Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1RecensionsVladimir Nabokov, Œuvres romanesq...

Recensions

Vladimir Nabokov, Œuvres romanesques complètes

Léopold Reigner
Référence(s) :

Vladimir Nabokov, Œuvres romanesques complètes, III, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 2021, 1596 pages, ISBN : 978-2-07-011302-6, 78€

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

1Le troisième et dernier volume de la Pléiade rassemblant les œuvres romanesques complètes de Vladimir Nabokov a été publié en février 2021. Il contient les ultimes romans de l’auteur dans leur ordre de composition : Pnine, Feu pâle, Ada ou l’ardeur, La transparence des choses, Regarde, regarde les arlequins ! et enfin le roman posthume, inachevé, L’original de Laura.

2Le volume est constitué d’une introduction rédigée par Maurice Couturier, d’une chronologie très précise de la vie de Nabokov, assemblée par Brian Boyd, et des romans traduits en français suivis de notices. Celles-ci présentent non seulement l’histoire de la genèse et de la publication des romans, mais aussi la chronologie de la diégèse pour Feu pâle, ainsi que des synthèses fort utiles des conclusions (ou débats) herméneutiques qu’ils ont suscités, fruit des presque cinquante ans d’études nabokoviennes dont les nombreuses chercheuses et chercheurs sont souvent cités. L’édition offre également des notes extrêmement détaillées qui décryptent autant que possible la prose infiniment dense de Nabokov, et mettent au jour une multitude de références littéraires, artistiques, historiques ou culturelles, d’allusions linguistiques et d’images scientifiques, botaniques ou autres. La présentation des autrices et auteurs de ce paratexte ayant contribué à l’élaboration de ce volume publié sous la direction de Maurice Couturier (également auteur d’une nouvelle traduction de Pnine et de la traduction de L’original de Laura) permet de constater le dynamisme des études nabokoviennes en France et à l’étranger.

3Par deux fois, les notes de ce volume évoquent un passage de l’essai de Nabokov intitulé « Bons lecteurs, bon écrivains », utilisé comme préface de l’ouvrage Littératures, qui rassemble des cours donnés par Nabokov à Cornell. Dans ce passage, Nabokov développe une métaphore illustrant la manière dont il envisage le lien entre auteur et lecteur :

Le grand artiste gravit une pente vierge et, arrivé au sommet, au détour d’une corniche battue par les vents, qui croyez-vous qu’il rencontre ? Le lecteur haletant et heureux. Tous deux tombent spontanément dans les bras l’un de l’autre et demeurent unis à jamais si le livre vit à jamais. (2009 37)

4Cette citation est souvent considérée comme une représentation de l’exigence de Nabokov, qui attendait de ses lecteurs une lecture et relecture érudites et minutieuses, proches de la force créatrice de l’écriture elle-même et loin de la réception passive d’une structure narrative. Toutefois, cet idéal n’est pas toujours atteint et nombreux sont les lecteurs à s’être perdus en chemin sans jamais atteindre le sommet de la montagne. Si un « bon lecteur » de Nabokov se méfie toujours du paratexte, les notes et notices de cette édition font preuve d’une fine connaissance de l’état de la recherche nabokovienne, éprouvée par l’analyse et la recherche universitaires, développent de nouvelles idées et trouvailles tout en transmettant les acquis des études nabokoviennes internationales et constituent ainsi un précieux guide d’ascension. Il s’agit là d’un appareil critique impressionnant qui accompagne les textes sans étouffer leur complexité. La contextualisation de la genèse des œuvres, de la vision complexe de la littérature qui distinguait Nabokov et des débats entre nabokoviens présentent un échafaudage qui assiste grandement la lecture sans dissiper une brume nécessaire à la beauté de la montagne.

5Après l’introduction de Maurice Couturier, qui résume les problématiques et enjeux majeurs de l’œuvre de Nabokov, ainsi que les évolutions thématiques de la fin de sa carrière d’écrivain, et la chronologie de Brian Boyd, le volume s’ouvre sur la nouvelle traduction de Pnine, roman terminé par Nabokov après Lolita mais publié avant aux États-Unis par chapitres dans le New Yorker. Comme le précise Maurice Couturier dans son introduction au texte, le roman fut nominé pour le National Book Award et contribua à la notoriété de Nabokov aux États-Unis en amont du succès de Lolita. L’introduction comporte de nombreuses informations contextuelles et, comme toutes les notices du volume, un récapitulatif précieux des apports de la recherche universitaire sur le roman. Maurice Couturier mentionne le fait que le personnage éponyme est probablement inspiré de l’universitaire Marc Szeftel, comme le montre le rare avertissement inscrit par Nabokov au début du roman quant à la nature fictive de tous les personnages et évènements décrits. On peut y voir le signe d’une problématique, récurrente chez Nabokov et présente dans tous les romans de ce volume, quant au lien entre fiction et réalité chez un auteur qui privilégiait l’invention et considérait que « toute fiction est fiction. Tout art est mensonge » (2009 212). On remarque la citation fréquente des notes de Gennady Barabtarlo, spécialiste et traducteur des œuvres de Nabokov vers le russe, preuve manifeste que dans tout le volume les annotations enrichissent, en plus de le récapituler, l’héritage critique important des études nabokoviennes.

6Feu pâle, centré autour d’un poème écrit par l’auteur fictif John Shade, est considéré comme l’un des romans les plus complexes de Nabokov, sinon le plus complexe, et prend la deuxième place dans ce volume. Il est donné à lire dans la traduction établie par Raymond Girard et Maurice-Edgar Coindreau sous la surveillance de Nabokov, et révisée par Maurice Couturier pour cette édition. Feu pâle est un roman particulièrement complexe à annoter, étant donné que la majeure partie du texte est elle-même constituée de notes de l’éditeur fictif, Charles Kinbote. À l’opposé des annotations sournoises de Kinbote, cependant, les lecteurs de ce volume sont bien aidés par des notes et une introduction détaillant, en plus des innombrables références littéraires manifestes ou probables, les différentes interprétations du roman ainsi que les débats animant les nabokoviens depuis la publication du texte. Feu pâle évoque également un thème prédominant dans les romans de ce tome : la mort et la vie après celle-ci, qui constitue peut-être un fil directeur thématique de plus en plus présent à mesure que l’on s’approche de la fin de la carrière – et de la vie – de l’auteur.

7Feu pâle précède Ada ou l’Ardeur, un roman également très complexe, cette fois moins pour sa structure que par sa prose extrêmement dense, même pour Nabokov. Comme l’écrit Maurice Couturier, qui contextualise les thématiques du roman et détaille le refus de la didactique par Nabokov et l’expression de son mépris pour les deux protagonistes de ce texte lors de multiples entretiens, « Lire un roman comme Ada, c’est éprouver une succession de moments esthétiques intenses où l’on communie à distance, dans le présent, avec l’auteur absent. […] Il ne s’agit pas là d’un roman fleuve à la russe où l’histoire court parfois sur plusieurs générations, mais d’un pliage sophistiqué et sensuel de récits et de mots » (1370). Il cite notamment pour preuve la magnifique image du jeu d’ombres et de lumières dans le chapitre 8 de la première partie (1364). La traduction utilisée est celle de Gilles Chahine, en collaboration avec Jean-Bernard Blandenier, revue par Nabokov, sans corrections autres qu’orthographiques ou typographiques. La notice analytique de Lara Delage-Toriel sur la difficulté de traduire le texte, ayant donné lieu à de nombreux conflits entre auteur et traducteurs, met en lumière les deux défauts incontournables de cette traduction : « Nabokov ne maîtrisait pas assez bien le français pour rivaliser avec les prouesses de son moi anglophone, et […] ses traducteurs n’avaient pas sa maîtrise artistique de la langue en général » (1378). Malgré la nécessaire imperfection de la traduction d’un texte si complexe, les notes pluridisciplinaires, à la fois encyclopédiques et analytiques, composées par Marie Bouchet, Yannicke Chupin, Agnès Edel-Roy et Monica Manolescu, enrichies du travail de Brian Boyd, du Kyoto Reading Circle et de Dieter Zimmer, fournissent un éclaircissement considérable. La notice des quatre annotatrices les notes annonce pourtant clairement la difficulté d’une telle entreprise :

Annoter un ouvrage aussi riche qu’Ada ou l’Ardeur : chronique familiale est une tâche infinie, tant ce roman est celui qui, de toutes les œuvres de Vladimir Nabokov, brasse le plus les langues et les références qu’elles soient à d’autres textes littéraires, à la botanique, l’entomologie, la géographie, l’histoire, la politique ou les objets quotidiens d’hier et d’aujourd’hui, de Russie, d’Europe ou d’Amérique. (1379)

8La page 1385, où se succèdent des explications claires et précises des références botaniques, linguistiques, littéraires et culturelles, est notamment représentative de la diversité et de la densité des images du texte. On trouve également des explications récurrentes sur le thème peu souvent étudié de l’électricité, ainsi que des informations précieuses sur certains contextes historiques et politiques. La multitude des notes et leur variété disciplinaire démontre le foisonnement de l’écriture nabokovienne, finement tissée et à son apogée dans Ada, que ces élucidations détaillées et concises permettent d’éclaircir sans effiler.

9Les deux romans suivants, bien plus courts, marquent une rupture en comparaison avec l’aspect colossal d’Ada. La transparence des choses, traduit par Donald Harper et Jean-Bernard Blandenier (traduction revue à nouveau par Maurice Couturier), représente également une rupture stylistique, comme l’explique René Alladaye : « La Transparence des choses a de quoi surprendre un lecteur familier de la prose luxuriante de Vladimir Nabokov » (1513). Les deux romans creusent la thématique d’une voix narrative énigmatique et de la tension entre invention et réalité, ainsi que le thème de la mort. La transparence des choses contient un mystère quant à l’identité du narrateur, tandis que Regarde, regarde les arlequins ! (donné dans la traduction de Jean-Bernard Blandenier, révisée par Maurice Couturier) est présenté par René Alladaye, qui rédige la notice, comme constituant en partie une subversion de « la correspondance entre roman et autobiographie » (1534). Alladaye cite également la caractérisation de Suzanne Fraysse pour qui Regarde, regarde les arlequins ! est « une autobiographie oblique, où l’auteur, en habit d’arlequin, avance masqué, sous les traits de son narrateur » (1535). Si ce roman est plus court qu’Ada, et moins encyclopédique, il est complexe par ses références multiples à d’autres œuvres de Nabokov, et nécessite donc autant d’explications. L’univers fictif nabokovien, dans toute son intertextualité et son auto-référentialité, est ainsi tissé entre les nombreuses notes du volume.

10Le dernier texte du volume est une ébauche de roman, L’original de Laura, dont la composition fut interrompue par la mort de son auteur. Il fut publié après trente-deux ans d’hésitations, sous la forme de 138 fiches (la méthode d’écriture privilégiée par Nabokov, qui pouvait ainsi structurer le roman en ordonnant les fiches comme il le souhaitait). Ces fiches, qui forment six chapitres, constituent parfois des passages achevés, des brouillons ou des notes de documentation. L’introduction rédigée par Maurice Couturier explique en détail le parcours extrêmement tortueux de la publication, jusqu’à la première édition de 2009 qui laissait les lecteurs poursuivre eux-mêmes l’entreprise de Nabokov avec des fiches détachables qu’ils pouvaient donc lire dans l’ordre de leur choix. La traduction publiée est celle de Maurice Couturier pour Gallimard en 2010. Le texte est publié ici dans l’ordre dans lequel les fiches ont été trouvées, bien que Maurice Couturier questionne le choix de la dernière fiche, une liste de synonymes du mot « effacer » qui semble un choix éditorial commentant le statut unique du texte publié. Les notes qui accompagnent le texte éclaircissent bon nombre de références littéraires, notamment à d’autres œuvres de Nabokov, ainsi que des hypothèses quant aux pistes de composition du roman. La publication de ce roman inachevé offre notamment la possibilité d’entrevoir les thèmes qu’aurait abordés Nabokov dans ce texte, par exemple la mort, évoquée dans le titre original L’original de Laura (C’est plutôt drôle de mourir). Elle permet en outre d’examiner une étape figée de l’élaboration d’un roman, objet d’analyse fort intrigant pour les lecteurs intéressés par les questions de composition, même si l’on peut citer, comme le fait René Alladaye, les objections sans équivoque de Nabokov :

Les brouillons, les fausses pistes et les chemins à demi explorés n’ont que peu d’importance intrinsèque. Un artiste devrait détruire systématiquement ses manuscrits après publication, de peur qu’ils n’incitent des médiocrités universitaires à penser qu’il est possible de démêler les mystères du génie en étudiant des variantes rejetées. (1964 15, traduction de René Alladaye)

11En conclusion, cette édition possède deux atouts principaux. Tout d’abord, la nouvelle traduction de Pnine, ainsi que la révision des traductions de tous les autres romans à l’exception d’Ada, qui est tout de même enrichie d’un important travail de contextualisation et d’une analyse méticuleuse de la complexité du processus de traduction. Enfin, et malgré une impossibilité d’exhaustivité face à une écriture aussi complexe que celle de Nabokov, l’impressionnant appareil critique formé par les 319 pages de notes représente une escorte inestimable pour tout lecteur, quel que soit son degré de familiarité avec l’œuvre de Nabokov.

Haut de page

Bibliographie

NABOKOV, Vladimir. Eugene Onegin: A Novel in Verse. Princeton : Princeton University Press, 1964.

NABOKOV, Vladimir. Littératures. 1980. Traduit de l’anglais par Hélène Pasquier. Paris : Robert Laffont, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léopold Reigner, « Vladimir Nabokov, Œuvres romanesques complètes »Transatlantica [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/18159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.18159

Haut de page

Auteur

Léopold Reigner

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search