Navigation – Plan du site
Varia

« Sotto il segno di Molière » : la métrique de Pier Paolo Pasolini

Marco Borea
p. 161-172

Résumés

L’auteur de cette contribution se propose de montrer les liens que tisse la métrique pasolinienne avec la métrique ancienne, grecque et latine. On connaît bien la passion de Pasolini pour l’Antiquité et, plus précisément, pour les poètes-dramaturges anciens. Avec Il Vantone di Plauto, véritable réécriture du Soldat fanfaron de Plaute, Pasolini se confronte, pour la première fois dans sa vie de poète-traducteur, à l’univers de la comédie latine, à sa polymétrie et à sa langue aux multiples facettes. C’est un procédé, celui de l’actualisation, que Pasolini adopte aussi pour le mètre, dont il garde le squelette originaire, qu’il puise dans une tradition séculaire, tout en l’adaptant aux nuances de sa langue poétique. Tout comme dans les autres traductions des Anciens, son intention est toujours de récupérer par le biais du mètre des formes poétiques populaires, dans le but de leur donner une dignité littéraire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Le martelliano
La mission métrique
Vestiges anciens
Forme populaire
Plaute
Conclusion

Aperçu du texte

Durant les années 1959-1963, Pier Paolo Pasolini traverse une période de travail intense. Après deux ans consacrés à l’élaboration de la translation italienne de l’Orestie d’Eschyle, le poète-traducteur esquisse la traduction italienne du prologue et du premier chant du chœur de l’Antigone de Sophocle. En 1961, Vittorio Gassman et Luciano Lucignani le sollicitent à nouveau pour une nouvelle version théâtrale antique, latine cette fois-ci, du Miles gloriosus, le Soldat fanfaron de Plaute que le poète frioulan, après quelques hésitations, intitule Il Vantone. À la différence de l’Orestie, la gestation de l’œuvre est rapide : en trois semaines à peine, Pasolini a le temps de nous livrer la réadaptation, selon son propre univers, d’homme et de poète, des 1497 vers qui composent la comédie de Plaute. Les difficultés de traduction ne manquent pas, et, selon ses propres ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Borea, « « Sotto il segno di Molière » : la métrique de Pier Paolo Pasolini », Transalpina, 22 | 2019, 161-172.

Référence électronique

Marco Borea, « « Sotto il segno di Molière » : la métrique de Pier Paolo Pasolini », Transalpina [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/518

Haut de page

Auteur

Marco Borea

CRAHAM Centre Michel de Boüard
Normandie Université, Caen

Haut de page

Droits d’auteur

Transalpina. Études italiennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals