Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2RecensionsFrançois Doppler-Speranza, Une ar...

Recensions

François Doppler-Speranza, Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France (1944-1967)

Olivier Pottier
Référence(s) :

François Doppler-Speranza, Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France (1944-1967), Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 2021, 388 pages, ISBN 979-10-344-0084-3, 28 euros.

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Discours lors de la troisième conférence sur les échanges de personnes, hôtel Mayflower, New York, (...)

1« La diplomatie d’homme à homme suppose des milliers d’ambassadeurs à temps partiel, travaillant tous pour améliorer les relations entre les peuples »1. C’est en ces termes que le président Eisenhower, à la fin de son second mandat, évoquait les relations internationales : ainsi l’homme qui s’était fait élire quelques années plus tôt sur un programme intransigeant à l’encontre de l’URSS et qui mit en œuvre la doctrine des « représailles massives » – bref tout le contraire d’un pacifiste ! – semblait accorder quelque crédit à cet autre versant de la diplomatie qu’est le contact, « sur le terrain », entre les individus. C’est sur ce territoire que François Doppler-Speranza nous conduit dans son ouvrage Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France (1944-1967), tiré de sa thèse de doctorat réalisée sous la direction de Bernard Genton et soutenue à Strasbourg en novembre 2015. Le postulat de l’auteur est que la stratégie culturelle américaine entretient un rapport étroit avec les forces armées et qu’elle débouche sur un parabellicisme qu’il définit comme une « propagande quasi guerrière visant à alarmer les populations contre le danger extérieur » (28). Pour le philosophe Jacques Brosse (1922-2008), qui, sous le pseudonyme de Jacques Ayencourt, l’évoquait dans un article de la revue Esprit en 1949, le parabellicisme permet au gouvernement américain de ne pas « laisser la nation s’endormir », de l’empêcher « de retomber dans l’ornière de l’isolationnisme », bref de demander au pays « en temps de paix, de vivre sur un pied de guerre » (774). Pour comprendre le fonctionnement de cette nouvelle stratégie culturelle et vérifier son postulat, François Doppler-Speranza a choisi l’exemple français qui paraît être un excellent cadre d’étude.

2En effet, entre 1944 (débarquement) et 1967 (départ des derniers éléments militaires américains suite à la décision prise par le général de Gaulle de faire sortir la France des organes militaires intégrés de l’OTAN), l’armée américaine a entretenu une présence quasi continue (même si elle fut très limitée entre 1947 et 1950) sur le territoire métropolitain. De plus, cette présence de 23 ans n’a pas été que militaire puisque, à partir de 1950, les sous-officiers et officiers de carrière sont rejoints par leurs familles (les dependents représentent ainsi, en mars 1957, 43 453 personnes pour 2 498 employés civils et 52 203 militaires [Nash 46]). François Doppler-Speranza cherche à exposer les méthodes utilisées par les autorités américaines pour promouvoir la présence militaire de leurs troupes en France. Ce faisant, il cherche à savoir qui, des militaires ou des diplomates, est vraiment à la manœuvre dans la construction de la projection culturelle destinée à faire accepter les bases américaines en France.

  • 2 Directive du président Truman du 4 avril 1951, p. 1, citée par F. Doppler-Speranza, p. 127.

3Placé à la croisée de la nouvelle histoire diplomatique et d’une approche culturelle de la guerre froide, l’ouvrage Une armée de diplomates est organisé en deux parties chronologiques. La première s’intéresse aux débuts de la politique culturelle américaine en France (1944-1953) et à l’émergence de pratiques parabellicistes. Dans cette partie, le premier chapitre évoque les enjeux de l’offensive culturelle américaine (1944-1949) entre la fin de la propagande de guerre et les débuts de la guerre froide, au moment où les États-Unis deviennent une superpuissance ; le deuxième envisage les fondements idéologiques de la guerre psychologique à laquelle se livrent les États-Unis (1950-1953) alors que leur politique culturelle est de plus en plus associée au renseignement militaire. Washington met alors en œuvre une véritable guerre psychologique (comme l’atteste la création, entre autres, du Psychological Strategy Board en 1951, chargé de « coordonner et d’évaluer l’effort psychologique national ») dont le fondement principal est la peur entretenue de la menace soviétique et du retour probable de la guerre en Europe (ce que la guerre de Corée semble montrer sur le théâtre d’opération asiatique)2.

4La seconde partie du livre montre l’emprise des militaires sur l’expression du parabellicisme américain entre 1954 et 1967. Le chapitre 3 insiste sur le « point de basculement » que constitue l’année 1954 (victoire communiste en Indochine, échec de la CED, changements importants intervenus en URSS après la mort de Staline) dans la stratégie culturelle américaine et l’implication de plus en plus grande des militaires dans son élaboration (1954-1960) : à ce moment-là, le commandement militaire entame une « reprise en main discrète et efficace » de « tout ce qui touche à l’image et à la sécurité des forces armées américaines en France » (169). Le dernier chapitre décrit l’altération du parabellicisme américain à l’ère gaullienne (1961-1967) : la stratégie culturelle américaine vise à « apporter une réponse au délitement de la relation politique franco-américaine dans les années soixante » (249) et cherche à promouvoir une « nouvelle vitrine américaine » (250) mettant en valeur les avancées technologiques des États-Unis, la supériorité de leur système économique libéral et leurs succès spatiaux : il faut absolument « faire oublier Spoutnik » car l’URSS reste encore très compétitive en ce domaine (256). L’idée d’une communauté atlantique soudée par des valeurs politiques mais aussi économiques est valorisée de façon opportune, au moment où commence la détente Est-Ouest.

5François Doppler-Speranza a le grand mérite de montrer le cadre et tous les moyens utilisés par les Américains pour parvenir à faire accepter leur présence militaire en France. Le cadre général est défini par la loi Smith-Mundt de janvier 1948. Après la dissolution de l’Office of War Information en 1945, qui avait été chargé de la propagande pendant la Seconde Guerre mondiale, cette loi annonce la reprise d’un programme fédéral de projection culturelle extérieure visant à faire accepter le leadership des États-Unis sur le camp occidental, mais elle précise également que cette stratégie culturelle doit être « limitée à une application uniquement extérieure » (91). Cette distinction entre ce qu’il est possible de faire outre-mer et ce qui ne l’est pas dans le cadre domestique montre bien les craintes de l’appareil politique américain vis-à-vis de la propagande rebaptisée « diplomatie publique », terme tellement plus présentable (Lepri) !

6Les moyens de cette diplomatie sont d’abord administratifs : la propagande parabelliciste américaine est très largement mise en œuvre, à partir de 1948, à travers l’OIIEE (Office of International Information and Educational Exchange, héritier de structures antérieures), puis l’USIA (United States Information Agency, fondée en 1953). À cette infrastructure strictement états-unienne, vient s’ajouter le NATIS (NATO Information service), division d’information de l’OTAN créée en 1950 et renforcée en 1954 par le CIRC (Comité sur l’information et les relations culturelles). Ces deux derniers organismes restent très surveillés par les Américains, même si des divergences européennes peuvent parfois s’y exprimer. À l’échelle régionale et locale, il faut insister sur le rôle de deux structures : celle de l’USIS-France (créée dès la fin de la guerre), qui dispose de plusieurs antennes régionales (Bordeaux, Tours, Lille, Strasbourg, Lyon, Marseille), et celle des PIO (Public Information Officers), présents sur chaque base de l’armée américaine en France.

7La « diplomatie publique » américaine est diffusée par des expositions (exposition itinérante sur le plan Marshall en 1949 ou « Caravane de la Paix » de l’OTAN en 1951) et par tous les médias existants : films documentaires, émissions de radios sur le réseau des forces armées (American Forces Network), mais aussi sur le réseau français (émission quotidienne « Les dernières nouvelles de Washington » sur France 1), brochures (livret Un Américain en France sorti en 1955 et qui raconte l’enrôlement d’un GI et son installation en France), revues (le magazine Informations et Documents, bimensuel en langue française diffusé entre 1954 et 1977 qui met en valeur « la politique étrangère, le mode de vie américain, les aspects culturels de la présence en France » (205). Des lieux (bibliothèques du réseau USIS) et des événements (tournées de l’orchestre symphonique de la viième armée, journées « portes-ouvertes » sur les bases à partir de 1955) viennent compléter ce dispositif d’imprégnation culturelle, lui-même doublé par l’action souterraine de la CIA. L’image officielle des soldats américains en France ne devait donc rien au hasard.

8L’ouvrage de François Doppler-Speranza éclaire aussi le rôle de plusieurs personnalités au cœur du dispositif d’élaboration de la propagande américaine. Ces hommes incarnent, d’une façon ou d’une autre, le parabellicisme états-unien. À l’échelle de l’État fédéral américain, on retiendra le nom de William Benton, un démocrate venu du monde de la publicité qui, au sortir de la guerre, met en place, au sein du département d’État, « un véritable programme d’information pérenne, afin de permettre aux États-Unis de défendre leurs positions politiques face à l’URSS » (84) : avec lui, les États-Unis entrent dans la guerre froide culturelle contre l’adversaire soviétique (même si, paradoxalement, les investissements en matière culturelle sont diminués). Au début des années 1960, le directeur d’USIA, Edward R. Murrow (1961-1963), ré-oriente la politique culturelle des États-Unis en valorisant « l’usage pacifique de la force militaire et le rôle de l’armée dans les avancées technologiques » (251), tout en donnant, par ailleurs, la priorité aux programmes d’information à l’Amérique latine, au détriment de l’Europe de l’Ouest.

9À l’échelle de la France, l’une des personnalités les plus marquantes est certainement William R. Tyler, un ancien de l’Office of War Information (mais qui a eu des contacts aussi avec l’OSS puis la CIA), qui prend en charge, entre 1947 et 1953, la division des affaires publiques de l’ambassade des États-Unis à Paris. Dans un rapport daté de mai 1950, Tyler imagine plusieurs pistes pour améliorer l’efficacité de l’action culturelle des États-Unis : celle-ci doit mieux cibler les publics à convaincre en priorité (le monde ouvrier et les intellectuels), tout en étant moins ostensible et plus souterraine. Elle doit également tout faire pour extraire le syndicalisme français de l’influence communiste et, bien sûr, elle doit bénéficier de plus gros investissements. En 1951, il ajoute à ces objectifs une dimension militaire : « assurer l’assimilation des GI dans la société française – condition indispensable à la sécurité des bases de l’OTAN en construction » (129). Ainsi, avec Tyler, l’endiguement du communisme en France est non seulement devenu culturel mais il intègre aussi l’appareil militaire. Les successeurs de Tyler au poste de Chief Public Affairs Officer (CPAO) d’USIS-France, Leslie S. Brady (1953-1955) et Morill Cody (1955-1960), jouent un rôle important dans la restructuration des services d’USIS-France et dans la prise en compte des enjeux liés à la présence militaire américaine en métropole.

  • 3 Selon une note du Département d’État du 5 mai 1966, p. 6, citée par F. Doppler-Speranza, p. 295.

10L’ultime défi du parabellicisme américain réside dans la gestion de la crise de l’Alliance atlantique en 1966, suite aux décisions prises par le général de Gaulle de faire sortir la France des organes militaires intégrés de l’OTAN et de demander l’évacuation des bases alliées qui y sont stationnées. Le Département d’État, l’USIA et la CIA mettent alors en place un programme de crise ciblant trois catégories de publics : les Français d’abord, auxquels on va expliquer que la décision de leur président risque d’isoler leur pays, d’affaiblir sa sécurité et de le placer « à la merci de l’Union soviétique »3 ; les populations des autres pays membres de l’OTAN, ensuite, pour les dissuader de suivre l’exemple français ; les Américains enfin. Mais, pour ceux-ci, il y a un obstacle : la loi Smith-Mundt qui empêche la diffusion de toute propagande directe ! Comme le note François Doppler-Speranza, « afin de contourner cette difficulté, les organisateurs se proposent de “théâtraliser,” c’est-à-dire de contribuer à générer une masse importante de contenu journalistique autour de chaque événement ou étape clé du retrait de la France de l’OTAN » (295) et cela est facilité par « le rapprochement opéré depuis de nombreuses décennies entre les patrons de presse et les services d’information » (302). Aux Américains, on réservera donc un récit très organisé (le storytelling est à l’œuvre), dramatisant la décision gaullienne et ses conséquences, tout en rassurant l’opinion publique sur le fait que la France n’est pas d’une importance capitale pour l’OTAN, comme l’affirme le Secrétaire d’État Dean Rusk à Paris Match dans le numéro du 12 avril 1966.

11Pour finir, qui, du monde des diplomates ou de celui des militaires, a vraiment eu le contrôle du parabellicisme américain ? En fait, les diplomates ont intégré les nécessités créées par une présence importante des troupes outre-mer et les militaires ont bien dû se soucier, sur le terrain, de leurs relations avec les populations civiles qui les accueillaient. Même si F. Doppler-Speranza constate « l’importance grandissante des militaires dans l’élaboration de la politique étrangère [américaine], marquée par des moyens (la diplomatie et le renseignement) et par une méthode (le parabellicisme) » (313), il conclut que ce sont « les intuitions et les inspirations d’individus – tant civils que militaires – engagés dans les relations humaines sur le terrain qui ont le plus fortement influencé les rapports diplomatiques et culturels pendant les vingt-trois années de présence des militaires américains en France » (321).

  • 4 Discours lors de la troisième conférence sur les échanges de personnes, voir note 1.

12On retrouve bien là cette notion de « diplomatie d’homme à homme » évoquée par le président Eisenhower, dans son discours de janvier 19594.

Haut de page

Bibliographie

AYENCOURT, Jacques. « L’Américain, son information, la guerre et la paix ». Esprit, vol. 18, no 6, 1949, p. 768-777.

LEPRI, Charlotte. « De l’usage des médias à des fins de propagande pendant la guerre froide ». Revue internationale et stratégique, vol. 2, no 78, 2010, p. 111-118.

NASH, Franck C. « United States Overseas Military Bases: A Report to the President », décembre 1957, déclassifié le 13 décembre 1996.

Haut de page

Notes

1 Discours lors de la troisième conférence sur les échanges de personnes, hôtel Mayflower, New York, 30 janvier 1959.

2 Directive du président Truman du 4 avril 1951, p. 1, citée par F. Doppler-Speranza, p. 127.

3 Selon une note du Département d’État du 5 mai 1966, p. 6, citée par F. Doppler-Speranza, p. 295.

4 Discours lors de la troisième conférence sur les échanges de personnes, voir note 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pottier, « François Doppler-Speranza, Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France (1944-1967) »Transatlantica [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/17602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.17602

Haut de page

Auteur

Olivier Pottier

Docteur en histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search