Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier Université Invitée: GenèveUniversité de Genève : Plus d’un ...

Dossier Université Invitée: Genève

Université de Genève : Plus d’un lieu

University of Geneva: More than one place
Marie Kondrat et Cécile Neeser Hever

Texte intégral

1La littérature comparée à l’Université de Genève (UNIGE) a plus d’un lieu d’ancrage : depuis 1994 et le départ de George Steiner, il n’y est plus de chaire professorale. Elle fut remplacée par une structure tripartite, le Programme de littérature comparée, actuellement co-dirigé par les professeur·e·s Guillemette Bolens (littérature anglaise), Martin Rueff (littérature française) et Evelyn Dueck (littérature allemande) qui a succédé en 2020 à Markus Winkler dans le rôle de coordinatrice. Le Programme assure une offre de cours spécialisés en littérature comparée et fait appel aux enseignant·e·s de plusieurs disciplines de la Faculté des lettres dont l’espagnol, le français et le latin médiévaux, le russe, le japonais, l’italien, le chinois et les études de genre.

2De fait, si le Programme porte la seule épithète de « comparée », sa dimension généraliste est depuis longtemps sa caractéristique principale (dans le cadre d’une refonte devant intervenir à la rentrée 2021, il est d’ailleurs question d’introduire la double épithète de « générale et comparée » dans son titre). Ce généralisme prend la forme d’une ouverture : pédagogique, avec une offre d’enseignement bigarrée et pluridisciplinaire ; scientifique, dans la mesure où les enseignant·e·s impliqué·e·s dans le Programme sont aussi, et parfois principalement, des spécialistes reconnus dans d’autres champs, qui vivent le comparatisme comme un terrain d’expérimentation ; institutionnelle, enfin, qui favorise les échanges avec d’autres structures de l’UNIGE, dont la Faculté de traduction et d’interprétation.

3Une telle configuration institutionnelle et intellectuelle prend le pas sur le « haut lieu » monolithique d’une chaire au bénéfice d’une pluralité de lieux. Parmi eux, le séminaire de doctorant·e·s Pourquoi comparer ? Choisir la comparaison en littérature et au-delà, qui vise à offrir un cadre de discussion aux chercheur·ses issu·e·s d’horizons différents, afin de penser à partir d’une démarche, celle de la comparaison, et d’esquisser des contours au champ comparatiste local sans le rendre pour autant excluant ou dogmatique.

4Le présent dossier donne un aperçu de l’un de ces lieux de la littérature comparée à l’Université de Genève, avec des travaux de doctorant·e·s et post-doctorant·e·s qui, menés en plusieurs langues et souvent entre les langues, s’inscrivent dans une réflexion méthodologique sur les croisements des matériaux et des traditions critiques.

5Les contributions réunies dans la première section, « Au-delà de l’écrit », opèrent, chacune à sa manière, un dépassement de la forme textuelle, qu’elle soit objet d’étude ou support du discours critique. À partir de l’Otello de Rossini, Danielle Thien propose, par un retour aux traductions de la pièce de Shakespeare et à ses adaptations antérieures, d’articuler la traductologie à l’approche intermédiale pour mettre en évidence le rôle de la traduction dans la création de livrets d’opéra. L’article d’Octavio Páez Granados rapproche quant à lui deux formes poético-musicales éloignées dans le temps mais qui partagent un goût pour des modèles de masculinité transgressifs : la jácara villanciquera baroque et le narcocorrido contemporain (chanson folk mexicaine à la gloire des narcotrafiquants). Enfin, dans son étude au croisement de la critique littéraire et des humanités numériques, Margherita Parigini développe une méthode originale permettant de visualiser de rendre, littéralement, visible l’un des motifs les plus imposants de l’œuvre romanesque de Calvino : le brouillard.

6Les articles de la deuxième section, « La traduction comme réception », rappellent à quel point la reconnaissance des œuvres et des formes littéraires est indissociable du processus de leur diffusion, qui passe en l’occurrence par la traduction et l’imitation. Magali Bossi étudie la fortune du haïku dans la littérature jeunesse française contemporaine et retrace les origines de cette vulgarisation chez les premiers imitateurs de haïku en France au début du XXe siècle. L’article de Jean-Christophe Contini expose les rouages de la réception d’Ezra Pound en France, avec ses zones d’ombres et ses moments de malaise, à travers une relecture des textes critiques des membres de la revue Tel Quel.

7Si les contributions de la première section placent le comparatisme entre les formes et les média, si la deuxième aborde la littérature et sa réception dans une perspective mondiale, la troisième et dernière section, « Poétiques de recomposition », met en lumière le potentiel de l’écriture à figurer et à reconfigurer des expériences, des savoirs et des discours. Alicia Hostein interroge ces possibles à la fois dans son analyse de la narration amoureuse chez Rousseau et chez Proust et par le tour réflexif que prend son propre geste de comparaison. Patrick Jones montre quant à lui ce que la pratique du commentaire peut apporter comme ressource pour saisir cette « étrange distance » qui unit et qui sépare la littérature et la philosophie en tant que disciplines. Enfin, dans sa relecture de 2666 de Roberto Bolaño, Carmen Carrasco Luján met au jour la recomposition romanesque d’un discours sociopolitique englobant sur la double violence dont sont victimes les travailleuses précaires mexicaines. Par son cadre d’analyse novateur, cette étude donne à réfléchir sur la finalité même de tels croisements, et plus fondamentalement sur les implications épistémologiques, éthiques et politiques de la littérature comparée pour la recherche en humanités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Kondrat et Cécile Neeser Hever, « Université de Genève : Plus d’un lieu »TRANS- [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 08 mars 2021, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/trans/5171 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trans.5171

Haut de page

Auteurs

Marie Kondrat

Doctorante en cotutelle aux universités de Genève et de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Enseignante au Programme de littérature comparée de l’UNIGE.

Cécile Neeser Hever

Doctorante en littérature comparée à l’Université de Genève. Enseignante au Programme de littérature comparée de l’UNIGE.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search