Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Hors-thèmeLa femme migrante comme agent de ...

Hors-thème

La femme migrante comme agent de contrôle social dans le contexte de la frontière américaine. La Virginie au xviie siècle et la Californie à l’époque de la ruée vers l’or

Camille Marion

Résumés

Cet article s’intéressera aux initiatives visant à encourager des femmes britanniques ou anglo-américaines à migrer vers la Virginie au xviie siècle et vers la Californie à l’époque de la ruée vers l’or afin de pallier un fort déséquilibre démographique entre hommes et femmes (sex ratio), et de stabiliser ces zones bouleversées par des changements démographiques radicaux à la suite de vagues de migration majoritairement masculines. Il conviendra de se focaliser sur deux de ces initiatives : celle de la Virginia Company en 1621 pour la Virginie et l’initiative individuelle d’Eliza Farnham en 1849 pour la Californie. Ces projets ont pour but de déclencher des vagues de migrations de femmes pour des raisons de renouvellement de la population et de pérennisation de l’installation mais aussi afin d’influencer l’évolution de ces sociétés vers un modèle reflétant les normes et les mœurs des sociétés de départ. Il s’agira d’explorer l’image de la femme comme agent de contrôle social et comme gardienne des mœurs et de la moralité, ainsi que l’évolution de cette image entre ces deux étapes de l’histoire américaine, et donc du rôle et de la sphère d’action attendus des migrantes. Il conviendra enfin de s’intéresser à la perception de la femme et de la famille, cruciales dans la création et le maintien de sociétés aux mœurs européennes lors de transferts de populations d’Est en Ouest.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les migrants ayant les moyens de payer la traversée de l’Atlantique se voient accorder des terres à (...)

1En 1606, Jacques Ier crée la Virginia Company of London, à qui l’on donne pour but de coloniser la côte est des États-Unis. La colonie de Virginie est fondée à Jamestown en 1607. Rapidement, la culture du tabac s’y développe et la colonie attire en majorité de jeunes hommes cherchant à obtenir des terres et à faire fortune en cultivant du tabac, profitant ainsi de sa popularité en Europe1. En 1848, John Marshall, un charpentier chargé de la construction d’une scierie à Coloma, en Californie, y découvre des particules d’or. Rapidement, la nouvelle se répand dans les journaux et est confirmée par le président des États-Unis en décembre 1848, entrainant ainsi la ruée vers l’or de 1849. Ces deux territoires ont pour point commun d’avoir subi un bouleversement démographique majeur à la suite de vagues de migration déclenchées par des ouvertures économiques perçues comme particulièrement attractives. Tout comme la Californie, qui promet aux migrants de faire fortune rapidement grâce à ses réserves supposément inépuisables d’or, la Virginie semble offrir des perspectives d’ascension sociale rapide à quiconque serait prêt à faire le voyage, en proposant des terres jugées inoccupées dans une zone au climat favorable à la culture du tabac, en pleine période d’expansion mondiale de son industrie. Les activités associées impliquant un travail physique, cette perspective attire en grande majorité des hommes relativement jeunes qui migrent seuls, entrainant ainsi la création de sociétés présentant un fort déséquilibre démographique en faveur des hommes (rapport de masculinité ou sex ratio). Des projets se forment alors afin de pallier l’absence presque totale de femmes migrantes blanches en déclenchant des vagues de migrations de femmes. Le projet de la Virginia Company prend forme en 1619 : il a pour but d’envoyer de jeunes femmes anglaises en Virginie afin qu’elles deviennent les épouses des planteurs déjà présents. Deux siècles plus tard, en 1849, l’initiative, individuelle cette fois-ci, d’Eliza Farnham a pour objectif d’inciter des femmes provenant de l’Est des États-Unis à rejoindre la Californie.

  • 2 Glenda Riley définit la frontière de la façon suivante : « geographical zones where two or more typ (...)

2Dans les deux cas, les effets attendus de l’arrivée de ces femmes dépassent la question évidente du renouvellement de la population : on cherche, à travers ces initiatives, à ce que ces femmes jouent un rôle dans la stabilisation de ces territoires nouvellement conquis et dans la reproduction du modèle sociétal et culturel anglo-saxon en tant qu’agents de contrôle social. Cette étude met en évidence ce rôle attendu et son évolution au fil des siècles, notamment en fonction de la transformation des discours et théories de l’époque sur la féminité, la nature et la place de la femme dans la société et au sein de la famille, transformation qui influence la sphère d’action anticipée des migrantes. Il s’agit d’analyser la manière dont les organisateurs de ces projets perçoivent l’effet attendu de l’arrivée de femmes dans ces sociétés très majoritairement masculines dans le contexte de la frontière américaine2. C’est pourquoi nous nous focalisons ici sur les projets et les effets qu’en escomptaient leurs initiateurs et initiatrice, plutôt que sur les effets réels de l’arrivée des femmes dans ces zones.

3Pour ce faire, divers documents sont analysés : pour la Virginie, les archives de la Virginia Company, notamment des comptes rendus des rassemblements de ses membres traitant de ce projet, ainsi que des lettres échangées entre les dirigeants de la colonie à Londres et en Virginie. Pour la Californie, deux documents sont utilisés : une affiche rédigée par Eliza Farnham décrivant son projet et appelant des femmes à y participer, et son livre sur la Californie, California, In-doors and Out, retraçant plusieurs années plus tard le projet en question. L’utilisation du terme « contrôle social » fait ici référence à ses formes les plus informelles : l’effet que les individus peuvent produire sur les mœurs et la moralité. Ce type d’influence est souvent associé à l’action de la communauté et des femmes, notamment à partir du xixe siècle (Miller 346). Ce qui est étudié ici, c’est la perception de l’influence que peuvent avoir les femmes sur la protection de l’ordre moral du groupe et sur la reproduction des valeurs et du modèle sociétal de la société de départ (Horwitz), influence qui est elle-même soumise à l’évolution des tendances sur la nature supposée ou souhaitée de la femme. Ces deux projets n’insistent pas sur l’individualité des femmes migrantes, mais sur ce qui les rassemble : celles-ci incarnent un modèle féminin convoité pour son potentiel stabilisateur sur les sociétés en question. C’est pour cette raison que l’utilisation du singulier, « la femme », a été choisie pour aborder les théories sur la féminité aux xviie et xixe siècles.

Projets et motivations de la Virginia Company et d’Eliza Farnham

  • 3 Elle écrit : « the presence of women would be one of the surest checks upon many of the evils that (...)
  • 4 Le New York Tribune affiche notamment un soutien clair au projet (Levy 2-4). Eliza Farnham obtient (...)

4Deux initiatives sont analysées : la première, organisée par la Virginia Company dès le début du xviie siècle, prévoit de sélectionner 100 jeunes femmes célibataires anglaises, de les accompagner en Virginie et de les y marier aux planteurs déjà présents afin de transformer la Virginie en une colonie pérenne et stable. Edwin Sandys, l’un des fondateurs et, à l’époque, trésorier de la Virginia Company, évoque le projet pour la première fois le 3 novembre 1619 (Virginia Company, vol. 1 256). Celui-ci est approuvé deux semaines plus tard, le 17 novembre (Cook 310). La seconde, individuelle, est organisée par Eliza Farnham, autrice et militante américaine. Sa notoriété est à l’époque principalement due à ses réformes controversées en tant que directrice de la prison de Sing Sing dans l’État de New York, ainsi qu’à ses théories visant à démontrer la supériorité morale de la femme, dont elle juge crucial le rôle dans les mouvements de réforme du xixe siècle. En 1848, la mort inattendue de son mari, Thomas Farnham, l’incite à se rendre en Californie, où ils avaient décidé de s’installer ensemble. Elle élabore alors un projet de migration féminine vers la Californie : Eliza Farnham cherche à rendre son voyage utile en se faisant accompagner d’un groupe composé de 100 à 130 femmes venant comme elle de l’Est des États-Unis, afin de freiner la propagation du vice dans cette société jugée immorale3. Le projet est d’abord annoncé par le biais d’une affiche (Ship Angélique) et l’information est ensuite relayée dans les journaux4. Le premier projet réussit en partie : la Virginia Company accompagne 146 femmes anglaises jusqu’en Virginie, même si le projet était à l’origine beaucoup plus ambitieux (les dirigeants de la colonie parlaient de 800 femmes) (Cook 300). Dès 1620, 90 femmes arrivent en Virginie à bord du Jonathan et du London Merchant. En 1621, un total de 56 femmes réparties en plusieurs groupes fait le voyage : à bord du Marmaduke, du Warwick, du Tiger et du Bona Nova (Potter 311-317). Le second échoua : Eliza Farnham arrive en Californie en juillet 1849 à bord du navire Angélique accompagnée de ses deux enfants et de seulement trois autres femmes (Roberts 239 ; Levy 35).

  • 5 En Oregon, par exemple, territoire également situé sur la côte Pacifique et dont la démographie a a (...)
  • 6 L’orthographe des écrits de la Virginia Company a été modernisée afin d’en faciliter la lecture.
  • 7 Le terme maid a ici pour sens une jeune femme non mariée.

5C’est un rapport de masculinité extrêmement élevé qui mène à l’élaboration de ces deux projets cherchant à déclencher des migrations de femmes. Le recensement de 1624 révèle que 78,2 % de la population blanche, c’est-à-dire de la population migrante, de Virginie est masculine (Wells 162). En 1850, la population californienne est composée à 92,4 % d’hommes. Si les déséquilibres de ce type sont communs dans les zones de frontière, une telle ampleur est en revanche beaucoup plus rare5. Au cœur de l’initiative de la Virginia Company se trouve une volonté de garantir la survie d’une colonie qui serait menacée par ce déséquilibre démographique. Au début du xviie siècle, la composition de la population – et notamment le faible nombre de femmes – ne permet pas un renouvellement naturel de la population et la colonie dépend donc de l’immigration pour survivre. La colonie doit également faire face au problème posé par la volonté de départ d’un grand nombre de ses planteurs. C’est ce que déplorent les autorités de la colonie : « the people thither transported, though seated there in their persons for some few years, are not settled in their minds to make it their place of rest and continuance, but having gotten some wealth there, to return again into England » (Virginia Company, vol. 1 269)6. Beaucoup d’entre eux verraient leur séjour en Virginie comme temporaire, souhaitant pouvoir profiter des possibilités d’enrichissement liées au tabac qu’offre la Virginie avant de rentrer en Angleterre avec un statut social supérieur. On apprend dans les archives de la Virginia Company que lors d’un rassemblement des dirigeants de la colonie en novembre 1619, Sir Edwin Sandys, à l’origine du projet maids for wives7, s’inquiète du risque de dissolution de la colonie et propose comme solution d’accompagner des femmes anglaises vers la Virginie afin que puissent se former des couples et se fonder des familles. Ceci accorderait aux migrants une vie plus agréable, moins solitaire, mais surtout davantage ancrée en Virginie :

Lastly he wished that a fit hundred might be sent of women […] and by that means to make the men there more settled and less moveable who by defect thereof (as is credibly reported) stay there but to get something and then return for England, which will breed a dissolution, and so an overthrow of the Plantation. (Virginia Company, vol. 1 256)

Un lien direct est établi entre la présence de femmes et la survie de la colonie : leurs époux considèreraient ainsi leur installation en Virginie comme permanente, mettant la colonie hors de danger et lui permettant de se développer. Cette initiative peut être considérée comme un succès car on apprend dans les archives que ces femmes se sont mariées très rapidement, parfois avant même que les navires les ayant transportées n’aient quitté la Virginie (Virginia Company, vol. 3 639).

6Ces projets de migration féminine ont également une dimension morale : leurs organisateurs s’inquiètent de l’état moral de ces sociétés majoritairement masculines et axées sur le profit, et misent sur la présence de femmes pour rééquilibrer ces zones aux mœurs perçues comme problématiques. Comme la Virginia Company, Eliza Farnham met en évidence une obsession pour l’argent, la mobilité sociale et les activités qui y sont associées. Elle déplore en 1856, dans California, In-doors and Out, qu’il soit rare d’y rencontrer des individus capables de converser à propos d’autres sujets que celui de l’argent : « It is rare to meet with a man or woman, who seems at all stirred by any but the money phase of the country » (Farnham, 1856 291). Les dirigeants de la Virginia Company expliquent même que les planteurs sont tellement obsédés par la culture du tabac et par l’argent que celle-ci peut leur rapporter qu’ils vont jusqu’à négliger l’agriculture vivrière :

most of them [planters] esteeming Virginia not as a place of Habitation but only of a short sojourning have applied themselves and their labors wholly to the raising of present profit and utterly neglected not only staple commodities but even the very necessities of a man’s life. (Virginia Company, vol. 1 566)

  • 8 De plus, si en réalité le transport de criminels vers les colonies reste rare avant le xviiie siècl (...)

Selon eux, la formation de familles devait donc inciter les planteurs à prioriser le bien-être de leur famille plutôt que leur avancée économique8. Cette dimension morale est beaucoup plus explicite dans les écrits d’Eliza Farnham, qui se préoccupe également de la « pauvreté morale et sociale » de la Californie (Farnham, 1856 24). Si la Virginia Company se préoccupe principalement des priorités économiques de ses planteurs, Eliza Farnham met en avant une corruption morale beaucoup plus généralisée en Californie. Sont cités dans son ouvrage la consommation d’alcool, les jeux d’argent et la violence, effectivement très présents en Californie à l’époque. Nombreux sont les chercheurs qui ont décrit la Californie de la ruée vers l’or ainsi : on y remarque en effet une liberté sociale exacerbée favorisant de telles activités, que certains ont associée à la composition majoritairement masculine de la population californienne (Herbert 358). Cette représentation de la Californie comme un espace presque exclusivement masculin où tout est permis, et associé à l’aventure, au danger et à la violence a cependant souvent été exagérée (Roberts 217). Connaissant peu la Californie avant son départ, il est probable qu’Eliza Farnham ait été influencée par de tels récits véhiculant l’image d’un espace primitif, en marge de la civilisation. Eliza Farnham souhaite remédier à cette situation en appliquant les codes de l’Est des États-Unis à la Californie et présente son projet comme une œuvre de charité ayant pour but de sauver une société dont la moralité s’effondre.

  • 9 Cette moyenne a été calculée à partir de l’âge donné par chaque participante, qui ne correspond pas (...)

7Les deux projets impliquent une sélection des futures migrantes : dans les deux cas, un caractère honnête et vertueux et un certain niveau d’éducation sont attendus (Farnham, 1849 ; Virginia Company, vol. 1 256, 556). La Virginia Company est ainsi à la recherche de « maids young and uncorrupt to make wives for the inhabitants » (Virginia Company, vol. 1 256) et de « young handsome and honestly educated maids whereof 60 are already sent to Virginia being such as were specially recommended unto the Company for their good bringing up by their parents or friends of good worth » (566). Ces femmes doivent être célibataires (maids) et en âge de se marier : la plus jeune du groupe de 1621 a quinze ou seize ans et la plus âgée vingt-huit ans. L’âge moyen des participantes est de vingt ans et demi (Ransome 11)9. Afin de prendre part à la migration, les candidates doivent fournir des recommandations pour que les organisateurs puissent s’assurer que leur personnalité est en accord avec le projet. Si certaines ont l’avantage d’être liées par leur famille à la petite noblesse (gentry) (Ransome 12-13), d’autres appuient leur candidature grâce au soutien de personnalités éminentes de Londres (Potter 35). Dans leurs lettres adressées au gouverneur et au conseil de la colonie de la Virginie, les représentants du Marmaduke et du Warwick assurent que toutes les femmes sélectionnées ont été recommandées par des personnes de confiance ayant témoigné de leur caractère et de leur style de vie honnête et respectable (Virginia Company, vol. 3 493, 505). L’honnêteté, la rigueur et la sobriété sont mises en avant par la Virginia Company, par les candidates elles-mêmes et sont retrouvées dans les lettres de recommandation. Leur profil doit refléter des valeurs compatibles avec celles de l’Angleterre du xviie siècle, modèle que l’on souhaite recréer en Virginie. Les profils recherchés par la Virginia Company démontrent que ce projet n’a pas simplement pour but d’équilibrer le ratio hommes / femmes de la colonie, mais de lui apporter ses futures mères fondatrices (Zug 90).

8Les attentes d’Eliza Farnham sont plus explicites : elle souhaite que ces femmes soient « intelligentes, vertueuses et efficaces », et refuse que des femmes ne possédant pas ces qualités soient impliquées dans ce projet. Le vocabulaire utilisé dans son appel suggère qu’elle souhaite que les participantes soient actives dans la lutte contre la corruption de l’atmosphère californienne (« employing themselves greatly to the benefit and advantage of those who are there » ; je souligne) mais elle reste vague quant aux tâches que ces femmes sont censées entreprendre à leur arrivée en Californie. Les participantes doivent être âgées d’au moins vingt-cinq ans, ce qui révèle l’importance accordée à la maturité des migrantes (Farnham, 1849). Elle explique dans son ouvrage sur la Californie qu’elle ne conseille qu’aux femmes fortes, dotées d’une volonté indomptable et d’un immense courage, de rejoindre cette partie du pays (Farnham, 1856 156). Eliza Farnham exige de ces femmes des témoignages de personnes ayant une autorité religieuse, pasteurs ou prêtres, ou toute autre forme d’autorité dans leur ville de départ, attestant leur bonne éducation, leur caractère et leurs compétences (Farnham, 1849). Elle considère que ces femmes ont le devoir de se sacrifier pour soigner ce qu’elle estime être une « contamination morale » de la Californie (Farnham, 1856 300).

9Si la Virginia Company met principalement en avant les bienfaits de cette migration sur la colonie et ses planteurs, les migrantes profitent aussi de ce projet dont elles peuvent également bénéficier. Marcia Zug souligne le pouvoir de décision de ces femmes et insiste sur leur capacité à évaluer les possibilités que le projet maids for wives peut leur offrir. En effet, la Virginie et son rapport de masculinité garantissent un accès facilité au mariage et constituent une réelle chance d’ascension sociale. De nombreuses femmes anglaises peinent à se marier au début du xviie siècle, principalement pour des raisons économiques ; Jennifer Potter cite notamment la crise économique causée en partie par l’importante croissance de la population anglaise de la seconde moitié du xvie siècle, affectant la valeur des dots accordées aux jeunes femmes en âge de se marier (Potter 48). L’omniprésence de femmes ayant perdu un ou deux parents parmi celles qu’on a nommées les tobacco brides est notable, ce statut d’orpheline ou de semi-orpheline compliquant davantage leur accès au mariage (50). Par ailleurs, la prise en charge du coût de la traversée des femmes (entre 120 et 150 livres de tabac) par les futurs époux leur promet un partenaire au statut social favorable (Ransome 5). De plus, étant libres du choix de leur futur mari, ces femmes se sont très certainement assurées que celui-ci était dans une situation financière permettant de subvenir à leurs besoins avant de l’épouser (Potter 173-175). En revanche, les avantages de la migration organisée par Eliza Farnham pour les femmes y prenant part sont beaucoup moins clairs : le projet ne présente pas d’avantage évident pour les migrantes, ce qui a très probablement contribué à son échec. Si tous les participants au projet maids for wives – la colonie, les planteurs et les migrantes – semblent en bénéficier, le projet d’Eliza Farnham paraît bénéfique uniquement pour l’état moral de la Californie. Celui-ci est présenté comme une œuvre de charité, un sacrifice de femmes altruistes et désintéressées.

Discours sur le genre et la famille aux xviie et xixe siècles et leur influence sur le rôle attendu des femmes migrantes

  • 10 À partir des années 1980, la métaphore des separate spheres est critiquée pour plusieurs raisons. C (...)

10Au xixe siècle, la doctrine dominante sur la nature de la femme et sa place dans la société et au sein de la famille est celle du cult of true womanhood, théorisée en 1966 par Barbara Welter. Cette idéologie est le résultat de plusieurs siècles d’évolution des théories sur la nature et la place de la femme au sein de la société et de la famille. Elle est intimement liée à celle des separate spheres qui distingue la sphère publique des affaires, de la politique et de la guerre (attribuée à l’homme) et la sphère domestique ou privée (attribuée à la femme) : les femmes appartiendraient à un monde à part, qui tournerait exclusivement autour de la famille (Kerber 10). En réaction à la création d’une sphère publique que l’on considère pleine de corruption et de tentations, le foyer est envisagé comme un refuge face au monde extérieur (Mintz et Kellogg). La femme serait donc plus pure et vertueuse que l’homme, mais aussi plus fragile, étant protégée, par le confinement dans la sphère privée, de la moralité douteuse de la sphère publique (Mintz et Kellogg 55). Si l’utilisation de la métaphore des separate spheres dans l’analyse du xixe siècle a été remise en question à la fin du xxe siècle, en partie car elle ne représente pas les expériences diverses de l’intégralité des femmes américaines, le modèle auquel elle est associée reste un idéal influent au xixe siècle (Davidson et Hatcher)10. Au fil du siècle s’installe un modèle idéaltypique féminin censé pouvoir réguler les mœurs d’une société parfois corrompue, et dont la nature altruiste l’encourage à se sacrifier pour le bien-être moral de l’homme et de la société.

11La femme émerge ainsi comme gardienne des mœurs et de la moralité, et obtient une certaine autorité dans ce rôle (Miller 355). Cette influence morale serait nécessaire à plusieurs échelles : celle de la famille, celle de la communauté et enfin celle du pays entier, justifiant ainsi un mouvement vers des zones telles que la Californie, que l’on juge nécessaire de réhabiliter (Riley 16-17). Le projet d’Eliza Farnham s’inscrit dans ce discours, dont les idées sont soutenues et véhiculées dans ses propres écrits et ceux de sa contemporaine Catharine Beecher, qui souligne en 1845 l’influence de l’esprit féminin sur la société, particulièrement sur les hommes : « Let the women of a country be made virtuous and intelligent, and the men will be the same » (Beecher, 1845 37). Cette autorité morale de la femme (« her kindly cares and powers » ; Farnham, 1849) est alors perçue comme un instrument de lutte contre la corruption de la société, susceptible, dans le cas de la Californie, de remédier à la dégradation de sa sphère sociale. Eliza Farnham présente ainsi la présence de femmes comme le remède le plus adapté pour corriger cet environnement : « only in the presence of women is to be found the efficient remedy for these great evils » (Farnham, 1856 294 ; je souligne). Selon elle, en raison de cette complémentarité supposée entre les deux sexes, la femme est capable, en tant que « true missionary of love and purity » et grâce aux qualités citées plus haut, de faire ressortir les meilleurs côtés de l’homme : « Her presence is the guarantee for the best manifestation of his nature of which man is capable, amid the influences which here surround him; and bad as it often is, we may rest assured that without her it would be inconceivably worse » (Farnham, 1856 295). Les femmes prenant part à ce projet auraient à la fois un rôle de contrôle, de répression des vices semblant proliférer en Californie (« the presence of women would be one of the surest checks upon many of the evils that are apprehended there » ; Farnham, 1849 ; je souligne) et un rôle purificateur, régénérateur (« remedy » ; Farnham, 1865).

  • 11 Cette image de la contamination de la Californie est récurrente dans les écrits d’Eliza Farnham. On (...)
  • 12 Pendant ses quatre ans en tant que directrice de la prison de Sing Sing, elle met l’accent sur la r (...)

12Leur présence aurait ainsi le potentiel de faire naître le meilleur de la Californie et des hommes qui l’habitent, tout en réprimant le mauvais. La femme émerge ainsi comme un remède à la corruption morale d’un espace souvent décrit par le biais de termes relatifs à la contamination11. Eliza Farnham est convaincue de l’effet positif qu’aurait l’autorité morale féminine sur la sphère sociale californienne, mais ne prévoit pas aux participantes de tâche précise à effectuer à leur arrivée : la simple présence passive de femmes semble suffire à apaiser la société californienne. Ces femmes sont ainsi invitées à faire appel à leur vertu morale en sacrifiant leur vie dans l’Est des États-Unis et le confort qui lui est associé, pour la réhabilitation du forty-niner corrompu par l’environnement de la Californie (Farnham, 1856 300). Si Eliza Farnham met en avant la capacité des femmes à contrer cette corruption, elle croit aussi fermement en la possibilité de réhabiliter quiconque souhaite être réhabilité, notion qu’elle mettra en avant tout au long de sa mission à la prison de Sing Sing12 : si le rôle de la vertu féminine est capital dans ce processus de réhabilitation, la disposition des Californiens à être réhabilités est aussi au cœur de ce projet.

  • 13 Si une majorité de forty niners croient en la nécessité de la présence en Californie de femmes prov (...)
  • 14 Kathleen Brown applique dans son ouvrage ces modèles anglais à la Virginie : cette opposition prend (...)

13Malgré une ambivalence concernant les conséquences que leur présence en Californie peut avoir sur les femmes13, cette initiative d’Eliza Farnham naît grâce à cette idéologie érigeant la femme en gardienne des mœurs et de la moralité et donc en agent de contrôle social, capable, grâce à son esprit vertueux, d’influencer positivement l’homme et la société. Cette perception de la nature féminine est beaucoup moins claire au xviie siècle, période d’évolution de la famille et des théories qui lui sont associées, au cours de laquelle l’idéologie du cult of true womanhood qui allait triompher deux siècles plus tard n’était pas encore en place. Au xviie siècle, la perception de la nature de la femme se trouve entre deux extrêmes : on associe la femme à la déviance, à une instabilité émotionnelle, à une difficulté à se contrôler et à une infériorité intellectuelle et physique (Mintz et Kellogg 55 ; Houlebrooke 96-97) ; et à la fois on façonne petit à petit un idéal de femme sage et vertueuse, tout en déplorant la rareté des femmes incarnant cet archétype (De Bruyn 22). Dans The Ladies Calling, Richard Allestree expose en 1673 ses théories sur la nature de la femme et indique les caractéristiques nécessaires à l’incarnation de sa version de l’idéal féminin. Selon lui, les principales vertus attendues d’une femme au xviie siècle sont la pudeur la docilité, la compassion, la courtoisie et la piété (23). Tout comportement contraire constituerait pour une femme un recul de sa féminité (Spruill 216). Kathleen Brown met en évidence cette dichotomie en contrastant deux extrêmes féminins : on distingue les good wives, décrites comme travailleuses, pieuses, discrètes et soumises, des nasty wenches qui seraient acariâtres, agressives et dominatrices (Brown 13, 16, 28)14.

14Le début du xviie siècle correspond également à une période de renforcement des distinctions entre les genres : une définition plus claire du rôle des hommes et des femmes fait partie des mesures mises en place en Angleterre par l’administration locale et le parlement afin de rétablir l’ordre après la crise économique et l’agitation sociale de la fin du xvie siècle (13-14). La soumission de la femme à son époux et le statut de chef de famille de ce dernier sont perçus comme cruciaux dans le maintien de l’ordre social. Si la doctrine des separate spheres n’est pas encore répandue – cette séparation s’accroît à mesure que l’emploi rémunéré devient la norme (Houlebrooke 119 ; Walby 182) – les activités féminines sont rattachées au foyer et à la famille (Houlebrooke 106), mais à l’époque, ces tâches n’ont pas encore acquis la dimension idéologique qu’elles prendront à l’époque du cult of true womanhood. La sphère domestique deviendra en effet, au xixe siècle, un symbole clé de l’idéal féminin dans l’imaginaire, et le maintien de la moralité se trouvera au cœur de cette sphère qui n’implique plus seulement la réalisation de tâches domestiques, mais également le maintien de bonnes mœurs au sein du foyer (Degler 54). Néanmoins, certaines théories figurant dans des écrits du xviie siècle tendent déjà vers de telles idées. Dans The English Gentlewoman, Richard Brathwait décrit en 1630 un idéal féminin se rapprochant des théories américaines du xixe siècle : une femme consacrant sa vie au bien-être de son mari et de sa famille par le biais des tâches domestiques, y compris l’éducation des enfants, et agissant toujours en accord avec les valeurs de la religion chrétienne (De Bruyn 22). L’ambivalence des discours définissant la féminité au xviie siècle ne permet pas d’envisager une action directe de la femme sur la société. Son rôle en tant qu’agent de contrôle social se remarque ainsi davantage dans son influence au sein de la famille, qui aura à son tour des répercussions sur les mœurs de la société.

15Contrairement au projet de la Virginia Company, l’appel d’Eliza Farnham pour la Californie n’implique pas d’obligation de se marier au sein de la zone d’accueil, même si un tel projet allait être facilité par le déséquilibre démographique entre hommes et femmes. Ce point reflète les différents champs d’action attendus des femmes migrantes par les organisateurs selon les projets : une action directe sur la société pour la Californie – en raison d’une identification claire des femmes comme gardiennes des mœurs et de la moralité – et une action se manifestant davantage au sein de la famille pour la Virginie – la perception de la moralité féminine étant encore ambivalente – et nécessitant donc le mariage. Dans le cas de la Virginie, le projet se fonde davantage sur l’espoir de former, grâce à l’arrivée des tobacco brides, des familles stables et honnêtes. La colonie est à la recherche de good wives, dont la présence, perçue comme cruciale dans la création et le maintien du modèle patriarcal, contribuerait à la stabilité de la société virginienne (Brown 32). Il n’est pas seulement souhaité de ces femmes qu’elles soient respectables, on s’attend à ce que leur futur mari le soit également : les migrantes ne pourront épouser que les planteurs les plus honnêtes et les plus travailleurs (« Wch maids are to be disposed in marriage to the most honest and industrious Planters » ; Virginia Company, vol. 1 566). Les personnes chargées de recruter les femmes transportées en 1621 à bord du Tyger disent espérer que celles-ci soient mariées à des hommes honnêtes et adéquats (vol. 3 505). La colonie cherche ainsi à former des familles respectables afin d’en faire la norme, d’imposer ce modèle familial comme modèle social dominant et de profiter des bienfaits de la famille dans le développement d’une société stable. Ce projet de stabilisation de la colonie est en accord avec le discours sur la famille de l’époque : le mariage est alors perçu comme essentiel au maintien de l’ordre social, et donc comme stabilisateur, à l’échelle individuelle et du pays ou, dans ce cas précis, de la colonie (Potter 43-44 ; Brown 86). La Virginia Company prévoit même que les migrantes soient confrontées au modèle familial recherché en prévoyant de les loger, en attendant leur mariage, uniquement dans des foyers comprenant un couple marié (Virginia Company, vol. 3 493). L’approche de la Virginia Company se distingue donc de celle d’Eliza Farnham : plutôt que de confronter des femmes honnêtes à des hommes corrompus afin de les réhabiliter, la Virginia Company prévoit de réunir des hommes et des femmes honnêtes afin que leurs familles influencent la société virginienne.

16Le profil des candidates sélectionnées met également en avant des éléments plus pragmatiques, notamment leurs nombreuses compétences domestiques (tissage, tricot, cuisine, housewifery ; Ransome 15). Dans une brochure décrivant les femmes arrivées à bord du Marmaduke préparée par la Virginia Company, les nombreuses compétences de l’une d’elles, Ann Tanner, sont énumérées, faisant d’elle une femme au foyer et candidate exemplaire (« brew, and bake, make butter and cheese, and doe huswifery » ; « Spinn and sewe in Blackworke » ; Potter 20). On se préoccupe donc également de l’aspect pratique du projet : les planteurs, pris par la culture du tabac, ont besoin d’épouses aptes à réaliser les tâches domestiques nécessaires. Les compétences citées par les candidates sélectionnées en 1621 révèlent le désir d’établir un modèle familial patriarcal fondé sur une distinction entre l’activité féminine (domestique) et l’activité masculine (économique), même si celui-ci se montre difficile à installer pendant la majeure partie du xviie siècle.

Action envisagée des femmes migrantes dans la reproduction du modèle de la société de départ

  • 15 La Virginie est la première colonie anglaise à interdire les mariages interraciaux en 1691.
  • 16 Cette dichotomie allait laisser place, au xviiie siècle, au schéma stadial, selon lequel les peuple (...)
  • 17 « L’Autre primitif » est divisé entre deux catégories : celle des « bons sauvages », symbolisant l’ (...)

17En Virginie, le projet de marier des planteurs à des femmes anglaises est lié au souhait d’y recréer un modèle sociétal semblable à celui de l’Angleterre. Le mariage entre les planteurs et des femmes amérindiennes – bien plus nombreuses en Virginie que les femmes anglaises – comme possibilité de renouveler la population est rapidement écarté15. En effet, bien avant l’arrivée des Anglais en Virginie, les théories sur le Nouveau Monde soulignent la prétendue primitivité de ses habitants et insistent sur la dichotomie distinguant ce qui est « civilisé » de ce qui est « primitif » ou « sauvage » (Sheehan 3)16. Cette notion de primitivité est parfois idéalisée, symbolisant pour certains l’innocence originelle, mais pour d’autres, elle est associée à une immaturité violente et imprévisible17. Si cette ambivalence existe tout au long du xviie siècle, au contact des Powhatans, les colons anglais n’adhèrent que très rarement aux représentations positives des Amérindiens, qui incarnent, dans un contexte de colonisation, une menace pour l’ordre social plutôt qu’un idéal duquel s’inspirer (37). Les peuples amérindiens rencontrés en Virginie sont ainsi perçus comme primitifs et les femmes amérindiennes sont considérées comme incapables d’inculquer à de potentiels enfants métis des valeurs compatibles avec le modèle anglais (Smits 177). La présence de femmes anglaises est donc cruciale dans la reproduction du modèle souhaité. Le projet maids for wives, rendant les femmes blanches accessibles en Virginie, fournit une alternative aux femmes amérindiennes, limitant ainsi la formation de couples interraciaux et donc l’influence de la culture amérindienne sur la colonie (Zug 90). La femme anglaise devient donc indispensable, au sein de la famille, à la transmission des valeurs, de la culture et des manières anglaises. La religion chrétienne étant à l’époque au cœur de la notion de civilisation (Salter 19-20), elle accorde à la mère un rôle central dans ce processus de civilisation, la pratique de la religion en Virginie se déroulant au xviie siècle principalement dans la sphère familiale (Horn 400-402). Plus généralement, les femmes migrantes participent à la formation en Virginie de familles à l’identité anglaise et chrétienne.

  • 18 Eliza Farnham établit son rapport à la frontière dans son premier ouvrage sur sa vie dans l’Illinoi (...)
  • 19 Ce terme est utilisé dans son sens américain, mêlant couleur de peau, origine ethnique et culturell (...)
  • 20 Cette vision des peuples anglo-saxons est commune au xixe siècle.
  • 21 Si selon Kaplan, la sphère domestique serait en réalité beaucoup moins statique, l’idéologie des se (...)

18La potentielle influence des peuples rencontrés et considérés comme inférieurs est également une préoccupation d’Eliza Farnham, fervente défenseure de la Manifest Destiny18. Eliza Farnham s’inquiète des effets que l’atmosphère culturellement hybride de la frontière californienne pourrait avoir sur « l’esprit saxon », dont elle affirme clairement la supériorité. Elle déplore notamment un déclin moral de ce dernier, affectant les migrants sur différents plans (« decline in personal, social, and civil morality » ; Farnham, 1856 306), et une dégradation de ce qu’elle considère être la « race la plus noble au monde »19 : « The respect one feels for the noblest race on earth, does not mitigate the pain of witnessing its degradation in the same fields where inferior peoples have fallen »20 (Farnham, 1856 306). Elle fait ici référence aux autres populations présentes en Californie avant l’arrivée des « Saxons », principalement amérindiennes et hispaniques. Les discours sur la supériorité morale de la femme et son association à la sphère domestique prennent forme pendant une période d’extension massive du territoire américain qui voit se diffuser la doctrine de la Manifest Destiny. Eliza Farnham combine ces deux discours : la sphère domestique est présentée comme centrale dans ce processus de civilisation, et ses caractéristiques deviennent symboles de progrès et d’avancement de la civilisation sur la primitivité (Kaplan 183-184). Selon cette idéologie, la sphère domestique est stabilisatrice, une ancre au milieu des flux et de l’instabilité caractérisant la conquête de l’Ouest (185)21. La présence et l’influence de la femme se trouvent donc au cœur de l’évolution souhaitée de la Californie : le développement d’une société aux normes et aux mœurs anglo-saxonnes, qui ne serait pas influencée par des valeurs et des cultures jugées inférieures (Levy 149). La frontière est présentée par Eliza Farnham comme un défi pour l’esprit anglo-saxon, qui risque d’être contaminé par cette atmosphère vue comme corrompue, mais qui a également le potentiel de faire émerger la femme comme actrice majeure dans la stabilité morale de la société anglo-saxonne, à l’échelle de la Californie et du pays entier (Farnham, 1856 295). La réhabilitation de la Californie pourrait ainsi ouvrir la voie à une régénération de l’intégralité des États-Unis (Sorin). Dans California, In-doors and Out, Eliza Farnham appelle les femmes à se rendre dans les zones de frontière telles que la Californie, mais plus généralement partout où leur influence morale pourrait être utile : « Come to the country which is the home of those you are bound to adhere to and save, when they are ready to receive you » (Farnham, 1856 301). La femme est alors présentée comme un agent de la régénération, dont l’action salvatrice et purificatrice est capable de faire naître une nouvelle Amérique plus vertueuse.

Conclusion

19Le projet de civiliser la frontière grâce à la présence de femmes chrétiennes américaines d’Eliza Farnham n’est pas isolé : au cours des années 1840, Catharine Beecher tente de recruter des femmes qui accepteraient d’enseigner dans les zones récemment conquises de l’Ouest américain. Plus tard, en 1869, Catharine Beecher et sa soeur Harriet Beecher Stowe terminent leur ouvrage The American Woman’s Home en encourageant la formation de communautés chrétiennes gérées par des femmes afin d’américaniser et de christianiser les immigrés se trouvant sur tout le territoire américain. Elles font également appel au culte de la sphère domestique et à son potentiel civilisateur (Kaplan 190-191 ; Beecher et Stowe). Eliza Farnham réitèrera son projet d’accompagner des femmes dans l’Ouest. Elle enverra, par le biais de la Women’s Protective Emigration Society, plusieurs centaines de femmes en Illinois et en Indiana (Levy 158, 161). Dans California, In-doors and Out, elle s’exprime sur l’échec de son projet et met en cause la moralité trop corrompue de la Californie, présentée comme unique dans sa dégradation :

The guarantee required in this plan would have sufficed for almost any other country in Christendom; but the moral life of California is to the character what the seven-time heated furnace is to the ore of the metallurgist—only purity itself can come unwasted through it. (Farnham, 1856 25)

Les projets d’Eliza Farnham sont ancrés dans une idéologie claire, celle d’une femme dont l’action serait civilisatrice et purificatrice en raison de sa supériorité morale, s’inscrivant elle-même dans les discours de l’époque sur la nature supposée de la femme. Le projet de la Virginia Company n’étant pas rattaché à une telle idéologie, il est beaucoup plus utilitariste : il s’agit de garantir la survie de la plantation en y installant une société stable inspirée du modèle anglais. Si le projet est influencé par les théories de l’époque sur la famille et sur le genre, il n’en émane pas et il n’est pas non plus guidé par celles-ci. Cette dimension utopique, beaucoup moins pragmatique, du projet d’Eliza Farnham peut en partie expliquer son échec. Si l’initiative de la Virginia Company prend en compte les intérêts de tous les participants au projet (ceux des migrantes, des planteurs et de la colonie), l’organisation du projet Ship Angélique comme une œuvre de charité ne prend pas en compte l’intérêt des potentielles migrantes qui, au-delà de la satisfaction de participer à la domestication de la Californie, ne tirent pas grand profit de cette migration. Si cette satisfaction semble constituer une compensation suffisante pour Eliza Farnham (« To feel that one has saved a human spirit from degradation or ruin is a source of exquisite happiness » ; Farnham, 1856 23), la supériorité morale supposée de la femme n’a pas suffi à inciter les cent participantes attendues à partir pour la Californie.

20En raison de cette identification claire de la femme comme gardienne des mœurs et de la moralité au xixe siècle, la seule présence passive de femmes respectables est considérée comme une solution adaptée pour contrer la contamination morale de la sphère sociale californienne. Au contraire, au xviie siècle, la perception de la féminité reste assez ambivalente. La femme ne devait se voir assigner un rôle direct dans la régulation des mœurs qu’à partir de la fin du xviiie siècle, de sorte que la sphère d’action de la femme envisagée par la Virginia Company était restreinte à la cellule familiale. La présence de femmes est souhaitée non pas en raison de leur influence morale directe sur la société, mais parce qu’elles sont indispensables à la formation de familles, au développement et au maintien d’une colonie stable, basée sur le modèle anglais. L’influence prévue des femmes migrantes en Virginie n’est alors qu’indirecte.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON, Virginia. « Migrants and Motives: Religion and the Settlement of New England, 1630-1640 ». The New England Quarterly, vol. 58, 1985, p. 339‑383.

BEECHER, Catharine. The Duty of American Women to Their Country. New York : Harper & Brothers, 1845.

BEECHER, Catharine, et Harriet Beecher STOWE. The American Woman’s Home. New York : J.B. Ford, 1869.

BLOCH, Ruth. Gender and Morality in Anglo-American Culture, 1650-1800. Berkeley : University of California Press, 2003.

BROWN, Kathleen. Good Wives, Nasty Wenches, and Anxious Patriarchs: Gender, Race, and Power in Colonial Virginia. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1996.

« California Census of 1850 ». United States Census Bureau, 1850. www2.census.gov/library/publications/decennial/1850/1850a/1850a-47.pdf. Page consultée le 12 avril 2022.

COOK, Henry Lowell. « Maids for Wives ». The Virginia Magazine of History and Biography, vol. 50, n° 4, 1942, p. 300-320.

DAVIDSON, Cathy, et Jessamyn HATCHER. No More Separate Spheres! Durham, NC : Duke University Press, 2002.

DE BRUYN, Jan. « The Ideal Lady and the Rise of Feminism in Seventeenth-Century England ». Mosaic: A Journal for the Interdisciplinary Study of Literature, vol. 17, no 1, 1984, p. 19‑28.

DEGLER, Carl. At Odds: Women and the Family in America from the Revolution to the Present. Oxford : Oxford University Press, 1980.

FARNHAM, Eliza. California, In-doors and Out: Or, How We Farm, Mine, and Live Generally in the Golden State. New York : Dix, Edwards, 1856. archive.org/details/californiaindoo01farngoog. Page consultée le 12 avril 2022.

FARNHAM, Eliza. Ship Angelique: California Association of American Women. 1849. California Historical Society. digitallibrary.californiahistoricalsociety.org/object/2675. Page consultée le 12 avril 2022.

HERBERT, Christopher. « “Life’s Prizes Are by Labor Got”: Risk, Reward, and White Manliness in the California Gold Rush ». Pacific Historical Review, n° 3, 2011, p. 339-368.

HINE, Robert V., John Mack FARAGHER et Jon T. COLEMAN. The American West: A New Interpretive History. New Haven : Yale University Press, 2017.

HORN, James. Adapting to a New World: English Society in the Seventeenth-Century Chesapeake. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 2012.

HORWITZ, Allan V. The Logic of Social Control. New York : Springer Science & Business Media, 1990.

HOULEBROOKE, Ralph. The English Family, 1450-1700. New York : Routledge, 2014.

JOHNSON, Susan Lee. Roaring Camp: The Social World of the California Gold Rush. New York : W.W. Norton, 2001.

KAPLAN, Amy. « Manifest Domesticity ». 1998. No More Separate Spheres! Dir. Cathy N. Davidson et Jessamyn Hatcher. Durham, NC : Duke University Press, 2002, p. 183-208.

KERBER, Linda K. « Separate Spheres, Female Worlds, Woman’s Place: The Rhetoric of Women’s History ». The Journal of American History, vol. 75, n° 1, 1988, p. 9-39.

LASLETT, Barbara, et Johanna BRENNER. « Gender and Social Reproduction: Historical Perspectives ». Annual Review of Sociology, vol. 15, 1989, p. 381‑404.

LEVY, JoAnn. Unsettling the West, Eliza Farnham and Georgiana Bruce Kirby in Frontier California. Berkeley : Heyday Books, 2004.

LYSTRA, Karen. Searching the Heart: Women, Men, and Romantic Love in Nineteenth-Century America. New York : Oxford University Press, 1989.

MILLER, Leslie. « Uneasy Alliance: Women as Agents of Social Control ». The Canadian Journal of Sociology, vol. 12, n° 4, 1987, p. 345‑361.

MINTZ, Steven, et Susan KELLOGG. Domestic Revolutions: A Social History of American Family Life. New York : The Free Press, 1988.

POTTER, Jennifer. The Jamestown Brides: The Bartered Wives of the New World. Londres : Atlantic Books, 2018.

RANSOME, David. « Wives for Virginia, 1621 ». The William and Mary Quarterly, vol. 48, n° 1, 1991, p. 3-18.

RILEY, Glenda. Confronting Race: Women and Indians on the Frontier, 1815-1915. Albuquerque : University of New Mexico Press, 2004.

ROBERTS, Brian. American Alchemy: The California Gold Rush and Middle-Class Culture. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 2000.

SALTER, Mark. Barbarians and Civilization in International Relations. Londres : Pluto Press, 2002.

SHEEHAN, Bernard. Savagism and Civility: Indians and Englishmen in Colonial Virginia. Cambridge, UK : Cambridge University Press, 2009.

SMITS, David D. « “Abominable Mixture”: Toward the Repudiation of Anglo-Indian Intermarriage in Seventeenth-Century Virginia ». The Virginia Magazine of History and Biography, vol. 95, no 2, 1987, p. 157‑192.

SORIN, Claire. « In, Out, and Beyond: Dislocation, Contamination and the Redemptive Power of Womanhood in California, In-doors and Out by Eliza W. Farnham, 1856 ». Transatlantica, n° 1 | 2018. journals.openedition.org/transatlantica/12474. Page consultée le 12 avril 2022.

SPRUILL, Julia Cherry. Women’s Life and Work in the Southern Colonies. 1938. New York : W.W. Norton, 1998.

STONE, Lawrence. The Family, Sex and Marriage in England, 1500-1800. Londres : Weidenfeld & Nicolson, 1977.

Virginia Company of London, and Library of Congress. The Records of the Virginia Company of London, 1619-1622. Éd. Susan Kingsbury. Vol. 1, Washington: Government Printing Office, 1906. www.loc.gov/item/06035006/. Page consultée le 12 avril 2022.

Virginia Company of London, and Library of Congress. The Records of the Virginia Company of London, 1619-1624. Éd. Susan Kingsbury. Vol. 3, Washington: Government Printing Office, 1906. www.loc.gov/item/06035006/. Page consultée le 12 avril 2022.

WALBY, Sylvia. Theorizing Patriarchy. Oxford : Basil Blackwell, 1990.

WALSH, Margaret. « Women’s Place on the American Frontier ». Journal of American Studies, vol. 29, n° 2, 1995, p. 241‑255.

WAREING, John. Indentured Migration and the Servant Trade from London to America, 1618-1718. Oxford : Oxford University Press, 2016.

WARREN, Kim. « Separate Spheres: Analytical Persistence in United States Women’s History ». History Compass, vol. 5, n° 1, 2007, p. 262-77.

WELLS, Robert. Population of the British Colonies in America Before 1776: A Survey of Census Data. Princeton : Princeton University Press, 1975.

WELTER, Barbara. « The Cult of True Womanhood: 1820-1860 ». American Quarterly, vol. 18, no 2, 1966, p. 151‑74.

ZUG, Marcia. « Lonely Colonist Seeks Wife: The Forgotten History of America’s First Mail Order Brides ». Duke Journal of Gender Law & Policy, vol. 20, n° 1, 2012, p. 85‑125.

Haut de page

Notes

1 Les migrants ayant les moyens de payer la traversée de l’Atlantique se voient accorder des terres à leur arrivée par le système d’allocation de terre (headright system). Pour la majorité, cependant, le prix du trajet représente un obstacle majeur à la migration : le système de domesticité sous contrat (indentured servitude) leur permet de rembourser ce coût en travaillant, généralement quatre ans, en tant que servants.

2 Glenda Riley définit la frontière de la façon suivante : « geographical zones where two or more types of people met, with the members of one intent on subduing the other and imposing their government, economy, religions, and cultures on those aboriginal to the area » (7). Cette définition est appropriée pour qualifier à la fois la Californie du mitan du xixe siècle et la Virginie du xviisiècle. En effet, selon Hine, Faragher et Coleman « [t]he history of the frontier is a unifying American theme, for every part of the country was once a frontier, every region was once a West » (2017 11). Ils présentent le processus de conquête comme commun à toutes les régions des États-Unis, et soulignent la continuité entre la colonisation européenne et la conquête de l’Ouest. Le terme de frontière est donc applicable aux deux aires et aux deux périodes étudiées en raison de ce processus commun.

3 Elle écrit : « the presence of women would be one of the surest checks upon many of the evils that are apprehended there » (Farnham, 1849).

4 Le New York Tribune affiche notamment un soutien clair au projet (Levy 2-4). Eliza Farnham obtient le soutien de nombreuses personnalités éminentes dans différents domaines, notamment Henry Ward Beecher, Isaac Hopper, Benjamin F. Butler, John W. Edmonds et Horace Greeley (4).

5 En Oregon, par exemple, territoire également situé sur la côte Pacifique et dont la démographie a aussi été perturbée par des migrations à la même époque, les femmes représentent en 1850 38,46 % de la population (Walsh 147). De même, le ratio hommes/femmes des colonies de la Nouvelle Angleterre est, dans les années 1630, beaucoup plus équilibré, les femmes représentant 43,2 % de la population (Anderson 349). Le travail physique nécessaire à la culture du tabac et à l’extraction d’or est un des facteurs principaux menant à ce déséquilibre car il incite presque exclusivement des hommes à migrer. On souhaite en Virginie la présence de jeunes hommes capables de travailler dans les champs. Ces écarts sont également dus aux motivations économiques à l’origine des migrations vers la Californie et la Virginie : si la majorité des migrations vers des zones de frontière ont une dimension économique, la perspective de mobilité sociale constitue ici la principale motivation dans la décision de migrer. Ces perspectives d’ascension sociale rapide attirent presque exclusivement des hommes.

6 L’orthographe des écrits de la Virginia Company a été modernisée afin d’en faciliter la lecture.

7 Le terme maid a ici pour sens une jeune femme non mariée.

8 De plus, si en réalité le transport de criminels vers les colonies reste rare avant le xviiie siècle (Wareing 34), l’idée que les migrants rejoignant la Virginie au xviisiècle seraient des criminels se développe tout au long du siècle (Horn 275) et contribue à la réputation de la Virginie comme colonie aux mœurs corrompues.

9 Cette moyenne a été calculée à partir de l’âge donné par chaque participante, qui ne correspond pas forcément à leur âge réel. Allice Burges, transportée à bord du Marmaduke en 1621, déclare être âgée de 28 ans. D’après Jennifer Potter, elle avait en réalité 31 ans à l’époque (47-48).

10 À partir des années 1980, la métaphore des separate spheres est critiquée pour plusieurs raisons. Celle-ci ne serait pas assez inclusive, prenant en compte une partie trop restreinte de la population féminine américaine : les femmes blanches appartenant à la classe moyenne (Warren 264). D’autres lui reprochent d’être inexacte dans le sens où la limite entre la sphère privée et la sphère publique serait en réalité beaucoup plus poreuse, chaque sphère influençant inévitablement l’autre (Davidson et Hatcher 8). Si l’étude du xixe siècle sous l’angle des separate spheres a été, à juste titre, remise en question, le modèle que représente l’idéologie des separate spheres au cours du xixe siècle n’en est pas moins influent sur la population américaine de l’époque. Voir Lystra (130).

11 Cette image de la contamination de la Californie est récurrente dans les écrits d’Eliza Farnham. On trouve par exemple dans California, In-doors and Out la citation suivante : « She will feel, in the moral atmosphere which surrounds her, such taint, such infection, that she will scarcely hope to find the integrity and purity that would inspire trust » (156). Voir Sorin.

12 Pendant ses quatre ans en tant que directrice de la prison de Sing Sing, elle met l’accent sur la réhabilitation des détenues et mise sur la gentillesse plutôt que sur la sanction (Levy 9).

13 Si une majorité de forty niners croient en la nécessité de la présence en Californie de femmes provenant de l’Est des États-Unis, beaucoup se questionnent sur les potentiels effets négatifs de l’environnement californien sur ces femmes et leur esprit (Roberts 227-228). Les idéologies de l’époque sur la frontière américaine et sur la nature de la femme ont pour conséquence que la Californie est perçue comme un espace masculin, trop hostile, brutal et dangereux (physiquement et moralement) pour une femme imprégnée des mœurs et de la culture américaines du xixe siècle. C’est l’une des raisons pour lesquelles Eliza Farnham ne souhaite le départ que de femmes dotées de force morale, de courage et de volonté : des femmes capables de résister à cette corruption et de la contrer (Farnham, 1856 156).

14 Kathleen Brown applique dans son ouvrage ces modèles anglais à la Virginie : cette opposition prendra une dimension raciale au fil du siècle.

15 La Virginie est la première colonie anglaise à interdire les mariages interraciaux en 1691.

16 Cette dichotomie allait laisser place, au xviiie siècle, au schéma stadial, selon lequel les peuples sont répartis en fonction de leur degré de développement sociétal (Sheehan 3).

17 « L’Autre primitif » est divisé entre deux catégories : celle des « bons sauvages », symbolisant l’innocence originelle et les vertus qui lui sont associées, et celle des « ignobles sauvages », chez qui cette innocence devient immaturité, problématique car imprévisible. Ce mythe de « l’ignoble sauvage » servira à justifier le recours à la violence envers les Powhatans (Sheehan 6).

18 Eliza Farnham établit son rapport à la frontière dans son premier ouvrage sur sa vie dans l’Illinois, Life in Prairie Land, publié en 1846. Celui-ci signale son intérêt pour les zones de frontière et ses projets futurs pour l’Ouest américain.

19 Ce terme est utilisé dans son sens américain, mêlant couleur de peau, origine ethnique et culturelle.

20 Cette vision des peuples anglo-saxons est commune au xixe siècle.

21 Si selon Kaplan, la sphère domestique serait en réalité beaucoup moins statique, l’idéologie des separate spheres véhicule l’idée d’une sphère domestique stabilisatrice (185).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Marion, « La femme migrante comme agent de contrôle social dans le contexte de la frontière américaine. La Virginie au xviie siècle et la Californie à l’époque de la ruée vers l’or »Transatlantica [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 19 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19148 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19148

Haut de page

Auteur

Camille Marion

Université Grenoble Alpes, ILCEA4

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search