Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1RecensionsL’Indépendance des Etats-Unis : h...

Recensions

L’Indépendance des Etats-Unis : héritage et interprétations, Arts, lettres, politique (1776-2016), Bertrand van Ruymbeke, Brigitte Félix et Audrey Fogels, dir.

Émilie Mitran
Référence(s) :

L’Indépendance des Etats-Unis : héritage et interprétations, Arts, lettres, politique (1776-2016), Bertrand van Ruymbeke, Brigitte Félix et Audrey Fogels, dir., Rennes : Les Perséides, 2021, 378 pages, ISBN : 978-2-37125-046-8, 25 euros.

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

1Bertrand Van Ruymbeke, Brigitte Félix et Audrey Fogels ont réuni dans cet ouvrage un large éventail d’universitaires européens et américains dont les spécialités variées offrent un regard diversifié sur les deux-cent quarante années qui ont suivi l’indépendance des États-Unis.

2Les dix-neuf contributions rassemblées dans ce livre sont issues d’un colloque international et transdisciplinaire tenu à Saint-Denis et à l’Université Paris 8 à l’automne 2016. Les contributeurs et contributrices s’intéressent au processus révolutionnaire américain du point de vue constitutionnel et philosophique, mais aussi à différentes perceptions et utilisations de la mémoire de l’indépendance dans les domaines politique, artistique et culturel, de 1776 jusqu’à la période contemporaine.

3Le directeur et les directrices de l’ouvrage présentent dans l’avant-propos les « trois grands axes de réflexion » (11) autour desquels l’ouvrage s’organise : d’une part, l’indépendance comme processus historique, sa lecture historiographique et son influence dans le monde ; d’autre part, l’héritage et le mythe de l’indépendance dans la rhétorique politique états-unienne ; et enfin, la quête d’indépendance dans les arts. D’un point de vue formel, ces trois axes n’apparaissent pas sous forme de parties dans la table des matières ; les chapitres sont organisés selon un ordre chronologique, et cette classification ne suit pas stricto sensu les trois thématiques annoncées. Cette organisation a néanmoins l’avantage de proposer une méta-lecture de la Révolution américaine et de son influence, sinon de son emprise, sur l’identité américaine : 1776 est omniprésent, protéiforme, et son influence est irrésistible.

4L’ouvrage s’ouvre avec le texte des deux conférences plénières données par Jack Rakove et Cécile Roudeau. Le professeur américain pose tout d’abord la question suivante :« En quoi la Révolution américaine est-elle révolutionnaire ? » Il démontre avec brio que peu d’historiens remettraient en cause l’aspect révolutionnaire de la Révolution française dont les événements ont constitué, et continuent de former, le modèle paradigmatique auquel comparer toute révolution (16), alors que la Révolution américaine a bouleversé l’ordre établi dans une bien moindre mesure. Néanmoins pour Rakove, si le combat ne fut pas révolutionnaire sur le plan social, et en cela, il s’accorde avec l’analyse incontournable d’Hannah Arendt, la Révolution transforma l’organisation constitutionnelle, politique et idéologique des ex-colonies, et permit de repenser a posteriori l’expérience coloniale d’un point de vue non plus britannique ou colonial, mais américain. C’est le confit constitutionnel, comme l’explique Rakove, qui est à l’origine de l’indépendance avant toute autre chose, et c’est avec la résolution de ce conflit en 1787 par le biais de l’adoption d’une constitution que se termine la Révolution (32).

5Rakove propose alors cinq remarques sur l’état actuel de la recherche sur la Révolution américaine (19-24) : premièrement, les origines et causes multiples de la Révolution dans les colonies ne seraient plus une question centrale, en revanche, comme il l’indique dans son deuxième point, les origines extérieures (britanniques et européennes) de la crise sont au centre des préoccupations. Troisièmement, ce sont les analyses consacrées non pas aux grands hommes mais aux anonymes qui dominent ce champ d’études, pour proposer un récit diversifié, plus « humain », moins « patriotique » et « conventionnel » (21). Rakove cite là en exemple les ouvrages s’intéressant aux marchands, fermiers, soldats ou aux femmes. Après des années de Founders Chic à la gloire des célèbres hommes (blancs) qui ont « fait » la Jeune République, il est en effet bienvenu de voir le champ des études révolutionnaires américaines faire la part belle à l’héroïsme plus commun de citoyens. Rakove établit là néanmoins un raccourci étonnant :

In its most radical form, this interpretation suggests that the revolutionary cause led to collective disappointment, as an anti-democratic, anti-egalitarian, proto-Thermidorean elite reasserted its power in the late 1780s. Such interpretations presuppose what an optimal revolutionary outcome should have been, without establishing the normative basis for this judgmental standard. (22)

6Les ouvrages auxquels fait allusion Rakove (parmi lesquels ceux de Terry Bouton, Woody Holton et Michael Klarman) montrent en effet que 1787 marque un revers pour l’esprit démocratique de 1776, allant jusqu’à parler de contre-Révolution, voire de coup d’état de la part d’un groupe de Framers plus conservateurs que la plupart des signataires de 1776. Il serait aujourd’hui difficile de balayer ces interprétations de la Révolution (dans la lignée de Charles A. Beard) : n’est pas « radical » le fait de reconnaître que la Convention de Philadelphie passe sciemment sous silence les droits des Afro-Américains, des Amérindiens, et des femmes, au bénéfice des intérêts politiques et économiques de ses délégués, qui ont largement contribué à façonner l’identité constitutionnelle de la Jeune République. Et si Jack Rakove rejette cette lecture qui met en lumière les paradoxes, les manquements et les échecs de la Révolution sur le plan de l’égalité civique, il faut cependant reconnaître que ces interprétations, dites from the bottom-up, pointent, sans tomber dans l’anachronisme, les failles de la Révolution. Pour autant, celles-ci peuvent se conjuguer aux accomplissements constitutionnels de la Convention de 1787 et au « génie politique » (31) des hommes présents à Philadelphie.

7Son quatrième constat est donc de souligner avec justesse que les études sur la Révolution et l’indépendance américaine sont dominées par un échec sur le plan égalitaire, et notamment vis-à-vis des Noirs et de la traite des esclaves. Enfin, cinquième point, des historiens avancent que l’indépendance sert des desseins d’expansion continentale ce qui est, selon Rakove, difficile à prouver. En conclusion, Jack Rakove fait pleinement apparaître l’originalité de la Révolution américaine qui, avec la Convention de 1787, fait aboutir un texte fondateur dont l’autorité demeure à ce jour incontestable. Si différentes lectures de la constitution ont pu donner lieu à des débats, sa légitimité n’a pas été remise en question et ce, car la question constitutionnelle était la seule préoccupation des délégués de la Convention de Philadelphie qui n’étaient soumis à aucune pression populaire ou électorale, sinon celle de leurs propres intérêts.

8À cette première plénière qui s’intéresse au débat idéologique de l’historiographie de l’indépendance, succède celle de Cécile Roudeau, à la recherche des traces de 1776 dans la littérature. Sa sélection liminaire de clins d’œil littéraires à la Révolution américaine est savoureuse. La construction politique de l’identité américaine se perçoit ici par le prisme littéraire. 1776 devient un trope dans la littérature américaine qui sert à dessiner les contours d’une américanité ou la mettre à jour. Les femmes (l’exemple pris est celui de Seneca Falls) et les Afro-Américains (avec ici l’exemple de Frederick Douglass) reprennent la Déclaration de 1776 et se l’approprient, et cette réécriture actualise à la fois l’identité mais aussi l’histoire américaine. Cécile Roudeau montre ainsi que la Déclaration d’indépendance est moins un texte qui émancipe (« independence from ») qu’une proclamation qui rassemble, inscrivant l’ensemble des Américains dans une tradition historique et formant de facto une communauté (« to work with and within […] a history that was national insofar as it was relational, rather than simply oppositional » 44). Par cet héritage relu et réécrit (« a constant negotiation with the letter » 49), l’identité américaine est actualisée. Cécile Roudeau conclut alors avec brio, en montrant comment la littérature (les lettres) font l’histoire, autant que l’histoire peut faire la littérature (fiction) : « Understood as the epitome of the ever incomplete work of national history as relation epistemology, the Declaration, and the ongoing intertextual commerce that it fostered, might be termed, by way of provocation, the American fiction par excellence » (49).

9La première contribution est celle de Sophie Jorrand, intitutlée « From Some Freebooters’ Communities’ Radical Independence to Interdependence ». L’autrice montre la relation d’interdépendance entre pirates (groupes indépendants de toute autorité) et autorités coloniales, aux dépens de la Couronne et de ses intérêts.

10L’article suivant, par Gilles Bancarel, s’intitule « Franklin et Raynal : du combat pour l’indépendance au symbole de la Liberté ». L’auteur explore de quelle façon se manifeste la popularité de Benjamin Franklin en France au moment de Révolution américaine, et s’intéresse à son amitié avec l’abbé Raynal qui promeut la relation entre la France et les colonies. Raynal apparaît comme un historien et propagandiste de talent, ayant aidé à promouvoir la cause des Rebelles américains.

11La troisième contribution est celle de Mathilde Schneider, spécialiste des collections amérindiennes en France : « Regard français sur le rôle des Amérindiens pendant la guerre d’Indépendance américaine ». Elle présente les images que la France s’est forgée des « Nord-Amérindiens » (93) au moment de la Révolution, au travers d’une riche analyse iconographique. Dix-neuf tableaux tapisseries ou esquisses, reproduits en couleurs, illustrent justement son article.

12Les deux contributions suivantes s’intéressent aux échos et influences de la Révolution et de l’indépendance. Dans « ‘‘An unalienable right of talking nonsense’’ : L’écho de la Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776 dans la presse écossaise », Florence Petroff montre que la presse écossaise s’oppose unanimement à la Révolution. Les réactions en Écosse se font en effet bien plus vives qu’en Angleterre. La révolte américaine contre la mère patrie y est perçue comme « contre nature, monstrueuse et dégradante » (115), et les colons comme des traîtres qui mettent en péril les intérêts, principalement économiques, de l’empire tout entier.

13Dans « ‘For the establishment of liberty, for the preservation of our country’’ : the Polish Constitution of May 3rd, 1791 as Declaration of Independence », Roy Carpenter propose une analyse essentielle de la constitution de la Pologne en 1791. L’auteur souligne la richesse de transferts politiques et idéologiques encore mal connus des historiens, notamment à cause du fait que les sources n’ont pas été traduites en anglais. La constitution de la Pologne fait pourtant grand bruit à l’époque en Europe, comme le relève l’auteur (137). Dans cette contribution véritablement éclairante quant aux failles du récit historiographique, Roy Carpenter ouvre de nouvelles pistes d’études, en suggérant que cette constitution fut la première à mettre en pratique les préceptes des Lumières en Europe (124).

14Avec « Searching for Freedom in Seventeenth-Century New York », Anne-Claire Faucquez explore les définitions de la liberté au dix-septième siècle pour les esclaves à New York, et montre d’après trois situations (émancipation, mobilité ou fuite d’esclaves) que la liberté demeure, à bien des égards, illusoire.

15Gordon S. Baker poursuit sur cette thématique en étudiant le cas d’esclaves fugitifs avant la Guerre Civile. L’article intitulé « Fugitive Slave and Free Black Migration in the Antebellum Era » fait état des fuites d’esclaves au Canada où l’esclavage est interdit mais où le racisme s’exprime avec vigueur, poussant certains Noirs à retourner aux États-Unis.

16La contribution de Juliette Tran « ‘‘Some convenient tree will afford them a State House’’ : nature et politique dans la littérature révolutionnaire » montre le lien entre une nature américaine idéalisée et le principe de souveraineté pour légitimer la Révolution en faisant appel aux droits naturels.

17Agnès Delahaye, dans « ‘‘The country was then absolutely our own’’ : Colonisation et Indépendance dans l’Histoire du New Hampshire de Jeremy Belknap », examine le travail d’historien de Belknap dans une périodisation longue de la Révolution. Cette dernière n’est pas considérée comme une « rupture » ou un « point de départ », mais bien un retour à l’autonomie première des colonies (202). L’identité américaine s’établit lors des premiers peuplements, et s’incarne dans l’appropriation du territoire et la conquête. Le lecteur découvre le roman national de Belknap qui promeut la Révolution comme un retour à la pleine souveraineté américaine.

18La contribution de Nicola Cucchi intitulée « Visions of American (in)dependance : (dis)integrating identities and contested order(s) in the Eighteenth Century British-American world » s’attache à montrer les liens d’interdépendance entre le modèle britannique et les colons, ainsi que le poids de cette autorité au fil du temps, puis que l’indépendance finit par générer une identité américaine collective différente des Britanniques.

19Frédéric Heurtebize, avec « Du contrat en Amérique : La Déclaration d’indépendance et le pacte social aux États-Unis », se penche sur les limites de la Déclaration vis-à-vis des Amérindiens, des Noirs-Américains, et des femmes. Frédéric Heurtebize souligne que la Déclaration d’indépendance fait l’objet de lectures contradictoires, et que ce sont également les contours suffisamment larges de la Constitution qui permettent aux mouvements féministes et abolitionnistes, ou aux progressistes du New Deal, de réactiver les débats autour des limites de l’autorité de l’état fédéral, tout en revendiquant leur filiation avec les textes fondateurs.

20Stéphanie Carrez montre dans « Nathaniel Hawthorne, ou l’écriture sous contrainte de l’indépendance américaine » les ambivalences de l’écriture de l’histoire et de la construction d’un récit, interrogeant le sens artificiel donné à l’histoire. L’autrice explique comment Hawthorne façonne un récit dans lequel 1776 n’est que l’aboutissement de la volonté d’indépendance des Puritains, dans une « construction artificielle » de l’histoire (277).

21Avec « Voicing Dissent in American Words, Radical uses of the Declaration of Independence », Alice Béja dévoile les paradoxes des mouvements radicaux américains qui utilisent les mythes fondateurs pour promouvoir leur propre vision de l’Amérique libre : Dos Passos reprend l’imagerie des Pères pèlerins pour défendre Sacco et Vanzetti, Emma Goldman, victime de la Red Scare, s’insère dans le cadre de la Déclaration d’indépendance pour pointer du doigt les limites de la citoyenneté américaine. L’article dépeint ainsi brillamment les conflits et paradoxes au sein des textes fondateurs de l’identité politique américaine.

22Les deux contributions suivantes s’intéressent à l’expression de l’identité états-unienne dans l’art, et à l’indépendance artistique comme émancipation vis-à-vis des traditions européennes : Símele Soares Rodrigues dans « L’art abstrait américain : la reconnaissance d’une peinture indépendante ? », avec la peinture, et Claudie Servian avec la danse, dans « Une déclaration d’indépendance contre la danse classique européenne dans le discours des chorégraphes étasuniens du début du XXe siècle aux années 1960 ».

23Par la suite, Françoise Coste examine dans « Ronald Reagan : Quand la Révolution et le conservatisme ne font plus qu’un » la rémanence de l’héritage et de la rhétorique révolutionnaire dans le discours reaganien. Ce réemploi a, montre-t-elle, une visée patriotique et veut « légitimer l’idéologie conservatrice » (326), afin de faire passer les idées du conservateur Républicain comme révolutionnaires, et donc, véritablement américaines.

24Enfin, par le biais de micro-lectures convaincantes, Marine Paquereau dans « Héritage de l’Indépendance et identité américaine dans Independence Day de Richard Ford (1995) : de l’historique au banal, de l’indépendance à la fragmentation » étudie comment la littérature s’ancre dans l’histoire pour servir un effet de réel, et comment le roman établit une critique de la banalisation du fait historique et de la société de consommation.

25Dans cet ouvrage où les disciplines dialoguent grâce aux apports des versants littéraires et civilisationnels, les contributions se répondent et se font écho pour mettre en lumière l’indépendance américaine et son héritage. C’est un livre riche de perspectives sur 1776, qui ouvre de nombreuses nouvelles pistes de réflexion, dans une polyphonie bienvenue sur deux-cent quarante ans de perpétuation d’un « mythe révolutionnaire » toujours aussi présent dans la culture et la vie politique américaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Mitran, « L’Indépendance des Etats-Unis : héritage et interprétations, Arts, lettres, politique (1776-2016), Bertrand van Ruymbeke, Brigitte Félix et Audrey Fogels, dir. »Transatlantica [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/18219 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.18219

Haut de page

Auteur

Émilie Mitran

Université Aix-Marseille, LERMA

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search