Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels closAppel à communication du n°17 de ...

Appel à communication du n°17 de la revue TRANS- : « Au-delà »

Call for papers for the 17th issue of the review TRANS- : "Hereafter"
Convocatoria para publicar en el n°17 de la revista TRANS- : « El más allá »

Depuis ses origines, la littérature a aspiré à une forme de transcendance capable de délivrer l’homme de son angoissante finitude. Le Livre égyptien des morts, considéré comme l’un des premiers textes de l’Humanité, énumérait les formules qui permettaient au mourant de traverser sans encombre la Porte du Royaume des Dieux. La Théogonie de Hésiode, le Livre de l’Apocalypse de Saint-Jean ou les descentes aux enfers d’Orphée, d’Enée ou, plus tard, de Dante, constituent des tentatives de décrire l’au-delà qu’on retrouve, sous différentes formes, dans toutes les cultures. Ce franchissement de frontières surnaturelles implique un défi formel majeur que Michel de Certeau a soulevé dans La fable mystique à propos de l’expérience d’écrivains comme Jean de la Croix ou Thérèse d’Avila : comment exprimer ce qui, par son essence même, se situe en dehors du champ habituel de l’expérience ? Comment dire l’ineffable ?

Si, dans un premier temps, le traitement littéraire de l’au-delà a lieu à l’intérieur du cadre des religions historiques, la situation change à partir du processus de sécularisation entamé en Occident à partir du XVIIIe siècle. De la quête romantique de l’absolu aux élans spirituels de Baudelaire, Rimbaud ou Mallarmé, la littérature devient l’indice d’une tension vers ce que le critique Hugo Friedrich appelle « une idéalité vide » : une sorte de pôle céleste qu’on ne peut plus identifier avec une quelconque forme de foi doctrinale. Au XXe et au XXIe siècles, alors que la croyance religieuse recule à la faveur du matérialisme et du consumérisme capitalistes, la recherche paradoxale d’un au-delà sans dieux s’accélère et se diversifie. Que ce soit à travers l’expérimentation langagière portée à ses ultimes limites (Samuel Beckett, James Joyce, Paul Celan), le récit d’aventures ou d’expériences humaines extrêmes (Heart of Darkness de Joseph Conrad), l’exploration des paradis artificiels (Henri Michaux), la réutilisation nostalgique ou parodique des anciens mythes eschatologiques (Franz Kafka), comme leur actualisation fantastique (H. P. Lovecraft, Maurice G. Dantec) ou, dans la lignée de Sade, par le biais d’une quête inversée du salut dans les formes les plus crues du crime et du sexe (Jean Genet, Georges Bataille), la littérature continue à exprimer de multiples façons l’aspiration humaine à dépasser les limites que lui imposent la mort et une société tournée toute entière vers la rationalité et le profit.

Ce sujet n’est exclusif d’aucune période ni d’aucun genre : il exige en revanche une approche comparatiste. Les propositions de communication (3000 signes), accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur, doivent être envoyées avant le 22 octobre 2013 en fichier word à l’adresse : lgcrevue@gmail.com. Les articles retenus seront à envoyer pour le 16 décembre 2013. Nous rappelons que la revue de littérature générale et comparée TRANS- accepte les articles rédigés en français, anglais et espagnol.

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search