Navigation – Plan du site

Les perversions de la loi : fiction théâtrale et immoralité

The perversions of law: dramatic fiction and immorality
Las perversiones de la ley : ficción teatral e inmoralidad
Guillermo Héctor

Résumés

À partir de quelques marques de théâtralité présentes dans l’œuvre de Franz Kafka, on chercherait à souligner le composant esthétique de la loi en tant que spectacle ; une mise en scène subordonnée à la présence de la honte comme élément déterminant du contrôle pratiqué par l’autorité normative. Dans le dessein d’identifier les relations d’interdépendance entre loi juridique et morale, on portera une attention particulière aux critères qui confèrent validité à la loi et qui accordent la primauté à l’un ou l’autre ordonnancement, tout en donnant lieu à des situations hors la loi ou à des loir perverties.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés:

honte, Kafka, théâtre, loi, morale

Keywords:

shame, Kafka, theatre, law, moral

Palabras claves:

vergüenza, Kafka, teatro, ley, moral
Haut de page

Texte intégral

« The morbidist thoughts are made laws
and enforced quick »
No kings, El-p

1La seule mention de la loi est déjà une menace. En effet, il est possible d’invoquer la loi même si l’on ne connaît pas son fondement positif : il suffit que la cible du plaidoyer ignore les codes qui déclenchent sa représentation formelle pour que l’insécurité commence à brouiller les contours de ce qu’on appelle justice. Ce qui peut paraître une incohérence (car l’un des principes fondamentaux du droit, reconnu universellement, est précisément la sécurité juridique qui découle de la certitude de la loi), s’avère pour autant la première réaction du citoyen moyen face à l’autorité légale. Pleitos tengas y los ganes (« puisses tu avoir affaire à la justice et gagner ton procès »), dit une malédiction espagnole qui signale qu’un mauvais accord privé est toujours préférable à un procès judiciaire gagné, tout en soulignant le poids de ce mécanisme de contrôle des relations sociales. Car, bien que la loi soit à tous, l’accès à celle-ci et son maniement sembleraient le monopole d’une élite (au sens de minorité privilégiée) dont la légitimité est susceptible d’être examinée.

  • 1 Article 5 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.

2À partir de quelques exemples littéraires, et dans le dessein d’interroger les rapports aux normes, nous chercherons à graviter autour de situations défiant la primauté d’une loi dite commune, noyau théorique de la cohabitation sociale, qui peut s’avérer cependant une entrave limitant la liberté du sujet. Ainsi, si « tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas1 », plutôt que de connaître ou de respecter la loi, il s’agirait donc de la jouer (au sens derridien d’élasticité), c’est-à-dire de s’adapter et d’interpréter un rôle pour naviguer librement — pour donner l’impression de participer de l’injonction collective. Afin de scruter l’omnipotence apparente des figures d’autorité, nous proposons d’étudier d’abord les enjeux dans la lutte pour la définition du bien supérieur dont la conservation autorise le nécessité d’une morale communautaire ; morale d’autant plus importante qu’elle façonne en règle générale la loi juridique. En mettant l’accent sur les codes de comportement défendus par ces moralités, nous chercherons dans un deuxième temps à souligner les artifices concomitants à la mise en scène judiciaire, soit le spectacle du pouvoir et les mécanismes de représentation qui intègrent la force de la loi. Nous essayerons, enfin, d’élucider le rapport de forces entre la loi et la morale, ainsi que la possibilité, voire la convenance, d’une primauté variable des deux systèmes.

1. La honte impérative : le rempart de la morale

« My defenses
Become fences »
Christiansands, Tricky

  • 2 « “You got any identification, mister?”, the policeman asked in a voice that hoped that Ignatius wa (...)

3La coutume apparaît comme une pratique de la vie juridique qui présente un caractère habituel et qui, de ce fait, tend à se poser en règle de droit. Elle implique la réunion d’un élément objectif ou matériel et d’un élément psychologique ou morale. À la différence des lois juridiques, la morale qui nourrit cette coutume ne possède pas un code positif et univoque, si bien que l’on peut se demander qui dispose de la légitimité pour déplacer les bornes de son application. Car cette normativité théoriquement inférieure à la loi écrite peut entrer en conflit avec celle-ci, voire prévaloir, et contredire ainsi le principe nulla poena sine lege (« pas de peine sans loi »). Un exemple de cet arbitraire ouvre le roman A Confederacy of dunces (John Kennedy Toole, 1980), dans une scène où le protagoniste, libré à ses rêveries pendant qu’il attend sa mère en public, se voit interpellé par un policier aux yeux avides qui l’interroge « d’une voix qui espérait qu’Ignatius fût dépourvu de toute identité officielle2 », sans que le lecteur ne connaisse jamais le motif de cette intervention de la part d’un agent de la loi.

  • 3 Beckett, S. Molloy, Éd. Minuit, 1951, pp. 25-26.
  • 4 Ibid.

4Une scène quasiment identique, aux conséquences pourtant bien différentes, se déroule lors du premier contact social de Molloy dans le roman homonyme publié par Samuel Beckett en 1951 : au moment où le narrateur et protagoniste de la première partie quitte la solitude de la campagne pour traverser un ville (et par conséquent, est susceptible d’interagir avec autrui pour la première fois), non seulement il connaît la loi qui doit guider son passage, mais il la respecte volontiers. Il dit que « c’est une bonne règle et [il] y obtempère avec soin3 », malgré les difficultés provoquées par son handicap. Ceci ne va pourtant pas éviter qu’il soit interpellé par un policier qui, sans annoncer aucune contravention, c’est-à-dire de façon apparemment subjective, l’arrête et l’emmène au commissariat pour être questionné, en employant même la violence physique. Molloy est loin des figures typiques beckettiennes, qui dans En attendant Godot ou Fin de partie, par exemple, n’hésitent pas à remettre en doute, voire à insulter, l’autorité de la loi sacrée incarnée par Dieu et par la Bible. Bien au contraire, ce personnage fait preuve d’une attitude tempérée, ce qui n’empêche que, à son insu, il porte atteinte « à l’ordre, à la pudeur4 », dont l’invocation paraît suffire pour le déplacer hors la loi. Puisque sa transgression entraîne une sanction, l’on peut se demander à propos de la force normative de ladite pudeur.

5En effet, si on considère que cette notion contient, à des degrés divers, des doses d’opprobre, de blâme et d’humiliation, et qu’une certaine dose de retenue est toujours sous-jacente dans les rapports sociaux, une sorte de honte impérative peut apparaître comme complice nécessaire des abus de confiance et d’autorité. Ainsi, associée à un soupçon d’inadéquation, elle peut avoir une forte puissance coercitive : barème qui juge de l’aptitude éthique et morale, la pudeur agirait comme un moyen de contrôle social, puisque ce sentiment, aussi intime soit-il, se développe en parallèle à une conscience et à responsabilité civique déterminée par son engagement envers la communauté. C’est donc parce que l’on croit à l’existence d’une loi morale que l’on censure tout comportement attentant aux mœurs du groupe auquel on appartient, de même que l’on applaudit certaines conduites jugées comme dignes de l’éloge : « car si la honte n’est pas une vertu, on loue néanmoins l’homme qui éprouve ce sentiment de pudeur ». La contradiction apparente qu’Aristote énonce dans son Éthique à Nicomaque (II 7, 1108a) contient en fait l’essence d’une norme de nature ambiguë, car dépendant d’une appréciation subjective à partir de circonstances objectives. En effet, cette norme peut être et loi et punition, d’où la nécessité de séparer cette pudeur, louée et liée à l’autorité de la loi morale, de la honte qui se substitue au jugement qui précède le châtiment.

6Ainsi, tandis que la honte (aiskhunê) est décrite par ce même philosophe comme une punition ou malheur lié à de vices présents, passés ou à venir dont la présence entraîne nécessairement une « perte de réputation » (Rhétorique, II 5, 1383b), l’étude de la pudeur (aidôs) ajoute en revanche une nuance décisive pour son analyse sociale. En effet, dans l’Éthique à Nicomaque la pudeur est une sorte de crainte ou peur de la dévalorisation, un désarroi provoqué par la possibilité d’être dénigré, donc rendu indigne. Par conséquent, le sentiment apparaît bien avant la consommation de l’acte blâmable dont il est question, de manière que l’aidôs agirait ici comme loi interdisant sa réalisation effective. La différence repose donc en ce que l’aiskhunê se manifeste a posteriori, soit après la perpétration d’un acte immoral, tandis que l’aidôs relève de l’angoisse éprouvée face à la simple pensée d’une circonstance considérée comme dégradante, bien avant sa matérialisation publique, ce qui justifierait que l’on jette sur lui le blâme d’un acte répréhensible, voire punissable.

  • 5 La portée collective de ce sentiment apparaît davantage si l’on examine l’étymologie des mots. Ains (...)
  • 6 Cassin, B. (Éd). Vocabulaire européen des philosophies. Paris : Seuil, 2004, p. 1338.
  • 7 Cf. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales : https://www.cnrtl.fr/definition/dévergo (...)

7C’est ainsi que la force oppressive de cette loi morale peut être aussi effective que toute autre condamnation administrative ou juridique, d’autant plus que la punition dont on parle est infligée et exécutée par une pluralité de personnes : l’individu sans vergogne est signalé par le doigt accusateur de l’opinion publique, ce qui souligne la dimension politique de l’aidôs en tant qu’outil de contrôle de l’observance des lois sociales5. À cet égard, l’expression espagnole vergüenza ajena (littéralement « vergogne étrangère » ou extérieure) témoigne de la force que les normes et conventions jouent dans le cadre des relations personnelles. Selon Crespo, la vergüenza ajena serait « le sentiment de honte éprouvé face à l’incompétence ou l’inadéquation de la conduite d’une autre personne6 ». Par conséquent, en espagnol, un hombre con vergüenza est un homme d’honneur qui respecte les règles et qui, en invoquant la honte à partir d’un comportement dont il n’est pas responsable, s’accorde le droit de juger, voire de punir l’attitude d’autrui. De cette façon, la honte tisse le lien communautaire parmi tous ceux qui se prennent pour les défenseurs de la loi morale. C’est pourquoi être un sinvergüenza comporte une attaque au collectif : celui qui manque de retenue est « dévergondé », avec une connotation en français qui relève de l’immoralité et du libertinage7. De cette façon, l’individu qui a des mœurs trop libres ferait injure à la société, et justifierait sa considération comme hors la loi.

  • 8 La question que posent donc les frères de Platon est simple : est-ce qu'être un homme juste ce n’es (...)
  • 9 En s’opposant au conformisme social du califat Abbasside, Al-Sulâmî affirme la nécessité de se cach (...)

8Cependant, la question de l’outrage à la pudeur acquiert un caractère équivoque, aussi répressif et public que souple et intime. Tandis qu’en français la honte appelle à la réserve pudique, voire à l’humilité, les sens espagnol et italien sont un rappel à la fierté, en renvoyant en quelque sorte à la supériorité morale de celui qui clame son indignation face à une situation contrevenant les normes de la décence publique. Dans les deux cas, c’est pour autant évident que ce jugement est déterminé par la présence, réelle ou imaginaire, d’un code normatif dont l’ascendant surveille le comportement de l’observé. En ce sens, selon l’éthique platonicienne la honte peut être considérée comme nécessaire, car l’absence de contrôle et de sanction pervertirait l’homme jusqu’au point du crime ; ainsi se montre exemplifié dans l’épisode de l’anneau de Gygès (République, II8). Bien au contraire, Al-Sulâmî offre dans l’Epître des hommes du blâme un positionnement philosophique qui prône la réalisation d’actes infâmes pour être près de Dieu. Ainsi, cette conception basée sur un hadith ou parole rapportée du prophète affirme que les louanges qui accompagnent l’homme saint le pervertissent, en lui ravissant sa sainteté : l’homme qui suit les règles ne fait que cultiver sa vanité, si bien que son orgueil est condamnable9. Le hors la loi s’approcherait de cette façon de la vertu à mesure qu’il s’éloigne de l’observance des règles — nous pensons ici à Jean Genet : aux alexandrins du Condamné à mort comme aux chapitres de Notre-Dame-des-Fleurs exaltant le crime, la trahison et l’homosexualité ; aux jeunes voyous de Haute surveillance, malades de la gloire (abjecte ?) que confère le crime, ou encore à Les Nègres, pièce théâtrale où les Noirs se griment en Blancs pour juger d’autres Noirs.

2. La loi comme manifestation dramatique

« Nothing more, nothing less
An icon on the wall: decoration and duress »
Portrait of Authority, Bad Religion

  • 10 Decoroso est le mot en espagnol et en italien pour une attitude bienséante ; l’antonyme indecoroso (...)
  • 11 « Es wäre nutzlos, es ihm zu verkünden. Er erfährt es ja auf seinem Leib. ». Kafka, F. In der Straf (...)

9Dans tous les cas, l’on peut remarquer à la base de ces codes de conduite moraux une contrainte formelle. La nature d’un comportement qui se caractérise par l’observance de règles et l’ajustement au décor10 est proche de celle d’une représentation théâtrale ; une sorte d’imposture, au sens figuré de mirage ou illusion, qui s’impose dans toute la sphère quotidienne de l’individu. Cette contrainte formelle s’avère paradigmatique et essentielle dans le domaine juridique, de sorte qu’il serait possible de parler d’un fondamentalisme de la forme qui éloigne le sujet vers le dehors de la loi : la norme, doublée de forme, demeure inaccessible et s’impose par le poids de sa force dramatique. À cet égard, la nouvelle À la colonie pénitentiaire, publiée par Kafka en 1919, offre une première entrée à l’aspect théâtral de la loi : à travers la description détaillée de la punition la plus extrême et cruelle, infligée au moyen d’une machine aux mécanismes extraordinairement développés, on aperçoit le sens spectaculaire de l’application de la loi. En effet, cette punition a lieu devant une galerie de spectateurs, de sorte que la mise en scène de la peine peut se lire comme une réification de la loi, l’exécution montrant une toute-puissance tangible et implacable, fatale au point que l’officier en charge n’hésite pas à se sacrifier lui-même afin de mettre en valeur la machine punitive. L’exemplarité collective du châtiment est évidente. Car il faut que la menace de la punition décourage de transgresser la loi, si bien que l’inculpé n’est pas protagoniste mais élément déclencheur — acteur secondaire qui n’apprend sa condamnation qu’à son corps défendant11. Un détail qui n’est pas anodin, c’est que le bourreau se transforme en victime suite aux critiques manifestées par un nombre croissant de détracteurs, notamment celle proposée par l’étranger du récit — un hors la loi au sens géographique qui désapprouve les codes du pays. La question qui se pose alors serait : quelqu’un qui ignore les fondements historiques ou sociaux de la loi a-t-il le droit de la remettre en cause ? Faut-il, au contraire, connaître la loi pour pouvoir en juger ?

  • 12 Pensons, par exemple, au tribunal rudimentaire qui, installé dans le salon, mange le petit-déjeuner (...)

10Docteur en droit, Kafka semble se moquer souvent de la loi positive qu’il maîtrisait si bien, au point que l’on qualifie souvent l’argument de Le Procès (1925) comme insensé et saugrenu, voire absurde. Pourtant le roman a un contenu juridique évident : il s’agit de la relation du citoyen Josef K. avec la loi, une loi secrète dont la source et les fondements lui sont inaccessibles. Il est donc hors la loi ; à son insu dans un premier temps, en dépit de ses efforts par la suite. À titre de rappel : l’avocat Huld, qui d’ailleurs ne fait preuve d’aucune compétence ou connaissance légale, s’acharne à occulter au protagoniste toute trace positive des normes. Ainsi, tout en excusant son inactivité sous prétexte qu’il prépare la défense (bien qu’il ignore l’accusation), il essaye à tout prix de maintenir l’accusé aussi éloigné de la loi que possible. Parallèlement, le commerçant Block rampe et se jette aux pieds du même avocat, qui l’humilie et lui donne des mauvais nouvelles sur son cas en montrant une relation de soumission à la limite de l’esclavage. S’agit-il d’une dénonciation de l’abus de pouvoir ou d’une satire des procédés formels de la loi ? En ce sens, le roman contient, dès la première page, toute une série de parodies de la mise en scène de la loi, c’est-à-dire de son application effective, faisant de Le Procès une vraie comédie12 .

  • 13 Casanova, P. Kafka en colère. Paris : Seuil, Fiction et Cie, 2011.

11Comme le révèle Pascale Casanova13, Kafka aurait détecté le pouvoir dénonciateur du spectacle théâtral, la puissance communicative et la portée politique d’un outil qu’elle définit comme volkstümlich, dans sa double connotation de proximité avec le peuple et de comique. Évidemment, la considération du théâtre comme le genre le plus approprié pour montrer la vie n’est pas une nouveauté ; c’est, en effet, une idée réitérée dans la littérature depuis Les Lois de Platon, où l’homme n’est qu’une marionnette animée, fabriquée par les dieux pour leur divertissement. Cependant, les marques de la théâtralité dans l’œuvre kafkaïenne sont tellement nombreuses que l’on peut se demander si la loi ne devrait pas recourir à la nécessité du soutien dramatique pour se réaffirmer. La légitimité de la loi aurait-elle besoin d’un renfort artificiel ? Et dans ce cas, cet artifice ne servirait-il pas à dissimuler une déficience ?

  • 14 « Jemand mußte Josef K. verleumdet haben, denn ohne daß er etwas Böses getan hätte, wurde er eines (...)

12Cette possibilité est poussée jusqu’à sa limite dans les romans de Kafka où, éblouis par l’aura de la loi pénale et administrative, les protagonistes ignorent à quoi et à qui ils ont affaire. La loi se montre invisible mais omniprésente, et se manifeste comme la mise en scène d’une pantomime proche de la farce où le protagoniste est contraint de jouer un rôle plutôt que d’agir en tant qu’individu libre et autonome. Ainsi, la présence constante de spectateurs et la pluralité de regards qui suit l’accusé où qu’il aille s’impose comme un mécanisme de contrôle para-légal aussi puissant que l’ordonnancement juridique, car il réussit à s’immiscer dans la sphère privée du sujet. Ce n’est pas anodin que le premier contact du protagoniste avec la loi se produise dans son lit, à peine réveillé, comme ce n’est pas banal non plus que la première phrase du roman mette en relation un terme juridique (verhaftet, ‘arrestation’) avec une expression ou jugement moral (Bösses, ‘mauvais’). Cette première phrase14 contient également une référence à la diffamation (verleumdet), définie par la Loi du 29 juillet 1881 (art. 29) comme « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur », ce qui place dans un même plan la loi juridique et la loi morale — deux codes qui agissent de façon complémentaire.

  • 15 « einen groben Spaß […] die Kollegen in der Bank veranstaltet hatten […] ; vielleicht brauchte er n (...)
  • 16 « war es eine Komödie, so wollte er mitspielen ». Ibid.
  • 17 Le manuscrit contient une explication alternative, avec la phrase rayée « de crainte qu’on ne se mo (...)

13En effet, l’annonce de son arrestation est considérée par Josef K. comme « une grossière plaisanterie […] que ses collègues de la banque lui avaient faite15 ». Il accepte toute de même le théâtre qu’on lui propose (« si c’était une comédie, […] il jouerait son rôle16 »), et il prend cette décision par peur de perdre la face17 : c’est la force coercitive de la honte, qui serait ici l’autre côté de la médaille de l’honneur qu’il tient à défendre. Cependant, sa décision va déclencher toute une machinerie théâtrale qui échappera à son contrôle au point de provoquer sa défaite. Car il adopte un rôle, mais ne le joue pas, ou bien le fait de façon maladroite. Le roman nous montre ainsi les différentes manières pour l’accusé d’aborder la loi (d’abord, pas sérieusement, de plus en plus sévèrement par la suite), de sorte que Le Procès apparaît comme une suite de tableaux où la loi demeure inaccessible — le formel s’impose et s’étend de façon si implacable qu’il arrive à se débarrasser du contenu, tout en acquérant une certaine autonomie préventive. La loi ne montre finalement que sa façade, son vrai sens restant trop éloigné, accessoire, jusqu’à perdre toute importance.

  • 18 « An welchem Theater spielen Sie ? » p.230
  • 19 « Alte, untergeordnete Schauspieler schickt man um mich ». Ibid. ?

14C’est précisément cette dissimulation de la loi qui entraîne que le sujet doive s’acquitter en se pliant aux exigences du spectacle, indépendamment du fondement légal de sa relation avec le système. Car la loi est d’application automatique et ne peut pas ne pas s’imposer, si bien que, une fois qu’on est hors la loi, l’on ne peut qu’accepter la rééducation qui passe par le règlement. Il faut payer. Coûte que coûte, et malgré les entraves que l’Administration y oppose. Ainsi, la fin du procès kafkaïen ne sera possible que lorsque l’accusé se sera accommodé complètement à son rôle, confirmant ainsi la théâtralité de la loi. Attendant avec calme le jour de son exécution, la première question de Josef K. à l’arrivée de ses bourreaux est : « À quel théâtre jouez-vous ?18 ». Il est aussitôt déçu en réalisant qu’« on [lui] envoie des vieux acteurs de second ordre19 », et c’est alors qu’il prend l’initiative et réussit à dominer la situation, menant ses exécuteurs à volonté dans une sorte de triomphe définitif qui voit le personnage être conscient, finalement, de la portée du spectacle. Or, son succès entraîne sa défaite : il réussit à avoir accès à la loi au moment où il est exécuté, c’est-à-dire quand l’accusé rejoint le crime.

  • 20 L’impossibilité d’accéder à la loi est réifiée dans ce roman par le personnage du père de Barnabas, (...)

15Cette idée, présente également dans Le Château (où le suspect puni par le soupçon cherche à ce qu’on reconnaisse sa faute, afin d’accommoder sa situation sociale aux préceptes juridiques20), irait de pair avec une conception toute-puissante et impitoyable de la loi qui peut faire penser qu’il vaut mieux ne pas s’en approcher. La question sera donc comment aborder la loi — comment jouer avec des règles aussi positives qu’artificielles, aussi objectives qu’arbitraires. Autrement dit : comment doit-on se placer face à une entité insaisissable qui ne se manifeste que lorsqu’il est trop tard pour être observée, et dans le seul but d’imposer sa prévalence, autant dire de rappeler son omniprésence, par le biais du châtiment ?

3. La loi pervertie

« Deine Werte, deine Normen,
die Moral und das Gesetz
sind entbehrlich und ersetzbar
überflüssiges Geschwätz »
Raum der Zeit, Wizo

  • 21 « Les Allemands seuls, à l’époque de Hitler, réussirent à être à la fois la Police et le Crime […] (...)

16Si la primauté de la loi est un principe fondamental du droit qui dépasse la volonté de l’individu et qui conforme la légalité à la base de la coexistence pacifique, on ne doit toutefois pas oublier que ce sont les critères de justice et d’efficacité qui fondent la légitimité d’une loi. Ainsi, sa perversion se donne lorsqu’elle est appliquée au-delà de la nécessité qui a justifié sa création. Il est accepté en effet que la validité d’une loi lui est conférée par l’organisme compétent qui la formule, de même que sa justice se définit par ce que la société considère comme ajusté à la morale et que son efficacité se mesure en fonction de son observation ou respect. Trois éléments théoriques pour homologuer une loi, dont deux sont susceptibles de variation, c’est-à-dire instables. Par conséquent, les possibilités d’avoir affaire à une loi vicieuse ou pervertie se multiplient, et peuvent donner lieu à des situations où le crime devient légalisé21.

  • 22 Depuis le 1er janvier 1938, toute activité commerciale (commerce de détail, artisanat, toute offre (...)
  • 23 Cf. Alya Aglan, « L'aryanisation des biens juifs sous Vichy : les cas comparés de la France et de l (...)
  • 24 Welzer, H. « Crise : le choc est à venir », Le Monde, dimanche 8-lundi 9 février 2009. Disponible s (...)

17À la fin des années 1930, par exemple, quelques lois d’aryanisation en Allemagne ont permis d’acheter à des prix extrêmement bas (ou tout simplement de s’approprier) des entreprises et d’autres biens immeubles appartenant aux juifs22. La spoliation a eu lieu également en France sous le régime de Vichy en vertu de lois similaires, qui interdisaient aux Juifs d’importants secteurs d’activité économique et sociale23. De cette manière, une partie de la population a été légalement placée à l’écart de la légalité et sans possibilité d’appel, au point que, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, maints survivants n’ont pas pu récupérer leurs entreprises ou sociétés car les nouveaux propriétaires (dont la légitimité serait du moins discutable) ont invoqué la loi qui sauvegardait leur position, en effaçant toute possibilité de crime ou de faute. Un facteur aggravé dans l’après-guerre par le retour a la normalité, qui a produit la fausse impression que les avantages injustement acquis avaient un fondement légal. Comme le signale le sociologue et psychologue Harald Welzer, un événement « considéré comme historique par la postérité, est rarement perçu comme tel en temps réel », si bien que « les changements de cadre de vie ainsi que de normes consensuelles [ne] se remarquent à peine24 ».

  • 25 Genet, J. Op. cit., p. 196-197.
  • 26 Cyrulnik, B. Mourir de dire : la honte. Paris : Odile Jacob, 2010.
  • 27 Ibid., p. 225.

18En effet, lorsque l’individu se dégrade au point de dépasser « les bornes de l’indécence », on ne peut plus lui appliquer les lois25, ni juridiques ni morales. Comme le signale Cyrulnik26, l’effondrement temporaire des structures sociales qui a suivi la débâcle du nazisme a « autorisé » les soldats à violer les femmes allemandes : sous prétexte que ce n’était pas un acte si grave quand on le comparait aux millions de morts ou à la destruction totale des villes et à la ruine des pays de l’Est, quelques soldats russes et français se sont autorisé de tels comportements sans pour autant expérimenter un sentiment de faute d’aucun type. L’obéissance à une autorité ou à une loi folle dans un contexte de conflit peut faire que le passage à l’acte soit valorisé, si bien que l’individu n’est qu’un simple rouage dans un système aussi illicite que vicieux. Il paraîtrait donc qu’une fois que les structures légales sont perverties, la loi n’existe ni s’applique que dans le propre groupe, maintenue ou sauvegardée sur la base des codes de l’honneur. Et ces cultures de l’honneur entraînent « un code de rituels dont le non-respect déclenche l’indignation27 ».

19Ainsi, ces situations de devoir d’obéissance à une autorité devenue perverse nous renvoient à une sorte de théâtre de l’honneur où tout, y compris le crime, est plus supportable (et préférable) avant que d’être signalé par le regard réprobateur d’autrui. De cette manière, l’on peut affirmer qu’il y a une imposition de l’honneur en tant que bien au-dessus de la loi : un critère arbitraire (un code vestimentaire, certaines pratiques sexuelles ou religieuses, ou encore une série de gestes) qui apparaît comme impératif, à la force d’une loi primaire ou primitive, et qui n’est jamais loin de la violence : violence contre la femme qui refuse un mariage arrangé, violence contre l’homme qui refuse de donner sa vie pour protéger sa patrie, violence physique et psychologique contre la femme qui n’est plus vierge avant le mariage… violences commises au nom de l’honneur, qui s’érige de cette façon en valeur suprême.

  • 28 Cohen D., Nisbett R.E., « Field experiments examining the culture of honour: The role of institutio (...)

20Comment agir donc en cas d’opposition ou désaccord entre loi morale et loi juridique ? Aujourd’hui on demande à un procès de remplacer le règlement par le plus fort, et dans une société bien organisée les représentants de la loi interviennent à la place des individus. Mais il reste toujours des espaces flous où l’ambiguïté de l’interprétation ne finit pas de brouiller la distinction entre les ordres normatifs, tout en mettant en cause la primauté des systèmes réglementaires. À titre d’exemple : quelques chercheurs nord-américains ont envoyé des candidatures de travail avec des faux CV où ils signalaient avoir poignardé et tué un homme qui avait eu une liaison avec sa fiancée. Tandis que les patrons du Nord des États-Unis n’ont pas répondu (hormis un seul, qui refusait d’embaucher de criminels), la plupart des patrons des États du Sud ont été plus compréhensifs et chaleureux dans leurs réponses, en louant l’honnêteté et l’attitude du faux candidat. Dans la même étude28, l’on a envoyé aux journaux des fausses histoires concernant une agression au couteau comme réponse à une injure liée à la famille ; dans ce cas-ci, les journaux du Sud ont créé et publié des récits compatissants envers l’auteur de l’agression, de façon à présenter son action comme plutôt justifiée, à la différence des publications des États du Nord. On constate donc l’importance du contexte culturel et géographique dans le degré de tolérance envers la transgression de la loi positive, qui peut se substituer ou être nuancée par la loi morale.

  • 29 Saisissant le prétexte des attentats commis par des groupes anarchistes en 1893 et 1894, le gouvern (...)
  • 30 https://www.bez.es/60977877/franco-firmo-una-cada-cuatro-leyes-vigentes.html
  • 31 Résolution du Parlement européen du 25 octobre 2018 sur la montée des violences néofascistes en Eur (...)

21Ce qui peut paraître un risque ou une source d’insécurité juridique, à savoir la présence de la morale au même plan que la loi juridique, pourrait être au contraire un contre-poids nécessaire pour éviter la perpétuation de lois perverses ou scélérates, à l’instar de celles adoptées en France par la Troisième République entre 1893 et 189429, ou encore des lois franquistes qui demeurent en vigueur en Espagne aujourd’hui (27 % de l’ordonnancement juridique de ce pays30). À cet égard, le Parlement Européen a demandé la proscription des organisations et associations franquistes, notamment la fondation Francisco Franco, une entité qui glorifie une dictature et ses crimes. Cette fondation, qui a reçu des subventions publiques du Ministère espagnol de l’Éducation et de la Culture, célèbre le coup d’état franquiste et organise annuellement des hommages à la figure du dictateur. L’abondance de manifestations publiques où l’exhibition de symboles fascistes se fait librement et impunément semble suggérer que la morale tombe en défaillance face à une situation légale dont l’origine se trouve dans un état d’exception qui s’est prolongé pendant presque quarante ans. Dans ce sens, le titre de la Résolution du Parlement européen du 25 octobre 2018 déclare la montée des violences néofascistes en Europe, tout en affirmant l’existence de « partis politiques ouvertement […] néonazis, racistes et xénophobes [incitant] à la haine et à la violence dans la société31 », entre autres situations normalement considérées hors la loi. Face à cette situation, les rappels à l’ordre de l’autorité législative suprême peuvent paraître insuffisants. En tout cas, ils illustrent la présence de groupes théoriquement criminels (du moins en ce qui concerne leurs postulats) qui cohabitent dans les systèmes de pouvoir, ce qui constituerait, en conclusion, la plus grande perversion de la loi : le détournement de l’appareil légal à des fins idéologiques liberticides.

Haut de page

Notes

1 Article 5 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.

2 « “You got any identification, mister?”, the policeman asked in a voice that hoped that Ignatius was officially unidentified ». Toole, John Kennedy. A Confederacy of Dunces, Penguin classics, New York, 1980, p. 3.

3 Beckett, S. Molloy, Éd. Minuit, 1951, pp. 25-26.

4 Ibid.

5 La portée collective de ce sentiment apparaît davantage si l’on examine l’étymologie des mots. Ainsi, le mot « honte » dérive de « vergogne », un terme vieilli qui n’apparaît actuellement en français que dans sa tournure négative (« sans vergogne »). En espagnol et en italien, pourtant, la vergüenza et la vergogna sont des termes qui font partie du langage quotidien et qui servent en quelque sorte à structurer la communauté à partir de la défense de la dignité de l’individu qui la convoque. À partir de la verecundia latine (« retenue, réserve, modestie »), l’adjectif verecundus va désigner celui qui est respectueux, tout en imposant un comportement à partir de la crainte religieuse ou le scrupule face à l’autorité. C’est ainsi que la honte définit le héros homérique, puisqu’en faisant appel à l’aidôs on interdit à l’homme la lâcheté et les attitudes indignes, celles qui l’empêcheraient d’atteindre la gloire et le salut (Iliade, XV, 561-562). Cette conscience publique, espèce de regard mutuel présent aussi chez Hésiode (Travaux, 200), détermine la conduite sous peine d’opprobre, et se trouve toujours présente dans le domaine politique.

6 Cassin, B. (Éd). Vocabulaire européen des philosophies. Paris : Seuil, 2004, p. 1338.

7 Cf. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales : https://www.cnrtl.fr/definition/dévergondé [dernière consultation 29 août 2019].

8 La question que posent donc les frères de Platon est simple : est-ce qu'être un homme juste ce n’est pas en réalité être assez naïf pour respecter les lois et la morale même si cela peut être désavantageux ?

9 En s’opposant au conformisme social du califat Abbasside, Al-Sulâmî affirme la nécessité de se cacher pour être pieux, pour prier et pour donner l’aumône. De cette manière, la doctrine des Malâmatiyya condamne toute forme d’indulgence, en tant qu’obstacle au progrès spirituel, et revendique la publicité des actes abjects et odieux comme refus de la complaisance qui corrompt l’individu.

10 Decoroso est le mot en espagnol et en italien pour une attitude bienséante ; l’antonyme indecoroso relève donc de ce qui attaque l’honneur.

11 « Es wäre nutzlos, es ihm zu verkünden. Er erfährt es ja auf seinem Leib. ». Kafka, F. In der Strafkolonie, dans Ein Landarzt und andere Erzählungen. Paris : Gallimard, 1996, p. 42.

12 Pensons, par exemple, au tribunal rudimentaire qui, installé dans le salon, mange le petit-déjeuner de l’accusé ; à la répétition de la scène le même soir dans la chambre de Frau Bürstner ; au premier interrogatoire, dans une salle bondée où le protagoniste littéralement amuse la galerie (« die Galeriebesucher in der Nähe schienen darüber begeistert, daß der Ernst, den K. in die Versammlung eingeführt hatte, auf diese Weise unterbrochen wurde », dans l’original) .

13 Casanova, P. Kafka en colère. Paris : Seuil, Fiction et Cie, 2011.

14 « Jemand mußte Josef K. verleumdet haben, denn ohne daß er etwas Böses getan hätte, wurde er eines Morgens verhaftet. » (« On avait sûrement calomnié Joseph K., car, sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté un matin. »).

15 « einen groben Spaß […] die Kollegen in der Bank veranstaltet hatten […] ; vielleicht brauchte er nur auf irgendeine Weise den Wächtern ins Gesicht zu lachen, und sie würden mitlachen ». p.10

16 « war es eine Komödie, so wollte er mitspielen ». Ibid.

17 Le manuscrit contient une explication alternative, avec la phrase rayée « de crainte qu’on ne se moquât de son excès de sérieux ».

18 « An welchem Theater spielen Sie ? » p.230

19 « Alte, untergeordnete Schauspieler schickt man um mich ». Ibid. ?

20 L’impossibilité d’accéder à la loi est réifiée dans ce roman par le personnage du père de Barnabas, qui ne peut se faire pardonner par l’Administration du Château car, d’abord, il doit déterminer la culpabilité, et cela lui est refusé dans les bureaux (« Aber um Verzeihung zu bekommen, mußte er erst die Schuld feststellen; und die wurde ihm ja in den Ämtern abgeleugnet »).

21 « Les Allemands seuls, à l’époque de Hitler, réussirent à être à la fois la Police et le Crime […] magistrale synthèse des contraires ». Genet, J. Journal du voleur, Paris : Gallimard, 1949, p. 214.

22 Depuis le 1er janvier 1938, toute activité commerciale (commerce de détail, artisanat, toute offre de biens et de services) était interdite aux Juifs. Jusqu’à l’automne de cette même année, plus de la moitié des quelque 100.000 entreprises de propriétaires juifs sont saisies. Celles qui restent sont alors liquidées ou remises par coercition à de nouveaux propriétaires non juifs (donc « aryanisées »), conformément au « Décret pour l’élimination des Juifs de la vie commerciale allemande » du 12 novembre 1938 (Verordnung zur Ausschaltung der Juden aus dem deutschen Wirtschaftsleben).

23 Cf. Alya Aglan, « L'aryanisation des biens juifs sous Vichy : les cas comparés de la France et de l'Allemagne », Revue d’histoire moderne & contemporaine 2002/4 (no49-4), p. 154-169.

24 Welzer, H. « Crise : le choc est à venir », Le Monde, dimanche 8-lundi 9 février 2009. Disponible sur https://www.lemonde.fr/idees/article/2009/02/07/crise-le-choc-est-a-venir-par-harald-welzer_1152206_3232.html [dernière consultation 15 novembre 2019].

25 Genet, J. Op. cit., p. 196-197.

26 Cyrulnik, B. Mourir de dire : la honte. Paris : Odile Jacob, 2010.

27 Ibid., p. 225.

28 Cohen D., Nisbett R.E., « Field experiments examining the culture of honour: The role of institutions in perpetuating norms about violence », Personality and Social Psychologie Bulletin, 1997, 23, p. 1188-1199.

29 Saisissant le prétexte des attentats commis par des groupes anarchistes en 1893 et 1894, le gouvernement de Jean Casimir-Périer puis celui de Charles Dupuy faisaient adopter les 11 décembre 1893, 15 décembre 1893 et 28 juillet 1894 trois lois qui constituèrent de graves atteintes à la liberté de la presse et а la liberté d’opinion.

30 https://www.bez.es/60977877/franco-firmo-una-cada-cuatro-leyes-vigentes.html

31 Résolution du Parlement européen du 25 octobre 2018 sur la montée des violences néofascistes en Europe, P8_TA-PROV(2018)0428.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillermo Héctor, « Les perversions de la loi : fiction théâtrale et immoralité »TRANS- [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 06 mars 2020, consulté le 04 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/trans/3659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trans.3659

Haut de page

Auteur

Guillermo Héctor

Guillermo Héctor est doctorant en Littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 où il prépare une thèse sous la direction de Tiphaine Samoyault. Son travail porte actuellement sur la honte et la mémoire collective à partir des œuvres de Javier Cercas, Marguerite Duras, Philip Roth et Christa Wolf. Membre du Comité de rédaction de la Revue TRANS- de littérature générale et comparée, il est coorganisateur du séminaire « Hors la loi » du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (CERC).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals