Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25VariaMachiavel et la question ...

Résumés

La publication, en quelques mois, de la traduction en français de l’édition définitive de la Vie de Machiavel de Roberto Ridolfi, et de deux nouvelles biographies, l’une de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, l’autre d’Alexander Lee, vient enrichir notre vision du Secrétaire florentin tout en renouvelant le débat autour du travail biographique lui-même. Les stratégies et les choix méthodologiques des auteurs illustrent ainsi les questionnements ouverts quant à la biographie ces dernières décennies, et permettent de s’interroger sur les interprétations et les silences des uns et des autres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C. Lefort, Le travail de l’œuvre, Machiavel, Paris, Gallimard, 1972.

1On a depuis longtemps pris l’habitude, pour Machiavel comme pour d’autres, de distinguer l’homme de l’auteur, la vie de la pensée. Encore faut-il aussi compter avec cela la vie posthume : l’influence, les interprétations machiavéliennes et anti-machiavéliennes, le « travail de l’œuvre »1. Trois Machiavel, donc : l’homme, l’œuvre et le machiavélisme. Or, si l’abondance de travaux sur l’œuvre et sa réception ne se dément pas, le Machiavel « biologique » a moins intéressé, au point de passer à l’arrière-plan, comme une toile de fond qu’on n’examine qu’à peine dans bon nombre de publications.

  • 2 R. Ridolfi, Vie de Machiavel [1954-1978], trad. fr. P. Larivaille, Paris, Les Belles Lettre (...)
  • 3 M. Viroli, Il sorriso di Niccolò, Bari, Laterza, 1998.
  • 4 R. Black, Machiavelli, Londres, Routledge, 2013.

2Trois parutions récentes – trois biographies – rompent ce désintérêt des universitaires pour la vie du Florentin. La première est la traduction française de la célèbre Vie de Machiavel de Roberto Ridolfi2. L’ouvrage avait été traduit dès 1962 mais le texte français était tronqué et privé de notes, tandis que l’original italien avait depuis été révisé et augmenté au gré de sept éditions successives, n’ayant donc plus guère à voir avec son état premier. Certes, depuis Ridolfi, des études majeures ont paru, mais leurs auteurs (dont Gennaro Sasso, Mario Martelli, Jean-Jacques Marchand, Corrado Vivanti) ont presque tous évité l’option biographique pour se concentrer sur la pensée. Maurizio Viroli s’y est attelé cependant, mais pour offrir une synthèse rapide, sans rivaliser avec Ridolfi (dont il a depuis préfacé l’édition italienne)3. Robert Black aussi a proposé une biographie, mais uniquement « intellectuelle », faisant passer au second plan bien des aspects de la vie de Machiavel pour se concentrer sur sa pensée et son œuvre, soulignant leur ancrage temporel autant que leur originalité4. Enfin, diverses biographies de Machiavel ont bien continué de paraître au fil des ans, y compris en France, mais ces projets synthétiques, visant plutôt à attiser la curiosité du grand public qu’à satisfaire les attentes des universitaires, se sont en général fortement inspirés de la Vie de Ridolfi, sans forcément apporter beaucoup d’éléments nouveaux.

  • 5 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel. Une vie en guerres, Paris, Passés composés, 2020

3C’est donc un quasi-monopole de Ridolfi que viennent rompre deux autres publications récentes, dont il sera ici question. Machiavel. Une vie en guerres, est due à Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini5. Le livre était attendu, tant les deux chercheurs se sont imposés comme des spécialistes du laboratoire florentin, particulièrement au cours de la période qui court de la première chute des Médicis en 1494 jusqu’à leur dernier retour en 1532 – intervalle dans lequel s’inscrit la vie de Machiavel (1469-1527). Fournel et Zancarini retracent son parcours en s’intéressant à la « vie des mots ». Aussi réservent-ils une large place aux sources premières, accompagnant le propos de citations du Florentin et de ses correspondants et contemporains.

  • 6 A. Lee, Machiavelli. His Life and Times, Londres, Picador, 2020.

4Autre parution nouvelle, Machiavelli. His Life and Times est signée par Alexander Lee, historien de la Renaissance et de l’humanisme italien6. Monumentale, cette biographie a pour ambition une certaine exhaustivité. Sans prétendre dépasser la littérature existante, elle tient compte de l’état actuel de la recherche, et vise à articuler au mieux le portrait de Machiavel à celui de son temps, se saisissant donc de la figure du Florentin avec une intention globalisante.

5De ces trois projets résultent trois portraits extrêmement disparates, voire dissonants, trois vies qui paraissent moins se confondre que tresser ensemble, autour du Machiavel historique, un réseau d’événements et de mots qui donne au personnage de l’épaisseur, autant qu’elle en souligne l’absence irrémédiable. Cette triple livraison vient en cela questionner la démarche biographique elle-même, l’ambition historienne de reconstruire et de restituer un destin singulier.

La biographie et ses illusions

  • 7 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 84.
  • 8 Ibid., p. 69.
  • 9 Ibid., p. 127.
  • 10 Ibid., p. 115.
  • 11 Ibid., p. 302.

6Si les trois ouvrages ne se trouvent pas en contradiction immédiate, chacun explore cependant des facettes que les autres font passer au second plan, voire ignorent. L’une de ces trois versions de Machiavel – celle de Ridolfi – sillonne l’Italie et le continent au gré des missions. « Si avide de chevaucher, de vagabonder et de courir »7, il ne descend de monture que pour accomplir toutes sortes d’« acrobaties » diplomatiques8, et inonde la Seigneurie de courriers acérés. Bataillant contre l’inertie des gouvernants florentins, il « ne se décourage pas et supplée à la froideur des autres par son feu »9. S’il lui reste du temps, il le passe à courir les prostituées et les conquêtes passagères, tout en tenant sa femme à distance ; en effet, « dévergondé comme il l’est, il ne ferait pas grande différence entre [elle] et la peste »10. Enfin, on découvre qu’il « travaillait avec la ferveur et l’entrain des grandes heures » mais aussi qu’il « retenait son souffle » en ne cessant jamais d’observer « les vicissitudes de la guerre » et le jeu périlleux des alliances et de leurs renversements11.

  • 12 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 156.
  • 13 Ibid., p. 166.
  • 14 Ibid., p. 415.
  • 15 Ibid., p. 437.
  • 16 Ibid., p. 439.

7Le Machiavel de Fournel et Zancarini vit d’abord une plume à la main, pour assouvir son obsession de l’indépendance florentine et des guerres qui menacent. Chez lui, « les temps et les subtils équilibres de la diplomatie »12 visent à déployer leur rationalité sur un champ traversé de guerres. Machiavel « consacre son existence à défendre une république de Florence dont la sauvegarde est le véritable enjeu de tous les débats de la cité », posture « de nature éthique »13 d’où procède sa parole. « Historien, auteur comique et auteur tragique » comme il se décrit14, il se divertit avant tout en montrant « sa virtuosité poétique et musicale au milieu de ses amis »15. S’il se fait léger, c’est dans un « partage de regards décalés et amusés sur le monde »16.

  • 17 A. Lee, Machiavelli, p. 11.
  • 18 Ibid., p. 35-36.
  • 19 Ibid., p. 259-277.
  • 20 Ibid., p. 133.
  • 21 Ibid., p. 159.

8Le Machiavel de Lee, enfin, est une fenêtre sur la Florence de son temps. Marqué par une double fêlure dès l’enfance, il s’efforce à la fois de se soustraire à la réputation de bâtardise de son père17, et d’oublier le viol commis par son maître Paolo Sassi18. Il forge son destin comme un témoin, depuis les péripéties de Cesare Borgia à l’ambition de Jules II, duquel il hérite sa conception de la fortune19. Serviteur zélé des affaires florentines, il analyse chaque situation pour en tirer après coup des leçons théoriques, et résister aux événements. Quand l’intimité du Secrétaire est évoquée, c’est pour montrer l’époux dévoué de Marietta dans un « évident partenariat entre égaux »20, prenant sa part dans les tâches du foyer et auprès de ses rejetons21 – et refoulant dans ses écrits et les rencontres clandestines le fantôme-fantasme homoérotique, stigmate du traumatisme enfantin.

  • 22 On pense en particulier au succès du livre de J.H. Whitfield, Machiavelli, Oxford, Blackw (...)
  • 23 L. Febvre, « Une vue d’ensemble. Histoire et psychologie », in Id., Combats pour l’histoi (...)
  • 24 G. Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, 44-6, 1989, p. 1325-1336
  • 25 A. Renaudet, Machiavel, Paris, Gallimard, 1942.
  • 26 Ibid., p. 28.
  • 27 L. Febvre, « Le Machiavel d’Augustin Renaudet », Annales d’histoire sociale, 4, 1943, (...)
  • 28 L. Febvre, Martin Luther, un destin, Paris, Rieder, 1928 ; Id., Le problème de (...)

9On le sait, la biographie comme forme historique a souffert de mauvaise réputation et d’une désaffection certaine parmi les chercheurs au siècle dernier. Là se trouvait une part de l’originalité de la Vie de Ridolfi à sa première parution en 1954, et une cause des critiques qui le visèrent. Ridolfi proposait bien une étude du bios, de la vie même et de la façon de la vivre, retraçant la trajectoire d’un homme tout en rejetant le lien systématique avec l’œuvre, et en refusant d’illustrer les écrits par le vécu, et d’expliquer le tout par le contexte. Rien ne pouvait apparaître plus contraire à la démarche alors dominante. Alors, les ouvrages sur Machiavel ne parlaient en effet guère de sa vie que pour expliquer les idées développées dans ses textes22. L’être biologique ne pouvait être un sujet, pour des historiens convaincus qu’il ne vaut que comme pôle d’une relation à son environnement, moitié du « binôme individu-société » qui ne peut jamais être « que ce que permettent qu’il soit et son époque, et son milieu social »23. Le tout était alors de comprendre comment les idées s’enracinent dans une expérience vécue et concentrent les caractéristiques et mouvements d’un groupe social déterminé – ce que Giovanni Levi nomme l’approche « fonctionnaliste » de la biographie24. Augustin Renaudet en avait livré en 1942 un exemple remarquable, dans une monographie présentant d’abord l’homme, puis la doctrine25. La cohérence de l’ensemble allait à rebours du fondement de la biographie, récit chronologique consacré à un individu par nature changeant. Chez Renaudet, Machiavel donnait accès « à l’intelligence du passé par son expérience des affaires contemporaines »26, tel une clé pour la compréhension de la pensée italienne depuis Dante jusqu’à Guichardin. Dans son équilibre et sa rassurante précision, le portrait correspondait à la conception de « l’individu » que pouvaient estimer acceptable les historiens regroupés rétrospectivement au sein de l’école des Annales. Lucien Febvre, qui salua dans la revue le livre de Renaudet27, avait ainsi conçu ses ouvrages sur Rabelais et Luther, reliant toujours l’individu à une « question » sociale : « le problème de l’incroyance » chez l’un, et la dimension éminemment collective du « destin » du second28.

  • 29 P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°  (...)

10Bourdieu a jadis montré les impasses de « l’illusion biographique », soit l’impossibilité de s’extraire du « postulat du sens de l’existence racontée »29. Le biographe ne fait que relier la « série des positions successivement occupées par un même agent […] dans un espace lui-même en devenir et soumis à d’incessantes transformations ». Ces positions successives, ces points statiques, ne peuvent être reliés au sein d’un récit qu’au prix d’une illusion : leur seul lien est en effet le « sujet » (ici, Machiavel), qui n’a d’autre constance que « celle d’un nom propre ».

  • 30 Ibid., p. 72.

11La biographie selon Bourdieu n’est pas impossible, mais cette trajectoire de « vieillissement social » ne peut être tracée qu’en s’efforçant de connaître « les états successifs du champ dans lequel elle s’est déroulée »30. Il y a dès lors autant de biographies possibles que d’auteurs, en fonction de la façon dont le sujet est réinscrit dans son espace social, et du mode de sélection de ses placements et déplacements. Il revient en effet au biographe, à partir des sources, de produire des effets de réel. En somme, la biographie n’échappe jamais totalement à l’illusion, mais le biographe-historien peut s’efforcer de faire illusion à partir d’un travail strict de démontage des sources et de ré-historicisation du sujet.

  • 31 A. Lee, Machiavelli, p. xx-xxi.
  • 32 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 21.
  • 33 Ibid., p. 215.

12Les trois biographies de Machiavel dont il est question revendiquent des principes directeurs approchants, mais diffèrent par le portrait que chacun propose, et les « effets de réel » produits. Les deux livres les plus récents, malgré des différences d’approche, s’accordent sur une volonté de renouvellement scientifique et méthodologique. Lee le résume par trois règles principales31 : prendre en compte le contexte dont Machiavel ne saurait être dissocié, viser à l’exhaustivité en s’appuyant sur l’ensemble des traces écrites, et tout cela avec contingence, en évitant de donner à l’individu Machiavel une cohérence rétrospective, et à son existence une logique prédéterminée – on retrouve l’inquiétude bourdieusienne de l’illusion biographique. Sans les annoncer de la même façon, Fournel et Zancarini suivent peu ou prou les mêmes principes. D’abord, pour l’espace social, en considérant que la vie tout comme l’œuvre de Machiavel sont façonnées par un contexte, une « vie en guerres » qui aurait été le terrain d’élaboration de sa pensée. Ensuite, pour l’exhaustivité, Fournel et Zancarini annoncent eux aussi, d’emblée, qu’ils fondent leur propos sur l’ensemble des documents disponibles et la totalité des écrits de Machiavel, en particulier sa correspondance. Enfin, le récit respecte le principe de contingence, les auteurs étant explicites dans leur intention de se placer « dans la position de celui qui ne sait pas comment les choses à venir vont se passer »32, et rappelant ailleurs que « Machiavel n’est pas “l’auteur du Princeavant de l’avoir écrit »33.

Méthodes et choix narratifs

  • 34 Ibid., p. 583.
  • 35 A. Lee, Machiavelli, p. xix.

13Ridolfi savait faire illusion, et faire vivre sa prose. L’ouvrage est depuis longtemps un classique, mais lorsqu’on le relit, un élément le distingue dès l’abord des biographies plus récentes. Aucun autre biographe ne s’approche du style enjoué, voire badin de la Vie de Machiavel. Ridolfi mène son récit avec un talent de conteur, et du souffle de son récit résulte certainement le portrait le plus humain. Les accès romanesques de l’auteur ne nuisent cependant pas à la précision de l’ensemble : non seulement Ridolfi avait apporté d’innombrables précisions sur la vie de Machiavel, mais aussi corrigé de nombreuses erreurs et lacunes de publications plus anciennes, ainsi qu’il le signale d’ailleurs souvent, non sans une évidente satisfaction. L’ouvrage demeure incontournable : Zancarini et Fournel le considèrent comme « la biographie de référence »34 et Lee y voit un « classique » qui a transformé notre compréhension du Secrétaire florentin35.

  • 36 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 375. Pour cela, on continuera de se tourner vers l’étude (...)
  • 37 Machiavel, Tutte le opere, Florence, Bompiani, 2018.

14Ridolfi se distingue ainsi par des principes méthodiques qui expliquent aussi que sa Vie demeure admirée. Il contextualise le propos à chaque page, et s’appuie abondamment sur la correspondance officielle et personnelle de Machiavel, sans résumer celui-ci à ses écrits les plus connus. Au contraire, Ridolfi parle peu du Prince, des Discours ou de L’art de la guerre, sinon pour les circonstances de leur création. Dès lors, on ne lit pas Ridolfi en cherchant un regard sur la doctrine du Florentin, ou ne serait-ce qu’une introduction à sa pensée : il le dit, là n’était pas là son intention36. La traduction nouvelle par Paul Larivaille est par ailleurs pourvue de notes révisées, tenant compte des évolutions de la recherche et des débats des dernières décennies, ainsi que de renvois vers l’édition complète des œuvres par Mario Martelli (1971), reparue en 201837. Les notes sont en particulier enrichies de points historiographiques qui actualisent l’ouvrage. Enfin, la bibliographie est elle aussi mise à jour, signalant les éditions faisant désormais autorité, et les principales études critiques. Ce travail de Larivaille permet à l’ouvrage de Ridolfi de ne rien perdre de son actualité.

  • 38 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 504-505, n° 1.

15L’élan insufflé par Ridolfi contraste avec le projet de Fournel et Zancarini. Ceux-ci, s’ils sollicitent abondamment les textes de Machiavel et de ses contemporains, y voient moins un moyen de donner vie au portrait, que le terrain d’élaboration du discours machiavélien. Plus qu’un arrière-plan, les échanges officiels ou personnels du Florentin avec ses contemporains plus ou moins connus et ses amis (Francesco Vettori, Guichardin) montrent sa passion pour le métier politique, son inépuisable ambition réformatrice, autant que ses opinions arrêtées et la verve avec laquelle il les défend. Contrepartie naturelle de ce choix : en l’absence de sources directes, la biographie se tait. L’enfance et la jeunesse de Machiavel, avant 1498 et son entrée au service de la République, ne sont évoquées qu’en deux pages rapides, rappelant ce que l’on sait avec certitude. Fournel et Zancarini évitent aussi certains débats récents, tout particulièrement s’ils « ne [leur] semblent pas primordiaux dans [leur] perspective »38, celle du lien entre écriture, langue et pensée.

  • 39 Ibid., p. 77.
  • 40 Ibid., p. 308.
  • 41 Ibid., p. 442.

16Les armes, la vertu combattante, les conditions de la libération italienne : voilà d’abord ce qui captive Machiavel sans relâche. Sa passion découle de l’expérience, des événements traversés depuis l’échec de la tentative florentine à Pise (1499-1500), occasion de sa première légation en France, jusqu’à la déferlante des troupes de Charles Quint et au sac de Rome, quelques semaines avant sa mort (1527). Machiavel se montre particulièrement déterminé, tant dans ses fonctions de secrétaire de la République (1498-1512) qu’après en avoir été démis, lorsqu’il défend la création d’une ordinanza, armée permanente composée de sujets florentins. Dès 1503 d’ailleurs, il affirme que « sans forces, les cités ne se maintiennent pas mais vont vers la fin »39. Dans L’art de la guerre, l’un des rares écrits parus de son vivant (1521), Machiavel expose clairement sa conception : pour gouverner les sujets, il faut pouvoir les défendre, et donc « aimer la paix et savoir faire la guerre »40. La question des armes propres a quelque chose de l’obsession : la guerre n’est pas pour lui la continuation de la politique, et la politique n’est pas non plus la continuation de la guerre. Pour lui, guerre et politique sont deux facettes d’une même réalité, l’une conditionnant l’autre et réciproquement. Le temps ne modifie pas son jugement, même lorsque, confronté à l’impréparation italienne face à l’inéluctabilité de la guerre, il apparaît de plus en plus désabusé. Déplorant en décembre 1525 que les Italiens « pensant avoir le temps, donnent du temps à l’ennemi », il conclut que « de ce côté-ci, on n’est pas prêt à faire la moindre chose honorable ou gaillarde ou pour vivre ou mourir justifié, si grande est la peur que je vois chez ces citoyens, qui ne sont aucunement prêts à faire quelque opposition que ce soit à qui est prêt à nous engloutir »41.

  • 42 Ibid., p. 377-379.

17En mettant en avant ce lien intime de Machiavel et de la question militaire, le travail de Fournel et Zancarini a également le mérite de remettre à leur juste place les écrits les plus connus de Machiavel. Si Le Prince fut lu, discuté et parfois admiré de son vivant, il ne fut pas publié avant 1532 et il n’a rien, ni d’un accomplissement pour son auteur, ni d’un chef-d’œuvre pour ses contemporains. Le petit traité qui le fait aujourd’hui encore connaître à tous, mais aussi les Discours sur la première décade de Tite-Live ou L’art de la guerre, font ainsi l’objet d’une analyse ramassée et efficace. L’écriture de l’histoire est en revanche mise en avant, ainsi que l’usage toujours politique des sources anciennes. Cet aspect culmine dans les Histoires florentines, où Machiavel fait se rejoindre une nouvelle fois pensée militaire et pensée politique, et aboutir sa conception de la discorde civile et de ses effets positifs, par la description des « guerres du dedans » qui caractérisent Florence42.

  • 43 Ibid., p. 422-429.
  • 44 Ibid., p. 358-360.
  • 45 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 281-285.

18Les entreprises poétiques et théâtrales sont également évoquées. La Mandragore est une comédie florentine exemplaire, d’ailleurs couronnée de succès. Elle fait ici l’objet d’une relecture frappante : la farce permet l’incarnation de convictions profondes de Machiavel sur les conditions de l’action, que l’on retrouve identiquement dans les textes politiques43. Subtil ou frivole, le rire peuple les échanges entretenus par Machiavel, lorsqu’il déplore sa mauvaise fortune comme lorsqu’il élabore quelque stratagème. Ainsi, Fournel et Zancarini font le récit du tour joué par Machiavel, avec la complicité de Guichardin, afin de se faire passer pour plus important qu’il n’est auprès de son hôte, lors d’une légation auprès du chapitre général des frères mineurs à Carpi, en mai 1521, dont le caractère insignifiant suscite son évidente frustration. Guichardin accepte ainsi d’envoyer chaque jour un arbalétrier porteur d’un message pour Machiavel, pour faire croire à quelque crise imminente. Mais le manège éveille les soupçons : « je crois qu’il se rend compte que vous voulez vous moquer », annonce Machiavel, avant de conclure sur un ton rieur : « il faut être vif avec ce gars-là, car il est malin comme trente mille diables »44. Ridolfi, déjà, s’était plu à rapporter le facétieux échange45.

  • 46 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 224, 235-237.
  • 47 Ibid., p. 353-356.
  • 48 Ibid., p. 190-194.
  • 49 Ibid., p. 373-374.
  • 50 Ibid., p. 421.
  • 51 Ibid., p. 323-331.

19L’un des intérêts tout particuliers de l’ouvrage de Fournel et Zancarini réside aussi dans la spécialité première de ses auteurs : la langue italienne, et ses liens avec l’histoire et la politique. Comme dans leurs traductions, les auteurs explicitent ce qui rend la langue de Machiavel unique, ce qui lui permet d’exprimer en peu de mots ou par des formules singulières ses idées originales, et de bousculer la théorie par l’invention du verbe. De salutaires mises au point sur les fulgurances du discours machiavélien sont proposées au fil du propos, sans rompre le fil chronologique. Il en va ainsi de la notion de vérité effective (verità effettuale) par laquelle Machiavel déplace le sens même de la vérité, qui devient relative à ses effets, une « vérité en situation », mobile, qu’il convient alors pour l’acteur politique de parvenir à rencontrer pour s’appuyer sur elle46. Il en va ainsi, également, de l’injonction à toujours espérer et ne jamais abandonner (non si abbandonare), afin de ne jamais manquer une occasion que présenterait la fortune47, notion elle-même souvent et très tôt invoquée par Machiavel48. Il en va ainsi, encore, de l’usage de la notion d’humeurs (umori) pour désigner les deux grandes aspirations contraires des groupes sociaux dans la cité : celle du peuple, qui aspire à la liberté et à ne pas être commandé, et celle des nobles, qui aspirent à la domination49. Les renvois permanents vers l’œuvre proprement politique placent le propos biographique au cœur d’un réseau textuel et linguistique, et montrent comment l’on passe aisément chez Machiavel du langage politique à la politique langagière, du combat pour l’indépendance italienne à la défense de la langue florentine et des mots proprii et patrii50, en particulier dans le Discours pour notre langue, quoique l’attribution de ce dernier reste débattue51.

  • 52 Ibid., p. 402.

20En cela, le propos biographique opère chez Fournel et Zancarini une exploration majeure et totale des écritures machiavéliennes, et se saisit de la variété de celles-ci sans en écarter aucune dimension, de l’officiel à l’intime, en passant par la réflexion personnelle, la discussion amicale, le trait bouffon ou grivois. « Quiconque verrait nos lettres », écrit en 1515 Machiavel à Vettori, « s’étonnerait grandement, car il lui semblerait tantôt que nous sommes des Hommes graves, tout entier tournés vers de grandes choses […]. Pour autant ensuite, en tournant la page, il lui semblerait que […] nous sommes légers, inconstants, lascifs, tournés vers des choses vaines »52. Aussi ce Machiavel parvient-il à rendre à ces écritures multiples leur étonnante continuité.

Une approche contextuelle

  • 53 G. Levi, « Les usages de la biographie », p. 1331.

21Plus qu’aucun autre, Alexander Lee propose dans son imposant volume de se saisir de la figure de Machiavel mais aussi de son temps. Le propos y témoigne ainsi tout autant du souci d’historiciser le sujet, que de celui de montrer l’imbrication de l’homme et de son espace social. Giovanni Levi a reconnu à la démarche « contextuelle » deux intérêts majeurs, correspondant à deux ambitions potentielles du biographe. La première est que « le contexte sert à combler les lacunes documentaires »53. Là réside une qualité majeure du Machiavelli de Lee : le propos s’appuie sur le plus grand nombre de sources existantes. Lorsque subsistent certaines zones d’ombre, Lee s’efforce explicitement de les éclaircir à partir de ce que nous savons sur l’environnement de Machiavel, la société florentine, l’Italie renaissante.

  • 54 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 38-40.
  • 55 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 31-36.
  • 56 A. Lee, Machiavelli, p. 64.

22Ainsi, la première nomination de Machiavel comme second chancelier, le 28 mai 1498 (cinq jours seulement après la mort de Savonarole sur le bûcher) fait souvent l’objet d’interrogations. Comment un quasi-inconnu a-t-il pu être nommé sans qu’on lui connaisse de soutiens déclarés ? Ridolfi y voit le triomphe d’un jeune homme inexpérimenté mais talentueux, face à des concurrents (notamment Alessandro Braccesi) disqualifiés par leurs relations avec le théocrate déchu. Quant à l’hypothèse d’un soutien décisif dont aurait bénéficié Machiavel, elle est vraisemblable mais ne se base que sur des conjectures54. Fournel et Zancarini préfèrent se fonder sur les indices existants, particulièrement une lettre de Machiavel au prélat de la curie Ricciardo Becchi sur Savonarole, datée de mars 1498. Celle-ci témoignerait de l’insertion du jeune homme dans certains réseaux républicains, et aurait pu convaincre son interlocuteur de son talent analytique55. Lee, enfin, voit les choses sous un autre angle : non seulement ses concurrents étaient trop proches de Savonarole, mais Niccolò était un « candidat idéal » offrant l’équilibre parfait entre réseau de relations et réputation modeste, « capable, sans être exceptionnellement brillant », et surtout « exempt de tout succès » passé, qui l’aurait forcément rattaché à un parti, ce qui ne pouvait être qu’un défaut. Son inexpérience, mais aussi l’absence même de soutien notable, auraient donc fait sa force56. Cet exemple, parmi d’autres, illustre la démarche de Lee, largement spéculative.

  • 57 Ibid., p. 132-133.
  • 58 Ibid., p. 159.

23De même est proposée une image de Machiavel dans son foyer, pour laquelle n’existe aucun témoignage direct. Les réflexions sur le statut de Marietta, et l’union avec Niccolò comme partenariat entre égaux, s’appuient sur une riche littérature concernant le mariage, et sur une discussion du De re uxoria de Barbaro57. Certes, Lee prend une position qui peut être discutée, bien qu’il invoque les travaux de Rudolph Bell ou encore de Christiane Klapisch-Zuber, lorsqu’il imagine Machiavel en « père affectueux » qui « cajolant le nouveau-né [sa fille Primerana] dans ses bras, se serait enchanté de chacun de ses sourires »58, et qui se serait soucié avec Marietta de chaque détail, du choix de la nourrice au serrage des langes.

  • 59 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 15.
  • 60 R. Black, Machiavelli, p. 4-7.
  • 61 A. Lee, Machiavelli, p. 569-570.
  • 62 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 363-364.
  • 63 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 493-494.

24Cette volonté de tracer une trajectoire aussi complète que possible est accompagnée du souci de l’établir avec clarté, sans nécessairement relayer les débats persistants. Ainsi, quant au soupçon d’illégitimité pesant sur la naissance de Bernardo, père de Machiavel, écarté assez rapidement par Lee. Ridolfi donnait sur ce point quelques détails et sources supplémentaires59, mais la mise au point la plus claire demeure celle de Robert Black60. De même, les ambiguïtés quant au sens même de certains écrits, source d’ailleurs (au moins pour partie) de la réputation scandaleuse de Machiavel, sont ici souvent lissées. Les doutes sur l’authenticité de certains textes ne sont pas abordés non plus, par exemple pour le Discours pour notre langue : l’opinion sur l’attribution est partagée par Fournel et Zancarini, mais ceux-ci prennent soin de l’étayer. Enfin, on peut évoquer le fameux rêve que Machiavel aurait relaté sur son lit de mort, où il aurait assisté au dialogue entre un diable et un ange se disputant son âme. Finalement emmené au paradis, Machiavel déplore de ne voir aucun philosophe, aucun empereur, aucun artiste et questionne l’ange : où sont-ils tous ? En enfer, lui est-il répondu, et Machiavel de demander à les y rejoindre, préférant la compagnie des hommes de valeur. On peut regretter que l’épisode ne fasse pas l’objet, chez Lee, d’une discussion quant à son origine et ses sources61, ce qui aurait peut-être permis de ne pas y voir seulement, comme Ridolfi, une farce à éliminer62, ni un simple mythe historiographique comme Fournel et Zancarini63.

  • 64 G. Levi, « Les usages de la biographie », p. 1330.
  • 65 A. Lee, Machiavelli, p. 259-277.
  • 66 Ibid., p. 384-403.
  • 67 Ibid., p. 101-118 et 278-301.
  • 68 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 277-286 ; J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p.  (...)
  • 69 A. Lee, Machiavelli, p. 551-568.

25Au-delà de la manière dont la démarche contextuelle peut compléter les sources, la seconde dimension principale de cette méthode biographique selon Giovanni Levi consiste en ce qu’elle « permet de comprendre ce qui paraît inexplicable et déroutant au premier abord »64. Comme pour tout travail de sociologie historique, la conséquence en est cependant que toute vie pourrait alors être apparemment ramenée à une norme, et ne se comprendrait qu’à partir de cet au-delà social, au risque de nier toute part d’originalité, d’exception au contexte, ou encore de réaction ou de révolte contre celui-ci. On ne peut cependant reprocher à Alexander Lee de banaliser la personnalité de Machiavel, ou de passer sous silence l’originalité de sa pensée. Les principaux écrits et concepts du Secrétaire font l’objet de développements spécifiques, voire de chapitres dédiés – sur la fortune65, sur Le Prince66. Ces passages offrent une synthèse efficace et actuelle, en se référant aux interprétations dominantes (celle de Skinner notamment). Si une particularité peut être relevée, c’est plutôt que le caractère quasi encyclopédique du propos, quant au contexte social et politique, peut donner l’impression de faire parfois passer Machiavel lui-même au second plan. Le niveau de détail varie par ailleurs : le compte rendu de certaines missions diplomatiques est quasiment journalier67, tandis que d’autres épisodes, détaillés chez Ridolfi ou chez Fournel et Zancarini, ne se présentent pas avec la même vivacité chez Lee. Au sujet de la mission déjà évoquée à Carpi, par exemple : si l’exactitude du récit de Lee n’est pas en cause, le récit des échanges entre Machiavel et Guichardin perd en fantaisie68. Identiquement, l’avant-dernier chapitre sur l’invasion impériale et le sac de Rome est vivant, mais le regard de Machiavel sur ces événements apparaît peu69.

26Il ne s’agit cependant là ni d’une faiblesse, ni d’une erreur. En réinscrivant le sujet humain dans son époque de façon systématique, l’ouvrage d’Alexander Lee dans son ensemble peut aussi être compris comme une vérification de la petitesse de l’homme – si forte soit sa volonté – comme de la fragilité d’une ville (Florence) et d’un peuple entier face aux circonstances. Aussi cette « biographie sociale » constitue-t-elle comme un hommage à la pensée machiavélienne de la fortune, en même temps qu’une réflexion sur la conviction même de Machiavel, selon qui l’homme peut renverser les circonstances et se saisir de son destin. Les déterminants de la situation politique et géopolitique semblent en effet rendre quelque peu dérisoires les efforts déployés par un secrétaire et diplomate de la République florentine pour changer le cours des choses. Il est plaisant, du moins, de voir comment cette thèse structure habilement le récit de bout en bout, jusqu’à la mort du sujet. Celle-ci est ainsi présentée, non seulement comme la conséquence d’une maladie difficile à identifier, mais aussi comme le résultat de l’ultime échec de Machiavel, dans ses démarches récurrentes visant à revenir au service du palais au gré des changements de régime.

Différences d’approche (sur l’homosexualité de Machiavel)

  • 70 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 29 n. 59.
  • 71 M. Martelli, « Machiavelli politico amante poeta », Interpres, vol. 17, 1998, p (...)
  • 72 J.M. Najemy, Between Friends : Discourses of Power and Desire in the Machiavelli-Vettori (...)
  • 73 M. Viroli, Il sorriso di Niccolò, p. 164. Voir aussi la recension de J. Davies, sur la tr (...)
  • 74 R. Black, Machiavelli, p. 28-29.

27Parmi les aspects qui illustrent la distance entre les trois projets biographiques, le plus frappant concerne peut-être l’homosexualité de Machiavel. L’hypothèse est formulée chez Ridolfi, qui compile différents arguments textuels, mais conclut « sans exclure avec certitude la possibilité de quelque curiosité et expérience isolée, que […] Machiavel était exempt de ce vice »70. Dans sa traduction et ses ajouts à l’appareil critique, Paul Larivaille y ajoute une référence à Mario Martelli71. Celui-ci n’est toutefois pas le seul à avoir admis cette dimension du portrait, discutée avec mesure par John Najemy, dès 199372, puis défendue de façon moins convaincante par Viroli73. Robert Black également en avait fait état74. Il est désormais difficile d’évacuer cet aspect comme accessoire, ou indécidable, dans une entreprise biographique.

  • 75 A. Lee, Machiavelli, p. 35.
  • 76 Ibid., p. 36 : « would have scarred him deeply ».
  • 77 Ibid., p. 35 et 617 n. 90.
  • 78 Ibid., p. 38 et 618 n. 6.
  • 79 Ibid., p. 39-40.
  • 80 Ibid., p. 396-398.
  • 81 Ibid., p. 402.
  • 82 Voir dans l’édition Martelli (Tutte le opere) les lettres 221 (p. 2893-2895) et 246 (p. 2 (...)

28Fournel et Zancarini n’abordent pas la question, qu’ils englobent ainsi, on le comprend, parmi les aspects non « primordiaux ». Au contraire, Lee aborde le thème, et le fait sous un angle neuf et spéculatif : l’hypothèse spécifique du viol de Machiavel par son maître Paolo Sassi. De telles pratiques étaient moins rares sans doute qu’on ne l’a longtemps admis entre professeurs et élèves, et Sassi fut plus tard condamné pour ce type d’agressions au sein du chœur de Santa Maria del Fiore. Là se fonde la conviction de Lee selon laquelle Niccolò « était abusé sexuellement par son professeur »75. Certes, l’affirmation est assortie de quelques précautions ; réitérant les faits, l’auteur précise que leur étendue « ne peut être connue avec la moindre certitude », tout en affirmant que « cette expérience aurait profondément marqué » le jeune Machiavel76. Dès lors, toutes les traces d’homoérotisme, et les passages parfois interprétés en ce sens (non sans discussions), sont avancés comme preuves : une référence incidente de Vettori à Sassi77, une allusion du même à la liberté d’aller et venir chez l’un ou chez l’autre pendant leurs années d’études78, et encore deux vers de Machiavel à l’adresse de Giuliano de’ Medici79, et une fable adressée à Vettori et jugée autobiographique par Lee80. Ailleurs, il est affirmé que Machiavel avait l’habitude de passer ses nuits en compagnie de jeunes garçons81, parce qu’il se réfère dans deux lettres bien connues à Donato del Corno, Florentin dont la boutique était réputée comme lieu de rencontres homosexuelles82. Lee reprend là des arguments connus, même si un rappel des interprétations divergentes aurait pu être utile. S’il est aujourd’hui impossible d’exclure a priori que Machiavel ait pu être homosexuel, la présentation d’un lien entre le viol et l’orientation sexuelle aurait, elle, mérité une discussion plus approfondie.

  • 83 W.J. Connell, « Machiavelli molestato da piccolo da un prete » (entretien), Corriere dell (...)
  • 84 F. Bausi, « Machiavelli molestato ? (in difesa di ser Paolo Sassi) », Interpres, vol. 24, (...)
  • 85 W.J. Connell, « Le molestie del Machiavelli », Interpres, vol. 28, 2009, p. 266-267.
  • 86 R. Black, « The School of San Lorenzo, Niccolò Machiavelli, Paolo Sassi, and Be (...)

29L’hypothèse de l’agression par Paolo Sassi demeure quant à elle l’objet de débats virulents. Lancée dès 2005 par William Connell, puis montée en épingle par une presse tapageuse83, cette supposition a été démontée avec fracas par Francesco Bausi84, poussant Connell à se rétracter85. Robert Black a pourtant apporté de nouveaux éléments pouvant attester de ces abus86. Il est évident que la condamnation de Sassi, révélée par Black, tend à accréditer l’hypothèse de Connell ; elle ne rend pas pour autant absolument certaine l’interprétation des mots de Vettori concernant Sassi.

Conclusion

  • 87 Pour des points de vue contraires : Machiavelli and Republicanism, G. Bock, Q.  (...)

30En croisant la lecture de ces trois ouvrages, les points sont nombreux au sujet desquels les développements de l’un interrogent le silence des autres. Parfois aussi, ces silences sont communs. Aucun des ouvrages évoqués ne s’interroge, par exemple, sur la profondeur des sentiments républicains de Machiavel, ses convictions en la matière, son attachement à la forme républicaine proprement dite. Ce point est pourtant problématique, à la lumière de travaux existants, au-delà du patriotisme du Secrétaire. Des incertitudes persistent ainsi quant à l’opportunisme du Florentin dans ses choix politiques, au-delà de la simple référence aux Médicis comme moindre mal pour la cité. Des divergences majeures existent par ailleurs, aujourd’hui, au sujet des théories républicaines du temps, comme de l’ancrage de Machiavel au sein de celles-ci, questionnements qui ne sont guère relayés par les auteurs cités87.

31Sans se soustraire totalement aux difficultés inhérentes au genre biographique, les trois ouvrages enrichissent notre connaissance du sujet tout en déployant, chacun, des stratégies aptes à tracer une trajectoire concluante et à « faire illusion », à produire un effet de réel convaincant. Certes, certaines lacunes ne peuvent être totalement ignorées, mais à travers elles, c’est aussi la nécessité pour l’historien de choisir, de trancher parmi les options méthodologiques, les interprétations, et de distinguer l’essentiel de l’accessoire, qui est réaffirmée par chacun. En démultipliant notre regard sur Machiavel, ces trois livres précisent son image tout en faisant ressortir ce qui de lui, toujours, nous échappe, jetant trois lumières indispensables sur le problème Machiavel.

Haut de page

Notes

1 C. Lefort, Le travail de l’œuvre, Machiavel, Paris, Gallimard, 1972.

2 R. Ridolfi, Vie de Machiavel [1954-1978], trad. fr. P. Larivaille, Paris, Les Belles Lettres, 2019.

3 M. Viroli, Il sorriso di Niccolò, Bari, Laterza, 1998.

4 R. Black, Machiavelli, Londres, Routledge, 2013.

5 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel. Une vie en guerres, Paris, Passés composés, 2020.

6 A. Lee, Machiavelli. His Life and Times, Londres, Picador, 2020.

7 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 84.

8 Ibid., p. 69.

9 Ibid., p. 127.

10 Ibid., p. 115.

11 Ibid., p. 302.

12 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 156.

13 Ibid., p. 166.

14 Ibid., p. 415.

15 Ibid., p. 437.

16 Ibid., p. 439.

17 A. Lee, Machiavelli, p. 11.

18 Ibid., p. 35-36.

19 Ibid., p. 259-277.

20 Ibid., p. 133.

21 Ibid., p. 159.

22 On pense en particulier au succès du livre de J.H. Whitfield, Machiavelli, Oxford, Blackwell, 1947, et aux discussions l’ayant entouré.

23 L. Febvre, « Une vue d’ensemble. Histoire et psychologie », in Id., Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953, p. 211.

24 G. Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, 44-6, 1989, p. 1325-1336.

25 A. Renaudet, Machiavel, Paris, Gallimard, 1942.

26 Ibid., p. 28.

27 L. Febvre, « Le Machiavel d’Augustin Renaudet », Annales d’histoire sociale, 4, 1943, p. 21-28.

28 L. Febvre, Martin Luther, un destin, Paris, Rieder, 1928 ; Id., Le problème de l’incroyance au XVIe siècle : la religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1942.

29 P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, p. 69-72, ici p. 69.

30 Ibid., p. 72.

31 A. Lee, Machiavelli, p. xx-xxi.

32 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 21.

33 Ibid., p. 215.

34 Ibid., p. 583.

35 A. Lee, Machiavelli, p. xix.

36 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 375. Pour cela, on continuera de se tourner vers l’étude concise de Q. Skinner, Machiavel [1981], Paris, Le Seuil, 1989. L’ouvrage original en anglais a été légèrement révisé en 2019 (Cambridge, Cambridge University Press), sans ajout ou modification de fond.

37 Machiavel, Tutte le opere, Florence, Bompiani, 2018.

38 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 504-505, n° 1.

39 Ibid., p. 77.

40 Ibid., p. 308.

41 Ibid., p. 442.

42 Ibid., p. 377-379.

43 Ibid., p. 422-429.

44 Ibid., p. 358-360.

45 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 281-285.

46 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 224, 235-237.

47 Ibid., p. 353-356.

48 Ibid., p. 190-194.

49 Ibid., p. 373-374.

50 Ibid., p. 421.

51 Ibid., p. 323-331.

52 Ibid., p. 402.

53 G. Levi, « Les usages de la biographie », p. 1331.

54 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 38-40.

55 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 31-36.

56 A. Lee, Machiavelli, p. 64.

57 Ibid., p. 132-133.

58 Ibid., p. 159.

59 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 15.

60 R. Black, Machiavelli, p. 4-7.

61 A. Lee, Machiavelli, p. 569-570.

62 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 363-364.

63 J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 493-494.

64 G. Levi, « Les usages de la biographie », p. 1330.

65 A. Lee, Machiavelli, p. 259-277.

66 Ibid., p. 384-403.

67 Ibid., p. 101-118 et 278-301.

68 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 277-286 ; J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Machiavel, p. 357-366 ; A. Lee, Machiavelli, p. 481-487.

69 A. Lee, Machiavelli, p. 551-568.

70 R. Ridolfi, Vie de Machiavel, p. 29 n. 59.

71 M. Martelli, « Machiavelli politico amante poeta », Interpres, vol. 17, 1998, p. 211-256.

72 J.M. Najemy, Between Friends : Discourses of Power and Desire in the Machiavelli-Vettori Letters of 1513-1515, Princeton, Princeton University Press, 1993.

73 M. Viroli, Il sorriso di Niccolò, p. 164. Voir aussi la recension de J. Davies, sur la traduction anglophone (Niccolo’s Smile. A Biography of Machiavelli, New York, Farrar, Straus & Giroux, 2000), H-Ideas, 2001, https://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=5635.

74 R. Black, Machiavelli, p. 28-29.

75 A. Lee, Machiavelli, p. 35.

76 Ibid., p. 36 : « would have scarred him deeply ».

77 Ibid., p. 35 et 617 n. 90.

78 Ibid., p. 38 et 618 n. 6.

79 Ibid., p. 39-40.

80 Ibid., p. 396-398.

81 Ibid., p. 402.

82 Voir dans l’édition Martelli (Tutte le opere) les lettres 221 (p. 2893-2895) et 246 (p. 2953-2954).

83 W.J. Connell, « Machiavelli molestato da piccolo da un prete » (entretien), Corriere della Sera, 11 novembre 2005. Connell se défend d’avoir donné cette interview, qui ne serait qu’une traduction abusive, et présentée de façon inappropriée, de propos tenus dans un contexte ouvertement polémique, et relayés par le Times Literary Supplement, le 28 octobre 2005.

84 F. Bausi, « Machiavelli molestato ? (in difesa di ser Paolo Sassi) », Interpres, vol. 24, 2005, p. 266-271.

85 W.J. Connell, « Le molestie del Machiavelli », Interpres, vol. 28, 2009, p. 266-267.

86 R. Black, « The School of San Lorenzo, Niccolò Machiavelli, Paolo Sassi, and Benedetto Ricciardini », in Essays in Renaissance Thought and Letters in honor of John Monfasani, A. Frazier, P. Nold (dir.), Leyde, Brill, 2015, p. 107-133.

87 Pour des points de vue contraires : Machiavelli and Republicanism, G. Bock, Q. Skinner, M. Viroli (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 1990, en part. Q. Skinner, « Machiavelli’s Discorsi and the pre-humanist origins of republican ideals », p. 121-141 et M. Viroli, « Machiavelli and the republican ideal of politics », p. 143-171 ; M. Martelli, « Machiavelli a Firenze dalla repubblica al principato », in Id., Niccolò Machiavelli. Storico, politico, letterato, Rome, Salerno, 1996, p. 15-31 ; J.P. McCormick, « Machiavelli against Republicanism : on the Cambridge School’s “Guicciardinian Moments” », Political Theory, vol. 31, n° 5, 2003, p. 615-643.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Le Mauff, « Machiavel et la question biographique »Transalpina, 25 | 2022, 121-136.

Référence électronique

Julien Le Mauff, « Machiavel et la question biographique »Transalpina [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 21 octobre 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3789 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3789

Haut de page

Auteur

Julien Le Mauff

Membre associé, LEM (UMR 8584)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search