Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Actualité de la rechercheBiden Year 1

Actualité de la recherche

Biden Year 1

University of Chicago Center in Paris, 17 février 2022
Gauthier Simon

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La journée internationale d’études « Biden Year 1 », organisée le 17 février 2022 à University of Chicago Center in Paris et en ligne, s’est attelée à dresser un bilan de la première année de présidence de Joe Biden, à la suite du mandat conflictuel de son prédécesseur républicain. Au prisme des contraintes institutionnelles de l’exécutif états-unien, ce bilan multidisciplinaire, alliant droit, science politique, sociologie ou encore études anglophones, ambitionnait de traiter une échelle large de sujets, aussi bien des enjeux sociétaux que de politique extérieure.

Comment faire un bilan au bout d’un an

2Ouvrant le bal des communications, Nicolas Audignon a établi, par une approche de politique comparée, un parallèle entre les « 100 jours » de Franklin D. Roosevelt en 1933 et ceux de Joe Biden en 2021. Outre le fait de succéder à un républicain, les deux présidents démocrates ont dû faire face à une double crise, économique et démocratique. Véritable « fenêtre d’opportunités », ces 100 jours révèlent des tendances de l’administration Biden, malgré les contraintes institutionnelles, qu’elles soient formelles ou informelles. Car les objectifs du candidat Biden étaient ambitieux : plan d’investissement massif dans les infrastructures, American Families Plan pour lutter contre la précarité familiale, la reprise de l’Affordable Care Act (« Obamacare ») délaissé par Donald Trump, ou encore la réouverture rapide des écoles pour accélérer la sortie de pandémie. Si la crise sanitaire a progressivement laissé place à une reprise économique tonique, somme toute, des ombres parlementaires (dans l’adoption du Build Back Better), internationales (Afghanistan, Ukraine) et réformatrices (police, armes à feu) ternissent quelque peu le premier bilan de son leadership présidentiel.

3Hamed Jendoubi approfondit en interrogeant, toujours au prisme des contraintes institutionnelles, l’effectivité du pouvoir exécutif. Le titre de sa présentation, « It won’t be a bit like the army: The Biden Administration’s Response to the COVID‑19 Pandemic and the Limits of Executive Power », vient d’une remarque de Harry Truman à destination de son successeur, le militaire Dwight Eisenhower, sur la frustration que peut provoquer l’impuissance de la présidence américaine. L’universitaire identifie trois facteurs d’affaiblissement de la fonction exécutive, qui expliquent que la gestion de la crise sanitaire par l’administration Biden n’ait pas fait pencher la balance des pouvoirs vers l’exécutif, comme lors de la Seconde Guerre mondiale ou de l’après-11 septembre. Tout d’abord, par une concordance des temps (prévisible), le fédéralisme est un premier obstacle du pouvoir présidentiel, faisant (ré)apparaître des lignes de clivages traditionnelles entre federalist et anti‑federalist. Les deux autres facteurs marquent, en revanche, une discontinuité historique par rapport aux crises précédentes. D’une part, l’opinion publique, puisque l’effet « rally round the flag », constaté pendant la crise des missiles de Cuba, de la guerre du Golfe ou du 11 septembre, ne s’est pas transformé en « rally round the mask ». L’impopularité des mesures de la crise sanitaire n’ont en effet pas transcendé les clivages partisans. D’autre part, les Cours suprêmes constituent un dernier contre-pouvoir de l’exécutif. Alors que les périodes de crise les avaient incitées à laisser davantage de marge de manœuvre à l’administration fédérale, elles en ont décidé autrement lors de la crise du Covid‑19, comme l’atteste l’opposition de la Cour suprême à l’obligation vaccinale des employés fédéraux.

4Ainsi, ces deux premières présentations confirment que, depuis la Seconde Guerre mondiale, le président des États-Unis a (paradoxalement ?) davantage d’influence sur la politique extérieure qu’intérieure de son pays. Le passage de flambeau entre Donald Trump et Joe Biden dans la gestion de la pandémie démontre que les limites institutionnelles définissent davantage le pouvoir du président que son influence idéologique. Comment les dépasser ? Hamed Jendoubi suppose que Joe Biden aurait pu, à l’image de la rhétorique guerrière de son homologue français, invoquer la dimension internationale de la crise sanitaire pour pallier les limites institutionnelles de son pouvoir. On peut cependant douter de l’efficacité d’une telle mise en récit, au vu des enquêtes du Pew Research Center qui ne font que confirmer une polarisation croissante de l’opinion publique entre démocrates et républicains.

Politique extérieure du Moyen-Orient à l’Europe, une vraie fausse rupture avec Donald Trump ?

5Après des premiers exposés à l’échelle plus nationale et au prisme plus institutionnel, le volet international de la présidence Biden a été abordé. D’abord par la communication de Mary Fitzgerald, « Missing In Action? Biden and the Middle East » qui portait sur la politique extérieure au Moyen-Orient. Le mandat de Donald Trump a été marqué par une indulgence envers l’Arabie Saoudite de Mohamed ben Salmane, tranchant avec une attitude belliqueuse avec l’Iran et un isolement de l’autorité palestinienne. Le candidat Biden annonçait lui une priorité à la défense des droits humains et de la démocratie au Moyen-Orient. Cependant, la politique étrangère du président Biden est in fine plus proche d’une Realpolitik que de l’idéalisme affichée pendant sa campagne. Car même s’il a mis fin au soutien américain à la coalition saoudienne au Yémen, il a finalement refusé de sanctionner « MBS » après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, en plus d’accepter un statu quo en Syrie. La question est désormais de déterminer l’éventualité d’un printemps arabe « 2.0 » au regard de la faible progression des indicateurs démocratiques et socio-économiques au Moyen-Orient.

6Déplaçant le regard plus à l’ouest, Martin Quencez s’est ensuite focalisé sur les promesses de campagne de Joe Biden concernant le continent européen (« Biden and Europe: The Difficult Renewal of Transatlantic Relations »), où les opinions publiques étaient enthousiasmées par son élection. Si le président a refermé la parenthèse de conflictualité trumpienne, en rassurant les Européens sur l’OTAN et le Brexit, son tropisme pour l’Asie et sa politique étrangère du « fait accompli », sur le retrait d’Afghanistan ou la crise des sous-marins australiens, ont déçu les espoirs qu’il avait suscités chez les Européens. Sa popularité est à relativiser au vu de l’impopularité de son prédécesseur et du fait que les administrations démocrates ont généralement meilleure presse outre-Atlantique que les administrations républicaines, historiquement moins enclines à collaborer avec l’Union européenne.

7Si la crise des sous-marins, que la France a voulu, en vain, européaniser, a d’abord nuancé l’hypothèse d’une discontinuité entre les administrations Trump et Biden, il appartient à l’observateur des relations internationales de déterminer si la guerre en Ukraine a resserré les liens transatlantiques, contrairement aux attentes de Vladimir Poutine. Le tout dans une nouvelle ère de compétition exacerbée entre grandes puissances, où Russes et Chinois exercent une influence concurrente croissante.

L’administration Biden, un agenda politique clair sur les sujets sociétaux dans la tourmente

8De leur côté, les sujets sociétaux plaident plus clairement pour l’hypothèse de la rupture entre Trump et Biden. Pour des questions où la réflexion et les réponses juridiques dominent bien souvent les débats aux États-Unis, Michael Stambolis-Ruhstorfer a fait le choix d’une approche sociologique, qui facilite sans doute la compréhension de ces enjeux pour le néophyte. Sa présentation, « CRT & Queer Theory & Woke, Oh My! Moral Panics and Rightwing Politics in 2021 », prenait comme point de départ l’Executive Order 13950 (2020), dénonçant les « concepts diviseurs » et interdisant l’utilisation de « stéréotypes de race ou de sexe » par les employés fédéraux, que Joe Biden a très vite révoqué. Le flou définitionnel autour de ces notions s’inscrit dans un contexte de « panique morale », dont la fonction sociologique est de réaffirmer des valeurs fondamentales d’une société. Ressentie par les conservateurs états-uniens, elle se transpose juridiquement dans des États comme la Virginie et le New Hampshire, qui ont interdit aux enseignants d’employer des « concepts diviseurs ». Au-delà de la sphère juridique, les entrepreneurs de morale conservateurs, médias (Fox News), réseaux sociaux, think tanks (Heritage Foundation) ou élus, veillent à entretenir ce climat. D’autant plus que la « panique morale » ne se retrouve pas dans l’opinion publique, qui ignore, par exemple, ce qu’un concept comme Critical Race Theory recouvre. En somme, en prenant pour cibles les enseignants, les minorités sexuelles ou ethniques et, plus généralement, les progressistes, ces thématiques s’inscrivent dans l’agenda républicain de remobilisation d’un électorat conservateur et de fragilisation du camp démocrate. Confirmant l’idée d’une forte polarisation aux États-Unis, cette présentation a permis au non-spécialiste de ces questions d’avoir le versant conservateur des polémiques suscitées jusqu’en France par le très clivant « wokisme » américain, à propos d’un progressisme qui aurait perdu les pédales sur les sujets du racisme ou du genre.

9Ce à quoi tente de répondre, entre autres, l’agenda sociétal de Joe Biden sur l’égalité des genres, alors que la crise sanitaire a entraîné un retour des femmes vers les tâches domestiques (« she‑cession »). Dans son exposé, « Achieving Gender Equality: President Biden’s Plan for Women and Families », Amélie Ribeiras a montré comment le président s’appuyait sur son expérience de sénateur en la matière, sur le Violence Against Woman Act (1998), pour entreprendre des actions concrètes, l’American Families Plan sur la prise en charge de la garde d’enfants, et symboliques, par la nomination de Kamala Harris en vice-présidente. Ainsi, en janvier dernier, la Maison Blanche a affirmé sa détermination dans l’adoption de l’Equal Rights Amendment, malgré l’opposition affichée des sénateurs républicains. Désormais, pour l’acceptabilité de ce texte, deux options se dessinent : des alliances transpartisanes entre parents de bords politiques différents, ou la résurgence d’un conservatisme féminin (ou féminisme conservateur ?) plutôt élitiste visant à empêcher l’État de devenir une « Big Mama ». Il pourrait être intéressant dans une approche de politique comparée de faire le parallèle, ne serait-ce qu’en raison des histoires religieuses respectives des deux pays, entre la réapparition de ce féminisme conservateur aux États-Unis, influencé par un protestantisme puritain, et les travaux de la sociologue Magali Della Sudda sur « les nouvelles femmes de droite » en France dans les groupes catholiques conservateurs.

10Enfin, une dernière co-présentation des organisatrices Jennifer Merchant et Yvonne-Marie Rogez a abordé l’avortement à travers le respect de la vie privée (« Tethered or Not Tethered: Viability, Parental Autonomy and Reproductive Rights »). En effet, s’il s’est progressivement construit juridiquement, notamment par l’arrêt Roe v. Wade (1973), on observe, depuis les années 1980, une volonté de démantèlement juridique dans certains États, accélérée sous la présidence pro‑life de Trump. Aucune loi fédérale n’ayant encore légalisé l’avortement, la question d’une remise en cause d’autres droits (mariage homosexuel, techniques de reproduction) se pose clairement, en fonction de l’orientation progressiste ou conservatrice des prochaines Cours suprêmes. C’est à cet égard qu’il faudra suivre l’issue de l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization devant la Cour suprême, sur la constitutionnalité d’une loi de l'État du Mississippi de 2018 interdisant les avortements après 15 semaines de grossesse. Une fois publiés, les travaux de Jennifer Merchant et d’Yvonne-Marie Rogez pourront sans doute éclairer la décision à venir de la Cour suprême.

11Pour conclure, il est, comme souvent, délicat d’évoquer les limites d’une journée d’études aussi intéressante par sa diversité thématique et d’approches disciplinaires, toutes consacrées à un premier bilan de la présidence de Joe Biden. On pourra néanmoins évoquer le tropisme pour les sujets sociétaux, auxquels l’après-midi était intégralement consacrée, au détriment de la crise migratoire latente au sud du pays, qui devient une crise humanitaire à Del Rio (Texas) ; mais également de la politique environnementale d’un président qui, outre la création d’un Environmental Justice Advisory Council dédié à la justice environnementale, affiche le désir de remettre son pays dans le multilatéralisme de la diplomatie climatique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gauthier Simon, « Biden Year 1 »Transatlantica [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19249 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19249

Haut de page

Auteur

Gauthier Simon

Institut de Recherche Montesquieu (Université de Bordeaux)

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search