Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Lectures et réceptions de CarducciCarducci et Pascoli dans Vers et ...

Lectures et réceptions de Carducci

Carducci et Pascoli dans Vers et Prose de Paul Fort.
F. T. Marinetti traducteur et médiateur

François Livi
p. 113-134

Résumés

Héritière des valeurs symbolistes, la revue parisienne Vers et Prose, fondée par Paul Fort en 1905, publie, dans la traduction de F. T. Marinetti, deux poèmes de Carducci (Sur le mont Marius, Rêve d’été) et un de Pascoli (La Mère). Si ces traductions – ou plutôt ces adaptations – en vers libres relèvent pleinement de l’œuvre poétique de Marinetti, il convient de s’interroger sur la signification de ces présences dans la prestigieuse revue de Paul Fort : à l’évidence elles s’inscrivent dans la stratégie de médiation entre la France et l’Italie que Marinetti met inlassablement en œuvre dans les années qui précèdent la fondation du Futurisme, tout en éclairant ses rapports complexes avec les trois « couronnes poétiques » du début du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Vers et Prose : de Mallarmé (1893) à la revue de Paul Fort (1905-1914)

  • 1 Une note de la rédaction bat le rappel de l’ancienne et de la nouvelle génération symboliste : « Ve (...)
  • 2 Selon Robert de Souza, les œuvres marquantes parues depuis 1900 sont symbolistes. Plus rares que pa (...)

1Le premier numéro de Vers et Prose paraît en mars-avril-mai 1905. La revue fondée par Paul Fort affiche clairement son programme : vouée à la « Défense et illustration de la haute littérature et du lyrisme en prose et en poésie », Vers et Prose se propose de poursuivre la grande aventure symboliste1. Le Symbolisme n’est pas mort et plusieurs essais s’emploient avec bonheur à le montrer : Francis Vielé-Griffin défend l’Art poétique de Verlaine et du Lyrisme ; Robert de Souza, dans « Où nous en sommes », montre, par un vibrant plaidoyer, que le Symbolisme est toujours actuel et vivant, n’en déplaise à certains critiques2. Le dévouement de la revue de Paul Fort à la cause symboliste était d’ailleurs inscrit dans son titre : Vers et Prose est un hommage à Vers et Prose. Morceaux choisis, l’anthologie de son œuvre que Mallarmé avait publiée en 1893. Dans ce recueil, enrichi d’un portrait de Mallarmé par Whistler, le poète avait rassemblé ses œuvres les plus marquantes, dressant un bilan de son œuvre littéraire : poèmes, traductions, essais, proses. D’ailleurs Vers et Prose reproduit en quelque sorte la structure de l’anthologie établie par le Maître, dans la mesure où, à côté de poèmes et de proses, pour la plupart inédits, on trouve des études et des chroniques sur les poètes contemporains – qui ne ménagent pas les attaques aux transfuges du Symbolisme – ainsi que des notes de lecture.

2Dans les colonnes de Vers et Prose se donnent rendez-vous les auteurs les plus prestigieux de la première génération symboliste et de la jeune génération. Parmi la vieille garde des années héroïques du Symbolisme mentionnons au moins les Belges Maeterlinck, Charles Van Lerberghe, Albert Mockel, Verhaeren, André Fontainas, ainsi que Moréas, Vielé-Griffin, Stuart Merrill, Saint-Pol-Roux, Henri de Régnier, Francis Jammes, Gustave Kahn, Ephraïm Mikhaël, Louis Le Cardonnel, Remy de Gourmont, O.-W. Milosz, enfin Charles Morice et Paul Gauguin pour Noa-Noa. Les grands disparus ne sont pas oubliés, dont Vers et Prose publie des inédits : Laforgue, Rimbaud, Mallarmé, Samain. Parmi les auteurs de la deuxième génération, Jarry, Valéry, Claudel, Gide, Guillaume Apollinaire, Salmon, Suarès, Pierre Louÿs, Valentine de Saint-Point, Jehan Rictus, Suarès, Francis Carco et, parmi les essayistes et critiques, Remy de Gourmont, Robert de Souza, Tancrède de Visan.

  • 3 Cf. « Séquences et allitérations. Prose italienne de Jacopone da Todi », traduction de M. Olin, Ver (...)
  • 4 G. Carducci, Sur le mont Marius (Sul monte Mario), traduction de F. T. Marinetti ; G. D’Annunzio, L (...)
  • 5 G. D’Annunzio, Les émeutes, traduction de F. T. Marinetti, Vers et Prose, t. VII, septembre-octobre (...)
  • 6 G. Carducci, Rêve d’été (Sogno d’estate), traduction de F. T. Marinetti, Vers et Prose, t. VIII, dé (...)
  • 7 G. Pascoli, La Mère (La Madre), traduction de F. T. Marinetti, Vers et Prose, t. XIV, juin-juillet- (...)

3Mesurée et exigeante, l’ouverture de Vers et Prose aux poètes étrangers, souvent présentés dans des traductions prestigieuses, répond à des critères de qualité : W. B. Yeats, William Morris, Arthur Symons, traduit par Verlaine, Stefan Zweig, Stephan George, Omar Khayyam, des poèmes japonais. La présence de poètes italiens n’en est que plus significative : Carducci, Pascoli, D’Annunzio, les trois « couronnes poétiques » de ce XXe siècle qui vient de commencer, traduits par F. T. Marinetti, ainsi que Jacopone da Todi3. Dès son premier numéro Vers et Prose annonce la publication de poèmes de D’Annunzio, traduits « par notre confrère F. T. Marinetti ». En fait, il faudra attendre un an pour les voir paraître. Dans le numéro de mars-avril-mai 1906 paraissent les traductions de deux poèmes : Sur le mont Marius (Sul monte Mario) de Carducci, ainsi que Les villes terribles (Le città terribili) de D’Annunzio4. En automne de la même année le lecteur découvre, dans le numéro de septembre-octobre-novembre, la traduction d’un autre poème de D’Annunzio, tiré des Laus vitae : Les émeutes5. Dans le numéro suivant c’est de nouveau Carducci qui est à l’honneur : Marinetti traduit Rêve d’été (Sogno d’estate)6. Enfin, dans le numéro de juin-juillet-août 1908 paraît la traduction de La Mère (La Madre), l’un des Poemi conviviali de Giovanni Pascoli7.

4Ces traductions sont faites en vers libres : c’est à la fois un hommage à la poésie symboliste, qui a fait du vers libre (ou libéré) son moyen d’expression privilégié, et une marque logique de fidélité à un choix que Marinetti avait fait dès ses débuts poétiques. À l’évidence la médiation de Marinetti est décisive pour faire connaître aux lecteurs français et européens de Vers et Prose les trois « couronnes poétiques » de l’Italie contemporaine. Mais cela ne doit rien au hasard, eu égard à l’intérêt avec lequel Marinetti suit l’entreprise de Vers et Prose et aux liens qu’il noue avec Paul Fort.

Marinetti poète symboliste. Des traductions-adaptations

  • 8 Voir, à ce sujet, la thèse très originale et novatrice de Tatiana Cescutti, Les Origines mythiques (...)

5Dans les années qui précèdent la fondation du Futurisme Marinetti apparaît sur la scène littéraire française comme un poète symboliste de langue française, doublé d’un apôtre convaincu et efficace de la poésie symboliste en Italie. Son identité de poète de langue française est assurée par les trois recueils qu’il publie à Paris de 1902 à 1908 : La conquête des étoiles (1902), Destruction (1904) et La ville charnelle (1908). Par ces trois recueils Marinetti fonde une mythologie très personnelle de la modernité, qui s’inspire certes de Dante, de Victor Hugo, de Baudelaire, se nourrit d’images matricielles africaines, mais qui naît pour l’essentiel d’une assimilation-dépassement de la poésie symboliste française et italienne, notamment de D’Annunzio et de Pascoli8. Cette mythologie continuera de traverser l’œuvre de Marinetti bien au-delà de la fondation du Futurisme.

  • 9 Ce travail de médiation avait déjà commencé avec une autre revue milanaise, Anthologie Revue de Fra (...)
  • 10 Qu’il me soit permis de renvoyer à Poesia (1905-1909), F. Livi (éd.), Naples – Rome, ESI (Indici ra (...)

6Le culte voué à la poésie symboliste et le travail de médiation et de diffusion des poètes symbolistes français en Italie sont garantis par la revue Poesia, que Marinetti fonde à Milan en février 1905 et dont il assure seul la direction, à partir d’avril 1906, après l’avoir partagée jusque-là avec Sem Benelli et Vitaliano Ponti9. Le dernier numéro de la revue paraîtra en octobre 1909, quelques mois après la fondation du Futurisme, dont elle était devenue l’éphémère organe officiel. « Revue internationale », Poesia est fondamentalement une revue italo-française, inséparable de la présence de Marinetti à Paris : la « ville lumière » représente pour lui une indispensable source de légitimité et de rayonnement, le lieu où peut se déployer son activité de médiation entre la France et l’Italie10.

  • 11 « Gale e fanfare », Poesia, I, no 3, avril 1905, page non numérotée.
  • 12 Cf. Enquête internationale sur le vers libre et Manifeste du Futurisme par F. T. Marinetti, Milan, (...)
  • 13 Sa réponse, très longue et circonstanciée, est publiée dans Poesia, II, no 9-10-11-12, octobre-nove (...)
  • 14 Les différences entre les deux revues sont néanmoins frappantes, si l’on songe à l’ouverture intern (...)

7Après le Mercure de France qui, en raison de son prestige, de l’orientation de ses pages littéraires et de sa diffusion européenne constitue le premier point de repère pour Poesia, c’est assurément Vers et Prose qui représente le modèle le plus proche de la revue de Marinetti. Dans sa livraison d’avril 1905 Poesia salue la naissance de la revue de Paul Fort, qui veut « continuare le gloriose battaglie del simbolismo, propugnando l’individualismo, la sincerità e l’indipendenza assoluta in arte »11. En effet Poesia et Vers et Prose livrent à leur tour bataille en faveur du Symbolisme et, de ce fait, en faveur du vers libre. Poesia lance en octobre 1905 une Enquête internationale sur le vers libre, dont les réponses seront rassemblées en volume quatre ans plus tard12. Parmi les collaborateurs habituels de Vers et Prose qui répondent à l’enquête mentionnons Robert de Souza13, Tancrède de Visan, Albert Mockel parmi les critiques, ainsi que Vielé-Griffin, Henri de Régnier et Verhaeren. Leurs collaborateurs sont souvent les mêmes, puisqu’il s’agit, dans un cas comme dans l’autre, des survivants de la première génération symboliste et d’auteurs de la génération suivante14.

  • 15 Respectivement dans les numéros de mars, de juin-juillet et de septembre. Ces poèmes seront repris (...)
  • 16 Vers et Prose signale dans sa livraison de juin-juillet-août 1905 le médaillon que Marinetti avait (...)
  • 17 E. Cavacchioli, « Toute la lyre », Poesia, IV, no 4, mai 1908 ; P. Buzzi, « Toute la lyre », Poesia(...)

8Aussi n’est-il pas étonnant que les deux revues se citent régulièrement et qu’entre Marinetti et Paul Fort se soient tissés des liens étroits de collaboration. Le poète français fait paraître, en 1905, trois poèmes dans Poesia : Le matin pastoral. Extrait inédit de Visions de berger, Le bohémien, Ballades françaises. Les voiles de mon navire15. Poesia publie également deux lettres de Paul Fort : dans la deuxième, parue dans le numéro d’octobre 1905, le poète français loue la dimension européenne de Poesia et invite Marinetti à collaborer à Vers et Prose. Quelques mois plus tard, dans la livraison de février-mars 1906, Marinetti consacre à Paul Fort, le poète des ballades, l’un de ses médaillons en vers qui seront repris, en 1908, dans la section « Dithyrambes » de La ville charnelle16. Et l’on peut raisonnablement imaginer que c’est Marinetti qui charge deux jeunes poètes, collaborateurs assidus de Poesia et futuristes de la première heure, Enrico Cavacchioli et Paolo Buzzi, de rendre compte de Île de France : ce recueil de Paul Fort fait donc l’objet de deux recensions parues dans deux livraisons différentes de Poesia17. Dans ce climat d’échanges et d’efforts communs pour prolonger la grande saison symboliste, les traductions que Marinetti publie dans Vers et Prose acquièrent tout leur sens.

  • 18 Sur la fortune de Carducci en France, cf. L. Fournier-Finocchiaro, « Giosuè Carducci et la critique (...)

9Sur le mont Marius et Rêve d’été sont tirés des Odi barbare, le recueil de Carducci qui a bénéficié en France du plus grand succès18. Une lecture, même superficielle, de ces deux traductions montre qu’il s’agit en réalité d’adaptations fort libres, à l’instar du vers dont Marinetti se sert. Dans Sur le mont Marius Marinetti renonce à transposer la variété de vers que Carducci utilise. Un rythme large, généreux, une réécriture qui tend à l’amplification caractérisent cette traduction-adaptation qui intègre le texte de Carducci dans l’univers poétique marinettien. Voici le début des deux poèmes :

Solenni in vetta a Monte Mario stanno
nel luminoso cheto aere i cipressi,
e scorrer muto per i grigi campi
mirano il Tebro,

Solennels et debout sur le mont Marius
se dressent les cyprès parmi la lumineuse
sérénité du soir, pour contempler au loin
la coulée somnolente du Tibre qui serpente
dans la grise campagne.

mirano al basso nel silenzio Roma
stendersi, e, in atto di pastor gigante
su grande armento vigile, davanti
sorger San Pietro.

Ils contemplent sous eux la vaste Rome qui s’allonge
pour se coucher dans le silence et l’énorme Saint-Pierre
comme un berger géant, en sentinelle
sur d’immenses troupeaux.

Mescete in vetta al luminoso colle,
mescete, amici, il biondo vino, e il sole
vi si rifranga : sorridete, o belle :
diman morremo.

Versez, versez à flots votre vin généreux
et blond, ô mes amis, qui buvez en liesse
sur la colline heureuse !… Faites que le soleil
rutile dans vos coupes !… Oh souriez, les belles !
car nous mourrons demain !

10La matrice symboliste de certaines images (entre autres « la lumineuse sérénité du soir ») est assez perceptible. Dans Rêve d’été, en revanche, le texte originel est infléchi vers le style liberty qui caractérise son deuxième et son troisième recueil. L’amplification qu’opère la traduction est manifeste dans ce fragment :

Tra le battaglie, Omero, nel carme tuo sempre sonanti
la calda ora mi vinse : chinommisi il capo tra ’l sonno
in riva di Scamandro, ma il cor mi fuggì su ’l Tirreno.
Sognai, placide cose de’ miei novelli anni sognai.
Non più libri : la stanza da ’l sole di luglio affocata,
rintronata da i carri rotolanti su ’l ciottolato
de la città, slargassi : sorgeanmi intorno i miei colli,
cari selvaggi colli che il giovane april rifioría.
Scendeva per la piaggia con mormorii freschi un zampillo
pur divenendo rio : su ’l rio passeggiava mia madre
florida ancor ne gli anni, traendosi un pargolo a mano
cui per le spalle bianche splendevano i riccioli d’oro.

C’est parmi le fracas rythmé de tes batailles,
Homère, que le poids de la chaleur solaire
vainquit mon corps, et j’inclinais ma tête
assoupie sur les bords parfumés du Scamandre !…
Mon cœur s’évada vers la mer Tyrrhénienne.

Et j’ai rêvé longtemps aux paisibles douceurs
de mon enfance… et j’oubliais mes livres en rêvant.
La chambrette embrasée par un soleil torride
et toute secouée par les sursauts tonnants
des chariots sur les dalles s’élargit brusquement.
Et voici qu’à miracle je vis autour de moi
surgir tous mes coteaux aux versants escarpés
que l’Avril puéril éclaboussait de fleurs…
Par la pente adoucie des prairies vers la mer
descendait doucement un murmure d’eau vive
qui se muait en frais ruisseau… et sur la rive
j’ai revu tout à coup ma mère épanouie
de force, qui marchait en traînant par la main
un jeune enfant tout ruisselant de boucles d’or.

11La deuxième séquence, par ses images et ses choix lexicaux (« La chambrette embrasée par un soleil torride », « […] tous mes coteaux aux versants escarpés / que l’Avril puéril éclaboussait de fleurs… / Par la pente adoucie des prairies vers la mer / descendait doucement un murmure d’eau vive »), plonge le lecteur dans le climat de Destruction et, surtout, de La ville charnelle. Par ses choix lexicaux et stylistiques Marinetti semble rapprocher Rêve d’été du Pascoli conviviale, auquel il voue une admiration profonde.

12Troisième pièce des Poemi di Ate, La Mère fait précisément partie des Poemi conviviali. Le lien avec Rêve d’été est assez évident, en dépit du contexte classique de La Mère : Pascoli aussi met en scène une mère morte et son fils. La réécriture par laquelle Marinetti s’approprie le poème de Pascoli est visible dès le début. Aux treize premiers vers de La Madre correspondent seize vers libres de Marinetti :

O quale Glauco, ebbro d’oblìo, percosse
la santa madre. E non potè la madre
che pur voleva, sostener nel cuore
quella percossa al volto umile e mesto ;
che da tanti dolori liso il cuore,
ecco, si ruppe ; e ne dové morire.
E subito il buon demone sorvenne,
e più veloce d’un pensier di madre
ultimo, la soave amima prese,
la sollevò, la portò via lontano,
e due tre volte la tuffò nel Lete
E le dicea : « Dimentica per sempre,
anima buona ; ché sofferto hai troppo ! »

Dans quel affreux breuvage d’ivresse hallucinante,
et d’oubli noir, Glaucus a donc plongé son âme
pour avoir pu frapper l’humble et tendre visage
de sa mère en sanglots ?… Car elle ne pourra
malgré tous ses efforts survivre à la douleur
terrible dont la main de son fils a blessé
mortellement son cœur !…
Et voilà que ce cœur meurtri de tant de coups
se déchire si violemment qu’elle dut en mourir !
Mais aussitôt le bon démon survint
et d’un geste plus vif que l’amour d’une mère
prit son âme suave, la souleva très haut
et l’emporta au loin.
Puis deux, trois fois il la baigna dans le Léthé
en lui disant : « Efforce-toi, chère âme, d’oublier !
Oublie ! Oublie : car tu as trop souffert ! »

  • 19 Pour un examen plus approfondi des rapports entre Marinetti et Pascoli, cf. F. Livi, « Pascoli in F (...)

13La transformation des formes verbales (les futurs et les présents n’existent pas dans l’original) et la force expressive du lexique (le premier vers bouleverse l’incipit du poème italien et fait apparaître un stylème récurrent chez Marinetti, l’« ivresse hallucinante ») relèvent d’un processus de dramatisation dont témoignent aussi les nombreux superlatifs. Marinetti amplifie le poème de Pascoli, pour l’inscrire dans un registre plus narratif et dialogique. Ce faisant il oblitère la mesure et le caractère allusif de La Madre19.

  • 20 Dans le tome VII (mars-avril-mai 1906), à côté des poèmes de Carducci et de D’Annunzio, figurent, e (...)

14L’importance de ces traductions est manifeste. Ce sont, sans faire injure aux autres traducteurs, des traductions d’auteur : un poète traduit d’autres poètes. De plus, ces textes bénéficient, dans Vers et Prose, d’un « effet de contiguïté » qui ajoute à leur importance : il n’est que de parcourir, pour s’en rendre compte, les sommaires des numéros dans lesquels paraissent ces trois poèmes20. Si l’on ajoute aux trois traductions de Carducci et de Pascoli les deux traductions de D’Annunzio parues dans Vers et Prose, on peut constater que dans cette revue vouée à la « défense et illustration de la haute littérature », Marinetti rend un hommage appuyé aux trois couronnes poétiques italiennes. Mais créditer Marinetti d’un irénisme patriotique de bon aloi serait méconnaître son génie de stratège, génie remarquable y compris dans les batailles perdues. Ces traductions s’inscrivent en effet dans une stratégie culturelle bien précise.

Pascoli et Carducci versus D’Annunzio

15Marinetti vise en effet à remplacer D’Annunzio sur la scène parisienne en tant que médiateur entre la France et l’Italie : son statut de poète symboliste de langue française, et surtout, nous l’avons vu, d’apôtre du Symbolisme français en Italie, sa collaboration à de nombreuses revues parisiennes et italiennes (sans compter celles qu’il dirige ou a dirigées) le rendent particulièrement apte à cette succession. L’entreprise n’était cependant rien moins que facile, eu égard à l’omniprésence de D’Annunzio sur la scène parisienne : s’il est vrai que la publication du Feu, en 1900, lui a aliéné bien des sympathies et que sa poésie n’est guère connue avant 1912, date à laquelle Georges Hérelle publie chez Calmann-Lévy une forte anthologie, Poésies 1878-1893 (mais les dates indiquent que Le Laudi en sont exclues), il n’en demeure pas moins que l’« imaginifico » continue d’occuper le devant de la scène et de jouir d’un prestige exceptionnel. Si certaines revues lui sont devenues hostiles – d’abord la Revue des Deux Mondes de Brunetière – d’autres – en commençant par le Mercure de France et Ricciotto Canudo, son chroniqueur de littérature italienne – ne lui comptent pas leurs suffrages. Son œuvre romanesque, traduite pour l’essentiel par Georges Hérelle, continue d’intéresser un très large lectorat et de jouir d’une influence incontestable. Les années de son « exil français » (1910-1914), partagées entre Arcachon et Paris, orienteront progressivement l’attention du public vers la dimension politique de son œuvre et de son action.

16Aussi Marinetti est-il conscient qu’il ne saurait attaquer D’Annunzio de front. Il procède donc de façon indirecte, en alternant d’une part protestations d’admiration et flèches empoisonnées et en essayant d’autre part d’imposer à Paris Pascoli en tant que grand poète symboliste de l’Italie contemporaine. C’est naturellement le Pascoli des Poemi conviviali dont il s’agit et sur lequel Marinetti s’efforce, malgré l’absence de traductions, d’attirer l’attention du monde littéraire parisien. Choix fort avisé répondant autant à une perception pénétrante du Symbolisme qu’à d’impérieuses affinités électives. Dans cette opération culturelle Carducci ne représente pas un poète d’avenir, indépendamment de sa mort, survenue en 1907, mais une sorte de statue du commandeur. Sa poésie qui, en des termes français, côtoie les grands courants allant de Victor Hugo au Parnasse, ne peut orienter les débats poétiques contemporains : elle demeure en effet étrangère au Symbolisme. Carducci n’est pas un modèle, mais un « dieu » qui a connu, bien avant sa mort, un irréparable crépuscule. Un dieu de la poésie, un poète garant d’une tradition que l’on peut opposer à D’Annunzio. Voilà, rapidement dévidé, le fil rouge qui donne leur unité aux différentes actions que Marinetti entreprend dans les dix premières années du siècle. À défaut d’être couronnées de succès, elles furent menées avec une cohérence et une perspicacité remarquables.

  • 21 S. B.[enelli], « Giovanni Pascoli », Poesia, I, no 1, février 1905, page non numérotée.
  • 22 « I nuovi grandi concorsi di “Poesia” : oltre 3 000 lire di premi », Poesia, I, no 10-11, novembre- (...)
  • 23 Ibid., page non numérotée.

17Revenons à Poesia : son premier numéro, paru en 1905, rend habilement hommages aux trois couronnes : il est dédié à Carducci (et la première enquête de la revue portera sur les honneurs publics à rendre au poète) ; il publie des fragments de La Nave, de D’Annunzio ; il réserve à Pascoli la première page de la revue, sous forme de lettre d’adhésion du poète à Poesia, et la dernière : par son « Giovanni Pascoli », Sem Benelli inaugure la série de « médaillons critiques » que la revue consacrera aux grands auteurs – italiens et français – contemporains. C’est essentiellement l’auteur des Poemi conviviali que Sem Benelli salue, affirmant explicitement que Poesia s’emploiera à faire connaître à l’étranger – c’est-à-dire d’abord en France – l’art de ce « novissimo genio italico »21. Résolution que confirment la publication, dans la livraison d’avril 1905, de I gemelli, joyau de la poésie symboliste et du style floral, inséré dans la deuxième édition des Poemi conviviali, et le lancement, en novembre-décembre 1905, d’un concours destiné à récompenser une étude critique sur la poésie de Pascoli. La revue veut par là « proclamare degnamente fra gli stranieri il genio del grande poeta nostro », ou, plus sobrement en français : « Poesia se propose ainsi de proclamer dignement à toutes les intelligences d’Europe le génie puissant de notre grand poète »22. Un entrefilet de la rédaction salue, dans ce même numéro, la nomination de Pascoli à la chaire de Carducci à l’université de Bologne : « Rivolgiamo un entusiastico saluto augurale all’altissimo poeta Giovanni Pascoli trionfalmente asceso, in questi giorni, alla cattedra di Giosuè Carducci »23. Ce n’est pas seulement la chaire universitaire, mais le sceptre poétique qui passe des mains de Carducci à celles de Pascoli.

18Poesia poursuit sa stratégie même quand elle ne publie pas, malgré son titre, un seul vers. Cela arrive dans la livraison de février-mai 1907 : on y découvre un article fort polémique de Marinetti dans le Le Gil Blas, « Giosuè Carducci e Gabriele D’Annunzio », la deuxième partie de l’étude critique d’Emilio Zanette – vainqueur du prix que nous avons mentionné – sur Giovanni Pascoli, un texte en prose de Gustave Kahn et un article de Paolo Buzzi sur Calliope de Francesco Chiesa. La signification est claire : le modèle dannunzien est contesté, directement par l’article de Marinetti et indirectement par l’étude de Zanette. En filigrane : le dessein de remplacer à Paris la poésie de D’Annunzio par celle de Pascoli.

19« Giosuè Carducci e Gabriele D’Annunzio » sera repris, avec d’autres articles, dans le libelle Les dieux s’en vont… D’Annunzio reste (1908), les dieux étant Giuseppe Verdi et Giosuè Carducci. Dans ce petit livre enlevé, Marinetti réaffirme sa propre hiérarchie entre Carducci, Pascoli et D’Annunzio. Aussi bien dans ses romans que dans ses pièces de théâtre, D’Annunzio est un auteur « livresque ». Sans avoir l’air d’y toucher Marinetti évoque le scandale provoqué par les « plagiats » de D’Annunzio et, en fin connaisseur de la littérature française, indique d’autres pistes :

  • 24 F. T. Marinetti, Les dieux s’en vont… D’Annunzio reste, in Scritti francesi, P. A. Jannini (éd.), M (...)

Qui, mieux que lui, peut leur [aux spectateurs] offrir un résumé savoureux de toutes les littératures européennes d’avant-garde et les tenir au courant des imperceptibles mouvements de la sensibilité mondiale ? N’est-ce pas à ce grand génie livresque, épanoui par un miracle dans la poussière des bibliothèques, dont il garde l’odeur cosmopolite, que le public italien doit le plaisir de humer l’essence poétique de Baudelaire, de Verlaine, de Materlinck, de Jean Lorrain, de Gustave Kahn, de Régnier, de Barrès, de Bataille et de tant d’autres ?… D’autant plus qu’il harmonise soigneusement les tons les plus divers et que, pour avoir accueilli dans son sein tant de fleuves étrangers, la mer de son œuvre n’en est pas moins transparente et profonde24.

Au fil des pages, le portrait critique tourne au portrait en charge. Dans son discours sur Carducci, prononcé au Théâtre Lirico de Milan, D’Annunzio oublie d’évoquer la grandeur du poète des Odi barbare, ce que Marinetti fait en revanche fort bien, à sa manière :

  • 25 Ibid., p. 435.

Durant tout le discours de D’Annunzio, le poète des Odes barbares n’était pas là ; et l’angoisse enthousiaste de la foule attendit vainement que l’orateur lui parlât des grands vers sonores de Carducci, brandis jadis comme des lances sur la Tour degli Asinelli, et tour à tour tendus comme des catapultes, ou soulevés à la manière des antiques béliers de bronze, devant la muraille du pédantisme lâche et de l’hypocrisie. Ah ! je suis donc bien jeune, moi, puisque au seul souvenir de ces belles strophes le sang me bat au cou et le cœur me saute dans la gorge !
Feint-il donc de ne pas admirer l’allure cadencée et dansante de ces chansons printanières que le grand Carducci lançait dans les prairies de nos âmes tels des poulains éblouis de joie, pénétrés de soleil et de parfums végétaux25 ?

20Que Marinetti publie sa traduction de Rêve d’été dans le numéro de décembre 1906-janvier-février 1907 de Vers et Prose, quelques jours après le décès du poète, survenu le 16 février 1907, n’a donc rien de fortuit. Dans cette même conférence, D’Annunzio affirmait qu’il n’avait pas encore de successeurs (« Mais il y a des aurores qui ne sont pas encore nées »). Marinetti s’empresse de le détromper :

  • 26 Ibid., p. 436.

Il oublie Giovanni Pascoli, l’auteur des Poemi conviviali, Giovanni Pascoli, le plus grand poète italien vivant, qui ne tardera pas à être consacré poète national de l’Italie contemporaine.
Qui sait ?… Car Giovanni Pascoli n’a pas le charme de Gabriele D’Annunzio. Nous chercherions vainement dans son œuvre ces poèmes luisants, ciselés et polis comme des bijoux, cette fausse verdure décorative, ces idées malades et plaintives sous le poids des richesses inutiles, cette roulette de banalités, ces rastas et ces cocottes qui font de l’œuvre du divin Gabriele le Monte-Carlo de toutes les littératures. Giovanni Pascoli, qui ne sait sourire aux croupiers, aura-t-il, malgré tout, une chance durable au trente-et-quarante de l’immortalité26 ?

  • 27 Une lettre de Marinetti à Pascoli, datée de 1907, le confirme : « Illustre Maestro ; / Ella avrà ri (...)
  • 28 Le contenu historique du sonnet Una bieca druidica visione… (Avignon, les Albigeois, les Huguenots) (...)

21Résumons : Carducci est la gloire statufiée (mais la statue regarde vers le passé), D’Annunzio, la statue à abattre, Pascoli, le véritable grand poète italien contemporain27. Ici aussi la publication de La Mère dans le numéro de juin-juillet-août 1908 de Vers et Prose prend tout son sens28.

22Les formules que Marinetti utilise pour désigner Pascoli (« l’auteur des Poemi conviviali », le « poète national de l’Italie contemporaine ») annoncent le changement de cap qui s’opère dans Poesia en 1908 : sans renier le poète symboliste, c’est le poète de la terza Italia, l’auteur des Canzoni di Re Enzio que la revue pointe, après son virage « nationaliste ».

23La fondation du Futurisme, en février 1909, et le recours à un langage normatif et d’exclusion rendent désormais caduc le projet de médiation culturelle que Marinetti s’était efforcé de réaliser. La poésie de Pascoli s’éloigne, même si le numéro de février-mars de Poesia, où est publié le manifeste de fondation du Futurisme, lui réserve encore honneurs et hommages : Marinetti publie la traduction en allemand de La Madre, signée par Benno Geiger ; dans la rubrique « Toute la lyre » Paolo Buzzi ne tarit pas d’éloges sur les Canzoni di Re Enzio, en présentant les deux visages de la poésie de Pascoli :

  • 29 P. Buzzi, « Toute la lyre », p. 60. Pour rapprocher Pascoli du Futurisme, Buzzi s’évertue à montrer (...)

Il potere dell’arte pascoliana appare sempre più indefinibile. Nei Poemi conviviali era un lontanissimo mondo che sorgeva con tutto l’occulto fremito di un mondo, quasi più che presente, avvenire. In queste due Canzoni (il Carroccio, l’Olifante) è l’anima del Medio-Evo che ci balza dinnanzi espressa in formule magnifiche, in quella serie di lotte dall’intonazione solenne e insieme primitiva che non potrebbero rendere meglio il bel tipo canoro d’un popolo di vittoria e di libertà29.

  • 30 « Antonio Fogazzaro poeta degli imbecilli », Poesia, V, no 3-6, avril-mai-juin-juillet 1909, p. 62.

24Mais Pascoli non plus n’échappera pas au langage d’exclusion de l’avant-garde. Dans le numéro suivant l’article « Antonio Fogazzaro poeta degli imbecilli » – que l’on peut sans doute attribuer à Buzzi – est un éreintement en bonne et due forme de la prose et de la poésie (« da maestro elementare ») de Fogazzaro, connu à Paris (la référence à la France continue d’être fondamentale) « attraverso i globi d’incenso turibolatigli in faccia dal correligionario e correo Brunetière »30. Après de prévisibles attaques de D’Annunzio, on décoche une pointe à Pascoli :

  • 31 Ibid. Quelques années plus tard, dans Noi rinneghiamo i nostri maestri simbolisti ultimi amanti del (...)

È la poesia di Antonio Fogazzaro quella che vuole oggi l’Italia ! Il D’Annunzio spreca il suo instancabile genio tentando vanamente di restaurare il volto fradicio e sgretolato di Fedra, stanchissima bagascia di poeti già putrefatti. Il Pascoli, l’altissimo poeta dei Poemi conviviali, pare sia deciso a finire fra sei enormi vocabolari incollati, a guisa di bara31.

Traductions et adaptations dans Vers et Prose sont désormais inutiles. La bataille de l’avant-garde obéit à une logique différente. Les mots – en liberté – de l’avant-garde futuriste sont action, appellent l’action. Les textes que Marinetti donne à Vers et Prose, « La bataille de Tripoli (26 octobre 1911) » (janvier-mars 1912), et « Train de soldats malades. Mots en liberté » (juillet-septembre 1913), le confirment. C’est une sorte de répétition générale avant la guerre, qui ne va pas tarder à éclater, et que l’avant-garde futuriste appelle de ses vœux.

Haut de page

Annexe

Annexes

Traductions en vers libres de F. T. Marinetti

  1. Giosuè Carducci, Sur le mont Marius (Sul monte Mario)
  2. Giosuè Carducci, Rêve d’été (Sogno d’estate)
  3. Giovanni Pascoli, La Mère (La Madre)

I. Sur le mont Marius

Solennels et debout sur le mont Marius
se dressent les cyprès parmi la lumineuse
sérénité du soir, pour contempler au loin
la coulée somnolente du Tibre qui serpente
dans la grise campagne.

Ils contemplent sous eux la vaste Rome qui s’allonge
pour se coucher dans le silence, et l’énorme Saint-Pierre
comme un berger géant, en sentinelle
sur d’immenses troupeaux.

Versez, versez à flots votre vin généreux
et blond, ô mes amis, qui buvez en liesse
sur la colline heureuse !… Faites que le soleil
rutile dans vos coupes !… Oh souriez, les belles !
car nous mourrons demain !

Ma belle, laisse donc s’étioler dans le bois
la feuille du laurier !… laisse-la toute seule
jouir de son éternité !… À moins que tu ne veuilles
en orner tes cheveux, afin que le reflet
de sa verdeur y luise atténué !

Oh, je veux que parmi l’essor de mes grands vers
l’on s’éjouisse au tintement joyeux des coupes,
dans le parfum et la couleur suaves de la rose
qui console un instant nos hivers et se meurt !…

Car nous mourrons demain ainsi qu’on vit mourir
tous ceux que nous aimâmes… trop loin du souvenir,
trop loin de la tendresse et nous aurons bientôt
fini de nous dissoudre comme une ombre légère.

Car nous mourrons bientôt, et néanmoins toujours
la terre roulera d’un rythme infatigable,
tout autour du soleil fécondateur,
éclaboussant l’espace de nos vies innombrables
telles des étincelles.

Ô pauvres vies prédestinées à des lointaines amours,
Ô pauvres vies lancées de bataille en bataille,
et que j’entends déjà chanter dans le futur
des hymnes inouïs aux pieds des nouveaux dieux !

Et vous tous, ô mes frères, qui n’avez pas encore
vécu, et dont la main n’a pas encore reçu
la torche d’or, que l’on se passe l’un à l’autre,
vous disparaîtrez, ô légions radieuses,
dans l’infini !…

Adieu, mère sublime de ma pauvre pensée,
et de mon âme passagère… Terre puissante !…
Oh ! qui peut dénombrer les joies et les douleurs,
que tu devras rouler encore vélocement
sur le cœur du Soleil…

jusqu’au grand soir où tout à coup chassée vers l’Équateur
par la trace illusoire d’une vaine chaleur,
la race humaine exténuée
n’aura plus qu’un seul homme et qu’une seule femme

qui, debout, et parmi les vieux monts en ruines
et les bois décharnés, exorbitant leurs yeux vitreux
pourront te contempler enfin, Soleil mourant,
par-delà des plateaux de glace immensurables,
lorsque tu descendras, lentement, pour toujours,
dans la nuit !…
   
Vers et Prose, t. V, mars-avril-mai 1906, p. 77-79.

II. Rêve d’été

C’est parmi le fracas rythmé de tes batailles,
Homère, que le poids de la chaleur solaire
vainquit mon corps, et j’inclinais ma tête
assoupie sur les bords parfumés du Scamandre !…
Mais mon cœur s’évada vers la mer Tyrrhénienne.

Et j’ai rêvé longtemps aux paisibles douceurs
de mon enfance… et j’oubliais mes livres en rêvant.
La chambrette embrasée par un soleil torride
et toute secouée par les sursauts tonnants
des chariots sur les dalles s’élargit brusquement.
Et voici qu’à miracle je vis autour de moi
surgir tous mes coteaux aux versants escarpés
que l’Avril puéril éclaboussait de fleurs…
Par la pente adoucie des prairies vers la mer
descendait doucement un murmure d’eau vive
qui se muait en frais ruisseau… et sur la rive
j’ai revu tout à coup ma mère épanouie
de force, qui marchait en traînant par la main
un jeune enfant tout ruisselant de boucles d’or.
L’enfant marchait à petits pas glorieux
tout fier d’être abrité par cet amour sans bornes
et le cœur inondé par la fête exaltante
que la nature auguste menait avec splendeur
en déchaînant le cœur sonore de ses cloches.
Car le bronze chantait au beffroi du château
pour annoncer la pure ascension du Christ.

Dans les plaines et sur les cimes vaporeuses,
sur l’ondoyant froufrou des forêts riveraines
courait avec souplesse en déferlant
la mélodie surnaturelle du printemps.
Les pêchers se couvraient de leur neige odorante,
les pommiers se paraient d’une robe de sang.
L’herbe égrenait ses sourires couleur d’azur.
La boule éblouissante des genêts et des trèfles
baignait de pourpre et d’or la pente des collines.
Leurs fleurs et leurs parfums se balançaient d’ivresse
au gré d’un vent suave qui venait de la mer.
Sur la mer s’avançaient mollement en cadence
quatre voiles légères aux blancheurs idéales
avec un doux roulis de berceau, dans l’immense
auréole de flamme dont le soleil prodigue
enveloppait la mer et la terre et les cieux.

Je regardais ma mère se griser en marchant
parmi l’extase ensoleillée de la nature,
et mes yeux nostalgiques s’attardaient par instants
sur mon frère adoré qui maintenant repose
sur un coteau fleuri que l’Arno jaune arrose.
Elle dort aujourd’hui aux profondeurs de la Chartreuse.
Mais je me demandais en rêve alors
s’ils respiraient tous deux l’air pur qui nous anime,
ou si plutôt, pour consoler ma douleur solitaire,
ils n’étaient point venus de la patrie céleste
qui fait revivre le bonheur de nos années défuntes,
parmi l’amour ressuscité de ceux que nous aimâmes.

Voici que le sommeil emporte en s’en allant
les ombres adorées, cependant que Laurette
emplit de joie folâtre la chambrette sonore,
et que, penchée sur son métier, Bice suit de la tête
le va-et-vient de son aiguille.
   
Vers et Prose, t. VIII, décembre 1906-janvier-février 1907, p. 79-81.

III. La Mère

Dans quel affreux breuvage d’ivresse hallucinante,
et d’oubli noir, Glaucus a donc plongé son âme
pour avoir pu frapper l’humble et tendre visage
de sa mère en sanglots ?… Car elle ne pourra
malgré tous ses efforts survivre à la douleur
terrible dont la main de son fils a blessé
mortellement son cœur !…
Et voilà que ce cœur meurtri de tant de coups
se déchire si violemment qu’elle dut en mourir !
Mais aussitôt le bon démon survint
et d’un geste plus vif que l’amour d’une mère
prit son âme suave, la souleva très haut
et l’emporta au loin.
Puis deux, trois fois il la baigna dans le Léthé
en lui disant : « Efforce-toi, chère âme, d’oublier !
Oublie ! Oublie : car tu as trop souffert ! »
Le bon démon déposa enfin la tendre mère
sur le sommet du monde à la cime idéale,
où tout ce qu’il y a de lumière divine
et de beauté immarcescible,
tout ce que l’infini peut contenir de Dieu, plane éternellement.
Le bon démon déposa enfin la tendre mère
dans les prairies Élyséennes
d’où les âmes jamais ne reviennent à nous
pour souffrir de nouveau la vie désespérante.
Et cependant aux profondeurs sinistres de la terre,
son fils se précipita lugubrement
croulant d’abîmes en abîmes souterrains,
aussi loin, aussi bas, au-dessous de sa tombe,
que les astres étaient hauts au-dessus de sa tombe.
Et là parmi l’ombre fumeuse, il fut soudain
violemment entraîné par la masse éternelle
et colossale d’eaux qu’un ressac ténébreux
ballotte immensément suspendu sur l’abîme.
Car tandis que le globe de notre terre oscille,
là-bas, aux profondeurs, les vastes eaux se gonflent
en frappant les parois dont les métaux résonnent
avec un monotone et lugubre fracas.
Or l’âme de Glaucus était la proie tragique
de cette eau rugissante qui parfois le lançait
contre les rocs gluants et parfois le buvait
gloutonnement avec la succion d’un grand remous.
Et pas un seul rayon dans cet abîme inscrutable,
et toujours la terrible contorsion liquide
sans idée et sans but ! Et le temps était vide
de toute sa signification.
Alors un reflux noir se dégorgea
par le travers d’une crevasse, en sanglotant,
et vomit le corps las et meurtri de Glaucus
sous les voûtes sonores d’une grotte profonde.
Et le voilà flottant dans le flic-flac noirâtre
d’un fleuve qui courait dans l’ombre souterraine
avec de violentes rapacités de fauves.
Et ce n’était partout, au loin, qu’un fabuleux
ruissellement de pleurs ! Ô larmes inconnues !
Larmes qui suivent le dernier spasme de la mort !
Oh ! que vous êtes sans espoir, pauvres larmes
inconnues, qu’un lombric gluant lèche à loisir !…
L’immense fleuve aveugle de la douleur ensevelie
porta Glaucus près du marais d’Acherusia,
où, parmi l’eau pourrie de la rive sinistre,
vivent les ombres mornes que la mort apprivoise
et qui viendront revivre encore une autre vie
quand le destin les rappellera sur la terre.

Et Glaucus entrevit ces âmes lamentables,
qui attendent debout parmi la boue durcie
de cette sombre plage, où le flot l’aplatit.
Glaucus leva très haut sa voix pour mieux crier
en appelant sa mère : « Toi que j’ai offensée !
Ô mère que ma main a frappée durement !
toi que j’ai fait pleurer… Mais je viens, attends-moi !
Je viens sur le grand fleuve éternel de mes larmes !
Je viens à toi maman, ô ma petite mère !
Toi que j’ai fait mourir ! Et voilà que je suis
bien mort pour toi, ma mère, plus mort que tous les morts
de la terre ! Moi qui suis né de toi ! Oh ! oui.
C’est moi qui t’ai frappée ! Mais tu ne peux savoir
avec combien de force et de rage infernale
cette eau maudite lance mon corps contre les roches
pour le broyer là-bas ! Cette eau qui me fouette
en me chassant aux profondeurs de cet abîme !
Et combien il fait noir ! Et quels cris déchirants !
Ah ! pourquoi suis-je né ? Mieux valait ne pas naître
Pitié…, maman ! Pitié ! Pardonne-moi !
Si tu permets que je remonte ! Et il suffit
que tu le veuilles pour que je monte !…
Oh ! oui je serai bon ! et si tendre et si doux
aujourd’hui ! pour toujours ! Je ne veux plus te battre.
Maman !… Maman !… regarde. Déjà l’onde m’entraîne.
Oh ! pardonne-moi donc, ô ma petite mère !
Fais donc vite maman ! Car je vais retourner
là-bas. Fais vite !… Mais tu étais meilleure
autrefois, envers moi !
Maman !… Maman !… Ô mère, la mort t’a bien changée ! »

C’est ainsi qu’il priait le misérable enfant.
Soudain voici qu’une vague puissante
l’arrache à la gluante vase de la rive,
veut le garder pour soi, et le voilà flottant
sur le fleuve éternel des larmes.
Puis, tout en sanglotant, le fleuve revomit
Glaucus dans un profond abîme d’amertume,
où le remous tournant, le but gloutonnement.
Et l’âme de l’impie allait roulant ainsi,
parmi le grondement funéraire des eaux,
tour à tour absorbé par d’âpres succions,
dans le grand noir, de ci, de là, à jamais ballottée.

Mais cependant la mère auguste
était assise au sommet de la terre sur la cime idéale,
où tout ce qu’il y a de clarté sidérale
et de Beauté immarcescible,
tout ce que l’infini peut contenir de Dieu,
plane éternellement.
Et doucement assise avec sérénité,
elle inclinait la tête, en appuyant sa joue
offensée, dans le creux de sa main tremblotante,
en se laissant bercer très haut par cet immense
océan d’éther bleu, dans l’oscillation
du monde qui frissonne imperceptiblement
sur son axe, avec une mollesse veloutée.
Et la mère soudain, détacha son visage
du creux paisible de sa main, pour regarder
aux aguets tout autour, en tendant les oreilles.
Mais aussitôt le bon démon accourut pour lui dire :
« Viens donc, chère âme, viens boire aux flots du Léthé.
Tu n’as pas assez bu ! » Et la mère inclina
son visage pour boire l’onde pleine d’oubli.
Tandis qu’elle buvait ses yeux laissaient couler
des larmes qui tombaient dans le fleuve nocturne.
Et néanmoins le bon démon pressa
suavement sa nuque, avec délicatesse,
en lui disant : « Encore ! encore, chère âme !
Tu n’as pas assez bu ! » Et la mère obéit.
Tout en buvant ses yeux pleuraient à flots pressés.
Oh ! ciel ! mais c’est en vain ! car elle ne buvait
que l’oubli de l’offense,
si bien qu’en se levant, les yeux voilés de larmes,
elle dit : « Oh ! Je sens que mon pauvre enfant pleure.
Ô bon démon, emporte-moi donc près de lui ! »
Et le démon ne put s’y opposer,
car le cœur d’une mère est plus puissant qu’un Dieu.
Il descendit en conduisant la femme qui pleurait
et l’emporta jusqu’au marais d’Acherusia.
Longtemps, longtemps la pauvre mère erra
parmi l’informe amas de ces algues fangeuses,
courant parmi la boue et se précipitant
à toutes les crevasses qui vomissaient des larmes,
chaque fois que son âme angoissée entendait
le glouglou mugissant des marées souterraines,
avec le déchirant sanglot des morts, qui monte
du fond des fleuves noirs et des grands fleuves rouges.

Enfin là-bas, le flot dégorgea d’un hoquet,
Glaucus au fond d’un antre, le roula sur le fleuve
des larmes inconnues versées après la mort,
puis vint le déposer sur le bord du marais.
Alors Glaucus cria pour appeler sa mère :
« Maman, tu étais douce ! Et la mort t’a changée !
C’est moi, c’est moi, maman, moi qui te fis pleurer,
ô ma petite mère, et c’est moi, ton enfant,
moi qui t’ai fait mourir ! »
Mais elle avait déjà avant lui, plus que lui,
crié là-bas du fond des boues, sur le fracas des flots.
« Ô créature bien-aimée, je n’ai pas fait exprès
de mourir tout à coup, ainsi sans te le dire ;
je n’ai pas fait exprès, mon enfant,
de ne pas t’avoir dit que ce n’était rien,
que c’était là un jeu, tout simplement, pour rire.
Oh ! monte ! Viens ici : pardonne-moi. »

Et Glaucus remonta. Puis la mère et l’enfant
quittèrent le marais pour venir sur la terre,
l’une encore pour souffrir, et l’autre pour pouvoir
lui redonner encore de la souffrance.
   
Vers et Prose, t. XIV, juin-juillet-août 1908, p. 99-104.

Haut de page

Notes

1 Une note de la rédaction bat le rappel de l’ancienne et de la nouvelle génération symboliste : « Vers et Prose entreprend de réunir à nouveau le groupe héroïque des poètes et des écrivains de prose qui rénovèrent le fond et la forme des lettres françaises, suscitant le goût de la haute littérature et du lyrisme longtemps abandonné. / Pour mieux affirmer que leur œuvre demeure impérissable, à leurs côtés prendront place ceux d’entre les jeunes écrivains qui, sans abdiquer leur neuve personnalité, peuvent se réclamer d’aînés initiateurs. / Aux œuvres inédites s’ajouteront de rares pages anthologiques n’ayant pas encore été réunies en volume et choisies entre toutes. / Ainsi se continuera le glorieux mouvement qui prend ses origines aux premiers jours du Symbolisme, ainsi pourra être réalisée l’œuvre littéraire la plus significative et la plus noble et tel sera l’unique effort de Vers et Prose » (Vers et Prose, t. I, mars-avril-mai 1905, p. 7). Le directeur de la revue est Paul Fort, le secrétaire de rédaction André Salmon. Les changements, relativement nombreux, survenus au fil des ans dans la rédaction seront régulièrement annoncés dans la revue.

2 Selon Robert de Souza, les œuvres marquantes parues depuis 1900 sont symbolistes. Plus rares que par le passé, elles demeurent néanmoins excellentes : en 1900, Les Quatre saisons de Stuart Merrill ; en 1901, Petites légendes d’Émile Veraheren et Stances de Jean Moréas – « car il faut bien comprendre que le classicisme des Stances loin de contredire le symbolisme en découle », précise le critique – ; en 1902, Clartés d’Albert Mockel ; en 1903 Amour de Francis Vielé-Griffin ; en 1904 La Chanson d’Ève de Charles van Lerberghe, révélée par un article que Maeterlinck publie dans Le Figaro.

3 Cf. « Séquences et allitérations. Prose italienne de Jacopone da Todi », traduction de M. Olin, Vers et Prose, t. IX, mars-avril-mai 1907, p. 113-117.

4 G. Carducci, Sur le mont Marius (Sul monte Mario), traduction de F. T. Marinetti ; G. D’Annunzio, Les villes terribles (Le città terribili), traduction de F. T. Marinetti, Vers et Prose, t. V, mars-avril-mai 1906, p. 77-79 et 80-83.

5 G. D’Annunzio, Les émeutes, traduction de F. T. Marinetti, Vers et Prose, t. VII, septembre-octobre-novembre 1906, p. 135-136.

6 G. Carducci, Rêve d’été (Sogno d’estate), traduction de F. T. Marinetti, Vers et Prose, t. VIII, décembre 1906-janvier-février 1907, p. 79-81.

7 G. Pascoli, La Mère (La Madre), traduction de F. T. Marinetti, Vers et Prose, t. XIV, juin-juillet-août 1908, p. 99-104. Dans ce même numéro, à la page 52, sous le titre « Poème de Carducci », titre général accompagné d’une note tout aussi générale (« Épreuves d’imprimerie d’un Poème de Giosuè Carducci corrigées par lui-même »), Vers et Prose publie la reproduction en fac-similé d’une épreuve du sonnet LXXXVIII des Rime nuove, Una bieca druidica visione, faisant partie de la section Ça ira et daté « Roma, 25 aprile 1883 ».

8 Voir, à ce sujet, la thèse très originale et novatrice de Tatiana Cescutti, Les Origines mythiques du Futurisme : F. T. Marinetti poète symboliste français (1902-1908), soutenue à l’université Paris-Sorbonne, Paris IV en octobre 2007, qui renouvelle entièrement l’approche de ces trois recueils.

9 Ce travail de médiation avait déjà commencé avec une autre revue milanaise, Anthologie Revue de France et d’Italie, qui s’était transférée ensuite à Paris, où elle avait été absorbée en 1900 par La Plume. Mais ce n’est qu’avec la naissance de Poesia que la stratégie culturelle de Marinetti se manifeste pleinement, qu’elle s’assigne des objectifs précis.

10 Qu’il me soit permis de renvoyer à Poesia (1905-1909), F. Livi (éd.), Naples – Rome, ESI (Indici ragionati dei periodici letterari europei ; 14), 1992, en particulier à l’introduction : « Dal Liberty al Futurismo » (p. 1-59) et à l’article de synthèse : F. Livi, « Du Symbolisme au Futurisme. Marinetti et Poesia (1905-1909) », Transalpina, no 1, 1996, p. 145-158. Cette revue de Marinetti a fait l’objet d’une réimpression récente, enrichie d’une présentation de Giorgio Baroni : Poesia. Rassegna internazionale, Pise, Istituti Editoriali e Poligrafici, 2005.

11 « Gale e fanfare », Poesia, I, no 3, avril 1905, page non numérotée.

12 Cf. Enquête internationale sur le vers libre et Manifeste du Futurisme par F. T. Marinetti, Milan, Éditions de Poesia, 1909. À vrai dire, en France la question n’était plus d’une grande actualité et la plupart des réponses françaises, à l’exception de celle de Gustave Kahn, que Marinetti tient pour le créateur du vers libre, s’apparentent à des récits et des témoignages d’anciens combattants. La formulation de la deuxième question posée aux poètes italiens avait de quoi froisser leur susceptibilité, ce qui advint en effet : « Quali sono le vostre idee pro e contro il così detto “verso libero” in Italia, derivato dal “vers libre” francese che Gustave Kahn ha creato in Francia ? » (« Inchiesta di Poesia sul verso libero », Poesia, I, no 9, octobre 1905). L’adjonction à l’enquête du Manifeste de fondation du Futurisme rappelle que dans un premier temps l’avant-garde de Marinetti s’appuie, en poésie, sur le vers libre, avant de l’abandonner au profit des mots en liberté.

13 Sa réponse, très longue et circonstanciée, est publiée dans Poesia, II, no 9-10-11-12, octobre-novembre-décembre 1906-janvier 1907.

14 Les différences entre les deux revues sont néanmoins frappantes, si l’on songe à l’ouverture internationale de Poesia (en commençant par le domaine italien) et à la place réservée dans la revue de Marinetti à l’autopublicité (revue de presse, lettres de correspondants, etc.), instrument essentiel d’une médiation littéraire entre la France et l’Italie que Vers et Prose n’avait aucune raison de poursuivre.

15 Respectivement dans les numéros de mars, de juin-juillet et de septembre. Ces poèmes seront repris dans P. Fort, Ballades françaises, VIIIe série, Paris, Mercure de France, 1906.

16 Vers et Prose signale dans sa livraison de juin-juillet-août 1905 le médaillon que Marinetti avait consacré à Gustave Kahn (« Dans sa belle revue Poesia, M. F.-T. Marinetti donne, pour accompagner un masque de Gustave Kahn, ce portrait de l’auteur des Palais Nomades, qui rend très pittoresquement le génie oriental et merveilleux du poète »), reproduit le poème À Gustave Kahn (cf. « Un portrait en vers de M. Gustave Kahn », Vers et Prose, t. II, juin-juillet-août 1905, p. 217). En d’autres occasions Vers et Prose cite Marinetti : cf., entre autres, le résumé de l’intervention du discours de Marinetti au Banquet Paul Fort : « Discours de F.-T. Marinetti », Vers et Prose, t. XXIV, février-mars 1911, p. 133.

17 E. Cavacchioli, « Toute la lyre », Poesia, IV, no 4, mai 1908 ; P. Buzzi, « Toute la lyre », Poesia, V, no 1-2, février-mars 1909. C’est dans ce numéro que Marinetti publie, en français et en version italienne, le manifeste de fondation du Futurisme (« Fondation et Manifeste du Futurisme », « Fondazione e Manifesto del Futurismo »), déjà paru en français dans Le Figaro le 20 février 2009. De ce fait on comprend mieux l’effort que Buzzi déploie pour rapprocher la versification de Île de France du vers libre futuriste. Il salue en effet « la struttura originalissima delle strofe nelle quali l’alessandrino è così abilmente combinato e rifratto da apparire la più libera delle misure libere, la stessa prosa rimata » (p. 63).

18 Sur la fortune de Carducci en France, cf. L. Fournier-Finocchiaro, « Giosuè Carducci et la critique française », Transalpina, no 8, 2005, p. 89-108.

19 Pour un examen plus approfondi des rapports entre Marinetti et Pascoli, cf. F. Livi, « Pascoli in Francia. Dal Simbolismo alla fine del Novecento », in Pascoli e la cultura del Novecento, A. Battistini, G. Miro Gori, C. Mazzotta (dir.), Venise, Marsilio, 2007, p. 395-420.

20 Dans le tome VII (mars-avril-mai 1906), à côté des poèmes de Carducci et de D’Annunzio, figurent, entre autres, des textes de Jean Moréas, Régnier, Louÿs, Verahaeren, Barrès, Saint-Pol-Roux, Jarry, Paul Fort. Dans le tome V (décembre 1906-janvier-février 1907), où paraît Rêve d’été, le lecteur découvre des textes de Barrès, Kahn, Jean Moréas, une étude de Francis Jammes sur « Odilon Redon botaniste », ainsi que « Les poésies d’André Walter », d’André Gide. Dans le tome XIV (juin-juillet-août 1908), qui publie La Mère, on peut lire des textes de Jean Moréas, Vielé-Griffin, Stuart Merrill, Paul Fort, Guillaume Apollinaire, et admirer une élégante Diane de Marie Laurencin, délicieux dessin daté de 1906.

21 S. B.[enelli], « Giovanni Pascoli », Poesia, I, no 1, février 1905, page non numérotée.

22 « I nuovi grandi concorsi di “Poesia” : oltre 3 000 lire di premi », Poesia, I, no 10-11, novembre-décembre 1905, page non numérotée.

23 Ibid., page non numérotée.

24 F. T. Marinetti, Les dieux s’en vont… D’Annunzio reste, in Scritti francesi, P. A. Jannini (éd.), Milan, Mondadori, 1983, p. 434.

25 Ibid., p. 435.

26 Ibid., p. 436.

27 Une lettre de Marinetti à Pascoli, datée de 1907, le confirme : « Illustre Maestro ; / Ella avrà ricevuto un numero del Gil Blas, dove pur conservando il massimo rispetto per D’Annunzo, io sottolineavo la sua ridicolissima posa di successore del Grande [Carducci] e proclamavo la gloria immortale dei Suoi Poemi conviviali » (cf. F. Livi, « Pascoli e la rivista Poesia [1905-1909] », in Convegno internazionale di studi pascoliani, Barga, Tip. Gasperretti, 1987, p. 191). Les poèmes de La ville charnelle (1908) montrent, dans leurs premières sections, un travail d’assimilation et de dépassement des Laudi de D’Annunzio et, dans les dernières, la présence d’éléments empruntés aux Conviviali.

28 Le contenu historique du sonnet Una bieca druidica visione… (Avignon, les Albigeois, les Huguenots) publié dans ce même numéro sous le titre « Poème de Carducci » (épreuve d’imprimerie), acquiert, au prix d’une surinterprétation tentante, une valeur symbolique : Carducci est un livre, un classique, mais non pas un auteur vivant.

29 P. Buzzi, « Toute la lyre », p. 60. Pour rapprocher Pascoli du Futurisme, Buzzi s’évertue à montrer, par un sophisme, que l’hendécasyllabe pascolien relève en fait du vers libre, car le poète s’en sert comme un verslibriste se servirait du vers libre…

30 « Antonio Fogazzaro poeta degli imbecilli », Poesia, V, no 3-6, avril-mai-juin-juillet 1909, p. 62.

31 Ibid. Quelques années plus tard, dans Noi rinneghiamo i nostri maestri simbolisti ultimi amanti della luna (1915), apparente palinodie qui ne doit pas tromper, Marinetti récusera logiquement non seulement D’Annunzio, « fratello minore dei simbolisti francesi, nostalgico come questi e come questi chino sul corpo ignudo della donna », mais également « il sentimentalismo balbuziente e botanico di Pascoli, che, nonostante il suo genio indiscutibile, resterà nondimeno colpevole d’avere esercitato un’influenza avvilente e deleteria » (F. T. Marinetti, Teoria e invenzione futurista, L. De Maria [éd.], Milan, Mondadori, 1983, p. 304-305).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Livi, « Carducci et Pascoli dans Vers et Prose de Paul Fort.
F. T. Marinetti traducteur et médiateur »
Transalpina, 10 | 2008, 113-134.

Référence électronique

François Livi, « Carducci et Pascoli dans Vers et Prose de Paul Fort.
F. T. Marinetti traducteur et médiateur »
Transalpina [En ligne], 10 | 2008, mis en ligne le 13 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3048

Haut de page

Auteur

François Livi

Université Paris-Sorbonne – Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

Transalpina. Études italiennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search