Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHors-sérieCarte blanche aux ancien·nes réda...Flashback

Carte blanche aux ancien·nes rédacteur·rices en chef

Flashback

Véronique Béghain

Texte intégral

Je me souviens d’avoir appris « sur le tas » le métier de rédactrice en chef d’une revue.

*

Je me souviens de Vincent, qui m’a embarquée dans cette aventure à l’occasion d’un déjeuner dans un restaurant cambodgien (ou était-ce vietnamien ?) du 5e.

Je me souviens qu’il m’avait dit attendre de moi que je fasse vivre le pôle littéraire de la revue.

*

Je me souviens que c’est en 2006, quand je suis arrivée, que nous avons commencé à publier deux numéros par an.

*

Je me souviens que nous voulions une revue réactive à l’actualité.

Je me souviens que nous voulions une revue ouverte à des contributions aux formats variés.

Je me souviens que nous ne voyions pas la revue comme un forum d’échanges à chaud où la mauvaise polémique l’emporterait sur la distance critique.

Je me souviens que nous imaginions de bonnes polémiques qui engendreraient de bons essais.

*

Je me souviens que nous voulions développer une rubrique accueillant des entretiens avec des écrivains américains.

Je me souviens que nous voulions que la revue permette d’avoir une vue panoramique sur les thèses inscrites et les champs couverts par les doctorants.

Je me souviens que je voulais créer une rubrique dédiée aux paroles de traducteurs.

Je me souviens que nous voulions encourager nos auteurs à rédiger en anglais.

*

Je me souviens d’un long samedi après-midi un peu ennuyeux au salon de la revue, dans la Halle des Blancs-Manteaux.

*

Je me souviens d’une réunion avec revues.org et Marin Dacos, dont la technicité me dépassait un peu.

*

Je me souviens d’avoir saisi l’intégralité d’une série de conférences tapées à la machine car l’auteur n’utilisait pas les outils informatiques.

Je me souviens que certains de mes correspondants n’étaient joignables que par courrier postal.

*

Je me souviens qu’on m’avait soumis un mémoire de synthèse d’HDR pour publication dans la revue.

Je me souviens que nous avions dit non.

*

Je me souviens que nous avions introduit de nouvelles rubriques dans le numéro 2009/1, « Actualités de la recherche » et « Boîte à outils ».

*

Je me souviens que certains dans le comité et à l’extérieur voulaient un éditorial pour chaque numéro.

Je me souviens que je n’étais pas pour.

*

Je me souviens, grâce à Géraldine et à la rubrique « Varia » (désormais « Trans’Arts »), d’avoir vu beaucoup d’expositions sans jamais les voir.

*

Je me souviens que Géraldine prenait des photos.

*

Je me souviens d’avoir lu et écrit beaucoup de courriers et courriels.

Je me souviens d’avoir imprimé certains courriels.

*

Je me souviens d’avoir beaucoup consulté l’annuaire de l’AFEA.

Je me souviens d’avoir cherché, et d’avoir toujours forcément trouvé, des spécialistes à qui confier des expertises d’articles.

Je me souviens d’avoir relancé certains retardataires.

Je me souviens d’avoir demandé les rapports par voie postale.

Je me souviens d’avoir reçu des rapports écrits à la main sur du papier brouillon.

*

Je me souviens d’avoir produit et modifié de nombreux plannings prévisionnels.

Je me souviens d’avoir eu peur qu’on ne puisse rien publier à temps.

Je me souviens d’avoir eu peur qu’on ait trop de choses à publier.

Je me souviens que les dates des numéros publiés étaient toujours antérieures aux dates de leur publication dans le monde réel si virtuel qu’il fût.

*

Je me souviens d’avoir relu et corrigé et révisé.

Je me souviens que mon expérience de traductrice m’avait formée à la relecture.

Je me souviens que nous n’avions pas de feuille de style.

Je me souviens (ou crois me souvenir) que nous n’avions pas de secrétaire de rédaction rémunéré au début.

Je me souviens que la revue a coûté 1899,52 euros à l’AFEA en 2007.

Je me souviens que Jean-Pierre a été notre secrétaire de rédaction.

Je me souviens d’avoir regretté que Jean-Pierre nous quitte pour rejoindre le Canada.

Je me souviens que Raphaël l’a remplacé.

Je me souviens que nous voulions recruter un deuxième secrétaire de rédaction.

*

Je me souviens d’avoir pris un verre place de la Bastille avec Romain avant qu’il ne rejoigne le comité de rédaction de la revue.

*

Je me souviens de l’été 2007, où je m’occupais de la revue, faisais passer les oraux de l’agrégation et rédigeais ma synthèse d’HDR.

Je me souviens que j’étais un peu fatiguée.

*

Je me souviens d’avoir beaucoup cité la revue en exemple dans les réunions du conseil scientifique de mon université.

Je me souviens d’avoir défendu les publications en ligne.

Je me souviens de ceux qui en étaient irrités.

*

Je me souviens d’avoir archivé propositions, contributions, rapports, courriers dans une boîte à archives de couleur prune que je n’avais pas rouverte depuis 2009.

Je me souviens d’avoir archivé propositions, contributions, rapports, courriers dans un vaste dossier contenant de nombreux sous-dossiers et fichiers numérisés.

*

Je me souviens que le comité de rédaction comptait bien moins de membres qu’aujourd’hui.

Je me souviens qu’il y avait 10 membres dans le comité de rédaction en 2006, en plus des deux rédacteurs en chef.

Je me souviens d’avoir travaillé à Paris et ailleurs, entre 2006 et 2009, avec François Brunet, Claude Chastagner, Géraldine Chouard, Anne Crémieux, Romain Huret, Jean-Pierre Le Glaunec, Claire Maniez, Vincent Michelot, Hélène Perrin, Raphaël Ricaud, Jean-Christian Vinel, Naomi Wulf.

*

Je me souviens d’avoir été ravie que Nathalie accepte de prendre ma suite.

*

Je me souviens d’avoir écrit, dans la profession de foi lue juste avant mon élection comme rédactrice en chef, que je voulais œuvrer à une diffusion plus large de nos travaux.

Je me souviens d’avoir écrit, dans cette même profession de foi, que je voyais ma mission comme la continuation du travail entamé par Jean.

Je me souviens d’avoir écrit ma profession de foi à la main sur une feuille de papier quadrillé que j’ai archivée.

*

Je me souviens de tous ces textes et collègues qui ont pu être lus, connus et reconnus grâce au travail de toute une équipe.

Je me souviens que je voulais encourager les doctorants et doctorantes à publier dans notre revue.

Je me souviens d’avoir échangé avec de jeunes chercheurs et chercheuses qui sont maintenant nos collègues, qui sont publiés ici et ailleurs et à qui leurs travaux ont valu parfois les plus hautes distinctions conférées par la profession.

*

Je me souviens de Naomi.

Je me souviens de François.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Béghain, « Flashback »Transatlantica [En ligne], Hors-série | 2021, mis en ligne le 04 octobre 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/17505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.17505

Haut de page

Auteur

Véronique Béghain

Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search