Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Recension bibliographiqueComptes rendusLa Donna tra Europa e Toscana ...

Recension bibliographique
Comptes rendus

La Donna tra Europa e Toscana nell’Ottocento (Atti del Convegno di Studi, Gavignana, 14 luglio 2018), Caterina Del Vivo (dir.)

Laura Fournier-Finocchiaro
p. 207-208
Référence(s) :

La Donna tra Europa e Toscana nell’Ottocento (Atti del Convegno di Studi, Gavignana, 14 luglio 2018), Caterina Del Vivo (dir.), Serravalle Pistoiese, Alvivo edizioni, 2019, 140 p.

Texte intégral

1L’ouvrage, issu d’un colloque consacré aux femmes du Risorgimento organisé à Gavignana à l’été 2018 à l’initiative de Fabio Bertini (Université de Florence), rassemble six contributions sur l’histoire de l’évolution de la condition féminine en Europe, en Italie et en Toscane, au cours du XIXe siècle. En partant de la Révolution française et des années napoléoniennes, en passant par la Restauration et la naissance des idéaux du Risorgimento, puis en examinant la situation postunitaire, les auteurs étudient la vie sociale, les aspirations et les instances de l’émancipation des femmes dans le grand-duché de Toscane et dans le royaume d’Italie, tout en comparant leurs conditions avec celles des femmes dans d’autres pays européens au cours de la même période.

2Les deux premiers chapitres, « Donne e Civile Europa » par Fabio Bertini et « Donne, lavoro, rivoluzione » par Claudio De Boni, s’attachent à reconstruire la prise de conscience progressive de l’identité et des droits des femmes à l’échelle internationale, en présentant les principales figures des luttes pour les droits de l’Homme (notamment contre l’esclavage), la justice sociale et le suffrage universel dans les différents contextes nationaux. Les deux chapitres suivants, « Le maestre e la cultura di base in Toscana » par Alessandra Campagnano et « Le donne dell’alta cultura. Poetesse, scrittrici, educatrici e patriote. Alcuni profili » par Elisabetta Benucci, proposent des panoramas des femmes de culture et des éducatrices en Toscane au cours du Risorgimento : les auteures retracent les histoires et récupèrent la mémoire de figures féminines très connues à leur époque et aujourd’hui oubliées, comme la maîtresse suisse Matilde Calandrini (1794-1866), fondatrice d’établissements d’enseignement mutuel à Pise. Le chapitre suivant, « Giornaliste dell’emancipazione » par Maria Grazia Parri, examine le journalisme féminin au cours du XIXe siècle à l’échelle européenne. Enfin le dernier chapitre, « Livia Magnani e le culture pesciatina e fiorentina nell’età postunitaria » par Cesare Bocci, est consacré à une figure mineure mais centrale dans les activités culturelles toscanes de la deuxième moitié du XIXe siècle : l’écrivaine Livia Magnani, autrice de nouvelles publiées sous le pseudonyme « Conte di Serralta » mettant en scène le monde populaire, avec l’intention affirmée de valoriser l’idiome local.

3L’intérêt de ce volume est d’avoir présenté la pluralité des points de vue des femmes à propos de sujets traditionnels – la famille, la vie domestique, les enfants – mais surtout leurs désirs de s’occuper d’autre chose : de l’identité et de la dignité de chaque femme, jusqu’aux revendications organisées en faveur de la représentation politique et du suffrage féminin au début du XXe siècle. L’engagement social et politique, l’espace gagné dans les nouvelles professions, la conscience du rôle clé de l’éducation, la fonction publique et civile des salons ou l’utilisation de la presse périodique et de la littérature sont traités dans les différentes contributions dans le cadre européen avec une attention précise aux réalités italiennes, pour combattre toute idée de retard ou d’arriération de la péninsule dans ces domaines. Loin de toute tentative hagiographique, la participation des héroïnes les plus populaires de l’histoire du Risorgimento aux luttes pour l’unité et l’indépendance de la péninsule n’efface pas la présence d’autres figures féminines moins connues mais de haute valeur sociale et morale. Ces femmes oubliées méritent d’avoir toute leur place non seulement dans l’histoire du Risorgimento et de l’Italie libérale, mais aussi dans l’histoire européenne qui commence tout juste à faire entendre la diversité des expériences du peuple des femmes, dans le sillage du recueil coordonnée par Julie Le Gac et Fabrice Virgili, L’Europe des femmes, XVIIIe-XXIe siècle (Paris, Perrin, 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Fournier-Finocchiaro, « La Donna tra Europa e Toscana nell’Ottocento (Atti del Convegno di Studi, Gavignana, 14 luglio 2018), Caterina Del Vivo (dir.) »Transalpina, 23 | 2020, 207-208.

Référence électronique

Laura Fournier-Finocchiaro, « La Donna tra Europa e Toscana nell’Ottocento (Atti del Convegno di Studi, Gavignana, 14 luglio 2018), Caterina Del Vivo (dir.) »Transalpina [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transalpina/828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transalpina.828

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search