Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir, à ce propos, le témoignage de Théophile Gautier : « Hoffmann est populaire en France, plus po (...)

1Les mystères urbains sont l’un des genres les plus fascinants de la littérature du XIXe siècle. Cette affirmation pourrait paraître surprenante, mais l’histoire de la réception de ces textes suffit, croyons-nous, à la justifier pleinement. Lus par tout le monde à l’époque de leur publication – la popularité d’Eugène Sue pendant les années 1840 n’a sans doute d’égal, en France et dans la première moitié du XIXe siècle, que le prodigieux succès d’Hoffmann dans les années 18301 –, appréciés (et écrits !) par certains des grands écrivains français du siècle (rappelons ces Mystères de Marseille mis au jour en 1867 par un jeune Émile Zola, qui par ailleurs n’en obtint pas le succès qu’il en espérait), assez percutants sur leur vaste lectorat pour qu’on ait pu leur attribuer le mérite ou la responsabilité d’avoir déclenché la troisième grande Révolution française, et par la suite européenne, celle de 1848, les mystères urbains semblent, depuis, avoir été complètement oubliés par l’histoire littéraire. De nombreux spécialistes, et parmi les meilleurs et les plus éminents, s’accordent pour dire qu’on n’écrit plus de mystères urbains au XXe siècle, encore moins aujourd’hui ; quant aux textes classiques du XIXe siècle, ils ne sont lus désormais que par les spécialistes de littérature – étrange paradoxe, en fonction duquel ces « machines à popularité » qu’étaient les mystères pendant leur âge d’or sont à présent confinés dans une sorte de réserve indienne fréquentée uniquement par des lecteurs spécialisés, munis de visa universitaire en bonne et due forme, et bien en vue !

  • 2 Cf. F. Mastriani, I misteri di Napoli. Studi storico-sociali, Naples, G. Nobile, 1869-1870, vol. I, (...)
  • 3 Il existe une entrée « Mystère » dans l’ouvrage de référence sur la désuétude des genres littéraire (...)

2Dans cette trajectoire – de la gloire à la misère, et de la plus brûlante actualité jusqu’à l’obsolescence, vintage dans le meilleur des cas, des histoires littéraires – résident bien des raisons de fascination. Car ce qu’on ne comprend pas, ou pas tout à fait, nous intrigue, et qu’il y a là, justement, de quoi nous intriguer : comment cette déchéance a-t-elle été possible ? Comment cela se fait-il que le genre des mystères, après avoir réalisé une entrée en scène fracassante et avoir suscité un phénomène d’engouement tel, qu’il fit tomber sur toute l’Europe – pour utiliser la belle image du romancier napolitain Francesco Mastriani – une véritable « pluie de mystères »2, comment donc ce genre put-il s’étioler petit à petit jusqu’à un état de désuétude3 apparemment définitif ? L’étonnement n’en sera que plus fort lorsqu’on aura rappelé que les mystères urbains font montre par ailleurs, toujours au XIXe siècle, d’une grande capacité d’auto-rénovation : la vague des « ventres de… » qui sévit en Europe après la parution, en 1873, du Ventre de Paris de Zola – lequel, la deuxième fois, réussit son coup ! – doit être interprétée, en effet, comme une résurgence, sous des formes renouvelées, de la première vague, celle des « mystères de… » qui l’avait précédée.

  • 4 Cf. M. Letourneux, « La disparition du genre des mystères au début du XXe siècle », in Les mystères (...)
  • 5 Ibid., p. 12.
  • 6 Ibid., p. 1.

3Il n’est toutefois pas impossible de trouver des explications au « mystère des mystères (urbains) », si l’on peut dire. Un spécialiste de littératures populaires comme Matthieu Letourneux, par exemple, a suggéré, dans un article paru en 20154, que la disparition des mystères et le revirement de leur fortune critique pourraient être liés aux changements – nombreux et conséquents – qui impactent l’industrie du livre et le marché des publications périodiques au début du XXe siècle. Si « [n]ous avons oublié ce genre », écrit M. Letourneux en conclusion de sa pénétrante étude, c’est « tout simplement parce qu’il ne correspond […] [plus] à ce que nous appelons un genre »5. C’est un argument à ne pas sous-évaluer – bien qu’il y ait également des raisons de croire que certaines traces des mystères urbains persistent dans la littérature du siècle suivant (et aussi dans la littérature hyper-contemporaine, celle du premier quart du XXIe siècle). Nous n’insisterons cependant pas ici sur les raisons qui pourraient éclairer la « dissolution »6 des mystères urbains, ni ne suivrons la piste – tout aussi intéressante – d’une persistance ou latence du genre dans la littérature des époques successives. Car il est temps de tourner notre regard vers la péninsule, et de nous demander ce qu’il en est des mystères urbains dans la littérature italienne.

  • 7 Q. Marini, I « Misteri » d’Italia, Pise, ETS, 1993, p. 12.

4On retrouve, dans l’histoire du genre en Italie, plusieurs éléments que nous avons déjà mentionnés : l’éclosion soudaine à la suite de la parution en version(s) italienne(s) du texte-archétype de Sue, Les Mystères de Paris, la mode des mystères urbains et le déluge de publications qu’elle provoque (déluge déploré, comme nous l’avons dit, par Mastriani), la disparition à l’aube du XXe siècle… Mais il y a aussi, dans ces vicissitudes du genre, des éléments plus directement liés à la culture italienne, et aux grandes constantes culturelles – peut-être faudrait-il dire : contraintes culturelles – qui caractérisent (et déterminent) la critique littéraire italianiste, notamment celle qui opère dans les universités italiennes. C’est Quinto Marini qui remarque – et il est vraiment difficile de le contredire sur ce point – que la critique littéraire, en Italie, a rarement reconnu une « dignité littéraire » à la tradition romanesque des mystères italiens, en l’écartant « du circuit de la littérature officielle » pour la cantonner dans l’espace de la « littérature “mineure”, “d’appendice” »7. Pourtant, ce genre compte en Italie un nombre non insignifiant d’œuvres, par des auteurs plus que dignes, et parfois par des écrivains de premier plan dans l’histoire littéraire nationale. En guise d’exemples, nous pourrions rappeler les noms de Collodi (I misteri di Firenze. Scene sociali, 1857), Alessandro Sauli (I misteri di Milano, 1857-1859), Franco Mistrali (I misteri del Vaticano o la Roma dei Papi, 1861-1864), Anton Giulio Barrili (I misteri di Genova. Cronache contemporanee, 1867-1870), le Mastriani déjà mentionné des Misteri di Napoli (1869-1870), mais aussi celui du roman I vermi (1863-1864), Paolo Valera (Milano sconosciuta, 1879), Giulio Piccini dit Jarro (Firenze sotterranea. Appunti, ricordi, descrizioni, bozzetti et I ladri di cadaveri, parus tous les deux en 1884), sans oublier ni le précurseur Antonio Ranieri (Ginevra o l’Orfana della Nunziata, 1839), ni le scapigliato Igino Ugo Tarchetti (Paolina. Misteri del Coperto dei Figini, 1865-1866 en revue et 1866 en volume). Du côté des « ventres », le plus célèbre est sans doute le reportage que Matilde Serao consacre aux quartiers populaires de Naples (Il ventre di Napoli, 1884).

  • 8 R. Castagnola, P. Orvieto, Ottocento inquieto e misterioso. Romanzi popolari e altri scritti diment (...)
  • 9 Q. Marini, I « Misteri » d’Italia, p. 9.
  • 10 Voir à ce propos l’excellente anthologie Ottocento nero italiano. Narrativa fantastica e crudele, C (...)
  • 11 « L’industria dei misteri » est le titre de l’introduction de R. Reim, dans son anthologie L’Italia (...)

5Si les romans italiens des mystères, authentiques « best seller de l’époque », sont « aujourd’hui souvent totalement oubliés »8, cela est dû à plusieurs facteurs. Une raison du désintérêt de la critique réside probablement dans l’origine non autochtone de ce filon littéraire, dont les principaux modèles – de l’ouvrage souche d’Eugène Sue au Balzac « souterrain », jusqu’aux romans de Dickens – étaient étrangers. Phénomène d’importation, le filon italien des mystères serait dès lors, selon Quinto Marini, une mode littéraire fondamentalement inauthentique : « L’émulation du modèle français […] porte déjà en soi les germes de son échec »9. Une autre raison de l’oubli dans lequel sont tombés les mystères italiens est sans doute représentée par l’hostilité plus ou moins ouverte de la culture italienne vis-à-vis du répertoire romantique, gothique et noir10. Last but not least, il faudra évoquer la méfiance invincible que beaucoup de critiques italiens, de l’après-guerre à nos jours – car le préjugé est dur à mourir –, ont manifestée pour tous les produits littéraires affichant les étiquettes du populaire et de l’industrie culturelle, comme cela arrive, justement, dans le cas de l’« industrie des mystères »11.

6Ce numéro de Transalpina se propose donc de faire le point sur la littérature italienne des mystères et sur sa réception critique, à partir des textes pour ainsi dire « classiques » du XIXe siècle. Le numéro suivant portera, en revanche, sur la postérité du genre et sur ses ramifications au XXe siècle.

***

7Les contributions ici réunies reflètent toute la diversité de la littérature des mystères urbains pendant la seconde moitié du XIXe siècle en Italie. Une diversité qui est certes géographique – Rome, Palerme, Naples, Milan, Florence renferment leurs propres mystères, que de nombreux écrivains vont s’employer à révéler à leurs lecteurs – mais pas seulement. À la diversité géographique correspond une tout aussi large variété de choix narratifs, lesquels, au fur et à mesure que le siècle avance, vont des intrigues ténébreuses aux pamphlets anticléricaux, des romans criminels aux reportages journalistiques, des enquêtes sociologiques aux manifestes politiques anarchistes ou socialistes.

  • 12 E. Sue, I misteri di Parigi, Capolago, Tipografia Elvetica, 1848.
  • 13 B. Moloney et G. Ania citent une traduction florentine de 1843-1844 (cf. B. Moloney, G. Ania, « “An (...)

8Le succès retentissant que connaissent, dès leur parution en feuilleton, les Mystères de Paris, ne manque pas de susciter des échos immédiats en Italie ; l’engouement pour ce nouveau genre se manifeste aussitôt dans la péninsule, qui voit apparaître dès les années 1840 des ouvrages se réclamant, du moins dans leur titre, du célèbre roman d’Eugène Sue. Tel est le cas d’Una vedova e un mistero. Storia del secolo XIX de Cesare Malpica, paru en 1846 – soit avant 1848, date considérée officiellement comme celle de la première traduction italienne du roman de Sue12. Stefano Pifferi rappelle toutefois que d’autres traductions avaient déjà circulé dans la péninsule13, sans compter le fait que la langue française était largement connue des gens de lettres comme Malpica, journaliste et écrivain. Peut-on considérer pour autant qu’Una vedova e un mistero se rapproche du modèle français des mystères urbains ? L’intrigue est construite autour d’une jeune et belle veuve étrangère entourée d’aristocrates abjects ou vertueux, et se déroule principalement dans les palais princiers de Rome ; S. Pifferi met néanmoins en évidence les topoi du genre, comme la division manichéenne entre les méchants et les bons (notamment le Conte Negroni ; véritable avatar du Rodolphe parisien, il partage avec lui un passé coupable racheté par un comportement héroïque), ainsi que la présence des lieux typiques des mystères, comme les prisons ou les bas-fonds. Après une série de complots et de guet-apens, de trahisons et de subterfuges qui se multiplient dans une atmosphère oppressante, le dénouement verra les manœuvres des méchants déjouées, et la belle veuve délivrée par le Conte Negroni ; ce n’est donc pas la misère matérielle du peuple qui est dénoncée dans ce roman, mais les méfaits des élites dégénérées, leur rapacité et leurs injustices.

9Les élites sont également corrompues dans I misteri di Palermo (1852) de Benedetto Naselli, qu’étudie ici Daniela Bombara. Cet écrivain sicilien peu connu compte parmi les premiers auteurs de littérature des mystères urbains en Italie, avec un roman dont la proximité avec l’archétype français est beaucoup plus marquée. Le lecteur se trouve immédiatement introduit dans un monde semblable à celui des bas-fonds parisiens : l’Osteria del Sole, où les voyous palermitains préparent leurs coups, ressemble comme deux gouttes d’eau à l’auberge du Lapin Blanc des Mystères de Paris. L’histoire se passe au XVIIIe siècle, dans une capitale sicilienne où règne une classe dominante encore féodale, qui opprime le prolétariat urbain et le laisse sans défense face aux criminels et aux entremetteurs qui l’exploitent. Nul Rodolphe ne vient en aide au peuple palermitain opprimé : le personnage qui devrait incarner le bienfaiteur (il Principe) n’en a ni la clairvoyance ni la magnanimité, tout comme il adviendra, dans la pièce de Naselli I Beati Paoli o La famiglia del giustiziato (1863), pour la secte légendaire des Beati Paoli, censés être les protecteurs des faibles contre les puissants. Si bien que, s’il est vrai que l’écrivain français et l’écrivain sicilien dénoncent tous deux les conditions tragiques des plèbes urbaines, chez Naselli la dimension utopique est totalement absente ; un pessimisme absolu pèse sur la condition négative des pauvres, condamnés à la prison, à la folie et à la mort.

10Les représentations « mystérieuses » de Rome en tant que « ville du pape » constituent un sous-genre particulier au sein de la littérature des mystères urbains en Italie. C’est ce que fait ressortir Marina Formica grâce à son exploration d’une production littéraire dont on connaissait mal l’importance et l’étendue. Celle-ci a d’ailleurs pris son essor en France dès la première moitié du XIXe siècle, avec des ouvrages nés dans des milieux protestants, gallicans ou jansénistes hostiles à la papauté, tels Les Mystères d’iniquités de la cour de Rome (1842-1857) de Maurice de La Châtre ou Les Mystères de Rome (1847) de Félix Deriège. D’après M. Formica, la matrice originaire des mystères romains doit être reliée à ce genre de filon anticlérical plutôt qu’aux Mystères de Paris de Sue, surtout pendant la période des conflits avec les libéraux italiens. Non seulement Rome continua d’être représentée comme une Babylone où sévissaient les intrigues liées à la cour papale, mais elle devint l’objet d’attaques anticléricales dans les nombreux Misteri del Vaticano qu’on imprimait alors en Italie, dénonçant les iniquités d’une Église depuis longtemps étrangère à l’esprit de l’Évangile. À côté des crimes de l’Inquisition ou des abus dans les couvents, prenait place le dernier crime du pape-roi, l’odieuse exécution de deux patriotes du Risorgimento, laquelle continua de nourrir la littérature anticléricale des mystères romains avec I misteri del processo Monti e Tognetti (1869) de Gaetano Sanvittore et Monti e Tognetti o I misteri della corte papale (1870) d’Antonio Vismara.

11De ce même sous-genre font partie les Misteri del chiostro napoletano (1864) d’Enrichetta Caracciolo di Forino, qu’analyse ici Laura Fournier-Finocchiaro : un ouvrage faisant référence par son titre aux Mystères de Paris, mais qui n’est jamais cité parmi les mystères urbains italiens. Il s’agit du récit autobiographique d’une jeune aristocrate napolitaine ayant été enfermée contre son gré dans un cloître bénédictin à Naples, laquelle condamne ouvertement les pratiques de l’Église et de ses représentants. Ce texte, tout en mêlant les codes des romans populaires anticléricaux, sociaux et patriotiques qui dénoncent les vocations forcées dans le Mezzogiorno, peut trouver place au sein de la littérature des mystères. Les mémoires d’Enrichetta Caracciolo, en effet, proposent avant tout une exploration fouillée du « ventre » des couvents napolitains, en révélant un monde semblable à celui des bas-fonds napolitains décrits par Francesco Mastriani : des lieux marqués par le péché, le vice et la criminalité, en particulier la camorra. À la gloutonnerie et à l’hypocrisie, largement répandues parmi les religieuses, viennent s’ajouter des délits (comme les vols) et des crimes (comme les relations intimes sacrilèges). Ici sont à l’œuvre les mêmes métaphores spatiales qui caractérisent les récits urbains, en particulier la géographie verticale de la ville, opposant surface (les palais princiers) et profondeur (les souterrains). Ces mémoires qui font voir des lieux inaccessibles au public filent la métaphore des Enfers, en dévoilant un espace peuplé d’êtres pervers, corrompus par l’oisiveté, la superstition et les pratiques blâmables ; ils mettent en scène des personnages pathologiques ou démoniaques qui s’acharnent sur leurs victimes comme le cardinal Riario, le persécuteur principal d’Enrichetta Caracciolo. Elle luttera néanmoins jusqu’au jour où, après être parvenue à défaire les vœux qui l’emprisonnaient, elle pourra revenir à la vie civile, et dénoncer les infâmes misteri del chiostro napoletano.

12Avec les contributions suivantes, on change de registre et d’approche. Stefano Serafini choisit le Gothic Cityscape comme axe d’interprétation de la littérature des mystères dans les grandes villes du royaume d’Italie que sont Naples, Florence et Milan. D’après cette approche, deux représentations « gothiques » récurrentes se révèlent essentielles : la ville-labyrinthe et les figures des habitants des bas-fonds. En accompagnant le lecteur tout au long des zones urbaines les plus ténébreuses, où les ruelles bordées de masures, les impasses et les passages secrets forment un dédale inextricable, ces textes le placent dans un espace labyrinthique d’où il va lui sembler impossible de pouvoir s’échapper. Mastriani utilise la métaphore du labyrinthe pour faire de Naples l’équivalent d’une maison gothique impénétrable et hostile, Piccini représente la zone centrale du Ghetto à Florence comme un milieu aussi étrange et menaçant qu’un château gothique ; de tels procédés de défamiliarisation éloignent ces aires urbaines dégradées des autres parties de la ville et créent une distance infranchissable entre les beaux quartiers et les aires urbaines délabrées. Dans ces habitats sales et insalubres se forme un lien indissoluble entre la ville et le crime : les indigents sont contraints de vivre avec les criminels, dans une promiscuité qui finit par les rapprocher de la pègre ; ce qui renforce leur dangerosité potentielle. À leur tour, les habitants de ces bas-fonds sont représentés en termes d’altérité par les auteurs, qui leur donnent des caractéristiques « gothiques » en rapport avec leur vision anthropologique, sinon raciale, de ces masses urbaines. Tant et si bien que, s’il est vrai que dans leurs textes des auteurs comme Francesco Mastriani, Luigi Corio, Giulio Piccini, Matilde Serao critiquent durement la classe dirigeante, incapable de faire face à ces plaies sociales que sont l’extrême pauvreté, la prostitution et le crime violent, il serait tout aussi vrai, d’après S. Serafini, qu’ils voient dans les habitants des bas-fonds des individus monstrueux et biologiquement inférieurs.

13De la dégradation sociale, physique et morale des marginaux il est aussi question dans les œuvres de Paolo Valera : le reportage Milano sconosciuta (1878) et le roman La folla (1901), qui marquent les deux phases d’un parcours littéraire metropolitano fondé sur un étroit rapport entre Milan et le roman urbain. Luca Bani, cependant, différencie nettement les représentations des quartiers dégradés milanais données dans les deux textes de Valera. Le premier représente la pars destruens, correspondant à la phase anarchiste de l’auteur, dont le projet est alors de détruire la société bourgeoise, responsable des conditions déplorables dans lesquelles vivent les masses populaires. Entre reportage journalistique et pamphlet politique, Milano sconosciuta est une sorte de voyage dantesque dans le sous-sol urbain, pendant lequel est présentée au lecteur une série de tableaux dont l’ensemble compose un panorama exhaustif des horreurs des bas-fonds milanais. C’est l’espace urbain des quartiers les plus vieux du centre-ville, qui s’est transformé « nello squallido deposito di tutti i reietti » qui n’ont pas encore été repoussés vers de lointaines banlieues : un ghetto où règne une pègre unie et solidaire formée de mendiants, voleurs, receleurs, souteneurs et prostituées. Parmi les marginaux qui se répartissent dans les lieux les plus obscurs de la métropole lombarde − boutiques louches, auberges insalubres, estaminets malfamés − Valera distingue tout particulièrement les prostituées, situées si bas sur l’échelle de la dégradation humaine qu’il serait vain d’espérer pour elles quelque amélioration que ce soit. En revanche dans La folla − la pars construens – l’amélioration ne sera plus impossible : les habitants du vieil immeuble au centre du récit (le Casone del Torreggio) vont entrevoir la possibilité d’un changement profond, car ici, écrit L. Bani, « la folla “documento” si trasforma in folla combattente ». L’écrivain indique un parcours à suivre pour que le sous-prolétariat se transforme en prolétariat, ayant conscience de lui-même et agissant pour faire reconnaître ses droits ; il sera inclus dans un réseau de solidarité sociale l’emmenant vers les organisations syndicales naissantes, tandis que les femmes, à l’instar d’Annunziata, qui incarne l’idéal de la femme du peuple libérée et rachetée, pourront s’émanciper. En même temps, le nouveau projet politique de Paolo Valera, visant à sortir la plèbe milanaise des zones urbaines dégradées dans lesquelles elle était confinée, marque aussi la fin du roman des mystères urbains.

Haut de page

Notes

1 Voir, à ce propos, le témoignage de Théophile Gautier : « Hoffmann est populaire en France, plus populaire qu’en Allemagne. – Ses contes ont été lus par tout le monde ; la portière et la grande dame, l’artiste et l’épicier en ont été contents ». Cf. T. Gautier, « Contes d’Hoffmann », Chronique de Paris. Journal politique et littéraire, vol. III, n° ix, 14 août 1836, p. 133-135 : 133.

2 Cf. F. Mastriani, I misteri di Napoli. Studi storico-sociali, Naples, G. Nobile, 1869-1870, vol. I, p. VIII : « La smania d’imitare le cose francesi, funesta debolezza in Europa tutta e massime in Italia, fe’ piovere Misteri da tutte le parti » ; « Ogni paesello, ogni borgata ebbe un Eugenio Sue, tanto che i Misteri vennero in parodia ». C’est l’auteur qui souligne, en caractères italiques et en petites majuscules.

3 Il existe une entrée « Mystère » dans l’ouvrage de référence sur la désuétude des genres littéraires, autrement dit, le Dictionnaire raisonné de la caducité des genres littéraires dirigé par Saulo Neiva et Alain Montandon : mais le mystère en question – significativement au singulier – n’est autre que le genre dramatique bien connu, attesté dès le XIVe siècle, et qui n’a rien à voir avec les mystères urbains du XIXe siècle. Cf. P. Servet, « Mystère », in Dictionnaire raisonné de la caducité des genres littéraires, S. Neiva, A. Montandon (dir.), Genève, Droz, 2014, p. 543-558. Les mystères urbains auraient sans doute mérité de figurer dans ce magnifique ouvrage de critique et d’histoire littéraires…

4 Cf. M. Letourneux, « La disparition du genre des mystères au début du XXe siècle », in Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations, D. Kalifa, M.-È. Thérenty (dir.), Québec, Université Laval – Médias19, 2015, http://www.medias19.org/index.php?id=20045, p. 1-12. Une version italienne de ce texte sera proposée aux lectrices et aux lecteurs de Transalpina dans le n° 26 de la revue, qui paraîtra en 2023.

5 Ibid., p. 12.

6 Ibid., p. 1.

7 Q. Marini, I « Misteri » d’Italia, Pise, ETS, 1993, p. 12.

8 R. Castagnola, P. Orvieto, Ottocento inquieto e misterioso. Romanzi popolari e altri scritti dimenticati della letteratura italiana, Rome, Carocci, 2012, p. 11.

9 Q. Marini, I « Misteri » d’Italia, p. 9.

10 Voir à ce propos l’excellente anthologie Ottocento nero italiano. Narrativa fantastica e crudele, C. Gallo, F. Foni (éd.), Milan, Aragno, 2009, notamment la postface des deux éditeurs « Sulle orme del fantastico popolare italiano », p. 517-539.

11 « L’industria dei misteri » est le titre de l’introduction de R. Reim, dans son anthologie L’Italia dei misteri. Storie di vita e malavita nei romanzi d’appendice, Rome, Editori Riuniti, 1989, p. 9-23.

12 E. Sue, I misteri di Parigi, Capolago, Tipografia Elvetica, 1848.

13 B. Moloney et G. Ania citent une traduction florentine de 1843-1844 (cf. B. Moloney, G. Ania, « “Analoghi vituperî” : la bibliografia del romanzo dei misteri in Italia », La Bibliofilia. Rivista di Storia del Libro e di Bibliografia, vol. CVI, n° 2, 2004, p. 178).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefano Lazzarin et Mariella Colin, « Introduction »Transalpina, 25 | 2022, 9-16.

Référence électronique

Stefano Lazzarin et Mariella Colin, « Introduction »Transalpina [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 21 octobre 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3728 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3728

Haut de page

Auteurs

Stefano Lazzarin

Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Articles du même auteur

Mariella Colin

ERLIS – Normandie Université, Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search