Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels closAppel à communication du n° 12 : ...

Appel à communication du n° 12 : "La trace"

Carlo Ginzburg montre dans Mythes, emblèmes, traces (Flammarion, 1989)comment un véritable « paradigme indiciaire » s’est constitué, prenant racines dans le passé de chasseur de l’homme. C’est à partir de la trace que le chasseur peut raconter des histoires « parce qu’il est le seul capable de lire dans les traces muettes (sinon du moins imperceptibles) laissées par sa proie, une série cohérente d’événements ». La trace s’inscrit dès lors dans l’élaboration même du récit. Comment la « mise en intrigue » met-elle en œuvre cette capacité à organiser ce qui relève de la trace ?

Dans le cadre des liens entre fiction et Histoire, il peut être intéressant d’étudier comment la mise en intrigue s’élabore à partir d’événements historiques qui se réduisent à de simples traces, et dont l’articulation avec les éléments fictionnels peut révéler une certaine conception de la fiction ou de l’Histoire. Le fantôme, par exemple, peut être considéré comme une manifestation à la fois inquiétante et persistante d’un passé qui revient sans revenir, suscitant une interrogation sur l’héritage et l’altérité (Derrida, Spectres de Marx, 1993). En réactivant un passé qui n’est plus, la trace inscrit dans le présent un passé invisible, elle articule l’autrefois et le maintenant, et pose la question de la représentation du temps. Emmanuel Bouju souligne dans La Transcription de l’Histoire (PUR, 2006) l’efficacité de ce paradigme indiciaire dans les romans européens de la fin du vingtième siècle qui prétendent « transcrire » l’Histoire : il permet de reconstruire au présent un passé devenu quasiment invisible. Plus largement, la trace permet de s’interroger sur les enjeux éthiques et esthétiques d’une représentation oblique de l’Histoire dans la fiction.

La trace implique aussi une dimension matérielle : elle est d’abord « empreinte » d’un être ou d’un objet. Certains textes fictionnels se donnent les moyens d’accueillir cette matérialité de la trace, preuve ou épreuve livrée à l’interprétation : qu’on songe par exemple à l’insertion de photographies dans Austerlitz de Sebald. Le paradigme indiciaire peut en effet permettre d’interroger certaines pratiques liées à la transmédialité et à l’intertextualité. La trace questionne dans ce cas l’autorité de l’auteur et son rapport au texte. On pourra par exemple interroger le statut de ce qui « fait trace » dans sa relation avec ce qui fait œuvre : de la citation au collage, en passant par tous les procédés de montage, se pose ainsi la question de l’ouverture d’une totalité a priori close sur d’autres espaces textuels, ou plus largement sur d’autres œuvres. Comment le recours à un autre medium peut-il signifier les limites d’un genre, ou au contraire élargir ce genre pour lui donner une dimension nouvelle ? Quelle valeur acquièrent ces éléments empruntés dans leur nouveau contexte quand ils sont issus d’un système de signes différent ?

De l’assemblage de traces dans un ordre cohérent peut émerger un sens a priori indécelable. Certains genres littéraires, comme le roman policier, sont entièrement fondés sur une herméneutique de la trace : recherche de la vérité et manipulation sont les deux versants de « l’indice » dont l’enquêteur doit interroger la fiabilité. Articulant la présence et l’absence, la trace n’est jamais sûre et engage l’interprétation du personnage, mais aussi celle du lecteur. En effet, l’interprétation du texte littéraire n’est possible que grâce aux différentes traces laissées par l’auteur. L’enquêteur n’est plus alors un des personnages du récit mais le lecteur lui-même qui doit reconstruire le sens de l’histoire à partir d’indices laissés par un auteur facétieux ou énigmatique. Le « paradigme indiciaire » relève également de l’herméneutique à l’œuvre dans l’acte de la lecture.

Ce sujet, qui se veut largement ouvert, n’est exclusif d’aucun genre ni d’aucune période littéraire : seule la perspective comparatiste est requise. Les propositions de communication (3000 signes), accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur, doivent être envoyées avant le 28 mars 2011 en fichier word ou rtf à l’adresse : lgcrevue@gmail.com. Les articles retenus seront à envoyer pour le 30 mai 2011. Nous rappelons que la revue de littérature générale et comparée TRANS- accepte les articles rédigés en français, anglais et espagnol.

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search