Navigation – Plan du site

Traduire le Verga nouvelliste au XXe siècle

Un parcours autour des différentes versions françaises de Cavalleria rusticana
Florence Courriol
p. 57-72

Résumés

L’article entend dresser une étude comparative des différentes traductions françaises de la nouvelle verghienne Cavalleria rusticana qui se sont succédé tout au long du XXe siècle et de l’image qu’elles ont pu véhiculer de la langue de Verga à un public francophone non spécialiste. Face aux positions, difficilement compréhensibles aujourd’hui, adoptées au XIXe siècle par des traducteurs qui reflètent ce que Berman nomme la tradition « ethnocentrique » française, que font ceux du nouveau siècle ? Nous mènerons ainsi l’enquête en évoquant les problématiques fondamentales de ce texte, de sa langue, de son auteur et de son univers in nuce dans cette forme brève, condensé de ce qui formera ce qu’aujourd’hui nous considérons comme son chef-d’œuvre, les Malavoglia.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Présenter au lecteur Cavalleria rusticana : la question des péritextes
Explicitation et expansion
Le rendu de l’écart syntaxique verghien
Le traitement des insertions dialectales
Traduction et cohérence
Les culturèmes
La syntaxe

Aperçu du texte

Si, dans les années 1880, lorsque l’écrivain sicilien publie en recueil sous le titre Vita dei campi de courts récits entamés dès 1874 autour d’une thématique rustique, et qu’il s’engage dans le cycle romanesque des Vinti, on peut dire avec son traducteur de l’époque Édouard Rod que « personne ne s’occupait alors des romanciers italiens » de l’autre côté des Alpes, il n’en va déjà plus de même au début du siècle suivant. Par l’entremise sans faille de ce passeur suisse habitant Paris, puis à la suite de la « Renaissance latine » lancée par le vicomte de Vogüé au début du XXe siècle, l’intérêt des Français pour la littérature transalpine et en particulier pour le représentant du vérisme, que l’on confronte toujours au naturalisme zolien, va aller croissant.

C’est ce qui explique sans doute la floraison de traductions en langue française qui s’égrènent tout au long du siècle, dont le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Courriol, « Traduire le Verga nouvelliste au XXe siècle », Transalpina, 22 | 2019, 57-72.

Référence électronique

Florence Courriol, « Traduire le Verga nouvelliste au XXe siècle », Transalpina [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/502

Haut de page

Auteur

Florence Courriol

Sapienza Università di Roma

Haut de page

Droits d’auteur

Transalpina. Études italiennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals