Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Carducci et Pascoli pédagoguesPascoli entre « alunni » et « fan...

Carducci et Pascoli pédagogues

Pascoli entre « alunni » et « fanciullini ».
Pédagogie et poétique dans ses anthologies pour les écoles

Mariella Colin
p. 197-214

Résumés

Giovanni Pascoli, auteur omniprésent dans les livres de lecture et les anthologies du XXe siècle, a été dans son temps auteur, pour les écoles secondaires, de plusieurs recueils de poésie et littérature, latine d’abord – Lyra romana (1895), Epos (1897) –, italienne ensuite – Sul limitare (1900), Fior da fiore (1901) –, dont le but pédagogique doit être mis en relation avec la théorie poétique qu’il élaborait alors. Il apparaît en effet à l’analyse qu’ils doivent être lus dans une continuité de propos et de contenus : ils peuvent être considérés comme des traits d’union entre Pensieri sull’arte poetica (1897) et Il fanciullino (1903), et peuvent être vus comme des laboratoires, dans lesquels Pascoli recherchait l’application et la vulgarisation de son esthétique et de son idéologie. L’originalité de ses deux anthologies italiennes, par rapport au modèle « classique », est très marquée : dans celles-ci, Pascoli ne cherche pas à faire une histoire de la littérature ni ne se soucie de critères d’appartenance nationale, mais réunit des textes littéraires et folkloriques, anciens et modernes, italiens et étrangers. À la lecture de Sul limitare et de Fior da fiore, il apparaît à l’évidence que Pascoli s’inspire avant tout de sa théorie du fanciullino, voyant dans la poésie une création absolue, valable en soi pour tous les lieux et tous les temps. Conçus comme des voyages de retour à l’enfance en tant que source de la création poétique, ces deux ouvrages ne s’adressent pas aux « alunni » mais aux « fanciulli », interlocuteurs privilégiés que l’auteur sent proches de son esprit et prêts à entendre toutes les voix que recèlent ses anthologies, et à en comprendre tous les messages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une enquête minutieuse réalisée sous la direction de Carlo Ossola a classé le poète dans le groupe (...)

1Pendant tout le XXe siècle, Giovanni Pascoli a été l’un des poètes siégeant au panthéon littéraire dans toutes les écoles primaires et secondaires de la péninsule. Ses vers ont invariablement figuré dans les pages de tous les livres de lecture et les anthologies, et ils se sont inscrits parmi les « lieux de mémoire » que peuvent évoquer plusieurs générations d’Italiens, pour lesquels les années d’études sont restées liées aux souvenirs de morceaux choisis comme Valentino, L’aquilone, Romagna ou La cavalla storna, que leurs enseignants leur faisaient lire en classe et apprendre par cœur. Son œuvre, élevée au rang de ce que Carlo Ossola a défini comme le « canon anthologique »1, s’est ainsi figée en stéréotype pour l’enfance et l’adolescence, tant pour la simplicité de son expression que par ses contenus, et la poétique pascolienne du fanciullino a été considérée comme la plus proche des jeunes lecteurs.

2Cette image de Pascoli « poète pour les enfants et pour les écoles », qui s’est cristallisée surtout dans la période allant du second après-guerre jusqu’aux années 1980, a fini par effacer une autre représentation, plus courante dans la première moitié du XXe siècle, plaçant, à côté du poète, un pédagogue, lui-même auteur de manuels et d’anthologies couramment utilisés jadis. C’est sur cette production très riche, comprenant des recueils tant de littérature latine que de littérature italienne, qui est devenue à présent objet d’investigation et d’analyse pour la critique littéraire et la didactique des disciplines, que nous allons nous pencher à notre tour, afin d’y étudier les relations entre le projet didactique et la théorie poétique de Pascoli.

Pascoli professeur de lettres classiques et pédagogue

  • 2 Les biographies de Giovanni Pascoli sont nombreuses. Nous nous limitons ici à signaler celle de sa (...)
  • 3 Il avait esquissé, dans une lettre à Severino Ferrari, le plan d’une anthologie de littérature ital (...)
  • 4 Il avait annoncé à Ermenegildo Pistelli un projet d’anthologie de poésie latine (la future Lyra rom (...)
  • 5 En 1893 il participa aux travaux d’une commission ministérielle chargée de superviser l’enseignemen (...)

3L’itinéraire de Giovanni Pascoli2 est tout d’abord celui d’un jeune professeur de lettres classiques, suivant un parcours dans les lycées de la péninsule qui le conduira de la Calabre à la Toscane. Son dessein de composer à son tour des manuels s’insère en toute logique dans une carrière d’enseignant désireux de s’affirmer auprès de ses collègues et de ses supérieurs. Il l’annoncera à plusieurs reprises entre 18873 et 18924 ; mais c’est à la suite de plusieurs missions et responsabilités qu’il exercera auprès du ministère de l’Instruction publique entre 1893 et 1897 que son projet originaire se concrétisera5.

  • 6 Dans la correspondance entre Pascoli et son éditeur Remo Sandron, se trouvent des lettres datées de (...)
  • 7 Sur les anthologies latines de Pascoli, cf. P. Ferratini, I fiori sulle rovine. Pascoli e l’arte de (...)

4Il prit d’abord la forme ambitieuse d’un vaste programme de publications : la « Biblioteca classica », riche d’une douzaine de tomes, recouvrant toute l’histoire de la poésie et de la prose de l’Antiquité latine. Mais de la grande collection que Pascoli imaginait alors6, ne seront effectivement publiés que les deux premiers volumes : Lyra romana (1895) et Epos (1897), deux anthologies de poésie lyrique, l’une, consacrée à Catulle et à Horace, de poésie épique, l’autre, entièrement dédiée à Virgile7.

  • 8 G. Pascoli, « Prefazione » à Lyra romana [1894], in Poesie e prose scelte, C. Garboli (éd.), Milan, (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 En s’adressant aux collègues auxquels il s’identifie, Pascoli (qui connaissait des difficultés rela (...)
  • 11 Ibid.

5La première anthologie latine, Lyra romana, est précédée d’une préface dans laquelle Pascoli s’adresse à ses pairs, les « cari colleghi e amici » auxquels le livre est destiné. Le long discours du dédicataire sonne comme une captatio benevolentiae sollicitant l’adhésion des professeurs de lettres classiques des ginnasii et lycées italiens : « nella scuola voi mettete tutto il vostro studio, tutto il vostro amore, tutta la vostra vita »8, les assure-t-il. L’auteur plaide pour son ouvrage auprès d’une communauté intellectuelle avec laquelle il partage les difficultés d’une même mission, celle d’enseigner des langues mortes ; une charge qui, tout en leur demandant « più tempo che gli altri egregi nostri compagni »9, leur vaut l’incompréhension des élèves, naturellement tournés vers la vie présente et fermés aux beautés poétiques du passé. Il se pose en compagnon des maîtres, à qui il s’adresse pour qu’ils assurent la bonne réception du volume auprès des jeunes gens qu’ils forment – désignés tantôt comme « giovinetti » et tantôt comme « alunni »10. C’est encore à ses collègues, premiers destinataires de Lyra romana – « vi offro questo saggio »11, leur répète-t-il une deuxième fois dans sa conclusion – qu’il s’adresse, afin qu’ils utilisent son manuel pour rétablir les liens spirituels entre le présent qui vit et le passé qui est mort.

  • 12 G. Pascoli, « Prefazione » à Epos, in Prose, A. Vicinelli (éd.), Milan, Mondadori, 1956, vol. I, p. (...)
  • 13 Ibid.

6La deuxième anthologie latine, Epos, est consacrée à l’Énéide. Ce deuxième volume est dédié à Carducci, et Pascoli y affirme avoir voulu remplir une mission d’intérêt national, en donnant « all’Italia e alle scuole classiche […] cosa supremamente utile alla patria »12. Il y expose sa définition du genre épique : une conception par laquelle le passé s’embellit en vertu de l’éloignement dans le temps (« l’antico, col passare del tempo, s’è via via ornato dei meravigliosi colori della poesia »13). Pour Pascoli, la mémoire psychologique est calquée sur la mémoire historique ; l’enfance individuelle est la période « épique » de l’existence, que chacun a tendance à magnifier et à transformer en épopée personnelle :

  • 14 Ibid.

L’Epos è la poesia degli anni migliori. E quali questi anni ? Gli anni passati e lontani […]. Nel brevissimo giro della nostra vita, ognun di noi ha il suo epos, e volentieri dice, o direbbe, quando la dea che dà il bene e il male gli fosse presente : ‘L’uomo narrami, o Musa’ : l’uomo che fu e non è, in noi […]14.

  • 15 À propos de l’adhésion de Pascoli à la théorie évolutionniste de Haeckel (l’ontogenèse résume la ph (...)
  • 16 G. Pascoli, « Prefazione » à Epos, p. 767.
  • 17 On pourrait interpréter ce terme comme une anticipation sur l’avertissement que Pascoli donnera en (...)

7Comme la poésie épique est la poésie de l’enfance de l’humanité, de la même manière l’enfance est proche des périodes les plus anciennes de l’histoire ; selon la doctrine positiviste à laquelle Pascoli souscrit, l’ontogenèse suit les voies toutes tracées de la phylogenèse15. Il s’agit donc d’établir, par une série d’affirmations, que l’équivalence entre enfance individuelle et enfance collective est si entière que le psychisme enfantin est en mesure de comprendre la période antique. Au lieu de soutenir, comme dans la préface de Lyra, que seul le présent intéresse les enfants, l’auteur affirme désormais que c’est le présent qui est sans prise sur eux (« Il presente non ha autorità su loro, perché il presente sono essi stessi »16). Un tel changement est le signe d’une véritable rupture entre les deux anthologies quant à la représentation des jeunes lecteurs ; ces derniers ne sont d’ailleurs plus appelés « alunni » (par leur statut d’apprenants) ou « giovinetti » (par leur âge adolescent), mais simplement « fanciulli ». Leur condition anthropologique est désignée comme l’« âge poétique »17 par excellence, synonyme non pas d’ignorance mais de connaissance intuitive immédiate et profonde. Ce sont autant de signes de l’évolution qui s’est opérée entretemps dans la pensée de Pascoli, qui fait connaître au même moment ses premiers textes sur la poétique du fanciullino.

I pensieri sull’arte poetica et la pédagogie du fanciullino

  • 18 Plus exactement, les dates de parution des textes pascoliens dans la revue sont les suivantes : 17  (...)
  • 19 Les textes de 1897 deviendront en 1903 les quatre premiers paragraphes d’un recueil qui en comprend (...)

8Entre janvier et avril 189718, paraissent dans la revue Il Marzocco quatre textes brefs, réunis sous l’intitulé de Pensieri sull’arte poetica : ce sont les premiers jalons de l’esthétique pascolienne, qui donnera lieu en 190319 à la version amplifiée connue sous le titre de Il fanciullino.

  • 20 Dans le Phédon de Platon, Cébès soutient que dans tout homme survit un petit enfant craintif, qu’on (...)
  • 21 G. Pascoli, Pensieri sull’arte poetica, in Poesie e prose scelte, vol. I, p. 1189.
  • 22 Ibid., p. 1190.
  • 23 Ibid., p. 1197.
  • 24 Ibid., p. 1189.

9Dans ces paragraphes, Pascoli énonce les fondements de sa poétique. À partir du mythe platonicien20 du petit enfant survivant secrètement dans le cœur des adultes, il postule l’existence, dans chaque être humain, d’un éternel fanciullino : une forme psychique originaire, une sorte de puer archétypal qui, grâce à sa fraîcheur et à sa spontanéité, possède la capacité de s’émouvoir devant toute chose et de s’émerveiller devant le monde, comme s’il le voyait pour la première fois. La substance psychique du fanciullino est immuable, séparée de l’histoire et du devenir, dans la sphère immobile de la contemplation des réalités sensibles. Dans l’adulte, il est le catalyseur de toutes les émotions et de toutes les extases ; il vibre devant les formes les plus secrètes de la nature et s’enthousiasme face aux moindres manifestations de la beauté ; dans la simplicité de son esprit, il est ému jusqu’aux larmes et touché au plus profond de lui-même par des choses qui échappent à la raison. Le fanciullino n’est donc pas un sujet, mais une manière de voir les choses ; il est capable d’une connaissance intuitive de l’ordre de la révélation, car « d’un tratto, senza farci scendere a uno a uno i gradini del pensiero, ci trasporta nell’abisso della verità »21. Il devient le modèle des perceptions et des intuitions les plus authentiques, celles que saura dire seulement la poésie ; car si on le questionne, le fanciullino ne parle qu’en vers. En présence du monde, le fanciullino sait le signifier par un langage « schietto e semplice », un « linguaggio nativo di fanciullo ingenuo »22, qui s’exprime par une langue qui brille et résonne à chaque fois comme une création nouvelle, car il est « l’Adamo che mette il nome a tutto ciò che vede e sente ». Sous le voile de sa parole se cache la vérité secrète qui vient en aide à l’adulte, lorsqu’il redécouvre les valeurs propres à l’enfance et trouve « la poesia in ciò che lo circonda »23. C’est tout cela que le poète dit à son propre fanciullino, dans le dialogue qu’il entretient sans cesse avec son double enfantin (« parlo spesso con lui, come esso parla alcuna volta a me »24), et qu’il reprendra, en le développant, lorsqu’il s’adressera aux enfants lecteurs des nouvelles anthologies de littérature qu’il va bientôt publier : Sul limitare (1900) et Fior da fiore (1901). La visée pédagogique de ces deux ouvrages doit être mise en relation avec la théorie poétique que Pascoli continuait alors d’élaborer. Lus dans une continuité de propos et de contenus, ils servent de traits d’union, comme nous allons le voir, entre les Pensieri sull’arte poetica de 1897 et Il fanciullino de 1903.

  • 25 Remo Sandron, qui avait succédé en 1873 à son père Decio, avait su développer et moderniser en quel (...)
  • 26 Le premier, qui était sorti en septembre 1899, est édité avec la date 1900, et le second, paru en o (...)

10Les deux anthologies paraissent à un an d’intervalle chez l’éditeur palermitain Remo Sandron25, pendant les années où Pascoli était professeur de littérature latine à l’université de Messine26. Le genre était nouveau pour l’auteur, qui sortait du domaine des lettres anciennes qu’il enseignait alors, et abandonnait son projet de « Biblioteca classica » pour se pencher sur les manuels de littérature moderne. Il s’agissait d’un secteur de l’édition scolaire tournée vers les écoles secondaires, qui pouvaient être les ginnasi (correspondant aux premières années de l’instruction classique précédant le lycée), mais aussi d’autres types d’enseignement secondaire (comme les « scuole tecniche ») ; d’ailleurs le sous-titre destine de manière générique les deux anthologies l’une à « la scuola italiana » et l’autre aux « scuole secondarie inferiori ».

  • 27 Sur cette classification, cf. V. Lugli, « Le antologie italiane », Il Mondo, 15 novembre 1955 ; C.  (...)
  • 28 Sur les anthologies de Carducci et Brilli, cf. notamment L. Cantatore, Scelta, ordinata e annotata  (...)
  • 29 Cf. S. Martini, « Da Carducci antologista a Pascoli antologista », Studi e problemi di critica test (...)
  • 30 D’après la « Premessa » de G. Carducci aux Letture italiane, scelte e annotate a uso delle scuole s (...)

11Pour bien situer les manuels pascoliens dans le contexte, il faut rappeler qu’à la même époque, les anthologies de littérature italienne pouvaient être rattachées à deux modèles opposés27 : l’un était le modèle « anticlassico » des Manzoniens apparentés à l’école romantique, comme Nicolò Tommaseo, Luigi Morandi ou Ferdinando Martini ; l’autre, le modèle « classico » de Giosuè Carducci et Ugo Brilli28. Tout en faisant allégeance à Carducci, Pascoli, comme l’a relevé à plusieurs reprises la critique29, s’est en réalité fortement éloigné du modèle classique des Letture italiane. Le projet carduccien reflétait avec une fidélité absolue la « religion des lettres » du maître de Bologne ; il correspondait à des intérêts avant tout philologiques, fondés sur la connaissance sûre des textes et des « grandi scrittori, che sono classici perché furono per eccellenza italiani »30 ; il décrétait la suprématie absolue de la prose et se proposait comme fin la « défense et illustration » de la tradition littéraire italienne (notamment du Trecento et du Cinquecento) :

  • 31 G. Carducci, « Prefazione » à Letture italiane scelte ed ordinate ad uso del ginnasio inferiore, Bo (...)

[…] Mio solo intendimento fu ed è di porgere alle scuole quella maggiore e miglior copia di lingua che secondo le tradizioni legittime ha da essere il fondamento e insieme l’instrumento della coltura nazionale31.

12Pascoli en revanche, en répondant davantage aux nouveaux canons et aux nouvelles poétiques du début du XXe siècle, invente un nouveau modèle d’anthologie. Dans ses deux recueils, il suit une ligne diamétralement opposée, tant par le choix des auteurs et des textes que par son projet global, enraciné non pas dans la culture d’un historien de la littérature, mais dans une vision reflétant avant tout ses propres conceptions littéraires. Pour ses corpus il choisit des textes intrinsèquement poétiques, en correspondance avec son esthétique et son idéologie, sans se soucier de critères d’appartenance nationale. Aussi convoque-t-il des auteurs, anciens et modernes, étrangers à la tradition italienne, comme les poètes et les historiens de l’Antiquité et les évangélistes, les auteurs de romans épiques et chevaleresques bretons et finnois, les écrivains français, anglais et allemands du XIXe siècle, souvent en les traduisant ou en les adaptant lui-même. Il ajoute les contes, les nouvelles et les chants du patrimoine folklorique mondial, allant de la littérature dialectale italienne à la poésie indienne.

  • 32 G. Pascoli, Il fanciullino, p. 964.
  • 33 S. Martini, « Da Carducci antologista a Pascoli antologista », p. 156.

13La pédagogie de la littérature dont Pascoli se réclame ne tient compte ni de la tradition critique ni de la scansion strictement historique, mais s’inspire avant tout de sa théorie du fanciullino, voyant dans la poésie une création absolue, libérée de toute contrainte et valable en soi et pour soi. Tout comme « un fanciullo è fanciullo allo stesso modo da per tutto », écrira-t-il dans Il fanciullino, « né c’è poesia arcadica, romantica, classica, né poesia italiana, greca, sanscrita ; ma poesia soltanto, soltanto poesia e… non poesia »32. Les deux anthologies ont été pour Pascoli des laboratoires, dans lesquels il a recherché l’application et la vulgarisation de sa poétique, et l’ensemble des deux volumes, loin de constituer une simple compilation de textes d’autrui, est le résultat d’une démarche fortement personnelle, dans laquelle « il poeta, il letterato, l’erudito, il critico e l’antologista convivono in una concrezione inscindibile con il puer »33.

  • 34 C. Garboli, « Premessa » a Sul limitare, in Poesie e prose scelte, vol. II, p. 125.

14Construits comme des itinéraires intellectuels et des parcours d’études pour les élèves, les deux manuels apparaissent, d’après Cesare Garboli, comme les livres « della fanciullezza propria e degli altri »34. Ils sont conçus comme des voyages de retour à l’enfance, source de la création poétique, mais aussi étape de l’existence pouvant comprendre mieux que l’âge adulte un ouvrage fait pour faire aimer la poésie. À ces jeunes gens, lecteurs implicites – en tant qu’« alunni » des écoles secondaires – et lecteurs modèles – « fanciulli » – prêts à entendre toutes les voix et tous les messages que recèlent ses anthologies, il destine les livres qui doivent marquer leur première rencontre – et souvent la seule – avec la littérature.

« I fanciulli », lecteurs modèles de Sul limitare

  • 35 G. Pascoli, « Introduzione » à Sul limitare. Prose e poesie scelte per la scuola italiana, Palerme, (...)
  • 36 Ibid.

15Le titre de l’anthologie Sul limitare naît de l’interprétation que Pascoli fait de la Circé homérique, sur le modèle dantesque d’une interprétation anagogique. Dans l’« Introduzione », Circé, loin d’être la magicienne qui dans l’Odyssée transforme les hommes en porcs, devient dans le regard du poète une déesse qui apprivoise les fauves ; métamorphosée en « figlia del Sole »35 dans l’île lumineuse qui l’abrite, elle tisse en chantant une toile immortelle. Selon l’herméneutique dont l’auteur donne lui-même les clés, sa toile est le symbole de la pensée humaine, et son chant est la poésie même, la poésie qui seule peut apporter le bonheur aux hommes parce qu’elle apaise leurs désirs et adoucit leurs souffrances. Les compagnons d’Ulysse, qui sont restés sur le seuil de sa demeure, n’ont pas entendu le chant de la déesse et n’ont pas pu avoir de révélation ; mais les jeunes lecteurs à qui l’anthologie est destinée font partie des privilégiés à qui il sera donné de pénétrer dans la lumière du savoir poétique. C’est « la novella generazione degli uomini »36, dont le navire a traversé le multiforme « mare della vita », qui s’apprêtent à débarquer ; ce sont les « fanciulli » naïfs, avec qui l’auteur veut partager l’enthousiasme de cette découverte, qu’il interpelle par des « voi » maintes fois répétés. Sa conclusion est donc une invitation à entrer : « Non rimanete sul limitare », exhorte-t-il les jeunes lecteurs qu’il veut guider, en leur décrivant le parcours imaginaire par lui dessiné au royaume de la poésie : un lieu où se contemple et se partage ce qu’il y a de plus sacré dans les trésors de la littérature universelle.

  • 37 G. Pascoli, « Nota per gl’insegnanti », ibid., p. XXIX-XXXI. Ceci dans l’édition augmentée de 1902. (...)
  • 38 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », ibid., p. XIII.

16Cette introduction est suivie par deux autres textes liminaires : une longue et touffue « Nota per gli alunni », suivie d’une brève « Nota per gl’insegnanti »37. La deuxième ne contient que des détails d’ordre, dirons-nous, technique, sur les critères métriques qui ont guidé Pascoli dans ses traductions d’extraits de textes de l’Iliade et de l’Odyssée. La première en revanche est le développement d’un long discours adressé par l’auteur à ses jeunes lecteurs : « gli alunni », « i giovinetti [che] entrano in un nuovo ordine di studi, pieni di voglia o, diciamo, di curiosità,  »38, dont il veut faire l’éducation esthétique et littéraire. Ce genre d’intentionnalité conventionnelle toutefois s’efface vite, pour laisser place à un autre type de discours, calqué sur le modèle du dialogue imaginaire engagé par le poète en 1897 avec son fanciullino. Lorsque l’auteur veut décrire la genèse de son ouvrage, il dit comment son projet l’a ramené à ses propres lectures de collégien, puis, au-delà de ses propres souvenirs scolaires, au fanciullino originaire qui a ressurgi dans son cœur :

  • 39 Ibid., p. XIV.

Ripensai tutte le letture che facevo, ricordai quelle che m’erano piaciute di più. […] Pagine […] che avevano avuto la virtù di risvegliare in me il fanciullo che ci dorme nel cuore, e si desta per poco a quando a quando, e si riaddormenta, e apre, con un suo ultimo grido, gli occhi grandi, quando noi li chiudiamo39.

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid., p. XVI-XVII.
  • 42 Il est étonnant, en effet, de découvrir chez Pascoli un précurseur lucide de la théorie de la commu (...)
  • 43 Ibid., p. XVI.
  • 44 Ibid., p. XXVI.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid., p. XXII.

17Derrière le lecteur implicite se profile le type du « fanciullo ideale », double fantasmatique de l’auteur, enfant narcissique appelé à combler les manques et les manquements du sujet Pascoli : « quello che sarà ciò che non potei e che avrei voluto essere io, quello che farà quello che non feci, che dirà ciò che non dissi »40. La tendance de l’auteur à se projeter dans son lecteur enfantin est puissante ; se souvenant de « i giorni senza pane e le notti senza tetto, e l’infanzia senza carezze e la gioventù senz’amore »41, il lui prête les traits de ses jeunes années, avilies par les « panni logori » et le « cibo scarso ». Mais la tentation autobiographique est de courte durée, car au-delà de cette identification pathétique ressurgit à nouveau le lecteur implicite, destinataire du message littéraire : une condition absolument indispensable, pour Pascoli, pour que la communication littéraire puisse s’établir42. « Egli legge dunque, con qualche predilezione, spero, ma senza esclusione degli altri, il mio libro »43. Car son anthologie requiert, pour sa bonne réception esthétique, un lecteur modèle, qui « legge tutti e tutto » ; il n’a nul besoin d’être savant, mais doit être doté d’une grande curiosité intellectuelle, qui lui permette de « divenir colto, non già scrittore »44. Il s’agit d’une critique indirecte des Letture italiane de Carducci, dont les textes devaient fournir à l’élève des exemples d’écriture à imiter. Pour Pascoli, les grands textes ne doivent pas lui être montrés pour apprendre « come deve scrivere »45, mais pour lui procurer le plaisir de la lecture et faire de lui l’héritier du patrimoine littéraire de l’humanité. Cette disponibilité absolue et cet esprit neuf du lecteur modèle pascolien le mettront en mesure de jouir sans entraves de toutes les découvertes que lui réserve l’architecture thématique voulue par l’auteur, grâce à laquelle, en passant « da popolo a popolo », le « fanciullo lettore […] sentirà allargarsi il desiderio di sapere e non si chiuderà in una cerchia troppo ristretta di cognizioni e di sentimenti »46. La pédagogie mise en œuvre par Pascoli n’est donc pas au service de l’acquisition de la maîtrise de la langue, mais de la fulgurance, du rêve et de l’imaginaire. Pour initier le jeune lecteur à la littérature et lui transmettre les formes plus hautes d’expressions littéraires de tous les temps, il veillera à toucher son esprit pour susciter son enthousiasme ou sa compassion.

18Il en découle que la matière de l’ouvrage n’est pas ordonnée selon le critère didactique de l’histoire de la littérature mais plutôt d’après une typologie esthétique, dont les lignes de force correspondent à cette manière originaire de voir le monde et de ressentir des émotions, qui a été formulée par Pascoli dans ses Pensieri sull’arte poetica de 1897. Au-delà de l’émiettement du sommaire de Sul limitare en vingt-sept sections, les nombreux textes réunis peuvent être rangés dans deux catégories de genre : l’épique et le merveilleux, qui d’après la poétique du fanciullino sont ceux qui conviennent le mieux à la sensibilité enfantine.

  • 47 Ibid., p. XVIII.
  • 48 Ibid.

19Dans une belle continuité avec l’anthologie latine Epos, la première moitié de Sul limitare est occupée par des textes relevant du genre épique, à commencer par les poèmes grecs. Les premiers extraits sont tirés de l’Iliade, parce que, par la fraîcheur et la naïveté d’expression qui les distingue, ils sont immédiatement accessibles à l’enfance. « Oh ! il gran libro per bambini che è l’Iliade ! »47 : cette exclamation enthousiaste de Pascoli est étayée par le fait que les héros homériques, et avant tout le premier d’entre eux, Achille, correspondent à une caractérisation proche de la psychologie enfantine. Tout d’abord l’enfant l’aime parce qu’il « vede sé stesso in Achille »48, qui lui ressemble par ses accès de colère et ses crises de larmes. Mais ensuite, ce héros archétypal lui apparaît comme un modèle à imiter. C’est un « héros du devoir », qui accepte son destin et se résigne à la souffrance et à la mort. Il montre la conduite à suivre, comme d’autres grandes figures de l’Antiquité grecque et romaine qui campent dans les textes suivants : Socrate dans l’Apologie et le Phédon, puis les grands personnages historiques des traités d’Hérodote, de Tite-Live et de Tacite.

  • 49 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XIII. Ce projet se trouvait déjà in nuce dans une lettre de (...)
  • 50 Ibid., p. XVIII.
  • 51 Un propos que nous laissons à d’autres intervenants à ce même colloque. Pour une analyse rapprochan (...)
  • 52 Les extraits du Kalevala se trouvent dans la deuxième édition augmentée de Sul limitare.
  • 53 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXIII.

20Tous ces « héros du devoir » doivent servir d’exemple à la « novella generazione italica », dont Pascoli attend « la risurrezione della nostra idealità »49, selon des perspectives qui ne sont pas seulement littéraires, mais aussi idéologiques, selon des finalités teintées de nationalisme et de colonialisme qui relèvent d’un projet plus politique : les enfants italiens doivent méditer l’exemple héroïque d’Achille et des autres, « comme lo dovè pensare nell’amba lontana il Maggiore Toselli »50, qui fut prêt à se sacrifier au combat. Notre propos cependant n’est pas d’analyser ici la manière dont le poète mêle, dans son projet de société, nationalisme et socialisme, colonialisme et idées humanitaires51, mais de rattacher ces textes épiques et cette littérature « héroïque » à l’esthétique du fanciullino. Car ce qui prime dans Sul limitare, c’est bien la typologie littéraire ; après avoir convoqué l’Antiquité, Pascoli cherche d’autres « eroi novelli » dans les poèmes chevaleresques et se tourne vers le patrimoine artistique européen. Des versions traduites de la Chanson de Roland, du cycle breton du roi Arthur et même du Kalevala52 finlandais sont les exemples cités de la « cristallizzazione prodigiosa » de la poésie épique médiévale, qui en Italie « non ci fu mai »53. Puis les derniers exemples de poésie héroïque seront modernes ; une nouvelle fois, Pascoli n’hésitera pas à ranger, à côté d’Ugo Foscolo, Victor Hugo et Alfred Tennyson.

  • 54 Il faut entendre par cette appellation la haine de Jupiter et de Poséidon dont était victime Ulysse
  • 55 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXIII.
  • 56 Ibid., p. XXII.
  • 57 R. Serra, « Pascoli », La Romagna, 1909, cité par P. Mazzamuto, Pascoli, Palerme, Palumbo, 1967, p. (...)

21Après les gloires du genre épique, conviennent aux enfants le merveilleux et l’imaginaire, qui se déclinent de plusieurs manières dans les textes de la deuxième partie de l’anthologie. Le point de départ est à nouveau Homère, qui après avoir chanté dans l’Iliade le « héros du devoir », ouvre l’espace du fabuleux dans l’Odyssée avec le « héros de la haine »54. C’est encore à la poésie grecque d’offrir le texte fondateur du merveilleux : en voyageant parmi les Cyclopes et les Lotophages, Scylla et Charybde, Circé et les Sirènes, les îles d’Hélios et de Calypsos, « il fanciullo è con lui, meravigliando »55. Sur le modèle du fanciullino pour lequel le monde est un perpétuel enchantement, après sa nouvelle rencontre avec Homère, « il fanciullo lettore […] apre [gli occhi] alla meraviglia »56 pour ne plus les fermer. L’œuvre du poète grec, apparaissant « in ciò che ha di fantastico e di favoloso, in ciò che arieggia le fole che si contano ai bimbi… »57, est encore plus proche de l’enfant, et lui permet d’accéder sans transition aux contes de fées dont il est avide :

  • 58 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXIII-XXIV.

Questo mondo è anche più suo che quello di Achille. Polifemo non rassomiglia all’Orco ? non a Pochettino Odisseo ? Può giudicare da sè e subito. Ecco le Fiabe e Novelle ; dalle più semplici, udite già al focolare della prima infanzia, alle più complesse, narrate da antichi e moderni58.

  • 59 Ibid., p. XXIV.
  • 60 Ibid., p. XXV.

22À l’enseigne du fabuleux et de la fiction au sens large du terme, Pascoli va réunir dans les parties suivantes tout ce qui lui semble relever de l’imaginaire cher au fanciullino : un principe unificateur qui lui permet de regrouper des formes et des genres qui sont généralement considérés comme différents. Après les Fiabe e Novelle prennent place l’Orlando furioso de l’Arioste, puis deux romans modernes : I promessi sposi de Manzoni et Piccolo mondo antico de Fogazzaro. Vient ensuite ce que l’auteur appelle la « poesia fantastica »59 des idylles d’inspiration champêtre, aussitôt suivis par les Favole, Parabole, Allegorie, Leggende, dans lesquelles Pascoli voit « il lembo estremo […] del mondo infantile »60.

  • 61 Ibid.
  • 62 Pascoli avait publié en 1898 son premier essai d’interprétation du poème dantesque, Minerva oscura. (...)
  • 63 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXVI.
  • 64 Pascoli aurait aimé présenter plus de textes, mais il se heurta au refus des éditeurs. Dans l’éditi (...)
  • 65 G. Barzellotti a relaté, dans Santi, solitari e filosofi (1886), la chronique de l’épisode de 1878, (...)
  • 66 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXVIII.
  • 67 Dans l’Index des auteurs, il figure comme traducteur et adaptateur.
  • 68 M. Valgimigli, « Poesia e poetica di Giovanni Pascoli » [1914], in Uomini e scrittori del mio tempo(...)

23Le jeune lecteur est alors jugé assez mûr pour « imparare a conoscere i due più grandi spiriti di nostra gente : Virgilio e Dante »61. Leur entrée en force dans l’anthologie apparaît comme une digression, commandée par l’interprétation herméneutique62 que Pascoli avait alors entreprise de la Divine Comédie (ce qui, comme nous allons le voir, reviendra avec une insistance plus forte dans Fior da fiore). En accord avec l’exégèse qu’il poursuivait alors, il place dans une continuité idéale le livre VI de l’Énéide et les chants structuraux de l’Enfer, afin de permettre à l’élève d’appréhender dans une même vision « la sintesi del mondo romano e di quello cristiano »63. Enfin sous l’intitulé « Nostri maestri e autori » l’anthologie fait place aux auteurs contemporains64. La littérature moderne est représentée par trois auteurs : Giacomo Barzellotti, tenu en grande estime par Pascoli pour sa chronique de la vie de Davide Lazzaretti65 ; Giacomo Zanella, avec Sopra una conchiglia fossile (« un componimento, vedrete, quasi prettamente scientifico »66) et Giosuè Carducci, présenté comme un écrivain et un poète de tout premier rang dans l’art et la science de son temps. De son œuvre, Pascoli ne reproduisait rien67 ; mais comme l’ont fait remarquer tous les critiques, à commencer par Manara Valgimigli, par sa manière de choisir les auteurs et les textes en se les appropriant, son anthologie « è tutta Pascoli dalla prima pagina fino all’ultima : ogni scrittore vi diventa Pascoli »68. Des traductions des textes en langue ancienne ou étrangère aux adaptations, du découpage des extraits à leurs intitulés, des chapeaux introductifs aux notes et commentaires, tous les éléments paratextuels concourent à construire dans ce macrotexte un discours très personnel, par lequel Pascoli continue de s’adresser au « fanciullo » lecteur.

De l’héroïsme à l’innocence : Fior da fiore

  • 69 La lettre à L. Pietrobono est citée par Emilio Santini, « Fior da fiore di Giovanni Pascoli », in S (...)
  • 70 G. Pascoli, « Nota alla 2a edizione », Fior da fiore, Palerme, Sandron, 1902.

24Dès la sortie en librairie de Sul limitare, Pascoli se lança dans la préparation d’une deuxième anthologie littéraire pour le compte du même éditeur. L’exercice avait manifestement plu à l’auteur, qui pour assembler plus vite le contenu du nouveau recueil sollicita à plusieurs reprises la collaboration d’amis, comme Vittorio Cian et Luigi Pietrobono – à qui il demandait avec insistance « dei bei pezzettini di prosa e di poesia quanto prima, subito »69 – ou d’écrivains, comme Fogazzaro. De fait, cette deuxième anthologie compose un diptyque avec la première ; alors que dans Sul limitare Pascoli avait regroupé avant tout les grands textes épiques grecs et latins, dans Fior da fiore il accueillera largement les auteurs du XIXe siècle et ses contemporains (comme Carducci et D’Annunzio), ainsi que la littérature étrangère moderne, française, allemande et anglaise. En septembre 1900 le manuscrit était prêt pour l’impression, alors que Pascoli attendait encore l’autorisation pour la reproduction de plusieurs textes d’écrivains vivants. Ce qui fut fait lors de la deuxième édition corrigée et augmentée, parue en 1902, où Pascoli annonçait avoir ajouté « alcune belle cose, per esempio altre molte lettere moderne »70.

  • 71 Pour une description minutieuse du contenu de Fior da fiore, cf. E. Santini, « Fior da fiore di G.  (...)
  • 72 G. Pascoli, « Nota alla 2a edizione ».
  • 73 G. Pascoli, Fior da fiore, p. 3.
  • 74 G. Pecci, « Il Pascoli antologista… », p. 155.
  • 75 S. Simone, « Giovanni Pascoli trasgressore… », p. 131.

25Le sommaire de Fior da fiore71 n’est pas l’objet d’un commentaire initial détaillé, comme cela avait été le cas pour Sul limitare. Le compilateur se limite à signaler qu’il a « messo scritto dietro scritto senz’altro ordine che paia » et il invite même les élèves à en chercher eux-mêmes l’ordre, comme « esercizio utile per le vostre menti »72. On remarque d’emblée la présence de quelques textes religieux, comme les trois paraboles de l’Évangile de saint Luc, que Pascoli a placées « come una benedizione »73 en tête du recueil : « Il prossimo », « Lazaro » et « Il figliuol prodigo ». Le patrimoine populaire occupe une place importante : on trouve des pièces tirées de recueils régionaux, surtout toscans – comme les Novelle popolari toscane de Giuseppe Pitré, la Vita infantile e puerile lucchese d’Idelfonso Nieri et les « Discorsi di contadini toscani », d’après Sul vivente linguaggio della Toscana de l’abbé Giambattista Giuliani – mais aussi des textes de la littérature folklorique mondiale, comme les contes de Grimm et les chants populaires grecs, bretons, les chants de Bohème, les chants tziganes et des maximes indiennes, arabes, persanes. Dans cette anthologie que l’auteur jugeait « più modesta, più infantile »74 que Sul limitare, les titres des douze sections de la table des matières ont parfois une tonalité beaucoup plus familière, tels que « Infanzia », « La mezzeria in Toscana », « Dialoghetti », « Profili e bozzetti nostrani », « Ritrattini di scrittori italiani », « Un mazzetto di fiori freschi ». Sans aucune vénération pour le canon de la culture officielle, Pascoli poursuit un objectif pédagogique « tutto volto a quelle immagini, a quelle cose, capaci di ispirare l’anima del fanciullo »75.

  • 76 G. Pascoli, « Prefazione », p. VIII.
  • 77 Au nombre de ces critiques figurait notamment Carducci. C’est lui qui avait affirmé que personne n’ (...)
  • 78 Une note de Pascoli de la même page annonce des explications supplémentaires dans un essai à paraît (...)
  • 79 G. Pascoli, « Prefazione », p. VIII. Luigi Pietrobono signala à Pascoli que les enseignants avaient (...)
  • 80 G. Pascoli, « Prefazione », p. IX.
  • 81 Ibid., p. X.

26En avant-propos, Fior da fiore contient un seul texte liminaire : une préface sans indication de destinataire, dans laquelle Pascoli s’adresse d’emblée aux « fanciulli » lecteurs, avec qui il noue un dialogue imaginaire. Les premières lignes sont occupées par la description d’un personnage endormi dans un jardin : c’est Dante Alighieri, dont Pascoli célèbre ensuite le poème, « il più grande sforzo che abbia fatto nel passato e sia per fare nell’avvenire l’ingegno umano »76. C’est alors qu’il s’adresse soudain à ses jeunes lecteurs, en les mettant en position de juges dans la querelle qui l’opposait alors à ceux qui critiquaient77 ses essais d’interprétation du poème dantesque ; après Minerva oscura. Prolegomeni : la costruzione morale del poema di Dante (1898), venait de paraître en 1900 Sotto il velame. Saggio di un’interpretazione generale del poema sacro78. Contre les universitaires qui accueillaient avec scepticisme son herméneutique, Pascoli annonce à ses « fanciulli », sur un ton enthousiaste et plein d’admiration pour lui-même, qu’il est parvenu à trouver les explications ultimes permettant de pénétrer dans la structure de la Divine Comédie : « vi si può entrare, perché la chiave s’è trovata. E se soggiungessi che l’ho trovata io, questo povero io, mi direste superbo ? »79. Son discours continue à l’enseigne de Dante, donné en exemple d’homme libre que les nouvelles générations doivent imiter. Une liberté, précise Pascoli, qui lui vient de la pureté retrouvée en parvenant dans l’Eden, « luogo dell’ innocenza »80, où Dante a eu la vision de la femme sublime qui s’en va chantant et cueillant « fior da fiore »81 : Matelda, symbole de la nature humaine innocente avant le péché originel, donne donc la clé de la signification du titre de la deuxième anthologie.

  • 82 Ibid.
  • 83 Ibid.

27Dans cette étrange dissertation dantesque, Pascoli ajoute d’autres attributs au personnage de Matelda : elle devient un symbole de l’art, et de cet art par excellence qu’est la poésie. Les enfants le savent, eux qui sont proches de Matelda par leur innocence naturelle (« Voi, voi, siete vicini a Matelda, perché siete tuttavia innocenti, ed ella è nel luogo dell’innocenza ; […] siete nella divina foresta, voi ; e vedete Matelda che canta e sceglie fiori »82). Proches par leur jeune âge de la condition originaire du fanciullino (« voi siete più presso all’origine, perché siete da poco al mondo a ber la luce »83, leur dit-il), ils voient sans entraves Matelda grâce à leur capacité spontanée de comprendre l’art et la poésie, que les adultes en revanche ne peuvent retrouver qu’au terme d’un long voyage de retour vers l’enfance :

  • 84 Ibid., p. XI.

Noi, per vederla, come voi la vedete, sapeste quanto viaggio dobbiamo fare ! […] E quel gran viaggio, ci accorgiamo che è un ritorno : un ritorno alla nostra fanciullezza. Noi camminiamo e camminiamo per tornare a vedere ciò che vedevam da fanciulli, con gli occhi e col cuore d’allora84.

  • 85 Ibid., p. XII.
  • 86 Ibid.
  • 87 Ibid., p. XII.
  • 88 F. Del Beccaro, « L’elemento dialettale nel linguaggio poetico pascoliano » [1969], in Studi pascol (...)
  • 89 G. Pascoli, « Prefazione », p. XII.
  • 90 Cité par G. Pecci, « Il Pascoli antologista… », p. 155.
  • 91 G. Pascoli, Pensieri sull’arte poetica, p. 1089.

28Remonter aux sources de la poésie signifie aussi, pour Pascoli, remonter aux origines du langage. Aux fanciulli naturellement proches de la nature et de l’art, il va alors confier une importante mission : celle de sauvegarder la richesse de la langue. Les mots qui correspondent immédiatement aux choses, « le parole che sembrano nate, per così dire, con quelle cose […], tutte quelle parole così particolari e vivaci […] che da sole esprimono subito ciò che da altri è espresso con tre o quattro »85, sont rattachées à une langue originaire, restée proche de la nature intime des choses, qui coïncide souvent avec un dialecte. Par leur fraîcheur, seuls les dialectes possèdent encore les « parole troppo vive »86 capables de rehausser avec leurs couleurs les mots opaques et ternes de la langue académique ; et c’est pourquoi Pascoli, pour montrer métaphoriquement ce que peuvent être des « fiori semplici e nativi », a inséré dans sa deuxième anthologie tant de textes marqués par leur origine régionale toscane. Dans ces années le poète, qui s’est établi entretemps en Toscane, à Castelvecchio de Barga, a découvert avec enthousiasme le patrimoine linguistique et folklorique de cette province – le berceau où naîtront les Canti di Castelvecchio (1903) – qui lui semble correspondre au monde mythopoiétique où se confondent l’enfance de l’humanité et l’enfance de l’individu. Ce monde, l’école doit le préserver, si elle veut être la gardienne de la poésie ; elle doit cesser de bannir de ses salles de classe les dialectes, les seuls qui possèdent encore « quelle parole proprie e miracolose »87 dont s’habille la poésie. Pascoli, qui cherchait dans le mot populaire régional « la realtà della cosa che per lui voleva dire in ultima analisi la poesia »88, confie aux enfants lecteurs de Fior da fiore une mission langagière essentielle en faveur de la poésie : d’une part, ils doivent être les dépositaires fidèles, par leur mémoire, des mots colorés du dialecte de leur région, sans lesquels « gran parte del mondo si scolorisce, si appanna, si annulla per noi »89 ; de l’autre, ils ne doivent pas hésiter à se faire eux-mêmes créateurs de mots nouveaux, inventeurs de la langue et donc poètes sans le savoir. « Se non c’è, ponetelo voi il nome alla cosa »90 : telle est l’invitation de Pascoli aux enfants. Cette exhortation reprend le discours qu’il avait déjà tenu à son fanciullino en 1897, lorsqu’il avait écrit : « egli è l’Adamo che mette il nome a tutto ciò che vede e sente »91 ; avant toute chose il doit nommer les êtres de la nature par lesquels il est naturellement charmé, les fleurs et les oiseaux, dira-t-il en 1903, dont seuls les paysans connaissent le terme populaire, qui (au contraire du mot savant) est leur vrai nom. L’expression dialectale, par sa spontanéité, est la seule qui soit proche de l’âme enfantine.

29Ces missions au service de la poésie, l’art humain par excellence, ils ne pourront l’accomplir qu’à deux conditions : regarder le monde autour d’eux et écouter le fanciullino qui vit dans leur cœur. « Il che torna a dire » – telle est la conclusion du poète – « rimanete quel che siete : fanciulli – ; perché gli uomini fatti non ascoltano e non guardano più ».

Haut de page

Notes

1 Une enquête minutieuse réalisée sous la direction de Carlo Ossola a classé le poète dans le groupe des auteurs toujours présents dans toutes les anthologies des écoles « medie inferiori », avec Carducci, Leopardi et Verga. Cf. R. Fano, M. Geuna, M. Migliore, M. Ricciardi, M. G. Stassi, « Antologia come pantologia », in Brano a brano. L’antologia d’italiano nella scuola media inferiore, C. Ossola (dir.), Bologne, Il Mulino, 1978, surtout les p. 144-156 et 244-428.

2 Les biographies de Giovanni Pascoli sont nombreuses. Nous nous limitons ici à signaler celle de sa sœur Maria (M. Pascoli, Lungo la vita di Giovanni Pascoli, A. Vicinelli [éd.], Milan, Mondadori, 1961) et parmi les biographies récentes, celles de G. Capovilla, Pascoli, Rome – Bari, Laterza, 2000 et de M. Pazzaglia, Pascoli, Rome, Salerno, 2002.

3 Il avait esquissé, dans une lettre à Severino Ferrari, le plan d’une anthologie de littérature italienne qui devait conforter sa candidature à un poste de professeur à l’Accademia navale de Livourne. Cette anthologie se serait intitulée I diritti e i doveri del cittadino. La lettre de Pascoli, datée de novembre 1887, se trouve in M. Pascoli, Lungo la vita…, p. 280-281.

4 Il avait annoncé à Ermenegildo Pistelli un projet d’anthologie de poésie latine (la future Lyra romana), composée dans un esprit entièrement rénové. La réponse d’Ermenegildo Pistelli à Pascoli est citée par G. Pecci, « Il Pascoli antologista e le sue relazioni col Carducci e col D’Annunzio », in Studi pascoliani, Società di studi romagnoli (éd.), 1958, p. 160.

5 En 1893 il participa aux travaux d’une commission ministérielle chargée de superviser l’enseignement des disciplines classiques dans les lycées, puis l’année suivante il fut nommé parmi les membres de la « Commissione per i testi scolastici », qui dans l’Italie libérale était chargée d’examiner pour approbation les livres et manuels pour toutes les disciplines. Pour exercer cette fonction, il fut même dispensé d’enseignement pendant l’année 1894. Par la suite, il devait encore être nommé inspecteur scolaire pour la Romagne et commissaire en 1897.

6 Dans la correspondance entre Pascoli et son éditeur Remo Sandron, se trouvent des lettres datées de novembre 1895, où l’auteur présente dans le détail les titres et les contenus des volumes composant cette grande collection (devant s’appeler d’abord « Nostræ litteræ », puis « Biblioteca classica »). Cf. G. Pecci, « Il Pascoli antologista… », p. 161-162.

7 Sur les anthologies latines de Pascoli, cf. P. Ferratini, I fiori sulle rovine. Pascoli e l’arte del commento, Bologne, Il Mulino, 1990.

8 G. Pascoli, « Prefazione » à Lyra romana [1894], in Poesie e prose scelte, C. Garboli (éd.), Milan, Mondadori (I Meridiani), 2002, vol. I, p. 1045.

9 Ibid.

10 En s’adressant aux collègues auxquels il s’identifie, Pascoli (qui connaissait des difficultés relationnelles en tant que professeur) salue ainsi leur courage et leur persévérance : « Ma torno a voi, cari colleghi e amici, che tra l’indifferenza o l’avversione, tra il disprezzo o l’odio, lavorate serenamente » (ibid., p. 1048).

11 Ibid.

12 G. Pascoli, « Prefazione » à Epos, in Prose, A. Vicinelli (éd.), Milan, Mondadori, 1956, vol. I, p. 767.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 À propos de l’adhésion de Pascoli à la théorie évolutionniste de Haeckel (l’ontogenèse résume la phylogenèse), cf. M. Marcolini, Pascoli prosatore. Indagini critiche su « Pensieri e discorsi », Modène, Mucchi, 2002, p. 285 sq.

16 G. Pascoli, « Prefazione » à Epos, p. 767.

17 On pourrait interpréter ce terme comme une anticipation sur l’avertissement que Pascoli donnera en 1903 à propos de ce qu’il faut entendre par « âge poétique » : « Sappiate che per la poesia la giovinezza non basta : la fanciullezza ci vuole ! » (Il fanciullino, in Miei pensieri di varia umanità [1903], aujourd’hui in Poesie e prose scelte, vol. II, p. 947).

18 Plus exactement, les dates de parution des textes pascoliens dans la revue sont les suivantes : 17 janvier ; 7 mars ; 21 mars ; 11 avril.

19 Les textes de 1897 deviendront en 1903 les quatre premiers paragraphes d’un recueil qui en comprendra neuf, avant le redécoupage du même texte en vingt paragraphes, dans la version définitive de 1907. On trouve aujourd’hui la première mouture in Poesie e prose scelte, vol. I, p. 1181-1898.

20 Dans le Phédon de Platon, Cébès soutient que dans tout homme survit un petit enfant craintif, qu’on doit convaincre de ne pas redouter la mort.

21 G. Pascoli, Pensieri sull’arte poetica, in Poesie e prose scelte, vol. I, p. 1189.

22 Ibid., p. 1190.

23 Ibid., p. 1197.

24 Ibid., p. 1189.

25 Remo Sandron, qui avait succédé en 1873 à son père Decio, avait su développer et moderniser en quelques années l’activité de la maison d’édition paternelle, en s’entourant de collaborateurs prestigieux et en publiant des revues pédagogiques influentes (L’avvenire educativo et Nuovi Doveri). Au début du XXe siècle, il publiera les ouvrages des philosophes et pédagogues idéalistes comme Croce, Gentile et Lombardo Radice.

26 Le premier, qui était sorti en septembre 1899, est édité avec la date 1900, et le second, paru en octobre 1900, voit le jour avec la date 1901. Pour ces précisions de date, cf. Brano a brano…, C. Ossola (dir.), p. 95.

27 Sur cette classification, cf. V. Lugli, « Le antologie italiane », Il Mondo, 15 novembre 1955 ; C. Ossola, « La “letteratura” delle antologie fra “lingua” e “storia” : da Carducci a Pascoli », in Brano a brano…, C. Ossola (dir.), p. 77-102.

28 Sur les anthologies de Carducci et Brilli, cf. notamment L. Cantatore, Scelta, ordinata e annotata : l’antologia scolastica nel secondo Ottocento e il laboratorio Carducci-Brilli, Modène, Mucchi, 1999.

29 Cf. S. Martini, « Da Carducci antologista a Pascoli antologista », Studi e problemi di critica testuale, no 66, avril 2003, p. 129-161 ; G. Pecci, « Il Pascoli antologista… » ; S. Simone, « Giovanni Pascoli trasgressore del modello antologico carducciano », Letteratura italiana contemporanea, no 17, avril 1986, p. 111-139.

30 D’après la « Premessa » de G. Carducci aux Letture italiane, scelte e annotate a uso delle scuole secondarie inferiori (Bologne, Zanichelli, 1885).

31 G. Carducci, « Prefazione » à Letture italiane scelte ed ordinate ad uso del ginnasio inferiore, Bologne, Zanichelli, 1883, p. V.

32 G. Pascoli, Il fanciullino, p. 964.

33 S. Martini, « Da Carducci antologista a Pascoli antologista », p. 156.

34 C. Garboli, « Premessa » a Sul limitare, in Poesie e prose scelte, vol. II, p. 125.

35 G. Pascoli, « Introduzione » à Sul limitare. Prose e poesie scelte per la scuola italiana, Palerme, Sandron, 1902, p. VIII.

36 Ibid.

37 G. Pascoli, « Nota per gl’insegnanti », ibid., p. XXIX-XXXI. Ceci dans l’édition augmentée de 1902. Dans l’édition de 1901, il déplorait de ne pas avoir pu insérer des textes modernes en nombre suffisant à cause du refus de l’éditeur Zanichelli (ce qui fut fait, en revanche, pour la deuxième édition).

38 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », ibid., p. XIII.

39 Ibid., p. XIV.

40 Ibid.

41 Ibid., p. XVI-XVII.

42 Il est étonnant, en effet, de découvrir chez Pascoli un précurseur lucide de la théorie de la communication, et notamment de la communication littéraire, lorsqu’il écrit : « Sapete voi chi è che fa lo scrittore ? È il pubblico. […] Insomma se si vuole una letteratura, bisogna farle, prima di tutto, un pubblico : lo scrittore o gli scrittori verranno » (ibid., p. XV).

43 Ibid., p. XVI.

44 Ibid., p. XXVI.

45 Ibid.

46 Ibid., p. XXII.

47 Ibid., p. XVIII.

48 Ibid.

49 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XIII. Ce projet se trouvait déjà in nuce dans une lettre de 1887 adressée à Severino Ferrari, dans laquelle Pascoli esquissait un premier projet de manuel de littérature pour les écoles secondaires, intitulé I diritti e i doveri del cittadino, qu’il voulait composer « con immenso sentimento d’italianità, con fiera e virile tendenza ». Cette lettre est reproduite par Carlo Ossola (cf. Brano a brano…, p. 93-94).

50 Ibid., p. XVIII.

51 Un propos que nous laissons à d’autres intervenants à ce même colloque. Pour une analyse rapprochant la théorie esthétique du fanciullino de l’idéologie sociale et politique pascolienne, cf. M. Vermicelli, « Pascoli e i fanciullini », Rivista pascoliana, 1997, p. 177-186.

52 Les extraits du Kalevala se trouvent dans la deuxième édition augmentée de Sul limitare.

53 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXIII.

54 Il faut entendre par cette appellation la haine de Jupiter et de Poséidon dont était victime Ulysse.

55 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXIII.

56 Ibid., p. XXII.

57 R. Serra, « Pascoli », La Romagna, 1909, cité par P. Mazzamuto, Pascoli, Palerme, Palumbo, 1967, p. 107.

58 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXIII-XXIV.

59 Ibid., p. XXIV.

60 Ibid., p. XXV.

61 Ibid.

62 Pascoli avait publié en 1898 son premier essai d’interprétation du poème dantesque, Minerva oscura. Prolegomeni : la costruzione morale del poema di Dante.

63 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXVI.

64 Pascoli aurait aimé présenter plus de textes, mais il se heurta au refus des éditeurs. Dans l’édition de 1900, il ne put reproduire aucun poème de Carducci.

65 G. Barzellotti a relaté, dans Santi, solitari e filosofi (1886), la chronique de l’épisode de 1878, quand Davide Lazzaretti, se disant inspiré de Dieu et annonçant la fin du monde, entraîna une partie de la population toscane avec lui sur le mont Amiata, où leur était promis le salut.

66 G. Pascoli, « Nota per gli alunni », p. XXVIII.

67 Dans l’Index des auteurs, il figure comme traducteur et adaptateur.

68 M. Valgimigli, « Poesia e poetica di Giovanni Pascoli » [1914], in Uomini e scrittori del mio tempo, Florence, Sansoni, 1943, p. 94.

69 La lettre à L. Pietrobono est citée par Emilio Santini, « Fior da fiore di Giovanni Pascoli », in Studi per il centenario della nascita di Giovanni Pascoli pubblicati nel cinquantenario della morte, Bologne, Commissione per i testi di lingua, 1962, vol. II, p. 260.

70 G. Pascoli, « Nota alla 2a edizione », Fior da fiore, Palerme, Sandron, 1902.

71 Pour une description minutieuse du contenu de Fior da fiore, cf. E. Santini, « Fior da fiore di G. Pascoli », p. 259-271 ; S. Simone, « Giovanni Pascoli trasgressore… ».

72 G. Pascoli, « Nota alla 2a edizione ».

73 G. Pascoli, Fior da fiore, p. 3.

74 G. Pecci, « Il Pascoli antologista… », p. 155.

75 S. Simone, « Giovanni Pascoli trasgressore… », p. 131.

76 G. Pascoli, « Prefazione », p. VIII.

77 Au nombre de ces critiques figurait notamment Carducci. C’est lui qui avait affirmé que personne n’avait plus retrouvé « le chiavi dell’altro mondo » emportées par Dante (cf. G. Carducci, Opere, Edizione Nazionale, Bologne, Zanichelli, 1935-1940, vol. VII, p. 80).

78 Une note de Pascoli de la même page annonce des explications supplémentaires dans un essai à paraître, La mirabile visione, qui paraîtra effectivement en 1902.

79 G. Pascoli, « Prefazione », p. VIII. Luigi Pietrobono signala à Pascoli que les enseignants avaient jugé la préface de Fior da fiore « fuori luogo », et peu compréhensible pour des élèves ; mais le poète ne voulut rien y changer dans les éditions successives (cf. G. Pecci, « Il Pascoli antologista… », p. 157).

80 G. Pascoli, « Prefazione », p. IX.

81 Ibid., p. X.

82 Ibid.

83 Ibid.

84 Ibid., p. XI.

85 Ibid., p. XII.

86 Ibid.

87 Ibid., p. XII.

88 F. Del Beccaro, « L’elemento dialettale nel linguaggio poetico pascoliano » [1969], in Studi pascoliani, F. Livi (éd.), Lucques, Maria Pacini Fazzi, 1993, p. 95.

89 G. Pascoli, « Prefazione », p. XII.

90 Cité par G. Pecci, « Il Pascoli antologista… », p. 155.

91 G. Pascoli, Pensieri sull’arte poetica, p. 1089.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariella Colin, « Pascoli entre « alunni » et « fanciullini ».
Pédagogie et poétique dans ses anthologies pour les écoles »
Transalpina, 10 | 2008, 197-214.

Référence électronique

Mariella Colin, « Pascoli entre « alunni » et « fanciullini ».
Pédagogie et poétique dans ses anthologies pour les écoles »
Transalpina [En ligne], 10 | 2008, mis en ligne le 13 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3093 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3093

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

Université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Transalpina. Études italiennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search