Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Études de PascoliLa figure poétique d’Ida dans l’œ...

Études de Pascoli

La figure poétique d’Ida dans l’œuvre de Pascoli

Yannick Gouchan
p. 235-252

Résumés

L’article propose l’analyse de la mise en relation de l’événement biographique capital du mariage d’Ida Pascoli et de son départ du foyer recomposé par son frère (1895), avec l’écriture poétique. Les poèmes consacrés à Ida sont, pour la plupart, regroupés dans les Poesie famigliari, faisant partie du recueil posthume Poesie varie, jadis édité par les soins de l’autre sœur du poète, Maria, en 1912. Un autre groupe de poèmes et de proses sera aussi pris en compte, il s’agit des pièces écrites en l’honneur du mariage d’Ida, publiées en 1912, toujours par Maria, dans une anthologie. L’analyse du personnage d’Ida Pascoli permettra d’identifier le regard poétique que son frère portait sur elle, mais également d’expliquer les implications de son départ au moment des noces.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo. Prose e poesie di Giovanni Pascoli presentate da M (...)

No : non era amore : è vero. Era solo bene1.

1Ida Pascoli a tenu une place fondamentale dans une partie de l’existence privée de son frère, et à ce titre elle figure dans de nombreux poèmes destinés au cercle familial. Avec Maria, sa sœur cadette, Ida Pascoli a formé autour de Giovanni, pendant une décennie environ, un nid fraternel, dont la fonction fut de reconstituer, au-delà des contingences du destin, la cellule familiale des Pascoli, après les deuils successifs qui marquèrent profondément l’écriture du poète.

  • 2 M. Biagini, Il poeta solitario, vita di Giovanni Pascoli, Milan, Corticelli, 1955.
  • 3 M. Pascoli, Lungo la vita di Giovanni Pascoli. Memorie curate e integrate da A. Vicinelli, Milan, M (...)
  • 4 G. L. Ruggio, Giovanni Pascoli. Tutto il racconto della vita tormentata di un grande poeta, Milan, (...)
  • 5 C. Pascoli, Poesie famigliari, C. Garboli (éd.), Milan, Mondadori, 1985, puis C. Garboli, Trenta po (...)
  • 6 V. Andreoli, I segreti di casa Pascoli. Il poeta e lo psichiatra, Milan, Rizzoli (BUR saggi), 2006.
  • 7 Ibid., p. 152.

2Les problèmes méthodologiques qui président à toute recherche sur la figure d’Ida Pascoli dans la poésie rendent indispensables une prise en compte des données biographiques d’une part, et un recensement des textes poétiques privés, d’autre part ; des textes qui sont souvent le fruit d’une occasion d’événement familial. À ce jour, trois biographies de Pascoli nous semblent assez complètes pour comprendre à la fois l’importance, la complexité et la dureté de la figure sororale. La première, et la plus ancienne, fut publiée dans les années cinquante, par Mario Biagini2. La seconde ressemble plutôt à un livre de mémoires et de souvenirs ponctuels racontés par Maria et assortis de nombreuses citations de lettres et de poèmes ; sa valeur documentaire est immense, mais les souvenirs de Maria hésitent parfois dans le choix des dates et la sélection des fragments de la mémoire familiale, si bien que les faits rapportés par la sœur du poète doivent parfois être confirmés par d’autres documents3. Plus récemment le conservateur de la maison Pascoli à Castelvecchio a publié une biographie dont un des chapitres s’intitule justement « Il tradimento di Ida »4. On ajoutera aussi la chronologie très riche que C. Garboli a placée dans son anthologie des poèmes familiaux5. En marge des biographies, un ouvrage du neurologue et psychiatre Vittorino Andreoli utilise des documents personnels de la famille Pascoli pour dresser un portrait du poète ; il insiste notamment sur le rapport sororal particulier avant et après le mariage d’Ida6. L’idée principale de son essai consiste à formuler l’hypothèse d’une relation amoureuse éphémère entre le poète et Ida, rapidement éloignée du foyer par Maria qui aurait organisé de loin son mariage. Andreoli affirme sans détour que « l’unica donna di Giovanni Pascoli è stata Ida Pascoli »7.

3La thèse hasardeuse du psychiatre nous incite à déplacer le problème du terrain strictement psychologique vers le domaine de la poétique, en traçant les contours d’une figure littéraire issue du cercle familial étroit. Il nous importe moins de savoir si Pascoli a eu une relation incestueuse avec Ida que d’expliquer la dynamique créatrice qui l’a poussé à composer les poèmes familiaux, et comment le personnage d’Ida s’insère dans la globalité de l’œuvre.

4En préambule, quelques éléments biographiques s’imposent pour saisir la nature et la complexité du rapport sentimental et littéraire entre le poète et Ida. Les deux dernières sœurs de Giovanni naissent à San Mauro de Romagne, en 1863 et en 1865, après huit enfants, dont le poète est le quatrième. Ida porte le prénom d’une sœur aînée décédée avant sa naissance, elle a huit ans de moins que son frère. La tragédie du 10 août 1867, qui entraîne la mort du père, signe la fin d’une enfance heureuse et le début d’une série de deuils familiaux : la sœur aînée de la fratrie, Margherita, puis la mère, et Luigi, frère aîné du futur poète. Ida et Maria sont placées chez une tante puis dans un couvent à Sogliano, en Romagne. Giovanni, après une période d’études et d’engagement politique à Bologne, sera nommé professeur de latin dans un lycée de Matera, en 1882. Trois ans plus tard commence la décennie heureuse du foyer fraternel reconstitué qui fournira l’occasion pour l’écriture de la majeure partie des poèmes inspirés par la figure d’Ida. Le poète obtient un poste dans un lycée de Massa en 1884, puis il va chercher ses sœurs cadettes à Sogliano pour les installer chez lui, en Toscane, l’année suivante. Une nomination ultérieure à Livourne fixe le foyer Pascoli dans le bonheur domestique jusqu’en 1894, lorsque Ida se fiance avec un jeune homme romagnol, Salvatore Berti. La période toscane entre 1885 et 1895, « i dieci anni più belli della [mia] vita » selon le poète lui-même, correspond à la publication des trois premières versions du recueil Myricæ ainsi qu’à la rédaction des poèmes familiaux. Les deux années 1894-1895 signent la fin du trio frère-sœurs : le poète fait de fréquents séjours à Rome pour une commission de rédaction de manuels scolaires auprès du ministère, mais il se rend aussi fréquemment à Sogliano pour préparer la dot et les noces de sa sœur fiancée ; il souffre de la séparation annoncée et tente de soulager ses angoisses par l’alcool. Entre malaises et paranoïa, dans la chaleur romaine, Pascoli écrit quasiment chaque jour du mois de juin 1895 à ses sœurs, tiraillé entre l’amour ambigu qu’il porte à Ida et la conscience que le mariage lui apportera le bonheur. Le 30 septembre 1895, après les noces, le poète fait ses adieux à Ida. Désormais, la fratrie se réduit au couple Giovanni-Maria, figé jusqu’à la mort, dans la maison de Castelvecchio, pour plus de quinze ans.

  • 8 Catalogo delle carte di Ida Pascoli, C. Mazzotta (éd.), Bologne, Tamari, 1990. Mazzotta a aussi con (...)
  • 9 P. E. Pieretti, « Ecdotica anecdotica », in Giovanni Pascoli, poesia e poetica (Actes du colloque d (...)

5Le personnage d’Ida Pascoli a donc permis d’entretenir un bonheur domestique illusoire pendant près de dix ans, avant de déclencher un traumatisme que le poète n’hésita pas à qualifier de trahison, même si plus tard le couple se réconciliera. La production poétique et l’épitexte privé autour de la figure d’Ida constituent une zone périphérique au grand œuvre. Ida n’existe que dans plusieurs poèmes familiaux, bien qu’elle ait sans doute inspiré le personnage de Rosa dans les Poemetti. Les quelques recherches connues sur ce sujet sont récentes, parmi lesquelles on pourra retenir l’édition annotée des poèmes familiaux par Cesare Garboli, le recensement et l’analyse des papiers personnels d’Ida par Clemente Mazzotta8 et un article de Piero E. Pieretti sur la chronologie des publications en rapport avec les deux sœurs9.

  • 10 Les épisodes relatifs à Ida, dans la biographie Lungo la vita…, comportent très certainement des la (...)

6Pour étudier la place et la fonction d’Ida Pascoli dans l’œuvre de son frère, il faut comprendre la nature des répercussions de la configuration de la fratrie reconstituée sur l’écriture poétique. Le corpus qui a été retenu est composé de textes essentiellement privés, destinés à une circulation au sein de la famille puis publiés posthumes. La confidentialité qui a présidé à l’écriture des poèmes d’occasion et leur publication intervenue par l’intermédiaire de Maria Pascoli établissent des problèmes méthodologiques non négligeables car, d’une part, Ida ne constitue pas véritablement une figure de l’œuvre poétique publique de Pascoli, et, d’autre part, le filtre des sélections effectuées par la sœur cadette au moment de la publication posthume brouille parfois les dates. C’est Maria, en effet, qui a ajouté les lieux et les dates à la fin des textes, la précision philologique des poèmes ne semble donc pas entièrement fiable10.

  • 11 G. Pascoli, Poesie famigliari, in Poesie varie, M. Pascoli (éd.), Bologne, Zanichelli, 1912-1913. P (...)
  • 12 Cf. C. Mazzotta, « Tessere poetiche pascoliane… ».

7Notre corpus comprendra donc le recueil essentiel des Poesie famigliari11, l’opuscule Nelle nozze di Ida, deux poèmes tirés de Myricæ, quelques poèmes inédits retrouvés par Mazzotta chez Ida12, un poème inséré dans la biographie Lungo la vita di Giovanni Pascoli, et un épitexte privé conservé dans les archives de la maison de Castelvecchio.

  • 13 G. Pascoli, Poesie varie, in Tutte le poesie, p. 790.
  • 14 C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. XVIII.

8Les Poesie famigliari contiennent, au sein d’une cinquantaine de poèmes, une douzaine de textes dont Ida est la destinataire ou bien la figure centrale. La genèse éditoriale de ce recueil s’explique par une sélection opérée par les soins de Maria, juste après la mort du poète, parmi les textes manuscrits en vers consacrés à la fratrie, durant la décennie heureuse entre le lycée de Matera et la « trahison ». Dans la préface, Maria indique que cette sélection de « vecchie carte » a été guidée par l’amour (sororal) et par le désir d’offrir « un gruppo di poesie famigliari, più o meno remote, col fine di fare apprezzare la gentilezza e la bontà del gran cuore che le dettò »13. Si les Poesie famigliari ont acquis avec le temps une valeur plus documentaire que proprement littéraire, une sorte de « relitti di un’autobiografia non voluta »14, leur lecture et l’analyse qui en découle restent toujours dépendantes d’une certaine rhétorique de manière, appliquée à l’univers intime familial du poète. Il ne s’agit pas de confessions ou d’évocations autobiographiques domestiques, mais de textes d’occasion au sein de la fratrie, chargés de références et de filtres littéraires.

  • 15 On citera à titre d’exemples l’opuscule pour le mariage de Raffaele Pascoli, dont les poèmes consti (...)

9La plaquette Nelle nozze di Ida fut publiée pour la famille Pascoli et quelques amis, à cent exemplaires, au moment du mariage, en 1895. On la trouve désormais dans l’anthologie Limpido rivo, encore une fois préparée par Maria, peu de temps après la mort du poète. Comme tant d’autres plaquettes d’occasion composées pour les noces de membres de la famille ou d’amis proches15, cet opuscule présente huit paragraphes en prose et deux poèmes ; il témoigne de l’extrême tension psychologique, mêlée de nostalgie, de rancœur et d’espérance, dont le poète a souffert durant la préparation du mariage fatidique.

  • 16 C. Garboli remarque fort justement que « Il Pascoli è stato l’ultimo poeta italiano capace di proie (...)

10À partir de ces documents, nous voulons décrire la construction d’un discours poétique qui puise sa dynamique dans la parentèle, à savoir la fratrie Ida-Maria-Giovanni, une fratrie qui confine d’ailleurs à l’adelphie. Il s’agira d’articuler la représentation littéraire d’Ida sur les problèmes de la confusion affective (ou lien sororal brouillé), en prenant en compte la spécificité (voire l’opposition) de chacune des deux sœurs du poète dans une histoire familiale douloureuse. La configuration de la fratrie Pascoli sert donc de base à une partie de la production poétique, qu’elle soit publique ou privée16. La vie intime, l’existence domestique et l’écriture du poète devront en effet subir d’importantes modifications après le mariage d’Ida. La crise du lien sororal de 1895 ne peut s’expliquer sans la connaissance des rapports particuliers qui ont présidé au nid fraternel, donnant lieu aux textes qui vont faire l’objet de notre étude.

Une confusion affective au sein de la fratrie

  • 17 G. Bàrberi Squarotti, Simboli e strutture della poesia del Pascoli, Florence – Messine, G. D’Anna, (...)

11Le 24 avril 1885, le poète adresse une lettre à son supérieur, le proviseur du lycée, pour bénéficier d’une semaine de congés et aller chercher ses deux sœurs à Sogliano pour les installer avec lui dans sa nouvelle maison de Massa. La famille désunie pendant de nombreuses années, avec des enfances interrompues précocement, est sur le point de renaître. Le nid recomposé par le frère qui veut retrouver un noyau familial avec ses deux sœurs cadettes, en Toscane, n’a d’autre but que de conjurer la tragédie et les deuils à l’origine des multiples séparations de la fratrie Pascoli dans son entier. Le motif récurrent du nid pascolien, amplement décrit par la critique littéraire, et notamment par G. Bàrberi Squarotti17, devient l’expression du désir profond de construction d’un espace domestique intime, un refuge qui soit en mesure d’assurer une protection à la fratrie face aux périls de l’existence. Le lien direct établi entre le bonheur personnel et la présence sororale est garanti par le nid, et l’anxiété du poète s’explique par la crainte de perdre cette communion, comme s’il pressentait un départ, la fin de l’union fraternelle, la répétition d’une séparation annoncée. Dans un petit poème dédié à Ida en 1890, Pascoli utilise le rythme lancinant de l’anaphore qui se teinte de regret pour pleurer sur le foyer disparu de San Mauro, mais aussi pour communiquer la crainte de perdre une seconde fois son nid péniblement reconstruit :

  • 18 G. Pascoli, A Ida, in Poesie famigliari e d’altro genere, in Tutte le poesie, p. 826, v. 5-8.

dov’è, mia cara, il nostro paesello,
dov’è la casa solitaria e mesta,
dov’è il mio nido, dov’è la mia vita…
oh ! dove sei, felicità svanita
18 ?

12Le trio du nid pascolien forme une sorte de réalisation de la concorde entre frère et sœurs, l’illustration parfaite du terme allemand Geschwister, impliquant une intimité étroite et une interdépendance entre les membres, pour maintenir un équilibre. Les crises plus ou moins perceptibles dans cet équilibre seront provoquées par plusieurs départs annoncés, lorsque Giovanni, puis Ida sembleront penser à leur mariage respectif, avant de renoncer pour l’un, et d’attendre quelques années de plus pour l’autre. La hantise de la séparation et de la perte du nid donne naissance à l’image poétique du pèlerin condamné à errer loin de son foyer mais protégé par ses anges gardiens, en l’occurrence les deux sœurs. La concorde qui règne chez les Pascoli nourrit la poésie familiale dans laquelle le pèlerin accepte son sort parce qu’il sait que ses anges le gardent :

  • 19 G. Pascoli, Il pellegrino, ibid., p. 816, v. 5-8.

Io stanco e tribolato
ho due consolator ;
me li trovavo a lato
dove che andassi, ognor
19.

Le nid familial constitué par la concorde fraternelle semble dépasser les limites de l’espace car il est un rempart contre le malheur et la solitude. La rhétorique et la manière artificielle qui enveloppent les poèmes familiaux de Pascoli ne parviennent pas à masquer totalement l’extrême sincérité des sentiments qui les ont fait naître, l’anxiété presque maladive de devoir subir une seconde fois la séparation. Les images du langage amoureux stilnoviste, passées par le filtre symboliste, autour du thème de la séparation, sont reprises pour exprimer l’attachement familial, unique soulagement pour l’homme isolé, seul, exilé à des centaines de kilomètres, vouant une passion ambiguë à ses sœurs, dont la seule pensée suffit à le réconforter :

  • 20 G. Pascoli, Addio !, ibid., p. 816, v. 9-14.

Adorate fanciulle, andrò ben lunge
e non sarò felice, oh no ! di certo :
dove la vostra voce a me non giunge,
ivi è la solitudine e il deserto.
Là dove non vi vedo e non vi sento
non ha prezzo per me l’oro e l’argento
20.

  • 21 Ibid., v. 17-18.

Lorsqu’il réside à Matera, juste avant son transfert en Toscane, Pascoli utilise très souvent l’image du pèlerin : « Mie soavi bambine, oh ! ricordate / questo fuggiasco, questo pellegrino »21. Le topos de l’errance et du dialogue avec les éléments naturels, héritage léopardien de Pascoli, se confond avec la biographie du poète. La vie intime, les crises de solitude et le fait de ne pas supporter la séparation s’insèrent à l’intérieur d’un discours littéraire à la gloire d’Ida, figure rassurante et protectrice qui deviendra par la suite la gardienne du foyer :

  • 22 G. Pascoli, Ida, ibid., p. 819, v. 7-10.

Quando passavo come un pellegrino
io sentiva cantare angioli in coro.
Dammi, dissi a una stella,
un po’ d’or per la mia dolce sorella
22 !

  • 23 Dans une lettre écrite depuis Matera, en 1884, il reconnaît : « Io ho il dovere d’essere il vostro (...)
  • 24 G. Pascoli, Addio !, in Tutte le poesie, p. 817, v. 1, 9 et 17.

13Le trio formé par Giovanni, Ida et Maria pose cependant le problème des fonctions familiales attribuées à chacun des membres, car la relation oscille entre l’affection paternelle et filiale, et l’amour quasi incestueux. Le frère aîné prend tout d’abord naturellement le rôle d’un second père, qui se substitue au père disparu, pour veiller sur ses deux cadettes. Ainsi, le poète travaille intensément pour subvenir aux besoins du nid recomposé et payer les dettes contractées lors de l’installation en Toscane. Pour augmenter son salaire d’enseignant il donne de nombreuses leçons particulières et bénéficie des sommes d’argent non négligeables gagnées lors des concours de poésie néolatine d’Amsterdam23. La gradation qui s’observe au début des trois premières strophes du poème Addio ! résume fort bien la construction poétique de la figure paternelle à partir du lien fraternel : « Carissime sorelle […] / Adorate fanciulle […] / Mie soavi bambine »24. La projection du rôle paternel sur les deux sœurs connaîtra une rupture fondamentale lors du mariage d’Ida, car Giovanni devra s’occuper, tel un père, des préparatifs de noces, tout en accusant sa « fille » de l’abandonner pour un autre.

  • 25 G. Pascoli, Sorella, ibid., p. 46, v. 1-2. La genèse de ce poème a été étudiée par P. E. Pieretti, (...)

14Giovanni, succédané du père, est à son tour protégé et admiré par ses sœurs, assurément plus par Maria, la plus jeune, qui est assimilée à la fille avant de devenir une mère. Les premiers vers de Sorella, dans Myricæ, montrent une confusion entre ces fonctions familiales : « Io non so se più madre gli sia / la mesta sorella o più figlia »25. Maria, en effet, elle-même privée de l’amour maternel et de la figure paternelle, accueille volontiers la sollicitude de Giovanni, passant du statut d’ange gardien à celui de fille à protéger, puis de gardienne de Castelvecchio, alors qu’Ida restera dans la poésie une figure angélique d’amour impossible. Les lettres désespérées de Giovanni à Ida témoignent d’ailleurs d’une correspondance entre la solitude et le besoin de la consolation. Il s’agit d’une correspondance dans laquelle l’écriture tente de susciter un sentiment pour compenser l’éloignement et le manque.

  • 26 G. Pascoli, Questo gingillo cosí dice : le ore…, in M. Pascoli, Lungo la vita…, p. 232.
  • 27 Le poème a été retrouvé par C. Mazzotta : il s’agit d’un quatrain pour l’anniversaire d’Ida, le 21  (...)

15La fratrie qui devait rappeler le bonheur de San Mauro à Massa puis à Livourne prend une connotation fortement ambiguë. Un sentiment permanent d’amour refoulé se superpose en effet à la figure paternelle. Le nid pascolien reconstitué en Toscane ressemble à une famille nucléaire, à un foyer conjugal issu de la fusion entre un frère et ses deux sœurs. Une strophe composée durant la décennie heureuse porte la dédicace suivante : « Alla gentile massaia di casa Pascoli nel donarle un orologio »26. La signature d’un autre poème familial inédit, retrouvé dans les papiers personnels appartenant à Ida, montre un autre exemple de cette fusion avec le prénom Giammaria, mélange de Giovanni et Maria, comme un couple uni par le mariage27. L’affection fraternelle très forte du poète se colore toutefois d’une passion dévorante et possessive à l’égard des deux sœurs. Une année après le départ d’Ida et la tragédie qui s’en suit, Pascoli écrit encore à ses sœurs des lettres remplies de regret et de culpabilisation, rappelant des lettres de rupture :

Vedremo chiaramente quale abisso d’amore c’era e c’è nel mio cuore per voi due.

  • 28 Respectivement, lettres du 2 et du 7 mai 1896, in C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 96.

Sono deciso a rassegnarmi per sempre, conservando come lugubre conforto, il pensiero che io vi […] ho molto più amato io, infinitamente più, di quello che mi abbiate amato voi altre28.

16Le système familial des trois Pascoli fonctionne également sur la chasteté pour préserver les liens du sang. En effet, on peut considérer que le trio protégé par le nid est une « philadelphie », c’est-à-dire la relation fraternelle qui confine à un amour de nature incestueuse mais inassouvi, car la chasteté en garantit la pérennité. Dans une lettre précédant de quelques semaines les noces d’Ida, le poète se laisse aller à l’expression sincère de la possession sororale qui l’empêche (et l’empêchera d’ailleurs durant toute sa vie) de réaliser son propre bonheur conjugal de manière naturelle, avec une autre femme :

  • 29 Lettre du 4 juin 1895, ibid., p. 79.

Il mio cuore è tutto pieno di Ida e Maria. Se a Livorno non guardo le donne, quando sono o a Roma o a Firenze, le guardo con orrore ! Oh ! le mie due piccine ! o Ida ! o Maria29 !

  • 30 Poème inédit et inachevé. C. Garboli le publie et le commente dans Trenta poesie famigliari…, p. 25 (...)

17Avec la construction du nid toscan après 1885, toute relation amoureuse « extra fraternelle » sera désormais vécue comme une faute ou une trahison, rendant coupable celui qui en est l’auteur. Ainsi, en 1888, le poète rencontre la jeune Lia Bianchi dont il tombe amoureux, mais il renonce finalement au projet de mariage pour ne pas briser la philadelphie qui le comble. Partagé entre la responsabilité de s’occuper de ses sœurs et la volonté d’accomplir lui-même l’union avec une épouse pour fonder un foyer, il préfère se consacrer à une relation rassurante et consolatrice. Le même type de chasteté provisoire explique l’autre renoncement amoureux au sein de la fratrie, lorsque Ida repousse les avances de Fortunato Vitali. En 1889 le jeune homme poursuit de ses assiduités Ida à Livourne, et un mariage semble tout à fait probable entre eux. Le poète compose durant cette période d’anxiété les tercets du poème familial Questa notte vegliando30, dans lequel il utilise le souvenir de Sogliano, lorsqu’il vint chercher, quelques années auparavant, ses sœurs pour les installer chez lui à Massa. La nostalgie de Sogliano dans un texte destiné à la circulation familiale signifie bien sûr la culpabilisation implicite d’Ida qui cherche à quitter le nid pour se marier, en oubliant à quel point son frère a su se sacrifier (sur le plan financier et sentimental) pour préserver la fusion adelphique. Face à de telles pressions non avouées, Ida refusera les visites de son prétendant, jusqu’à la rencontre de 1894 avec son futur mari.

  • 31 G. Pascoli, Epistola a Ridiverde, in Tutte le poesie, p. 805, v. 1-2.

18La lecture du poème Epistola a Ridiverde permet de comprendre pourquoi l’idée du mariage d’Ida semble aussi difficile à admettre et comment le poète travestit son amour sororal par le filtre de sa culture classique. Dans ce poème, Pascoli rêve d’une épouse à ses côtés, ou plus simplement d’une femme dans son lit : « L’avrò dunque una gaia giovinetta / che meco dorma sotto d’un lenzuolo »31. Le dernier quatrain superpose les deux images d’Ida, la ménagère qui règne sur son foyer et de Nausicaa, toutes les deux en fin de vers, dans une communion sentimentale et conjugale consacrée par la rime en « -ella » ; une communion où tout fiancé étranger serait un intrus :

  • 32 Ibid., v. 21-24.

E tu pur anche, o mia Nausicaa bella,
tessi, ed anche tu fili, anche tu lavi,
pel che, quando ti vidi reginella
della tua casa, tu m’innamoravi
32.

  • 33 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 48.
  • 34 C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 80.

19L’accomplissement de l’amour conjugal par l’écriture intervient dans l’opuscule composé à l’occasion des noces d’Ida. Dans la deuxième et la troisième partie, le poète adresse un adieu assez lacrimal à sa sœur, puis il décrit le futur nid du foyer constitué par Ida et son époux. Il est particulièrement frappant de remarquer que cette description fonctionne par l’utilisation de la prétérition, car le pronom sujet « egli », censé représenter Salvatore Berti en train d’édifier un foyer conjugal, rappelle irrésistiblement le poète lui-même, au moment où il construisait le nid de Massa pour ses sœurs venues de Sogliano : « egli ha edificata per te una casa, per te l’ha recinta d’alberi, per te l’ha adorna e fornita d’ogni bello arredo »33 ; une phrase à rapprocher d’une lettre de juin 1895 dans laquelle le poète rappelle : « l’indimenticabile fabbrica per voi del mio bel nido »34, avec une antéposition du complément d’attribution qui en dit long sur les attentes affectives du poète à l’égard de ses sœurs. La superposition entre l’époux et le frère se poursuit dans le chapitre suivant, lorsque le poète se souvient du départ de Sogliano. Ici le frère qui vient chercher Ida pour l’installer chez lui se confond avec l’époux qui enlève Ida à sa famille :

  • 35 Ibid.

quel giovane era anch’esso, allora, quasi biondo e quasi snello. Anch’esso vi aveva adornata una casa e ci aveva posto tutta la sua diligenza e tutto il suo amore35.

Le rappel nostalgique a pour fonction de culpabiliser indirectement Ida qui a choisi de quitter son frère, et l’écriture de ce texte d’occasion nous indique clairement la nature de la confusion affective au sein de la fratrie, car l’intrus vient prendre la place du frère.

  • 36 Ibid., p. 96.
  • 37 Ibid.

20Le refoulement de l’amour pour une personne extérieure à la famille, et donc du mariage, marque irrémédiablement l’existence du poète. En 1896 il tombe amoureux de sa cousine Imelde, à l’insu de Maria avec qui il avait loué la maison de Castelvecchio, juste après le départ d’Ida. Cette fois-ci il semble que ce soit Maria qui ait provoqué la rupture des fiançailles. Il écrit à Ida, au mois de mai 1896, « ho troncato tutto »36, puis en juin : « Sai che scapolo rimarrò »37. Le poète a d’abord pris la fonction du père qui protège ses enfants, puis la posture de l’époux dans une relation conjugale ; il finit par dissimuler, voire annuler ses désirs d’homme, sa masculinité, pour fusionner avec Maria.

La représentation d’Ida Pascoli dans la poésie

21Entre l’image familiale et intime de la sœur, sur le plan de la poésie affective, et la vision poétique passée par le filtre de la mémoire intellectuelle, il est possible d’étudier le personnage d’Ida à deux niveaux différents, celui de la maîtresse du foyer et celui de la figure littéraire.

22Le statut de la sœur cadette du poète, dans les textes qui correspondent à la décennie toscane avant le mariage, se traduit par la figure récurrente de la « reginella », à savoir la petite reine du foyer, celle qui règne sur la fratrie reconstituée et en assure le bon déroulement au quotidien. Nous reviendrons sur l’origine littéraire du terme « reginella » plus loin. Les poèmes familiaux offrent une série d’évocations du monde domestique à Massa ou à Livourne dans lequel Pascoli insère le personnage d’Ida, au milieu des bruits d’ustensiles de cuisine et des mouvements des tâches ménagères. Le bruissement des éléments qui composent le foyer, mêlé d’échos de lectures d’auteurs anciens, apparaît comme la garantie d’une unité familiale retrouvée, d’un bonheur domestique accompli. Ainsi, les rites du travail domestique effectué par Ida insufflent une vie intérieure aux objets inanimés qui se répondent, comme une opération magique. Ida orchestre le bruissement du monde domestique et enchante les poèmes familiaux d’une profusion de termes acoustiques. L’intérêt poétique de Pascoli pour les bruits de la nature et les onomatopées ornithologiques trouve certainement son origine dans ces descriptions acoustiques du foyer tenu par sa sœur :

  • 38 G. Pascoli, Ida, in Tutte le poesie, p. 825, v. 1-4 et 17-20.

Al suo passare le scarabattole
fremono e i bricchi lustranti squillano ;
e la grave padella
col buon paiòl favella

[…]
la reginella pensa discendere
ché i tenui lari non le arridono ;
e già, con atto stanco,
si scioglie il grembiul bianco
38.

  • 39 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 50.
  • 40 Ibid., p. 51.
  • 41 G. Pascoli, Primi poemetti, in Tutte le poesie, p. 103 (« Allor che Rosa dalle bianche braccia […]  (...)

La prise en charge de la maison par les sœurs du poète lui permet de se consacrer entièrement à son activité d’enseignant, mais aussi à son œuvre poétique. L’évocation nostalgique des années qui ont précédé le mariage insiste de manière explicite sur le statut de reine du foyer, maîtresse des moindres mouvements de la maison, garante d’un équilibre fragile : « Andavano, pulivano, movevano. […] Tu eri la maggiore, Ida, e avevi il mazzo delle chiavi : eri la massaia, eri la Reginella »39. Le départ d’Ida sera vécu comme un traumatisme psychologique, mais sur le plan de l’écriture littéraire l’abandon annonce avant tout les prémices d’un vide sonore dans la maison, une disparition des étincelles de vie heureuse qui se déplacent ailleurs et s’adressent désormais à un autre que le poète : « più non udrò per casa ad ora ad ora / lo sgrigiolìo dell’agile pianella, / non il gorgheggio che sapea d’aurora, / o Reginella »40. Si Ida disparaît de la vie quotidienne du poète et de son écriture après son mariage, il est par contre frappant de la voir réapparaître, jeune fille reine du foyer, sous les traits de Rosa, l’un des personnages féminins du cycle de La sementa qui ouvre les Primi poemetti. Le premier vers du cycle évoque en effet, avec les mêmes mots empruntés à Homère, les bras blancs de Rosa, comme auparavant la « reginella dalle bianche braccia »41 qualifiait Ida.

  • 42 G. Pascoli, Sera, in Tutte le poesie, p. 820, v. 3 et 5-6.

23L’association littéraire d’Ida à la ménagère affairée qui fait vibrer le foyer fraternel s’oppose en revanche à la vision littéraire de Maria, plutôt associée à la réflexion, au songe, à la contemplation, déjà ancrée dans le statut de gardienne silencieuse de l’œuvre de son frère. Comme dans l’épisode biblique de Marthe et Marie, le poème familial Sera montre la différence entre les deux sœurs auxquelles le poète a conféré des fonctions complémentaires, eu égard sans doute aux différentes façons d’exprimer leur affection pour leur frère. Ida, penchée sur les comptes du foyer, à la lueur de la lampe du soir, est décrite par une succession de mouvements rapides (« scrive, medita, cancella […] / non s’ode intorno che lo scricchio della / penna veloce »42) tandis que Maria, « pensosa in disparte », est repliée sur ses pensées, seule, hors des contingences matérielles de son aînée. Ida représente, dans la poésie de son frère et durant la décennie 1885-1895, l’action, l’accomplissement de la tâche, et l’accomplissement de soi-même, alors que Maria devient progressivement une présence tacite, rassurante, un ange gardien qui a su se sacrifier, à la fois mère de substitution, fille hypothétique et sœur préférée :

  • 43 G. Pascoli, A Maria, che l’accompagnò alla stazione, ibid., p. 829, v. 13-16.

Ed ora eccola al pié del nero treno,
piccola, con un pallido sorriso,
scarna, muta, pensosa ; l’occhio, pieno
di lagrime invisibili, in lui infiso
43.

  • 44 G. Pascoli, Colloquio, V, Myricæ, in Tutte le poesie, p. 88, v. 13-14. On retrouve l’image figée de (...)
  • 45 Lettre du 17 septembre 1884, in C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 50.

24Dans un dialogue imaginaire avec l’apparition onirique de la mère morte, le poète fait dire au spectre qui lui parle quelle est la différence de statut entre ses deux sœurs, comment chacune d’elle contribue à sa façon au bonheur du frère aîné. Ida s’affaire dans la cuisine tandis que Maria prie en silence. Dans l’épisode de l’Évangile de Luc, Marthe et Marie remplissent deux fonctions différentes et complémentaires, et Pascoli écrit : « Ida tua che sfaccenda, oggi in cucina. / E Maria ? Maria prega, oggi, per me »44. Ces deux fonctions sororales complémentaires répondent à deux dispositions affectives ressenties par Giovanni, qui établit une distinction entre les deux genres d’amour que lui vouent ses sœurs. Dans les lettres envoyées aux deux sœurs, en effet, le poète reconnaît une nuance dans l’attitude de Maria, plus assidue qu’Ida pour réconforter son frère qui se trouve loin, et il reproche même à Ida un certain détachement qui sera vécu plus tard, en 1895, comme un manque d’amour injuste : « L’Idolina è sdegnosetta e non mi vuol mica tanto bene. Non se ne cura lei del mio povero bene ! »45.

25Sur le plan strictement littéraire, et en tenant compte de la mémoire intellectuelle du poète, nourri de culture classique, Ida est un réceptacle d’images multiples, entre la mythologie homérique et l’ornithologie, qui peupleront par la suite les grands textes antiquisants des Poemi conviviali et les orchestres d’oiseaux dans les Canti di Castelvecchio. Ida reçoit donc des éléments de l’imaginaire poétique de son frère, à l’intérieur de la poésie familiale d’occasion.

  • 46 G. Pascoli, Ida, in Tutte le poesie, p. 825, v. 5-6 (« Qual è codesta polledra, dicono, / che ancor (...)
  • 47 G. Pascoli, Epistola a Ridiverde, ibid., p. 805, v. 21-24.
  • 48 G. Pascoli, Phidyle, in Liber de poetis, ibid., p. 984, v. 60.

26Au sein d’une production poétique presque entièrement destinée au cercle familial, avec des poèmes écrits pour la fête ou l’anniversaire d’Ida, parfois sous forme d’acrostiche à connotation affective, affleurent les sources mythologiques de Pascoli, professeur de grec et de latin au lycée. La sœur cadette, petite reine du foyer, est ainsi comparée à une pouliche hennissante parmi les objets inanimés du monde domestique, souvenir de la lecture d’Homère46. D’ailleurs, l’expression récurrente « reginella » vient sans doute d’une réminiscence du chant VI de l’Odyssée, à travers le personnage de Nausicaa au bras blanc. Le dernier vers du poème O reginella, dans Myricæ, cite ouvertement Homère : « o reginella dalle bianche braccia » ; l’opuscule pour les noces d’Ida, comme nous l’avons signalé plus haut, cite de manière similaire « La reginella dalle bianche braccia » ; le poème Epistola a Ridiverde, dans Poesie varie, associe même directement Ida à la jeune fille de l’Odyssée47. Ida-Nausicaa se retrouve encore, mais indirectement, dans le personnage de Phidyle des Carmina, soucieuse de bien tenir la maison familiale : « Sed cuinam tenuis domus et sit recula curae ? »48, et enfin dans la Rosa du cycle de La sementa, dans les Poemetti.

  • 49 G. Pascoli, All’Ida assente, in Poesie varie, ibid., p. 829.
  • 50 G. Pascoli, All’Ida assente. Frammento, ibid., p. 830. Sur la présence des oiseaux dans l’œuvre de (...)
  • 51 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 49.

27La sublimation littéraire de l’image familiale de la sœur cadette, gardienne du foyer, utilise également la métaphore ornithologique. Un poème familial de 1890, A Ida, offre ainsi une série d’anaphores où le complément de nom « d’uccellino » décrit la sœur aimée, avant de conclure sur l’image du nid perdu et du bonheur inaccompli. Ida est donc associée fréquemment à l’hirondelle qui prépare son nid49 et lorsqu’elle est absente du foyer, le concert des oiseaux, métaphore de la voix du frère esseulé (voire de l’amant triste ?) semble attendre avec impatience son retour50. Le rapport affectif à la fois fraternel et paternel, et même conjugal, entre le poète et ses sœurs cadettes trouve une expression ornithologique supplémentaire à la fin d’un paragraphe de l’opuscule pour les noces d’Ida : « il Pascoli con le sue due sorelline. Parevano due colombelle spaurite »51.

  • 52 G. Pascoli, Il pellegrino, in Tutte le poesie, p. 817, v. 39-40.

28Ida, créature odysséenne et ornithologique des poèmes familiaux, reçoit enfin un statut d’angélisation de type stilnoviste ou fabuleux, dans une opération de dépassement de l’humain. Le pèlerin-poète, évoqué plus haut, espère le réconfort auprès de ses deux anges gardiens (« angioli ») qui lui offrent un nouveau foyer (« presso a voi soltanto / or vivere egli può »52). La pluie de fleurs qui s’abat sur Ida, à la demande du poète s’adressant aux anges, sublime la sœur aimée mais l’associe surtout à une créature presque céleste, du moins capable de transcender, à la manière d’une Béatrice revisitée par l’esthétique préraphaélite, une affection domestique :

  • 53 G. Pascoli, Ida, ibid., p. 819, v. 19-24.

Angioli, io dissi, andate allora al monte
dov’ella aspetta buona e rassegnata :
piovete gigli sopra la sua fronte
e rose sulla sua chioma dorata :
fate ch’ella si senta
sotto codeste vostre ali contenta
53.

29La culture littéraire de Pascoli investit ostensiblement les poèmes d’occasion destinés à ses sœurs, mais l’événement majeur qui met fin à la concorde fraternelle propice à l’écriture de textes familiaux, entre l’été et l’automne 1895, provoque une disparition totale d’Ida en tant que telle de la poésie, pour revivre transformée sous les traits de Phidyle ou de Rosa.

Implications du mariage d’Ida

  • 54 Lettre datée d’avril-mai 1895, adressée à Ida. Cf. C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 93 : « (...)

30Lorsque le poète offre une montre à sa sœur qui va le quitter, il espère que le tic-tac des secondes qui passent deviendra le symbole du battement de leurs deux cœurs séparés mais enlacés54. Dans son Épître à Augusta, Byron écrit à sa sœur :

  • 55 G. G. Byron, Épître à Augusta, traduction de F. Guilhot et J.-L. Paul, in J. Barry, Ma sœur, ma dou (...)

Nous fûmes, sommes – je suis comme tu es –
Des êtres ne pouvant s’abandonner ;
Et c’est ainsi, ensemble ou séparés,
De l’aube de la vie au lent déclin
Enlacés […]55.

  • 56 C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 79.
  • 57 Ibid., p. VIII.

31Comme Byron, Pascoli ne peut concevoir la séparation au sein du foyer qu’il a réussi à reconstituer en Toscane, c’est pour cela que le mariage d’Ida, pressenti comme un événement inexorable, constitue une fracture majeure qui va bouleverser à la fois la vie intime du poète et influencer la dynamique de son écriture à venir. Dans une lettre de mai 1895, quatre mois avant les noces, il écrit à Maria : « Io credevo la novità nuziale dell’Ida come una specie di sfacelo della mia piccola famigliola… »56, puis il insiste sur la fidélité de sa sœur qui restera auprès de lui, pour mieux reprocher le départ de l’autre. Après les mois douloureux de 1895, passés entre Rome et la Romagne, la poésie familiale d’occasion de Pascoli s’éteint. Selon Garboli, le Pascoli postérieur à l’abandon d’Ida devient « il poeta espiatorio, monumentale, protofascista, ‘consolatore’ che conosciamo »57.

  • 58 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 52.
  • 59 Lettre du 14 juin 1895, in C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 81.
  • 60 Lettre du 19 juin 1895, ibid.

32Au moment d’écrire l’opuscule pour les noces, le poète reconnaît explicitement qu’il s’attendait au départ de sa sœur et à la rupture définitive, tout en les refoulant : « Era un presentimento, ma di cosa lontana, così lontana da non dare se non un’eco di dolore »58. Les mois qui précèdent les noces, à savoir l’été 1895, furent une des périodes les plus difficiles à supporter, et la multitude de lettres tantôt désespérées, tantôt résignées, sur le ton du reproche ou bien de la commisération, nous renseignent sur le terrain fertile pour l’écriture des prochains recueils. Presque chaque jour, et même plusieurs fois par jour, Pascoli écrit à Maria, à Ida, ou bien aux deux en même temps. Il commence par accuser sa sœur de trahison et lui reproche de l’abandonner, d’autant qu’il se voit contraint d’effectuer plusieurs voyages en Romagne afin de préparer le contrat de mariage, la dot, le trousseau, et de résoudre des problèmes financiers avec la future belle-famille. Parmi la récurrence des termes « cattiva », « fredda », « sfacelo », « sacrificio », « terribile », les lettres montrent également l’expression d’une affection très intense, d’une sorte de culpabilité qui annule les reproches amers et le mépris : « O mia Iduccia soave ! in tutta la mia crisi di bene per te, oh ! non vedere ombra di male »59. Cependant, la souffrance morale du poète, qui séjourne à Rome pour des activités professionnelles, trouve une issue dans la boisson. Le désarroi de Pascoli le transforme en alcoolique, et cela jusqu’à la fin de sa vie : « Questo è l’anno terribile […]. Non sono sereno : sono disperato. Vado a letto, piangendo, quasi sempre con la testa piena di cognac »60.

  • 61 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 50.
  • 62 Ibid., p. 52.
  • 63 L’épisode est raconté par M. Biagini dans sa biographie Il poeta solitario…, p. 118.

33Sur le plan de l’écriture, cette expérience douloureuse donnera naissance à l’opuscule d’occasion pour les noces d’Ida, en septembre 1895. Dans les quelques paragraphes en prose de la plaquette, la nostalgie est convoquée au secours d’un présent de tristesse profonde ; ainsi le récit d’un repas pascal en famille, quelques années plus tôt, sert à apaiser par la mémoire la réalité du départ. De la même manière, le poète se compare à un père qui voit partir sa fille (« un vecchio Re, senza più lume delle sue pupille »61), et la gardienne posthume des œuvres du poète a ajouté en note : « perché non dimentichiate che le gioie più grandi della vostra vita possono avere nel cuore di coloro che vi vogliono bene, un’eco, molto spesso, di dolore »62. Il semble d’ailleurs que le poète qui avait choisi de ne pas assister à la cérémonie du mariage avait déposé un revolver dans sa chambre, en vue de se suicider63.

34Une fois les adieux passés, le poète garde encore l’amertume du reproche et la conscience du vide. Un poème de 1898 évoque la solitude au rythme de l’horloge et le regret d’être séparé pour toujours, sans mentionner de façon explicite Ida :

  • 64 G. Pascoli, Mai più… mai più…, in Tutte le poesie, p. 836, v. 25-32.

Un bacio ! oh ! nemmeno !
Vederti soltanto !
Sentire al tuo pianto
che m’ami anche tu !
Ridirtelo almeno !
Nemmeno !
Mai più… mai più…
mai più… mai più…
64.

35Ida ne sera pas heureuse dans son nouveau foyer et Pascoli éprouve de la haine pour son beau-frère. Désormais l’œuvre poétique se construira à Castelvecchio, dans une autre philadelphie, restreinte, sous le regard de la figure hiératique de Maria, future vestale et exégète de son frère.

Haut de page

Notes

1 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo. Prose e poesie di Giovanni Pascoli presentate da Maria ai figli giovinetti d’Italia, Bologne, Zanichelli, 1912, puis 1933, p. 49.

2 M. Biagini, Il poeta solitario, vita di Giovanni Pascoli, Milan, Corticelli, 1955.

3 M. Pascoli, Lungo la vita di Giovanni Pascoli. Memorie curate e integrate da A. Vicinelli, Milan, Mondadori, 1961.

4 G. L. Ruggio, Giovanni Pascoli. Tutto il racconto della vita tormentata di un grande poeta, Milan, Simonelli, 1998, p. 76-133.

5 C. Pascoli, Poesie famigliari, C. Garboli (éd.), Milan, Mondadori, 1985, puis C. Garboli, Trenta poesie famigliari di Giovanni Pascoli [1990], Turin, Einaudi, 2000 (cette dernière est notre édition de référence pour la chronologie, p. 3-171).

6 V. Andreoli, I segreti di casa Pascoli. Il poeta e lo psichiatra, Milan, Rizzoli (BUR saggi), 2006.

7 Ibid., p. 152.

8 Catalogo delle carte di Ida Pascoli, C. Mazzotta (éd.), Bologne, Tamari, 1990. Mazzotta a aussi consacré un article important à la signification des documents personnels d’Ida (dont certains inédits) : C. Mazzotta, « Tessere poetiche pascoliane tra le carte della sorella Ida », in Testi ed esegesi pascoliana, Bologne, CLUEB, 1988, p. 95-113.

9 P. E. Pieretti, « Ecdotica anecdotica », in Giovanni Pascoli, poesia e poetica (Actes du colloque d’études pascoliennes, San Mauro, 1982), Rimini, Maggioli, 1984, p. 411-458.

10 Les épisodes relatifs à Ida, dans la biographie Lungo la vita…, comportent très certainement des lacunes selon C. Mazzotta, « Tessere poetiche pascoliane… », p. 97.

11 G. Pascoli, Poesie famigliari, in Poesie varie, M. Pascoli (éd.), Bologne, Zanichelli, 1912-1913. Plusieurs éditions interviennent jusqu’en 1958, avec des corrections hâtives et des inexactitudes. Pour une édition critique récente et parfaitement documentée, sous forme d’anthologie, cf. C. Garboli, Trenta poesie famigliari… Notre édition de référence pour les citations sera G. Pascoli, Poesie varie, in Tutte le poesie, A. Colasanti (éd.), Rome, Newton & Compton, 2001.

12 Cf. C. Mazzotta, « Tessere poetiche pascoliane… ».

13 G. Pascoli, Poesie varie, in Tutte le poesie, p. 790.

14 C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. XVIII.

15 On citera à titre d’exemples l’opuscule pour le mariage de Raffaele Pascoli, dont les poèmes constituent un noyau important des futures Myricæ, celui pour les noces Ferrari-Gini, ou encore les noces Gelmi-Marcovigi.

16 C. Garboli remarque fort justement que « Il Pascoli è stato l’ultimo poeta italiano capace di proiettare il privato nel pubblico e di fare del proprio vissuto, con una certa totalità, un oggetto fenomenale » (Trenta poesie famigliari…, p. XII).

17 G. Bàrberi Squarotti, Simboli e strutture della poesia del Pascoli, Florence – Messine, G. D’Anna, 1966.

18 G. Pascoli, A Ida, in Poesie famigliari e d’altro genere, in Tutte le poesie, p. 826, v. 5-8.

19 G. Pascoli, Il pellegrino, ibid., p. 816, v. 5-8.

20 G. Pascoli, Addio !, ibid., p. 816, v. 9-14.

21 Ibid., v. 17-18.

22 G. Pascoli, Ida, ibid., p. 819, v. 7-10.

23 Dans une lettre écrite depuis Matera, en 1884, il reconnaît : « Io ho il dovere d’essere il vostro babbo ; a dir meglio, ho il diritto di essere felice in voi con voi per voi ». Cf. C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 50.

24 G. Pascoli, Addio !, in Tutte le poesie, p. 817, v. 1, 9 et 17.

25 G. Pascoli, Sorella, ibid., p. 46, v. 1-2. La genèse de ce poème a été étudiée par P. E. Pieretti, dans « Ecdotica anecdotica » (cf. note 9).

26 G. Pascoli, Questo gingillo cosí dice : le ore…, in M. Pascoli, Lungo la vita…, p. 232.

27 Le poème a été retrouvé par C. Mazzotta : il s’agit d’un quatrain pour l’anniversaire d’Ida, le 21 août 1886, à Massa (cf. C. Mazzotta, « Tessere poetiche pascoliane… », p. 102).

28 Respectivement, lettres du 2 et du 7 mai 1896, in C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 96.

29 Lettre du 4 juin 1895, ibid., p. 79.

30 Poème inédit et inachevé. C. Garboli le publie et le commente dans Trenta poesie famigliari…, p. 251.

31 G. Pascoli, Epistola a Ridiverde, in Tutte le poesie, p. 805, v. 1-2.

32 Ibid., v. 21-24.

33 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 48.

34 C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 80.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 96.

37 Ibid.

38 G. Pascoli, Ida, in Tutte le poesie, p. 825, v. 1-4 et 17-20.

39 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 50.

40 Ibid., p. 51.

41 G. Pascoli, Primi poemetti, in Tutte le poesie, p. 103 (« Allor che Rosa dalle bianche braccia […] »), et Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 51 (« La reginella dalle bianche braccia »).

42 G. Pascoli, Sera, in Tutte le poesie, p. 820, v. 3 et 5-6.

43 G. Pascoli, A Maria, che l’accompagnò alla stazione, ibid., p. 829, v. 13-16.

44 G. Pascoli, Colloquio, V, Myricæ, in Tutte le poesie, p. 88, v. 13-14. On retrouve l’image figée de Maria en train de prier, comme une statue dévouée à son frère, dans le poème familial Maria, ibid., p. 824, v. 3-4 et 7-8 (« gli occhi soavemente / stanno in atto di preghiera […] / così bianca, così bianca ! / come il marmo degli avelli »). En outre, Maria est qualifiée de « Nostra, di tutti noi, consolatrice », dans l’acrostiche Mariuccina, ibid., p. 824, v. 9.

45 Lettre du 17 septembre 1884, in C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 50.

46 G. Pascoli, Ida, in Tutte le poesie, p. 825, v. 5-6 (« Qual è codesta polledra, dicono, / che ancor non doma nitrisce all’aure »).

47 G. Pascoli, Epistola a Ridiverde, ibid., p. 805, v. 21-24.

48 G. Pascoli, Phidyle, in Liber de poetis, ibid., p. 984, v. 60.

49 G. Pascoli, All’Ida assente, in Poesie varie, ibid., p. 829.

50 G. Pascoli, All’Ida assente. Frammento, ibid., p. 830. Sur la présence des oiseaux dans l’œuvre de Pascoli, voir notre contribution : « Gente piccola e vocale », Italies, no 10, 2006, p. 373-400.

51 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 49.

52 G. Pascoli, Il pellegrino, in Tutte le poesie, p. 817, v. 39-40.

53 G. Pascoli, Ida, ibid., p. 819, v. 19-24.

54 Lettre datée d’avril-mai 1895, adressée à Ida. Cf. C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 93 : « sarebbe il battito del mio cuore sempre a te presente e vicino ».

55 G. G. Byron, Épître à Augusta, traduction de F. Guilhot et J.-L. Paul, in J. Barry, Ma sœur, ma douce sœur (Lord Byron et Augusta), Paris, Albin Michel, 1989, p. 279.

56 C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 79.

57 Ibid., p. VIII.

58 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 52.

59 Lettre du 14 juin 1895, in C. Garboli, Trenta poesie famigliari…, p. 81.

60 Lettre du 19 juin 1895, ibid.

61 G. Pascoli, Nelle nozze di Ida, in Limpido rivo…, p. 50.

62 Ibid., p. 52.

63 L’épisode est raconté par M. Biagini dans sa biographie Il poeta solitario…, p. 118.

64 G. Pascoli, Mai più… mai più…, in Tutte le poesie, p. 836, v. 25-32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « La figure poétique d’Ida dans l’œuvre de Pascoli »Transalpina, 10 | 2008, 235-252.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « La figure poétique d’Ida dans l’œuvre de Pascoli »Transalpina [En ligne], 10 | 2008, mis en ligne le 13 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3108 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3108

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Université de Provence – Aix-Marseille I

Haut de page

Droits d’auteur

Transalpina. Études italiennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search