Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Les recueils de mirabilia à l’épo...

Les recueils de mirabilia à l’époque humaniste : l’anomalie collectée pour le plaisir et pour la science

Mirabilia Collections in the Humanist Period: the Anomaly Collected for Pleasure and for Science
Le raccolte di mirabilia in epoca umanista : l’anomalia collezionata per il piacere e per la scienza
Mila Maselli

Résumés

Les observationes raræ sont des récits d’expériences : de nature hétéroclite, elles peuvent rapporter les descriptions d’anomalies physiques ou d’affections remarquables que le médecin a rencontrées dans l’exercice de sa profession. Rejetés du champ de recherche de l’aristotélisme, les mirabilia deviennent très à la mode pendant l’Humanisme et trouvent une forme de légitimité dans la publication de recueils de ces cas cliniques étonnants. À travers la lecture de diverses observationes raræ de médecins humanistes, nous interrogerons les relations que ces événements racontés entretiennent avec le savoir : à partir du moment où l’anomalie inexplicable attire l’attention des théories de la connaissance, elle se charge de valeurs et d’attributs épistémologiques inédits.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Antonio Benivieni, De abditis ac non nullis ac mirabilis morborum et sanationum causis, Florence, F (...)

1 En 1507, Girolamo Benivieni fait publier un livre de son frère, le médecin florentin Antonio Benivieni (1443-1502) : De abditis non nullis ac mirandis morborum et sanationum causis1. Il s’agit de cent-onze cas cliniques que l’auteur a enregistrés tout au long de sa carrière de praticien, mais qu’il n’a pas eu le temps de publier de son vivant. Le livre de Benivieni est l’une des premières publications de cas cliniques réunis dans une collection. D’autres médecins, à sa suite, prendront l’initiative d’éditer des recueils de cas par centuries, en leur appliquant des dénominations qui se seront de plus en plus définies au fur et à mesure que le genre précise son identité et se distingue lui-même en sous-genres : historiæ, ou bien observationes, ou encore curationes, très souvent accompagnées de qualificatifs comme raræ, mirandæ, admirandæ.

  • 2 Gianna Pomata a consacré plusieurs travaux au genre des observationes. Cf., par exemple, Gianna Pom (...)
  • 3 C’est ce qu’Ann Blair appelle factoids, c’est-à-dire ces bribes hétéroclites de savoir qui allaient (...)

2 Le récit de cas est un genre épistémique qui apparaît vers la seconde moitié du XVIe siècle, bien qu’il ait circulé sous diverses formes depuis le Moyen Âge2. Autrefois consacré à l’illustration ponctuelle de théories ou à la description épisodique des bizarreries de la nature, la narration du cas empirique et notamment de l’événement particulièrement étrange prend un essor inédit grâce la conjonction et l’enchevêtrement de plusieurs facteurs : tout d’abord l’engouement humaniste vis-à-vis de faits et phénomènes bizarres et inexplicables, mais aussi le développement de l’imprimerie qui a permis la diffusion des collections de récits courts, de faits divers, de légendes populaires, de témoignages en tout genre3 et, pour finir, l’expression de l’autoconscience d’une catégorie de médecins, très souvent praticiens voyageurs, qui publient leurs expériences pour obtenir la protection de communautés citoyennes ou des cours aristocrates. Ces facteurs sont tout aussi liés à la « redécouverte » d’Hippocrate à partir du XVIe siècle, grâce à la publication de ses opera omnia en 1526 et 1538 et de ses traductions latines en 1525 et 1546. Avec ces parutions, la médecine humaniste a accès à des textes, des théories et des conceptions de la pratique médicale elle-même jusque-là ignorées ou seulement abordées à travers les commentaires de Galien ou par les traductions arabes médiévales. De fait, l’hippocratisme, tel qu’il réapparaît au milieu du XVIe siècle, remet en cause, s’il ne le contredit pas, le système humoral et qualitatif de Galien, en accordant une place prépondérante à l’observation clinique et à la spécificité de l’individu.

3 Dans cet article, il sera question d’analyser des approches des phénomènes considérés comme « anomaux » dans des écrits médicaux et selon l’évolution de la science de matrice scolastique pendant l’Humanisme : à cette époque, ce groupe de phénomènes, autrefois apanage de l’histoire naturelle et liquidés par l’aristotélisme comme des irrégularités de la nature, commence à franchir le seuil du domaine de la pathologie et à susciter de plus en plus la curiosité des médecins. À partir du moment où elle devient objet d’attention des théories de la connaissance, l’anomalie est donc chargée de nouvelles significations et de nouveaux attributs épistémologiques.

  • 4 Nous mentionnons le Commentarius de præcipuis divinationum generibus, Witteberg, Johann Krafft, 155 (...)

4 Bien que des écrits théoriques de l’époque se soient déjà penchés sur les anomalies médicales4, c’est la forme narrative qui semble être davantage liée à cette attention renouvelée à l’âge humaniste. En effet, à une époque où la reproductibilité de l’image devient complémentaire, voire rivale de la description verbale, la narration peut rendre compte de l’anomalie en termes de processus, observé dans ses évolutions et changements, et non seulement en tant qu’état. Nous interrogerons des récits d’anomalies par des écrits de trois praticiens d’époques différentes qui ont, chacun pour des raisons différentes, eu recours à la narration du cas anomal : Valesco de Taranta, Antonio Benivieni, Martin Ruland. Selon une posture propre aux auteurs d’écrits factuels, les trois médecins affirment avoir élaboré leurs écrits à partir d’enregistrements et de données appartenant à la réalité des faits et des effets (et non, par exemple, des théories et des opinions).

5 Le médecin auteur de cas clinique se raconte en train d’appréhender des signes et de tenter de donner une consistance à une série de manifestations qui enfreignent les normes, les formes, les modes connus. Aussi, intervient-il dans le texte à la fois comme principe d’organisation narrative et instance intra-diégétique, c’est-à-dire comme sujet et objet de la narration. Et c’est précisément à partir de cette double focalisation que le mirabile, un objet de connaissance aux contours épistémologiques encore flous, est défini et délinéé par ses qualités et propriétés.

Des mirabilia aux observationes

6 Mirandum : c’est un adjectif qui, tout comme admirandum, mirum, mirabile, rarum, novum, dans l’univers scientifique du Moyen Âge et de la Modernité, recouvre un spectre sémantique bien précis, quoique problématique, et qu’en éditant le recueil de son frère, Girolamo Benivieni n’a pas choisi au hasard.

  • 5 Voir Jean Céard, La nature et ses prodiges, Genève, Droz, 1996, p. 60-84.
  • 6 Pierre Boiastuau, auteur d’un recueil d’Histoires prodigieuses qu’il vante comme étant le premier o (...)

7 Pour saisir le sens de ce qui est mirandum, il est tout d’abord utile de se rapprocher de ces recueils de faits prodigieux et étonnants, les mirabilia, que l’Humanisme avait récupérés de la tradition latine et médiévale. L’objet de ces récits ou descriptions sont des phénomènes remarquablement anomaux, insolites, des événements comme les comètes ou les éclipses, les naissances d’êtres monstrueux, les manifestations étonnantes d’une maladie, tout type d’épiphénomène étrange pour lequel il est impossible de remonter à la cause. Le XVe siècle vit un épanouissement du goût pour l’extraordinaire : les chroniques de l’époque grouillent de faits rares et d’histoires étranges, les lecteurs en sont assoiffés5. Des recueils se multiplient et connaissent de nombreuses rééditions en peu d’années ; des faits extraordinaires relatés par les anciens refont surface, sont réunis dans des recueils et parfois sont lus comme des signes annonciateurs d’événements futurs6.

  • 7 Aristote, Métaphysique, I, 981a, 9-21.
  • 8 Dans ses interrogations sur les frontières entre le pathologique et le physiologique, Canguilhem me (...)

8 Quel est le propre d’un casus mirandus en médecine ? Dans sa réflexion sur les rapports expérience-art-science, dans sa Métaphysique, Aristote renvoie précisément à la augismédecine : selon lui, l’art médical est cette discipline qui, tout en s’appuyant sur des données sensibles particulières, permet à l’homme, grâce à l’expérience et « aux sciences de la théorie » (ai theôrêtikaì) de les dépasser, en remontant aux catégories générales7. Selon l’optique hippocratico-galéniste, la maladie est en effet contemplée sous les termes généraux d’un dérèglement des humeurs : produite par des circonstances physiques, géographiques, environnementales, comportementales, elle se guérit par un traitement ciblant le rétablissement des équilibres. L’anomalie, quant à elle, relève plutôt du singulier, du non prévisible, du non sériel, et échappe aux lois universelles, c’est pourquoi elle n’a pas le droit de paraître dans les textes didactiques : le facteur individuel est ici totalement neutralisé, au nom d’une généralisation plus pédagogiquement efficace8.

  • 9 Céard, op. cit. ; Lorraine Daston, « Marvelous Facts and Miraculous Evidence in Early Modern Europe (...)
  • 10 Pour le statut de l’historia dans le discours scientifique, voir Gianna Pomata, Nancy Siraisi, (éds (...)

9 Jean Céard et Lorraine Daston9 se sont penchés sur ce groupe de phénomènes et ont tenté d’en isoler les caractères : les mirabilia ont été au fur et à mesure regardés en tant que manifestations d’origine naturelle bien qu’insolites (Aristote), ou alors comme des signes à déchiffrer dans une optique divinatoire (Cicéron) ou encore comme des événements miraculeux produits par la volonté de Dieu (Augustin). Au troisième livre de sa Summa contra gentiles, dans une partie consacrée à la définition de ce qui est singulier ou prodigieux, Thomas d’Aquin isole les faits véritablement miraculeux qui sont, eux, produits par Dieu et qui échappent à la compréhension, en les distinguant de ceux qui sont naturels, sériels et ordinaires, ainsi que des mirabilia (qui peuvent être produits par des agents tiers ou par le diable lui-même). Situés dans l’intervalle ambigu entre les naturels et les surnaturels, les mirabilia sont philosophiquement admis dans le groupe des phénomènes dits « préternaturels » dont le statut n’est point mis en discussion. En effet, en ce qui concerne raison d’être de ce type d’événements éventuellement insérés dans des manuels et des recueils qui se veulent « techniques », le mirabile n’a pas forcément la prétention d’être expliqué. Le format narratif ou descriptif des mirabilia est strictement lié au rang que la scolastique octroie à l’historia en tant qu’expression du domaine des faits et des effets, opposé à la philosophia qui est le domaine de la connaissance et de l’exposition des causes10.

Valesco de Taranta et le goût pour l’insolite

  • 11 Valesco de Taranta, Practica usualis quæ alias Philonium dicitur, Lyon, Mathias Huss, 1490.
  • 12 Aristote, Seconds Analytiques, 19, 100a.

10 Cité de nombreuses fois dans les recueils d’observationes raræ, Valesco de Taranta est un médecin portugais auteur d’une Practica publiée à la fin du XVe siècle qui connut un succès certain11. Cette Practica est, de fait, un manuel, un vade-mecum pour le médecin, subdivisée en sept « particulæ » de capite ad calcem, c’est-à-dire selon sept zones du corps observées « de la tête aux pieds ». Ces particulæ, à leur tour, s’organisent en chapitres, chacun consacré à une affection ou une maladie. L’exposition de chaque maladie s’articule en cause, signa, prenosticationes, une cura à administrer, auxquels peut succéder une dieta. Aussi, des explications supplémentaires peuvent trouver leur espace dans une declaratio ou une clarificatio finales. C’est le moment où le discours prend un ton plus spécifiquement pédagogique (et où abondent des formules comme notandum est, « il est à remarquer » ; vide, « vois » ; scias ut, « sache que »; intellige, « relève » ; dico, « je dis ») et où l’auteur peut s’attarder sur des points doctrinaux en évoquant aussi des préceptes ou des divergences entre auctores. C’est notamment au sein de la declaratio que de courtes histoires peuvent être insérées pour confirmer ou bien pour rectifier une théorie. Diluées parmi des expériences sérielles (vidi frequenter), ou d’autres histoires singulières racontées par les auctores, ces historiæ sont le plus souvent organiquement rattachées à l’ensemble de chaque particula. À l’intérieur de celle qui se veut une organisation la plus exhaustive possible d’un savoir, ces faits complètent la théorie sans aucune volonté apparente de s’éloigner de l’épistémologie aristotélicienne. En effet, le principe autoptique qui est à la base de ces récits (vidi) ne saurait se constituer à lui seul comme fondement de connaissance, ni « préexister », en quelque sorte, à son objet. Il a plutôt la fonction de fixer ce savoir, lorsqu’il s’agit de raconter les expériences réitérées de la manifestation d’une maladie ou bien de relater les résultats confirmés d’une thérapie. Dans ce cas, l’idée de récit chez Valesco s’accorde bien à la conception aristotélicienne d’experientia, de l’expérience comme mémoire de faits répétés12. Et c’est précisément la fréquence de ces « îlots narratifs » incrustés dans le tissu explicatif de la practica qui a permis à ses récits d’accéder aux recueils d’observationes un siècle plus tard.

11 Or, le goût de Valesco pour le fait concret se manifeste aussi dans le récit de cas singuliers qui ne gardent que quelques éléments en relation avec la partie du corps ou l’affection auxquelles ils ont été annexés. Dans ce cas particulier, le médecin portugais préfère les introduire avec une note de précaution. L’exemplum que nous abordons est en effet annoncé par cette phrase : « Il convient d’enregistrer dans les livres ces cas qui surviennent rarement dans la médecine. » C’est une notation d’une extrême importance, car elle tente de justifier d’un point de vue épistémologique la présence d’une historia qui en soi ressemble très peu à la confirmation d’une théorie générale ou à son illustration empirique. Le cas est inséré à l’intérieur d’un chapitre sur les menstruations et au bout d’un raisonnement sur l’interruption des règles chez les femmes âgées.

  • 13 « Dignum est quod illa quæ in Medicina raro accidunt in voluminibus conscribantur. Retulit mihi mul (...)

Une femme militant dans un ordre m’a raconté que dans un autre monastère, en une localité appelée Monuerus, il y avait une mère supérieure qui, à cause de la vieillesse, n’avait plus ses règles depuis longtemps et à laquelle vinrent plus tôt les cheveux blancs et qui perdit presque toutes les dents molaires. On ne distinguait qu’une poitrine exiguë, voire inexistante, et elle avait sur le visage des rides très profondes. Or, il arriva un jour que tout ce qui sortait et poussait de cheveux et de poils devint tout noir et que les dents et les molaires poussèrent comme il arrive aux enfants. Ainsi, même les règles vinrent et coulèrent en abondance, tout comme chez les jeunes filles. Les seins étaient bien turgides, comme chez une vierge. Les rides disparurent et le visage était si beau que cette honnête religieuse en avait honte. Elle vécut longtemps une existence pieuse, et celui-ci fut comme un fait prodigieux qui arrive rarement13.

12 Le noyau narratif semble s’articuler autour des menstruations, qui rallient le cas au chapitre de la practica, toutefois, celles-ci constituent, avec l’allusion à l’âge sénile, le seul élément qui justifierait la présence de cette histoire dans le chapitre.

  • 14 Pour les dispositifs linguistiques et narratologiques des récits de métamorphose, cf. Guy Achard-Ba (...)

13 Le cas rapporté oscille alors entre le plan de l’évidence biologique envisageant certaines transformations comme naturelles et évidentes et celui d’une atmosphère perceptive qui enregistre l’anomalie et qui est, par ses principes, « bornée », limitée au plan des apparences. Pour bien saisir ce point, il convient de nous arrêter sur les procédés généraux de tout récit de métamorphose, car d’un point de vue narratologique, un processus de métamorphose requiert tout d’abord l’instauration d’une identité référentielle initiale et, par la suite, des qualités à attribuer à cette identité selon les différentes phases de l’évolution14. Effectivement Valesco fixe tout de suite les propriétés de l’état initial du sujet de la métamorphose : la vieillesse, donc, ainsi que l’appartenance de la femme à un ordre monacal. Ce moment de la narration répond par ailleurs en tout terme aux mesures sémantiques de la practica demandant la définition préalable des propriétés physiologiques et, dans la mesure du possible, étiologiques de l’affection : l’interruption des règles est définie par sa cause, la vieillesse. Et c’est la cause, notamment, le référent ultime des phénomènes morbides d’un point de vue médical. En revanche, dans ce récit, l’instance focale n’est plus celle objective de l’évidence théorique, mais repose sur des propositions qui, tout en marquant une conscience perceptive de l’événement, affichent la portée limitée de cette perception, qui ne peut saisir que les apparences de cette anomalie sans parvenir ni à les démontrer, ni à recourir à un plan de connaissances externes à l’événement pour les expliquer.

14 Ainsi, à l’égard de la souveraineté ontologique du sujet de la métamorphose, une vieille religieuse, ses changements sont rapportés comme atomisés et déliés de l’unité du corps, ou encore définis par voie de comparaisons. Les changements survenus aux cheveux, aux dents, à la poitrine et dans le cycle menstruel sont, pour que l’image se précise à l’auditoire, comparés à des repères connus par tous, comme « les enfants », « une vierge », « les jeunes filles ». La comparaison, reposant sur des données perceptives, est un dispositif typique des récits de métamorphoses et marque la difficulté dans la re-catégorisation du sujet de la transformation : la femme reste une vieille nonne tout en ayant toutes les caractéristiques d’une jeune femme.

  • 15 « Il y avait la ville de Monedrum, autrefois Sagonte, au royaume de Valencia. Là-bas, écrit Valescu (...)
  • 16 Il ne doit pas surprendre que Delrío compte Valesco parmi les témoins alors que celui-ci parlait pa (...)
  • 17 « Non inde sequi, illam dæmoni quoque ignotam esse aut impossibilem », Delrío, op. cit., p. 230.

15 Valesco déroge alors aux normes de la practica qui n’accepterait des récits d’expériences que dans la mesure où ils seraient utiles à l’apprentissage, et relate un cas qui est juste anomal et inexplicable. L’adjectif rarum introduit et clôt comme dans une boucle ce cas qui finalement n’a plus rien de strictement clinique : chez cet auteur appartenant à la dernière époque de la médecine scolastique, il vient affermir une des acceptions du qualitatif « rare » attribué à un fait. Celui-ci est en effet relégué dans le territoire des événements « préternaturels », acceptés même s’ils ne sont pas explicables, et sa rareté devient ici le synonyme de « mystère ». Cent ans plus tard, le jésuite Martín Delrío insère cette histoire dans ses célèbres Disquisitionum magicarum libri sex15, un des textes les plus importants de l’Inquisition de la Contre-Réforme. Dans un chapitre de son ouvrage, Delrío se demande si des phénomènes comme le rajeunissement inespéré peuvent être attribués à la main du Diable. Il évoque diverses histoires racontées dans la mythologie et dans les textes sacrés, et à la fin de son commentaire il cite Valesco, considéré comme un des « témoins »16 de ce phénomène, à côté du savant espagnol Antonio de Torquemada. Delrío récupère précisément l’histoire de Valesco comme l’exemple des événements prévus par la nature mais tout de même inexplicables par la science. Toutefois, cela ne veut pas dire, conclut Delrío, « que le Diable les ignore et qu’ils soient au-dessus de ses capacités »17.

Benivieni et la curiosité humaniste

16 Quelques décennies séparent la publication de la Practica de Valesco du recueil d’Antonio Benivieni. À la différence du livre de Valesco, à la tradition bien solide de vade-mecum pour praticiens, le recueil de Benivieni fluctue dans un territoire épistémologique qui, à l’époque où il a été publié, commençait à peine à sortir de la sphère privée. En effet, des cas cliniques circulaient de manière manuscrite sous forme de consultations (consultationes ou consilia) ou de lettres entre médecins : ce sont des pratiques à lier également à l’habitude, chez les savants et les voyageurs, d’enregistrer des cas curieux pour leur documentation et souvenir personnels. Bien que, au-delà de quelques descriptions concernant le type de constitution du malade et les signes de l’affection, les écrits de Benivieni semblent donc peu portés à l’usage pédagogique, c’est bien pour l’utilité publique (publica utilitas), que son frère a décidé de les faire connaître.

  • 18 Johann Schenck von Grafenberg, Observationum medicarum, rararum, novarum, admirabilium, et monstros (...)
  • 19 Parmi les histoires recensées par Benivieni, figurent des cas de pierres retrouvées dans l’estomac, (...)

17 Dans sa célèbre anthologie d’observationes, Johann Schenck mentionne Benivieni comme le premier, parmi ses contemporains, à avoir « brisé la glace », ainsi qu’un « flambeau permettant aux autres d’entreprendre la voie des écritures de cas avec plus d’hardiesse »18. Le facteur de cohésion des histoires de Benivieni est l’unicité (ou la rareté) de chaque cas et notamment le fait qu’aucun d’entre eux ne puisse être associé à une explication théorique : les références aux auctores sont ainsi réduites à quelques rares évocations19. Ce qui, à l’époque de Valesco, n’avait droit d’apparaître dans des textes médicaux que de manière ponctuelle et non systématique, commence à trouver, à partir de la publication de Benivieni, sa légitimation éditoriale et épistémique.

  • 20 À titre d’exemple, est assez significatif le destin des quelques cas cliniques du médecin milanais (...)

18 Un élément qui caractérisera par la suite les recueils de cas rares est le titre devant chaque cas, présent déjà dans les anthologies de mirabilia et dont la fonction est de renvoyer à l’anomalie dont il sera question dans le récit qui suivra. Artefact éditorial, le titre relève du catalogage et d’une identification du contenu plus rationnelle et immédiate20.

19 Mais revenons à Benivieni. Ce cas s’intitule : « Écoulement de sang des pores » :

  • 21 « Novi hominem robustum admodum : qui trigesimum et sextum agens annum sæpe mecum conquestus est de (...)

J’ai connu un homme très robuste de 36 ans qui se plaignait souvent avec moi d’un suintement de sang périodique qui l’affligeait péniblement tous les mois. Et quand je lui demandai de quelle partie du corps coulait le sang, il me répondit qu’il ne le savait pas. Étonné (admiratus) par ces mots, je lui dis : « Mets à nu l’endroit d’où cela coule ». Après avoir enlevé son vêtement, il me montre le flanc droit, la zone derrière laquelle il y a le bas du foie. J’examine scrupuleusement (diligenter lustro oculis) la partie, au cas où il y aurait une perforation ou une cicatrice : mais je considère que tout est uniforme, que la chair est souple et lisse, et je ne constate (inspicio) aucun signe d’aspérité ou de cicatrice. Je redoute alors (suspicor) d’être dupé par cet homme. Et puisqu’il s’aperçoit de cela, il me dit : « Dans quelques jours je t’enlèverai ces doutes. En effet, le temps où le sang commence à couler s’approche. »21

20 Un élément typique, quoique non obligatoire dans ce type d’écrits, est l’énonciation à la première personne du narrateur qui a assisté au fait, recueille l’anamnèse par le patient (ou ses proches) et l’organise à l’écrit : le principe autoptique atteste la véracité du récit, peut l’ancrer dans un temps et un endroit précis, et, en même temps, permettre des allers-retours entre le plan du réel, perçu par le médecin (couvrant ici d’abord le stade de la vision et ensuite celui du toucher), et celui de sa réélaboration mentale. La narration favorise aussi de prendre en compte, dans un seul geste énonciatif, toute une série de facteurs comme la physiologie, la sémiotique, l’étiologie, la thérapie qui, dans un traité théorique comme une practica, seraient, en revanche, affrontés séparément. De fait, cette sanatio semble vouloir reproduire, en termes narratologiques, les étapes idéales de l’art médical : c’est la parabole allant d’un état de la maladie à une résolution, en passant par l’intervention du praticien. C’est ce qui deviendra, lorsque le genre se stabilisera dans les années suivantes, le schéma caractéristique d’une curatio : ainsi, comme première étape, le médecin rend compte de la constitution du malade et puis repère et identifie les signes de la maladie.

21 Mais dans l’histoire de Benivieni, c’est déjà à ce premier niveau d’action du médecin, pourtant indispensable dans son exercice, la sémiotique, que l’anomalie pointe de manière retentissante, car elle se produit tout d’abord comme un vide référentiel : de fait, le médecin n’arrive pas à identifier les signes (« nullam notam inspicio »).C’est la mise en récit qui permet à cette absence d’émerger sous la forme sociale du dialogue, rapporté au discours direct, entre praticien et patient. Moment topique d’une séance clinique, cet échange se révèle lui aussi paradoxal, puisqu’il n’aboutit à rien. Elle est matérialisée ultérieurement par le geste théâtral d’un déshabillage qui ne dévoile rien et finalement intériorisée par les inquiétudes du médecin. La sémantique du mirabile dans le discours médical est toute là : précisément dans le spectre de sens du doute, de l’hésitation entre deux plans, de l’étonnement, de la crainte.

  • 22 « Reversus perendie uno superposito digito locum fluxus contegebat : quo amoto non secus emanavit s (...)

Revenu le surlendemain, il couvrait avec son doigt l’endroit où le sang coulait : une fois enlevé le doigt, le sang jaillissait tout comme (non secus... ac si) par une veine incisée. Et l’écoulement ne cessa pas avant d’avoir émis une livre de sang. Même après cet épanchement, il n’était pas possible de discerner (discernere) d’où cela sortait. J’estimai (existimavi) qu’une petite veine adhérait par son bout aux petits pores de la peau et que régulièrement elle faisait ainsi évacuer le sang. Je soignai alors l’homme juste avec une saignée tous les mois à la veine hépatique. Une fois lui avoir ordonné un régime de vie soigné et avoir maintenu la thérapie jusqu’au sixième mois, l’homme guérit22.

  • 23 Pour, la sémiotique, la conjecture, les théories de l’interprétation des signes en médicine, cf. Ia (...)
  • 24 Un saignement anomal dans la région hépatique a été également enregistré par le célèbre médecin d’É (...)

22 Le rétablissement du patient venant boucler la courte histoire est thématiquement conforme au titre du recueil, qui promet de raconter des cas de maladies aux causes occultes, mais aussi des guérisons. Cependant, l’anomalie elle-même n’est pas tout à fait résolue malgré cette guérison : si dans la première partie du récit elle prend la forme d’une curieuse rupture du pacte sémiotique entre la parole du patient et l’évidence du mal dont il se plaint, dans la seconde, elle affecte la relation entre le signe, le mal lui-même et sa cause. Le saignement de cet homme est mirabile car il se produit comme s’il sortait d’une veine incisée : tout comme dans le récit de Valesco de Taranta, le médecin doit alors, par analogie, tenter de fixer les propriétés du phénomène obscur, en les puisant de la sphère du déjà connu. Faute d’évidence directe, le médecin rationnel ne peut donc qu’émettre un diagnostic basé sur une conjecture. Celle-ci se fonde sur la lecture et l’interprétation d’un signe probable mais pas certain23, pour se rapprocher le plus possible de la vérité. La thérapie administrée, certes, semble venir confirmer le diagnostic d’un trouble étrange24, mais la cause cependant demeure dans le territoire de la construction mentale et non pas de l’évidence empirique.

23 Dans ce sens, ce cas clinique est révélateur de l’intention globale du recueil de Benivieni : la constatation de l’anomalie, qui chez Valesco demeure anecdotique, fait ici partie d’une tension plus vaste toute tournée vers la recherche et l’appétit pour le nouveau. Les cas rapportés par Benivieni sont avant tout des objets appartenant au domaine de la curiosité et de l’investigation, et non pas (ou pas encore) à la systématisation de la connaissance. C’est un cheminement intellectuel désormais tout à fait humaniste : si le titre du recueil renvoie aux causes occultes, en effet, c’est parce que le médecin met en avant un examen pur de faits, de phénomènes, tout en procédant, avec une introspection extrêmement fine, à une recherche dont le but n’est pas précisément la théorie, ni la systématisation.

Martin Ruland, le médecin guérisseur

  • 25 « Ioannis Silbernegelin, cæmentarii filia Apolonia nata annos octodecim, Dilingæ servivit apud aulæ (...)

Apolonia, fille du maçon Hans Silbernegelin de Lauingen, de dix-huit ans, était servante à Dillingen chez un joueur de trompette de la cour. Une nuit, lorsqu’elle rentrait toute seule à la maison, un individu enveloppé dans un manteau noir (le Diable, probablement) surgit derrière elle, la saisit par les cheveux, tira en arrière sa tête et lui obstrua les narines. Ainsi malmenée, la fille ouvrit la bouche pour crier et l’autre lui mit quelque chose dans la bouche : lorsqu’elle tenta de le rejeter, il l’enfonça vers l’œsophage en la forçant ainsi à déglutir. Puis il partit. La fille perdit soudainement la parole et, une fois à la maison, resta muette pendant huit jours. Tout à coup elle commença à parler spontanément, et pendant de nombreux jours elle fit sortir par le vomi et avec une grande et atroce souffrance des choses dignes de mémoire pérenne : des aiguilles, grandes et petites, toutes sortes de clous, des mèches de cheveux enroulés, des pièces de monnaie, des épingles, des coques d’œufs tout entières, des fils, des couteaux et de nombreux autres objets que les présents à cette scène ont ramassés et ensuite mis sous mes yeux. Puis elle tomba en une sorte de crise épileptique effrayante. Finalement, elle précipita en une horrible frénésie par laquelle elle fut misérablement affligée jour et nuit et de manière presque inouïe, tout comme si elle était ébranlée, saisie et torturée par un démon. Chez elle, des médecins, des prêtres et de nombreux autres experts de magie firent beaucoup de tentatives et d’essais, mais en vain25.

  • 26 Son promoteur est le médecin suisse Théophraste Paracelse. Le paracelsisme, ou chimiatrie, a longte (...)
  • 27 Au-delà même de la transmission souterraine et pré-éditoriale de textes privés, des médecins comme (...)

24 Les centuries du bavarois Martin Ruland restent dans l’histoire comme le premier recueil de curationes de chimiatrie, c’est-à-dire de ce courant médical qui, à partir du XVIe siècle, préconisait l’introduction de remèdes chimiques dans la thérapie26. Le cadre sociologique à l’intérieur duquel Ruland évolue à la fin du XVIe siècle est désormais prêt à accueillir des collections de cas cliniques : le milieu allemand est, par ailleurs, particulièrement prolifique dans les échanges et les communications de cas cliniques entre docteurs27. À l’époque de Ruland, les curationes se sont affirmées comme genre à part entière : les lecteurs retrouvent des traits conventionnels comme la mention de l’identité du patient, des symptômes dûment recensés, la recette du médicament administré. Le praticien peut se mettre en scène en train d’affronter les cas les plus rares et difficiles : l’anomalie devient précisément ce plan épistémique où celui-ci peut exercer et ensuite exposer ses compétences conjecturales.

  • 28 Benivieni, op. cit, fol. b IIr et suiv.
  • 29 Johannes Wier, De præstigiis Dæmonum, et incantationibus ac veneficiis libri V, Bâle, Johann Oporin (...)
  • 30 Ambroise Paré, Livre des monstres, in Id., Les œuvres de M. Ambroise Paré,... : avec les figures et (...)
  • 31 Benivieni, op. cit., fol. b IIv.

25 Le cas d’une fille possédée qui vomit des clous et d’autres objets est, par ailleurs, un « classique » de la littérature de possessions. Antonio Benivieni lui-même28, et d’autres célèbres médecins comme Johannes Wier29 en Allemagne et Ambroise Paré30 en France ont relaté des cas de femmes possédées par le diable, rejetant des clous et d’autres objets par le vomi ou par la matrice. En l’occurrence, Benivieni raconte avoir été appelé au chevet d’une jeune fille saisie par des convulsions et des vomissements extraordinaires et en principe il conjecture une sorte de mélancolie causée par des vapeurs surgissant de l’utérus. Mais, puisque ses soins se révèlent vains, il décide finalement de recommander la jeune fille à des « médecins de l’esprit »31. Le récit de Benivieni s’arrête là. Il s’agit précisément d’un de ces cas de figure où le médecin s’interroge sur la possibilité d’expliquer des anomalies particulièrement insaisissables avec des moyens rationnels et sur la base de ce qui est déjà connu, avant de céder la place aux explications surnaturelles ou divines.

26 Pour revenir au récit de Ruland, cette première partie très détaillée, relatant les événements qui ont eu lieu avant l’arrivée du médecin, n’est encore une fois que la transcription, sous forme narrative, de l’anamnèse. Le récit ne saurait être si minutieux sans l’apport de la version d’Apolonia Silbernegelin elle-même, qui a vécu « toute seule » l’agression nocturne de cet individu en noir, sans le récit de ses proches, qui ont assisté à ses convulsions et ont apporté au médecin les preuves matérielles de sa possession. Le lecteur pourrait se demander si cette incise qui identifie le diable comme agresseur (« le diable, probablement ») ne fait que rapporter au discours indirect libre les sentiments de la jeune fille ou s’il s’agit d’une intervention du narrateur. Quoi qu’il en soit, la sémantique de l’épisode reste prudemment articulée sur un plan technique, par la démultiplication paratactique des détails, mais aussi par l’emploi de termes techniques comme « œsophage », « paroxysme », « épileptique ». De la même façon, le procédé analogique qui saisit les convulsions de la fille comme si elle était torturée par un esprit malin pourrait relever aussi bien d’une volonté explicative, comme pour Valesco et Benivieni, comparant entre elles des propriétés (pour que l’image soit bien saisie par le lecteur), que d’une anticipation du diagnostic du médecin.

  • 32 « Tandem desperata ab omnibus, ad me adducitur : ubi casum diligenter considero, res vomitu reiecta (...)

Finalement elle fut amenée chez moi à Lauingen, sans aucun espoir. Ici j’examine scrupuleusement le fait, j’inspecte les objets expulsés avec le vomi, je considère attentivement le maléfice, je reconnais la puissance du Diable donnée par Dieu : finalement je libère la fille du maléfice du Diable et je la sauve de cette manière. Tout d’abord, afin d’obtenir sa santé et son salut, je décide qu’on adresse des prières pieuses, publiques et privées, à Dieu et à Jésus-Christ qui détruisirent le royaume de Satan. Ensuite, lorsque les horribles convulsions épileptiques se furent un peu calmées, je lui administrai ce breuvage, au nom de la force et de la puissance de Jésus32.

27 Comme chez Benivieni, le passage entre l’anamnèse et l’intervention du médecin repose syntactiquement sur un changement plutôt subit de temps verbaux et sur une intensification de la vitesse de la narration. Le médecin prend en charge la malade et déroule un protocole rigoureusement scandé par des verbes relevant du champ lexical de l’analyse et de l’observation, tous conjugués au présent. Sur le plan de l’énonciation, le narrateur s’investit davantage dans le récit et l’intervention du médecin est enchâssée dans l’immédiateté de la lecture : c’est effectivement le moment le plus important de toute la curatio.

  • 33 Pour les rapports entre médecine et possession, cf. Rafael Mandressi, « Les médecins et le diable » (...)
  • 34 Pierre Maignart, Traicté des marques des possedez et la preuve de la veritable Possession des Relig (...)
  • 35 Ibid., p. 11.

28 Or, il n’y a apparemment aucun doute, chez Ruland, sur le fait que la fille est réellement possédée, et si l’ensemble des procédés intellectuels est bien propre au médecin, le diagnostic n’est ni médical, ni technique, mais purement religieux. On sait qu’à l’époque, dans les cas de possessions, le médecin était toujours présent : son rôle était de vérifier si l’état du possédé ne relevait pas de phénomènes naturels et s’il était possible de l’expliquer rationnellement33. Ruland semble examiner attentivement les objets et le « cas » en général, comme il l’affirme, mais il ne semble pas s’attarder sur le corps de la jeune fille, alors que la recherche de « marques irréfutables » sur le corps était le seul moyen à l’époque pour diagnostiquer la possession diabolique34. En revanche, des phénomènes tels les « vomissemens ... de matières estranges et de soy effroyables comme crapaux, serpents, lezards, grand vers, de la chanvre, du poil, des cousteaux, des esguilles, des cloux, des espingues35», étaient, quant à eux, considérés comme des signes « conjecturaux » pouvant aussi être produits par l’hallucination et l’imagination.

  • 36 Le médecin Levin Lemmens (Levinius Lemnius), sur un tout autre versant, se presse lui aussi en 1559 (...)
  • 37 Le vin émétique est constitué de six grains de tartre stibié (de l’antimoine) dilués dans huit once (...)

29 Aussi des croyances de l’époque tendaient-elles à attribuer aux esprits malins des maladies comme la mélancolie ou plusieurs types de fièvre36, comme cela a été également évoqué plus haut à propos du récit de Benivieni. Le breuvage que Ruland administre à la fille, un vin émétique, est une préparation typiquement iatrochimique37. Avec le même remède, le médecin soigne et guérit plusieurs cas d’épilepsie, de mélancolie et de fièvres tierces, quartes et quotidiennes, ainsi que diverses affections respiratoires : des maladies qui ne sont pas forcément liées à des interventions surnaturelles ou « préternaturelles ».

30 La manière dont la narration imprime une qualité spatiale à cette suite d’événements est également remarquable : entre Lauingen et Dillingen, l’intérieur et l’extérieur des maisons, il est constamment question, dans cette curatio, de déplacements, de prières à réciter individuellement ou de manière solennelle, de va-et-vient physiques et symboliques entre un intérieur privé et un extérieur public.

  • 38 « Quæ commixta exhausit in nomine jesu subito ac festinanter ante paroxysmi accessionem : qui paulo (...)

Elle but cette préparation tout de suite avant l’arrivée de la crise : celle-ci revint peu après, mais un quart d’heure plus tard, la fille rejeta plusieurs et divers objets avec le vomi. Par plaisir de Dieu la crise finit, la malade se reprit des maux démoniaques et le même jour se libéra d’eux et de l’épilepsie. Le matin du troisième jour, par ma volonté on lui coupa la veine dite médiane et à deux heures de l’après-midi, on fit pareil pour la saphène du pied gauche, pour que le sang pût couler abondamment. Ensuite, après la section adéquate des veines, et surtout après qu’elle ait bu la potion, le quatrième jour la jeune fille était libérée et totalement guérie, au point qu’elle put se lever du lit, s’habiller et faire des activités, avec esprit bon et tranquille et avec le corps et l’esprit droits : ainsi notre apothicaire put l’employer comme servante38.

31 Ce passage reprend les tournures et le registre d’une curatio, mais d’une manière plus rigoureuse : le médecin applique des traitements plus traditionnels comme la saignée et se sert pour cette phase d’un lexique spécialisé. Le processus de guérison est relaté comme dans un journal. Ruland termine ainsi son récit :

  • 39 « Sed cum ista puella impia, impura, venerea esset, et indomite libidini dedita, diabolus utpote sp (...)

Mais puisque cette fille était impie, impure, libertine et dévouée de manière insoumise aux plaisirs de la chair, le diable, en esprit immonde, entra encore une fois en elle, mais non comme avant, avec l’épilepsie ou une autre maladie : car, tout en restant en bon état, elle rejeta tantôt des clous par les narines, tantôt des clous par la bouche, tantôt de la ferraille du bas avec grand effort, devant mes yeux, mais sans aucune lésion au corps. Après avoir expulsé tout cela elle rit et plaisanta. Cependant, une fois devenue la concubine d’un prêtre, elle vécut saine et sereine39.

32 Dans cette dernière partie, le lecteur retrouve le lien traditionnellement établi entre la maladie et la dégénérescence des coutumes, et c’est à ce moment que le regard du narrateur adhère à celui de la communauté. La fille, naturellement portée vers les péchés de la chair, devient par conséquent spécialement sensible aux affections infligées par le diable. Le discours de Ruland sur cette possession devient alors épistémologiquement instable. Il manifeste bien que cette rechute n’est plus de sa compétence, car, si la première fois il était intervenu aussi par des instruments religieux, c’est parce que la possession s’accompagnait d’affections relevant de la médecine, ce qui pouvait justifier son intervention pour soigner, avec le corps, l’âme de la malade.

33 À la fin, la jeune fille guérit, certes, mais dans un régime social qui se situe aux marges des institutions. Elle est concubine d’un prêtre. Lorsqu’il s’agit de déviances de l’esprit qui ne présentent pas d’épiphénomènes faisant partie de l’éventail de maux que le médecin peut soigner, celui-ci se retire.

  • 40 François Bayle, Henri Grangeron, Relation de l’état de quelques personnes prétendues possédées, fai (...)
  • 41 Bayle, Grangeron, op. cit, p. 88-9.

34 Pour conclure sur cette anomalie médicale, il est intéressant de noter qu’un siècle plus tard, les docteurs François Bayle et Henri Grangeron, chargés de visiter des femmes dites possédées à Toulouse, assistent aux convulsions de ces jeunes filles et enregistrent, parmi les autres manifestations : « autres mouvemens convulsifs, le pous petit et frequent, et pendant ces accidens des paroles extravagantes, des vomissemens d’êpingles, de filets, et rubans40», c’est-à-dire pratiquement les mêmes effets que la possession d’Apolonia Silbernegelin. Les deux médecins étaient notamment chargés de décider si les filles de Toulouse étaient bien possédées. Un siècle s’est écoulé depuis la guérison de Ruland, et les deux médecins, tout en admettant que le diable peut bien s’insinuer dans l’esprit d’un homme, constatent dans le cas de ces jeunes filles qu’il s’agit d’un « dérèglement de la bile et de la mélancolie » produisant des impressions dans l’estomac. Des comportements, donc, qu’ils considèrent tout à fait explicables par les « principes de la physique »41.

Conclusion

  • 42 Il s’agit du cas extraordinaire de l’extraction par voie césarienne d’un fœtus mort depuis quatre a (...)

35 En 1550, dans l’épitre dédicatoire à l’empereur Ferdinand qui introduit son Histoire d’une grossesse durée presque cinq ans42, le médecin Matteo Cornax avait justifié son projet par ces mots :

  • 43 « Ita etiam de rebus humanis tenuioribus et privatis, quæ non minus Deo curæ sunt, censendum esse i (...)

Ainsi, je crois qu’il faut s’intéresser même aux choses humaines les plus frêles et privées auxquelles Dieu ne s’intéresse pas moins : souvent, en fait, par elles, se présentent à l’expérience des phénomènes variés et très dignes non seulement de mémoire mais aussi d’admiration, alors que parfois les mortels les laissent échapper inutilement, car personne ne s’occupe de les léguer à l’éternité ; ainsi des miracles de Dieu, nombreux et remarquables [qui se produisent] chez les hommes privés s’éclipsent vainement, à cause de notre paresseuse indifférence, alors que même par ces faits minuscules, tout comme par les peines des hommes, Dieu nous montre souvent son intelligence et sa toute-puissance43.

36 Cornax met l’émerveillement, mais aussi la conservation par la mémoire, au rang de raisons valides pour la divulgation de ceux qui sont considérés comme des « faits de l’homme privés et moins importants » (res tenues et privates), par opposition aux « faits grands et remarquables » (res magnæ et insignæ) de l’Histoire. Ces « événements minuscules » (minutula), explique l’auteur, sont eux aussi tout à fait dignes de l’attention de Dieu que les grands événements, auxquels la plupart des hommes semblent s’intéresser davantage.

  • 44 En ce qui concerne le procédé rhétorique du « gaspillage », cf. Chaïm Perelman, Lucie Olbrecht-Tyte (...)

37 Ainsi, il fait coïncider l’anomalie avec le « fait minuscule ». Il isole ces événements comme des faits privés et individuels, et ne veut point nier ou nuancer les caractéristiques qui, dans le sens d’une systématisation philosophique, les rendraient insignifiants – c’est-à-dire leur non sérialité. Au contraire, afin de leur accorder une importance plus grande, Cornax prend précisément appui sur l’opposition grands faits-petits faits, mais en renversant la hiérarchie de valeurs. Les minutula méritent de l’admiration et de l’intérêt précisément parce qu’ils ne sont pas sériels ou répétables, et c’est l’absence presque totale de ces narrations dans les transmissions de l’histoire humaine que l’auteur déplore : l’utilité immédiate n’est pas mise ici au premier plan comme chez Benivieni, mais ce sont de plus vastes systèmes qui sont évoqués. Ceux-ci concernent plus généralement les relations que l’homme entretient avec le monde connaissable, lorsque, déclare Cornax, ce n’est qu’inutilement (sine fructo) et vainement (incassum) que les hommes les laissent passer sans les apercevoir. Finalement, cette absence d’écrits est présentée non seulement comme un gaspillage d’utilité, mais aussi comme un véritable manque44 : de fait, Cornax évoque la possibilité d’un système de pensée lacunaire. De telles histoires, précise Cornax, sont soit rares, soit miraculeuses. Ce sont deux catégories que le médecin reconnaît comme étant épistémologiquement différentes, et cela semble lui créer un certain embarras :

  • 45 « ... hoc iam addam me fortasse minime præter maiorum exempla et bonorum etiam scriptorum consuet (...)

J’ajouterai que je n’irai sans doute pas à l’encontre des modèles de bons auteurs anciens, puisque j’ignore si mon histoire est plus recommandable pour sa rareté ou pour son côté prodigieux45.

38 C’est donc par une aporie admise avec une évidence plutôt surprenante (« je ne sais pas », nescio) que Cornax, affrontant un mirabile, espère ne pas transgresser les coutumes des anciens, tout en projetant son attention pour l’anomalie dans une utilité « proto-scientifique » que lui-même n’arrive pas bien à circonscrire. Et il n’arrive pas à le faire parce que ces phénomènes « frontaliers », bien qu’admis à son époque, ne sont visiblement pas encore autorisés à accéder au domaine de recherche d’une physique qui est encore toute aristotélicienne et tendue vers le général et le nivèlement des particularités et des déviances de la nature.

39 Les quelques exemples que nous avons observés ont pourtant montré que le manque de légitimité scientifique de l’anomalie ne correspond pas à une insuffisance d’instruments expressifs : si la culture de l’imprimé a établi de nouveaux droits aux fonctionnalités gnoséologiques de l’image, elle a aussi tendu des occasions inédites à la configuration et à la pratique du savoir verbalisé. La classification, la segmentation des textes en unités et fragments favorisent l’épanouissement d’une connaissance liquide, organisée par compilations de micro-récits infiniment recontextualisables. Mais il y a aussi un autre facteur qui intervient dans cette pratique : l’idée de la maladie comme d’un état « extraordinaire » du corps invite à s’interroger sur les frontières entre le normal, le naturel et ce qui peut être considéré comme techniquement « normal » même si apparemment prodigieuxet fournit d’intéressantes situations narratives. Le témoignage du cas clinique, tel qu’il s’articule en narration, autorise l’organisation du fait brut en événement rationnellement agencé et permet aussi l’instauration de nouvelles hiérarchies de fonctions et de sens. Ainsi, cette instance qui produit le récit, le médecin lui-même, oriente les événements, intensifie les temps, hiérarchise les signes et les effets, opère des allers-retours entre les circonstances concrètes et leur toute personnelle reconstitution mentale. Et si ces faits extraordinaires semblent le plus souvent « inexplicables », ils demeurent le terrain où le praticien peut tester les limites de ses capacités logiques de reconstruction des « causes probables ». Ce qui résiste à l’ambiguïté irrésolue du mirabile est donc l’attitude du praticien qui observe et enregistre, essayant de reconstituer des processus complexes, même sans prétendre d’arriver à les caser dans un système fini, et qui partage son enquête avec ses confrères. À travers la rédaction, la circulation et la publication systématiques de ces recueils d’anomalies, le développement de l’idée d’individualité qui en découle s’accompagne du sentiment, de plus en plus lucide chez les praticiens humanistes, d’appartenir à une société « moderne » de médecins qui expérimentent et partagent de nouveaux instruments d’investigation de la nature.

Haut de page

Bibliographie

Achard-Bayle, Guy, Grammaire des métamorphoses. Référence, identité, changement, fiction, Bruxelles, De Boeck Supérieur, 2011.

Bayle, François, Grangeron, Henri, Relation de l’état de quelques personnes prétendues possédées, faite d’autorité du parlement de Toulouse. Par Me. François Bayle… et Me. Henri Grangeron… Ou ces Docteurs expliquent clairement par les véritables principes de la Phisique, des effets que l’on regarde ordinairement, comme prodigieux, et surnaturels, Toulouse, Fouchac et Bély, 1682.

Benivieni, Antonio, De abditis ac non nullis ac mirabilis morborum et sanationum causis, Florence, Filippo Giunta, 1507.

Blair, Ann, « Humanist Methods in Natural Philosophy: The Commonplace Book », Journal of the History of Ideas, vol. 53, 1992, p. 541-51.

Boaistuau, Pierre, Histoires Prodigieuses extraictes de plusieurs fameux autheurs 1560, Paris, Jacques Macé, 1567.

Canguilhem, Georges, Le normal et le pathologique 1943, Paris, Presses Universitaires de France, 2010.

Céard, Jean, La nature et ses prodiges, Genève, Droz, 1996.

Cornax, Matteo, Historia quinquennis fere gestationis in utero, quoque modo infans semiputridus, resecta alvo exemptus sit, et mater curata evaserit, Wien, Hans Kohl, 1550.

Cornax, Matteo, Medicæ Consultationis apud ægrotos secundum artem et experientia[m] salubriter instituendæ Enchiridion : Libellus unus pro multis, Bâle, Johann Oporinus, 1564.

Daston, Lorraine, « Marvelous Facts and Miraculous Evidence in Early Modern Europe », Critical Inquiry, Chicago, vol. 18, n°1, 1991, p. 93-124.

Delrío, Martín A., Disquisitionum magicarum libri sex, Louvain, Gérard Rivius, 1599.

Dodoens, Rembert, Remberti Dodonæi Medici Cesarei Medicinalium Observationum exempla rara, recognita et aucta, Cologne, Maternus Kolynus, 1581.

Genette, Gérard, Seuils, Paris, Éditions du Seuil, 1987.

Houllier, Jacques, De morbis internis, éd. Valet, Antoine, Paris, Ch. Macé, 1572.

Julius Obsequens, Liber prodigiorum, Venise, Manuce, 1508.

Kahn, Didier, Alchimie et Paracelsisme en France à la fin de la Renaissance (1567-1625), Genève, Droz, 2007.

Kahn, Didier, Le fixe et le volatil, Paris, CNRS Editions, 2016.

Lemmens, Levin, Occulta naturæ miracula, ac varia rerum documenta, probabili ratione atque artifici coniectura duobus libris explicata, quæ studioso avidoque Lectori non tam usui sunt lectura, quam oblectamento, Anvers, Guillaume Simon, 1559.

Maclean, Ian, Logic, Signs and Nature in the Renaissance, New York, Cambridge University Press, 2002.

Maignart, Pierre, Traicté des marques des possedez et la preuve de la veritable Possession des Religieuses de Louviers, par p. M. Esc. D. en M., Rouen, Charles Osmont, 1644.

Mandressi, Rafael, « Les médecins et le diable » (17 septembre 2012), Chrétiens et sociétés, 13, 2006. URL : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.2111

Paré, Ambroise, Les œuvres de M. Ambroise Paré,... : avec les figures et portraicts tant de l’anatomie que des instruments de chirurgie, et de plusieurs monstres, Paris, Gabriel Buon, 1575.

Paré, Ambroise, Livre des monstres, in Id., Les œuvres de M. Ambroise Paré,... : avec les figures et portraicts tant de l’anatomie que des instruments de chirurgie, et de plusieurs monstres, Paris, Gabriel Buon, 1575, p. 802-850.

Perelman, Chaïm, Olbrecht-Tyteca, Lucie, Traité de l’argumentation 1958, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2008.

Peucer, Kaspar, Commentarius de præcipuis divinationum generibus, Witteberg, Johann Krafft, 1553.

Pomata, Gianna, « Observation Rising: birth of an epistemic genre », in Daston, Lorraine, Lunbeck, Elisabeth (éds), Histories of Scientific Observation, Chicago – Londres, The University of Chicago Press, 2011.

Pomata, Gianna, Siraisi, Nancy (éds), Historia. Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge - London, The MIT Press, 2005.

Rüff, Jacob, De conceptu et generatione hominis, Bâle, Froschoverus, 1554.

Ruland, Martin, Curationum empiricarum et historicarum, in certis locis et notis personis optime expertarum, et rite probatarum, centuria quarta, Bâle, Sebastian Hernicpetri, 1593.

Schenck Von Grafenberg, Johann, Observationum medicarum, rararum, novarum, admirabilium, et monstrosarum tomus… in quibus, quæ medici doctissimi et exercitatissimi, abdita, vulgo incognita, gravia, periculosaq[ue] in harum partium conformationibus, eorundemque morborum caussis… exhiberentur cum illustrium nostræ ætatis medicorum anecdotis compluribis et nunquam publicatis exemplis, éd. Schenck, Johann Georg, Francfort, Jonas Rosa [Rodhius], 1600.

Valesco de Taranta, Practica usualis quæ alias Philonium dicitur, Lyon, Mathias Huss, 1490.

Wier, Johannes, De præstigiis Dæmonum, et incantationibus ac veneficiis libri V, Bâle, Johann Oporinus, 1564.

Wolffhart, Conrad (Lycosthenes), Prodigiorum ac ostentorum chronicon, quæ præter naturæ ordinem, et in superioribus et his inferioribus mundi regionibus, ab exordio mundi usque ad hæc nostra tempora acciderunt, Bâle, Sixtius Henricpetri, 1557.

Haut de page

Notes

1 Antonio Benivieni, De abditis ac non nullis ac mirabilis morborum et sanationum causis, Florence, Filippo Giunta, 1507.

2 Gianna Pomata a consacré plusieurs travaux au genre des observationes. Cf., par exemple, Gianna Pomata, « Observation Rising: birth of an epistemic genre », in Lorraine Daston et Elisabeth Lunbeck (éds), Histories of Scientific Observation, Chicago – Londres, The University of Chicago Press, 2011.

3 C’est ce qu’Ann Blair appelle factoids, c’est-à-dire ces bribes hétéroclites de savoir qui allaient remplir les recueils de lieux communs humanistes. Cf. Ann Blair, « Humanist Methods in Natural Philosophy: The Commonplace Book », Journal of the History of Ideas, vol. 53, 1992, p. 541-51.

4 Nous mentionnons le Commentarius de præcipuis divinationum generibus, Witteberg, Johann Krafft, 1553, du mathématicien, astronome et médecin Kaspar Peucer (XVIe siècle). Dans ce livre, Peucer se propose de recenser et de distinguer tous les signes prodigieux relevant de la main de Dieu, du diable ou bien à considérer comme des signes naturels. Le médecin zurichois Jacob Rüff publia en 1554 les six livres De conceptu et generatione hominis (Bâle, Froschoverus), en dédiant le cinquième livre aux accouchements monstrueux. L’ouvrage est agrémenté de planches anatomiques. Nous évoquons aussi le livre des monstres d’Ambroise Paré, in Id., Les œuvres de M. Ambroise Paré,... : avec les figures et portraicts tant de l’anatomie que des instruments de chirurgie, et de plusieurs monstres, Paris, Gabriel Buon, 1575, p. 802-850. Il s’agit d’un recensement détaillé des monstruosités ou d’anomalies médicales et naturelles et des causes qui les produisent, avec des illustrations.

5 Voir Jean Céard, La nature et ses prodiges, Genève, Droz, 1996, p. 60-84.

6 Pierre Boiastuau, auteur d’un recueil d’Histoires prodigieuses qu’il vante comme étant le premier ouvrage de ce type, fournit la liste de ses sources les plus importantes : Virgile, Julius Obsequens, Kaspar Peucer, Jacob Rüff, et Conrad Lycosthenes. Pierre Boaistuau, Histoires Prodigieuses extraictes de plusieurs fameux autheurs (1560), Paris, Jacques Macé, 1567. Julius Obsequens était un écrivain latin du IVe siècle. Il nous a laissé un Liber prodigiorum (Venise, Manuce, 1508) qui compta 15 éditions en cinquante ans, dont celle de Conrad Lycosthenes en 1552. Conrad Wolffhart (Lycosthenes) a édité une version du Liber prodigiorum de Julius Obsequens (Bâle, Johann Oporinus, 1552). Il est aussi auteur d’un Prodigiorum ac ostentorum chronicon, quæ præter naturæ ordinem, et in superioribus et his inferioribus mundi regionibus, ab exordio mundi usque ad hæc nostra tempora acciderunt, Bâle, Sixtius Henricpetri, 1557. Pour Peucer et Rüff, cf. supra, n. 3.

7 Aristote, Métaphysique, I, 981a, 9-21.

8 Dans ses interrogations sur les frontières entre le pathologique et le physiologique, Canguilhem met l’accent sur les difficultés, dans l’épistémologie, de trancher d’une manière objective et définitive pour l’une ou l’autre catégorie. Le « monstrueux » et l’ « anomal » ne sauraient s’inscrire dans le cadre du pathologique, car le normal lui-même paraît, selon la réflexion de Canguilhem, un spectre inatteignable, relevant de l’habituel ou bien de l’idéal. L’« anomalie », quant à elle, ne peut s’ordonner que selon des cadres statistiques ou purement subjectifs et en soi elle n’exprimerait que « d’autres normes de vie possibles ». Georges Canguilhem, Le normal et le pathologique [1943], Paris, Presses Universitaires de France, 2010.

9 Céard, op. cit. ; Lorraine Daston, « Marvelous Facts and Miraculous Evidence in Early Modern Europe », Critical Inquiry, Chicago, vol. 18, n°1, 1991, p. 93-124.

10 Pour le statut de l’historia dans le discours scientifique, voir Gianna Pomata, Nancy Siraisi, (éds), Historia. Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge - London, The MIT Press, 2005, notamment p. 105-46.

11 Valesco de Taranta, Practica usualis quæ alias Philonium dicitur, Lyon, Mathias Huss, 1490.

12 Aristote, Seconds Analytiques, 19, 100a.

13 « Dignum est quod illa quæ in Medicina raro accidunt in voluminibus conscribantur. Retulit mihi mulier in aliis miles, quod in quodam monasterio, in loco qui dicitur Monuerus, fuit quædam Priorissa, cui per multum tempus propter senectutem defecerunt menstrua, et tempestivi venerunt in vertice cani, et fere omnes cecidere molares, uberum vero parvum aut nullum apparebat vestigium, et rugæ in facie profundissimæ apparebant. Factum est itaque, ut quicquid de capillis et pilis oriebatur et crescebat, totum nigrum pullulabat, et exibant dentes et molares, sicut mos est in infantibus fieri ; sic etiam oriebantur menstrua, ac, ut in iuvenculis, abundanter fluebant. Mamillæ vero velut in virginibus elevatæ fuerunt, montuosæ : rugæ evanuerunt et facies pulchra intantum, quod illa honesta et religiosa monialis priorissa verecundabatur, et vixit per multum tempus in religiosa vita. Et hoc fuit quasi mysterium raro contingens », Valesco de Taranta, op. cit, VI, 12, fol. CCIV v.

14 Pour les dispositifs linguistiques et narratologiques des récits de métamorphose, cf. Guy Achard-Bayle, Grammaire des métamorphoses. Référence, identité, changement, fiction, Bruxelles, De Boeck Supérieur, 2011.

15 « Il y avait la ville de Monedrum, autrefois Sagonte, au royaume de Valencia. Là-bas, écrit Valescus Tarentasius, lui vivant, résidait l’abbesse d’un couvent de religieuses ; à celle-ci, jusqu’à maintenant un cadavre ambulant, soudain, avec l’écoulement des menstruations rétabli, les dents régénérés, les cheveux noircis, les rides et les plis de la peau lissés, les seins pendants et rugueux grossirent comme chez les jeunes vierges. Et finalement, tellement elle avait l’air d’une jeune fille par son visage, par ses traits, par toute la conformation de son corps, que, troublée par la bizarrerie de l’événement, par honte, s’efforça de se dérober aux yeux de tout le monde » ; « Monuedrum regni Valentini oppidum est (olim Saguntus) hic se vivo scribit Valescus Tarentasius, fuisse monialium Abbatissam ; cui iam silicernio, subito menstruis fluoribus renovatis, dentes renati, comæ denigratæ, rugæ et sulci cutis adæquati, mammæ pendulæ atque pannosæ ad instar virgunculæ sororiarunt. Sic denique se vultu, facie, totoque corporis habitu iuvenculam exhibuisse, ut rei novitate percussa, præ verecondia, se cunctorum oculis subtrahere niteretur », Martín A. Delrío, Disquisitionum magicarum libri sex, Louvain, Gérard Rivius, 1599, II, q. 23, p. 228.

16 Il ne doit pas surprendre que Delrío compte Valesco parmi les témoins alors que celui-ci parlait par ouï dire. L’exemple est véridique puisque sa source fait autorité.

17 « Non inde sequi, illam dæmoni quoque ignotam esse aut impossibilem », Delrío, op. cit., p. 230.

18 Johann Schenck von Grafenberg, Observationum medicarum, rararum, novarum, admirabilium, et monstrosarum tomus… in quibus, quæ medici doctissimi et exercitatissimi, abdita, vulgo incognita, gravia, periculosaq[ue] in harum partium conformationibus, eorundemque morborum caussis… exhiberentur cum illustrium nostræ ætatis medicorum anecdotis compluribis et nunquam publicatis exemplis (éd. J.G. Schenck), Francfort, Jonas Rosa [Rodhius], 1600, fol. 3r.

19 Parmi les histoires recensées par Benivieni, figurent des cas de pierres retrouvées dans l’estomac, une diarrhée guérie par les prières d’un moine dominicain, un cas de toux guérie avec une saignée, mais aussi celui d’un médecin qui avait fait mourir son patient après lui avoir apposé un emplâtre trop froid sur l’estomac.

20 À titre d’exemple, est assez significatif le destin des quelques cas cliniques du médecin milanais Jérôme Cardan, dans un premier temps noyés, sans introduction ni titre, dans l’écoulement autobiographique de l’ouvrage De Libris propriis (1557), ensuite insérés sous forme de liste de fragments dans le livre Somniorum synesiorum (1562), et enfin incorporés dans le De Methodo Medendi (1565), sous le libellé officiel de curationes, numérotées et portant chacune un titre. Pour les fonctions des titres dans un livre, nous renvoyons à Gérard Genette, Seuils, Paris, Éditions du Seuil, 1987.

21 « Novi hominem robustum admodum : qui trigesimum et sextum agens annum sæpe mecum conquestus est de certo sanguinis fluxu, quo singulo quoque mense graviter afflictaretur. Interroganti mihi qua parte corporis flueret, ide se nescire respondit. Admiratus hominis verbum, detege, inquam, locum unde fluat. Deposito pallio ilia dextra ostentat : ubi subiacet iecoris pars ima. Diligenter locum oculis lustro ; si foramen aut cicatrix in parte sit : omnia æquabiliter posita lenem et mollem carnem, nullam asperitudinis cicatricis ve notam inspicio. Ab homine decipi suspicor. Quod ille advertens paucis, inquit, diebus hunc tibi scrupulum demam. Instat enim tempus quo sanguis fluere consuevit », Benivieni, op. cit., IIII, fol. a viiir.

22 « Reversus perendie uno superposito digito locum fluxus contegebat : quo amoto non secus emanavit sanguis, ac si ex incisa vena perflueret. Nec prius fluor ille cessabat quam sanguinis libra emittetur. Quo evacuato nullus discernere poterat unde evacuatio facta esset. Existimavi venulam foraminis cutis sua cervice inhærescere : Indeque stato tempore evacuari. Curavi igitur hominem sola sanguinis missione ex vena iecoris singulo quoque mense. Curiosoque victu iniuncto, protracta cura est ad sextum usque mensem et tandem convaluit », ibid., fol. a viiiv.

23 Pour, la sémiotique, la conjecture, les théories de l’interprétation des signes en médicine, cf. Ian Maclean, Logic, Signs and Nature in the Renaissance, New York, Cambridge University Press, 2002.

24 Un saignement anomal dans la région hépatique a été également enregistré par le célèbre médecin d’Étampes Jacques Houllier : « Nous avons vu un homme auquel une veine du côté du foie s’ouvrait par moments et versait du sang. Même une fois l’écoulement arrêté, aucune marque n’apparaissait ». Le cas paraît parmi des observationes raræ regroupées à la fin du premier livre De morbis internis (éd. par A. Valet, Paris, Ch. Macé, 1572, fol. 296v)

25 « Ioannis Silbernegelin, cæmentarii filia Apolonia nata annos octodecim, Dilingæ servivit apud aulæ Tubicinem : hæc cum aliquando fub noctem sola domum rediret, vir quidam amictus veste nigra (Diabolus nimirum) a tergo puellam adortus est, cirros comprehendit, capite retraxit, naresque ei obturavit : ubi sic tractata puella, os exclamando aperuit : in illud ille impressit quippiam : quod eum illa reiicere conaretur, repressit ille per fauces ad œsophagum, ut invita deglutiverit : quo facto, puella relinquit: quæ subito obtumescit, et domum reversa muta per octo dies mansuit, deinceps sponte loqui cœpit, et multis diebus vomitu reiicit maximo et diro cum cruciatu res perpetua memoria dignas, utpote acus, aciculas, clavorum varia genera, antias, capillos complicatos, obolos, fibulas, ovorum putamina integra, fila, cultros, aliaque multa, quæ abstantibus et intuentibus sunc refervata, et mihi monstrata. Tandem incidit in paroxysmum veluti epilecticum exhorrescendum : quo, miserabili et pene inaudito modo, dies noctesque afflicta fuit, haud aliter ac si a Dæmonio agitaretur, corriperetur et cruciaretur. Hic Medici, Sacrificuli, aliique Magices periti multa tentantur et machinati sunti, sed frustra », Martin Ruland, Curationum empiricarum et historicarum, in certis locis et notis personis optime expertarum, et rite probatarum, centuria quarta, Bâle, Sebastian Hernicpetri, 1593, XV, p. 28-30.

26 Son promoteur est le médecin suisse Théophraste Paracelse. Le paracelsisme, ou chimiatrie, a longtemps eu des difficultés à être adopté par les institutions professionnelles et universitaires, surtout françaises. Pour la chimiatrie en Europe, cf. Didier Kahn, Le fixe et le volatil, Paris, CNRS Editions, 2016 et aussi Id., Alchimie et Paracelsisme en France à la fin de la Renaissance (1567-1625), Genève, Droz, 2007. La première des dix centuries de curationes de Ruland a été publiée en 1578.

27 Au-delà même de la transmission souterraine et pré-éditoriale de textes privés, des médecins comme Matteo Cornax à la cour de Rodolphe II, avaient publié des cas extraordinaires en toute urgence et avaient donné au typographe des micro-recueils de cas rares rassemblés à partir d’écrits d’autres collègues (Matteo Cornax, Medicæ Consultationis apud ægrotos secundum artem et experientia[m] salubriter instituendæ Enchiridion: Libellus unus pro multis, Bâle, Johann Oporinus, 1564). Ruland connaît bien ce cercle : sa première centurie est accompagnée par un carmen rédigé par cet Achilles Gasser dont l’histoire d’un accouchement extraordinaire circule depuis quelques temps dans les cours européennes. L’histoire de Gasser est présente dans le recueil de Cornax et dans le célèbre recueil d’observationes raræ de Rembert Dodoens, Remberti Dodonæi Medici Cesarei Medicinalium Observationum exempla rara, recognita et aucta, Cologne, Maternus Kolynus, 1581.

28 Benivieni, op. cit, fol. b IIr et suiv.

29 Johannes Wier, De præstigiis Dæmonum, et incantationibus ac veneficiis libri V, Bâle, Johann Oporinus, 1564, III, 2, p. 299 et suiv. Wier est, lui aussi, auteur d’un recueil d’observationes raraæ publié en 1567.

30 Ambroise Paré, Livre des monstres, in Id., Les œuvres de M. Ambroise Paré,... : avec les figures et portraicts tant de l’anatomie que des instruments de chirurgie, et de plusieurs monstres, Paris, Gabriel Buon, 1575, XXV, 29, p. 836.

31 Benivieni, op. cit., fol. b IIv.

32 « Tandem desperata ab omnibus, ad me adducitur : ubi casum diligenter considero, res vomitu reiectas inspicio, fascinum propendo, Dæmonis potentiam a Deo concessam agnosco : et eam a Diaboli effascinatis malis liberam e sanam perfecte reddo in hunc modum. Primum iubeo pro eius salute et sanitate consequenda preces tam publicas quam privatas ad Deum et Christum Iesum, qui Sathanæ regnum destruxit fundere devotissimas preces. Postea ubi epilepsiæ paroxysmus horribilis parum remissistet, exhibeo ei in nomine, virtute et potentia Iesu talem haustum ... », Ruland, op. cit., 15, p. 30-31.

33 Pour les rapports entre médecine et possession, cf. Rafael Mandressi, « Les médecins et le diable », Chrétiens et sociétés, 13, 2006, consulté le 11 avril 2020, https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.2111

34 Pierre Maignart, Traicté des marques des possedez et la preuve de la veritable Possession des Religieuses de Louviers, par p. M. Esc. D. en M., Rouen, Charles Osmont, 1644, p. 9-17. Il s’agit d’un ouvrage publié en tant qu’expertise à l’occasion d’un cas de possession des religieuses du couvent de Saint-Louis-et-Sainte-Elisabeth à Louvier.

35 Ibid., p. 11.

36 Le médecin Levin Lemmens (Levinius Lemnius), sur un tout autre versant, se presse lui aussi en 1559 de circonscrire sa propre activité de reconstruction rationnelle des mirabilia en l’opposant aux nébuleuses de solutions faciles. Il recense ces croyances attribuant les maladies aux esprits malins. Cf. Levin Lemmens, Occulta naturæ miracula, ac varia rerum documenta, probabili ratione atque artifici coniectura duobus libris explicata, quæ studioso avidoque Lectori non tam usui sunt lectura, quam oblectamento, Anvers, Guillaume Simon, 1559, II, 1, fol. 27r et suiv.

37 Le vin émétique est constitué de six grains de tartre stibié (de l’antimoine) dilués dans huit onces d’eau commune. Cf. Encyclopédie méthodique - Série Médecine, Paris, Panckoucke, 1787-1830, vol. 5, p. 652.

38 « Quæ commixta exhausit in nomine jesu subito ac festinanter ante paroxysmi accessionem : qui paulo post quidem rediit, sed ubi post horæ quartam partem per vomitum plurima et varia reiectasset, ex insperato, Deo annuente, remisere illico paroxysmi, seque recollegit a malis effascinatis, quæ una cum epilepsia statim eo die, quo haustum insumpserat sedata fuere. Tertio post die mane iussu meo secuit medianam dictam venam, vesperi circa secundam horam saphenam sinistri pedi, ex quo sanguinem copiose effluere permittebat. Atque hac sane venarum sectione, ac potissimum potione persumpta, quarto die libera evasit puella, et plane persanata, adeo ut e lecto surgeret, vestes indueret, laboraret, bono et quieto animo esset, corpore et mente recte valeret, eaque famila uteretur pharmacopola noster », Ruland, op. cit., 15, p. 31-2.

39 « Sed cum ista puella impia, impura, venerea esset, et indomite libidini dedita, diabolus utpote spiritus immundus eam rursus invadit, sed non ut antea, epilepsia aut morbo aliquo, verum sana existens modo clavos per nares, modo per os, modo ferramenta varia per alvum me præsente et vidente, maximo cum conatu, sine læsione tamen corporis, reiecit : quibus proiectis risit et illusit. Tandem sacrificuli concubina facta, libera vixit et quieta », Ibid., p. 32-3.

40 François Bayle, Henri Grangeron, Relation de l’état de quelques personnes prétendues possédées, faite d’autorité du parlement de Toulouse. Par Me. François Bayle… et Me. Henri Grangeron… Ou ces Docteurs expliquent clairement par les véritables principes de la Phisique, des effets que l’on regarde ordinairement, comme prodigieux, et surnaturels, Toulouse, Fouchac et Bély, 1682, p. 60-1. Pour l’histoire des possedées de Toulouses et des expertises médicales, nous renvoyons à l’article de Rafael Mandressi, op. cit.

41 Bayle, Grangeron, op. cit, p. 88-9.

42 Il s’agit du cas extraordinaire de l’extraction par voie césarienne d’un fœtus mort depuis quatre ans qui était passé dans la cavité abdominale après la rupture de l’utérus. D’abord conçue pour une publication isolée, cette histoire a intégré par la suite plusieurs recueils d’observationes et d’historiæ admirandæ. Matteo Cornax, Historia quinquennis fere gestationis in utero, quoque modo infans semiputridus, resecta alvo exemptus sit, et mater curata evaserit, Wien, Hans Kohl, 1550. Cf. supra, n. 27.

43 « Ita etiam de rebus humanis tenuioribus et privatis, quæ non minus Deo curæ sunt, censendum esse iudico, sæpe enim in iis usuveniunt, res multiplices, non solum recordatione, verum etiam admiratione dignissimæ, cum interim sine fructum mortalium dilabantur, nemine inadvertente qui eas immortalitate donaret, et ita multa preclara dei in hominibus privatis miracula, abeunt incassum ob nostram supinam negligentiam, cum in iis etiam minutulis sæpis summam illam suam sapientiam et omnipotentiam Deus nobis ostentet ita in humanis laboribus », Ibid., fol. A iir-v.

44 En ce qui concerne le procédé rhétorique du « gaspillage », cf. Chaïm Perelman, Lucie Olbrecht-Tyteca, Traité de l’argumentation [1958], Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008, p. 365 et suiv.

45 « ... hoc iam addam me fortasse minime præter maiorum exempla et bonorum etiam scriptorum consuetudine facturum, si Historiam an raritate an miraculo commendabiliorem », Ibid., fol. A iiv-A iiir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mila Maselli, « Les recueils de mirabilia à l’époque humaniste : l’anomalie collectée pour le plaisir et pour la science »TRANS- [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 26 février 2021, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/trans/4618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trans.4618

Haut de page

Auteur

Mila Maselli

Docteure en littérature générale et comparée depuis 2016, Mila Maselli est actuellement chargée de cours en Théories littéraires comparées à l’Université de Paris 3. Elle travaille sur le récit médical et sur la fonction de l’énonciation narrative dans les écrits scientifiques humanistes. Elle s’occupe aussi des théories de l’interprétation chez les médecins paracelsiens italiens, allemands et français (XVIe-XVIIe siècles).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search