Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1RecensionsAnne-Claire Faucquez, De la Nouve...

Recensions

Anne-Claire Faucquez, De la Nouvelle-Néerlande à New York : La naissance d’une société esclavagiste (1624-1712)

Seynabou Thiam-Pereira
Référence(s) :

Anne-Claire Faucquez, De la Nouvelle-Néerlande à New York : La naissance d’une société esclavagiste (1624-1712), Paris, Les Indes Savantes, coll. « Americana », 2021, 484 p., ISBN : 978-2-84654-569-3, 36€.

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La colonie de New York n’abolit l’esclavage qu’en 1827, bien plus tard que la Pennsylvanie en 1780 (...)

1Cet ouvrage, issu d’une thèse soutenue en 2011 à l’université Paris 8 (Vincennes Saint-Denis), se propose de (re)découvrir un domaine de recherche qui suscite depuis plusieurs années un intérêt grandissant en France et à l’étranger. Un travail de « redécouverte » qui a notamment été entrepris aux États-Unis dans les années 1990 par Graham Russell Hodges, Ira Berlin, Joyce D. Goodfriend et par la thèse de Viviane Kruger qui fournit de précieux recensements. Plus récemment, Thelma Foote, Jaap Jacobs, la thèse de doctorat de Virginie Adane en France et l’installation de l’African Burial Ground National Museum à Manhattan en 2007 ont enrichi l’historiographie. La préface de Bertrand Van Ruymbeke, professeur à l’université Paris 8 et spécialiste de l’Amérique coloniale ainsi que l’introduction de l’autrice permettent d’aborder le contexte historique, l’historiographie dans laquelle l’ouvrage s’insère et place la colonie de New York en tant que société esclavagiste, situation qui rappelle les colonies du Sud des États-Unis, soit la Virginie, le Maryland, la Caroline du Sud et la Géorgie1. Les sources utilisées par Anne-Claire Faucquez sont multiples et variées, bien qu’il manque les néerlandaises, perdues ou détruites, et des documents écrits par des esclaves au xviie siècle. Ce travail est une étude sur la colonie de New York par le prisme de l’esclavage depuis 1626, avec l’arrivée des onze premiers Africains en Nouvelle-Néerlande, jusqu’à la révolte d’esclaves de 1712. L’autrice propose une lecture de la pluralité des formes d’esclavage en Amérique pour positionner cette colonie à la marge de la traite avec une analyse inédite des propriétaires et des esclaves au xviie siècle issue de sa propre base de données. Elle rejette le « mythe des origines des États-Unis » (15) qui établit après la guerre de Sécession les États du Nord comme historiquement abolitionnistes ou libres en remontant aux origines de la formation de la colonie de New York afin de rétablir la place de l’esclavage dans son développement.

2De la Nouvelle-Néerlande à New York : La naissance d’une société esclavagiste (1624-1712) se compose de quatre parties comprenant huit chapitres, accompagnés de cartes et de graphiques, permettant d’illustrer ou de situer le propos.

  • 2 Les esclaves transitaient à partir des comptoirs commerciaux néerlandais en Amérique de l’île de Cu (...)

3Dans la première partie, intitulée « “It is by negroes that I find my cheivest Proffitt” : New York et le commerce de l’or noir », Anne-Claire Faucquez s’intéresse à la manière dont la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (West-Indische Compagnie ou WIC), fondée en 1621 pour soutenir l’économie néerlandaise dans le commerce transatlantique, a créé la colonie de la Nouvelle-Néerlande. Elle place la formation de cette colonie dans le cadre de l’espace atlantique, des rivalités commerciales et des alliances anglo-néerlandaises contre la couronne d’Espagne. La compagnie marchande prospéra rapidement grâce aux échanges de produits manufacturés et de vivres issus de la colonie, différents de ceux des colonies du Sud qui s’appuyaient sur la culture du tabac et du riz, contre des Africains des colonies ibériques, principalement d’Angola2. Ce n’est que dans les années 1640 que des colons protestants arrivèrent en Nouvelle-Néerlande suite aux offres de terres et d’esclaves de la part de la WIC, tout en gardant un rapport démographique inférieur à celui de la colonie voisine du Massachusetts. Après la perte de la Nouvelle-Hollande au Brésil en 1654, l’île de Curaçao intensifia l’approvisionnement en esclaves de la Nouvelle-Néerlande. Les chiffres restent relativement faibles pour la fondation d’une colonie esclavagiste, soit 438 esclaves en provenance de Curaçao entre 1659 et 1664, principalement les esclaves non-vendus au Brésil, aux Antilles ou en Virginie (69). Cela peut néanmoins s’expliquer par les fortes taxes douanières imposées par la WIC aux importations en Nouvelle-Néerlande (12 à 16 % de taxes). Dans la deuxième moitié du xviie siècle, le commerce de la WIC était organisé avec les Antilles françaises en plus des comptoirs néerlandais, avant que les compagnies britanniques des Aventuriers d’Afrique et de la Royal African Company remplacent la WIC en faillite. La colonie de la Nouvelle-Néerlande fut prise par les Anglais en 1664 et devint la colonie de New York.

  • 3 Les Britanniques augmentèrent le nombre d’esclaves importés afin d’accroître l’économie des colonie (...)

4Après un panorama des marchands d’esclaves dans la colonie anglaise, l’autrice présente un tableau illustrant l’augmentation du nombre d’esclaves importés, cette fois-ci d’Afrique de l’Ouest, des Antilles ou de Madagascar, et illustre les rouages du commerce allant des petits marchands et de leur réseau aux grands négociants et aux pirates. Le recours aux esclaves permit le développement économique et la survie de la colonie au xviie siècle. Le besoin de main-d’œuvre servile s’accrut jusqu’à la période anglaise où l’esclavage devint indispensable.3

5La deuxième partie, intitulée « “Everything is, by God’s blessing, in a good condition […] in consequence of the employment of the negroes” : du bon usage des esclaves », dresse le portrait des 1313 propriétaires d’esclaves de la base de données de l’autrice afin de définir les différents types de maîtres aux époques néerlandaises et anglaises. On découvre dans le tableau 7 que près des trois-quarts de ces propriétaires étaient sans fonction politique, policière ou militaire officielle, mais issus de la classe moyenne ou inférieure et avec moins de cinq esclaves par foyer. Ils exerçaient un métier agricole ou commercial, ou étaient liés au transport maritime. L’autrice établit une corrélation entre le nombre d’esclaves par foyer, la richesse des maîtres et la taille de leurs propriétés pour confirmer que l’esclavage à New York touchait toutes les classes sociales et tous les groupes religieux et n’était donc pas simplement réduit « aux grands mythes sudistes qui n’attribuent la pratique de l’esclavage qu’à l’élite des planteurs » (149).

6L’esclavage est étudié dans six comtés du territoire, ceux de Kings, du Queens, de Suffolk, de Richmond, de Westchester et de la ville de New York. Les comtés d’Orange, d’Albany et de Dutchess-Ulster ne sont pas pris en compte dans cette étude, étant plus éloignés du centre économique et comptant peu d’esclaves. Le comté semi-urbain de New York est celui qui rassemblait le plus de propriétaires d’esclaves durant la période anglaise, environ 58 %, avec une moyenne générale de 2,4 esclaves par famille. La zone rurale de l’île de Long Island avec les comtés de Kings (aujourd’hui Brooklyn), du Queens et de Suffolk était le deuxième espace le plus pourvu en esclaves et comptait plus de 37 % des maîtres de la colonie. La population noire de l’île de Staten Island dans le comté de Richmond, colonisée en 1639, ne dépassa jamais les 20 % avant 1710, avec environ 2,5 esclaves par propriétaire. Par ailleurs, le comté de Westchester se développa grâce à des manoirs tels que ceux de Morrisania, fondé dans les années 1670, et de Philipsburg, fondé en 1682, sur le modèle plantationnaire avec une soixantaine d’esclaves à Morrisania et une quarantaine à Philipsburg. Andrea C. Mosterman valide ainsi la thèse que la colonie de New York avait des caractéristiques similaires aux plantations du Sud des États-Unis dans son ouvrage paru à l’automne 2021. Au cours de la période néerlandaise, la WIC possédait la majorité des esclaves, employés dans la sphère publique, et affranchit des dizaines d’entre eux pour services rendus en leur accordant des terres et le statut de citoyen. Cette pratique valut aux Néerlandais d’être considérés dans l’historiographie comme étant plus bienveillants avec leurs esclaves. Or, Anne-Claire Faucquez considère que la WIC avait besoin d’eux pour peupler et cultiver les terres afin d’éviter les attaques amérindiennes et nourrir les habitants de la colonie et pouvait facilement les remplacer grâce à la traite négrière. Lors de la prise par les Anglais, il y avait 75 Noirs libres et 300 esclaves pour 1 500 habitants à Nouvelle-Amsterdam, rebaptisée New York (159).

7L’esclavage amérindien, souvent omis ou peu traité pour des raisons démographiques ou culturelles, hormis dans l’historiographie récente, complète le panorama dressé par l’autrice. Les prisonniers de guerre amérindiens furent asservis pour le compte de la WIC ou déportés aux Bermudes ou à Curaçao dans une forme d’esclavage punitif (185). Parmi les 2 936 esclaves recensés dans la base de données de l’autrice, il y avait 138 Amérindiens ainsi que deux métis africains et indiens identifiables (98). Aucune différence n’est établie entre les tâches quotidiennes réservées aux esclaves noirs ou amérindiens, souvent enregistrés sans distinction dans les sources jusque 1770. L’usage d’esclaves n’était pas justifié par une idéologie raciale mais par des besoins et des opportunités économiques.

  • 4 Dès les années 1640, les registres de l’Église réformée de la Nouvelle-Néerlande indiquent les bapt (...)
  • 5 L’arrivée de la SPG transforma le paysage religieux d’Amérique du Nord avec l’arrivée de centaines (...)

8La troisième partie, intitulée « “All and every Negro, Indian, Mulatto and Mestee […] shall be taken to be a Slave” : L’institutionnalisation de l’esclavage », présente la mise en place de l’esclavage en lien avec les sphères religieuses et judiciaires. Après avoir énoncé les divisions idéologiques sur la question de l’esclavage au sein de l’Église réformée des Provinces-Unies, l’autrice aborde l’application des directives en Nouvelle-Néerlande. L’esclavage y était toléré à condition que les maîtres baptisent leurs esclaves4. Un certain flou s’installa quant à l’affranchissement des esclaves christianisés, or sans codification légale l’Église réformée mit un terme aux baptêmes d’esclaves après 1655. L’Église anglicane, autorité ecclésiastique en 1664, ne s’installa véritablement qu’en 1697 avec la construction de Trinity Church dans la ville de New York et la fondation de la Société pour la Propagation de l’Évangile dans les régions étrangères (la SPG) en 17015. Le rôle de la SPG était entre autres de convertir les Amérindiens et les Noirs sans pour autant les affranchir. Les minorités religieuses, auparavant exclues sous le régime néerlandais, utilisèrent l’esclavage pour s’intégrer dans la colonie anglaise. Les Huguenots, réfugiés suite à des persécutions religieuses en France à la fin du xviisiècle, adoptèrent l’esclavage dans leurs fermes ou dans leurs commerces. Les Luthériens, reconnus officiellement en 1671, convertissaient leurs esclaves mais à partir de 1735 ceux-ci durent promettre de rester fidèles à leur maître après le baptême (235). Dès 1654, les Juifs de la Nouvelle-Hollande au Brésil rejoignirent la colonie de la Nouvelle-Néerlande. Aucune preuve n’existe qu’ils convertissaient leurs esclaves au judaïsme mais ces derniers, en contact permanent avec la communauté religieuse de leur maître, étaient familiers des rites. Les Quakers et les Puritains du Massachusetts ou Congrégationalistes, initialement propriétaires d’esclaves dans la colonie, s’interrogèrent sur la nécessité économique de l’esclavage et la moralité de l’achat d’êtres humains. Ce n’est qu’au xviiie siècle qu’ils adoptèrent définitivement des positions abolitionnistes.

  • 6 Des révoltes de planteurs et d’esclaves survinrent sur l’île de la Barbade en 1643 et 1692 et en Vi (...)

9L’ouvrage porte aussi en partie sur l’étude du cadre légal de l’esclavage basé sur un système de codes écrits pour l’époque néerlandaise puis sur le droit jurisprudentiel de la Common Law pour les Anglais. Anne-Claire Faucquez insiste sur le « stade embryonnaire de l’esclavage » en Nouvelle-Néerlande pour expliquer l’absence de législation et non une soi-disant bienveillance des Néerlandais envers leurs esclaves (244). En 1665, la peur des colons vis-à-vis des révoltes, telles celles de la Barbade ou de la Virginie, amena le gouverneur anglais Richard Nicolls à promulguer une série de lois restreignant les déplacements et les réunions d’esclaves jusqu’au code noir de 1702 qui réduisit leur agentivité, n’autorisant que les déplacements qu’entre le lieu de travail et la résidence du maître6. L’Act for Preventing, Suppressing and Punishing the Conspiracy and Insurrection of Negroes and Other Slaves de 1712 fut la loi la plus restrictive envers tout esclave, Noir libre ou personne hébergeant ou aidant des esclaves à fuir ou à se divertir. Les émancipations d’esclaves étaient désormais conditionnées par le versement de deux cautions et d’une rente à vie, du maître à l’esclave, afin d’éviter toute charge publique au comté. Les Noirs libres n’eurent plus accès à la propriété privée et les peines judiciaires suivirent une hiérarchie sociale, allant de l’amende pour les élites, aux tortures ou à la peine de mort pour les pauvres et les esclaves.

  • 7 L’autrice s’appuie sur la composition des foyers chez les maîtres afin d’estimer les liens familiau (...)

10La quatrième partie de l’ouvrage, intitulée « “Some Negro Slaves here of ye Nations of Carmantee & Pappa plotted to destroy all the White[s] in order to obtain their freedom” : des esclaves en quête de liberté », s’intéresse aux formes de résistance à l’esclavage. Le nombre d’esclaves dans la ville New York était limité dans les foyers, contrairement à ceux des plantations du Sud des États-Unis ou des Antilles. Toutefois, la densité de la ville permit aux esclaves de constituer des communautés vivant proches les unes des autres. Ils résidaient dans le foyer du maître, contrairement aux esclaves des zones rurales, séparés de la maison principale dans les « quartiers des Nègres » (284). Faute de témoignages écrits par des esclaves au xviie siècle, seul le point de vue des maîtres ou des Blancs dans leurs documents de famille permet de décrypter le quotidien des esclaves et leurs relations intracommunautaires7.

  • 8 Le cimetière des Noirs de la ville de New York, fermé dans les années 1790, fut découvert en 1991 l (...)

11L’ouvrage s’achève sur les différentes formes de résistance à l’esclavage allant du petit marronnage, c’est-à-dire des actes de résistance au quotidien, au grand marronnage comprenant la fuite individuelle ou la constitution de groupes de fugitifs vivant en autarcie. Le grand marronnage était plus fréquent aux Antilles, en Amérique du Sud ou dans le Sud des États-Unis grâce à la topographie géographique favorable à la disparition d’esclaves dans les montagnes ou les forêts denses. Dans le Nord, les complots d’esclaves et le petit marronnage étaient plus communs. Anne-Claire Faucquez conçoit comme acte de résistance toute action allant à l’encontre du système colonial à New York ou volonté de perpétuer une identité africaine. Le développement de la créolisation des esclaves fit apparaître des coutumes et des rites inspirés de leurs pratiques ancestrales africaines et adaptés à leur nouvel environnement et à leurs interactions avec les Amérindiens et les Européens. Les traces culturelles d’Afrique étaient perceptibles dans les vestiges autour des tombes sur le site du Negro Burial Ground.8 Dans ce cimetière, l’utilisation d’ornements, de cercueils en bois, le choix du positionnement des corps vers l’Ouest et l’absence de fosses communes, qu’ils proviennent d’un syncrétisme culturel ou de réelles traditions africaines, montrent l’appropriation de ce lieu dédié à leur communauté. Les nouvelles identités créoles se développèrent en zone urbaine dans des lieux tels que les marchés ou les tavernes, que l’autrice perçoit comme des espaces de liberté. Ces rencontres quotidiennes favorisaient les discussions entre esclaves, les échanges d’information et les créations de réseaux. Rares sont les sources qui renseignent sur ces réseaux de fuites d’esclaves mais les lois interdisant l’assistance aux fugitifs et les mandats des gouverneurs attestent l’existence de ces pratiques (363). Le petit marronnage, tel que les réunions en groupe ou le sabotage de matériel, était moins craint que les révoltes d’esclaves. Cette peur des colons se confirma le 6 avril 1712 lorsque 23 esclaves noirs et amérindiens attaquèrent dans la nuit 16 colons blancs, dont leur maître. Les coupables de cette révolte furent arrêtés et exécutés les mois suivants. La paranoïa générale des colons fut renforcée avec la conspiration de 1741 durant laquelle aucun meurtre ne fut commis mais qui fut réprimée aussi sévèrement qu’une révolte sanglante.

  • 9 À la Barbade et en Jamaïque, à la même période, il y avait 75 % et 90 % d'esclaves dans la populati (...)

12Pour conclure, au cours de la période néerlandaise, les esclaves représentaient 20 % de la population puis 23 % en 1740 (avec une moyenne de 2,5 esclaves par propriétaire et 66 esclaves maximum)9.

13Nous pourrions à première vue nous questionner sur le terme de « société esclavagiste » pour qualifier la colonie de New York au xviie siècle, mais l’autrice prend le parti dans son ouvrage de prouver que les statistiques seules ne peuvent définir une telle société. La colonie de New York était bel et bien au xviie siècle une société où l’esclavage était ancré dans la législation, les coutumes, les institutions et elle est largement reconnue aujourd’hui dans l’historiographie américaine comme une « slave society ». Les nombreux tableaux, les cartes, les photographies et un extrait de la base de données de l’autrice sont accessibles et essentiels dans l’ouvrage. Ces documents enrichissent significativement la recherche tout comme l’analyse du vocabulaire lié à la couleur dans les discours néerlandais et anglais. Nous remarquons également les qualités dialectiques du texte et les efforts de l’autrice pour clarifier des notions universitaires pour un public non spécialiste de l’Amérique coloniale.

Haut de page

Bibliographie

ADANE, Virginie. « Genre, pouvoir et relations marchandes dans une société coloniale multiculturelle. Nouvelle-Néerlande, New York (1630-1730) ». Paris : thèse de doctorat de l’EHESS, 2017.

BERLIN, Ira. Many Thousands Gone: The First Two Centuries of Slavery in North America. Cambridge : Belknap Press of Harvard University Press, 1998.

FOOTE, Thelma. Black and White Manhattan: The History of Racial Formation in Colonial New York City. New York : Oxford University Press, 2004.

GOODFRIEND, Joyce D. Before the Melting Pot: Society and Culture in Colonial New York City, 1664-1730. Princeton : Princeton University Press, 1992.

HODGES, Graham R. Root and Branch: African Americans in New York and East Jersey. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1999.

JACOBS, Jaap. New Netherland: A Dutch Colony in Seventeenth-Century America. Leiden : Brill, 2005.

KRUGER, Vivienne L. « Born to Run: The Slave Family in Early New York, 1626-1827 ». New York: thèse de doctorat de l’université Columbia, 1985.

MOSTERMAN, Andrea C. Spaces of Enslavement: A History of Slavery and Resistance in Dutch New York. Ithaca : Cornell University Press, 2021.

Haut de page

Notes

1 La colonie de New York n’abolit l’esclavage qu’en 1827, bien plus tard que la Pennsylvanie en 1780 ou que le New Jersey en 1804, et maintint des liens commerciaux forts avec les États du Sud jusqu’à la Guerre de Sécession. Le terme de « société esclavagiste » est communément appliqué pour les sociétés plantationnaires de l’espace caribéen, au Brésil ou dans le Sud des États-Unis. Il a été défini par Ira Berlin en 1998 et repris par Olivier Pétré-Grenouilleau en 2014 dans Qu’est-ce que l’esclavage ? Une histoire globale, Paris : Gallimard, 2014.

2 Les esclaves transitaient à partir des comptoirs commerciaux néerlandais en Amérique de l’île de Curaçao et de la colonie de la Nouvelle-Hollande au Brésil vers la Nouvelle-Néerlande dans un circuit inter-Amérique.

3 Les Britanniques augmentèrent le nombre d’esclaves importés afin d’accroître l’économie des colonies d’Amérique et la productivité des terres. L’esclavage devint une institution à New York sous l’ère britannique puis américaine jusqu’à l’abolition en 1863.

4 Dès les années 1640, les registres de l’Église réformée de la Nouvelle-Néerlande indiquent les baptêmes d’une quarantaine d’enfants et 26 mariages religieux d’Africains, principalement par le pasteur Everdus Bogardus, en fonction de 1633 à 1647.

5 L’arrivée de la SPG transforma le paysage religieux d’Amérique du Nord avec l’arrivée de centaines de missionnaires et d’instituteurs au xviiie siècle.

6 Des révoltes de planteurs et d’esclaves survinrent sur l’île de la Barbade en 1643 et 1692 et en Virginie avec la révolte de Nathaniel Bacon en 1676 à laquelle participèrent colons et esclaves.

7 L’autrice s’appuie sur la composition des foyers chez les maîtres afin d’estimer les liens familiaux entre les esclaves. Elle parvient à recomposer 56 familles, 62 couples et 29 liens filiaux (289).

8 Le cimetière des Noirs de la ville de New York, fermé dans les années 1790, fut découvert en 1991 lors de fouilles de l’agence de protection du patrimoine.

9 À la Barbade et en Jamaïque, à la même période, il y avait 75 % et 90 % d'esclaves dans la population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Seynabou Thiam-Pereira, « Anne-Claire Faucquez, De la Nouvelle-Néerlande à New York : La naissance d’une société esclavagiste (1624-1712) »Transatlantica [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/18253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.18253

Haut de page

Auteur

Seynabou Thiam-Pereira

Paris 8 (Saint-Denis Vincennes), TransCrit

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search