Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Left-wing Radicalism in the Unite...Jacobin, projet intellectuel et p...

Left-wing Radicalism in the United States: A Foreign Creed?

Jacobin, projet intellectuel et politique. Entretien avec Mathieu Bonzom

Alice Béja et Mathieu Bonzom

Résumés

Le magazine Jacobin, fondé en 2010 par Bhaskar Sunkara, est devenu un lieu incontournable de la pensée de gauche aux États-Unis. Dans cet entretien, Mathieu Bonzom revient sur la genèse du projet, la manière dont Jacobin redonne vie à l’histoire du socialisme états-unien et le positionnement du magazine par rapport au Parti démocrate et aux Democratic Socialists of America.

Haut de page

Notes de la rédaction

Entretien réalisé par Alice Béja, avec Mathieu Bonzom, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheur au CESSP (UMR8209), membre du séminaire de recherche « Du socialisme en Amérique ».

Texte intégral

  • 1 Le choix a été fait, tout au long de cet entretien, de désigner Jacobin comme « magazine ». Si la v (...)

Alice Béja : Le magazine Jacobin1, sur lequel tu travailles actuellement, a vu le jour en septembre 2010 à New York, et est devenu au cours des dernières années un lieu incontournable de la pensée de gauche aux États-Unis. Qui sont ses animateur·rices, quel est le projet intellectuel du magazine et en quoi participe-t-il à une forme de renouveau des idées socialistes outre-Atlantique ?

Mathieu Bonzom : Jacobin est un magazine trimestriel qui a été lancé en 2010 par une poignée de jeunes intellectuel·les mené·es par son fondateur Bhaskar Sunkara. Certain·es d’entre eux/elles étaient en lien avec des organisations de la gauche radicale (Democratic Socialists of America, International Socialist Organization, Solidarity), mais le magazine n’est pas l’émanation d’un collectif militant constitué. Ses membres fondateurs se sont rencontrés en ligne, et ont su fédérer une équipe qui partageait leur projet intellectuel et politique ; ils et elles ont ainsi su influencer les trajectoires de jeunes diplômé·es ou encore en études, et sont parvenu·es à créer un pôle du débat public, en ligne puis également sur papier, qui fasse exister des idées liées au socialisme, sans éviter et même en recherchant le dialogue critique avec la mouvance de centre gauche (liberal). Au fil du temps, ils et elles ont également tissé des liens plus denses avec certaines organisations de gauche, notamment au moment de la campagne des primaires en 2015-2016 autour de Bernie Sanders, et ont accompagné la montée en puissance des Democratic Socialists of America (DSA) au cours des dernières années. L’un des animateurs de Jacobin, Micah Uetricht, fait aujourd’hui partie de la direction de DSA.

Leur ambition, dès l’origine, était de produire un magazine accessible, dont une des missions était la pédagogie, la formation politique du lectorat dans un contexte où le mouvement socialiste américain, au début des années 2010 et avant Occupy Wall Street, était largement à reconstruire. Le magazine est ainsi attirant aussi bien dans le langage qu’il emploie que dans le soin qu’il apporte au graphisme : l’identité graphique a constitué dès le départ une des forces de cette publication, et le responsable artistique Remeike Forbes en est d’ailleurs le numéro deux. Sur le plan politique, Jacobin est volontairement éclectique, rassemblant des sensibilités diverses de la gauche états-unienne. Il s’agit cependant de réaffirmer une vision de gauche centraliste et étatique dans un contexte où les mouvements ou tendances politiques contestataires qui dominaient aux États-Unis à l’époque du lancement (voire au-delà) étaient plutôt anarchistes, libertaires, autonomes. Un deuxième aspect tout aussi important est le fait de mettre en avant une analyse en termes de classe, à rebours d’une dominance des questions de genre et de race dans l’analyse des inégalités outre-Atlantique. On se trouve là dans une construction du débat à gauche qui est à fronts renversés par rapport à la France, où ce sont les approches liées au genre et à la race qui peinent à se faire une place (notamment parce qu’elles sont activement combattues) comme outils d’analyse.

  • 2 La guerre civile et la période de la reconstruction sont analysées par certain·es historien·es comm (...)

Jacobin traite de sujets très divers en lien avec l’actualité (voir par exemple le numéro The Health of Nations, sorti à l’hiver 2018, sur les politiques de santé qui comprend notamment un entretien avec Bernie Sanders sur le projet « Medicare for all »), mais également des événements historiques marquants. Ainsi, le numéro « Struggle and Progress », publié à l’été 2015 à l’occasion des 150 ans de la fin de la guerre civile, revisitait cette période de l’histoire américaine à l’aune de l’idée de « deuxième révolution »2 et en analysant les rapports entre classe et race.

A.B. : Le positionnement de Jacobin dans le champ médiatique est original, de même que dans le champ politique. À rebours d’une certaine tradition de la presse de gauche aux États-Unis, cette publication se caractérise par une volonté d’intervention dans le champ médiatique et politique mainstream, et ne refuse pas le dialogue avec le Parti démocrate (elle a par exemple exprimé son soutien à Bernie Sanders lors des primaires de 2015). Cela est-il lié à une volonté d’ « américaniser » le socialisme, de le rendre plus visible, et plus acceptable, en-dehors d’une forme de marginalité politique assumée qui avait pu caractériser la gauche américaine des dernières décennies ?

M.B. : Comme nous l’avons évoqué plus haut, le désir de se tourner vers le grand public est une stratégie assumée de la part de Jacobin. Il s’agit de ce que je qualifierais de stratégie d’interaction : en d’autres termes, l’objectif est de dialoguer avec un lectorat et une sphère politique proches de celle de Jacobin, le centre-gauche liberal représenté, par exemple, par une partie du lectorat du New York Times ou par celui de The Nation, tout en s’en démarquant. Ce dialogue se construit par le biais d’interventions dans ces médias, de contacts avec les bloggeurs et bloggeuses ; ce dialogue n’est pas dénué, parfois, de critique ou d’ironie, mais il se fait dans le respect. Cette logique d’élargissement du public a porté ses fruits, puisque Jacobin est aujourd’hui plus reconnu que bien d’autres publications de la gauche radicale qui se sont lancées à la même période, dans le sillage d’Occupy Wall Street et des printemps arabes (on peut penser à Roar Magazine, ou encore à Viewpoint, même si ses objectifs avaient peu à voir avec le grand public). Son fondateur, Bhaskar Sunkara, publie régulièrement des tribunes dans le New York Times ou le Guardian, ce qui lui permet de faire passer les idées de Jacobin auprès d’un public qui n’est pas nécessairement (ou pas encore) lecteur du magazine.

Cette stratégie est en partie une forme d’opportunisme revendiqué. Pour Sunkara et d’autres, la mouvance liberal, qui ne correspond pas exactement ou exclusivement à l’électorat du Parti démocrate, représente une gauche par défaut, une gauche de fait. En termes politiques, ce public est plutôt centriste, mais comme il n’existe pas véritablement de gauche constituée aux États-Unis, le dialogue entre libéraux et radicaux peut exister, et Jacobin peut en être le vecteur. Cette stratégie de dialogue est, au moins partiellement, en rupture avec la culture de la gauche radicale et de ses publications ; elle représente également une des manières dont Jacobin opère un retour critique sur l’histoire politique du socialisme, et notamment sur le fait que les mouvements socialistes, ou qui se réclament des idées socialistes, ne sont pas parvenus à créer des alliances (avec des liberals déçus, avec des mouvements sociaux divers à la recherche d’une expression politique) pour élargir leur public. En 2021, le chiffre donné par Jacobin était de 75 000 abonné∙es au trimestriel, et de trois millions de visites uniques par mois sur le site (« Raison d’être »). L’équipe de Jacobin édite également une revue théorique, Catalyst, produit des podcasts, a lancé plusieurs éditions dans d’autres régions, d’autres langues (Amérique latine, Italie... sans oublier le rachat et renouveau de Tribune en Grande-Bretagne) (« ABCs » ; Sunkara, 2015). Jacobin a aujourd’hui dépassé Dissent, revue historique de la gauche sociale-démocrate aux États-Unis, fondée par Irving Howe.

A.B. : Comment le magazine s’articule-t-il aux expressions politiques et sociales du socialisme aux États-Unis aujourd’hui ? En particulier, quels sont les liens entre l’équipe de Jacobin et les Democratic Socialists of America ? Peut-on parler pour les animateur·rices et contributeur·rices de Jacobin d’intellectuel·les organiques de cette mouvance de gauche ?

M.B. : La croissance du mouvement Democratic Socialists of America a été très forte au cours des dernières années, en particulier entre le début de la campagne des primaires de Bernie Sanders en 2015 et la victoire d’Alexandria Ocasio-Cortez aux primaires démocrates pour les élections de mi-mandat en 2018. Le groupe a multiplié ses adhérents par plus de dix, et a atteint entre 60 000 et 70 000, chiffre modeste à l’échelle des États-Unis, mais bien plus élevé que ce qu’étaient parvenues à atteindre les organisations de gauche radicale ces dernières décennies (au plus fort de sa popularité à la fin des années 1930, le Parti communiste des États-Unis comptait autour de 66 000 membres) (« Mapping »). Sans la croissance de DSA, nous ne serions sans doute pas en train de parler de la renaissance du socialisme aux États-Unis aujourd’hui ; si ce mouvement n’est pas le seul à gauche, il représente la matérialisation de ces idées, suffisamment importante pour être reconnue au niveau électoral et dans la sphère intellectuelle.

DSA a été créé en 1982. Le mouvement est né de la fusion de deux petites organisations, le Democratic Socialist Organizing Committee, dirigé par Michael Harrington (et issu du Socialist Party of America), et le New American Movement, un héritier de Students for a Democratic Society (SDS), autrement dit de la New Left, dont était notamment membre la journaliste féministe Barbara Ehrenreich. DSA a été créé dans l’objectif d’influencer le Parti démocrate pour le réorienter, et il est longtemps demeuré marginal. Cependant, comme le montrent les récentes campagnes électorales, cette volonté de participer aux primaires démocrates et de travailler le parti de l’intérieur est toujours l’un des objectifs du mouvement.

  • 3 Il faut ici préciser que le Parti démocrate comme institution (et non comme électorat), aux yeux de (...)

Cette stratégie a suscité certaines critiques à gauche, ravivant un débat récurrent sur les liens avec le Parti démocrate ou la participation aux élections. Ces débats ont trouvé à s’exprimer dans les pages de Jacobin ; pour Sunkara, la ligne du « réalignement » (realignment) du Parti démocrate historiquement défendue par DSA n’est pas entièrement convaincante. S’il ne s’oppose pas au principe de participer aux primaires, il estime que le réalignement n’est pas une stratégie viable à long terme et qu’il faudra envisager une rupture avec le Parti démocrate, dont les structures et le fonctionnement ne peuvent s’adapter au message politique de la gauche3. Au sein même de DSA, plusieurs courants (caucuses) existent, dont un courant dénommé « Bread and Roses », plus proche de Jacobin et qui a obtenu un certain nombre de sièges au congrès de 2019. C’est notamment lors de ce congrès que Micah Uetricht, « numéro trois » de Jacobin depuis des années, a été élu à la direction nationale de DSA. Il est donc indéniable que les relations entre DSA et Jacobin sont fortes. Dans le projet du magazine, je dirais qu’il y avait de la part des fondateur·rices des velléités de devenir les intellectuel·les organiques d’un mouvement socialiste à reconstruire. Elles et ils avaient eu des expériences militantes limitées, dans un mouvement militant qui lui-même demeurait éclaté. Avec le succès du projet de Jacobin et, plus tard, la montée en puissance de DSA, il est certain que l’on assiste à une structuration de la gauche états-unienne aussi bien en termes intellectuels que politiques, et que Jacobin est devenu l’un des lieux incontournables de cette expression intellectuelle d’une sensibilité socialiste.

A.B. : Bhaskar Sunkara, le fondateur, est parfois présenté comme un self-made-man, issu d’une famille d’immigré∙es venu∙es d’Inde et de Trinidad, autodidacte s’étant lancé dans l’édition sans formation particulière dans le domaine (il est diplômé de relations internationales). Dans quelle mesure ce type de récit contribue-t-il à renforcer une forme d’exceptionnalisme américain, ou au contraire à ancrer les idées socialistes dans un terreau politique et culturel propre aux États-Unis ?

M.B. : Présenter Sunkara comme un autodidacte est en partie faux ; on ne parle pas là du modèle de l’ouvrier d’usine qui se met à lire et finit par devenir écrivain, ou intellectuel. Cependant, le terme tient si l’on se place du point de vue des professionnel∙les du secteur du journalisme et de l’édition (« ABCs »). On sent souvent, de la part des journalistes qui l’interrogent ou écrivent sur lui, une forme de fascination pour ce jeune homme – il est né en 1989 – qui a fait des études de relations internationales et a lancé un magazine politique original et de qualité à l’âge de vingt ans. On retombe ainsi sur des mythes familiers, non seulement celui du self-made-man, mais également la variante du startupper, du petit génie qui a réussi à créer une innovation incroyable. Sunkara lui-même en joue, non sans ironie parfois (Sunkara, 2013). Si ce récit existe cependant, c’est largement parce qu’il a été imposé de l’extérieur, parce que celles et ceux qui l’ont interrogé se sont approprié sa trajectoire en l’encadrant de tropes qui résonnent chez leurs lecteur·rices ou leurs spectateur·rices.

Mais il y a d’autres manières d’envisager ce parcours : la façon dont Sunkara a rassemblé d’autres personnes autour de lui, le fait que Jacobin ait d’abord beaucoup fonctionné sur du travail bénévole, l’importance du collectif font beaucoup penser aux groupes militants de jeunesse. Le récit du self-made-man, en somme, dit sans doute plus de choses de celles et ceux qui l’écrivent à son propos que de la manière dont lui-même considère sa trajectoire et la création de Jacobin, et l’analyse ne peut s’y cantonner.

A.B. : Comment Jacobin participe-t-il à réinventer ce que tu qualifies de « socialisme vernaculaire » aux États-Unis ? En particulier, quelle est la place de l’histoire des mouvements socialistes états-uniens dans cette publication (voir aussi l’entretien avec Yael Bridge dans ce numéro) ?

  • 4 Jacobin a consacré de nombreux articles à Eugene Debs (voir par exemple Gude) et a également republ (...)

M.B. : Cette réinvention a à voir avec l’objectif de formation politique du magazine. Il s’agit pour Jacobin de battre en brèche un certain exceptionnalisme américain, et notamment l’idée qu’il n’y a pas eu de socialisme aux États-Unis, question classique au moins depuis la publication en 1906 de l’ouvrage de Werner Sombart, Why Is There No Socialism in the United States? Cela se traduit concrètement dans la ligne éditoriale par la publication d’articles sur des grèves (Henwood ; « You Don’t Get »), sur l’histoire des syndicats (Townsend), sur les grandes figures du socialisme4 ou sur les liens entre classe et race (Heideman ; Reed, 2015 ; 2020). Il y a une véritable volonté de compenser le manque de circulation de cette histoire, de la rendre accessible au grand public, sans pour autant faire de Jacobin une publication d’histoire. Ces textes sont la plupart du temps en lien avec une question d’actualité, qu’il s’agisse d’une thématique de campagne ou d’une actualité politique plus large. Jacobin s’est notamment saisi des candidatures de Bernie Sanders – qui lui-même a à plusieurs reprises fait état de l’influence d’Eugene Debs sur son propre parcours politique – pour mettre en avant, par exemple, l’histoire des luttes liées à la santé et à l’assurance maladie.

Écrire sur l’histoire des États-Unis, la revisiter, ne se fait pas pour autant au détriment de la vocation internationaliste d’un magazine comme Jacobin. Les expériences faites dans le reste du monde doivent également servir à l’éducation politique de la gauche américaine. Récemment par exemple, Mitchell Thompson a publié un texte sur l’histoire du parti communiste canadien ; le mouvement des Gilets jaunes a également été régulièrement couvert (Thompson ; Dianara). Dans ces exemples, on voit bien l’œcuménisme de Jacobin, qui, tout en ayant une approche éditoriale claire, souhaite donner une unité, une solidarité à la mouvance socialiste au-delà des divisions qui peuvent exister au sein des mouvements eux-mêmes, entre socialistes, communistes et anarchistes.

La dimension pédagogique de cette relecture de l’histoire du socialisme se retrouve dans les modalités d’écriture, qui sont délibérément en rupture avec l’écriture académique. Jacobin ne veut pas être le magazine des universitaires de gauche, qui sont aussi celles et ceux qui pendant des décennies sont parvenu·es à mettre en avant des analyses de la société en termes de race et de genre, mais n’ont pas eu le même succès sur les questions de classe. Cette « gauche universitaire » (academic Left) a par ailleurs été souvent accusée d’être déconnectée des mouvements sociaux en dehors des campus ; c’est également en partie contre cet héritage que Jacobin a construit son projet politique et intellectuel. La précarisation du monde de l’université a en quelque sorte accompagné cette sortie de la « tour d’ivoire ». Plus largement, la crise des opportunités d’emploi pour les diplômé·es aux États-Unis, facteur clé dans la politisation d’une partie de la génération des « millénniaux » et des générations suivantes, est aussi ce qui contribue à la croissance de Jacobin.

  • 5 Les membres du séminaire sont Kalilou Barry (Université Paris-Est Créteil), Alice Béja (Sciences Po (...)

A.B. : En 2019, tu as lancé avec d’autres collègues (dont je fais partie) le séminaire « Du socialisme en Amérique »5, dont l’objectif est de rendre compte des recherches menées en France et aux États-Unis autour de la question large des socialismes, dans le contexte du retour de ce terme sur la scène politique. Qu’est-ce que ce séminaire apporte aux études américaines en France ? En quoi le regard de chercheuses et de chercheurs français∙es sur ces questions peut-il apporter un éclairage particulier ?

M.B. : Le mouvement ouvrier aux États-Unis me paraît être une question fondatrice des études de civilisation des États-Unis en France, on pense bien sûr aux travaux de Marianne Debouzy, récemment disparue (il y aurait bien d’autres collègues à citer) ; c’est également un domaine qui dès le départ se construit en dialogue avec des historien·nes américain·es (Herbert Gutman, David Montgomery, Nick Salvatore, pour n’en citer que quelques-uns), mais qui a eu du mal à se maintenir au cours des deux dernières décennies, dans le contexte de la crise du marxisme et, plus largement, d’un relatif désintérêt pour les recherches liées au capitalisme et au monde du travail. Cela ne signifie pas, naturellement, qu’il n’y ait pas eu ces dernières années de travaux intéressants sur le sujet (les études sur le mouvement syndical n’ont jamais cessé et les travaux récents liés à nouvelle histoire du capitalisme sont foisonnants). Mais on a assisté à un net reflux par rapport aux années 1970 et 1980, aux États-Unis comme en France. Les évolutions de la politique américaine ces dernières années nous ont paru être une occasion de raviver cette flamme, en se réappropriant les travaux très riches des périodes antérieures, pour les rendre à nouveau accessibles et les confronter aux questions de recherche contemporaines.

Le fait d’avoir un regard extérieur peut apporter une approche différente et permettre de rompre avec l’exceptionnalisme, bien que le fait d’être étranger ne signifie nullement que l’on ne soit pas victime de cette lecture de l’histoire des États-Unis. Après tout, les études américaines en Europe sont nées d’un projet politique, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, qui était étroitement lié à la promotion de l’exceptionnalisme américain dans le contexte de la guerre froide. Dans le débat qui nous occupe, celui sur le socialisme, il y a très souvent, dans les travaux de chercheur∙ses, une comparaison explicite ou implicite avec l’Europe de l’Ouest, notamment la France. Pour simplifier, il existe parfois un discours qui consiste à disqualifier la gauche des États-Unis à l’aune d’un supposé « modèle » de la gauche française, bien plus influente, plus radicale et mieux implantée dans la culture politique du pays. Il ne s’agit pas de dire que cette lecture est intégralement fausse, mais de réexaminer ce type de comparaisons. Dans l’article « Why Is There No Socialism in the United States ? », dont nous avons beaucoup parlé au moment de la création du séminaire, Eric Foner explique que cette comparaison crée implicitement un modèle euro-centré par rapport auquel les États-Unis seraient en retard, alors qu’il se pourrait qu’en réalité, ce soient les États-Unis qui préfigurent l’avenir de l’Europe (Foner, 1984). Cette analyse prend aujourd’hui une importance renouvelée et nous invite à observer ce qui se passe dans la gauche américaine, non seulement en tant que chercheurs et chercheuses spécialistes des États-Unis, mais également pour ce que cela peut nous enseigner sur l’évolution de la gauche en France.

A.B. : L’objectif du séminaire « Du socialisme en Amérique » est également de créer un collectif de recherche qui tente d’explorer de nouvelles manières de faire de la recherche et de la diffuser. Cette réflexion méthodologique est-elle liée à l’objet d’étude du séminaire ? Comment se manifeste-t-elle concrètement dans les activités du collectif ?

M.B. : Ce collectif a été créé en 2019, après une année de réflexion et de discussion. Il est important ici d’être modestes ; nous essayons de proposer des solutions nouvelles aux problèmes que nous rencontrons, mais sans nécessairement y parvenir, et nombre des questions dont nous discutons sont encore des chantiers ouverts. Le collectif s’est d’abord réuni à huis clos ; la proposition initiale était d’organiser une journée d’études, qui pourrait déboucher sur une publication. Cependant, assez vite au fil des discussions, nous avons décidé qu’avant d’organiser un événement public, il nous fallait apprendre à mieux nous connaître, à constituer un véritable collectif plutôt qu’un simple agrégat de chercheurs et de chercheuses qui organisent rapidement des colloques ensemble autour d’un sujet commun.

S’est alors posée la question des bases sur lesquelles ce collectif allait s’organiser. La première était de ne pas totalement séparer les aspects scientifiques des aspects politiques des sujets que nous traitions ; cela supposait alors de ne pas séparer la fin, les objectifs de notre séminaire, des moyens par lesquels nous y parviendrions. Ce projet se veut égalitaire et, pour cela, il nous paraissait indispensable que nos pratiques s’inscrivent dans cet horizon. Nous avons ouvert le groupe à des personnes de statuts différents (professeur·es, doctorant·es, maîtres et maîtresses de conférences, chercheurs et chercheuses sans poste) en essayant autant que possible, dans la répartition des tâches et dans nos discussions, d’effacer ou d’atténuer (et à tout le moins de ne pas redoubler !) les rapports hiérarchiques. Nous voudrions également conjurer les formes de pression que nous subissons de plus en plus, en tant qu’universitaires (et certain·es bien sûr plus que d’autres), et qui nous empêchent de mener nos travaux sereinement : l’évolution du métier, la course à la publication, les conditions matérielles dans lesquelles se fait la recherche…

Le séminaire cherche également à offrir des formats différents, pour s’ouvrir à la communauté universitaire de la manière la plus large possible (enseignant·es, chercheur·euses, doctorant·es, étudiant·es de master et de licence), mais également au-delà. À titre d’exemple, en plus des séminaires mensuels que nous avons organisés pendant l’année 2020-2021, Marie Plassart a mis en place un format « club de lecture », plus court, dans lequel une personne présente un ouvrage qu’elle a lu et le livre à la discussion du groupe ; nous avons également organisé une rencontre avec Mathieu Magnaudeix, l’ancien correspondant de Mediapart aux États-Unis, autour des élections de 2020, pour croiser les perspectives journalistique et scientifique ; et nous réfléchissons à la réalisation de podcasts pour l’avenir.

Ces questions font surgir plus de problèmes que de solutions, et nous ne prétendons absolument pas les avoir résolues. Par exemple, nous réfléchissons aux modes de publication individuels et collectifs ; bien d’autres le font, notamment le collectif Camille Noûs. Nous sommes conscient·es de la tension qui existe entre le fait de refuser l’injonction de publication individuelle, particulièrement marquée en sciences humaines et sociales, et la réalité du métier qui fait que certains membres du séminaire, en particulier les plus précaires, ont besoin de ces publications pour pouvoir avancer dans leur carrière ; nous essayons donc, autant que possible, de faire en sorte que les retombées les plus immédiates du séminaire (organisations de conférences, publications, participation à des ateliers dans des congrès…) soient bénéfiques pour celles et ceux qui en ont le plus besoin. Les questions que je viens de soulever, et dont nous discutons régulièrement, sont des chantiers cruciaux, en particulier dans le contexte très difficile que nous connaissons actuellement. Nous n’avons pas la prétention d’être exemplaires, mais simplement la volonté de nous attaquer à ce qui nous semble aller à l’encontre de la manière dont nous envisageons la recherche, une recherche collaborative et ouverte sur la société et ses enjeux.

Haut de page

Bibliographie

« ABCs of Jacobin (The) ». Columbia Journalism Review, 2 janvier 2019. cjr.org/special_report/the-abcs-of-jacobin-socialist-magazine.php. Page consultée le 8 novembre 2021.

DIANARA, Aurélie. « Happy Birthday, Gilets Jaunes ». Jacobin, 17 novembre 2019. jacobinmag.com/2019/11/gilets-jaunes-yellow-vests-movement-protests-anniversary-france. Page consultée le 8 novembre 2021.

FONER, Eric. « Why Is There No Socialism in the United States? ». History Workshop Journal, vol. 17, no. 1, 1984, p. 57-80.

FONER, Eric. Reconstruction: America’s Unfinished Revolution, 1863-1877. 1988. New York : Harper Perennial, 2014.

GUDE, Shawn. « Eugene Debs Believed in Socialism Because He Believed in Democracy ». Jacobin, 2 septembre 2020. jacobinmag.com/2020/09/eugene-debs-democracy-antiwar-canton. Page consultée le 8 novembre 2021.

Heideman, Paul. « Class Rules Everything around Me ». Jacobin, 3 mai 2019. jacobinmag.com/2019/05/working-class-structure-oppression-capitalist-identity. Page consultée le 8 novembre 2021.

HENWOOD, Doug. « American Workers Aren’t Striking ». Jacobin, 2 février 2021. jacobinmag.com/2021/02/us-workers-strike-data-2020. Page consultée le 3 septembre 2021.

« Mapping American Social Movements ». University of Washington. depts.washington.edu/moves. Page consultée le 8 novembre 2021.

« Raison d’être ». Jacobin. jacobinmag.com/about. Page consultée le 12 novembre 2021.

REED, Touré F. « Why Liberals Separate Race from Class ». Jacobin, 22 août 2015. jacobinmag.com/2015/08/bernie-sanders-black-lives-matter-civil-rights-movement. Page consultée le 8 novembre 2021.

REED, Touré F. « The Dangers of Letting Racecraft Displace Class During the Pandemic ». Jacobin, 13 août 2020. jacobinmag.com/2020/08/race-neoliberallism-covid-19-class-struggle. Page consultée le 8 novembre 2021.

SOMBART, Werner. Why Is There No Socialism in the United States? 1906. Traduit de l’allemand par Patricia M. Hocking et C.T. Husbands. Basinstoke : Macmillan, 1976.

Sunkara, Bhaskar. « The American Dream Rewards Few, Enslaves Millions ». The Guardian, 21 août 2013. theguardian.com/commentisfree/2013/aug/21/american-dream-rewards-few-enslaves-millions. Page consultée le 3 septembre 2021.

Sunkara, Bhaskar. « Jacobin Magazine : entretien avec Bhaskar Sunkara ». Période, octobre 2015. revueperiode.net/jacobin-magazine-entretien-avec-bhaskar-sunkara. Page consultée le 8 novembre 2021.

THOMPSON, Mitchell. « Canada’s Communist Party Played a Vital Role in the Workers’ Movement ». Jacobin, 28 mai 2021. jacobinmag.com/2021/05/communist-party-canada-centenary-cpc. Page consultée le 8 novembre 2021.

Townsend, Chris. « Why Workers Everywhere Should Read Labor’s Untold Story ». Jacobin, 20 décembre 2020. jacobinmag.com/2020/12/labors-untold-story-boyer-morais-unions. Page consultée le 8 novembre 2021.

« You Don’t Get This Perfect Form of Class Struggle Very Often: An Interview with Eric Blanc ». Jacobin, 7 mai 2019. jacobinmag.com/2019/07/teachers-strikes-bernie-sanders. Page consultée le 3 septembre 2021.

Haut de page

Notes

1 Le choix a été fait, tout au long de cet entretien, de désigner Jacobin comme « magazine ». Si la version papier se rapproche par certains aspects du format « revue » (publication trimestrielle, articles au long cours), le site, qui concentre l’essentiel de l’activité et du public, est bien plus proche du magazine et c’est ce terme que ses animateur·rices emploient pour parler de Jacobin.

2 La guerre civile et la période de la reconstruction sont analysées par certain·es historien·es comme une deuxième révolution, qui transforme radicalement le système politique et économique des États-Unis. Voir en particulier Foner, 2014.

3 Il faut ici préciser que le Parti démocrate comme institution (et non comme électorat), aux yeux des membres de Jacobin, ne représente pas la « gauche » politique aux États-Unis, puisqu’il s’agit d’un parti centriste.

4 Jacobin a consacré de nombreux articles à Eugene Debs (voir par exemple Gude) et a également republié quelques articles et discours de Debs.

5 Les membres du séminaire sont Kalilou Barry (Université Paris-Est Créteil), Alice Béja (Sciences Po Lille), Grégory Bekhtary (Université Paris Nanterre), Alexia Blin (Université Sorbonne Nouvelle), Jeanne Boiteux (Université Sorbonne Nouvelle), Mathieu Bonzom (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marion Douzou (Université Lumière Lyon 2), Ambre Ivol (Université de Nantes), Hélène Quanquin (Université de Lille), Clément Petitjean (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marie Plassart (Université Lumière Lyon 2) et Luke Stewart (chercheur indépendant).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Béja et Mathieu Bonzom, « Jacobin, projet intellectuel et politique. Entretien avec Mathieu Bonzom »Transatlantica [En ligne], 2 | 2021, mis en ligne le 08 décembre 2021, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/18035 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.18035

Haut de page

Auteurs

Alice Béja

Sciences Po Lille, CERAPS

Articles du même auteur

Mathieu Bonzom

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CESSP

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search