Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2PerpectivesŒuvre et héritages de Charles W. ...

Perpectives

Œuvre et héritages de Charles W. Mills, philosophe du « contrat racial »

Esther Cyna

Entrées d’index

Par rubrique :

Perspectives
Haut de page

Texte intégral

1Un an avant son décès en septembre 2021, le philosophe d’origine jamaïcaine Charles W. Mills exprimait lors d’un entretien son soutien aux manifestations antiracistes organisées aux États-Unis et à travers le monde. Mills faisait part de son adhésion au message porté par les activistes de Black Lives Matter (BLM), qui dénonçaient un racisme systémique dépassant l’échelle individuelle des croyances et des comportements personnels, mais demeurait quelque peu sceptique quant à la portée révolutionnaire de ces soulèvements. Mills s’interrogeait ainsi sur le potentiel transformateur du mouvement BLM, s’inquiétant que le combat ne se limite à l’obtention de gains symboliques tel que le déboulonnement de statues à la gloire de soldats confédérés, tout en reconnaissant l’importance de ces gestes (Mills, 2020).

2Les courants antiracistes contemporains doivent beaucoup à Charles Mills. Dès les années 1990, alors que l’idéologie universaliste de la colorblindness – soit l’idée que l’égalité découlerait du fait de ne pas prêter attention aux différences raciales – est à son paroxysme, Mills publie plusieurs ouvrages qui contestent une telle interprétation.

3L’œuvre prolifique de Charles Mills, professeur de philosophie à la City University of New York, s’articule autour de quatre grandes contributions théoriques liées entre elles mais pouvant tout de même être distinguées. Tout d’abord, son œuvre, qui s’inscrit dans le champ disciplinaire de la philosophie, s’en prend aux canons de la doctrine du contrat social. Mills a eu pour projet de « déblanchir » le courant dominant de la philosophie politique en plaçant les questions de justice raciale au centre de ses analyses ; il souligna combien la question raciale était l’angle mort de la doctrine contractualiste (Roberts).

4En soutenant que le racisme est bien au cœur du contrat social et non l’une de ses conséquences involontaires, que l’on pourrait attribuer aux défauts de certains êtres humains faillibles, Mills effectue une analyse structurelle de la race, ce qui constitue une deuxième contribution majeure de son travail. Mills a une approche anti-essentialiste du concept de « race », mais il était plus pressant à ses yeux de démentir l’idée selon laquelle le racisme n’existait qu’à l’échelle des relations interpersonnelles que de confronter les thèses, devenues minoritaires, selon lesquelles la race serait biologique. Ainsi, dans l’œuvre de Mills, le racisme n’est pas un vice moral ; il est constitutif du système et non pas contingent à celui-ci. Mills s’inscrit parmi les auteurs et autrices qui ne considèrent pas le racisme comme un attribut annexe, comme un accident venant perturber les relations sociales ou l’ordre existant. Dans son livre From Power to Prejudice (2015), l’historienne Leah Gordon retrace l’histoire de l’étude du racisme par les sciences sociales et montre que, à partir des années 1940, les théories psychologisantes imputant le racisme aux attitudes et préjugés personnels vinrent dominer le discours scientifique et populaire, à l’instar des thèses présentées par Kenneth et Mamie Clark dans le cadre du procès Brown v. Board of Education (1954). Le débat qui, dans les années 2000, oppose Charles Mills au philosophe Jorge Garcia, pour qui le racisme est issu d’un défaut, d’un vice moral, symbolise ce conflit théorique, les deux auteurs se répondant régulièrement dans les pages des revues scientifiques (Mills, 2002).

  • 1 « White supremacy is “objective,” a politico-economic system of racial privilege; white racism is “ (...)

5Tout au long de sa carrière, Charles Mills a cherché à déconstruire et à dépasser l’idée de colorblindness afin de montrer combien l’universalisme était en réalité construit comme étant l’apanage des Blancs. Mills place le système politique et idéologique de la suprématie blanche au centre de ses analyses, en distinguant ce concept de celui de racisme, qui désigne la pratique de la discrimination1. Pour ce faire, il opère souvent une comparaison entre racisme et sexisme, où l’équivalent systémique de la suprématie blanche serait le patriarcat.

6La quatrième contribution majeure de l’œuvre de Mills est sa critique du libéralisme. Ses œuvres les plus récentes ont cherché à refonder la notion de libéralisme et à déconstruire ainsi les traditions de théories politiques ayant sous-tendu la construction philosophique de l’Occident en soulignant les phénomènes de racialisation indissociables du développement de cette idéologie.

The Racial Contract (1997)

7Lorsque Mills publie The Racial Contract en 1997, l’ouvrage devient immédiatement un bestseller universitaire et remporte plusieurs distinctions. Auteur pionnier, Mills fit reconnaître avec The Racial Contract l’analyse des relations interraciales et des dynamiques de domination qui les structurent comme un objet d’étude digne de la recherche en philosophie politique.

8À l’instar de la politiste britannique Carole Pateman, autrice de The Sexual Contract (1988), livre auquel il fera référence tout au long de sa carrière, Mills choisit la notion de contrat afin de construire son cadre théorique. Les références aux travaux féministes sont récurrentes chez Mills. En 2020, il insistait encore sur la place centrale de ces travaux dans sa trajectoire intellectuelle (Mills, 2020). Inspiré par la façon dont le féminisme dit de la deuxième vague a exposé le sexisme « de presque tous les philosophes politiques masculins du monde occidental », Mills entreprit la même démonstration au sujet de la suprématie blanche (Mills, 2017b 68). Il effectue en effet un exercice historique comparable dans son analyse des théoriciens blancs de la modernité occidentale, qui justifiaient par leurs théories l’expansionnisme européen, la colonisation des territoires non-européens et la croyance en l’existence de races inférieures, signant ainsi, de façon tacite, un contrat racial pour le privilège des populations blanches.

9Dans The Racial Contract, Mills montre que l’oppression sociale peut être théorisée au moyen du cadre théorique contractualiste (Mills, 2017b 67). La doctrine contractualiste en philosophie a été remise au goût du jour par John Rawls, philosophe politique étatsunien pour qui le contrat social est profondément égalitaire et fondé sur des principes de justice. Rawls décrit la société comme une « coopération sociale en vue de l’avantage mutuel » (Rawls 4 ; voir également Le Jallé). Mills soutient cependant que la théorie du contrat ne s’applique aux sociétés modernes qu’en remplaçant l’idée de contrat égalitaire par celle d’un contrat de domination. Il emploie la catégorie de la race pour remettre en question les travaux canoniques sur la notion de contrat social tels que ceux de Locke, Hobbes, Rousseau et Kant, dont le cadre théorique a connu son âge d’or durant les xviie et xviiie siècles, et ainsi développer une réflexion sur la façon dont le racisme structure les sociétés occidentales. Selon Charles Mills, ces philosophes ont complètement ignoré la suprématie blanche dans la philosophie politique, et ils ont érigé l’homme blanc de la théorie du contrat social comme la « figure politique représentative de la période moderne » en mettant de côté « l’aborigène rouge dont la terre a été spoliée en vue de la construction contractuelle de l’État colonisateur blanc [White settler state] ou l’esclave noir qui a fait lui-même l’objet d’un contrat lorsqu’il a été acheté et vendu au sein de l’Atlantique blanc » (Mills, 2014 33).

10Plus généralement, Mills questionne l’absence de grandes figures d’intellectuel∙les noir∙es comme Maria Stewart, Ida B. Wells, Frederick Douglass et W.E.B. Du Bois du canon de sa discipline (Lim). Tout au long de sa carrière, Mills a dénoncé le manque d’inclusivité du monde universitaire et particulièrement du champ philosophique : « Si vous vous rendez au congrès de l’Association américaine de philosophie, déclare-t-il en 2020, munissez-vous de lunettes de soleil, sinon vous risquez d’être ébloui∙e par cette nuée de visages blancs » (cité par Risen).

11Si Charles Mills attribuait le succès de The Racial Contract au lien que l’ouvrage a su créer entre deux traditions jusqu’alors distinctes – les courants dominants de la théorie politique et les travaux portant sur la race –, il reconnaissait que son livre n’était pas parvenu à avoir de réel impact sur les courants dominants de la philosophie politique, qu’il désignait comme « blanche » (« mainstream “white” political philosophy in general »), tant l’emprise du canon était puissante (Mills, 2017b 73). Le succès de son livre retentit surtout dans d’autres disciplines, notamment en sociologie, en anthropologie et en science politique.

12L’un des concepts les plus controversés des théories de Mills est sans doute celui d’une « épistémologie de l’ignorance », qui théorise la façon dont les personnes blanches « ne se rendent pas compte » de l’existence du contrat racial, tant la suprématie blanche érige la blanchité comme norme, rendant ainsi le système d’oppression raciale invisible (Mills, 1997 18). Mills indiqua plus tard que la formulation de ce concept cherchait à « exprimer, dans le vocabulaire simplifié de la théorie du contrat social, le fait crucial que les structures d’oppression sociale ont en tant que telles un effet pernicieux sur la cognition sociale ». Ainsi, poursuit-il, « dans un système d’oppression, les privilégiés sociaux deviennent épistémiquement désavantagés lorsqu’il s’agit de voir la vérité sociale » (Mills, 2003 230). Le contrat racial reste invisible aux yeux des populations blanches, et les écrits de Mills mettent en exergue les dynamiques d’exclusion et d’inclusion qui sous-tendent l’universalisme. Il décrit notamment la façon dont « les non-Blancs sont toujours […] stupéfaits ou étonnés par l’invisibilité du contrat racial pour les Blancs, par le fait que les Blancs parlent régulièrement en termes universalistes même lorsqu’il est tout à fait clair qu’ils sont les seuls concernés par cet universalisme » (Mills, 1997 110). Ses développements sur l’épistémologie de l’ignorance blanche s’appuient sur un corpus d’œuvres diversifié, empruntant beaucoup à la littérature par manque de travaux existants sur la question en philosophie. Mills analyse par exemple les mécanismes de cette ignorance dans Invisible Man (1952) de Ralph Ellison (Mills, 1997 96-97).

Black Rights / White Wrongs (2017)

13Dans son recueil d’essais Black Rights / White Wrongs: The Critique of Racial Liberalism, publié en 2017, Charles Mills s’attaque, comme il l’avait fait vingt ans plus tôt dans sa critique de la doctrine contractualiste, à un concept qui, selon lui, n’a pas suffisamment été pensé dans sa dimension raciale, bien que celle-ci lui soit fondamentale : le libéralisme. Black Rights / White Wrongs identifie le « libéralisme racial » comme le développement idéologique central de la tradition politique occidentale. Mills écrit ainsi que le libéralisme, « historiquement, a principalement été un libéralisme racial, dans lequel les concepts de personne, de droits, de devoirs et de responsabilités gouvernementales qui en résultent ont toutes été racialisées » (Mills, 2017a 29). Dans cet ouvrage, qui regroupe la plupart de ses écrits sur le sujet, Mills continue de comparer sa démarche sur la question raciale et celle des autrices et auteurs féministes, qui ont souligné la structure patriarcale du libéralisme là où Mills met l’accent sur un libéralisme « racialisé ».

14Il est à noter que Mills ne s’oppose pas à l’idéologie du libéralisme en tant que telle, mais dénonce le libéralisme tel qu’il a existé en pratique (Roberts). Il insiste dans plusieurs entretiens sur le fait qu’il n’est pas lui-même antilibéral et qu’il choisit justement de continuer à travailler dans le cadre du libéralisme lorsqu’il suggère de nouvelles solutions (Mills, 2020). En effet, les arguments qu’il avançait pour critiquer le libéralisme étaient, selon lui, d’autant plus convaincants qu’ils reprenaient les principes fondateurs du libéralisme, afin de montrer que la racialisation du système était injuste et inacceptable puisqu’elle menait à une violation de droits.

15Mills achève Black Rights / White Wrongs en promouvant un libéralisme noir radical, défini comme un « libéralisme qui prend l’histoire de la suprématie blanche au sérieux, contrairement aux libéralismes dominants, blancs ou noirs » (Roberts). L’adjectif « radical » n’est pas ici à prendre au sens de révolutionnaire, comme l’entendrait la poétesse et théoricienne Audre Lorde, selon qui « on ne détruit pas la maison du maître avec les outils du maître » (Lorde 112). Le radicalisme, tel que le conçoit Charles Mills, continue de puiser dans les valeurs fondatrices du libéralisme, parmi lesquelles celles de libertés individuelles et de droits inaliénables (Mills, 2017a 10-27).

Héritages

16Dans quelle mesure la philosophie et la science politique reconnaissent-elles aujourd’hui la centralité du racisme dans la construction du libéralisme aux États-Unis ? Dans quelle mesure les chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales évitent-elles et ils de se confronter aux oppressions réelles qui structurent la société dans leur quête de pureté théorique ? Telles sont les questions posées au monde de la recherche par l’œuvre de Charles Mills, et qui résonneront encore longtemps après son décès.

17L’influence de Charles Mills sur la recherche récente est palpable dans plusieurs champs, notamment celui de la théorie critique de la race (critical race theory). The Racial Contract s’inscrit parmi un corpus de textes pionniers ayant permis aux théories critiques de la race de faire leur entrée en philosophie politique. Se réclamant lui-même de ce champ théorique, dont l’un des principes majeurs est d’étudier le concept de suprématie blanche plutôt que celui de racisme pour comprendre les dynamiques d’oppression raciale, Mills promouvait la reconnaissance d’une « philosophie critique de la race » (Mills, 2009 ; 2016).

18L’héritage de Charles Mills se lit également dans la nouvelle historiographie du capitalisme, notamment dans le courant du capitalisme racial. Interrogé sur son analyse de la place du racisme dans le développement du capitalisme, Mills explique en 2020 que la question la plus pertinente pour lui n’est pas tellement de déterminer si le capitalisme tel qu’il se manifeste aujourd’hui est un système raciste, puisque ce constat est évident à ses yeux, mais d’interroger la centralité ou la contingence du racisme dans le développement du capitalisme (Mills, 2020). De nombreux travaux récents sur l’esclavage, la discrimination financière ou encore les politiques de logement aux États-Unis font écho à ces questionnements.

Un penseur engagé

19Soucieux d’éclairer l’actualité politique à la lumière de ses théories, Charles Mills incarne la possibilité d’une conciliation entre recherche et engagement. Afin de contrer l’idée selon laquelle la philosophie serait une discipline abstraite, voire détachée de la réalité, Mills s’est toujours efforcé d’appliquer ses concepts aux réalités de la société étatsunienne. Dans un cours magistral donné en 2020, il expose ses principales théories tout en évoquant les manifestations BLM et les courants anti-impérialistes actuels2.

20Mills souhaitait que ses livres puissent faire advenir des changements concrets. Il voyait sa contribution intellectuelle comme une pierre apportée à l’édifice désormais imposant de la recherche en sciences sociales sur les mécanismes qui créent et reproduisent un « avantage blanc illicite » dans de nombreux domaines de la société étatsunienne, citant entre autres sujets les écarts de richesse, la ségrégation résidentielle et éducative, l’incarcération de masse, la discrimination au travail et la suppression du droit de vote (Mills, 2015). Il souhaitait que les résultats de ces travaux soient facilement accessibles, non seulement pour le monde de la recherche mais aussi, et peut-être surtout, au-delà des universités.

21Selon Mills, la présidence de Donald Trump a eu un réel effet épistémique en révélant au grand jour la réalité de l’oppression raciale aux États-Unis, en décrédibilisant aussi les affirmations selon lesquelles la présidence Obama avait marqué l’avènement d’une société postraciale (Roberts). Mills restait cependant très réservé sur la position des démocrates, surtout lorsqu’il s’agissait des plus centristes. Selon lui, sans de réels « sacrifices » de ses privilèges de la part de la population blanche et sans justice raciale « corrective », le système racial resterait intact (Mills, 2020). Il était particulièrement inquiet du glissement opéré par la gauche libérale étatsunienne, dans les discours politiques comme au travers de plusieurs décisions judiciaires récentes, du concept de justice raciale vers celui de diversité, jugé insuffisant et inadapté. Peu convaincu par les déclarations récentes des démocrates dénonçant l’idéologie extrémiste de certains groupes, il remarquait surtout que ces personnalités politiques ne s’attaquaient pas réellement, dans leurs propositions de réforme, au système de la suprématie blanche, constitutif de la société étatsunienne (Steinmetz-Jenkins).

22Ainsi Mills soulignait-il que Trump et ses partisan∙es avaient été une cible facile pour les adeptes du libéralisme racial, qui ne souhaitent dénoncer que les pratiques les plus extrêmes et ouvertement racistes, sans toutefois s’attaquer aux problèmes systémiques qui ne disparaîtront pas durant la présidence de Joe Biden. Il soulignait cette ambiguïté qui demeurait dans l’interprétation de ce qu’est la suprématie blanche. Plus qu’une idéologie haineuse prônée par les groupuscules d’extrême-droite, il s’agit avant tout, pour Mills, d’un système politique qui structure encore de nombreux aspects de la société étatsunienne. Son travail est un guide pour celles et ceux qui cherchent à mieux saisir ces questions.

Haut de page

Bibliographie

GORDON, Leah N. From Power to Prejudice: The Rise of Racial Individualism in Midcentury America. Chicago : University of Chicago Press, 2015.

LE JALLÉ, Éléonore. « Théorie de la justice et idéologie : Hume et Rawls ». Methodos. Savoirs et textes, n° 8, 2008. journals.openedition.org/methodos/1513. Page consultée le 20 octobre 2021.

LIM, Woojin. « “The Racial Contract”: Interview with Philosopher Charles W. Mills ». Harvard Political Review, 29 octobre 2020. harvardpolitics.com/interview-with-charles-w-mills. Page consultée le 20 octobre 2021.

LORDE, Audre. Sister Outsider: Essays and Speeches. Trumansburg : Crossing Press, 1984.

MILLS, Charles W. The Racial Contract. Ithaca : Cornell University Press, 1997.

MILLS, Charles W. « The Racial Contract as Methodology (Not Hypothesis) ». Philosophia Africana, vol. 5, n° 2, 2002, p. 75-99.

MILLS, Charles W. From Class to Race: Essays in White Marxism and Black Radicalism. Lanham : Rowman & Littlefield, 2003.

MILLS, Charles W. « Critical Race Theory: A Reply to Mike Cole ». Ethnicities, vol. 9, n° 2, 2009, p. 270-281.

MILLS, Charles W. « White Time: The Chronic Injustice of Ideal Theory ». Du Bois Review, vol. 11, n° 1, 2014, p. 27-42.

MILLS, Charles W. « Breaking the Racial Contract ». Dissent Magazine, automne 2015. dissentmagazine.org/article/breaking-racial-contract. Page consultée le 20 octobre 2021.

MILLS, Charles W. « Critical Philosophy of Race ». The Oxford Handbook of Philosophical Methodology. Dir. Herman Cappelen, Tamar Szabó Gendler et John Hawthorne. New York : Oxford University Press, 2016, p. 709-732.

MILLS, Charles W. Black Rights/White Wrongs: The Critique of Racial Liberalism. New York : Oxford University Press, 2017.

MILLS, Charles W. « Philosophy and the Racial Contract ». The Oxford Handbook of Philosophy and Race. Dir. Naomi Zack. New York : Oxford University Press, 2017, p. 65-76.

MILLS, Charles W. « Charles Mills: “There is an opening for a transracial class alliance” ». Anchor FM, « Our Voices », 15 septembre 2020. anchor.fm/ourvoices/episodes/Charles-Mills-There-is-an-opening-for-a-transracial-class-alliance-ejlui9/a-a37hc58. Page consultée le 20 octobre 2021.

PATEMAN, Carole. The Sexual Contract. Stanford : Stanford University Press, 1988.

RAWLS, John. A Theory of Justice. Cambridge, MA : Harvard University Press, 1971.

RISEN, Clay. « Charles W. Mills, Philosopher of Race and Liberalism, Dies at 70 ». The New York Times, 27 septembre 2021. www.nytimes.com/2021/09/27/us/charles-w-mills-dead.html. Page consultée le 20 octobre 2021.

ROBERTS, Neil. « The Critique of Racial Liberalism: An Interview with Charles W. Mills ». Black Perspectives, 3 avril 2017. www.aaihs.org/the-critique-of-racial-liberalism-an-interview-with-charles-w-mills. Page consultée le 20 octobre 2021.

STEINMETZ-JENKINS, Daniel. « Charles Mills Thinks Liberalism Still Has a Chance ». The Nation, 28 janvier 2021.www.thenation.com/article/culture/charles-mills-thinks-theres-still-time-to-rescue-liberalism. Page consultée le 20 octobre 2021.

Haut de page

Notes

1 « White supremacy is “objective,” a politico-economic system of racial privilege; white racism is “subjective,” a set of ideas, beliefs, values, and attitudes. So given my framework, it made sense for me to strategize the theorization of white supremacy through the device of a “contract,” since I am seeing it as a political system » (Mills, 2002 80).

2 On peut consulter un enregistrement au lien suivant :
youtube.com/watch?v=78wzAfQu9Mw

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esther Cyna, « Œuvre et héritages de Charles W. Mills, philosophe du « contrat racial » »Transatlantica [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/17735 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.17735

Haut de page

Auteur

Esther Cyna

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search