Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Recension bibliographiqueComptes rendusAnn Lawson Lucas, Emilio Salgari....

Recension bibliographique
Comptes rendus

Ann Lawson Lucas, Emilio Salgari. Una mitologia moderna tra letteratura, politica, società, vol. III, Dopoguerra (1943-1999). Il patrimonio del passato e le sorprese del presente

Mariella Colin
p. 204-206
Référence(s) :

Ann Lawson Lucas, Emilio Salgari. Una mitologia moderna tra letteratura, politica, società, vol. III, Dopoguerra (1943-1999). Il patrimonio del passato e le sorprese del presente, Florence, Olschki, 2019, 511 p.

Texte intégral

1Dans le troisième tome de l’ouvrage monumental qu’elle a consacré à Emilio Salgari, Ann Lawson Lucas poursuit la reconstitution minutieuse de l’histoire éditoriale, critique et filmique de l’œuvre de l’écrivain, décennie après décennie et même année après année, de 1943 à 1999. Curieusement intitulé Dopoguerra, ce volume explore toute la seconde moitié du XXe siècle, en la découpant en quatre périodes qui sont censées correspondre à autant d’étapes distinctes : l’après-guerre proprement dit (1943-1949) ; les années cinquante (1950-1958) ; les années soixante (1959-1969) et la « fin de siècle » (1970-1999).

2Après la fin du conflit, le succès des romans de Salgari reprend aussitôt : dès 1945, aux anciens éditeurs pour la jeunesse qui cultivent le style traditionnel (Vallardi héritier de Donath, Paravia et Marzocco) s’en ajoutent de nouveaux, résolument modernes : Carroccio, qui lance des collections populaires très bon marché, et Viglongo, qui entend s’affirmer comme l’« éditeur salgarien » par excellence. Grâce à leurs stratégies concomitantes, le nombre d’éditions et de rééditions de romans salgariens, authentiques ou apocryphes, va bon train (en 1947 sont imprimés 88 romans), tandis qu’en 1946 sort une nouvelle biographie romancée (Con Emilio Salgari tra pirati e corsari) de Mario Morini et Emilio Firpo. La critique en revanche est beaucoup moins favorable : la presse lui accorde une place des plus limitées et voit encore en lui un précurseur du fascisme, la critique littéraire l’ignore, et Lawson Lucas doit compulser les manuels d’histoire de la littérature pour l’enfance en usage dans les écoles normales italiennes pour trouver quelques pages consacrées à l’écrivain. Cette dichotomie (le grand succès commercial d’un auteur populaire d’un côté, l’indifférence à peu près totale de la critique de l’autre) va se poursuivre pendant les deux décennies suivantes : dans les années 1950, les livres de Salgari ou attribués à Salgari connaissent entre vingt et trente éditions annuelles, et plusieurs films d’aventures inspirés par ses romans (huit de 1952 à 1960, onze de 1963 à 1965) enthousiasment le grand public. Les années 1960 voient la sortie d’autres pseudo-autobiographies – Le mie avventure (1960) – ou biographies – Mio padre, il cavaliere dell’avventura (1963) du fils Omar, La giovinezza di Emilio Salgari (1963) de Francesco Bresaola –, tandis que le nombre des parutions continue d’atteindre des sommets, et que la télévision commence à s’intéresser à l’auteur avec une comédie musicale – Giovanna la nonna del Corsaro Nero – qui parodie le célèbre roman salgarien. Les articles cependant restent rares, et la réception de l’œuvre se fait surtout dans le monde clos de la pédagogie, par le biais de manuels ou de monographies de littérature enfantine dont l’envergure reste modeste. Cela n’empêche pas Lawson Lucas de leur consacrer la plus grande attention, en les analysant dans les moindres détails avec un zèle digne des meilleures causes ; l’autrice ne craint pas non plus de faire à tous la leçon à grand renfort d’anachronismes, en reprochant aux uns de ne pas savoir différencier les textes authentiquement salgariens des postiches apocryphes, aux autres d’avoir prêté foi aux biographies et autobiographies salgariennes romancées, aux autres encore de ne pas avoir saisi d’emblée l’originalité et la stature littéraire du romancier. Tant et si bien que, sur les trois premières décennies, on se trouve confrontés à quelque trois cents pages remplies d’analyses fastidieuses et de remarques moralisatrices déplacées, avant de pouvoir aborder les événements qui inaugurent un véritable tournant.

3Le premier est le suicide, en 1963, d’Omar, le dernier fils d’Emilio, qui avait eu autorité sur la publication de l’œuvre paternelle et qui avait développé la fabrique des faux romans et des fausses biographies ; le deuxième est l’expiration en 1967 des droits d’auteur, qui fait tomber les romans de Salgari dans le domaine commun. Le troisième, en rapport étroit avec les deux premiers, est la parution chez Mondadori, en 1969, de la première édition savante des romans de Salgari, annotée par Mario Spagnol et préfacée par Pietro Citati. Destinée à des lecteurs manifestement cultivés et fortunés, cette luxueuse édition, illustrée avec des planches et des dessins d’époque, reçoit un excellent accueil dans la grande presse, suscite les articles des meilleurs journalistes littéraires et donne le coup d’envoi à l’ère nouvelle de la quatrième période. Après Mondadori – qui poursuit jusqu’en 1974 l’édition complète de l’œuvre de Salgari –, d’autres grandes maisons franchissent le pas : Einaudi, puis Garzanti (qui rachète Vallardi) publient Salgari, et en 1976 sortent 114 éditions ou rééditions : un record dû aussi à l’immense succès d’une série télévisuelle consacrée à Sandokan (l’un des grands héros salgariens), incarné par l’acteur indien Kabir Bedi.

4C’est alors que les universitaires, qui font désormais de la littérature de masse un objet scientifique et se passionnent pour le structuralisme et la narratologie, s’intéressent à leur tour à l’auteur qu’ils avaient lu avec enthousiasme dans leur jeunesse. En 1980, l’université de Turin consacre à Salgari un colloque retentissant, « un ribaltamento cruciale che contribuì a creare uno spirito nuovo intorno agli studi salgariani » (p. 400) ; il réunit tout ce que la péninsule compte d’adeptes illustres des nouvelles théories de la littérature, et sera suivi par beaucoup d’autres dans les années 1990. En 1981, Andrea Viglongo écrit des articles sur la question des romans apocryphes et des fausses biographies, en dénonçant les impostures fabriquées de toutes pièces avec la complicité des fils d’Emilio ; d’autres bibliographies salgariennes seront publiées par Felice Pozzo et Vittorio Sarti. Des biographies critiques faisant fi des légendes et des distorsions vont sortir : Vita, tempeste, sciagure di Salgari il padre degli eroi (1982) de Giovanni Arpino et Roberto Antonetto, Emilio Salgari. Demoni, amori e tragedie di un ‘capitano’ che navigò solo con la fantasia (1995) de Silvino Gonzato. Bruno Traversetti fait paraître chez Laterza la première monographie critique, l’Introduzione a Salgari (1989), et les encyclopédies littéraires les plus prestigieuses (la Letteratura italiana sous la direction d’Alberto Asor Rosa, la Storia della civiltà letteraria italiana sous celle de Barberi Squarotti ou la Storia letteraria d’Italia sous celle de Mario Apollonio) vont faire une bonne place à Salgari et au roman d’aventures italien. C’est ainsi qu’à la fin du XXe siècle cet auteur, autrefois méprisé par les tenants de la littérature académique, se trouve pleinement reconnu et finit par avoir accès au panthéon littéraire italien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariella Colin, « Ann Lawson Lucas, Emilio Salgari. Una mitologia moderna tra letteratura, politica, società, vol. III, Dopoguerra (1943-1999). Il patrimonio del passato e le sorprese del presente »Transalpina, 23 | 2020, 204-206.

Référence électronique

Mariella Colin, « Ann Lawson Lucas, Emilio Salgari. Una mitologia moderna tra letteratura, politica, società, vol. III, Dopoguerra (1943-1999). Il patrimonio del passato e le sorprese del presente »Transalpina [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/827 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.827

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search