Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

« Frontières dans les Amériques »

Université Grenoble Alpes, ILCEA4, Laboratoire Pacte, 11-13 juin 2019
Cléa Fortuné

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le colloque international transdisciplinaire « Frontières dans les Amériques » s’est tenu à Grenoble du 11 au 13 juin 2019. Le premier d’une série intitulée « Frontières, espaces et pouvoirs », cet événement était organisé par Anne-Laure Amilhat Szary (Université Grenoble Alpes), Pierre-Alexandre Beylier (Université Grenoble Alpes), Gregory Benedetti (Université Grenoble Alpes) et Eric Tabuteau (Université d’Orléans).

2À travers 12 sessions et 4 conférences plénières d’universitaires, de doctorants et d’acteurs culturels venus de tous horizons géographiques et disciplinaires (géographie, civilisation, histoire, sciences politiques, arts), plusieurs axes de réflexion ont été proposés : les différentes dynamiques qui animent les frontières américaines, leurs mutations, leurs rôles et leurs implications. Si l’Amérique du Sud a tenu une place importante dans ce colloque, ce compte-rendu, loin d’être exhaustif, se concentre ici sur les communications qui ont eu trait à l’Amérique du Nord et qui ont permis de penser les frontières à travers le prisme des services et de l’énergie, de l’histoire et de la culture, ou encore de l’accueil et de la sécurité. Enfin, ce compte-rendu évoquera les ouvrages présentés lors de ce colloque.

Services et énergie : considérations éthiques et juridiques

3La question du tourisme médical étatsunien vers l’étranger a été abordée par Elisabeth Fauquert dans sa communication intitulée « Patients sans frontières : les déterminants socio-économiques du tourisme médical aux États-Unis ». Ce phénomène, qui date du XIXe siècle, s’est amplifié ces vingt dernières années. Fauquert identifie trois types de tourisme médical : celui de la chirurgie esthétique, celui du contournement pour avoir accès à des médicaments non autorisés aux États-Unis, et le tourisme médical économique pour les patients privés de couverture médicale. Il s’agit d’une industrie lucrative, facilitée par des médiateurs étatsuniens et internationaux. La marchandisation des soins médicaux l’amène à conclure sur une question qui en soulèvera de nouvelles lors de la discussion, à savoir celle des inquiétudes éthiques et juridiques engendrées par le tourisme médical (qui pose la question de la santé comme un droit ou un privilège), ainsi que des disparités accrues dans l’accès au soin.

4C’est également aux inquiétudes éthiques et juridiques que s’est intéressée Lucie Genay dans son intervention intitulée « Nuclear borderlands: the politics of neighboring a nuclear weapon plant ». Elle y a abordé la notion de frontière à l’échelle locale, sous l’angle des confrontations politiques et sociales entre les habitants du Texas Panhandle, où se situe Pantex, site principal d’assemblage et de démantèlement d’armes nucléaires aux États-Unis. Suite à une hausse significative du nombre de cancers parmi les résidents frontaliers de cette usine, certains de ces résidents (les peaceniks) se sont mobilisés pour dénoncer les effets des opérations de Pantex sur la santé des habitants et sur l’environnement. Ils se sont heurtés à d’autres (les cold warriors) qui soutiennent l’usine, principal employeur du comté de Carson et financeur d’œuvres de bienfaisance, notamment lors de célébrations pour la défense de l’environnement comme le Jour de la Terre. Cette confrontation a finalement amenée Genay à poser la question de l’interprétation des amendements quant à la gestion du site, créant une autre confrontation, cette fois entre l’État du Texas et l’État fédéral.

Histoire et culture : Cuba et les États-Unis

5À travers des approches historiques, Janice Argaillot et Etienne Morales ont proposé deux interventions sur Cuba et ses relations avec les États-Unis. Janice Argaillot, dans sa communication « Cuba : nouvelle frontière ? », s’est interrogée sur la place de l’île en tant que nouvelle frontière dans un monde en reconfiguration. Elle a abordé le lien entre territoire, identité et culture cubaine, qui s’exprime à Cuba mais également au-delà, notamment à Miami, qui a connu un déplacement massif de Cubains. L’attachement de ces derniers à la culture de l’île s’est reproduit sur le sol étatsunien, où la communauté diasporique a gardé des liens étroits avec le territoire d’origine.

6Dans sa communication « Dans le ciel du détroit de Floride : La frontière Cuba/États-Unis transformée et traversée par l’avion, de 1927 à nos jours », Etienne Morales a abordé Cuba et la notion de frontière à travers une autre perspective originale, à savoir le ciel et les aéroports. Il a montré comment la frontière États-Unis/Cuba a été transformée par les flux aériens au cours du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui. Il a évoqué la dialectique d’ouverture et de fermeture de l’espace aérien, l’imaginaire de la traversée (à savoir comment les passagers sont perçus par les Cubains eux-mêmes et par les Étatsuniens) et les dispositifs frontaliers mis en place. Il est revenu ainsi sur la variété de phénomènes transfrontaliers qui ont façonné la relation entre Cuba et les États-Unis.

Accueil et Sécurité

7Suite aux attentats du 11 septembre 2001, le phénomène de rebordering s’est accentué en Amérique du Nord. À partir de ce constat, les quatre communications suivantes se sont interrogées sur les conséquences de la fermeture de la frontière États-Unis/Mexique. L’impact de la sécurisation de la frontière sur les résidents locaux de la ville de Douglas (Arizona) a été abordé par Cléa Fortuné, dans sa présentation « Dispositifs de sécurisation à Douglas, Arizona : quelles conséquences pour les résidents locaux ? » Malgré les mesures sécuritaires imposées par les gouvernements fédéraux successifs depuis les années 1990, les relations historiques, économiques et culturelles entre Douglas et sa ville sœur mexicaine, Agua Prieta, se sont toutefois maintenues. Fortuné a ainsi été amenée à interpréter le concept de sécurité comme construit social et politique, dont les définitions à la fois s’opposent et coexistent. Ce qui est considéré comme un enjeu de sécurité pour le gouvernement fédéral ne l’est pas toujours pour les communautés frontalières à l’échelle locale.

8Lors de sa communication « La scolarisation des mineurs binationaux : une nouvelle forme de coopération transfrontalière États-Unis/Mexique », Isabelle Sinic s’est concentrée, quant à elle, sur l’impact de la fermeture de la frontière sur la scolarisation des mineurs binationaux. Après avoir retracé l’évolution des mouvements migratoires et notamment les migrations de retour vers le Mexique, elle a posé la question des modes de vie frontiérisés des enfants mexicains américains et d’une nouvelle forme de coopération transfrontalière entre les États-Unis et le Mexique. Elle a évoqué des partenariats existants entre les districts scolaires de San Diego et de Tijuana pour la mise en place de programmes scolaires communs, ce qui pourrait mener à une forme d’éducation transnationale.

9Dans son intervention « Construction des menaces et construction de la migration comme problèmes publics. Le spectacle de la militarisation de la frontière mexicaine vu des États-Unis », Damien Simonneau s’est penché sur la construction des menaces et de la migration comme problèmes publics. Il a expliqué comment la militarisation de la frontière États-Unis/Mexique est mise en spectacle de façon à la fois concrète et symbolique, par des groupes de la société civile comme We Build the Wall au Texas ou encore Build the Border Fence en Arizona. Ces groupes bottom up font passer un message nativiste, xénophobe et politique pour contester les choix fédéraux en matière de mobilité transfrontalière. Ils utilisent ainsi trois opérations : la problématisation des situations de mobilité, qui sont recodées en enjeux de sécurité, puis portées à la connaissance du public par une contestation des choix gouvernementaux. Il a conclu sa présentation en insistant sur le fait qu’il faut également se focaliser sur d’autres acteurs qui recodent les enjeux frontaliers, comme le Sanctuary Movement, faisant le lien avec la présentation suivante.

10Olivier Richomme, dans sa communication « The Borders Within: Californias sanctuary cities and progressive federalism », a développé en effet le thème des villes sanctuaires en Californie et la question du fédéralisme étatsunien, à travers l’exemple de lois controversées comme SB54, aussi appelée California Values Act. Dans le contexte d’un écart politique croissant en ce qui concerne les politiques migratoires aux États-Unis, cette loi garantit que les ressources financières, de personnel, d’infrastructures locales et étatiques ne seront pas utilisées pour participer aux actions anti-immigration de l’État fédéral, comme les expulsions ou les perquisitions sur les lieux de travail. Cette présentation s’est terminée sur des frontières qui existent à l’intérieur même des États, des villes et des juridictions.

Présentations d’ouvrages

11À l’occasion de conférences plénières, un certain nombre d’intervenants ont présenté leurs ouvrages parus ou à paraître. Emmanuel Brunet Jailly a exposé le projet de revue Borders in Globalization (BIG). BIG a pour but de comprendre les problématiques posées par les frontières et les régions frontalières dans le monde entier, à travers les questions de sécurité, de migration, de gouvernance, de coopérations transfrontalières pour ne mentionner que quelques aspects. Il a fait écho au discours d’ouverture d’Anne-Laure Amilhat Szary en réaffirmant la nécessité de regarder au-delà des frontières (comme, entre autres, les frontières maritimes ou les frontières aéroportuaires) pour analyser leur évolution.

12Victor Konrad et Guadalupe Correa-Cobrera ont présenté leur ouvrage North American Borders in Comparative Perspective (à paraître, University of Arizona Press) dans lequel ils proposent une approche comparative des caractéristiques des frontières nord et sud des États-Unis. L’ouvrage a pour but d’ouvrir les perspectives et le débat sur les frontières de l’Amérique du Nord en parlant de ses acteurs, de l’ALENA, de Donald Trump, de la gouvernance et de la coopération frontalières, ou encore de l’intégration et de l’évolution des politiques frontalières.

13Quant à Mathew Longo, il a présenté son ouvrage intitulé The Politics of Borders: Sovereignty, Security, and the Citizen after 9/11, paru en 2017 (Cambridge University Press). Il y détaille ce qu’est une frontière et les hypothèses induites par les définitions proposées. Son livre s’appuie sur l’exemple de la frontière États-Unis/Mexique mais également sur les frontières d’Amérique latine.

14Enfin, Shepard Fairey était l’invité du festival de street art qui se déroulait à Grenoble à la même période, en partenariat avec l’université Grenoble Alpes. Cet artiste américain – connu notamment grâce à l’affiche « Hope » en soutien à Barack Obama lors de la campagne présidentielle de 2008 – a répondu aux questions du public quant à l’influence du street art sur les frontières.

  • 1 Michel Foucher, Le retour des Frontières, Paris, CNRS Editions, 2016.

15Ce colloque a permis de dégager de nouvelles pistes de réflexion sur des espaces frontaliers en perpétuelle évolution. Suite aux recherches sur le « retour des frontières » (Michel Foucher, 2016)1 à l’échelle mondiale et à leur fermeture notamment en Amérique du Nord, ce colloque a mis en avant la nécessité de travailler à d’autres échelles – notamment régionale et locale – pour comprendre les transformations des frontières elles-mêmes et les mutations qu’elles engendrent pour les communautés transfrontalières.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucher, Le retour des Frontières, Paris, CNRS Editions, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cléa Fortuné, « « Frontières dans les Amériques » », Transatlantica [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 16 septembre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/12536

Haut de page

Auteur

Cléa Fortuné

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals