Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Recension bibliographiqueNotes critiquesFiona Lejosne, Écrire le monde de...

Recension bibliographique
Notes critiques

Fiona Lejosne, Écrire le monde depuis Venise au XVIe siècle. Giovanni Battista Ramusio et les Navigationi et viaggi

Valeria Caldarella Allaire
p. 161-164
Référence(s) :

Fiona Lejosne, Écrire le monde depuis Venise au XVIe siècle. Giovanni Battista Ramusio et les Navigationi et viaggi, Genève, Droz, 2021, 664 p.

Texte intégral

1Le XVIe siècle, époque de la Renaissance ; Venise, carrefour d’âmes, de marchandises, de cultures ; Giovanni Battista Ramusio, un homme appartenant aux institutions de la république vénitienne, qui entretient des relations étroites avec les représentants les plus influents de la ville ; un livre, ou, plus précisément, une compilation, réunissant de précieux renseignements sur des terres lointaines : ce sont là tous les ingrédients que Fiona Lejosne réunit avec finesse et précision scientifique dans son ouvrage.

2À l’aube du XVIe siècle, les explorateurs tracent les routes du Nouveau Monde. C’est l’époque dite des Grandes Découvertes. Les couronnes d’Espagne et du Portugal ont la part belle dans cette dynamique de voyage, et s’enrichissent grâce aux marchandises en provenance de nouvelles terres. Venise, quant à elle, connue par le passé pour être une grande puissance exploratrice – du moins jusqu’à la seconde moitié du XVe siècle –, semble rester inactive, un peu comme tous les autres États de la péninsule italienne. Pourtant, l’Italie participe largement – mais différemment – à ce mouvement, car elle se présente comme le principal espace de production et de diffusion de textes sur les découvertes en cours. En effet, comme le précise l’auteure, « la position paradoxale de l’Italie au sein du phénomène apparaît comme la manifestation d’une relation nouvelle entre savoir géographique et pouvoir politique » (p. 368). Or, grâce aussi à l’essor de l’activité éditoriale en son sein, la Sérénissime fait partie des centres majeurs permettant l’élaboration et le développement du savoir géographique en Europe. Dans ce processus, l’œuvre de Giovanni Battista Ramusio occupe un rôle fondamental : il s’agit de « la première tentative de mise en forme de savoirs acquis par les expéditions de l’époque » (p. 19), un événement fondateur dans l’histoire de la géographie moderne. Rappelons qu’au XVIe siècle le savoir géographique quitte sa position d’infériorité par rapport aux autres savoirs et connaît une évolution importante, en devenant un outil essentiel à l’élaboration d’une pensée politique.

3Giovanni Battista Ramusio commence sa carrière au sein des institutions vénitiennes comme secrétaire d’ambassadeur. En 1505, il devient secrétaire de la Chancellerie et, en 1516, il est nommé secrétaire du Sénat. Sa carrière connaît son apogée en 1553, quand il endosse le rôle de secrétaire du Conseil des Dix, la plus haute magistrature de la ville ; il le gardera jusqu’à sa mort, en 1557. Dans les années 1550, plus d’un demi-siècle après le débarquement de Christophe Colomb à Hispaniola (Haïti), il publie, séparément, les trois volumes de la somme géographique Navigationi et viaggi, une compilation qui réunit cinquante-huit témoignages de nature différente : discours, récits de voyage, relations officielles, lettres diplomatiques. Les auteurs de ces textes sont des savants et des voyageurs, des navigateurs célèbres et des pilotes anonymes, des témoins anciens et des observateurs modernes. Son éditeur est le typographe Tommaso Giunti, l’un des plus reconnus de la ville.

  • 1 P. Bembo, Prose della Volgar Lingua, Venise, G. Tacuino, 1525.

4Fiona Lejosne montre de quelle manière le secrétaire de la Chancellerie ne se limite pas à transcrire et commenter les textes qu’il propose à son lecteur, car il opère de manière extrêmement active : il sélectionne les documents pour constituer son corpus et compare les différentes informations recueillies, en choisissant entre des versions dissemblables, voire contradictoires. De plus, il procède à une transformation linguistique qui ne se limite pas à traduire une langue étrangère ou le latin en italien : Ramusio a sa propre « poétique », qui vise à lisser les différents vulgaires italiens en les uniformisant par une langue toscane respectueuse des canons établis par Pietro Bembo1. En effet, étant lié aux académies Liviana (créée par Bartolomeo d’Alviano) et Aldine (fondée par Alde Manuce – dont Ramusio sera l’un des exécuteurs testamentaires), le secrétaire et géographe est également censeur et membre de la vie littéraire vénitienne au plus haut niveau. Fiona Lejosne le définit comme un « supra-auctor » qui, avec ses discours d’introduction, ses dédicaces, les marginalia et d’autres paratextes, s’impose au sein de la compilation comme « auteur second ». Et si Ramusio-auteur garde l’anonymat quant à sa contribution personnelle à l’œuvre, il n’hésite pas à utiliser un ton patriotique et à offrir un cadre bien reconnaissable, celui de la Sérénissime, en la plaçant ainsi au « centre du monde ».

5L’objectif de cette compilation, expressément déclaré, est didactique : Ramusio souhaite augmenter les connaissances des savants, tout en réunissant « plaisir et utilité ». Par ailleurs, le compilateur souligne la forme évolutive de son ouvrage, qui n’est pas, pour lui, « le point d’aboutissement » des connaissances, mais plutôt un point de départ. Derrière l’intérêt géographique transparaît également sa finalité politique : redorer le blason vénitien et pousser la Sérénissime à entreprendre de nouvelles expéditions. Géographe et conseiller à la fois, Ramusio s’adresse également – bien que jamais directement – aux « seigneurs et princes ». D’une part, il tente de diminuer l’importance des explorations menées par les navigateurs espagnols et, surtout, portugais ; de l’autre, il se permet de réprimander les dirigeants politiques vénitiens pour leur manque d’initiative et les invite à reprendre les voyages.

6Grâce à une lecture minutieuse des documents repérés dans les filze de l’Archivio di Stato di Venezia et à une étude graphologique et paléographique approfondie (en suivant à la trace Ramusio dans son activité de secrétaire), à la collation de différentes sources primaires et à une bibliographie de sources secondaires extrêmement riche, Fiona Lejosne nous permet de découvrir pleinement la compilation de ce « nouveau Ptolémée », protagoniste trop peu étudié de la littérature hodéporique. Mais il y a plus : par un véritable travail de fond, l’auteure dessine clairement les contours d’un univers complexe – celui de la République de Venise, de ses institutions, des relations littéraires et diplomatiques internationales qui s’y établissent au XVIe siècle – et elle nous permet de réévaluer radicalement son rôle au cœur des Grandes Découvertes.

Haut de page

Notes

1 P. Bembo, Prose della Volgar Lingua, Venise, G. Tacuino, 1525.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valeria Caldarella Allaire, « Fiona Lejosne, Écrire le monde depuis Venise au XVIe siècle. Giovanni Battista Ramusio et les Navigationi et viaggi »Transalpina, 25 | 2022, 161-164.

Référence électronique

Valeria Caldarella Allaire, « Fiona Lejosne, Écrire le monde depuis Venise au XVIe siècle. Giovanni Battista Ramusio et les Navigationi et viaggi »Transalpina [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 21 octobre 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/3825 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.3825

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search