Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier Université Invitée: GenèveLa traduction comme réceptionEzra Pound : Tel quel !

Dossier Université Invitée: Genève
La traduction comme réception

Ezra Pound : Tel quel !

Ezra Pound: Tel quel!
Ezra Pound: Tel quel!
Jean Christophe Contini

Résumés

Entre pardon inconditionnel et condamnation imprescriptible, la réception d’Ezra Pound en France est marquée par de nombreux paradoxes et de multiples zones d’ombre propres à l’identité et l’histoire du champ poétique et littéraire français. Soulignant son intérêt pour une étude comparatiste, cet article rappelle quelques éléments de cette réception qui débute véritablement au milieu des années 1960, notamment avec la publication du double Cahier de l’Herne impulsé par Dominique de Roux, mais également grâce aux textes de plusieurs acteurs de la revue Tel Quel comme Denis Roche, Philippe Sollers, Marcelin Pleynet.

Haut de page

Texte intégral

1Chant du cygne et adieu à la littérature ? Le contexte de la fin des années 1960 et du début des années 1970 est marqué par une révolution poétique et littéraire, dont il est aujourd’hui encore difficile de savoir si elle ponctue la fin d’un cycle littéraire ou si elle en annonce en réalité le renouvellement. Dans ce contexte mouvementé marqué par l’émergence d’une nouvelle vague avant-gardiste – « Nouveau roman », « Cahiers de l’Herne », « Telquelisme », etc. – , on se propose de procéder à une incursion comparatiste retraçant brièvement quelques repères relatifs à la réception française du poète américain Ezra Pound, notamment en examinant plus particulièrement l’« exploitation » que quelques acteurs de la revue Tel Quel firent de sa poétique moderniste, tout en évoquant parallèlement quelques éléments spécifiques émanant du discours de cette revue française emblématique.

  • 1 Julia Kristeva, Sèméiotikè : recherches pour une sémanalyse, Paris Éditions du Seuil, 1969 ; La Rév (...)
  • 2 Ezra Pound, Cahier de L’Herne 1 et 2, Paris, Éditions de L’Herne, 1965-66 ; Cantos pisans, trad. De (...)
  • 3 Ezra Pound, « L’art de la poésie » ; Denis Roche « Pour Ezra Pound », in Tel Quel, n°11, automne 19 (...)
  • 4 Les éléments de la réception française d’Ezra Pound et de son œuvre proposés ici sont extraits de l (...)

2Méconnue de la recherche historique et littéraire, la réception de l’œuvre du poète Ezra Pound en langue française intrigue pourtant par sa présence au cœur de la Révolution poétique du langage qui se développe dans les années 19601. Dominique de Roux consacre ainsi un double Cahier de l’Herne au poète américain entre 1965 et 1966 et publie pour la première fois une traduction intégrale des Cantos pisans réalisée par Denis Roche2, qui avait déjà consacré un premier article au poète américain et traduit « L’art de la poésie » d’Ezra Pound dans la revue Tel Quel en 19623, dispositif prolongé par la revue L’Infini dans laquelle Philippe Sollers et Marcelin Pleynet écriront plusieurs textes consacrés à la poétique révolutionnaire de l’Américain. À partir de la réception française d’Ezra Pound, on s’intéressera de plus près à quelques traits de discours qu’elle permet de faire sourdre en fonction des orientations élaborées par quelques-uns des principaux acteurs de Tel Quel4.

  • 5 « Les poètes de Promesse », in Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, vol. 3, Paris, Édi (...)

3La publication à l’automne-hiver 1968 du numéro 23-24 de la revue Promesse permet d’entrer de plain-pied dans ce geste comparatiste. Créée par Jean-Claude Valin (en 1934) et reprise par Jean-Louis Houdebine et Jacques Kerno en 1966, la revue Promesse (1961-1975) est une revue satellite de Tel Quel5. Au sommaire : trois Cantos d’Ezra Pound traduits par Denis Roche, accompagnés d’un texte de Philippe Sollers, puis de Jean-Louis Houdebine : « Pour une critique de l’idéologie poétique ». Ce numéro évoque clairement l’existence d’un lien entre l’idéologie textuelle développée par Tel Quel et sa transposition en direction d’une idéologie poético-politique : Promesse d’une révolution et dessein de nouveaux horizons poétiques desquels aura été extraite l’aliénation aux codes bourgeois dominants, le programme des telqueliens s’inscrit fermement sur la scène de la lutte des classes et de la critique de la pensée bourgeoise.

  • 6 Jean-Luc Barré, Dominique de Roux. L’homme des extrêmes, Paris, Éditions Perrin, 2013.
  • 7 « Avant-propos », Promesse, op. cit., p. 5-11.

4Contrairement au projet littéraire et éditorial de Dominique de Roux, autre acteur et concurrent tout autant de la révolution littéraire de cette période – avec la revue et les éditions de l’Herne – que de la réception française d’Ezra Pound dont il est le principal artisan6, le projet telquelien relève cependant d’une entreprise révolutionnaire exclusivement déployée sur la scène de la théorie littéraire et dans l’univers clos du texte. Lutte idéologique et pratique théorique pour une approche marxiste de la littérature, Promesse constitue un lieu pour une transformation possible de la poésie7 et la poétique poundienne y sera pour cette raison logiquement convoquée. Philippe Sollers présente ainsi « L’Ouest s’éloigne », un texte fondé sur l’avant-propos programmatique de la revue, dont il élabore une application au prisme de la réception des Cantos et de la trajectoire d’Ezra Pound. Affirmant la nécessité de rouvrir la blessure et la fermeture mal close de l’idéologie poétique que constitue comme dernière réduction la « crispation de Heidegger pour penser en-deçà du grec », l’écrivain français y soutient que la « poésie a pour fonction de traiter le discours dominant, dont il s’agit d’extraire le dominé à la jonction de la langue, de la jouissance, de l’économie, de la science, de la politique, dans une histoire stratifiée (monumentale) à temporalités distinctes et dialectiquement ordonnées ». À partir de trois thèses initiales, Sollers considère ainsi premièrement que :

  • 8 Philippe Sollers, « L’Ouest s’éloigne », Promesse, op. cit., p. 14-17.

La « poésie » tient lieu (vient à la place) d’une phase économique spécifique (le discours comme lieu et objet d’échange matérialisé) dont on peut retrouver la marque, explicite ou implicite dans les textes d’une époque donnée » […] deuxièmement […] qu’il faut s’en tenir à une coupure entre science et idéologie (« La science, traitant comme matériau l’interpellation idéologique, déplace incessamment la brèche qu’elle y ouvre » – Badiou), car il importe d’inscrire une autre coupure entre idéologie et texte […] troisièmement que […] [l]a biographie, sans reste, est trouvable dans le texte (en tant qu’elle participe d’une classe, des masses, etc…) et non ailleurs, alors qu’il n’est de « sujet » qu’idéologique8.

  • 9 Michel Butor, « La tentative poétique d’Ezra Pound », Critique, n°106, Paris, mars 1956.

5L’auteur illustre ensuite l’application de ce programme en convoquant les Cantos et se livre à la critique raisonnée de « La tentative poétique d’Ezra Pound », texte consacré aux Cantos par Michel Butor en 1956 dans la revue Critique9, considérant de son point de vue que la critique de l’œuvre de Pound ne peut :

  • 10 Philippe Sollers, op. cit., p. 18.

[…] donc se faire qu’à partir d’une position scientifiquement révolutionnaire et non pas, disons, social-démocrate. Si cette position révolutionnaire n’est pas tenue, on réoriente nécessairement l’interprétation vers l’idéologie dominante et sa fascination technocratique (exemple, chez Butor lui-même, l’investissement d’une culture positiviste européenne dans le référent américain). Alors qu’il s’agit de déchiffrer la production « poétique » (ou littéraire en général) comme langage spécifique de l’histoire du côté où l’histoire se fait depuis un dehors (les révolutions, le travail des masses) en dialectique avec la connaissance subversive de ce dehors10.

  • 11 Ibid., p. 17-21 pour l’ensemble du paragraphe.

6Déployant son analyse en fonction des « surdéterminations » qu’il a décelées dans la poétique poundienne, Sollers poursuit dès lors le développement de son texte et s’appuie sur les Cantos pour illustrer le discours théorique telquelien et la critique idéologique dont il est le vecteur. Reprenant, d’une part, le concept « d’usure comme concept économique totalisant » mis en perspective par Pound à partir de « la référence à John Adams comme toile de fond de l’histoire américaine signant la provenance sociale du texte : la petite bourgeoisie américaine » ; soulignant, d’autre part, « la relativisation et la mise en écart inaugurale, par le chinois, de langues comme l’anglais (langue de base), le français, l’italien, le grec, le latin, le provençal, l’allemand, etc…, c’est-à-dire la possibilité d’une anamnèse historique du dépôt mythique et idéologique porté par ces langues », Philippe Sollers considère dès lors que « Les Cantos sont un des symptômes historiques majeurs du devenir-psychose de l’idéologie dominante (impérialiste), déterminé par la force inversée et muette, en épaisseur, de son dehors »11. Retraçant et analysant la poétique et l’idéologie poundienne, Sollers puise ainsi indiscutablement dans les apports novateurs de la poétique poundienne, afin de soutenir et justifier les élaborations théorico-poétiques et le discours qu’il prône dans le cadre de l’idéologie révolutionnaire déployée par Tel Quel.

  • 12 Tel Quel, Théorie d’ensemble, Paris, Éditions du Seuil, 1968.

7En examinant sur ce point les motivations qui justifient en partie l’attraction de Dominique de Roux à L’Herne et de Philippe Sollers à Tel Quel pour le poète Ezra Pound et les Cantos, on observe pourtant de nettes divergences entre ces « revues ennemies », bien que toutes deux convergent en apparence en direction d’une subversion révolutionnaire combattant les mœurs du conformisme littéraire de l’époque. Du côté de L’Herne, Dominique de Roux semble s’être plongé corps et âme dans une identification personnelle à Ezra Pound, dans laquelle l’écrivain et son écriture se dédoublent dans un combat consacré au dévoilement de la vérité et du réel de la mort – comme destin à la fois individuel, collectif et donc historique. Du côté de Tel Quel, Philippe Sollers se sert différemment des apports de Pound – de sa poétique scientifique, de la fonction révélatrice du poème épique, mais aussi de la considération méprisante et erronée à son égard issue des codes de domination de la petite bourgeoisie – pour justifier sa propre Théorie d’ensemble12 et mobilise les Cantos comme exemple illustrant l’application textuelle concrète de la « révolution poétique » à laquelle il aspire et qui vise à favoriser l’autonomie de la poésie et sa fonction subversive dans le rapport aux codes de domination établis.

8Quoi qu’il en soit des oppositions et des débats qui se produisirent entre Philippe Sollers et Dominique de Roux à travers leurs dispositifs éditoriaux respectifs, il faut admettre que dans les deux cas l’Herne et Tel Quel furent indiscutablement à cette époque, et avec Denis Roche dans leurs rangs, les principaux dispositifs instigateurs et promoteurs de la réception française de l’œuvre du poète américain Ezra Pound.

De Tel Quel à L’Infini  (1976-1985) : la modernité des Cantos

  • 13 Carmela Lettieri, « L’Italie et ses Années de plomb. Usages sociaux et significations politiques d’ (...)
  • 14 Notamment Roland Barthes en 1980, Jacques Lacan en 1981, Michel Foucault en 1984.
  • 15 Philippe Forest, Histoire de Tel Quel, Paris, Éditions du Seuil, 1995, p. 509-512.

9Durant cette décennie, marquée en Europe par les « années de plomb »13 et le terrorisme des extrêmes – majoritairement dans les contextes italien et allemand –, le champ littéraire et culturel français voit plusieurs grandes figures intellectuelles disparaître14 et le mouvement des avant-gardes se dissoudre rapidement, sans que ses acteurs ne disparaissent pour autant de la scène culturelle, alors qu’il semble pourtant qu’un temps de crise se soit instauré, une crise de l’avant-garde comme le prononce Philippe Sollers dans une conférence le 12 décembre 1977. De nouveaux horizons se dessinent ainsi pour la revue Tel Quel, contrainte de « renoncer à l’espoir d’une révolution poétique qui serait également révolution politique »15. Dans le cours des nouvelles orientations du telquelisme au cœur desquelles il avait déjà fait son entrée depuis l’été 1974, le féminisme se réinterroge ainsi à l’aune des bannières chinoises, dans le même temps que Tel Quel entre sur les campus et commence à faire l’objet d’études plus approfondies, grâce en partie à Jacqueline Risset qui a traduit en italien des poètes actifs dans la revue : Denis Roche, Marcelin Pleynet, Jean-Pierre Faye, ainsi que des poèmes de Philippe Sollers et Francis Ponge.

  • 16 Ibid., p. 524-538.

10Si les universités anglaises et allemandes se penchent plus attentivement sur les travaux des telqueliens, c’est pourtant plutôt du côté de l’Atlantique que des ponts se bâtissent en direction du « Nouveau monde ». Sollers se sent ainsi attiré par les évocations d’Amérique de Baudelaire à propos de Poe, ainsi que par celles célèbres du Voyage au bout de la nuit de Céline, qu’il considère désormais comme l’un des plus grands écrivains du XXe siècle avec Joyce et Artaud. Quittant la terre de la révolution pour habiter celle du capitalisme, Tel Quel se tourne ainsi « de l’Orient vers l’Occident, cherchant un horizon géographique nouveau qu’il soit possible d’investir de son langage et de ses rêves »16. Cet étrange mouvement de balancier de l’intérêt des anciens révolutionnaires de Tel Quel en direction du berceau de l’impérialisme libéral et capitaliste, jadis âprement combattu, a pourtant peut-être sa logique et pourrait bien s’expliquer au prisme des avancées et des apports poétiques du modernisme anglo-américain, celui-là même auquel ont grandement contribué, entre autres, T.S. Eliot, William Carlos Williams et Ezra Pound.

  • 17 Alain Bosquet, Anthologie de la poésie américaine, Paris, Éditions Gallimard, 1956 ; Trente-cinq je (...)

11En effet, très distinctement du surréalisme français et de la révolution du langage poétique, le modernisme anglo-américain est parvenu à inspirer toute une nouvelle génération de poètes et d’écrivains américains qui ont créé et développé à leur tour, tout comme leurs maîtres et prédécesseurs auparavant, leur propre style poétique, renouvelant dans le même temps la poésie américaine. À l’instar de Pound et autre Wallace Stevens, les « Objectivistes » – et nombre de jeunes poètes comme l’a montré Alain Bosquet dans ses traductions et anthologies17 – ont ainsi permis au champ littéraire et poétique américain de connaître une évolution moderniste dans la seconde moitié du XXe siècle, alors que le champ poétique français semble être quant à lui resté quelque peu emprunté, après avoir passablement perdu de son rayonnement dans le tout juste après-guerre et s’être égaré dans les heures sombres de la guerre des écrivains et de l’épuration des intellectuels.

  • 18 Francis Fukuyama, La Fin de l’Histoire et le dernier homme, Paris, Éditions Flammarion, 1992.

12La révolution poétique qui a cours dans les années 1960-1970 se caractérise ainsi par la production d’une autoréflexivité propre au champ poétique et littéraire français, qui s’interroge profondément sur son histoire et son identité, grâce notamment à de nouveaux mouvements comparatistes – et des traductions qui se multiplient en direction des littératures et poétiques étrangères. Il semble au premier abord que le champ poétique et littéraire français soit durant cette période – marquée par la « fin de l’histoire »18 – à la recherche de sa modernité en quelque sorte perdue, mais peut-être faudrait-il différemment évoquer la recherche d’un modernisme et d’une modernité encore non-advenus comparativement au modernisme anglo-américain ?

À la recherche de la « modernité perdue »…

  • 19 Philippe Forest (éd), De Tel Quel à L’infini. L’avant-garde et après ?, Colloque de Londres et de P (...)
  • 20 Philippe Forest, Histoire de Tel Quel, op. cit., p. 561-575.

13La poésie occupe dans cette réflexion une place centrale et la poétique est au cœur du laboratoire de lecture et d’interprétation que constitue Tel Quel. La posture adoptée est radicale et s’inscrit dans l’appropriation du legs des prédécesseurs19. Ces expérimentations se traduisent par de multiples publications mettant à l’épreuve des approches inédites dans l’action d’écriture. L’écriture poétique en prose est ainsi remise sur le métier, tout comme la référence et la mise en acte interprétative de l’écriture idéogrammatique et de la pensée chinoises. L’utilisation des formes développées par Pound pour l’écriture des Cantos trouve ici un terrain d'élection favorable et les entreprises poétiques se multiplient : Viviane Forrester écrit ainsi Vestiges ; Jacqueline Risset offre son premier recueil poétique, La Traduction commence, avant de s’engager dans la traduction de La Divine comédie ; Jacques Henric publie Carrousels ; Denis Roche Mécrit et Dépôts de savoir et de technique ; Marcelin Pleynet, très inspiré par Ezra Pound dans Stanze, publie Rime ; Philippe Sollers enfin, après L’Écriture et l’expérience des limites et Lois, écrit l’œuvre dominante de cette période : Paradis20.

  • 21 Benoît Tadié, L’Expérience moderniste anglo-américaine (1908-1922). Formes, Idéologie, Combats, Par (...)

14Dans ce mouvement d’exploration et de réflexion, deux auteurs en particulier mettent en œuvre une approche et une conception différentes de la poésie, ces deux mêmes poètes qui continuent à contribuer à la réception littéraire d’Ezra Pound dans les années 1970 et 1980 : Marcelin Pleynet et Denis Roche. Constatant l’indéniable influence exercée par le modernisme anglo-américain21, ce sont pourtant deux visions de la poésie qui se détachent de leurs considérations : « Faut-il en finir avec le modernisme ? » demande Pleynet. À quoi Roche répond – dans la « haine de la poésie » – que la poésie est inadmissible… Dans le cadre de la remise en question de la littérature et de la poétique françaises du XXe siècle et si Louis-Ferdinand Céline devient rapidement le « roi de la prose française moderne », la question de la référence poétique est beaucoup plus difficile à identifier : y a-t-il en effet un Ezra Pound français ?

15À partir de cette référence et figure d’appui, sous quel angle faut-il dès lors considérer la poésie française au prisme de son histoire ? Les voies divergentes qu’expriment Marcelin Pleynet et Denis Roche semblent témoigner d’un écueil central pour l’appréhension de la poésie et poétique françaises, tout autant qu’un enjeu essentiel de sa modernité. Pour Denis Roche qui s’emploie à le démontrer, la poésie est inadmissible et d’ailleurs elle n’existe pas. Pour Pleynet si la poésie est inadmissible, c’est au contraire précisément parce qu’elle existe. Roche propose ainsi une « mécriture » et « un bas-matérialisme » qui témoignent apparemment d’une étrange haine de la poésie ancrée dans son rapport biographique à la littérature :

  • 22 Olivier Renault, « Inadmissibilité de la poésie ? », in Philippe Forest (éd), De Tel Quel à L’infin (...)

Sa « haine » de la poésie s’affiche à partir de ce principe stratégique énoncé par Prigent : Il ne s’agit pas de déserter le champ poétique, mais de le saccager. Position de subversion : plutôt être « l’ennemi du dedans » qu’en position d’extériorité, de révolte à distance. Ni désertion, ni marginalisation, mais une volonté farouche de destruction et de réordonnancement à l’intérieur même du système : Nous prétendons dire précisément par des poèmes que cette conception de la poésie n’est pas22.

  • 23 Ibid., p. 147-150.

16Pour le traducteur des Cantos pisans, il s’agit en ce sens d’entreprendre la traversée de la trivialité qui est l’une des grandes thématiques du XXe siècle et de concourir – pour celui qui se consacrera ensuite beaucoup à la photographie – à la fin de la poésie regardée, à la fin de la poésie parlée : « L’un des buts […] est de montrer qu’il peut exister une poésie qui ne soit faite ni pour être regardée ni pour être déclamée »23.

  • 24 Marcelin Pleynet, « Comment en finir avec le modernisme ? », in ibid., p. 35-39.

17Les réflexions proposées par Marcelin Pleynet en 1976 lui permettent notamment de réinterroger les chants de Lautréamont et de mettre en perspective une question qui donnera le titre de l’une de ses communications : « Comment en finir avec le modernisme ? ». Peut-être inspiré par la poétique poundienne, il propose quant à lui de considérer la fin du modernisme comme point d’achoppement permettant d’interroger la poésie contemporaine, au prisme du rapport entre histoire et poésie dont il est fondamentalement question, tout comme de la fonction que la poésie exerce et doit exercer dans l’édification de cette histoire. Pour Marcelin Pleynet qui met en relief le poème en prose, la question implique en ce sens de savoir comment penser ce qu’aura été ou ce que continue d’être le modernisme et de réfléchir aux crises qui jalonnent l’actualité des poètes, des écrivains et des artistes dans l’histoire24.

  • 25 Michel Butor, « La tentative poétique d’Ezra Pound » in Critique, n°106, 1956, p. 208-209 : « “Il n (...)

18En poursuivant l’examen de la réception française et critique d’Ezra Pound, on constate dès lors que c’est bien au prisme de la poésie française moderne – ou du modernisme français – que la diffusion de l’œuvre et de la poétique poundienne se poursuit à la fin des années 1970, avec une attention sensiblement portée aux Cantos en tant qu’ils sont, pour Pound et dans son intention en tous les cas, le reflet poétique de l’épopée et du « conte de la tribu » modernes25. Dans Art et littérature publié en 1977, Marcelin Pleynet consacre ainsi le chapitre « La Compromission poétique » à Ezra Pound. Il y propose le projet non pas tant d’établir un panorama littéraire, mais de « suivre les contradictions que manifeste l’aventure artistique et culturelle de ce siècle, de les mettre en évidence et, lorsque cela est possible, d’en tirer les conclusions ». Questionnant les rapports souvent opposés entre artistes français et artistes américains, Pleynet rappelle le contexte de la montée des totalitarismes et de la Seconde Guerre mondiale, afin de contextualiser l’émigration de nombreux artistes européens aux États-Unis.

  • 26 Marcelin Pleynet, Art et littérature, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 53.

19Il interroge dès lors la fonction de la poésie française au regard du refoulé de la guerre et des totalitarismes, considérant que la poésie : « […] plus que toute autre forme de rapport au langage [est] proche du refoulé, ce qui explique que plus que toute autre elle soit liée au refoulement ». En fonction des contextes et de l’usage qu’en font les poètes, il revient ensuite sur la question de l’usure chez Dante et chez Ezra Pound, considérant particulièrement à travers son nom et son histoire familiale « la perversité de l’ez(u)ra » qui semble nourrir la fixation obsessionnelle du poète américain. Revisitant Dante Alighieri, Donatien Alphonse François de Sade, Sigmund Freud, ainsi que la pulsion et la perversité, Marcelin Pleynet rappelle l’intérêt que présente la poétique d’Ezra Pound pour se demander : « Qu’en est-il de tout cela dans la poésie ? »26

20L’écrivain propose ainsi l’un des rares textes rappelant que dans les Cantos, la poésie, l’histoire et la singularité inconsciente du poète pris dans les rets du langage et de la langue sont susceptibles de se polariser autour de la lettre, et même de la « petite lettre », à travers une énigmatique compromission poétique dans le cas de Pound.

Influences élargies d’une réception

  • 27 Ezra Pound, « La guerre vue par le peintre Wyndham Lewis » ; « Crue du roman », trad. Hélène Bokano (...)

21Durant la décennie 1976-1985, la réception française d’Ezra Pound s’étoffe et se confirme. Des pans méconnus de son œuvre et de sa vie deviennent accessibles au public français, grâce à de nouvelles traductions – et de nouveaux traducteurs. L’impact et l’influence de la poétique d’Ezra Pound au cœur de l’activité contemporaine des écrivains et poètes français est également une conséquence de cette réception. Malgré la disparition de Dominique de Roux, foudroyé par une crise cardiaque à seulement quarante-et-un ans, des textes de Philippe Sollers, Marcelin Pleynet et Denis Roche continuent de témoigner de l’influence poundienne dans le champ poétique et culturel français, de nouveaux noms apparaissant par ailleurs progressivement dans la décennie. On retrouve par exemple Pound et ses essais – aux côtés de ceux de T.S. Eliot, Hugh Kenner, Édouard Roditi, Rebecca West, Marshall McLuhan – au cœur d’un cahier que le Centre Georges Pompidou consacre en 1982 à « Wyndham Lewis et le vorticisme27 ».

  • 28 Ezra Pound, Hommage à Sextus Propertus, Paris, Éditions Gallimard, 1985, p. 9.

22Deux ans auparavant et au moment de l’écriture de son propre Paradis, Sollers avait déjà écrit un vibrant hommage à Pound dans la presse, qui sera publié une nouvelle fois en 2008 dans L’Infini 101-102. L’année 1985 voit enfin paraître un choix de poèmes de « jeunesse » d’Ezra Pound – dont le fameux « Hommage à Sextus Propertius », grâce aux traductions de Ghislain Sartoris, Michèle Pinson et Alain Suied. L’excellente introduction de T.S. Eliot de 1928 parvient enfin au public français cinquante ans plus tard, permettant effectivement de favoriser notablement grâce à cette vue des poèmes antérieurs aux Cantos – qu’Ezra Pound a sélectionnés et jugés bon de publier –, une compréhension de l’œuvre, qui tout à la fois « lui reproche d’être moderne comme d’être dans le même temps d’être ancien »28, critiques toutes deux fausses selon T.S. Eliot pour qui souhaite véritablement saisir les aspérités du modernisme poundien.

  • 29 Philippe Mikriammos (éd), Pound périphériques, In’hui, Trois Cailloux, Maison de la culture d’Amien (...)
  • 30 Paul Louis Rossi, Faïence. Poésie, Paris, Éditions Flammarion, 1995.
  • 31 Ce débat débute immédiatement lors de la première publication d’un choix de Cantos traduits par le (...)
  • 32 Ezra Pound, Les Cantos, Paris, Éditions Flammarion, 1986, 2002, 2013.

23En 1985, c’est le nom de Philippe Mikriammos qui marque également le champ de la réception poundienne, lorsque ce dernier publie le dossier Pound Périphériques dans la collection que dirige Jacques Darras aux éditions Trois Cailloux de la Maison de la culture d’Amiens29. Composé aux États-Unis à la suite des journées de la « Ezra Pound Commemorative Centennial Conference » de l’Université du Maine à Orono, ce dossier livre plusieurs textes inédits qui témoignent de la nouvelle floraison critique qui a cours au cœur de la réception française d’Ezra Pound – notamment avec Philip Grover, Jean-Paul Auxeméry, Jean-Michel Rabaté, etc. –, mais aussi de la critique d’outre-Atlantique – encore peu connue des non-initiés : Charles Olson, Basil Bunting, Joël Shapiro, etc. Si l’on y découvre le très beau texte que consacre le poète français Paul-Louis Rossi à Ezra Pound, « La lingua del sì », qui sera repris dans Faïence30, on y découvre encore un texte de Dominique de Roux, « Le Gran Pan est mort », tout comme on y retrouve, en fin de dossier, l’éternel et virulent débat relatif à l’antisémitisme d’Ezra Pound et dès lors à l’acception de son œuvre poétique31, qui se trouve être relancé encore une fois par Jacques Darras dans « Réponse à une question que l’on m’a posée ». Mais ces débats n’empêcheront pas en 1986 la parution de la première traduction intégrale des Cantos de Pound, sous la direction d’Yves di Manno32.

Philippe Sollers, Denis Roche, Marcelin Pleynet : encore…

  • 33 Denis Roche, Dans la Maison du Sphinx. Essais sur la matière littéraire, Paris, Éditions du Seuil, (...)
  • 34 Philippe Sollers, « Le paradis brisé d’Ezra Pound », in La Guerre du goût, Paris, Éditions Gallimar (...)

24En 1992, après cette publication majeure et malgré les nombreux nouveaux-venus, ce sont à nouveau les anciens trublions de l’avant-garde littéraire française, Philippe Sollers et Denis Roche, qui prennent la plume pour consacrer respectivement pour le premier un article dans la presse et pour le second un chapitre d’ouvrage à Ezra Pound. Roche publie aux Éditions du Seuil et dans la collection « La librairie du XXe siècle » Dans la Maison du Sphinx, qui constitue un recueil d’essais sur la « matière » littéraire : le chapitre « Dernier poème de la poésie » évoque Les Cantos d’Ezra Pound33. Sollers publie par ailleurs un article dans Le Monde, « Le paradis brisé d’Ezra Pound », titre qu’il reprendra dans un chapitre d’une anthologie consacrée à la modernité littéraire, La Guerre du goût, publié aux Éditions Gallimard en 1994. Du Paradis à l’Enfer, Philippe Sollers y retrace dans les grandes lignes la trajectoire tumultueuse et créatrice du poète Américain, tout en offrant quelques considérations sur les Cantos, rappelant que le trajet de l’œuvre était censé à l’inverse partir de l’Enfer pour rejoindre le Paradis. L’écrivain français y questionne l’histoire du XXe siècle au prisme du paradis brisé d’Ezra Pound et revisite ainsi les paradoxes qui jalonnent la trajectoire du poète américain, tout autant que les sombres noyaux caractérisant l’histoire littéraire française et qui sont pour lui toujours d’actualité dans les années 1990, notamment à l’occasion de l’hommage rendu par François Mitterrand à Philippe Pétain. Sollers s’interroge à partir de là et déploie de multiples questions : « Qui fera vraiment l’histoire du vingtième siècle ? » ; « Qui a fait plus de victimes : Hitler ou Staline ? » ; « Qui a eu le moins tort : Breton, Aragon, Picasso, Céline ? » ; « Dieu est-il encore là pour reconnaître les siens ? » ; ou encore « Ne vaut-il pas mieux déclarer l’Histoire finie pour oublier les redoutables questions qu’elle pose ? ». Une dernière question lui permet de mettre en perspectives l’une des problématiques essentielles caractérisant la trajectoire d’Ezra Pound : « […] peut-on avoir été un très grand poète et, simultanément, un fasciste convaincu et un antisémite acharné ? Non, n’est-ce pas ? Et pourtant si. Voilà le problème. »34

25Sollers poursuit ses développements, d’une part, en affirmant que « Si Ezra Pound n’avait pas existé, écrit Humphrey Carpenter dans sa monumentale biographie (à ce jour la plus détaillée et la plus objective), il aurait été très difficile de l’inventer », d’autre part, en se demandant si Ezra Pound fut « Un visionnaire génial ? Un traître à sa patrie ? Un fou ? Un illuminé ? Un fanatique ? ». L’écrivain français répond à sa propre question :

Oui, mais aussi, et peut-être d’abord, un artisan précis, un découvreur généreux, un érudit autodidacte sans cesse original, un révolutionnaire de la perception et du langage, un créateur et un animateur d’une partie essentielle de la littérature et de l’art de ce temps chaotique. Peut-on préférer, à un grand artiste qui pense mal, un médiocre fonctionnaire des lettres qui pense bien ? Cela se voit tous les jours, et pourtant la terre tourne. Par-delà le bien et le mal, alors ? Non, l’analyse est possible. Essayons d’en démêler les fils principaux :

  • 35 Ibid., p. 525

Le Paradis, voilà ce que j’ai tenté d’écrire
Ne bougez pas
Laissez parler le vent
Le paradis est là
Que les dieux pardonnent ce que j’ai fait
Que ceux que j’aime tentent de pardonner ce que j’ai fait.35

  • 36 Ibid., p. 524-532.

26Pour Philippe Sollers, la tentative poétique ne se solde dès lors pas par un échec, Ezra Pound « vivant et étant comme il écrit », puisqu’elle est en réalité parvenue à produire le reflet et à exprimer le conte de la tribu du XXe siècle, celui de l’« Hystérie du siècle et, peut-être, de chaque siècle ». Mais que veut dire Sollers, lorsqu’il souligne que Pound avait douloureusement mais lucidement, proche de la fin de sa vie, pris conscience de ses erreurs considérant ses Cantos comme un gâchis ? Et en quoi dit-il finalement autre chose que Michel Butor, qui soulignait déjà en 1956 la beauté et l’importance de la poésie de Pound, tout autant que ses égarements ? Concluant son texte par l’évocation de la mort de Pound et de son enterrement à Venise en 1972, l’auteur de Paradis propose dès lors de résoudre le paradoxe poundien en convoquant l’étrange citation de l’un des « héros » favori du poète américain, Sigismundo Malatesta, évoquant à propos des Cantos : un « échec qui vaut toutes les réussites de son époque »36. Les réflexions de Philippe Sollers confirment ainsi la dimension paradoxale qui caractérise fondamentalement l’« épopée » poundienne et la réception française de son chef-d’œuvre : les Cantos.

L’intérêt comparatiste de la réception française d’Ezra Pound

  • 37 Marcelin Pleynet, « Ezra Pound politique », L’Infini, n°127, Paris, Éditions Gallimard, 2014, p. 10 (...)

27Pour conclure ce panorama fragmentaire de la réception française d’Ezra Pound au prisme des contributions de Tel Quel, on rappellera brièvement quelques considérations qui laissent penser qu’une certaine méconnaissance et un certain déni continuent pourtant de caractériser la réception du poète américain et de son œuvre, comme l’affirme Marcelin Pleynet, toujours aux avant-postes dans L’Infini 127 et à l’occasion de la réédition des Cantos en 2013, avec un texte intitulé « Ezra Pound politique » : « Impossible d’aborder l’œuvre de Pound sans traiter d’abord tout le XXe siècle. Les conditions d’existence sociale des hommes, les mouvements de leur pensée »37.

  • 38 Pour une approche de la poétique, de l’idéologie économique et politique de Pound, cf. Hélène Aji, (...)

28Bien souvent associé à Céline en raison de son antisémitisme et de sa conduite pendant la Seconde Guerre mondiale, la méconnaissance du poète américain et de son œuvre est certainement corrélative d’une problématique passablement exacerbée dans le contexte historique et politique français d’après-guerre – celle de l’antisémitisme, du fascisme et du nationalisme –, ainsi que d’une méconnaissance des orientions économiques et historiques qui caractérisent l’idéologie contenue dans les Cantos38. Entre pardon inconditionnel et condamnation imprescriptible, de nombreux détails permettent de détecter ainsi et en quelque sorte l’existence d’un « malaise » dans la réception française d’Ezra Pound et de son œuvre au cœur du champ littéraire et culturel français :

  • 39 Pleynet Marcelin, « Ezra Pound politique », op. cit., p. 119-120.

Les Cantos portent témoignage de la nécessité d’un dégagement qui véhicule ce dont il doit se dégager. Le risque est dans le geste poétique – dans ce qui constitue le « daïmon » d’Ezra Pound. Pound est-il intolérable, insupportable parce qu’il fut antisémite et parce qu’il fit de la propagande sur les ondes fascistes ? Il y en eut bien d’autres plus sérieusement et essentiellement engagés. Pound est insupportable parce qu’il révèle au cœur de la société américaine engagée dans la lutte contre le fascisme – dont elle veut croire qu’il ne sévit qu’en dehors d’elle-même – le nœud, la crispation nouée au cœur de l’histoire, au cœur de son histoire et de sa civilisation. Pound ou Céline, différemment, sont insupportables parce qu’ils en disent trop. Parce qu’ils en disent plus que les simples et politiquement corrects discours des consciences masquées39.

  • 40 Anna Boschetti (éd), L’Espace culturel transnational, Paris, Éditions Nouveau Monde, 2010.

29Le geste d’étude comparatiste de la réception d’Ezra Pound dans le champ littéraire français trouve ici quelque argument justifiant non seulement son intérêt, mais également dans le même mouvement sa nécessité, l’étude de l’espace culturel transnational40 et de la littérature universelle favorisant dans son mouvement l’étude réflexive de la singularité de son histoire, cela d’autant plus au vu de l’instrumentalisation politique dont a notamment et récemment fait preuve la figure de Pound dans certains mouvements d’extrême-droite, notamment en France et en Italie. Mais il est encore une autre question qui justifie l’intérêt de l’étude de la réception française du poète américain, une question éminemment politique, méconnue et peu souvent évoquée comme l’a souligné Pascale Casanova :

  • 41 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 198-199.

La traduction est la grande instance de consécration spécifique de l’univers littéraire. Méconnue comme telle du fait de son apparente neutralité, elle est pourtant la voie d’accès principale à l’univers littéraire pour tous les écrivains « excentriques » : elle est une forme de reconnaissance littéraire et non pas un simple changement de langue, pur échange horizontal qu’on pourrait (devrait) quantifier pour connaître le volume des transactions éditoriales dans le monde. La traduction est au contraire l’enjeu et l’arme majeure de la rivalité universelle entre les joueurs, une des formes spécifiques de la lutte dans l’espace littéraire international, instrument à géométrie variable dont l’usage diffère selon la position du traducteur et du texte traduit, c’est-à-dire selon la position de la langue source et de la langue cible41.

  • 42 Jean-Marie Gleize, Denis Roche. Éloge de la véhémence, Paris, Éditions du Seuil, 2019, p. 161.

30La traduction est effectivement une question centrale et complexe dans le cadre de la réception française d’Ezra Pound, d’une part, au regard de la posture de traducteur que le poète américain a lui-même endossée dans les nombreuses traductions par lui commises mais aussi, d’autre part, au regard du débat critique entre traducteurs et des différences sensibles de traduction des œuvres de Pound. Il semble que la question de la traduction française des Cantos et des débats qu’elle a soulevés n’ait pas encore été défrichée de manière approfondie dans le cadre de la réception de ses œuvres, bien qu’elle ait pourtant été repérée, à l’instar de Denis Roche comme l’a très récemment rappelé Jean-Marie Gleize dans la biographie consacrée par lui au poète-traducteur42. Voici dès lors quelques pistes de recherche à développer et, pour conclure, un exemple illustratif extrait de la « Cinquième décade » des Cantos de Pound, avec deux traductions du début du « Canto XLIX », la première par J. Darras et la seconde par D. Roche :

  • 43 Ezra Pound, I Cantos, éd. Mary de Rachewiltz, Milan, Éditions Mondadori, I Meridiani, p. 472.

For the seven lakes, and by no man these verses
Rain; empty river; a voyage,
Fire from the frozen cloud, heavy rain in the twilight
Under the cabin roof was one lantern.
The reeds are heavy; bent;
and the bamboos speak as if weeping43.

  • 44 Ezra Pound, Les Cantos, op. cit., p. 266. Trad. Jacques Darras.

Pour les sept lacs, ces vers écrits par nul :
Pluie ; fleuve vide ; voyage sur l’eau,
Feu du nuage de glace, pluie lourde au crépuscule
Sous le toit de la hutte l’unique lanterne.
Les roseaux pèsent ; plient ;
les bambous parlent comme par larmes44.

  • 45 « Canto XLIX », Promesse, op. cit., p. 38. Trad. Denis Roche.

Pour les sept lacs, et de personne ces vers :
Pluie ; rivière vide ; un voyage,
Feu d’un nuage gelé, lourde pluie dans le demi-jour
Les roseaux sont lourds ; ployés ;
Sous le toit de la cabine était une lanterne.
et les bambous parlent comme s’ils pleuraient45

31et un second exemple comparant les premiers vers du Canto IV traduits tout d’abord par D. Alexandre et P. Sanavio dans Tel Quel, par P. Mikriammos ensuite, dans l’édition intégrale des Cantos :

  • 46 Ezra Pound, I Cantos, op. cit., p. 24.

Palace in smoky light,
Troy but a heap of smouldering boundary stones,
Anaxiforminges! Aurunculeia!
Hear me. Cadmus of Golden Prows!
The silver mirrors catch the bright stones and flare,
Dawn, to our waking, drifts in the green cool light;
Dew-haze blurs, in the grass, pale ankles moving.
Beat, beat, whirr,
thud, in the soft turf
under the apple trees
46

  • 47 Tel Quel, n°6, 1961, p. 21.

Sombres tours fumantes,
Troie, tas de bornes brûlantes !
Anaxiforminges ! Aurunculeia !
Entend mon chant Cadmus aux nefs dorées !
Les miroirs d’argent volent l’éclat des pierres et s’ouvrent.
L’ombre, au réveil, dérive dans la verte froideur du jour ;
Brumes de rosées brouillées, pâles chevilles mouvantes de l’herbe.
Tap, tap, ronfle, résonne sur l’herbe molle
sous les pommiers47

Palais fumant dans la lumière,
Trois simples tas de bornes qui se consument,
Anaxiforminges ! Aurunculeia !
Entends-moi. Cadmos des Proues Dorées !
Les miroirs argentés saisissent les pierres claires et flamboient,
L’aube, à notre réveil, se fond dans la lumière verte, fraîche ;
La rosée estompe dans l’herbe les pâles chevilles en marche.

Plap, plap, frrr, pof, dans le doux gazon

  • 48 Ezra Pound, Les Cantos, op. cit., p. 31.

sous les pommiers48

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Aji, Hélène, Ezra Pound et William Carlos Williams : pour une poétique américaine, Paris, Éditions L’Harmattan, 2001.

Barré, Jean-Luc, Dominique de Roux. L’homme des extrêmes, Paris, Éditions Perrin, 2013.

Boschetti, Anna (éd), L’Espace culturel transnational, Paris, Éditions Nouveau Monde, 2010.

Bosquet, Alain, Anthologie de la poésie américaine, Paris, Éditions Gallimard, 1956.

Bosquet, Alain, Trente-cinq jeunes poètes américains, Paris, Éditions Gallimard, 1960.

Butor, Michel, « La tentative poétique d’Ezra Pound », Critique, n°106, 1956.

Casanova, Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

Collectif, Promesse, n°23-24, Poitiers, Éditions Promesse, 1968.

Deluy, Henri, « De là les colères. Cantos et poèmes choisis d’Ezra Pound » in Action poétique, n°3-4, 1958.

Fauchereau, Serge, Lecture de la poésie américaine, Paris, Éditions de Minuit, 1968 ; édition augmentée et illustrée, Paris, Somogy, 1998.

Forest, Philippe, Histoire de Tel Quel, Paris, Éditions du Seuil, 1995.

Forest, Philippe (éd), De Tel Quel à L’infini. L’avant-garde et après ?, Colloque de Londres et de Paris, Paris, Éditions Pleins Feux, 1995.

Fukuyama, Francis, La Fin de l’Histoire et le dernier homme, trad. de l’anglais par Canal, Denis-Armand, Paris, Éditions Flammarion, 1992.

Gleize, Jean-Marie, Denis Roche. Éloge de la véhémence, Paris, Éditions du Seuil, 2019.

Kristeva, Julia, Sèméiotikè : recherches pour une sémanalyse, Paris, Éditions du Seuil, 1969.

Kristeva, Julia, La Révolution poétique du langage : l’avant-garde à la fin du XIXe siècle, Lautréamont, Mallarmé, Paris, Éditions du Seuil, 1974.

Mikriammos, Philippe (éd), Pound périphériques, In’hui, Trois Cailloux, Maison de la culture d’Amiens, 1985.

Pleynet, Marcelin, Art et littérature, Paris, Éditions du Seuil, 1977.

Pleynet, Marcelin, « L’épopée d’Ezra Pound », Le Monde, 8 février 2002 ; repris dans L’Infini, n°79, été 2002.

Pleynet, Marcelin, « Ezra Pound politique » L’Infini, n°127, Paris, Éditions Gallimard, été 2014.

Pound, Ezra, Cantos et poèmes choisis, trad. Laubies, René, Paris, Éditions Pierre Jean Oswald, 1958.

Pound, Ezra, Hommage à Sextus Propertus, choix et introduction de T.S. Eliot ; trad. Sartoris, Ghislain, Pinson, Michel, Suied, Alain, Paris, Éditions Gallimard, 1985.

Pound, Ezra, Cantos pisans, trad. Roche, Denis, Paris, Éditions de L’Herne, 1965.

Pound, Ezra, Cahier de L’Herne 1 et 2, Paris, Éditions de L’Herne, 1965-66.

Pound, Ezra, Les Cantos, trad. de l'américain par Darras, Jacques, Di Manno, Yves, Mikriammos, Philippe, Roche, Denis [et al.], Paris, Éditions Flammarion, 1986, 2002, 2013.

Roche, Denis, « Pour Ezra Pound », Tel Quel, n°11, automne 1962.

Roche, Denis, Dans la Maison du Sphinx. Essais sur la matière littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

Sollers, Philippe, « Le paradis brisé d’Ezra Pound » in La Guerre du goût, Paris, Éditions Gallimard, 1996.

Tadié, Benoît, L’Expérience moderniste anglo-américaine (1908-1922). Formes, Idéologie, Combats, Paris, Éditions Didier Érudition, 1999.

Tel Quel, Théorie d’ensemble, Paris, Éditions du Seuil, 1968.

Haut de page

Notes

1 Julia Kristeva, Sèméiotikè : recherches pour une sémanalyse, Paris Éditions du Seuil, 1969 ; La Révolution poétique du langage : l’avant-garde à la fin du XIXe siècle, Lautréamont, Mallarmé, Paris, Éditions du Seuil, 1974.

2 Ezra Pound, Cahier de L’Herne 1 et 2, Paris, Éditions de L’Herne, 1965-66 ; Cantos pisans, trad. Denis Roche, Paris, Éditions de L’Herne, 1965.

3 Ezra Pound, « L’art de la poésie » ; Denis Roche « Pour Ezra Pound », in Tel Quel, n°11, automne 1962. Une traduction du Canto IV réalisée par D. Alexandre et P. Sanavio avait auparavant été publié, Tel Quel, n°6, été 1961.

4 Les éléments de la réception française d’Ezra Pound et de son œuvre proposés ici sont extraits de la thèse de doctorat réalisée par l’auteur de cet article. URL : https://archive-ouverte.unige.ch/unige:114116. Concernant cette réception, voir également Patricia Cockram, « “Tard, Très Tard”: Ezra Pound and France », Paideuma: Modern and Contemporary Poetry and Poetics, Spring & Fall 2006, n°1/2, p. 133-155.

5 « Les poètes de Promesse », in Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, vol. 3, Paris, Éditions Albin Michel, 1988.

6 Jean-Luc Barré, Dominique de Roux. L’homme des extrêmes, Paris, Éditions Perrin, 2013.

7 « Avant-propos », Promesse, op. cit., p. 5-11.

8 Philippe Sollers, « L’Ouest s’éloigne », Promesse, op. cit., p. 14-17.

9 Michel Butor, « La tentative poétique d’Ezra Pound », Critique, n°106, Paris, mars 1956.

10 Philippe Sollers, op. cit., p. 18.

11 Ibid., p. 17-21 pour l’ensemble du paragraphe.

12 Tel Quel, Théorie d’ensemble, Paris, Éditions du Seuil, 1968.

13 Carmela Lettieri, « L’Italie et ses Années de plomb. Usages sociaux et significations politiques d’une dénomination temporelle », in Mots. Les langages du politique, n°87, 2008 ; Adriano Sofri, Les Ailes de plomb, Milan, le 15 décembre 1969, Paris, Éditions Verdier, 2010.

14 Notamment Roland Barthes en 1980, Jacques Lacan en 1981, Michel Foucault en 1984.

15 Philippe Forest, Histoire de Tel Quel, Paris, Éditions du Seuil, 1995, p. 509-512.

16 Ibid., p. 524-538.

17 Alain Bosquet, Anthologie de la poésie américaine, Paris, Éditions Gallimard, 1956 ; Trente-cinq jeunes poètes américains, Paris, Éditions Gallimard, 1960 ; Serge Fauchereau, Lecture de la poésie américaine, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

18 Francis Fukuyama, La Fin de l’Histoire et le dernier homme, Paris, Éditions Flammarion, 1992.

19 Philippe Forest (éd), De Tel Quel à L’infini. L’avant-garde et après ?, Colloque de Londres et de Paris, Paris, Éditions Pleins Feux, 1995, p. 26-27 : « Pourquoi la plus radicale ? Parce que nous avons assumé les legs de nos prédécesseurs : l’épuisement du beau langage, le désir d’irradier “l’universel reportage” (Mallarmé), le racontar, la littérature-divertissement. Mais de surcroît, nous avons confronté cette expérience-là plus radicalement encore avec l’histoire de la philosophie, de la religion, de la psychanalyse ».

20 Philippe Forest, Histoire de Tel Quel, op. cit., p. 561-575.

21 Benoît Tadié, L’Expérience moderniste anglo-américaine (1908-1922). Formes, Idéologie, Combats, Paris, Éditions Didier Érudition, 1999.

22 Olivier Renault, « Inadmissibilité de la poésie ? », in Philippe Forest (éd), De Tel Quel à L’infini. L’avant-garde et après ?, op. cit., p. 135-137.

23 Ibid., p. 147-150.

24 Marcelin Pleynet, « Comment en finir avec le modernisme ? », in ibid., p. 35-39.

25 Michel Butor, « La tentative poétique d’Ezra Pound » in Critique, n°106, 1956, p. 208-209 : « “Il n’y a pas de mystère à propos des Cantos”, nous dit Pound, “ils sont le conte de la tribu” ; poème épique, c’est-à-dire “poème intégrant l’histoire”, ils devraient être pour l’humanité présente le moyen d’assainir la conscience qu’elle a d’elle-même et de son devenir. »

26 Marcelin Pleynet, Art et littérature, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 53.

27 Ezra Pound, « La guerre vue par le peintre Wyndham Lewis » ; « Crue du roman », trad. Hélène Bokanowski, in Cahiers pour un temps. Wyndham Lewis et le vorticisme, Paris, Centre Pompidou / Pandora Éditions, 1982.

28 Ezra Pound, Hommage à Sextus Propertus, Paris, Éditions Gallimard, 1985, p. 9.

29 Philippe Mikriammos (éd), Pound périphériques, In’hui, Trois Cailloux, Maison de la culture d’Amiens, 1985.

30 Paul Louis Rossi, Faïence. Poésie, Paris, Éditions Flammarion, 1995.

31 Ce débat débute immédiatement lors de la première publication d’un choix de Cantos traduits par le peintre René Laubiès en 1958, notamment sous la plume de Henry Deluy qui commente avec virulence la préface de l’ouvrage dans un texte publié dans la revue Action poétique la même année. Ezra Pound, Cantos et poèmes choisis, Paris, Éditions Pierre Jean Oswald, 1958 ; Henri Deluy, « De là les colères », Action poétique, n°3-4, 1958.

32 Ezra Pound, Les Cantos, Paris, Éditions Flammarion, 1986, 2002, 2013.

33 Denis Roche, Dans la Maison du Sphinx. Essais sur la matière littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

34 Philippe Sollers, « Le paradis brisé d’Ezra Pound », in La Guerre du goût, Paris, Éditions Gallimard, 1996, p. 524.

35 Ibid., p. 525

36 Ibid., p. 524-532.

37 Marcelin Pleynet, « Ezra Pound politique », L’Infini, n°127, Paris, Éditions Gallimard, 2014, p. 109.

38 Pour une approche de la poétique, de l’idéologie économique et politique de Pound, cf. Hélène Aji, Ezra Pound et William Carlos Williams : pour une poétique américaine, Paris, Éditions L’Harmattan, 2001.

39 Pleynet Marcelin, « Ezra Pound politique », op. cit., p. 119-120.

40 Anna Boschetti (éd), L’Espace culturel transnational, Paris, Éditions Nouveau Monde, 2010.

41 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 198-199.

42 Jean-Marie Gleize, Denis Roche. Éloge de la véhémence, Paris, Éditions du Seuil, 2019, p. 161.

43 Ezra Pound, I Cantos, éd. Mary de Rachewiltz, Milan, Éditions Mondadori, I Meridiani, p. 472.

44 Ezra Pound, Les Cantos, op. cit., p. 266. Trad. Jacques Darras.

45 « Canto XLIX », Promesse, op. cit., p. 38. Trad. Denis Roche.

46 Ezra Pound, I Cantos, op. cit., p. 24.

47 Tel Quel, n°6, 1961, p. 21.

48 Ezra Pound, Les Cantos, op. cit., p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Christophe Contini, « Ezra Pound : Tel quel ! »TRANS- [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/trans/6024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trans.6024

Haut de page

Auteur

Jean Christophe Contini

Jean-Christophe Contini est docteur ès lettres des universités de Genève (langue et littérature françaises modernes) et de Fribourg (travail social et politiques sociales). Ses recherches portent sur l’étude indiciaire d’archives personnelles (le dossier d’un numéro spécial inédit de Présence consacré à Ezra Pound en 1958) et d’écritures mineures (le cahier de bord institutionnel d’une équipe éducative). Il s’intéresse dès lors tout autant à l’étude de la fonction de l’écriture dans l’agir en travail social qu’à celle de la réception française d’Ezra Pound et du champ des revues littéraires romandes du XXe siècle. Ouvrages publiés : L’Identité indicible : le « savoir-faire en éducation spécialisée », Bâle, Schwabe, 2019 ; Éducation spécialisée : l’écriture de l’agir. La fabrication du quotidien, Paris, L’Harmattan, 2020.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search