Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25VariaPoétiques et polémiques : ...

Varia

Poétiques et polémiques : le paradoxe du prix Nobel attribué à Quasimodo et ses conséquences dans la réception de son œuvre en France

Héloïse Moschetto
p. 137-154

Résumés

Si l’on associe spontanément Quasimodo à l’ermetismo et au prix Nobel de littérature, on connaît moins les – pourtant nombreuses – polémiques qui ont scandé sa vie et profondément influencé la réception de son œuvre. La première polémique concerne les Lirici greci (sa traduction des poètes grecs), considérée par sa virulence et par les divergences qu’elle a entraînées comme un véritable « cas littéraire ». La seconde a été causée par le changement de registre de ses poèmes d’après-guerre, vécu par les lecteurs et les critiques comme une trahison de la « poetica della parola » qui l’avait rendu si célèbre. La troisième a été engendrée par l’attribution du prix Nobel, perçue par l’intelligentsia littéraire de l’époque comme illégitime – justement à cause des deux premières. Dans cet article, nous tenterons de mettre en évidence l’influence de ces polémiques sur la poétique quasimodienne, et l’impact qu’elles ont eu sur la réception de son œuvre, en particulier en France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous employons à dessein le terme italien, de façon à ne pas créer de confusion ave (...)

1Le nom de Salvatore Quasimodo est aujourd’hui associé au prix Nobel de littérature, obtenu en 1959, et au mouvement de l’ermetismo1 dont il est considéré comme le fer de lance. Il faut se plonger dans son œuvre et dans son histoire pour découvrir – très rapidement – qu’il a, en son temps, été au moins autant lié à des querelles et des polémiques qu’aux prix littéraires (pourtant nombreux) qui lui ont été attribués.

  • 2 Voir la rubrique « Cronologia » in S. Quasimodo, Poesie e discorsi sulla poesia, G. (...)

2La première concerne les Lirici greci, sa traduction des poètes grecs, considérée par son intensité et par les divergences qu’elle a entraînées comme un véritable « cas littéraire », et présentée ainsi par Gilberto Finzi : « Il successo poetico e lo scandalo accademico provocati da questo libro straordinario sono, più che notevoli, quasi unici nella storia delle traduzioni »2. La seconde a été causée par le changement de registre de ses poèmes d’après-guerre, vécu par les lecteurs et les critiques ayant encensé ses premiers recueils comme une trahison de la « poetica della parola » qui l’avait rendu si célèbre. La troisième, et non la moindre, a été engendrée par l’attribution du prix Nobel, perçue par une bonne partie de l’intelligentsia littéraire de l’époque comme absolument illégitime – justement à cause des deux premières. Fragilisé par ces controverses, perturbé par la remise en question du prix qui lui a été attribué, Quasimodo se tait pendant presque dix ans. Son dernier recueil, publié deux ans avant sa mort, sort dans une relative indifférence. À quel point cette traduction litigieuse des Lirici greci et ces polémiques ont-elles influencé la réception de ce poète – en Italie, mais aussi et surtout en France (où il est traduit, mais de façon lacunaire ; où il a été inscrit aux programmes des concours de l’enseignement, mais ne fait pas l’objet de recherches ; où son nom est parfaitement connu, sans que son œuvre le soit) ?

3C’est ce que nous tenterons de mettre en évidence dans cet article. Après avoir exposé ces trois moments douloureux mais déterminants de la carrière de Quasimodo, nous chercherons à dresser un bilan de la réception de son œuvre en France, tout en nous interrogeant sur le rôle que les traductions de ses recueils y ont joué – et en remarquant la place, là aussi particulière, des Lirici greci.

Le « cas » des Lirici greci

  • 3 G. Paparelli, « Il Baretti », in Quasimodo e la critica, G. Finzi (dir.), Milan (...)
  • 4 C. Varese, « Occasioni e valori della letteratura contemporanea », in La critica e Quasim (...)

4Bien qu’il s’en soit défendu pendant toutes les dernières années de sa vie, Salvatore Quasimodo est, aujourd’hui encore, indissociablement lié au mouvement de l’ermetismo, dont il est considéré – avec Eugenio Montale et Giuseppe Ungaretti – comme le fer de lance. Dès la publication de ses premiers recueils (Acque e terre en 1930, Òboe sommerso en 1932, Erato e Apòllion en 1936 et Nuove poesie en 1942), le succès est au rendez-vous. Ces ouvrages sont préfacés par les grands noms de la critique de l’époque (dont Sergio Solmi, Oreste Macrì et Luciano Anceschi) et ses poèmes font l’objet de nombreux articles et exégèses. L’essai d’Oreste Macrì, La poetica della parola e Salvatore Quasimodo (1938), consacre le poète comme le chantre de l’ermetismo – au point que certains, comme Gioacchino Paparelli, vont jusqu’à se demander si c’est la critique ermetica qui a réellement révélé Quasimodo, ou si ce sont les poèmes du Sicilien qui ont provoqué « una presa di posizione della critica in senso ermetico »3. Comme le souligne Claudio Varese : « Nessuno scrittore contemporaneo della più giovane generazione è stato così studiato, così careggiato e quasi allevato dalla critica militante come il delfino della poesia contemporanea »4. Sa « poétique de la parole » fascine ses contemporains, comme en témoigne la majeure partie de la production critique consacrée au Sicilien, qui porte quasi systématiquement sur le lexique quasimodien – et rarement sur l’étude de l’éthos du poète.

  • 5 N. Lorenzini, « Postfazione » à S. Quasimodo, Lirici greci, Milan, Mondadori, 1985, (...)

5Lorsque sort, en 1940, sa traduction des lyriques grecs (préfacée par Luciano Anceschi), sa renommée de poète est à son comble mais ses talents de traducteur vont déclencher une polémique d’une virulence et d’une violence impressionnantes. Dès sa sortie, cette traduction devient un véritable « cas littéraire » – Niva Lorenzini, dans la postface qu’elle rédige en 1985, va jusqu’à affirmer que « nessun altro caso letterario ha sortito effetti così durevoli e indiscussi »5, et décrit ainsi la frénésie qui s’empare du monde littéraire italien de l’époque :

  • 6 Ibid., p. 220.

Scesero in campo grecisti e critici letterari, polemisti e studiosi di estetica, firme del giornalismo e scrittori, outcasts e agguerrite formazioni di squadra, pronti tutti a dialogare a distanza su riviste di prestigio od opuscoli locali, quotidiani a forte tiratura o fogli di provincia6.

  • 7 Quasimodo ressent les textes bien plus qu’il ne les analyse. Nous en voulons pour preuve (...)
  • 8 Ce dont il se justifie ainsi dans son court essai intitulé « Traduzioni dai cla (...)

6Pour ou contre : le monde des lettres de l’époque se répartit en deux camps – celui des poètes et celui des philologues. Si les premiers crient au génie – au point que, dans son anthologie de poésie italienne contemporaine Poesia del novecento, Edoardo Sanguineti insère treize traductions de Quasimodo pour seulement… deux de ses poèmes –, les seconds dénoncent une imposture. La méthode de traduction – intuitive7 – employée par le poète est en effet pour le moins particulière : non seulement celui-ci prend parfois de véritables libertés avec les textes-sources, mais il n’hésite pas, de plus, à déplacer des fragments, voire à les supprimer8, quand il n’en fusionne pas certains qui étaient originellement séparés,

  • 9 G. Finzi, « Quasimodo : il tempo e le parole », p. 23.

[…] interpretando, tagliando, legando frammenti o integrando i testi greci a propria misura il poeta siciliano è tanto abile da « fare propria », trasformare in poesia originale l’antica poesia lirica : e lo afferma per primo, introducendo i Lirici greci, un ammirato Luciano Anceschi. Così, proprio dai Lirici greci inizia la battaglia pro / contra il poeta, che aveva osato sfidare sul loro proprio campo i traduttori accademici, ripudiando la terminologia classicheggiante e aulica per ricreare una poesia più « verosimile »9.

7Selon Quasimodo, seuls les poètes sont en mesure de traduire de la poésie. Il considère la philologie comme une approche essentielle du texte, mais qui ne peut en aucun cas permettre d’en effectuer la traduction : trop froide, trop précise, trop restreinte et trop rigide. Dans un texte intitulé « Traduzioni dai classici », il oppose explicitement les deux approches :

  • 10 S. Quasimodo, « Traduzioni dai classici », p. 3.

Il desiderio di una lettura diretta dei testi di alcuni poeti dell’antichità mi spinse, un giorno, a tradurre le pagine più amate dei poeti della Grecia. […]. Le parole dei cantori che abitarono le isole di fronte alla mia terra ritornarono lentamente nella mia voce, come contenuti eterni, dimenticati dai filologi per amore di un’esattezza che non è mai poetica e qualche volta neppure linguistica10.

8Plus de vingt ans auparavant, il évoquait déjà, dans une lettre à son épouse Maria Cumani, la dimension profondément intime, voire ontologique, que doit – pour lui – avoir une bonne et juste traduction :

  • 11 S. Quasimodo, Lettere d’amore a Maria Cumani, Milan, Mondadori, 1973, p. 97.

Stanotte sono stato con Saffo […] e quello che di greco c’è nel mio sangue s’è svegliato. Forse sono riuscito (ma ancora non sono contento) a ritrovare la voce del poeta : in qualche punto certamente11.

  • 12 S. Quasimodo, « Chiarimento e note alle traduzioni », in Id., Lirici greci, Mil (...)
  • 13 S. Quasimodo, Poesie e discorsi sulla poesia, p. 393.
  • 14 Ibid., p. 387. Pour plus de précisions, nous invitons à consulter la très précise et érud (...)

9Convaincu du fait que l’« approssimazione poetica »12 constitue l’approche la plus légitime d’un texte poétique, Quasimodo retraduit donc les poètes antiques, déjà traduits par d’illustres académiciens. Ces derniers sont aussi courroucés par la démarche que scandalisés par son succès (à l’instar de Manara Valmigli, dont les pourtant brillantes traductions ne font, pour le critique Guido Piovene, pas le poids face à celles du poète). Ils reprochent vertement à Quasimodo la désinvolture avec laquelle il assemble des fragments en donnant l’illusion qu’il s’agit d’un seul et même poème (« Tramontata la luna »13, par exemple, est en réalité composé de cinq fragments), ainsi que sa façon de supprimer ou ajouter des mots, quand il n’en modifie pas tout simplement le sens (dans le poème « Ad Afrodite », l’adjectif « immortale » associé à Aphrodite se transforme ainsi en un mystérieux et métaphysique « tu che non hai morte »14).

10Les débats sont si houleux que Luciano Anceschi modifie deux fois sa préface. Dans la première, sortie en 1940, il ne cache pas son admiration pour ce recueil qu’il approuve sans réserve :

  • 15 L. Anceschi, « Introduzione » [1940] à S. Quasimodo, Lirici greci, N. Lorenzini (éd.), Mi (...)

e la « poetica della parola », portando un comando di responsabilità su ogni elemento della sintassi poetica, offre, poi, uno strumento rigoroso per la resa efficace di una spiritualità lirica non mai approssimativa. Quasimodo sembra perciò essere veramente il più adatto per una impresa così ardua – necessariamente – difficile. (Altri tentativi contemporanei di tradurre dai Greci senza una così risentita natura poetica e senza questo ostinato rigore hanno concluso brillanti prove di gusto, rare esercitazioni di prosa lirica)15.

11Il souligne, cependant, l’immense liberté prise par Quasimodo par rapport aux textes originaux : en voulant traduire, celui-ci a parfois – voire souvent – réécrit, au point que l’on peut presque considérer les Lirici greci comme faisant partie de ses recueils de poèmes plus que comme une véritable traduction :

  • 16 Ibid, p. XXIX.

E la riuscita di queste traduzioni […] sta appunto nel fatto che, pur in una poetica e libera fedeltà al testo, esse sono ormai nel dominio – ma quanto più aperto e disteso – del poeta : sono poesie di Quasimodo16.

  • 17 « Certo la traduzione che, tra il ’38 e il ’40, Quasimodo fece dei Greci destò (...)

12Le ton de la seconde préface d’Anceschi, publiée dans la réédition de 1951, tranche radicalement avec celui de la première. Les polémiques ont été si violentes que le critique, onze ans après la parution du recueil, reste marqué par ces débats17. Loin de crier à nouveau au génie de Quasimodo, il présente alors cette période de sa production poétique comme étant celle d’une grande et hésitante remise en question :

  • 18 Ibid., p. 301.

Per l’appunto, dopo Erato e Apòllion, Quasimodo si trovava davvero nelle angustie, in uno stato indeterminato di « dubbio metodico » dell’immaginazione […]. Tentava nuovi metodi… […]. Ci sono delle gestazioni davvero faticose18.

  • 19 L. Anceschi, « Altre circostanze, per il libro », 1978, p. XIII.

13Le contraste saisissant entre les deux préfaces donne aux lecteurs d’aujourd’hui une idée de l’intensité des débats suscités par ce texte. Ami et fidèle critique de Quasimodo, Anceschi n’a pas eu la témérité de soutenir ce dernier, onze ans pourtant après les faits. Et dans sa troisième et dernière préface (intitulée « Altre circostanze, per il libro »), publiée en 1978 – presque quarante ans après la sortie des Lirici greci –, il refuse de revenir sur le débat et conclut ses propos par cette phrase ambiguë : « Per certo, in ogni caso, questi Lirici greci di Quasimodo si diedero proprio al concludersi di una allegria che nascondeva il prepararsi di oscuri naufragi »19. Même s’il cesse de le soutenir quand éclate le scandale, les deux préfaces prudentes de 1951 et 1978 témoignent d’une certaine fidélité au Sicilien. Il n’en va pas de même avec un autre critique : Oreste Macrì – celui-là même qui, par ses préfaces et son essai de 1938, avait tant contribué à la reconnaissance du génie du Sicilien. Leur amitié ne résiste pas à la publication des Lirici greci, que Macrì remet en question avant même leur sortie officielle, ainsi que le révèle cette lettre que lui adresse Quasimodo le 24 avril 1940 :

  • 20 Lettre de Salvatore Quasimodo à Oreste Macrì, in O. Macrì, La poesia di Quasimodo : studi (...)

[…] tu sei padrone di scrivere quello che vuoi sui « lirici greci » ; però potevi aspettare l’uscita del libro prima di polemizzare con Anceschi. Comunque è bene che tu sappia che « nessuno » mi convincerà mai che io abbia commesso un errore nell’intendere gli antichi, né per ciò che riguarda la loro interpretazione né per la nuova sistemazione metrica italiana. Però da te non mi sarei aspettato una qualsiasi limitazione del mio lavoro […]. Leggi il libro, leggi le note e vedrai che il tuo giudizio è stato affrettato20.

14Malgré quelques tentatives de réconciliation, cette polémique brise définitivement la confiance que Quasimodo plaçait en son jeune critique.

L’impardonnable « svolta del dopoguerra »

  • 21 Voir le chapitre « L’influence de la Seconde Guerre mondiale sur la poétique quasimodienn (...)

15Fragilisé par cette affaire qui lui a fait perdre plusieurs amis et admirateurs, Quasimodo se plonge, pendant la guerre, dans ses poèmes et dans la traduction de l’Évangile selon Saint Jean. Mais dès la parution du recueil suivant, un second choc vient ébranler le poète. Giorno dopo giorno, publié en 1947, surprend considérablement le public et la critique par le changement de ton radical qu’il présente avec les poèmes d’après-guerre. Le solipsisme lyrique et hermétique des quatre premiers recueils fait en effet place à un élan humaniste exprimé dans un registre épique21 qui se confirme au fur et à mesure des publications. Si, par amitié, Carlo Bo accepte de préfacer Giorno dopo giorno, aucun critique n’envisage de se compromettre en préfaçant les suivants – Quasimodo est même réduit à rédiger lui-même la postface de Il falso e vero verde en 1953. Le changement de ton et de style amorcé par Giorno dopo giorno, confirmé par La vita non è sogno (1949), Il falso e vero verde (1956), La terra impareggiabile (1958) et Dare e avere (1966), n’a jamais vraiment trouvé son public. Aujourd’hui encore, Quasimodo est paradoxalement reconnu pour (et réduit à) son rôle de chantre de l’ermetismo, que la critique des années 1960 lui reproche alors avec violence de ne plus être. Cette rupture amorcée en 1947 est souvent désignée par l’expression « la svolta del dopoguerra », quand ce n’est pas par la pure et simple scission entre un « primo » et un « secondo » Quasimodo. Si le premier était unanimement salué par la critique, le second plaît peu, et cette dernière ne s’en cache pas.

  • 22 G. Zagarrìo, « Salvatore Quasimodo. Crisi dell’uomo e della poesia : dopo il 1947 », cité (...)
  • 23 M. Rinaldi, Il polimorfismo della poesia di Quasimodo ; dalla oscurità del vuoto ermetico (...)
  • 24 P. Paulini, « Quasimodo critico della letteratura italiana delle origini », in (...)

16Dans un article, Giuseppe Zagarrìo dresse par exemple un catalogue « dell’eccessivo nell’opera quasimodiana del dopoguerra »22, met en évidence « la gonfiezza interrogativa ed esclamativa » du poète, dénonce ce qu’il considère être un « grido forzato », souligne « la forzatura anaforica » de ses textes et le « volontarismo neoepico e neotragico » des poèmes écrits à partir de Giorno dopo giorno. Michele Rinaldi, lui, n’hésite pas à intituler l’un de ses textes consacrés au Sicilien : « Il polimorfismo della poesia di Quasimodo : dalla oscurità del vuoto ermetico all’orrore ossessivo della cosiddetta poesia sociale » – ce qui laisse présager du ton employé. On y lit en effet que le poète souffre d’une « malattia grave, una specie di tabe, che mina alle radici l’arte poetica italiana : questa malattia è la insincerità »23. D’autres préfèrent le mépris à la médisance, à l’instar de Paulo Paulini, qui écrit au sujet de la prose quasimodienne : « Se trovassimo un accostamento così disinvolto in uno spezzone di tesi di un nostro laureando, gli tireremmo giustamente le orecchie, richiamandolo all’ordine »24.

17S’il tente alors de prendre du recul par rapport à ce désamour, le Sicilien n’en a pas encore fini avec le scandale. En effet, une troisième vague, rendue encore plus fracassante par sa dimension internationale, ne tarde pas à arriver.

La polémique du prix Nobel

  • 25 Après avoir déjà obtenu le prix « Antico Fattore » en 1932.
  • 26 L. Daino, « Un poeta d’altri tempi… », p. 18.
  • 27 S. Antonielli, « Salvatore Quasimodo », Belfagor, 5, 30 septembre 1951, cité pa (...)

18Malgré les remises en question d’une partie de la critique, Quasimodo (qui est alors géomètre) est nommé « per chiara fama » professeur de littérature italienne au Conservatoire de Milan en 1942 et obtient les prix25 « San Babila » en 1950, « Etna-Taormina » en 1953 et « Viareggio » en 1958. C’est donc en toute logique que les critiques Carlo Bo et Francesco Flora proposent sa candidature pour le prix Nobel de littérature en 1959. Si celle-ci est loin d’être absurde, personne ne s’attend à ce que Quasimodo obtienne le prix avant Ungaretti, Montale ou Moravia, eux aussi considérés comme parfaitement légitimes – et n’étant pas entachés par une polémique de l’ampleur de celle des Lirici greci. C’est donc à la surprise d’une bonne partie du monde des lettres que le Sicilien obtient, cette année-là, le prestigieux trophée. Après les félicitations d’usage, les critiques ne tardent pas à se faire entendre ; une fois encore, lecteurs, critiques et journalistes se divisent en deux camps tout aussi virulents. S’il est normal qu’un écrivain – surtout s’il a été propulsé sur le devant de la scène par un événement tel que le prix Nobel – ne fasse pas l’unanimité, Luca Daino insiste sur le fait que la vivacité des polémiques qui entourent Quasimodo est toutefois d’une intensité rare (« In quegli anni la fortuna critica di Quasimodo subiva non poche variazioni »26), et reprend une remarque de Sergio Antonielli pour qui « nessun altro scrittore, fra i già affermati prima della guerra, vide sul contraccolpo, più di lui, oscillare a sbalzi i suoi valori »27. Deux reproches sont faits à Quasimodo. Le premier est celui d’être en réalité davantage récompensé pour ses traductions polémiques que pour ses propres poèmes, ce qui tend évidemment à ôter sa légitimité et son mérite au prix Nobel de littérature, ainsi que le souligne Sergio Antonelli :

  • 28 F. Manini, « Salvatore Quasimodo. Dall’ermetismo all’impegno civile », Arte Insieme : htt (...)

Dopo un iniziale entusiasmo arrivarono inevitabili le polemiche poiché, secondo molti, erano Montale e Ungaretti, ancora in vita, ad impersonare l’immagine della rinascita e della presenza della poesia italica nel Novecento ; la preferenza accordata a Quasimodo apparve ingiusta e scandalosa : difatti, a lungo andare, avrebbe creato una sottile e costante persecuzione, tanto da ridurre progressivamente il valore della sua intera opera per limitarla addirittura al solo percorso traduttorio28.

19La cérémonie de remise du prix à Stockholm n’est sans doute pas étrangère à cela. Car si le motif officiel de l’Académie suédoise est le suivant : « Pour ses compositions poétiques qui, avec une ardeur classique, expriment le sentiment tragique de la vie de notre époque », dès les toutes premières phrases de son discours, Anders Österling – secrétaire perpétuel de l’Académie suédoise – met en évidence la place des traductions dans l’ensemble de son œuvre :

  • 29 A. Österling, Poèmes de Salvatore Quasimodo, Paris, Rombaldi (Collection des prix Nobel d (...)

Plusieurs années se passèrent en voyages incertains avant que le poète n’eût pris conscience de son talent et commencé à s’orienter vers la littérature classique. Ces études, en temps utile, devaient avoir une grande importance dans son activité de traducteur classique qui constitue aujourd’hui la base de son apport à la poésie italienne29.

20Le jury suédois n’est pas seul à considérer les traductions comme une part déterminante de l’œuvre poétique de Quasimodo ; pour beaucoup, il s’agit même de la meilleure. Ainsi, le journaliste et essayiste Eugenio Scalfari (fondateur du quotidien La Repubblica) rapporte une anecdote datant de 1956, dont les faits se sont déroulés au café de la « Casa della cultura », assidûment fréquentée par Eugenio Montale, Carlo Bo et Quasimodo. Ce dernier pose à Scalfari la question suivante :

« Secondo te qual è il mio libro migliore ? ». La domanda mi sorprese. « Perché mi chiedi questo ? », gli risposi. E lui : « Sei molto più giovane di me e fai un altro mestiere, ma sei un mio lettore. Mi interessa molto il giudizio di un giovane lettore e conoscere la tua scelta. Capisco che devi pensarci su. Ci rivedremo qui domani e mi darai la tua risposta, ci tengo molto »30.

  • 31 Ibid.

21Mais le journaliste n’a pas besoin de temps pour réfléchir : « Gli risposi : “Non ho bisogno di pensarci affatto, te lo dico subito : i lirici greci da te tradotti” »31. Si certains sont donc ravis que Quasimodo obtienne ce prix, d’autres crient au scandale et n’hésitent pas à remettre en question non seulement le poète, mais l’institution suédoise elle-même. Le plus dur est sans nul doute Ungaretti, grand favori et donc grand déçu. Celui-ci accuse le jury du prix Nobel de s’être fait berner par Quasimodo, qui « se serait fait passer » pour un membre du comité des « Partigiani della Pace » :

  • 32 G. Ungaretti, L. Piccioni, L’allegria è il mio elemento. Trecento lettere con Leone Picci (...)

[Quasimodo] ha venduto fumo, si è fatto passare, nei suoi viaggi a Stoccolma, come membro del Comitato dei Partigiani della Pace, come l’Eroe della Resistenza, il capo dei Resistenti durante il fascismo, il perseguitato che finalmente con la liberazione, può impugnare la penna e ritrovare la nostra poesia32.

  • 33 Des images d’archive le montrent également en compagnie de résistants alors qu’il pose au (...)
  • 34 Voir G. Ruggero, I partigiani della pace. Il movimento pacifista in Italia e nel mondo ne (...)

22Or, Quasimodo a bel et bien été membre actif du mouvement des Partisans de la Paix, fondé à Paris en avril 195933. Lors du Congrès mondial pour la Paix, qui a rassemblé 2 287 délégués de 73 pays, le poète faisait partie de la délégation italienne, aux côtés de Pietro Nenni, Elio Vittorini, Renato Guttuso, Natalia Ginzburg, Giovanni Levi et Giulio Einaudi34. Et cela, Ungaretti le sait, puisqu’il tient à Jean Lescure les propos suivants, qui contredisent les précédents :

  • 35 Giuseppe Ungaretti, Jean Lescure. Carteggio (1951-1966), R. Gennaro (éd.), Florence, (...)

Comment a-t-il pu avoir le prix ? Tu sais que ceux qui le décernent sont quatre poètes ridicules. […] Quasimodo faisait partie du Comité des Partisans de la Paix qui se réunissait à Stockholm, dont faisaient aussi partie les quatre ridicules poètes suédois. […] Tu as compris, le sérieux du Nobel ? La merde que c’est en réalité le Nobel35 ?

  • 36 G. Ungaretti, L’allegria è il mio elemento…, p. 131.
  • 37 « Ungaretti, nell’argomentata denigrazione del connazionale insignito del Nobel, sottolin (...)
  • 38 Ungaretti avait demandé à Mussolini de préfacer son édition du recueil Il porto (...)

23Dans une lettre à Leone Piccioni, il s’indigne : « Hai visto il trafiletto sul Tempo secondo il quale sarebbe stato fatto professore per chiara fama nel 1944 dal Governo di Salò ? »36. Et dans une autre à Jean Lescure, il accuse son rival d’antidater ses poèmes37 ou même d’avoir collaboré38 – accusation d’autant plus surprenante de la part d’Ungaretti que son recueil Il porto sepolto a carrément été préfacé par Mussolini…

  • 39 Il s’agit du « Coro di morti della rivoluzione », in Poesie e discorsi sulla po (...)
  • 40 Ibid., p. 198.

Le prix Nobel ? À un perroquet et à un clown. Pour justifier sa nomination, le Secrétaire permanent a déclaré dans son discours que ce poète, bâillonné durant les vingt ans du Fascisme, avait enfin pu donner sa mesure en se mettant à la tête des écrivains de sa génération (Silone, Moravia, Vittorini). Or ce joli monsieur […] a collaboré pendant vingt ans aux revues fascistes de plus stricte observance, auxquelles aucun poète ne collaborait. De plus, il a écrit un Hymne pour les martyrs fascistes39. Il aurait pu y croire, ce n’est pas un mal. Mais la déclaration du Secrétaire, quel sens aurait-elle alors ? De plus, il aurait été fait professeur, c’est ce que j’ai lu dans les journaux, par le gouv. de Mussolini quand Mussolini se trouvait déjà à Salò avec son gouvernement de guerre civile, après le coup d’État contre lui en 1944. Ses poèmes de résistance ont été écrits et publiés après la fin de la résistance, assez de temps après, parce que c’était « la mode »40.

  • 41 L. Daino, « Un poeta d’altri tempi… », p. 20.
  • 42 En ce qui concerne la France, cette image a surtout été véhiculée par Louis Ara (...)

24Mais si Ungaretti tente de faire passer Quasimodo pour un dissimulateur et un opportuniste, cette théorie est « diffus[a] quasi esclusivamente tra i letterati italiani »41. L’image du poète qui s’est imposée aux non-spécialistes italiens et au public étranger est, au contraire, celle d’un Quasimodo résolument « engagé »42. Pour exemple, quelques jours après l’annonce de l’attribution du prix Nobel, le critique Alain Bosquet publie dans Le Monde les lignes suivantes :

  • 43 A. Bosquet, « Un poète de la lumière », Le Monde, 23 octobre 1959 : https://www (...)

Poète de la lumière méditerranéenne […] Quasimodo est aussi, dans la vie quotidienne comme dans sa vie littéraire, un témoin et un lutteur… Il s’engage, sans jamais permettre à sa poésie de perdre son impassibilité formelle et la concision de ses prestiges sereins43.

  • 44 K. Strömberg, « Petite histoire de l’attribution du prix Nobel », in Poèmes de Salvatore (...)
  • 45 Ibid., p. 15.

25Et dans la « Petite histoire de l’attribution du prix Nobel », Kjell Strömberg, ancien conseiller culturel à l’ambassade de Suède à Paris, présente carrément Quasimodo comme « poète de la résistance anti-fasciste »44. Sans entrer dans des considérations politiques, la plupart des critiques italiens déçus par le choix du jury se contentent, à l’instar d’Emilio Cecchi, d’accuser celui-ci de mal connaître la littérature italienne : c’est ce qui expliquerait « la banalité, l’incertitude et l’incompétence dont [il] a fait preuve dans [le] choix »45 de ce lauréat. Si les journalistes ne multiplient pas non plus les louanges, le public italien, lui, est globalement satisfait du fait qu’un compatriote bénéficie d’une telle récompense – pour la première fois depuis un quart de siècle, après Pirandello en 1934.

26En France, c’est pour une raison tout à fait différente qu’il est considéré de bon ton de déclarer le choix du jury suédois comme étant « catastrophique » : le snobisme parisien, que Louis Aragon fustige avec véhémence dans Les lettres françaises en novembre 1959 :

  • 46 L. Aragon, « La luce nera di Quasimodo », in Quasimodo e la critica, p. 503-506 (...)

Era « parigino » dire che si trattava di « una scelta catastrofica », tanto per dirne una. […] I vostri simili, parigini miei, hanno ignorato Rimbaud, hanno insultato Apollinaire. […] trovavano di cattivo gusto Shakespeare, e gli preferivano tutti i nostri Campistron nazionali46.

Le désamour de la critique

  • 47 Que ce soit pour des raisons géographiques (lorsque l’unique ou les rares exemp (...)
  • 48 Quasimodo e gli altri, F. Musarra (dir.), Lovanio, 27-28 avril 2001 ; Salvatore Quasimodo (...)

27Aragon crie au génie incompris, Ungaretti à l’imposteur encensé : la polémique du prix Nobel semble être la réplique, amplifiée par sa dimension internationale, des deux précédentes. Chaque fois, presse, lecteurs et critiques se divisent en deux camps qui semblent irréconciliables. D’abord ébranlé par l’intensité des débats autour de ses traductions, puis le rejet de ses recueils d’après-guerre, Quasimodo est profondément fragilisé par la vivacité des remises en question de son prix Nobel. Après la publication de La terra impareggiabile, en 1958, il cesse de publier. Pas un recueil ne sortira avant Dare e avere, en 1965, tandis que le poète renonce également à ses collaborations avec des revues. La seule parution est celle des Discorsi, en 1960, qui rassemble des allocutions prononcées en 1946 (Poesia contemporanea ; L’uomo e la poesia), 1950 (Una poetica), 1953 (Discorso sulla poesia), 1957 (Poesia del dopoguerra) et 1959 (Il poeta e il politico). La sortie de son recueil Dare e avere (considéré par une partie de la critique comme « testamentaire ») passe presque inaperçue. De tous les ouvrages de Quasimodo, c’est celui qui a fait couler le moins d’encre et suscité le plus d’incompréhensions. Quoi qu’il en soit, cette discrétion de la critique, au regard de l’ensemble de la production poétique de Quasimodo, met en évidence une dynamique de « désamour » progressif : les premiers recueils sont encensés, considérés comme la quintessence de l’ermetismo ; Giorno dopo giorno bénéficie de l’aura du Quasimodo ermetico, alors que les recueils suivants sont peu, voire pas (pour Dare e avere) commentés. Les critiques italiens s’accordent, à partir des années 1960-1970, à condamner l’œuvre du Sicilien. Les conséquences de cette mise à l’écart se manifestent aujourd’hui par la très faible production critique accordée à ce poète pourtant plusieurs fois primé. Nous avons d’ailleurs pu constater, lors de nos recherches, à quel point il est difficile de trouver des monographies consacrées à son œuvre, et parfois impossible d’avoir accès aux ouvrages existants47. Ces difficultés mettent en évidence un certain désintérêt du milieu universitaire pour l’œuvre de Quasimodo – à l’exception d’un bref sursaut au début des années 2000, correspondant à la date anniversaire de sa naissance (en 1901), où plusieurs colloques internationaux ont été organisés48.

  • 49 G. Antonio, « Salvatore Quasimodo nei Poètes d’Italie », in « Nell’antico linguaggio altr (...)

28La réception de l’œuvre de Quasimodo en France n’est pas beaucoup plus positive. Bien que, grâce au prix Nobel, sa renommée ait traversé les Alpes à partir des années 1960 (comme en témoigne l’article de Louis Aragon), il demeure aujourd’hui un auteur extrêmement peu connu et étudié dans notre pays. Giuseppe Antonio Brunelli remarque en effet l’absence de Quasimodo dans les anthologies françaises de littérature italienne, à l’exception de l’ouvrage Poètes d’Italie. Des origines à nos jours, publié aux éditions de la Table ronde en 1999, lequel « costituisce un importante capitolo nella storia della fortuna quasimodiana in Francia, che è ancora in gran parte da studiare »49. Les études quasimodiennes françaises ont cependant connu un brusque regain lorsque l’œuvre du Sicilien a été inscrite parmi les questions de littérature du CAPES et de l’agrégation d’italien de 2012-2013 puis de 2013-2014. L’inscription de cet auteur au programme des concours nationaux a en effet entraîné l’organisation de quelques journées d’étude (comme celle qu’a organisée l’UFR d’italien de l’Université Paris-Sorbonne le 12 décembre 2012, intitulée « Salvatore Quasimodo : poésie et poétique », dont les interventions ont ensuite été publiées dans le tome 58 de la Revue des études italiennes en juin 2013) et la publication d’articles dans des revues universitaires. Il convient cependant de souligner le caractère exceptionnel de cet intérêt français pour le Sicilien : aucun colloque, aucune journée d’étude ou aucun recueil d’articles n’a été publié avant ou après cette inscription de l’œuvre de Quasimodo au programme des concours de l’enseignement.

  • 50 La consultation du catalogue de la Bibliothèque nationale de Florence (en juin 2018), qui (...)

29Si l’on consulte le site theses.fr, qui recense toutes les thèses de doctorat soutenues en France depuis 1985 ou en préparation depuis un maximum de dix ans, on remarque que le Sicilien suscite bien peu d’intérêt parmi les doctorants des départements d’études italiennes, contrairement à Eugenio Montale ou Giuseppe Ungaretti (pour ne citer que ces deux poètes, systématiquement associés à Quasimodo en raison de leur appartenance à un même mouvement littéraire et aux similitudes que l’on remarque dans leurs œuvres). En effet, si l’on prend en compte uniquement les thèses dont le sujet porte explicitement (dans le sens où le nom du poète est mentionné dans le titre) sur l’œuvre de ces poètes, on arrive au décompte suivant : neuf thèses pour Eugenio Montale, neuf pour Giuseppe Ungaretti, et une seule pour Salvatore Quasimodo50.

Le rôle des traductions dans la réception de l’œuvre quasimodienne en France

  • 51 S. Quasimodo, Poèmes, choix et trad. de P. Patocchi, Paris, Le Mercure de France, 1963, 1 (...)
  • 52 Acque e terre, Òboe sommerso, Erato e Apòllion et Nuove poe (...)

30De même, l’examen des traductions de l’œuvre du Sicilien en français est révélateur de cet intérêt pour le moins mitigé. Il a fallu attendre le mois d’octobre 2021 pour que paraisse la toute première traduction in extenso des recueils publiés par Quasimodo, de la main de Roland Ladrière. Avant cela, des poèmes ont été publiés uniquement sous forme d’anthologies51, ou bien par « blocs » de recueils52. En revanche, à notre connaissance, ni les recueils de jeunesse (Bacia la soglia della tua casa et Notturni del re silenzioso), ni les nombreux Discorsi, ni les essais (A colpo omicida e altri scritti, Giorgio de Chirirco, Il poeta a teatro, Il poeta e il politico e altri saggi), ni les correspondances (avec Sibilla Aleramo, Oreste Macrì, Eugenio Montale, Giorgio La Pira, Salvatore Pugliatti, Giuseppe Susini, Maria Cumani, Curzia Ferrari), ni ses textes mineurs (le petit livre consacré à ses échanges avec Anita Ekberg, son discours à l’occasion de la mort de Martin Luther King ou son texte sur l’Iliade accompagnant les illustrations de De Chirirco) n’ont jamais été traduits en français. Cette lacune, alliée à la très tardive traduction intégrale des neuf recueils principaux, constitue un obstacle certain à la diffusion, à l’étude et à la connaissance de Quasimodo en France – au point que son œuvre est quasi systématiquement réduite à ses neuf recueils principaux (dont seuls les quatre premiers sont à peu près connus) et, éventuellement, à ses discours.

  • 53 Dans un échange lors de notre travail de thèse, au cours duquel nous avons posé à Thierry (...)

31Thierry Gillybœuf, l’un des premiers traducteurs de Quasimodo (Giorno dopo giorno, La vita non è sogno et Il falso e vero verde en 2007), explique53 en partie cette méconnaissance par l’hétérogénéité des traductions qui en ont été faites. Pour lui, les premières traductions de Pericle Patocchi, Alain Jouffroy et Tristan Sauvage, malgré leur qualité, « restent assez marquées par une manière de traduire d’il y a cinquante ou soixante ans, où la rigueur du texte n’est pas la priorité. Où l’on peut prendre des libertés déroutantes ou bien coller au texte jusqu’à la paraphrase ». Celle de Patrick Reumaux est, à son avis, « la meilleure, la plus sincère dans cette fidélité, plus qu’aux mots, aux rythmes, à la représentation poétique et humaine qu[’il] [s]e fai[t] de Quasimodo ». En revanche – et, pour avoir consulté toutes ces traductions, nous sommes tout à fait d’accord avec lui – il émet une forte réserve sur la traduction proposée par David Cohen, Irène Lentin et Stefano Mangano dans les « Cahiers de l’Hôtel de Galliffet » :

Mais je dois avouer que cette traduction de Quasimodo est complètement opaque, illisible. […] Pour être franc, et sans qu’il y ait la moindre malveillance dans mon propos, je ne conçois même pas comment un tel livre, en cet état, a pu être publié. Je le regrette d’autant plus que cela me paraît desservir un auteur qui peine à s’imposer dans le paysage français.

  • 54 Également lors d’un échange ayant eu lieu en janvier 2022. Roland Ladrière ajoutait cepen (...)

32Plusieurs traducteurs s’accordent à dire que la réputation de Quasimodo a eu un impact déterminant sur sa réception en France, et sur ce que l’on pourrait considérer comme une forme d’« invisibilisation ». Roland Ladrière explique54 en effet que

le public français ne le connaît pas, tout simplement. La raison en est que pour des raisons diverses la « République des Lettres » a décidé une fois pour toutes qu’il était un imposteur. Quelques personnes influentes décident qui écrit bien ou mal, qui est un « Grand-écrivain » ou non.

33Thierry Gillybœuf fait le même constat, et explique que c’est justement ce qui l’a poussé à entreprendre sa traduction :

Mon idée fut […] de combler les trous. En outre, il me semblait que […] l’œuvre de Quasimodo souffrait d’un manque de reconnaissance, si ce n’est d’une indifférence méprisante, et demeurait dans l’ombre des géants Ungaretti et Montale. Il était question pour moi de réparer cela.

34Et il confirme que ce sont les aléas de sa vie, plus que la nature de son œuvre, qui permettent de comprendre la place si paradoxale de Quasimodo dans le paysage poétique français :

Depuis la publication de cette unique traduction il y a dix ans, je me suis davantage intéressé à son parcours, et j’ai essayé de comprendre pourquoi il souffre tant, aujourd’hui encore, de cette image négative, pourquoi il est autant déprécié […].

35Le prix Nobel, la svolta del dopoguerra et la parution des Lirici greci sont autant d’éléments (absolument non exhaustifs mais déterminants) qui permettent d’en saisir les causes.

  • 55 P. Reumaux, La lyre grecque, Paris, Vagabonde, 2018, 216 p.

36Il convient de noter, à propos de ce dernier ouvrage, la place particulière qu’il occupe au sein des traductions des œuvres du Sicilien. Les Lirici greci, si admirés et décriés, ce « cas littéraire » des années 1940, sont également un cas à part dans la réception de l’œuvre de Quasimodo en France. En effet, en mai 2018, alors que Dare e avere n’avait encore jamais été ne serait-ce que partiellement traduit, et que la plupart des autres recueils l’avaient été sous forme d’anthologie, Patrick Reumaux publie aux éditions Vagabonde une traduction des Lirici greci intitulée La lyre grecque55. Cette traduction des traductions de Quasimodo a donc été publiée intégralement en français trois ans avant que ne le soit la toute première traduction intégrale de ses neuf recueils principaux. Une situation pour le moins paradoxale, et révélatrice du fait que cet ouvrage continue à susciter un intérêt particulier. Précieuse pour l’exégèse de l’œuvre quasimodienne, La lyre grecque constitue également « une merveilleuse porte d’entrée dans l’œuvre quasimodienne », pour reprendre les mots de Thierry Gillybœuf. Ce dernier rappelle en effet que « Quasimodo [l’]intégrait dans son œuvre comme ses autres recueils », tant il avait projeté son style dans celui des Anciens. Il aurait été extrêmement intéressant de savoir ce qui a poussé Patrick Reumaux à mener cette traduction « au carré », alors que celle des œuvres de Quasimodo était encore lacunaire. Malheureusement, la préface de La lyre grecque n’éclaire en rien cette question. De façon surprenante, elle propose une réflexion brillante mais générale sur la traductologie, sans jamais faire allusion aux poèmes qui la suivent. Pas une seule fois le nom de Quasimodo ou celui des poètes antiques, ni le titre des Lirici greci ou le contexte poético-culturel ne sont cités. Il est impossible d’imaginer que Patrick Reumaux soit dans l’ignorance du caractère polémique et paradoxal du recueil qu’il choisit de traduire : il décide visiblement de contourner ce (ou de se hisser au-dessus du) débat en l’omettant totalement.

  • 56 Ainsi que la publication d’un essai de notre main consacrée à l’ensemble de l’œuvre et à (...)

37Nous aimerions, pour conclure cette réflexion sur les polémiques ayant orienté la réception et la traduction de l’œuvre de Quasimodo, insister sur les multiples paradoxes auxquels elle nous confronte. Comme l’ont souligné nombre de critiques, rares sont les poètes contemporains qui ont suscité des avis aussi violents et contrastés : génie du verbe ou traducteur imposteur ? Victime de ses premiers succès ou metteur en scène d’un humanisme opportuniste ? Fierté nationale ou vainqueur farfelu ? On lit ici et là des arguments défendant farouchement chacune de ces hypothèses. La vérité, elle, se situe très certainement entre les deux. Or, pour l’appréhender justement, il faudrait que l’œuvre de Quasimodo puisse être envisagée de façon plus complète qu’elle ne l’est la plupart du temps : réduite à quelques recueils d’une production pourtant dense et variée ; biaisée par des querelles ayant laissé à la postérité une vision parcellaire de l’homme et de sa poétique ; hors de portée du grand public car peu ou pas traduite, ni commentée. Il y aurait de la part des chercheurs et des traducteurs un travail de « réparation » à faire : combler les lacunes, mettre l’œuvre à la portée des lecteurs. Il nous semble que c’est en ce sens que vont les récentes traductions de Patrick Reumaux et de Roland Ladrière56, et nous espérons que l’accès de ces textes au public francophone sera la première étape d’une approche moins passionnée mais plus juste de l’œuvre de ce prix Nobel oublié.

Haut de page

Notes

1 Nous employons à dessein le terme italien, de façon à ne pas créer de confusion avec l’hermétisme français.

2 Voir la rubrique « Cronologia » in S. Quasimodo, Poesie e discorsi sulla poesia, G. Finzi (éd.), avec une préface de C. Bo, Milan, Mondadori (I Meridiani), 1996 [10e éd. revue et corrigée ; 1re éd. 1971], p. XCV.

3 G. Paparelli, « Il Baretti », in Quasimodo e la critica, G. Finzi (dir.), Milan, Mondadori, 1969, p. 252.

4 C. Varese, « Occasioni e valori della letteratura contemporanea », in La critica e Quasimodo, M. Bevilacqua (dir.), Bologne, Cappelli, 1976, p. 115.

5 N. Lorenzini, « Postfazione » à S. Quasimodo, Lirici greci, Milan, Mondadori, 1985, p. 216.

6 Ibid., p. 220.

7 Quasimodo ressent les textes bien plus qu’il ne les analyse. Nous en voulons pour preuve un commentaire qu’il a inscrit en marge d’une traduction de Shakespeare effectuée par le père et la fille Cecchi avec laquelle il est en désaccord. Il ne trouve en effet pas plus grande insulte que : « filologo ! » (G. Finzi, « Quasimodo : il tempo e le parole », in « Nell’antico linguaggio altri segni ». Salvatore Quasimodo poeta e critico, G. Baroni (dir.), Rivista di letteratura italiana, XXI, 1-2, 2003, p. 23).

8 Ce dont il se justifie ainsi dans son court essai intitulé « Traduzioni dai classici » : « Non aggiunsi mai un aggettivo negli spazi bianchi dei […] frammenti [di Saffo] (si sa quanto peso abbia un aggettivo negli spazi bianchi dei suoi frammenti), mai una “cosa” che non fosse da lei accennata, mai una pausa che non fosse nella sua segreta sillabazione » (S. Quasimodo, « Traduzioni dai classici », in Id., Il poeta e il politico e altri saggi, Milan, Swartz Editore, 1960, p. 73).

9 G. Finzi, « Quasimodo : il tempo e le parole », p. 23.

10 S. Quasimodo, « Traduzioni dai classici », p. 3.

11 S. Quasimodo, Lettere d’amore a Maria Cumani, Milan, Mondadori, 1973, p. 97.

12 S. Quasimodo, « Chiarimento e note alle traduzioni », in Id., Lirici greci, Milan, Mondadori, 1945, p. 206.

13 S. Quasimodo, Poesie e discorsi sulla poesia, p. 393.

14 Ibid., p. 387. Pour plus de précisions, nous invitons à consulter la très précise et érudite intervention de Giorgia Bongiorno : « “Ridurre il diverso al già posseduto”. L’approximation poétique de Salvatore Quasimodo traducteur », Journée d’études pour l’Agrégation d’italien de l’Université de Lorraine sur Salvatore Quasimodo, janvier 2013, Université de Nancy, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02977618v1, consulté le 31 mai 2022.

15 L. Anceschi, « Introduzione » [1940] à S. Quasimodo, Lirici greci, N. Lorenzini (éd.), Milan, Mondadori, 1985, p. XXVII.

16 Ibid, p. XXIX.

17 « Certo la traduzione che, tra il ’38 e il ’40, Quasimodo fece dei Greci destò grandissima attenzione ; se ne parlò molto in quegli anni difficili ; e le discussioni sulle versioni del poeta, e, poi, i dibattiti […] intorno al tradurre poesia furono infiniti non senza asprezza, e qualche inevitabile insurrezione di volgarità ; e continuano ancora » (L. Anceschi, « Préface » de 1951, ibid., p. 302).

18 Ibid., p. 301.

19 L. Anceschi, « Altre circostanze, per il libro », 1978, p. XIII.

20 Lettre de Salvatore Quasimodo à Oreste Macrì, in O. Macrì, La poesia di Quasimodo : studi e carteggio con il poeta, Palerme, Sellerio, 1986, p. 371.

21 Voir le chapitre « L’influence de la Seconde Guerre mondiale sur la poétique quasimodienne » (en particulier les parties : « L’importance déterminante des traductions » ; « De l’ermetismo à la “poesia sociale” » ; « Du lyrique à l’épique » et « Une poétique de la chronique »), in H. Moschetto, Et dans l’air immobile tonnent les météores. Poétique des signes dans l’œuvre de Salvatore Quasimodo, Paris, L’Harmattan, 2020, p. 217-234.

22 G. Zagarrìo, « Salvatore Quasimodo. Crisi dell’uomo e della poesia : dopo il 1947 », cité par L. Daino in « Un poeta d’altri tempi. Appunti per una storia della poesia e della fortuna critica di Salvatore Quasimodo », Chroniques italiennes web 24 (03 / 2012), http://chroniquesitaliennes.univ-paris3.fr/PDF/Web24/9.L.Daino.pdf, p. 4.

23 M. Rinaldi, Il polimorfismo della poesia di Quasimodo ; dalla oscurità del vuoto ermetico all’orrore ossessivo della cosiddetta poesia sociale, Naples, s. e., 1962, p. 4.

24 P. Paulini, « Quasimodo critico della letteratura italiana delle origini », in « Nell’antico linguaggio altri segni »…, p. 211.

25 Après avoir déjà obtenu le prix « Antico Fattore » en 1932.

26 L. Daino, « Un poeta d’altri tempi… », p. 18.

27 S. Antonielli, « Salvatore Quasimodo », Belfagor, 5, 30 septembre 1951, cité par L. Daino, ibid., p. 3.

28 F. Manini, « Salvatore Quasimodo. Dall’ermetismo all’impegno civile », Arte Insieme : http://www.arteinsieme.net/renzo/index.php?m=81&det=3245 (consulté le 13 avril 2022).

29 A. Österling, Poèmes de Salvatore Quasimodo, Paris, Rombaldi (Collection des prix Nobel de littérature), 1965, p. 26.

30 E. Scalfari, « Saffo ? No, Quasimodo », L’Espresso, 28 août 2016 : http://espresso.repubblica.it/opinioni/vetro-soffiato/2016/08/26/news/saffo-no-quasimodo-1.281221 (consulté le 12 avril 2022).

31 Ibid.

32 G. Ungaretti, L. Piccioni, L’allegria è il mio elemento. Trecento lettere con Leone Piccioni, S. Zoppi Garampi (éd.), Milan, Mondadori, 2013, p. 131.

33 Des images d’archive le montrent également en compagnie de résistants alors qu’il pose aux côtés de Natalia Ginzburg à Varsovie en 1958 pendant un rassemblement du comité des « Partigiani della Pace ».

34 Voir G. Ruggero, I partigiani della pace. Il movimento pacifista in Italia e nel mondo negli anni della prima guerra fredda, Milan, Vangelista, 1984.

35 Giuseppe Ungaretti, Jean Lescure. Carteggio (1951-1966), R. Gennaro (éd.), Florence, Olschki, 2010, p. 198.

36 G. Ungaretti, L’allegria è il mio elemento…, p. 131.

37 « Ungaretti, nell’argomentata denigrazione del connazionale insignito del Nobel, sottolinea come i suoi meriti antitotalitari fossero stati ampiamente retrodatati, secondo un metodo comune a quello di gran parte del ceto intellettuale italiano », D. Spiegelman, « “Quasimodo pagliaccio e fascista”. L’ira di Ungaretti per il Nobel mancato », 26 juin 2010 : http://www.italiamagazineonline.it/archives/2173/quasimodo-pagliaccio-fascista (consulté le 7 avril 2022).

38 Ungaretti avait demandé à Mussolini de préfacer son édition du recueil Il porto sepolto (La Spezia, 1923) et c’est probablement à cause de cela que le prix Nobel ne lui a jamais été attribué. Voir G. Finzi, « Quasimodo : il tempo e le parole », p. 18 : « il Nobel provocò, con la fortuna, anche la sfortuna : quel Nobel mai concesso (forse per i suoi precedenti fascisti) al grande creatore dell’italica poesia, Giuseppe Ungaretti, e solo 16 anni più tardi all’avversario Montale ».

39 Il s’agit du « Coro di morti della rivoluzione », in Poesie e discorsi sulla poesia, p. 1014-1015. Rosario Gennaro précise que « secondo Finzi, la poesia non fu mai più ripresa da Quasimodo per il suo “tono di poesia d’occasione in memoria dei martiri fascisti” » (Giuseppe Ungaretti, Jean Lescure…, p. 197).

40 Ibid., p. 198.

41 L. Daino, « Un poeta d’altri tempi… », p. 20.

42 En ce qui concerne la France, cette image a surtout été véhiculée par Louis Aragon, « intervenuto a difendere il poeta italiano dalle polemiche scatenatesi per l’assegnazione del Nobel » (ibid.). Voir aussi H. Moschetto, Et dans l’air immobile tonnent les météores…, chap. VI.

43 A. Bosquet, « Un poète de la lumière », Le Monde, 23 octobre 1959 : https://www.lemonde.fr/archives/article/1959/10/23/un-poete-de-la-lumiere_2149318_1819218.html (consulté le 8 avril 2022).

44 K. Strömberg, « Petite histoire de l’attribution du prix Nobel », in Poèmes de Salvatore Quasimodo, p. 16.

45 Ibid., p. 15.

46 L. Aragon, « La luce nera di Quasimodo », in Quasimodo e la critica, p. 503-506 (traduit de « Hommage à Salvatore Quasimodo », Les lettres françaises, Paris, 5-11 novembre 1959 – que nous ne sommes pas parvenue à nous procurer en version originale).

47 Que ce soit pour des raisons géographiques (lorsque l’unique ou les rares exemplaires se trouvent dans des bibliothèques difficilement accessibles) ou techniques (certains livres faisant partie de fonds conservés dans des réserves, les démarches pour y avoir accès sont compliquées et leur consultation très encadrée et réglementée).

48 Quasimodo e gli altri, F. Musarra (dir.), Lovanio, 27-28 avril 2001 ; Salvatore Quasimodo nel vento del mediterraneo, P. Frassica (dir.), Princeton, 6-7 avril 2001 ; Salvatore Quasimodo, un Premio Nobel dimenticato : l’influenza della critica letteraria nel secolo dell’informatica (atti del 19° convegno internazionale), N. De Giovanni (dir.), Rome, Nemapress, 2004.

49 G. Antonio, « Salvatore Quasimodo nei Poètes d’Italie », in « Nell’antico linguaggio altri segni »…, p. 483.

50 La consultation du catalogue de la Bibliothèque nationale de Florence (en juin 2018), qui recense toutes les thèses de doctorat depuis 1995, indique que la situation était alors la même en Italie (où les rares travaux de doctorat mentionnant Quasimodo l’intégraient dans un ensemble de poètes, la plupart du temps ermetici).

51 S. Quasimodo, Poèmes, choix et trad. de P. Patocchi, Paris, Le Mercure de France, 1963, 115 p. ; S. Quasimodo, La terre incomparable, choix et préface de T. Sauvage, trad. de T. Sauvage et A. Jouffray, Paris, Pierre Seghers Éditions, 1959, 85 p., ainsi que S. Quasimodo, Poèmes, choix par D. Cohen, I. Lentin et S. Mangano, avec une préface de S. Silvano Nigro, Paris, Institut culturel italien (Cahiers de l’Hôtel de Galliffet), 2012, 252 p.

52 Acque e terre, Òboe sommerso, Erato e Apòllion et Nuove poesie ont été traduits par Patrick Reumaux sous le titre Et soudain c’est le soir, Rouen, Librairie E. Brunet, 2005, 235 p. Thierry Gillybœuf a rassemblé Giorno dopo giorno, La vita non è sogno et Il falso e vero verde dans un volume intitulé Ouvrier de songes, Toulon, La Nerthe, 2007, 78 p. Dare e avere, en revanche, n’avait jamais été traduit avant 2021.

53 Dans un échange lors de notre travail de thèse, au cours duquel nous avons posé à Thierry Gillybœuf des questions au sujet des traductions et de sa propre traduction de Quasimodo.

54 Également lors d’un échange ayant eu lieu en janvier 2022. Roland Ladrière ajoutait cependant, sur une note plus optimiste : « Plus de soixante ans après l’attribution de ce prix Nobel, les rancœurs se sont apaisées, bien des protagonistes sont morts. Reste donc la seule question qui vaille : l’œuvre poétique de Quasimodo mérite-t-elle notre attention et notre adhésion ? La réponse est clairement oui. C’est ce que j’ai essayé humblement de montrer ».

55 P. Reumaux, La lyre grecque, Paris, Vagabonde, 2018, 216 p.

56 Ainsi que la publication d’un essai de notre main consacrée à l’ensemble de l’œuvre et à la vie de Quasimodo : H. Moschetto, Et dans l’air immobile tonnent les météores. Poétique des signes dans l’œuvre de Salvatore Quasimodo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héloïse Moschetto, « Poétiques et polémiques : le paradoxe du prix Nobel attribué à Quasimodo et ses conséquences dans la réception de son œuvre en France »Transalpina, 25 | 2022, 137-154.

Référence électronique

Héloïse Moschetto, « Poétiques et polémiques : le paradoxe du prix Nobel attribué à Quasimodo et ses conséquences dans la réception de son œuvre en France »Transalpina [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 21 octobre 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3795 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3795

Haut de page

Auteur

Héloïse Moschetto

Université Aix-Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search