent les protagonistes des plus importantes manifestations. Avec l’extrême droite à la tête de la rébellion, la stratégie de la tension arriva bientôt aussi en Calabre. Le 22 juillet 1970 une bombe fit dérailler la « Freccia del sole », un train qui allait de Palerme à Turin. Le train dérailla près de Gioia Tauro, une ville proche de Reggio Calabria, où la présence ‘ndranghetiste a été toujours assez forte. Durant l’attentat, 6 personnes furent tuées.

9A schema libero décrit la révolte de Reggio Calabria à travers le personnage de l’« enigmista », un policier infiltré parmi les manifestants et qui deviendra bientôt un agent des services secrets italiens. A travers ce personnage, nous retrouvons la première description des membres qui font partie de la « zone grise » :

  • 11 « Quand nous les rejoignîmes il n’y eut pas de présentations, tous savaient qui étaient les autres (...)

Quando li raggiungemmo non ci furono presentazioni, tutti sapevano chi fossero gli altri […]. Il capo infatti mi aveva informato della presenza di un principe repubblichino, di qualche gran maestro, di ufficiali dell’esercito e persino del corpo Forestale, di giovani che si ispiravano alle gesta del fascismo, di un giornalista. […]
Si parlò chiaramente di tenere in piedi la rivolta. […] Si aggiunse che continuando così, alimentando questa tensione e le altre sparse per il Paese, prima di Natale, magari intorno ai giorni di Sant’Ambrogio e dell’Immacolata, si sarebbe potuta porre in essere un’operazione di “ridefinizione dell’assetto democratico”.11

10Dans cette première représentation le milieu qui compose la « zone grise » est destiné à mettre en place un coup d’Etat. Il est composé par certains individus qui appartenaient à l’armée italienne et par certains d’autre qui appartiennent à la société civile. Le prince dont l’extrait parle est le prince Junio Valerio Borghese, un ex-général fasciste qui en 1969 avait tenu un discours public à Reggio Calabria devant des militants d’extrême droite. Durant la nuit entre le 7 et le 8 décembre 1970, le prince, avec le soutien d’environ mille militaires, chercha à mettre en place un coup d’Etat, qu’il annulera lui-même au moment de l’exécuter. Après cet échec Junio Valerio Borghese s’échappera en exil en Espagne, sous la protection de Francisco Franco, où il restera jusqu’à sa mort.

11Une deuxième représentation de la « zone grise » dans le roman concerne le rapport entre ‘ndrangheta et mouvements d’extrême droite.  

  • 12 « Qu’est-ce qu’on fera des mots glaciaux de Freda, de la voix de Barreca, le vieux boss mafieux qui (...)

Che ne faremo delle parole glaciali di Freda, della voce di Barreca, il vecchio boss mafioso che lo nascondeva nella sua casa […] durante le lunghe giornate reggine.12

12Cet extrait du roman fait référence aux contacts entre ‘la ndrangheta et le mouvement éversif d’extrême droite « Ordine nuovo ». Francesco Freda fut l’un des responsables de la tuerie de Piazza Fontana en 1969. Le procès Freda eut lieu initialement à Milan, la ville où la tuerie a été mise en place. Par la suite, il sera étrangement déplacé aux tribunaux de Bari et de Catanzaro, villes où la présence de l’extrême droite est plus forte qu’à Milan. L’accusé sera condamné en première instance à la perpétuité. Après sa condamnation, Freda passera une période de cavale en Calabre, où il réussira à se cacher grâce à l’aide du boss Barreca, affilié à la ‘ndrina De Stefano. Par la suite il sera acquitté pour manque de preuves. C’est seulement en 2005 que la cour de cassation a établi que Freda a été un des principaux responsables de la tuerie de Piazza Fontana. Malgré ça, il n’a pas purgé sa peine, car il avait été irrévocablement acquitté par les tribunaux d’appel de Bari et de Catanzaro en 1969. Dans l’extrait, la « zone grise » porte toujours en soi une finalité éversive : le texte souligne la très probable implication de la ‘ndrangheta dans la tuerie de Piazza Fontana.

13Particulièrement importante est la confrontation qu’il est possible de faire entre la « zone grise » des années 1970 et celle d’aujourd’hui. A ce propos, la présentation de Paolo Romeo, faite à travers un extrait de sa condamnation pour concours extérieur à une association mafieuse, est sans doute très intéressante :

  • 13 « [Paolo Romeo fait] partie de l’organisation criminelle unitaire de type mafieux nommée ‘ndranghet (...)

[Paolo Romeo fa] parte dell’organizzazione criminale unitaria di stampo mafioso denominata ‘ndrangheta, […] operante prevalentemente nella città di Reggio Calabria sfruttando la forza di intimidazione del vincolo associativo e della condizione di assoggettamento e di omertà che ne deriva per commettere delitti […], acquisire in modo diretto o indiretto la gestione o comunque il controllo di attività economiche, di concessioni, di autorizzazioni, appalti e servizi pubblici o per realizzare profitti o vantaggi ingiusti per sé o per altri, nell’ambito della quale, tra le altre condotte, contribuiva a determinare, all’inizio degli anni ’70, il connubio tra cosche reggine e le organizzazioni della destra eversiva; organizzava, insieme ai vertici della cosca, la fuga di Franco Freda da Catanzaro e la successiva custodia del latitante presso il boss di Pellaro Filippo Barreca […]13

14On peut considérer Paolo Romeo comme un des représentants les plus importants de la « zone grise ». Il est en même temps un homme de l’organisation criminelle, un homme politique et un intermédiaire entre ‘ndrine, monde politique, entreprenariat et autres secteurs de la société. Dans l’extrait, il est possible de constater une évolution et un changement du rôle de Paolo Romeo. Si, en fait, pendant les années 1970, il s’était occupé de mettre en contact les chefs de la famille De Stefano avec les mouvements de la droite éversive, aujourd’hui il s’occupe des rapports entre ‘ndrangheta, politique et société civile. L’évolution du rôle de Paolo Romeo, donc, représente aussi l’évolution de la « zone grise », laquelle n’est plus liée à l’éversion mais principalement aux affaires et au maintien du pouvoir.

  • 14 “L’angoscia segnala l’attentato alle radici stesse della presenza, denunzia l’alienazione di sé a s (...)

15Il est aussi possible de considérer l’indétermination comme le fil rouge qui unit les parties du roman. A la base de l’ouvrage se trouvent les rapports entre pouvoir criminel, politique, extrême droite et économie. Le peuple de Reggio Calabria et la masse qui donne vie à la protestation est représentée dans le livre de façon indéterminée, à travers le regard d’un policier infiltré. Le regard qui nous décrit la masse en révolte, donc, est un regard extérieur, qui a pour but de comprendre ce qui pousse les citoyens à donner vie à une révolte si animée. L’agent infiltré ne réussit pas à comprendre les raisons de la révolte mais il se trouve lui-même impliqué par la charge émotionnelle des manifestants. Le peuple de Reggio Calabre n’est représenté dans le roman qu’à travers ses émotions et ses actions. Il ne semble pas être composé par des individus mais, au contraire, par une multitude égarée qui agit selon ses émotions. En fait, les manifestants sont représentés dans le roman seulement à travers les sentiments qu’ils éprouvent et à travers leurs actions. En 1970, Reggio Calabria était une des villes plus pauvres d’Italie. Aucune industrie importante n’était présente sur son territoire et son économie était principalement constituée par l’agriculture et par le secteur tertiaire. De plus, dans une partie de la périphérie de la ville, il n’y avait même pas de réseau d’égouts. Pourquoi alors le peuple de Reggio est-il descendu dans la rue pour protester contre l’assignation du chef-lieu à Catanzaro et pas contre la pauvreté et la dégradation présentes dans la ville ? La rébellion de Reggio Calabria fut essentiellement une « rébellion identitaire », une rébellion causée par la « crise de la présence »14 à la perte de sa propre identité par rapport au reste de la région. Si on accepte cette interprétation, le virage de la révolte vers l’extrême droite devient plus compréhensible. Des mouvements comme « Ordine nuovo » ou « Comitato di azione » ont réussi à se mettre à la tête de la révolte car ils répondaient au besoin des citoyens de se réapproprier de leur identité territoriale qui les réunissait tous, à la différence de l’identité de classe propagée par le partis communiste et par les mouvements d’extrême gauche. Bientôt, donc, la « nouvelle » identité territoriale de Reggio Calabria se lia à l’identité politique des néofascistes. « Reggio è nera e nera resterà ! » (« Reggio est noir et noir il restera ! ») était le slogan des révoltés, qui en fait soulignait ce que la ville est et sera, afin d’exorciser la « crise de la présence ».

16L’indétermination est aussi un élément qui caractérise Margherita, une des protagonistes du roman. Margherita est une journaliste calabraise qui vit à Rome, et dans le roman son histoire se déroule aujourd’hui. Comme beaucoup d’autres calabrais, elle a été obligée de quitter sa région à cause de l’impossibilité de trouver un travail. Margherita, donc, est obligée de passer d’un travail précaire à l’autre, sans pouvoir faire des projets à long terme. Elle se trouve donc dans une condition de transition éternelle, qui a pour symbole la jeunesse. Margherita représente l’effet du système de pouvoir qui a comme expression la « zone grise », lequel est assez présent dans plusieurs territoires du sud de l’Italie. Le système de pouvoir en question n’est pas constitué par une précise vision du monde et par un projet qui a une vision d’ensemble du territoire. Il est plutôt le résultat de plusieurs intérêts particuliers, c’est-à-dire : les intérêts des familles ‘ndranghetistes, les intérêts de certains hommes politiques et les intérêts de certains gros entrepreneurs et constructeurs. A l’indétermination de la « zone grise » correspond une indétermination existentielle de plusieurs citoyens du sud qui se trouvent au-dessous de ce système de pouvoir. Margherita se trouve dans cette condition en particulier car elle est soumise à une condition temporelle qui se limite au présent. Elle, en fait, se trouve dans l’impossibilité de faire des projets à long terme. Elle est l’unique personnage du roman qui raconte les faits au présent et pas au passé. Pour chercher à sortir de la cage représentée par la condition temporelle du présent, Margherita écrit un roman dans lequel elle met au centre un personnage appelé l’« enigmista » : un homme des services secrets italiens qui s’occupe des rapports entre politique et criminalité. A différence de Margherita, il peut se permettre de raconter son histoire au passé, car il vit dans une dimension diachronique. L’« enigmista » passe à travers plusieurs événements et à travers plusieurs périodes de l’histoire de la première république italienne, comme un fantôme. Il peut donner un sens à l’histoire, à cause du fait qu’il vit à la première personne les changements politiques et les changements de rapport entre les différents pouvoirs présents dans le pays. Pour se réapproprier la dimension diachronique, Margherita part de la tentative de comprendre la « zone grise » et les émeutes de Reggio Calabria, qui ont contribué à changer le système de pouvoir dans la région. L’objectif de Margherita est aussi l’un des objectifs du collectif Lou Palanca : essayer de se réapproprier de l’histoire, en faisant revivre des histoires oubliées afin de comprendre les causes de la difficile situation de la Calabre d’aujourd’hui, en poussant les calabrais à élaborer des traumas collectifs qui ont encore des répercussions sur le présent. A la fin du roman Margherita réussira à sortir de sa condition d’indétermination en devenant une écrivaine à succès. Malheureusement, son travail d’enquête sur la ‘ndrangheta et sur les émeutes de Reggio la portera à mettre en jeu sa vie, au point que le lecteur reste avec le doute qu’avoir parlé des liens entre ‘ndrangheta et politique ait eu pour conséquence sa mort. Ceux qui cherchent à sortir de cette sorte de « zone grise » existentielle pour mettre en discussion la « zone grise » en tant que symbole du pouvoir en vigueur ne sont pas tolérés par le système même. C’est aussi le cas de la mémoire, qui n’est pas tolérée car elle est un des principaux éléments à travers lesquels une collectivité peut obtenir son émancipation, comme Margherita nous montre avec sa tentative de reconstruire les événements historiques dans son roman.

17Pour finir, on pourrait se demander quel est le rapport entre loi et transgression dans une situation comme celle décrite par A schema libero, où les lois institutionnelles sont toujours mises en discussion par des alliances entre hommes des institutions, organisations criminelles et pouvoirs industriels.

18La loi est-elle ce qui concerne les codes pénal, civil et administratif, donc une loi écrite et « solide » ? Ou, dans ces cas spécifiques, ne serait-il pas plus exact de penser à la loi à travers une conception « liquide », en tant que résultat d’alliances et d’accords temporaires entre plusieurs pouvoirs ?

19Les Lou Palanca nous montrent comment, dans certaines réalités, on peut trouver en même temps ces deux niveaux de conception de la loi : une loi « solide », qui a comme symbole les codes et la magistrature, et une loi « liquide », qui concerne surtout la gestion des finances et des travaux publics, et qui change selon les alliances et les rapports de force qui se déterminent à l’intérieur des « zones grises » au niveau local. Apparemment, le rapport entre ces deux types de loi semble ne pas se configurer que sous la forme d’une confrontation. Mais il est possible en même temps de penser à un autre type de rapport entre les deux. Un rapport parasitaire, où les mécanismes du deuxième type de loi pénètrent dans les trous législatifs du premier.

20On pourrait peut-être ajouter une troisième catégorie à celles de « dans la loi » et « hors la loi » : la catégorie de l’« entre la loi », dont le personnage fictice de l’ « enigmista » et Paolo Romeo sont la représentation. Les deux, en fait, sont au même temps soit des représentants temps de l’Etat que des pouvoirs criminels. A travers ces deux figures fortement symboliques (l’une de fiction et l’autre réelle) Lou Palanca nous montre les interstices où la loi institutionnelle et les « règles » mafieuses se confondent.

  • 15 « En réalité aujourd’hui en Italie il y a un dramatique vide de pouvoir. Mais c’est ça le point : i (...)

21Oggi in realtà in Italia c’è un drammatico vuoto di potere. Ma questo è il punto: non un vuoto di potere legislativo o esecutivo, non un vuoto di potere dirigenziale, né, infine, un vuoto di potere politico in un qualsiasi senso tradizionale. Ma un vuoto di potere in sé.
Pasolini aveva ragione, per questo continuavamo a cercare di produrre il punto di equilibrio del sistema. Fu così che mi ritrovai ad essere uno dei più giovani aderenti della Loggia Propaganda 2, se pure in forma non ufficiale. C’era bisogno di un luogo nel quale i poteri potessero incontrarsi, trovare le loro compensazioni.15

  • 16 A ce propos il est possible de consulter les actes de la commission parlementaire chargée de mener (...)

22L’« enigmista » explique la situation dans laquelle lui-même se trouve en utilisant des mots de Pasolini, repris par son article Il vuoto di potere (l’articolo delle lucciole), sorti dans le Corriere della sera en 1975. La représentation plastique des interstices de la loi, qui s’ouvrent à cause de la faiblesse du pouvoir politique démochrétien, est constituée par la loge maçonnique Propaganda 2 (nommée plus communément P2). Cette loge comptait parmi ses membres des hommes politiques, des entrepreneurs et des affiliés à la criminalité. Son but était celui d’influencer les choix du pouvoir politique, en mettant en place une sorte de coup d’état « silencieux »16. L’« enigmista » et Paolo Romeo évoluent donc dans les interstices entre le pouvoir et la loi institutionnelle d’un côté et les pouvoirs criminels de l’autre, en nous montrant que la conception de loi dans ce type de circonstances est assez fragile.

Haut de page

Bibliographie

Monographies

Lou Palanca, A schema libero, Soveria Mannelli (CZ) Rubettino Editore, Edition numerique, 2017

Nino Amadore, La zona grigia. Professionisti al servizio della mafia, Palermo, La Zisa, 2007

Luigi Ambrosi, La rivolta di Reggio. Storia di territori, violenza e populismo nel 1970, Soveria Mannelli (CZ) Rubbettino Editore, 2009

Massimo Arcangeli, Giovani scrittori, scritture giovani: ribelli, sognatori, cannibali, bad girls, Roma, Carocci, 2007

Fabio Cuzzola, Cinque anarchici del sud (una storia negata), Reggio Calabria, Città del Sole edizioni, 2001

Ernesto De Martino, Morte e pianto rituale, Dal lamento funebre antico al pianto di Maria, Torino, Bollati Boringhieri 1975

Paul Ginsborg, Storia d’Italia dal dopoguerra ad oggi, Torino, Einaudi,1989

Nicola Gratteri, Antonio Nicaso, Fratelli di Sangue, Milano, Mondadori, 2006

Nicola Gratteri, Antonio Nicaso, La Malapianta, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2009

Primo Levi, I sommersi, Torino, Einaudi, 1986

Gianluigi Simonetti, La letteratura circostante: narrativa e poesia nell’Italia contemporanea, Bologna, Il Mulino, 2018

Articles dans des revues scientifiques

Luigi Ambrosi, Regionalizzazione e localismo: La rivolta di Reggio Calabria del 1970 e il ceto politico calabrese, «Storicamente», 6 (2010)

Articles numériques

Giovanni Tizian, 06/09/2017, “ ‘Codice Narcos’: così la ‘Ndrangheta gestosce il traffico di droga con il Sud America”, L’Espresso, http://espresso.repubblica.it/attualita/2017/09/05/news/codice-narcos-cosi-la-ndrangheta-gestisce-il-traffico-di-droga-con-il-sud-america-1.309107

Haut de page

Annexe

Annexes

Structure organisationnelle de la ‘Ndrangheta. Source : Wikimafia.it

Ciccio Franco, leader du “Comitato d’azione per Reggio Calabria”

Entrevue d’Oriana Fallaci a Ciccio Franco pendant sa cavale

Manifestation à Reggio Calabria pour s’opposer à l’attribution du chef-lieu de région à Catanzaro

Image des émeutes de Reggio Calabria

Déraillement du train qui a causé la tuerie de Gioia Tauro

Haut de page

Notes

1 Nicola Gratteri, Antonio Nicaso, La Malapianta, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2009, p.9

2 Giovanni Tizian, 06/09/2017, “ ‘Codice Narcos’: così la ‘Ndrangheta gestosce il traffico di droga con il Sud America”, L’Espresso, http://espresso.repubblica.it/attualita/2017/09/05/news/codice-narcos-cosi-la-ndrangheta-gestisce-il-traffico-di-droga-con-il-sud-america-1.309107

3 Les enquêtes ont été mis en place par l’ex-procureur en chef de Reggio Calabria Giuseppe Pignatone et par le procureur adjoint Nicola Gratteri.

4 La « Cassa per il Mezzogiorno » fut un énorme fond d’investissements que l’Etat italien créa pour mettre en place un plan de développement du sud de l’Italie. La « caisse » finança principalement la création d’infrastructures, d’entreprises et de structures et postes de travail publics.

5 Nicola Gratteri, Antonio Nicaso, La Malapianta, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2009 pp. 34-47

6 Lou Palanca, A schema libero, Soveria Mannelli (CZ), Rubettino Editore, Edition numérique, 2017

7 Pour approfondir cette question, il est possible de consulter le livre Cinque anarchici del sud (Fabio Cuzzola, Cinque anarchici del sud, Reggio Calabria, Città del sole edizioni, 2001)

8 « [Orsola Fallara] appelle les carabinieri, l’Etat, pour leur communiquer qui elle est, et où elle se trouve avec sa Mercedes noire, dans l’obscurité d'une nuit proche de l’hiver, tandis qu'en bas, les eaux de la mer Ionienne se mélangent avec celles de la Tyrrhénienne. ». Nous traduisons. Lou Palanca, A schema libero, Soveria Mannelli (CZ), Rubettino Editore, Edition numérique, 2017, pp. 12-14

9 On retrouve l’expression « zona grigia » pour la première fois dans I sommersi (Primo Levi, I sommersi, Torino, Einaudi, 1986)

10 En particulier, l’ex-procureur en chef de Reggio Calabria, Giuseppe Pignatone, a souvent utilisé l’expression pendant des conférences de presse et des entrevues.

11 « Quand nous les rejoignîmes il n’y eut pas de présentations, tous savaient qui étaient les autres […]. En effet, mon chef m'avait informé de la présence d’un prince qui avait soutenu la république de Salò, de quelque grand maître de la maçonnerie, d’officiers de l’armée et même de la garde forestière, de jeunes qui s’inspiraient au fascisme, d’un journaliste. […] On parla clairement de faire durer la révolte. […] On ajouta que, en continuant de cette façon, en alimentant cette tension et les autres présentes dans le Pays, avant Noël, peut-être aux alentours de Saint Ambroise et de l’Immacolata (le 8 décembre), on aurait pu mettre en place une « redéfinition du système démocratique ». Nous traduisons. Lou Palanca, A schema libero, Soveria Mannelli (CZ), Rubettino Editore, Edition numérique, pp. 93-96

12 « Qu’est-ce qu’on fera des mots glaciaux de Freda, de la voix de Barreca, le vieux boss mafieux qui le cachait dans sa maison […] pendant ses longues journées passées à Reggio Calabria ». Nous traduisons. Lou Palanca, A schema libero, Soveria Mannelli (CZ), Rubettino Editore, Edition numérique, pp. 423-425

13 « [Paolo Romeo fait] partie de l’organisation criminelle unitaire de type mafieux nommée ‘ndrangheta, […] qui opère en prévalence dans la ville de Reggio Calabria, en utilisant sa force intimidatrice pour obtenir des conditions d’assujettissement et d’omerta afin de commettre des délits […], obtenir de façon directe ou indirecte la gestion ou le contrôle d’activités économiques, de concessions, d’autorisations, d’adjudication de travaux et de services publics ou pour réaliser des profits ou des avantages injustes pour soi-même ou pour d'autres, et dans ce cadre il contribuait à déterminer, au début des années 1970, l’alliance entre familles mafieuses de Reggio Calabria et les organisations de la droite éversive ; il organisait, avec les boss de la famille, la fuite de Franco Freda de Catanzaro et le séjour suivant du fuyard chez le boss de Pellaro Filippo Barreca […] ». Nous traduisons. Lou Palanca, A schema libero, Soveria Mannelli (CZ), Rubettino Editore, Edition numérique, 2017 pp. 128-129

14 “L’angoscia segnala l’attentato alle radici stesse della presenza, denunzia l’alienazione di sé a sé, il precipitare della vita culturale nella vitalità senza orizzonte formale. L’angoscia sottolinea il rischio di perdere la distinzione fra soggetto e oggetto, fra pensiero ed azione, tra forma e materia: e poiché nella sua crisi radicale la presenza non riesce più a farsi presente nel divenire storico, e sta perdendo la potestà di esserne il senso e la norma, l’angoscia può essere interpretata come angoscia della storia, o meglio come angoscia di non poter esserci in una storia umana. Pertanto quando si afferma che l’angoscia non è mai di qualche cosa, ma di nulla, la proposizione è accettabile, ma soltanto nel senso che qui non è in gioco la perdita di questo e di quello, ma della stessa possibilità del quale come energia formale determinatrice di ogni questo e di ogni quello: e tale perdita non è il non-essere, ma il non-esserci, l’annientarsi della presenza, la catastrofe della vita culturale e della storia umana. E infine: l’angoscia è esperienza della colpa, perché la caduta dell’energia di oggettivazione è, come si è detto, la colpa per eccellenza”
“L’angoisse mets en évidence l’attentat aux racines de la présence, elle dénonce l’aliénation de soi à soi, la précipitation de la vie culturelle dans la vie sans horizon formel. L’angoisse souligne le risque de perdre la distinction entre sujet et objet, entre pensée et action, entre forme et matière : et, car dans sa crise la plus radicale la présence n’arrive plus à se faire présente dans le devenir historique, et elle va perdre même son rôle principal qui lui permet d’en être le sens et la norme, l’angoisse peut être interprétée comme angoisse de l’histoire, ou mieux comme angoisse de ne pas pouvoir y être dans une histoire humaine. Pourtant quand on affirme que l’angoisse n’est jamais de quelque chose mais du néant, la proposition est acceptable mais seulement dans le sens qu’ici il n’est pas en jeu le sens de la perte de ceci ou cela mais la possibilité même du « quel » en tant qu’énergie formelle déterminatrice de chaque « ceci » et de chaque « cela » : et telle perte n’est pas le non-être mais le non-y être, l’anéantissement de la présence, la catastrophe de la vie culturelle et de l’histoire humaine. Et finalement : l’angoisse est l’expérience de la faute, parce-que la chute de l’énergie d’objectivation est, comme on l’a dit, la faute par excellence”. Nous traduisons. Ernesto De Martino, Morte e pianto rituale. Dal lamento funebre antico al pianto di Maria, Torino, Bollati Boringhieri 1975, p. 31

15 « En réalité aujourd’hui en Italie il y a un dramatique vide de pouvoir. Mais c’est ça le point : il ne s’agit pas d’un vide de pouvoir législatif ou exécutif, ni d’un vide de pouvoir de direction, ni finalement, d’un vide de pouvoir politique en tous sens traditionnels. Mais d’un vide de pouvoir en soi.
Pasolini avait raison, c’est pour ça que nous continuions chercher de produire le point d’équilibre du système. Il fut ainsi que je me retrouvais être un des plus jeunes adhérents de la Loge maçonnique Propaganda 2, même si en forme non officielle. Il fallait un lieu dans lequel les pouvoirs pussent se rencontrer, trouver leurs compensations. » Nous traduisons. Lou Palanca, A schema libero, Soveria Mannelli (CZ), Rubettino Editore, Edition numérique, 2017 pp. 168-170

16 A ce propos il est possible de consulter les actes de la commission parlementaire chargée de mener une enquête sur la loge maçonnique Propaganda 2. Les actes sont disponibles online à ce lien : http://www.fontitaliarepubblicana.it/DocTrace/#home?q=%20projectid:6&page=1&per_page=10

Haut de page

Table des illustrations

Légende Structure organisationnelle de la ‘Ndrangheta. Source : Wikimafia.it
URL http://journals.openedition.org/trans/docannexe/image/3201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Ciccio Franco, leader du “Comitato d’azione per Reggio Calabria”
URL http://journals.openedition.org/trans/docannexe/image/3201/img-2.png
Fichier image/png, 67k
Légende Entrevue d’Oriana Fallaci a Ciccio Franco pendant sa cavale
URL http://journals.openedition.org/trans/docannexe/image/3201/img-3.png
Fichier image/png, 686k
Légende Manifestation à Reggio Calabria pour s’opposer à l’attribution du chef-lieu de région à Catanzaro
URL http://journals.openedition.org/trans/docannexe/image/3201/img-4.png
Fichier image/png, 425k
Légende Image des émeutes de Reggio Calabria
URL http://journals.openedition.org/trans/docannexe/image/3201/img-5.png
Fichier image/png, 245k
Légende Déraillement du train qui a causé la tuerie de Gioia Tauro
URL http://journals.openedition.org/trans/docannexe/image/3201/img-6.png
Fichier image/png, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Rizzo, « La « zone grise », des années de plomb jusqu’à aujourd’hui : le cas de A schema libero de Lou Palanca »TRANS- [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/trans/3201 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trans.3201

Haut de page

Auteur

Francesco Rizzo

Francesco Rizzo a obtenu un Master 2 en “Letteratura e lingua: studi italiani ed europei” à l’Université de Rome – La Sapienza. Ensuite il a fréquenté le laboratoire “Anatomia della scena” qui a eu lieu au “Centro Sperimentale di Cinematografia” et la “Scuola di alta formazione per registi e sceneggiatori cinetelevisivi”, toujours à Rome. A partir de 2016 il prépare un doctorat portant sur Pier Vittorio Tondelli et la représentation que cet auteur fait des identités des jeunes italiens, au sein de Sorbonne Université, en cotutelle avec La Sapienza. Il a fait partie du comité scientifique du colloque jeunes chercheurs « Langage(s) et pouvoir(s) : formes de vie et formes de résistance », qui a eu lieu à Sorbonne Université et à l’Université Paris Ouest – Nanterre. Il a également organisé le panel « Le identità giovanili in Italia nel XX secolo: Letteratura, sociologia, antropologia culturale e psicologia a confronto », à l’intérieur du XXIII Congresso ADI « Letteratura e scienza », qui a eu lieu à l’Université de Pise. Après avoir été chargé de cours de langue italienne au sein de l’Université Paris - Sorbonne et chargé de cours de civilisation italienne au sein de l’Université Sorbonne Nouvelle, il est actuellement professeur contractuel de langue et civilisation italiennes à l’Université de Picardie – Jules Verne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals