Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels closAppel à communication du n° 15 : ...

Appel à communication du n° 15 : « Terrorismes »

Call for papers for n° 15: “Terrorism”
Convocatoria de artículos para el n° 15: “Terrorismo”

C’est en 1798 qu’apparaît, dans le Dictionnaire de l’Académie française, le terme « terrorisme ». Il renvoie alors, de manière péjorative, à la politique du Comité de salut public durant le régime de la Terreur. Etymologiquement, le terme désigne un « tremblement produit par la peur » (terror, -oris), « qui fait trembler de peur » (terribilis). Lacan rappelle que « [s]i le substantif latin terror n’a pas de rapport étymologique avec terra, qui a donné terrer, l’homophonie fait entendre l’un dans l’autre, et la terreur, étymologiquement reliée au tremblement, s’est chargée de ce sens de réduction à l’immobilité et au silence » (Séminaire V).

Ce silence qu’engendre la terreur peut être articulé à « la récusation du langage » du terroriste. La genèse intellectuelle du terrorisme aurait ainsi partie lié avec une forme de nihilisme (Camus, Glucksmann, L’Heuillet). Si elles sont dépourvues d’une « théorie de la violence », les origines historiques du terrorisme peuvent en revanche être articulées à la révolte des Zélotes, ou encore à celle des Assassins. D’un point de vue juridique enfin, ce sont davantage par ses effets (modifier les comportements de populations civiles) que par ses moyens (poser des bombes, etc.) qu’est défini le terrorisme (Garapon). Et face à la pluralité de ces approches, c’est une rhétorique résistante qui s’élève, celle des terroristes qui « prétendent répliquer, pour se défendre, à un terrorisme d’Etat antérieur » (Derrida et Habermas).

Nous souhaiterions, au sein de ce numéro, nous attacher aux esthétiques et imaginaires artistiques du terrorisme. Comment l’art, et la littérature en particulier, prennent-ils en charge ce tremblement et comment interrogent-t-ils les différents sens qui soutiennent le concept de terrorisme ? On pourra par exemple penser à Dada, dont le nihilisme se manifeste sous la forme d'une explosion de la représentation et du langage, mais aussi à Millenium People de J.G. Ballard et Fight Club de Chuck Palahniuk, qui emploient le motif de l'action terroriste pour proposer une critique de la société consumériste. Au-delà de la fictionnalisation de l'acte terroriste lui-même, et de la réflexion sur ses enjeux, on peut aussi s'interroger plus largement sur la façon dont le terrorisme participe à modéliser l'imaginaire de « l'autre » dans la production artistique contemporaine.

Par-delà une approche thématique, peut-on parler d’une écriture terroriste ? Quid par exemple d'Antonin Artaud, qui préconise un théâtre semblable à la peste, c'est-à-dire à « une crise complète après laquelle il ne reste que la mort ou une extrême purification » ?

Est-il des œuvres qui par leurs effets pourraient être articulées à une « posture terroriste », comme pourrait l'être, pour les arts visuels, l'Actionnisme Viennois ?

Si les attentats du 11 septembre ont donné lieu à nombre de productions, et ainsi réactualisé les questionnements à l’endroit d’une esthétisation du désastre, cet appel n’entend pas pour autant s’y restreindre. Exclusif d’aucune période ni d’aucun genre, ce sujet exige en revanche une approche comparatiste. Les propositions de communication (3000 signes), accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur, doivent être envoyées avant le 22 octobre 2012 en fichier word à l’adresse : lgcrevue@gmail.com. Les articles retenus seront à envoyer pour le 15 décembre 2012. Nous rappelons que la revue de littérature générale et comparée TRANS- accepte les articles rédigés en français, anglais et espagnol.

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search