Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Études de PascoliPascoli et la poétique du rêve : ...

Études de Pascoli

Pascoli et la poétique du rêve : entre hyper-réalité et illusion

Francesca Sensini
p. 253-266

Résumés

Le concept de « rêve » est récurrent dans la pensée de Pascoli. Le caractère central de cette notion au sein de sa vision de la poésie a été mis en évidence dès les premières études critiques. Il convient néanmoins d’établir une distinction entre le climat onirique qui caractérise la poésie pascolienne dans son ensemble et la sémantique propre du « sogno » en tant que mot appartenant au vocabulaire technique de l’auteur. Celle-ci est développée non seulement dans les textes théoriques en prose – sur lesquels nous allons concentrer notre attention – mais aussi dans les textes poétiques, où elle se présente sous des formes variées et assez complexes. Pour parvenir à une définition du terme qui nous permette de saisir avec précision ce qui est spécifique au « sogno », il faut en premier lieu se référer à un des présupposés primordiaux de l’esthétique de Pascoli, formulé de manière synthétique dans les pages posthumes des Conferenze e studi danteschi (1914) : la poésie se trouve seulement « in ciò che è morto e in ciò che è sogno ». À partir de l’analyse de cette affirmation, ainsi que de ses implications théoriques dans d’autres textes en prose, nous chercherons à démontrer que le rêve pascolien, loin d’être une libre expression de l’irrationnel subjectif, est un instrument de connaissance objective, qui donne accès à l’essence du réel. En tant que tel, il correspond à la condition psychique propre au « petit enfant », que le poète moderne se doit de recouvrer afin d’exprimer un message véritablement poétique. Au cours de notre étude, nous mettrons également en évidence les aspects contradictoires inhérents au « rêve », notamment sa nature illusoire et incompatible avec les structures positives du réel, afin de clarifier les ambiguïtés mêmes du système de Pascoli, toujours suspendu entre extase et échec.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 W. B. Yeats, The rose of the world, in A Victorian anthology (1837-1895), E. C. Stedman (éd.), Camb (...)

Who dreamed that beauty passes like a dream1 ?

  • 2 À ce sujet voir F. Bandini, « Sogno e visione onirica nella poesia di G. Pascoli », in I linguaggi (...)
  • 3 Ibid., p. 472 (nous avons assuré les traductions présentes dans cet article).

1Le caractère primordial du concept de « sogno » au sein de l’œuvre de Pascoli a été mis en évidence dès les premières études critiques, et peut être désormais considéré comme acquis2. De plus, ce thème représente une clef de lecture très efficace pour atteindre une meilleure compréhension du système de l’auteur dans la variété de ses articulations : poésies, théories esthétiques et commentaires exégétiques. En effet, l’effort de Pascoli « consiste souvent à nous communiquer la sensation du rêve, même lorsque le rêve ne constitue pas le sujet spécifique de sa poésie »3. Mais au-delà de ce climat onirique qui émane des vers du poète, il convient de mettre en lumière les significations propres du mot « sogno » en tant que catégorie esthétique et terme métalinguistique. Le « rêve » fait l’objet de réflexions théoriques tant dans les proses que dans les poèmes de Pascoli. C’est sur les écrits en prose – essais de critique et d’histoire littéraire, mais aussi discours officiels et notes préparatoires pour ses cours universitaires – que nous allons concentrer de préférence notre attention. Le plus haut degré de clarté et de formalisation de ces textes nous permet d’aborder de manière immédiate notre sujet, alors que, dans les poèmes, il se présente sous des formes particulièrement complexes, voire ambiguës, à cause des interférences entre les significations techniques et les acceptions ordinaires du mot « sogno ».

  • 4 L’expression apparaît dans le discours léopardien La Ginestra, en 1897, en référence à l’éclair vit (...)

2À titre liminaire, il faut mettre en évidence le rapport qui relie l’expérience du rêve à la mémoire du passé ; autrement dit, le souvenir de tout ce qui n’existe plus, et que la mort a emporté avec elle, tant sur le plan de l’existence individuelle que sur le plan collectif et historique. Le rêve et le souvenir représentent, en effet, les deux présupposés psychologiques qui donnent accès à la connaissance intuitive du réel – ce que l’auteur définit comme « météore psychique » ou « spirituel »4 – et, par conséquent, à la parole poétique capable de l’exprimer. Dans les pages d’un écrit consacré à Dante, Il canto XXXIII del Purgatorio (1904), Pascoli exprime cette notion de manière évidente :

  • 5 G. Pascoli, « Conferenze e studi danteschi », in Prose, vol. II, p. 1526.

Ditelo voi […], se la poesia non è solo in ciò che fu e in ciò che sarà, in ciò che è morto e in ciò che è sogno ! E dite voi, se il sogno più bello, non è sempre quello in cui rivive ciò che è morto5 !

  • 6 Dans son étude critique Simboli e strutture della poesia del Pascoli, G. Bàrberi Squarotti met en é (...)

3Ensuite, il faut rappeler que, loin d’être une libre expression de l’irrationnel subjectif, le « rêve » au sens pascolien définit une expérience de nature objective qui se pose en instrument absolu de connaissance. En effet, c’est par le biais du rêve que le sujet peut aller au-delà des simples phénomènes pour atteindre l’essence de la réalité. En raison de leur valeur gnoséologique, dans l’œuvre du poète les données issues du « rêve » acquièrent une prééminence sur les données empiriques, tant sensorielles que rationnelles6. Du fait de cette prééminence, les objets et les événements apparaissent comme dédoublés, évoqués d’abord dans le rêve et représentés ensuite dans leur réalisation concrète. Les choses deviennent ainsi des métaphores censées exprimer les produits de l’imagination et du « sogno » : au lieu de se manifester naturellement, elles semblent se concrétiser sous la forme d’une démonstration in re de ce qui a été produit par la vision du moi. Cette dualité des choses, constitutive de l’univers pascolien, est à rattacher à un principe très important qui est à la base du système de l’auteur : la découverte de deux façons de connaître, et d’exprimer le monde, l’une conventionnelle, soi-disant propre, et l’autre esthétique et figurée. Cette expérience divisée du réel n’est que le résultat du cours de l’évolution humaine : la perte de l’Enfance au sens pascolien, c’est-à-dire de la condition originelle – la condition poétique par excellence – dans laquelle l’homme est naturellement poète, car en contact immédiat avec l’essence des choses. C’est justement au moyen du rêve qu’il peut percevoir à nouveau l’harmonie des origines. De plus, il peut arriver à l’exprimer, en retrouvant la poésie propre au « petit enfant ». La condition qui rend possible cette connaissance supérieure assurée par le « rêve » découle de l’indépendance du rêve lui-même des lois naturelles : en plus d’être affranchi du temps et de l’espace, il n’a pas de devenir. Toutefois, ces propriétés représentent aussi un point faible dans les structures cognitives déployées dans la poésie pascolienne, comme G. Bàrberi Squarotti le met en relief :

  • 7 G. Bàrberi Squarotti, Simboli e strutture della poesia del Pascoli, p. 170.

la dimensione onirica è un primum del mondo, che svela infinite prospettive al di là delle dimensioni logico-sensoriali, ma introduce inevitabilmente uno scacco, il nuovo mondo evocato non resiste, scompare, urtando contro i resti delle vecchie impalcature delle cose7.

On retiendra donc que le rêve dans l’œuvre de Pascoli peut prendre deux formes opposées : soit la véritable extase, non mystique mais créative – ce que nous allons appeler par la suite « songe poétique » – qui donne accès à une hyper-réalité, infiniment plus riche et exaltante que la réalité ordinaire ; soit, dans l’acception plus commune du terme, l’évasion vers le monde doux mais illusoire des visions intérieures et de la pensée imaginative. Tandis que le « songe poétique » correspond au dépassement des limites ontologiques propres à la condition humaine, l’évasion imaginaire entraîne un sentiment douloureux, dans la mesure où elle ne parvient à transformer la réalité que de manière transitoire et imparfaite. Ce sont ces deux modalités qui concourent à esquisser les contours du rêve chez Pascoli. De ce fait, il n’est pas rare que l’expérience ordinaire du « sogno » – que ce soit un état illusoire opposé à la réalité, ou une image purement fantasmatique – entame la foi du moi poétique dans la valeur absolue de ses visions.

4Après cette courte introduction, nous chercherons à clarifier le sens et la valeur du rêve dans le cadre des réflexions pascoliennes sur l’art, ce que nous verrons en trois parties : le « rêve », « maladie de l’abstraction » propre à la condition existentielle du poète ; la fonction du rêve dans le processus de création ; le rapport de complémentarité reliant le « sogno » et le « studio » dans le système pascolien.

La « maladie de l’abstraction »

5L’auteur évoque le « rêve » en relation à la condition du poète dès la rédaction de Foglie gialle, une œuvre de jeunesse, entre 1877 et 1879. Dans ce texte, la prédisposition du poète au rêve inspiré est définie comme « maladie de l’abstraction ». Celui qui en souffre est à la fois dépossédé de lui-même et de ses limites spatio-temporelles. Cet état est la condition lui permettant d’accéder à un temps suspendu qui n’appartient à aucun âge en même temps qu’il appartient à tous :

  • 8 G. Pascoli, Foglie gialle (1877-1879), in Prose disperse, G. Capecchi (éd.), Lanciano, Rocco Carabb (...)

Egli è oppresso da tanta vitalità esteriore e si lascia trascinare fuori del presente : egli si trova in un sogno e una visione, tra il passato e l’avvenire : ma la visione è incerta e vaporosa : colora appena d’oro i lembi (principii) delle sue meditazioni angosciose8.

  • 9 Ibid.

Le poète est donc victime d’une sorte de « violence » exercée par les choses. Il se laisse emporter loin de son environnement familier vers une dimension hors du temps et peuplée de visions. On remarquera que ces visions sont en même temps incertaines et nébuleuses et ne parviennent pas complètement à dissiper l’angoisse du sujet abîmé dans ses méditations. On constate déjà dans cet extrait que la condition du « songe poétique » entraîne une ambiguïté profonde : le sujet dépasse les limites propres à son existence ordinaire en même temps qu’il est frustré de réponses claires à ses interrogations essentielles. Le rêve dont le poète fait l’expérience tend fatalement à basculer du domaine de l’hyper-réalité à celui de l’illusion. L’œuvre qui résulte de ce processus est le produit d’un surplus de « vitalità esteriore »9, comme Pascoli le dit. Elle ne saurait être considérée comme une création autonome, due à l’arbitraire d’un génie intérieur. C’est une cause extérieure qui l’a déterminée : la poésie « du songe » est par conséquent objective et ses messages sont véridiques :

  • 10 Ibid.

La poesia che ne esce è perciò soggettiva ; ma l’oggettivo per lo più prende il sopravvento. Il poeta non afferma, non scuopre, non prova nulla. Egli rende una sensazione che ha subìta come l’ha subìta : è la malattia dell’astrazione, che è comune ai poeti primitivi. […] Io astraggo dal mondo d’oggi, come astrae chi sogna, senza mancare alla verità10.

Le rêve dans le processus de création

  • 11 G. Pascoli, Eco di una notte mitica, in Prose, vol. I, p. 124-137.
  • 12 Ibid., p. 125.
  • 13 Ibid., p. 127.

6Pascoli a recours à la notion du rêve pour éclaircir le processus de création de l’œuvre d’art dans l’essai Eco di una notte mitica (1896)11, consacré à l’étude du chapitre VIII des Promessi Sposi : « la notte degli imbrogli e dei sotterfugi ». Tout d’abord, il s’efforce d’expliquer ses réflexions en tant que lecteur / interprète : la lecture du récit manzonien a procuré à son imagination « una sensazione doppia, un piacere complesso, formato di novità e di ricordo »12. De plus, il affirme que les aventures décrites par Manzoni lui donnent l’impression d’avoir été « intese o lette altre volte, come di tutt’altri tempi e luoghi, di tutt’altre persone, con tutt’altri costumi »13. Afin d’élucider l’effet extraordinaire qu’ils ont provoqué chez lui, Pascoli observe que cela « pare un sogno » :

  • 14 Ibid., p. 127-128. Il est intéressant de comparer ce passage avec celui où Pascoli, polémiquant con (...)

Pare un sogno, in cui una persona ora è quella, ora un’altra, e si trovano insieme sensazioni vecchie e recenti, intrecciate e commesse a fare mostri di visioni, poi sparite subitamente in parte e in parte rimaste, come in un paese montano sotto la nebbia mattutina si vedono castelli e piantagioni per aria e un grigio uniforme tra e sotto loro14.

  • 15 G. Pascoli, Eco di una notte mitica, in Prose, vol. I, p. 127-128.

Dans le rêve que Pascoli décrit, le passé le plus reculé et le moment présent sont une fois de plus mêlés jusqu’à ce que la notion de temps s’annihile : ce que nous avons appelé « songe poétique » se déroule dans une dimension suspendue brisant la continuité inexorable des événements. Les images oniriques sont assimilées à un paysage, où les rapports entre les objets sont altérés, voire transfigurés, par les vapeurs du brouillard. Ce brouillard, tout en empêchant la perception directe des choses, suggère une autre réalité possible, porteuse d’un message révélateur. Par le biais de cette description, Pascoli veut nous faire saisir non seulement ce qui constitue l’expérience du lecteur / interprète, mais aussi l’activité de l’artiste : un travail incessant accompli en équilibre instable entre conscience éveillée et songe. C’est alors que l’artiste fait l’expérience d’une dimension non pas irréelle, mais plutôt au-delà de la réalité ; c’est en y pénétrant qu’il pourra retrouver de quoi composer son œuvre : un monstrum tout à fait confus, constitué d’éléments tantôt anciens, tantôt originaux. Bien qu’ils relèvent de deux natures différentes, ceux-ci n’en émergent pas moins du processus générateur de l’œuvre d’art, tel qu’il se réalise dans l’esprit de l’écrivain. Loin d’inventer, « che non è la natura esso o Dio »15, l’écrivain rêve à proprement parler. Pascoli conclut ce passage par une manifestation d’enthousiasme :

  • 16 Ibid.

Ho trovato ! Ho trovato ! Quale incanto vedere il lavorìo, forse inconscio, dell’ingegno che crea, e assistere alla genesi dell’opera d’arte16 !

Au moyen des visions déclenchées par la lecture du passage des Promessi sposi, Pascoli non seulement renouvelle des sensations et des sentiments vécus par d’autres avant lui, mais parvient aussi à distinguer en filigrane ce qui a déclenché chez Manzoni son « songe poétique ». Il s’agit du souvenir d’un modèle, voire d’un archétype littéraire : Virgile et son récit de la dernière nuit de Troie dans l’Enéide :

  • 17 Ibid., p. 131.

Ma la sua fantasia, senza che esso se ne rendesse forse conto, elaborava elementi virgiliani. La notte degli imbrogli e dei sotterfugi è l’ultima notte di Ilio trasformata in modo che nessuno, nemmeno il Manzoni, sospetterebbe la strana trasformazione17.

  • 18 Étant particulièrement intéressé au procédé générateur de l’œuvre d’art, Pascoli préfère parler non (...)
  • 19 Comme l’illustre amplement P. Ferratini, I fiori sulle rovine. Pascoli e l’arte del commento, Bolog (...)

7Toutefois Pascoli semble vouloir relativiser la portée de ses propres remarques. Ainsi qu’il l’affirme, il est loin d’avoir découvert en Virgile une source de Manzoni. Son essai ne constitue ni « une étude critique » ni « un travail d’enquête », parce qu’il n’est pas composé d’éléments scientifiquement irréfutables et démontrables18. Cette méthode, bien qu’elle n’aboutisse qu’à des conclusions vraisemblables – le poète parle expressément de « verosimile » – n’en constitue pas moins le modèle heuristique que Pascoli a choisi. Et cela non seulement pour son interprétation de Manzoni, mais aussi pour la totalité de ses recherches esthétiques. Dans le système de Pascoli, la philologie scientifique n’est que la prémisse pour atteindre une compréhension plus profonde et globale de l’œuvre d’art. Après l’analyse purement philologique et la critique rigoureuse du texte, le poète se doit de reconstruire et de raconter « le voyage à rebours » de la parole à la poésie. Entre l’émotion et l’expression il n’y a, en fait, pas de correspondance, mais bien un écart ; pour le combler, l’auteur, en tant qu’interprète, vise à retrouver la poésie – c’est-à-dire, l’émotion qui suit l’intuition – tout en sachant que la correspondance parfaite entre le mot et l’expérience n’a lieu que dans la mythique Urdichtung. L’herméneutique idéale de Pascoli comporte donc, d’une part, la renonciation à l’approche scientifique en tant que méthode exclusive, et d’autre part, le choix d’une « anti-méthode », qui impose ses résultats sous les formes de la révélation. Il s’agit d’une philologie « transcendantale » – instrument permettant le passage du lógos au múthos – dont les critères sont appliqués aux anthologies latines Lyra et Epos19. Selon les présupposés de cette méthode, le critique se doit tout d’abord de révéler les intentions inexprimées de l’auteur ; ensuite, d’étudier les processus d’élaboration et de correction de l’œuvre et son aboutissement dans le texte ; enfin, d’élucider la résolution manquée du texte définitif, sur la base de la non-correspondance entre intentio operis et intentio auctoris. Son but est donc de réintégrer au plus haut degré possible l’émotion et la vision qui sont à l’origine de l’expression ; pour ce faire, il prend l’expression elle-même comme lumière et guide. Le parcours de l’interprète va donc de la parole de l’artiste à la poésie : du plan réel et rationnel au plan prérationnel. Par conséquent, l’acte critique et l’acte créatif s’avèrent semblables, dans la mesure où l’interprète, en vertu de ses qualités de poète-enfant, est capable de retrouver la vie dans les mots, ainsi que de ressentir à son tour le « météore spirituel » qui a traversé l’esprit du poète disparu.

8Aux yeux de Pascoli, sa méthode est l’instrument le plus efficace pour reconstruire la genèse de toute œuvre d’art, qui ne peut être que psychologique :

  • 20 G. Pascoli, Eco di una notte mitica, in Prose, vol. I, p. 128-129. La théorie appliquée à la lectur (...)

Dunque io non parlo d’imitazione che il Manzoni abbia fatto, né di fonti a cui abbia derivato : voglio fare un cenno, un cenno solo, di qualche cosa di più e di meno nel tempo stesso : adombrare appena lo studio d’una grande mente nell’atto stesso che genera l’opera grande, la quale a lui medesimo, se volesse o potesse fare l’analisi degli elementi semplici di cui è composta, parrebbe più mirabile d’un sogno scomposto nelle sue spirituali molecole20.

  • 21 Dans la bibliothèque de Castelvecchio sont conservés, en traduction italienne (Storia della creazio (...)
  • 22 À ce propos, Perugi met en relief que « Dopo la stroncatura del Croce, apparsa sui fascicoli I-III (...)

9Dans l’expérience du rêve, Pascoli ne reconnaît pas seulement la dynamique du processus créatif, mais aussi l’expérience de la poésie au sens absolu, conçue comme la Parole universelle qui se répéterait sans interruption, sous la forme d’une alternance d’échos, à l’intérieur de l’histoire humaine et de l’âme individuelle. Le rapport entre le « songe poétique » et le souvenir des archétypes littéraires nous ramène à deux présupposés primordiaux de la pensée de Pascoli, qu’il est indispensable d’élucider en vue d’une définition plus précise de notre sujet. Nous faisons référence, tout d’abord, à l’idée de Pascoli selon laquelle le mot est une « image-chose », une entité formée par les deux faces d’un symbole, qui va au-delà du simple signe et témoigne d’une présence posthume de vie ; ensuite, aux théories du biologiste évolutionniste Ernst Heinrich Haeckel, à savoir, la loi de récapitulation ou loi biogénique fondamentale21. La présence de ces deux théories au sein de l’esthétique pascolienne constitue un nœud problématique que l’auteur s’attache à éclaircir dans les notes d’un essai qui, conçu entre 1907 et 1908, ne fut jamais achevé. Dans ce texte, qui aurait dû s’intituler Elementi di letteratura, Pascoli exprime son désaccord profond avec Benedetto Croce22 :

  • 23 M. Perugi, « “Elementi di letteratura” di Giovanni Pascoli », p. 407 et 414.

In noi sopravvive la nostra fanciullezza. Che dico ? Per una legge riconosciuta e dimostrata dal Haeckel, sopravvive in noi la fanciullezza del genere umano. In noi, in ognun di noi, si ripete, nel breve corso della nostra vita, la ‹lunga› storia del genere naturale e morale dell’umanità. […] Il fatto è che né chi scrive né chi dipinge né chi assai cicaleggia, comunica tutto. L’opera non è sua che in minima parte. […] La fantasia stimolata e guidata dalla parola dello scrittore, ricrea la visione di lui23.

  • 24 Adriana Da Rin observe à propos de cet extrait de Pascoli : « Sono presenti in questa citazione alm (...)

Les expériences de vie consignées dans un texte sont en fait une « substance » à laquelle on peut accéder à n’importe quelle époque. Cela est possible, d’une part, à cause de la nature composite et récapitulative de l’être humain ; d’autre part, grâce à la relation non arbitraire qui existe, selon Pascoli, entre signifiant et signifié. À l’aide de la fonction médiatrice du texte, le sujet récepteur et la conscience de l’auteur peuvent donc se rencontrer d’une manière sensible. Quant au contact avec la vie située au-delà des signes linguistiques, il est réservé à une forme de sensibilité particulière, que l’on trouve chez le lecteur, l’exégète, ou le poète ut puer ; lui seul peut, en effet, discerner l’essence du « météore spirituel » qui est à l’origine de l’œuvre d’art, allant jusqu’à découvrir ce que l’auteur a voulu exprimer, sans réussir à le faire. Comment peut-on atteindre cet état de rêve qui rend possible l’art vrai, mode d’expression de la beauté absolue, qui franchit les limites humaines et neutralise la mort ? Certainement pas en imitant les modèles proposés par la tradition, ni en faisant confiance aux créations d’un génie individuel, qui ont, de ce même fait, un caractère illusoire. Pascoli aborde ce problème lors de la commémoration en l’honneur de Giuseppe Chiarini et de Gian Maria Damiani, qui eut lieu à l’université de Bologne le 1er décembre 1908. Dans un passage de son discours, qui fait référence au célèbre songe du poète latin Ennius24, il indique dans le « rêve » le seul moyen pour créer une poésie qui soit non moins originale qu’éternelle :

  • 25 G. Pascoli, Un uomo di pensiero e un uomo d’azione (1908), in Prose, vol. I, p. 502. Pascoli repren (...)

[…] in poesia non si dà scuola, la poesia non comporta imitazione. […] È una creazione che, per dirla nostra, dobbiamo crederla fatta come in sogno ; un sogno avanti l’alba in cui può apparire al poeta nuovo il poeta antichissimo e sempre fiorente, che sparge le salse lacrime e dice le origini delle cose25.

L’étude et le songe poétique

10Dans la conception de Pascoli, le seul moyen d’accéder à l’expérience du rêve et à l’inventio onirique est l’étude philologique et historique de la parole et de la tradition antiques, afin de retrouver, en même temps que les racines de la psyché humaine, la poésie originelle :

  • 26 G. Pascoli, Il Fanciullino, in Prose, vol. I, p. 40.

Noi studiamo troppo, per poetare ; ed è superfluo aggiungere che, per sapere, studiamo troppo poco […]. Lo studio deve essere diretto a togliere più che ad aggiungere : a togliere la tanta ruggine che il tempo ha depositata sulla nostra anima, in modo che torniamo a specchiarci nella limpidezza di prima ; ed essere soli tra noi e noi […]. Lo studio deve rifarci ingenui, insomma lo studio deve togliere gli artifizi, e renderci la natura26.

  • 27 C’est dans les notes relatives à l’ouvrage inachevé Elementi di letteratura que Pascoli dresse l’op (...)

Il s’agit, à l’évidence, d’une conception presque paradoxale de l’étude, qui est censée ramener l’homme à la nature. En effet, le « studio » représente pour Pascoli le remède contre les atteintes de la réflexion et de la pensée logico-conceptuelle, qui ont eu pour effet d’éloigner le genre humain de l’âge d’or de son enfance. De plus, il constitue la phase consciente et éveillée du processus qui rattache le poète à la Poésie de l’humanité ; elle est l’apport de l’expérience positive et individuelle dans la composition de la poésie. Toutefois, l’évolution de l’humanité est un processus irréversible. Une fois que, perverti par l’arrogance intellectuelle de l’âge adulte, l’homme s’est détourné de sa condition d’émerveillement, il ne peut plus, revenant en arrière, annuler les conséquences de ce changement ; tout ce qui est à sa portée, c’est de trouver une voie de retour indirecte, en s’appuyant sur les moyens dont il dispose. C’est pourquoi le petit enfant « rescapé » ne peut plus être innocent ; tout ce qu’il peut faire, c’est se regarder dans son innocence originaire comme dans un miroir, et s’y reconnaître. Pour cette raison, le « rêve » au sens pascolien s’avère à la fois exaltant et frustrant : voie d’accès à une hyper-réalité qui comblerait la quête humaine de vérité et d’absolu, mais également source de visions merveilleuses et illusoires. Le poète moderne – celui que Pascoli définit comme « poeta riflesso »27 – a perdu les facultés propres à la psyché enfantine. Par conséquent il n’est plus à même de saisir complètement le contenu de ses visions et de les exprimer : il ne peut que les « refléter », pour ainsi dire, de manière indirecte et partielle. La reconstitution finale de l’harmonie originelle entre émotion / intuition et parole laissera transparaître le point de suture : elle sera toujours approximative. Son degré d’approximation dépendra du niveau de perfection atteint par le message poétique, qui est le résultat de l’étude et de la disposition du moi au « songe poétique ». C’est justement cette disposition que le « poète réfléchi » a en commun avec l’enfant. En effet, Pascoli considère le rêve comme la toute première modalité de perception et de connaissance du réel, propre tant à l’homme primitif – et à l’aède, poète primitif – qu’à l’enfant. Dans ses notes préparatoires au cours universitaire consacré à la poésie épique qu’il a donné à Bologne pendant les années universitaires 1909-1910-1911, Pascoli affirme :

  • 28 A. Da Rin, Pascoli e la poesia epica…, p. 83-84. La présence des rêves dans l’épopée ne saurait êtr (...)

Si può dire che tutti gli epici sono poeti del sogno, e che un sogno sia l’epos in quanto ci fa assistere presenti a fatti lontani e ci converte in meraviglie e portenti le cose più usuali e comuni e ci fa rimpiangere pianti già asciutti ed esauriti e ci fa trovare i morti nei loro atteggiamenti di vivi. […] Quanta parte ebbe il sogno nel formare le religioni e le primitive e rozze filosofie metafisiche […] Quanta parte ha nella vita del fanciullo (e della donna-eterno fanciullo) il sogno28.

  • 29 M. Perugi, « “Elementi di letteratura” di Giovanni Pascoli », p. 411.

L’essence de la vraie poésie – la poésie des origines, des poètes / enfants – se situe donc au-delà du code linguistique lui-même, dans la dimension de ce que Pascoli appelle « prerazionale ». En effet, la parfaite correspondance entre l’émotion et l’intention expressive caractérise seulement les mots de l’homme originaire, l’Adam nomenclateur du cosmos : « Nei primi poetanti, nei nomenclatori, poesia era necessità. La loro parola è naturalmente poetica »29. Pour l’homme « évolué », la vraie poésie est un objectif tendanciel ; l’intuition et l’émotion qui suivent l’émerveillement enfantin ne sont plus une possession, mais un reste, comparable à la moitié d’un symbole brisé, qu’il faut recomposer ; c’est grâce au « sogno » que cette « recomposition » devient possible. Le rêve s’avère donc la réélaboration de la Parole étudiée et aimée non pas sur un plan irrationnel mais prérationnel. Il faut rappeler que l’expression de cette dimension psychologique, correspondant à la notion de la beauté elle-même, est le but de tout effort esthétique chez notre auteur :

  • 30 Ibid., p. 415.

Il bello che cosa è dunque ? […] è l’accordo d’una espressione col fondo primitivo e ingenito e ingenuo della nostra psiche. È il prerazionale30

Malgré le caractère problématique et ambivalent de ses productions, le rêve peut être considéré comme le seul et unique moyen accordé au « poète réfléchi » pour accéder à son absolu. Thème esthétique primordial dans le système de Pascoli, le « sogno » s’avère essentiel pour comprendre le caractère métalinguistique de la poésie pascolienne elle-même. En conclusion, il s’agit d’une autre manière, à la fois plus familière et plus insaisissable, d’exprimer la notion technique et univoque de « prerazionale ».

Haut de page

Notes

1 W. B. Yeats, The rose of the world, in A Victorian anthology (1837-1895), E. C. Stedman (éd.), Cambridge, Riverside Press, 1895, v. 1.

2 À ce sujet voir F. Bandini, « Sogno e visione onirica nella poesia di G. Pascoli », in I linguaggi del sogno, V. Branca, C. Ossola, S. Resnik (dir.), Florence, Sansoni, 1984, p. 469-478.

3 Ibid., p. 472 (nous avons assuré les traductions présentes dans cet article).

4 L’expression apparaît dans le discours léopardien La Ginestra, en 1897, en référence à l’éclair vital et illusoire, qui offre au poète une apparition instantanée de beauté, et aux « risvegli di palpiti » qui tirent leur origine de cette expérience : « quelle meteore spirituali che scoppiano nel silenzio del sonno, e lasciano, al risveglio, l’anima rinverdita e rinnovata come dal refrigerio d’una tempesta » (G. Pascoli, « La Ginestra », in Prose, A. Vicinelli (éd.), Milan, Mondadori, 1946-1952, vol. I, p. 89). Plus tard, dans le feuillet 19 de l’essai sur l’esthétique qui a pour titre Elementi di letteratura, Pascoli indique certains exemples concrets de « meteora spirituale », tirés de la poésie de Leopardi et de la sienne : « i cani lontani del Leopardi, l’odor di viole dell’Aquilone » ; ces mêmes exemples sont également mentionnés dans une note précédente, dans le feuillet 11, comme suit : « un palpito affrettato – un odor di viole, una vista di donna fuggente, un ricordo d’infanzia, una rovina maestosa, una bella visione. Un brivido ? Quale emozione ? » (cf. M. Perugi, « “Elementi di letteratura” di Giovanni Pascoli », Filologia e critica, no 16, 1991, p. 407 et 408).

5 G. Pascoli, « Conferenze e studi danteschi », in Prose, vol. II, p. 1526.

6 Dans son étude critique Simboli e strutture della poesia del Pascoli, G. Bàrberi Squarotti met en évidence cet aspect au moyen de nombreux exemples. En outre, le critique nous aide à mieux cerner le concept de « rêve » chez Pascoli, entendu non seulement comme vision onirique mais aussi, et au sens large, comme imagination des choses (G. Bàrberi Squarotti, Simboli e strutture della poesia del Pascoli, Messine – Florence, G. D’Anna, 1976).

7 G. Bàrberi Squarotti, Simboli e strutture della poesia del Pascoli, p. 170.

8 G. Pascoli, Foglie gialle (1877-1879), in Prose disperse, G. Capecchi (éd.), Lanciano, Rocco Carabba, 2004, p. 62.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 G. Pascoli, Eco di una notte mitica, in Prose, vol. I, p. 124-137.

12 Ibid., p. 125.

13 Ibid., p. 127.

14 Ibid., p. 127-128. Il est intéressant de comparer ce passage avec celui où Pascoli, polémiquant contre Croce, dans son œuvre inachevée intitulée Elementi di letteratura, définit le rôle du critique : « Bisogna in sé riprodurre la vera genesi dell’opera d’arte, genesi che è psicologica, un’emozione, una meteora spirituale » (M. Perugi, « “Elementi di letteratura” di Giovanni Pascoli », p. 408 ; cf. le passage tiré de Eco di una notte mitica, p. 7).

15 G. Pascoli, Eco di una notte mitica, in Prose, vol. I, p. 127-128.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 131.

18 Étant particulièrement intéressé au procédé générateur de l’œuvre d’art, Pascoli préfère parler non pas de source (« fonte »), mais bien d’antécédent (« antefatto ») et de présupposés (« presupposti ») du texte. Dans le cadre de ses réflexions méthodologiques, le déterminisme propre à la crénologie traditionnelle est dépassé. La recherche des sources acquiert ainsi une fonction nouvelle, à mettre en rapport avec la transformation et la réélaboration des modèles que, lors de la création de son œuvre, l’auteur réalise tant au niveau conscient qu’inconscient. Sur ce thème, voir G. F. Pasini, « Pascoli e le fonti », Rivista pascoliana, no 5, 1993, p. 165-183 ; à propos notamment de l’interprétation pascolienne du roman de Manzoni, voir M. Pazzaglia, « Pascoli lettore dei Promessi Sposi », Rivista pascoliana, no 1, 1989, p. 75-93.

19 Comme l’illustre amplement P. Ferratini, I fiori sulle rovine. Pascoli e l’arte del commento, Bologne, Il Mulino, 1990.

20 G. Pascoli, Eco di una notte mitica, in Prose, vol. I, p. 128-129. La théorie appliquée à la lecture de Manzoni et, d’une manière plus générale, le caractère primordial que Pascoli, dans son esthétique, attribue à ce qui, dans l’œuvre d’art, demeure inexprimé et inachevé (à ce propos voir les notes de l’auteur dans M. Perugi, « “Elementi di letteratura” di Giovanni Pascoli », p. 406), tout cela devance l’étude consacrée par la critique génétique moderne à la création in fieri – les traces matérielles et documentaires du texte, les virtualités ouvertes par le processus d’élaboration de l’œuvre (pour une vision d’ensemble des présupposés théoriques, de la méthodologie et des problématiques liées à la critique génétique, nous renvoyons aux contributions de L. Hay, La Littérature des écrivains : questions de critique génétique, Paris, José Corti, 2002 et au recueil d’articles sous la direction de M. Contat et D. Ferrer, Pourquoi la critique génétique ? Méthodes, théories, Paris, CNRS, 1998).

21 Dans la bibliothèque de Castelvecchio sont conservés, en traduction italienne (Storia della creazione naturale, Turin, UTET, 1890-1891), les dix fascicules de la Natürliche Schöpfungsgeschichte du biologiste allemand Ernst Heinrich Haeckel (1834-1919). Ce scientifique évolutionniste vise à démontrer, par voie empirique, que l’évolution de l’embryon est une récapitulation en échelle réduite du développement de l’espèce à laquelle il appartient. Pareillement, l’homme répéterait, durant le cycle de son existence, les étapes évolutives de l’humanité au cours de son histoire. Pascoli s’appuie sur ces formulations pour conférer des bases scientifiques à sa théorie, selon laquelle chaque individu garderait en lui non seulement le souvenir de son propre vécu, mais aussi la mémoire latente du passé de l’humanité.

22 À ce propos, Perugi met en relief que « Dopo la stroncatura del Croce, apparsa sui fascicoli I-III e IV-VI (20 gennaio e 20 marzo 1907) di La critica, Pascoli si conferma nel proposito di condurre a termine un bel “libro scolastico con esempi”, “un volumetto sintetico e chiaro, da esser tradotto in tedesco e inglese” (come scriveva, il 7 ottobre e il 23 dicembre di quell’anno, ad Augusto Guido Bianchi). Il modesto titolo Elementi di letteratura, come sviluppo finale degli assiomi distillati ne Il Fanciullino, cela un’opera che se fosse stata pubblicata, ponendosi quale unico degno pendant dell’Estetica, avrebbe forse risparmiato alla cultura italiana decenni di dittatura post-crociana, e le avrebbe permesso di non perdere contatto, in questo ambito, con le più vive e feconde correnti del pensiero europeo. » (M. Perugi, « Introduzione » à G. Pascoli, Dai Canti di Castelvecchio, M. Perugi [éd.], Milan, Il Saggiatore, 1982, p. 9-10).

23 M. Perugi, « “Elementi di letteratura” di Giovanni Pascoli », p. 407 et 414.

24 Adriana Da Rin observe à propos de cet extrait de Pascoli : « Sono presenti in questa citazione almeno due allusioni : la prima abbastanza scoperta al sogno di Ennio, da cui, come Pascoli scriveva in Epos, l’autore degli Annali “prendeva le mosse al suo sublime racconto. In sogno gli appariva Omero che gli rivelava che la sua anima era in lui, dopo essere passata per altri corpi. Ennio sarebbe stato l’Omero latino”. La seconda allusione, forse più mimetizzata, si rileva nell’operazione del poeta antichissimo di dire le origini delle cose, che richiama da vicino l’atto del Fanciullino che è l’Adamo nomenclatore che “mette il nome a ciò che vede e sente” » (A. Da Rin, Pascoli e la poesia epica : un inedito corso universitario di Giovanni Pascoli, Florence, La Nuova Italia, 1992, p. 25).

25 G. Pascoli, Un uomo di pensiero e un uomo d’azione (1908), in Prose, vol. I, p. 502. Pascoli reprend ici De rerum natura, I, 124-126, où Lucrèce évoque un passage perdu des Annales d’Ennius : « unde sibi exortam semper florentis Homeri / commemorat speciem lacrimas effundere salsas / coepisse et rerum naturam expandere dictis » (« il raconte que l’image d’Homère lui apparaissant de l’au-delà, toujours florissante, il commença à verser de chaudes larmes et à expliquer par ses mots la nature des choses »).

26 G. Pascoli, Il Fanciullino, in Prose, vol. I, p. 40.

27 C’est dans les notes relatives à l’ouvrage inachevé Elementi di letteratura que Pascoli dresse l’opposition entre « poeta primitivo » et « poeta riflesso ». Chez le premier, il y avait coïncidence naturelle de langue et poésie ; quant à l’autre, il doit s’en remettre au « petit enfant » qui, revenant dans son esprit, cherche à reconstituer sa propre faculté poétique, aussi bien du point de vue actif que passif, au terme d’un parcours d’initiation, effectué sous la guide de l’amour et de l’étude (voir M. Perugi, « “Elementi di letteratura” di Giovanni Pascoli », p. 401-418). Cette corrélation se trouve également dans le schéma « linguistica / selvaggi / fanciulli / poeti primitivi / poeti riflessi », auquel Perugi fait allusion à la p. 411 note 20, se référant au feuillet LXXVI, 6, 23, intitulé Elementi, où Pascoli illustre quelques étymologies puisées dans l’ouvrage de Max Müller, Letture sopra la scienza del linguaggio, traduit par G. Nerucci, Milan, Daelli, 1864 (voir M. Perugi, « Morfologia di una lingua morta. I fondamenti dell’estetica pascoliana », in Convegno Internazionale di studi pascoliani [Barga, 1983], Barga, Tipografia Gasperetti, 1988, vol. II, p. 171-233). Une autre allusion au « poeta riflesso » se trouve dans le même tiroir des Archives de Castelvecchio, feuillet 69 : « La poesia epica è come natura / Non ha l’impressione emotiva del poeta […]. Né tuttavia vi manca al tutto. Sunt lacrimae rerum. Chi racconta ha pur un cuore. Tuttavia, preoccupati più della successione dei fatti che d’altro, i primitivi lo mostrano meno dei riflessi ».

28 A. Da Rin, Pascoli e la poesia epica…, p. 83-84. La présence des rêves dans l’épopée ne saurait être ramenée à l’ingénuité, qui est le propre de l’auteur primitif et de sa poésie ; les rêves épiques montrent plutôt leur nature de véritables recours narratifs, qui constituent et supportent la structure du récit. S’appropriant le rêve de l’épopée, Pascoli finit par le superposer à son concept de songe poétique ; dans son commentaire à l’édition critique du cours universitaire consacré à la poésie épique, Adriana Da Rin met en évidence ce procédé.

29 M. Perugi, « “Elementi di letteratura” di Giovanni Pascoli », p. 411.

30 Ibid., p. 415.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesca Sensini, « Pascoli et la poétique du rêve : entre hyper-réalité et illusion »Transalpina, 10 | 2008, 253-266.

Référence électronique

Francesca Sensini, « Pascoli et la poétique du rêve : entre hyper-réalité et illusion »Transalpina [En ligne], 10 | 2008, mis en ligne le 13 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3118

Haut de page

Auteur

Francesca Sensini

Université de Toulouse II – Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Transalpina. Études italiennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search