Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Lectures et réceptions de CarducciCarducci et Pascoli poètes civils

Lectures et réceptions de Carducci

Carducci et Pascoli poètes civils

Laura Fournier-Finocchiaro
p. 19-36

Résumés

En Italie, au cours du XIXe siècle, le poète civil (« poeta-vate ») se construit comme un représentant du pouvoir politique ; il joue le rôle de l’intellectuel pédagogue, dont la tâche est de « faire les Italiens » au moyen d’une révolution culturelle destinée à construire une identité nationale. Carducci, et dans une certaine mesure Pascoli, nous semblent parfaitement illustrer cette participation à l’action, et ils nous intéressent ici surtout en tant qu’« organisateurs de culture », et « d’échos sonores » de l’époque qu’ils incarnent. S’il ne fait pas de doute que Carducci fut un écrivain engagé qui atteignit une position dominante dans la culture italienne et qui arriva à influencer et à modeler l’opinion publique de son pays, nous pensons que Pascoli peut à juste titre être lui aussi considéré comme une figure d’intellectuel investi dans son époque, qui nous a légué en vers et en prose une certaine vision idéologique de son temps et de son pays. Nous étudierons ainsi quelques exemples de la participation de Carducci et de Pascoli dans leur temps comme poètes, professeurs, critiques littéraires et hommes politiques, en accordant une attention particulière à la dimension politique de leur production et de leur action, afin de tenter de définir leur forme d’engagement intellectuel.

Haut de page

Texte intégral

1Carducci (1835-1907) et Pascoli (1855-1912), le maître et son disciple, sont les deux plus grands poètes italiens à cheval entre le XIXe et le XXe siècle. Considérés comme des classiques en Italie, avec Gabriele D’Annunzio ils forment la triade moderne qui fait écho aux Tre Corone (Dante, Pétrarque et Boccace). La lecture et la mémorisation de leurs poésies sont encore aujourd’hui un passage obligé dans les écoles italiennes, mais il est beaucoup plus rare que les deux premiers soient évoqués comme intellectuels militants mêlés à la vie civile de la nation italienne.

  • 1 Cf. la lettre de Pascoli à Maria, citée par Umberto Sereni, Il poeta legislatore : Pascoli a Barga (...)

2S’il ne fait pas de doute que Carducci fut un écrivain engagé, qui atteignit une position dominante dans la culture italienne, qui arriva à influencer et à modeler l’opinion publique du nouveau royaume d’Italie en construction, Pascoli est quant à lui souvent présenté comme un poète solitaire et intimiste, lorsqu’il n’est pas confondu avec le fanciullino qui lui a servi d’image pour présenter sa poétique. Or nous pensons que Pascoli peut à juste titre être lui aussi considéré comme une figure d’intellectuel investi dans son époque1, qui nous a légué dans son œuvre en vers et en prose une certaine vision idéologique de son temps et de son pays, à un moment historique où l’Italie affronte d’importantes difficultés (révoltes populaires, émigration de masse, guerres coloniales).

  • 2 La figure du poète vate dans l’Italie contemporaine a été notamment étudiée par l’historien Giovann (...)

3Nous voulons ici réinsérer Carducci et Pascoli dans le contexte social de leur temps afin de tenter de définir leur forme d’engagement intellectuel, qui s’accompagne de prises de positions symboliques dans les combats littéraires, eux-mêmes de plus en plus insérés dans les combats politiques de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. En effet, en Italie, au cours du XIXe siècle, le « poeta-vate » se construit comme un représentant du pouvoir politique2 ; il joue le rôle de l’intellectuel pédagogue, dont la tâche est de « faire les Italiens » au moyen d’une révolution culturelle, destinée à construire une identité nationale. Carducci, et dans une certaine mesure Pascoli, s’assignent le devoir de participer à l’action, et ils nous intéresseront ici surtout en tant qu’« organisateurs de culture », et « d’échos sonores » de l’époque qu’ils incarnent.

  • 3 Notre démarche prend appui sur le type d’analyse choisi par G. L. Mosse pour étudier le personnage (...)
  • 4 A. Gramsci, Quaderni del Carcere, V. Gerratana (éd.), Turin, Einaudi, 1975, vol. I, p. 209 : « Il P (...)

4Nous étudierons à présent quelques exemples de l’engagement de Carducci et de Pascoli dans leur temps comme poètes, professeurs et hommes politiques, en accordant une attention particulière à la dimension politique de leur production et de leurs actions3. Notre lecture des textes a comme fil directeur la question de la constitution de l’esprit national italien. Dans ce sens, nous avons été particulièrement stimulée par les notes de Gramsci sur Pascoli, où est mise en avant la volonté du poète de devenir « le leader du peuple italien »4.

Tribunes de poètes

  • 5 Les premières voient le jour dans les années 1870 : Studi letterari (Livourne, Vigo, 1874) et Bozze (...)

5Carducci, en l’espace d’une vingtaine d’années, de la publication de ses Rime di San Miniato en 1857 jusqu’à la première édition de ses Odi barbare en 1877, impose son hégémonie intellectuelle sur l’Italie, devenant le leader moral de la bourgeoisie italienne fin de siècle. Le poète est l’objet d’une reconnaissance très large auprès d’un public extrêmement varié (professeurs, académies, cénacles locaux, salons, fonctionnaires et employés, journalistes, associations issues de la gauche risorgimentale, femmes…). En 1860, trois ans à peine après la publication de son premier recueil de poèmes dans la petite imprimerie de San Miniato, il reçoit l’adoubement du ministre philosophe Terenzio Mamiani, qui reconnaît sa maîtrise savante de l’art poétique et sa qualité de lettré en lui proposant la chaire de littérature de Bologne, consécration qui, à l’époque, vaut tous les prix académiques. Ainsi, dès 1860, Carducci est déjà détenteur de tous les titres nécessaires pour atteindre une place de tout premier plan dans son domaine : titulaire d’une chaire, il a naturellement la possibilité d’exposer sa doctrine (qui est celle de la « méthode historique » en critique littéraire) et dispose d’une notoriété suffisante pour publier des œuvres d’ensemble5, et bien sûr ses nouveaux recueils poétiques.

  • 6 En 1862, il est fait cavaliere, en 1876 il reçoit le titre de Commendatore della Corona d’Italia, e (...)
  • 7 En 1902, la reine décide de racheter la bibliothèque de Carducci, puis sa maison en 1906 pour pouvo (...)

6À l’université, après des premières années difficiles, des disciples enthousiastes, étudiants et poètes de toute l’Italie se pressent en foule à ses cours, et presque chaque soir, dans l’arrière-boutique de la librairie Zanichelli, Carducci tient cénacle. Il est bien accueilli dans les sociétés de lettrés, même éloignées, et à l’échelle nationale il multiplie les titres et les reconnaissances6. Les plus hauts personnages de l’État italien veillent à sa protection7 et en 1906 il reçoit le prix Nobel. À sa mort, l’année suivante, ses funérailles grandioses sont souvent comparées à celles organisées pour Victor Hugo en 1885.

7La clé de sa réussite tient au fait qu’il a su organiser parfaitement son succès et être son propre manager : il s’est chargé seul, sans intermédiaire, de promouvoir ses affaires et ses intérêts, ce qui lui a permis de s’implanter magistralement et durablement. La position progressivement conquise par le poète dans le monde intellectuel de son temps est notamment due à un cumul de rôles, ce qui montre son savoir-faire dans tous les domaines (enseignement, poésie, critique, administration, politique). Il collabore aux grandes entreprises éditoriales de l’époque et profite de l’essor du marché des revues et journaux. Enfin, en plus de ses publications polémiques et littéraires, Carducci écrit des textes pour les commémorations publiques, des discours de circonstance et des épigraphes, et il collabore à presque toutes les grandes célébrations de l’époque (voir par exemple celles du 20 septembre). Tout ceci lui permet d’exercer un magistère moral et politique comparable à celui d’un Hugo en France au début de la Troisième République. Ses interventions multiples finissent inévitablement par lui interdire des prises de position politiques trop tranchées, mais favorisent la longévité du consensus à son égard.

8Il bénéficie d’un contexte favorable, où les gens de lettres, écrivains, publicistes et journalistes acquièrent un rôle croissant dans la vie sociale, politique et littéraire, où ils font entendre leur voix pour contribuer à l’édification de la nouvelle Italie. Carducci choisit de « s’engager », d’assumer ses responsabilités et ses convictions pour penser et commenter la politique de « nationalisation » de l’Italie, et la société italienne l’a accueilli et célébré comme chantre de la patrie et poète de l’italianité. Carducci incarne pour son époque et pour les générations suivantes la figure moderne du poète tribun, interprète et guide de son temps. Sa consécration correspond à une demande latente de son public qui porte sa magistrature à un degré jamais atteint dans la péninsule, même pour les intellectuels de même rang. Le public, qui l’a accueilli comme le parfait interprète d’une large frange de la société italienne, fait de lui le vate, à partir de ses propres suggestions et le transforme en chef de file d’une véritable idéologie dominante : le carduccianesimo.

9Pascoli, mort prématurément à l’âge de cinquante-sept ans, n’a pas eu le temps d’obtenir la même reconnaissance nationale que son maître : au moment de sa mort, il n’avait commencé à être objet d’attention de la part de la critique que depuis quelques années (en fait depuis la mort de Carducci). Il obtient en revanche une reconnaissance internationale comme poète latin, puisqu’entre 1891 et 1911 il est treize fois vainqueur de la médaille d’or du prix d’Amsterdam de poésie latine.

  • 8 Son parcours a été reconstitué par U. Sereni, Il poeta legislatore.
  • 9 Cf. M. Tartari Chersoni, Pascoli e il Resto del Carlino (1896-1912), Scandicci, La Nuova Italia (Qu (...)
  • 10 Lettre du 16 octobre 1909, citée par M. Biagini, Il Poeta solitario. Vita di Giovanni Pascoli, Mila (...)

10Par rapport à l’âge d’or carduccien, le contexte historique dans lequel Pascoli évolue a changé : la « crise fin de siècle » remet en cause le rôle des intellectuels, confrontés à de nouvelles idéologies sociales et politiques qui distinguent radicalement l’aube du XXe siècle de la période risorgimentale (c’est une période marquée par l’industrialisation et le rapport inquiet avec la « modernité », la réaction au positivisme et au culte de la science par l’irruption de l’irrationalisme, le crépuscularisme, l’esthétisme, le nationalisme, le socialisme…). Ce contexte suscite chez Pascoli « civil et sociable » le besoin d’assumer une fonction de guide, de remplir un vide qui apparaît comme impossible à combler. Il va ainsi reprendre le flambeau du poeta-vate en infléchissant légèrement sa mission, son souhait étant d’incarner le vate humanitaire. Pour lui aussi, on peut parler de participation active et multiple à la vie culturelle et politique italienne : poète italien et latin, professeur et conseiller du Ministero della Pubblica Istruzione, auteur de multiples articles, discours, épigraphes, contributions aux événements d’actualité, il participe également à la vie politique locale en Toscane8 et il est fait citoyen honoraire de Barga en 1897. Suivant le modèle carduccien, il écrit dans de nombreuses revues (Il Resto del Carlino, Il Marzocco, La Gazzetta di Messina9…), même s’il se tient un peu en retrait du public, qu’il n’a pas forcément envie de conquérir. On lui a notamment reproché d’avoir trop rarement publié dans la Cronaca Bizantina qui avait grandement contribué au succès national de Carducci. Il est néanmoins l’héritier de la figure de poeta-vate inaugurée par Carducci, fonction – on le verra – qu’il assume bien avant de lui succéder à la chaire de professeur de littérature à Bologne. À partir de 1905, il remplace physiquement et idéalement le premier poète de la « Troisième Italie », ce qui l’induit à continuer, par émulation, certains projets de son maître, comme celui de modeler la conscience politique et patriotique de la nouvelle nation italienne, notamment par le biais de la poésie historique et civile pour laquelle Carducci avait été applaudi et apprécié. Ainsi, lorsque Carducci meurt, en 1907, Pascoli commence à travailler sur les Poemi del Risorgimento et sur le poème épique Canzoni di Re Enzio. En 1909 il écrit à son ami Pietro Guidi (« Pirozz ») : « Comincia ora la mia vita di poeta e di scrittore e di educatore »10.

  • 11 Minerva oscura (1898), Sotto il velame (1900), La Mirabile Visione et Prolusione al « Paradiso » (1 (...)
  • 12 Il sabato del villaggio (1896), La Ginestra (1898).
  • 13 Eco d’una notte mitica (1896).

11Mais alors que l’engagement intellectuel de Carducci est indissociable de son métier de professeur, exercé pendant plus de quarante ans et qu’il prolonge dans son activité de critique littéraire, Pascoli se retrouve, après Carducci, comme écrasé par la mission du « poète-professeur ». À l’opposé de Carducci, c’est un enseignant timide et maladroit, qui choisit d’autres tribunes pour faire preuve d’érudition et d’éloquence. Il se présente comme un adversaire du classicisme, dans ses méthodes d’interprétation qui mêlent réflexions psychologiques et suggestions symbolistes et visionnaires ; il est reconnu aujourd’hui surtout pour sa définition d’une esthétique originale, celle du fanciullino. Son corpus critique est presque exclusivement composé de son long travail sur Dante11, peu apprécié par ses contemporains, et de quelques essais sur Leopardi12 et sur Manzoni13. Représentant des jeunes générations formées en dehors du Risorgimento, il ne partage plus les valeurs de son maître en termes d’éducation nationale par la religion laïque de fidélité aux anciens maîtres et à la tradition humaniste bolonaise. C’est plus dans ses discours d’occasion qu’il révèle son ambition d’orateur et d’idéologue civique et nationaliste, qui culmine dans son discours La grande proletaria si è mossa (1911). Ses discours s’intensifient dans la période qui suit la mort de Carducci, comme si Pascoli sentait le besoin de continuer à offrir au public une voix pour l’informer et le guider. On ne peut pas dire qu’il représente une figure intellectuelle radicalement nouvelle, mais il constitue la jonction entre le nouveau genre d’intellectuel militant inauguré par Carducci et le véritable acteur politique incarné par la suite par Gabriele D’Annunzio, qui réussit à porter à son apogée le pouvoir politique du poète.

Poétiques des vati

12Carducci et Pascoli, bien que très différents pour leurs poétiques, attribuent tous deux une fonction civile à la poésie et visent à constituer un public de masse.

  • 14 G. Carducci, Per Eduardo Corazzini (1868), in Opere, Edizione Nazionale, Bologne, Zanichelli, 1935- (...)
  • 15 Voir l’article d’E. Palmieri, « Giosuè Carducci poeta civile », in Carducci : discorsi nel cinquant (...)
  • 16 M. Sterpos, « Carducci poeta di battaglia », Studi italiani, 20, X, fasc. 2, 1998, p. 57-101. Bene- (...)
  • 17 Pier Carlo Masini dédie ainsi à Carducci le premier chapitre de son essai Poeti della rivolta (Mila (...)
  • 18 G. Carducci, Avanti ! Avanti ! (1872), in Opere, vol. III, p. 59.

13Dès ses débuts poétiques et critiques, Carducci montre un intérêt particulier pour les écrivains représentant une littérature civile (à partir de Parini, Alfieri, Foscolo et Monti) qu’il célèbre tout en s’en inspirant. Il suggère lui-même à ses interprètes de le considérer comme le représentant moral et artistique, sous la forme du vate, de la grande Italie issue des civilisations antiques : dans l’ode Per Eduardo Corazzini, il revendique personnellement le titre : « Io sacerdote de l’augusto vero, / Vate de l’avvenire »14. C’est notamment dans le recueil Giambi ed epodi (1882) que cette mission de poésie civile est plus explicite15. Mais Carducci s’est toujours représenté en s’identifiant à un « poeta di battaglia »16, exaltant la rébellion17. Il s’identifie à un insoumis, porte-parole de causes intéressant l’ensemble de la société, et il compare sa poésie à un « sauro destrier de la canzone »18.

  • 19 G. Carducci, A certi censori (1871), ibid., p. 69.
  • 20 G. Carducci, Alla Rima (1877), ibid., p. 161 : « O felice / Del latin metro reina ! / Un ribelle ti (...)

14Dans l’ode A certi censori (décembre 1871), il dépeint avec une grande ironie les poètes de salon qui regardent avec horreur les poètes révolutionnaires inspirés par « le Muse de la barricata, / Le Grazie petroliere »19. Même si en vieillissant les temps ont changé et qu’il se déclare fatigué, il ne renonce pas aux « batailles » : il réaffirme sa position de libre rebelle20 dans ses Rime nuove (1887), et donne une nouvelle image du poète vate :

  • 21 G. Carducci, Congedo (1887), ibid., p. 368.

Il poeta è un grande artiere,
Che al mestiere
Fece i muscoli d’acciaio :
Capo ha fier, collo robusto,
Nudo il busto,
Duro il braccio, e l’occhio gaio
21.

Pour Carducci, la tâche réservée au poète est d’être la référence et le créateur de modèles pour la nation. Dans une époque violente et agitée, son style doit reproduire une idée de lutte morale, mais sans renoncer à atteindre la perfection technique.

15Alors qu’il a été consacré par une très grande partie de l’opinion publique comme le plus grand poète civil de l’époque, Carducci, dans les années 1890, semble remettre en cause son engagement, par exemple dans sa lettre A un giornalista, du 26 octobre 1896 :

  • 22 G. Carducci, A un giornalista (1896), ibid., vol. XXV, p. 3-4.

Io non mi sono mai pensato di avere una missione […]. Del resto io non faccio professione né di poeta, né di letterato ; professione che mi riuscirebbe, a mio sentire, più volte vigliacca, spesso falsa, sempre noiosa. Fo professione d’uomo22.

16Si ces déclarations peuvent sembler à première vue contradictoires, elles doivent êtres lues d’après nous comme des excès de modestie, et ne remettent pas en cause l’intention de Carducci de toucher et guider ce qu’il nomme « le peuple » de la péninsule.

  • 23 G. Bàrberi Squarotti, Ritratto del Pascoli, Rome, Centro studi di poesia italiana e straniera, 1961 (...)

17Pascoli est quant à lui surtout connu pour sa poétique dite du « petit enfant ». Premier des « modernes », il aurait découvert, d’après Giorgio Bàrberi Squarotti, « lo iato fra l’uomo e le cose, corrispondente alla distinzione inevitabile fra la poesia e la società »23. Dans son article Il Fanciullino (1897), Pascoli explique que le poète coïncide avec le petit enfant qui est en chaque homme ; que l’âge véritablement poétique est celui de l’enfance et que la poésie réellement authentique s’enracine dans la vision enfantine du monde. Il affirme également que la poésie ne doit pas se proposer un but civil ou moral ou humanitaire, mais que c’est dans son essence même qu’elle possède une fonction civile et morale. Pascoli cherche avant tout à se distinguer des deux autres poètes qui occupent la scène littéraire de l’époque, Carducci (l’artisan) et D’Annunzio (l’artiste), et il déclare de façon péremptoire :

Il poeta è poeta, non oratore o predicatore, non filosofo, non istorico, non maestro, non tribuno o demagogo, non uomo di stato o di corte. E nemmeno è, sia con pace del maestro, un artiere che foggi spada e scudi e vomeri ; e nemmeno, con pace di tanti altri, un artista che nielli e ceselli l’oro che altri gli porga24.

Or cette prise de position a tendance à masquer l’aspiration, bien présente chez Pascoli, à devenir « le leader du peuple italien », comme l’a justement remarqué Antonio Gramsci. Pascoli s’est engagé en politique, dans les rangs du jeune parti socialiste internationaliste, entre 1876 et 1879, lors de ses études à Bologne. Après un bref séjour en prison, il abandonne le militantisme et il refusera toute sa vie de souscrire à l’idéologie d’un parti. Les critiques en ont vite conclu que son tempérament était plutôt « intimiste » et qu’il se destinait à être « le poète solitaire », loin des cris du monde environnant. Or Pascoli, tout au long de sa vie, exprime et démontre son engagement dans la vie sociale et politique italienne : il prend position en faveur de l’irrédentisme en 1882, il participe à la messe officielle pour les morts de Dògali en 1887 et dicte même une épigraphe à cette occasion (tandis que Carducci s’y refuse et condamne les premières tentatives coloniales) ; enfin il élabore, aussi bien en prose qu’en vers, son concept particulier de nation et de patrie qu’il cherche à relier à ceux d’humanité et de socialisme. Il met en poésie les grandes questions d’actualité qui défraient la chronique (surtout à partir de 1895) : la guerre gréco-turque, la conquête du pôle Nord, la misère et les révoltes sociales, le drame de l’émigration. À son arrivée à Messine en 1898, dans son discours de prise de fonctions, il affirme clairement sa volonté de répondre à une mission civile et patriotique :

  • 25 G. Pascoli, Iter Siculum (1898), in Prose disperse, G. Capecchi (éd.), Lanciano, Carabba (La biblio (...)

Io vorrei essere e parere, ma a ogni modo essere, se anche non parere, nella scuola e fuori, un interprete più o meno alto, più o meno ispirato, ma fedele del genio della nostra patria25.

C’est notamment la poésie qui doit réaliser cette mission :

  • 26 G. Pascoli, L’era nuova (1899), in Prose, A. Vicinelli (éd.), Milan, Mondadori, 1946, vol. I, Pensi (...)

sei tu poeta, e non altri, colui che deve spogliare gli uomini della loro ferinità ! […] ch[e] ha la missione di sacerdote e di pacificatore26.

  • 27 L’historien Dino Mengozzi a notamment documenté les funérailles de Pascoli à Bologne en 1912, qui t (...)

18Puis c’est surtout au moment des célébrations du cinquantenaire de l’Unité, en 1911, qu’il met en pratique son souhait d’être un poète épique et un aède populaire. Les derniers recueils de Pascoli, Odi e inni (1906 et 1913), Poemi italici (1911) et Poemi del Risorgimento (1913) sont particulièrement riches de thématiques sociopolitiques. Sa production en vers et en prose dénote son intérêt, qui n’a jamais faibli, pour les événements historiques. Il est d’autre part le défenseur, dans ses essais et discours, d’un « socialisme patriotique », si bien qu’après sa mort les représentants de la démocratie italienne s’emparent de son image pour l’instrumentaliser27.

Les intellectuels et la politique : du « vate national » au « vate humanitaire »

19Carducci et Pascoli ne refusent pas l’engagement politique réel, prolongement presque obligatoire, depuis le XIXe siècle, d’une magistrature intellectuelle placée sous le signe du combat pour la formation de la nation italienne.

  • 28 Pour un aperçu des rapports entre les deux hommes, voir le bref essai de C. Ceccuti, Cultura e demo (...)

20C’est lorsque Carducci arrive à Bologne, en 1860, qu’il commence à prendre contact avec les groupes démocrates locaux et qu’il entre également en relation avec les représentants de la démocratie italienne à l’échelle nationale. En 1865, il rencontre pour la première fois le penseur politique Alberto Mario, et malgré leurs différences, les deux hommes nourrissent l’un pour l’autre une profonde amitié28. À Bologne, le poète participe à partir de 1867 aux activités de la Società Democratica et il est élu pour la première fois au conseil municipal lors des élections partielles du 25 juillet 1869, où il siège jusqu’en 1872 ; il est de nouveau élu en 1889 et continue de siéger jusqu’en 1902. Carducci est également inscrit en 1866, avec la fonction de Maître, dans la Loge Felsinea de Bologne (jusqu’en 1867), puis, sous l’impulsion du Grand Maître Adriano Lemmi, dans la Loge Propaganda massonica en 1886.

  • 29 Pour un bref aperçu des essais « classiques » sur le sujet, voir A. Panzini, L’evoluzione di Giosuè (...)

21Au plan national, il s’engage dans les rangs de la gauche démocratique, d’abord dans l’opposition républicaine, puis aux côtés des « démocrates monarchistes ». L’évolution politique du poète est une question très débattue29, qu’il convient d’après nous de relier particulièrement au problème de la construction de la nation italienne qui préoccupe Carducci. Le poète partage, avec les groupes de gauche qui se forment après l’Unité, une certaine éthique, celle du volontarisme qui anime les patriotes qui veulent compléter l’Italie, ainsi que la foi dans la nécessité de développer la pédagogie patriotique, présentée comme une véritable religion de substitution. Il défend toute sa vie la cause de l’irrédentisme, et il adopte des positions résolument anticléricales, points qui correspondent aux prises de position des différents groupes de gauche. Carducci est enfin attiré jusqu’à la fin des années 1870 par la forme républicaine de gouvernement, et en 1876 il est élu député républicain par le collège électoral de Lugo en Romagne. Mais il perd rapidement confiance dans la gauche parlementaire, qui met fin à la période progressiste, et dès la fin des années 1870 il est séduit par le message unitaire de Francesco Crispi, qui défend la promotion de l’image de la monarchie de Savoie pour réaliser le consensus national. Carducci célèbre ainsi le mythe de la reine Marguerite dans son ode Alla regina d’Italia, et dans son article « Eterno femminino regale » il justifie son soutien à la maison de Savoie comme un acte patriotique nécessaire.

22Les positions du poète sur un certain nombre de questions font de lui l’un des représentants les plus écoutés des regroupements radicaux, qui le poussent en 1886 à se porter candidat, à Pise, aux élections législatives. Carducci s’y présente comme un « radical » :

  • 30 G. Carducci, Agli elettori del Collegio di Pisa (1886), in Opere, vol. XXV, p. 26.

Io sono, se vogliamo dirlo con denominazione inglese, un radicale ; ma radicale sono proprio nel senso inglese, cioè non un dilettante di rivoluzioni per amore delle rivoluzioni. Io voglio lo svolgimento di tutte le riforme democratiche richieste dalla necessità storica dei tempi, ma con tutte le guarentigie dell’ordine politico e sociale e secondo la tradizione italiana30.

23Carducci, au cours des années 1880 et surtout 1890, répond au besoin de « nationaliser » la couronne par le biais de ses discours, de ses articles et surtout de ses vers. Il plaide pour sa vision démocratique de la monarchie, insiste sur l’idée du « roi populaire » et soutient toutes les initiatives visant à renforcer la « religion civile » de l’Unité. Le rapprochement des positions de Carducci avec celles des démocrates italiens nous permet d’avancer l’hypothèse que le poète n’a pas été un traître ou un opportuniste lorsqu’il a choisi de se rapprocher de la monarchie de Savoie, en contraste avec ses précédents engagements auprès des républicains italiens. Si Carducci connaît une évolution, il continue toutefois à se mouvoir au sein de la gauche italienne ; il ne renonce pas à ses idéaux – qui restent ceux des pères du Risorgimento : la démocratie et la défense de la nation –, mais il accepte que ses premières idées républicaines intransigeantes ne puissent pas s’appliquer dans le contexte italien postunitaire. Sa cause est reconnue par ses contemporains comme étant celle du patriotisme et de l’honneur italien. Mais ils reconnaissent aussi qu’il exprime avec force la contestation qui frappe à l’époque l’ensemble des élites dirigeantes de l’Italie, dont le pouvoir est sérieusement remis en cause.

24Si Carducci a été identifié avec le « vate national », prêt au « revirement » pourvu de défendre les intérêts de la nation italienne, Pascoli a fait évoluer l’engagement des intellectuels vers un but plus spécifiquement humanitaire : la défense des déshérités et des déracinés, le soutien aux victimes d’injustices et à leurs familles, la commisération des disparus, qu’ils soient célèbres ou inconnus.

25Pascoli passe neuf années à Bologne comme étudiant de la Faculté de Lettere e Filosofia, entre 1873 et 1882. Élève de Carducci, il vit dans le cercle qui s’est créé autour du grand poète les années les plus mouvementées de sa vie. On a vu qu’il se rapproche du milieu du socialisme émergeant, caractérisé par l’anarchisme d’Andrea Costa, et qu’il s’inscrit à l’Internationale socialiste. Au moment de son arrestation, il a néanmoins déjà commencé à s’éloigner du marxisme, et dans sa déposition il donne une première interprétation de sa définition personnelle du socialisme : il déclare appartenir au « parti » des socialistes

  • 31 Cité par M. Biagini, Il Poeta solitario…, p. 76.

che desiderano il miglioramento della società, senza pervertimenti dell’ordine e di ammirare la generosità di chi si sacrifica per studiare il mezzo di raggiungere tale miglioramento31.

  • 32 Cf. A. A. Mola, Storia della Massoneria dalle origini ai nostri giorni, Milan, Bompiani, 2001, p. 1 (...)
  • 33 G. Pascoli, Una sagra (1900), in Prose, p. 170 : « Io auguro come uomo all’umanità, e come italiano(...)
  • 34 G. Pascoli, Garibaldi avanti la nuova generazione (1901), ibid., p. 183. C’est Pascoli qui souligne
  • 35 Voir encore dans G. Pascoli, L’eroe italico (1901), ibid., p. 204-205 : « bisogna voler essere nazi (...)
  • 36 Lettre de Pascoli à Luigi Mercatelli (30 octobre 1899), citée par A. Gramsci, Quaderni del Carcere, (...)
  • 37 Carducci, dans une lettre à Cesira Siciliani du 10 mai 1898, critique sévèrement l’Italie assiégée (...)

26Les historiens qui se sont penchés sur le « socialisme » de Pascoli ont mis en lumière la cohérence de ses prises de position, qui correspondent, sur le modèle carduccien, à une défense de l’indépendance intellectuelle du poète associée à un souci constant du sort de son prochain. Des critiques affirment aujourd’hui l’affiliation de Pascoli à la franc-maçonnerie italienne, à laquelle il aurait été initié en septembre 188232. Le poète, dans sa production en prose et en vers, défend toute sa vie des principes qu’il juge conciliables avec son « socialisme » personnel, qualifié selon ses propres termes de « socialismo patriottico »33. Il répudie notamment la lutte des classes, aspire à la fraternité et à la collaboration de tous les Italiens et réévalue l’élément national. Parmi ses prises de position idéologiques, on peut notamment citer la lutte contre le latifondo et la défense de la petite propriété, l’aspiration à la justice, la lutte contre la misère poussant les Italiens au drame de l’émigration, éventuellement par l’extension des frontières nationales et le recours au colonialisme, la lutte entre les nations prolétaires comme l’Italie et les États forts et tyranniques. Les thèmes choisis par Pascoli nous permettent de saisir l’humus historique de son époque, les besoins intrinsèques de la politique et de la société que le poète traduit par son action et sa parole. Comme c’est surtout entre les dernières années du XIXe siècle et l’année 1911 (cinquantenaire de la proclamation du royaume d’Italie) que Pascoli se consacre à une production éthique et politique, il reçoit l’étiquette péjorative de « poète giolittien ». Or le poète s’est exprimé à plusieurs reprises sur son refus des partis politiques. On se rappelle son discours Garibaldi avanti la nuova generazione (1901) qu’il dédie « Al partito dei giovani, cioè ai giovani senza partito, cioè ai giovani ancor liberi che vogliono conservare la libertà »34 : selon Pascoli, les partis empêchent, par leur schématisme, leur programme et leur discipline, les individus de s’orienter d’après les élans de leur cœur, et ainsi de ne pas pouvoir être en même temps socialistes et nationalistes, pacifistes et colonialistes, etc. Le poète défend en effet une position éclectique35, tout en conservant pour s’autodéfinir le terme de « socialisme » dans un sens étymologique : il se veut du côté de la société des hommes36. En effet, Pascoli exprime dans ses vers un nouvel engagement humanitaire et démocratique, qui suit l’évolution de la société italienne fin de siècle. On pense notamment à son poème Pace ! (1898), publié après les révoltes populaires éteintes à coups de canons dans les rues de Milan, qui avaient été incomprises par Carducci37. La voix de Pascoli, prônant la non-violence et faisant appel à la fraternité pour reconquérir la paix, s’élève avec fermeté et courage à une époque de gouvernement militaire répressif. Ses intérêts humanitaires le poussent à considérer toutes les situations d’injustice, même au-delà des frontières italiennes.

  • 38 Sur les récupérations politiques du discours pascolien, voir P. Treves, « La grande proletaria… », (...)
  • 39 G. Pascoli, La grande proletaria si è mossa (1911), in Prose, p. 557-569, citation p. 559.

27Au moment du cinquantenaire de l’Unité en 1911, son discours La grande proletaria si è mossa, par ailleurs très confus, se prête à être instrumentalisé par les nationalistes38 : le poète y revendique en effet le territoire africain comme un héritage romain : « Anche là è Roma »39, pour y apporter la civilisation comme mission typiquement italienne. Or ce discours, rédigé « a beneficio dei nostri feriti e a onore dei nostri morti », doit d’abord être lu comme un manifeste de défense des opprimés, la conquête africaine étant une réponse à l’émigration des déshérités.

  • 40 A. Gramsci, Quaderni del Carcere, p. 206. C’est Gramsci qui souligne.

28Tout comme Carducci, il nous semble que Pascoli sait être le porte-parole de l’esprit italien lorsqu’il annonce un socialisme national qui lui semble adapté aux besoins de l’époque. Gramsci insiste justement sur la volonté de Pascoli de « farsi portatore di un messaggio che coniughi l’umanità e la patria, il socialismo e il patriottismo, fusi nell’espressione socialismo patriottico »40. Il est aussi le créateur du concept de « nation prolétaire » qui aura une large influence parmi les intellectuels nationalistes, notamment Enrico Corradini.

Le triomphe des constructeurs de mythes

  • 41 L. Fournier-Finocchiaro, Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, Presses u (...)

29Ce qui caractérise enfin la forme d’engagement intellectuel des deux poètes, Carducci et Pascoli, est le fait d’avoir contribué à construire une certaine image de l’Italie, autour de grands mythes rassembleurs. Nous avons nous-mêmes analysé la « mythologie nationale » carduccienne dans le volume Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne41, qui étudie la thématique rhétorique de Carducci visant à forger une certaine image de l’Italie. La lecture des poésies et des textes de Pascoli nous a permis de faire l’inventaire des mythes « nationaux » également présents chez le « successeur » de Carducci.

30Le premier d’entre eux est sans aucun doute le mythe de Rome, extrêmement développé chez Carducci et que l’on retrouve dans les poésies latines de Pascoli, dans sa défense des lettres classiques ainsi que dans l’Inno a Roma de 1911. Il est complété par le mythe du Moyen Âge et du temps des comuni, où se construit l’epos de la nation italienne ainsi que la légende populiste de la valeur, notamment militaire, du peuple italien. Ce mythe, développé par Carducci dans quelques poèmes tels que Il comune rustico et La Chiesa di Polenta, ainsi que dans la première partie de sa Canzone di Legnano, est repris par Pascoli notamment dans les Canzoni di Re Enzio. Le troisième mythe historique développé par les deux poètes est enfin celui du Risorgimento comme époque des héros épiques et comme âge d’or de l’esprit de la Nation italienne ressuscitée : on le retrouve dans toute la production carduccienne, depuis son plus jeune âge jusqu’aux grandes « odes du 20 septembre », puis particulièrement dans les Poemi del Risorgimento de Pascoli.

31Parmi les mythes sociaux, on peut citer le mythe de la vie rustique : Carducci et Pascoli ont été associés puis décriés pour leur nostalgie passéiste de la civilisation agricole et paysanne traditionnelle. Ce filon paysan aura un poids non négligeable dans le nationalisme puis dans le fascisme. Tous deux participent également à la construction du mythe de la guerre, avec des variations d’un poète à l’autre : chez Carducci, c’est par la guerre que la nation construit ses héros (le poète fait ainsi l’éloge des guerres passées, soutient les futures conquêtes irrédentistes et donne son appui – dans les années 1890 – aux guerres coloniales) ; chez Pascoli, la guerre est surtout une réaction du peuple pour sortir de son état de misère et de domination, elle est notamment une réponse à l’émigration passive. Le poète offre son soutien à l’expansion coloniale également pour réaliser la fraternité entre les différentes classes sociales (l’image qui prévaut chez Pascoli est celle de la guerre qui unit).

32Pascoli introduit enfin des thématiques « modernes » dans la « cartographie mythique » de la nation : il participe notamment à la construction d’un nouveau concept d’héroïsme moderne, celui des travailleurs des grands chantiers européens (comme les « héros » creusant le tunnel du Sempione dans Gli eroi del Sempione). Il est aussi le chantre des conquêtes techniques et des explorations.

33Peut-on en déduire que Pascoli est animé par les mêmes intentions que Carducci ? Pour le critique G. Bàrberi Squarotti,

  • 42 G. Bàrberi Squarotti, Ritratto del Pascoli, p. 10.

la nazione, l’umanità, la “grande proletaria”, corrispondono, nell’ambito dell’ideologia poetica pascoliana, rispetto al raccolto ambito familiare, al rapporto fra la tensione all’infinitamente grande e l’infinitamente piccolo e umile42.

  • 43 Ibid.
  • 44 Cf. M. Pazzaglia, Pascoli, Rome, Salerno, 2002, p. 265 : « la debolezza ideologica del poeta produc (...)

À une époque où la vitalité et l’élan de la société bourgeoise sont morts, ainsi que les illusions du libéralisme et du nationalisme risorgimental du XIXe siècle, « la soluzione nazionalista, cioè, in termini di poetica civile, celebrativa, resta una sovrastruttura »43. Poète « subjectif » d’événements psychologiques personnels, Pascoli aurait échoué à reprendre le flambeau du poète civil batailleur. Mais les poèmes que nous avons cités, notamment ceux du recueil Odi e Inni, souvent lus par les critiques en insistant sur la faiblesse idéologique de Pascoli44, possèdent une importante valeur culturelle, sociale et historique. Pascoli, comme Carducci, s’est engagé dans ses poésies civiles dans la construction rhétorique de la nation italienne et d’une éthique humanitaire. Il est animé par l’enthousiasme lyrique du poète civil constructeur de mythes, qu’il traduit en tonalités emphatiques. Pascoli a souvent été accusé de manquer de sens historique, d’avoir composé des légendes irréelles, politiquement abstraites ou hors du temps. Or, d’après nous, c’est justement dans la mythisation historique que se situe son message national. La poésie civile de Pascoli est selon nous très proche de l’univers mythologique de Carducci (lui-même souvent mis en cause pour le caractère jugé artificiel de ses odes civiles publiées dans Rime e Ritmi). Carducci, dans ses vers, et souvent même dans ses proses, n’a pas cherché la fidélité érudite, mais à construire son propre monde chargé de valeurs civiles, politiques et nationales. Pascoli participe lui aussi à une utilisation fonctionnelle de l’histoire récente, afin de souder le consensus en Italie à propos des guerres du XIXe siècle qui ont fait ressurgir la conscience nationale italienne, ainsi que du rôle des combattants italiens dans les guerres contemporaines. C’est pourquoi, par exemple, il applaudit dans ses vers les Italiens tombés à Domokos en combattant les Turcs pour sauver la Grèce (Ad Antonio Fratti), Garibaldi et les Garibaldiens toujours prêts à défendre la cause de la liberté là où elle est menacée (Manlio), ainsi que tous les soldats, fidèles à leur devoir, qui sont tombés pour leur patrie (notamment dans ses poèmes « africains » La sfogliatura et A Ciapin).

Conclusion

34Carducci et Pascoli, représentants de la classe intellectuelle de leur époque, sont deux figures fondamentales ayant élaboré des valeurs morales et politiques d’intérêt collectif. Ils ont notamment donné leur apport à la sécularisation de la société italienne en y diffusant le culte des grands hommes, par l’élaboration de symboles héroïques visant à créer une nouvelle religion, civile et laïque, et d’une mythologie de la nation qui aura une large influence sur leurs contemporains. Ils montrent le poids particulier des poètes en Italie, et la force de la poésie comme moyen de communication idéologique efficace. Enfin, en tant que poètes, éducateurs et militants, ils ont donné leur contribution nouvelle, essentielle et originale à l’art de gouverner.

  • 45 Fabrizio Dolci, bibliothécaire de la Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea de Rome, a établi (...)

35Tout en exerçant leur action principalement sur la formation idéologique des classes supérieures de la société, l’influence de Carducci et Pascoli ne s’est pas limitée aux élites de la péninsule. Eux-mêmes visent un public plus vaste que celui des érudits et des étudiants, et on peut aller jusqu’à dire que toute l’Italie alphabétisée a appris à lire et à s’exprimer par le biais du langage poétique des deux poètes. On pense notamment aux très nombreux notables, lettrés et orateurs qui fleurissent dans toute la péninsule à chaque fête et commémoration patriotique, qui sont les auteurs d’« effemeridi patriottiche »45 quasiment toutes rédigées en style « carduccien ».

36C’est pourquoi la contribution de Carducci et Pascoli a été grande dans le développement d’une véritable religion civile, la religion de la patrie : ils participent à la définition de la culture d’élite, mais qui oriente tout l’imaginaire collectif. Ils développent un epos éthique et civil et sont animés par le désir de réaliser en Italie une « révolution culturelle », créatrice d’un « Italien nouveau », idées qui auront une large influence plus tard sur Mussolini pour sa révolution fasciste, après que l’idée de nation aura définitivement perdu ses valeurs libérales.

37Entretemps, mais c’est une autre histoire, les deux figures de Carducci et Pascoli ont été éclipsées par celle du poète-commandant Gabriele D’Annunzio, qui guide et accompagne les Italiens dans la Grande Guerre, avant de devenir et d’être célébré comme le seul vate de la nouvelle Italie mussolinienne.

Haut de page

Notes

1 Cf. la lettre de Pascoli à Maria, citée par Umberto Sereni, Il poeta legislatore : Pascoli a Barga (1895-1912), Quaderni pascoliani, no 22, 1995, p. 13 : « io sono un animale civile, un uomo socievole ».

2 La figure du poète vate dans l’Italie contemporaine a été notamment étudiée par l’historien Giovanni Aliberti, dans son article « Religione civile e poeti vati nell’Italia contemporanea », Nuova storia contemporanea, 1998/3, p. 19-46.

3 Notre démarche prend appui sur le type d’analyse choisi par G. L. Mosse pour étudier le personnage de D’Annunzio : l’historien a essayé de montrer comment le poète obtient une place significative dans le champ politique, intimement lié au champ culturel, et il en déduit la contribution de l’écrivain engagé à l’art de gouverner. Voir G. L. Mosse, « Il poeta e l’esercizio del potere politico : Gabriele D’Annunzio », in L’uomo e le masse nelle ideologie nazionaliste, Bari, Laterza, 1982, p. 97-115.

4 A. Gramsci, Quaderni del Carcere, V. Gerratana (éd.), Turin, Einaudi, 1975, vol. I, p. 209 : « Il Pascoli aspirava a diventare il leader del popolo italiano ».

5 Les premières voient le jour dans les années 1870 : Studi letterari (Livourne, Vigo, 1874) et Bozzetti critici e discorsi letterari (Livourne, Vigo, 1876).

6 En 1862, il est fait cavaliere, en 1876 il reçoit le titre de Commendatore della Corona d’Italia, en 1878 on lui propose l’Ordine civile di Savoia, mais il refuse de faire le serment de fidélité au roi. En 1893 il est nommé Cavaliere di Gran Croce et en octobre 1902 il est encore nommé Grand’Ufficiale dell’Ordine dei SS. Maurizio e Lazzaro, sur demande du ministre Nunzio Nasi. Il est appelé dans les académies les plus prestigieuses, notamment l’Accademia della Crusca qui l’accueille en avril 1886, et il est nommé aux plus hautes fonctions politiques, comme celle de sénateur le 4 décembre 1890.

7 En 1902, la reine décide de racheter la bibliothèque de Carducci, puis sa maison en 1906 pour pouvoir la conserver dans les lieux où il l’avait constituée. En octobre 1904, le Gouvernement lui assigne une pension nationale de 12 000 lires en signe de reconnaissance. Pour couronner sa carrière, le 1er juin 1905, un décret royal lui remet la Croce dell’Ordine Civile di Savoia.

8 Son parcours a été reconstitué par U. Sereni, Il poeta legislatore.

9 Cf. M. Tartari Chersoni, Pascoli e il Resto del Carlino (1896-1912), Scandicci, La Nuova Italia (Quaderni di San Mauro), 1992 ; G. Nava, « La presenza di Pascoli e D’Annunzio nel Marzocco », in Il Marzocco. Carteggi e cronache fra Ottocento e Avanguardie (1887-1913), Florence, Olschki, 1985, p. 57-96 ; G. Resta, Pascoli a Messina, Messine, Editrice Universitaria, 1955 ; G. Oliva, I nobili spiriti. Pascoli, D’Annunzio e le riviste dell’estetismo fiorentino, Bergame, Minerva italica, 1979.

10 Lettre du 16 octobre 1909, citée par M. Biagini, Il Poeta solitario. Vita di Giovanni Pascoli, Milan, Mursia, 1963, p. 737.

11 Minerva oscura (1898), Sotto il velame (1900), La Mirabile Visione et Prolusione al « Paradiso » (1902).

12 Il sabato del villaggio (1896), La Ginestra (1898).

13 Eco d’una notte mitica (1896).

14 G. Carducci, Per Eduardo Corazzini (1868), in Opere, Edizione Nazionale, Bologne, Zanichelli, 1935-1940, vol. III, p. 18.

15 Voir l’article d’E. Palmieri, « Giosuè Carducci poeta civile », in Carducci : discorsi nel cinquantenario della morte, Bologne, Zanichelli, 1959, p. 307-319 ; ou ce qu’Ettore Caccia nomme « L’ideologia nazional-popolare » dans son ouvrage Poesia e ideologia per Carducci, Brescia, Paideia, 1970 ; ou encore ce que Francesco Mattesini indique par « spirito di un canzoniere civile » dans son ouvrage Per una lettura storica di Carducci, Milan, Vita e Pensiero, 1975.

16 M. Sterpos, « Carducci poeta di battaglia », Studi italiani, 20, X, fasc. 2, 1998, p. 57-101. Bene-detto Croce avait déjà remarqué : « Che gli italiani si battessero, e il Carducci esultava, egli non guardava alle divise dei combattenti » (Giosuè Carducci. Studio critico, Bari, Laterza, 1914, p. 47).

17 Pier Carlo Masini dédie ainsi à Carducci le premier chapitre de son essai Poeti della rivolta (Milan, Rizzoli, 1977).

18 G. Carducci, Avanti ! Avanti ! (1872), in Opere, vol. III, p. 59.

19 G. Carducci, A certi censori (1871), ibid., p. 69.

20 G. Carducci, Alla Rima (1877), ibid., p. 161 : « O felice / Del latin metro reina ! / Un ribelle ti saluta / Combattuta, / A te libero s’inchina ».

21 G. Carducci, Congedo (1887), ibid., p. 368.

22 G. Carducci, A un giornalista (1896), ibid., vol. XXV, p. 3-4.

23 G. Bàrberi Squarotti, Ritratto del Pascoli, Rome, Centro studi di poesia italiana e straniera, 1961, p. 6.

24 G. Pascoli, Il fanciullino (1897), IX, version intégrale sur www.fondazionepascoli.it.

25 G. Pascoli, Iter Siculum (1898), in Prose disperse, G. Capecchi (éd.), Lanciano, Carabba (La biblioteca del particolare), 2004, p. 321.

26 G. Pascoli, L’era nuova (1899), in Prose, A. Vicinelli (éd.), Milan, Mondadori, 1946, vol. I, Pensieri di varia umanità, p. 110-111.

27 L’historien Dino Mengozzi a notamment documenté les funérailles de Pascoli à Bologne en 1912, qui transforment le poète en « poeta ufficiale della Democrazia ». Cf. D. Mengozzi, « Pascoli 1912 : la morte laica di un poeta socialista. Immaginario e rappresentazioni », in Pascoli socialista, G. M. Gori (dir.), Bologne, Patron, 2003, p. 186 sq.

28 Pour un aperçu des rapports entre les deux hommes, voir le bref essai de C. Ceccuti, Cultura e democrazia fra Mario e Carducci, Florence, Le Monnier, 1983.

29 Pour un bref aperçu des essais « classiques » sur le sujet, voir A. Panzini, L’evoluzione di Giosuè Carducci, Milan, Galli, 1894 ; P. Alatri, Carducci giacobino, Palerme, Libreria Prima, 1953 ; L. Russo, « La fede politica e il nazionalismo letterario del Carducci », in Carducci senza retorica, Bari, Laterza, 1957, p. 81-107 ; M. Vinciguerra, Carducci uomo politico, Pise, Nistri-Lischi, 1957.

30 G. Carducci, Agli elettori del Collegio di Pisa (1886), in Opere, vol. XXV, p. 26.

31 Cité par M. Biagini, Il Poeta solitario…, p. 76.

32 Cf. A. A. Mola, Storia della Massoneria dalle origini ai nostri giorni, Milan, Bompiani, 2001, p. 191 et E. Graziosi, « Pascoli studente e socialista », in Pascoli socialista, p. 98.

33 G. Pascoli, Una sagra (1900), in Prose, p. 170 : « Io auguro come uomo all’umanità, e come italiano […] all’Italia, l’avvento del socialismo patriottico ».

34 G. Pascoli, Garibaldi avanti la nuova generazione (1901), ibid., p. 183. C’est Pascoli qui souligne.

35 Voir encore dans G. Pascoli, L’eroe italico (1901), ibid., p. 204-205 : « bisogna voler essere nazionalisti e internazionalisti nel tempo stesso, o, come dissi già con frase molto combattuta, socialisti e patrioti ! ».

36 Lettre de Pascoli à Luigi Mercatelli (30 octobre 1899), citée par A. Gramsci, Quaderni del Carcere, p. 206 : « Io mi sento socialista, profondamente socialista, ma socialista dell’umanità, non d’una classe. E col mio socialismo, per quanto abbracci tutti i popoli, sento che non contrasta il desiderio e l’aspirazione dell’espansione coloniale ».

37 Carducci, dans une lettre à Cesira Siciliani du 10 mai 1898, critique sévèrement l’Italie assiégée et déclare : « non so qual più sia nel mio cuore se l’ira o il disprezzo o la rabbia contro quella codarda manata di gente che sorta dalla sedizione nell’ora della sciagura nazionale impose alla patria l’umiliazione, le chiese il sacrifizio d’ogni dignità promettendole la prosperità e la pace e la ha condotta alla fame e all’anarchia del sangue e del saccheggio ». Cf. G. Carducci, Lettere, Edizione Nazionale, Bologne, Zanichelli, 1938-1968, vol. XX, p. 130-131.

38 Sur les récupérations politiques du discours pascolien, voir P. Treves, « La grande proletaria… », in Convegno internazionale di studi pascoliani : Barga 1983, vol. III, Barga, Tip. Gasperetti, 1992, p. 163-184.

39 G. Pascoli, La grande proletaria si è mossa (1911), in Prose, p. 557-569, citation p. 559.

40 A. Gramsci, Quaderni del Carcere, p. 206. C’est Gramsci qui souligne.

41 L. Fournier-Finocchiaro, Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, Presses universitaires de Caen, 2006.

42 G. Bàrberi Squarotti, Ritratto del Pascoli, p. 10.

43 Ibid.

44 Cf. M. Pazzaglia, Pascoli, Rome, Salerno, 2002, p. 265 : « la debolezza ideologica del poeta produce indubbi guasti sul piano poetico ».

45 Fabrizio Dolci, bibliothécaire de la Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea de Rome, a établi une bibliographie monumentale des opuscules « d’occasion » : Effemeridi patriottiche : editoria d’occasione e mito del Risorgimento nell’Italia unita (1860-1900), Rome, Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Fournier-Finocchiaro, « Carducci et Pascoli poètes civils »Transalpina, 10 | 2008, 19-36.

Référence électronique

Laura Fournier-Finocchiaro, « Carducci et Pascoli poètes civils »Transalpina [En ligne], 10 | 2008, mis en ligne le 13 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3013

Haut de page

Auteur

Laura Fournier-Finocchiaro

Université de Vincennes Saint-Denis – Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Transalpina. Études italiennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search