Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Actualité de la rechercheLe personnel et la représentation...

Actualité de la recherche

Le personnel et la représentation politiques : travailler sur les élu·e·s dans une perspective franco-américaine

Avignon Université, 31 mars et 1er avril 2022
Sean DeMoranville et Clara Sebastiani

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les 31 mars et 1er avril 2022, se sont déroulées à Avignon Université deux journées d’études consacrées à l’étude du personnel et de la représentation politiques dans une perspective comparative entre les États-Unis et la France. Ces journées d’études ont été organisées par Noémie Févrat (doctorante en science politique à Avignon Université) et Hugo Bouvard (post-doctorant à l’Université Paris-Est Créteil) et accueillies par le Laboratoire Biens, Normes, Contrats (LBNC) avec le soutien de Christèle Lagier (maîtresse de conférence en science politique à Avignon Université) et Guillaume Marrel (professeur de sociologie politique à Avignon Université). Elles affichaient une triple ambition. Premièrement, faire le point sur les travaux en cours ou récemment achevés sur le personnel politique états-unien. Deuxièmement, poser les bases d’échanges plus nombreux et plus durables entre chercheur·se·s d’horizons disciplinaires divers travaillant sur les problématiques liées directement ou indirectement aux élu·e·s et à la représentation politique. Enfin, contribuer à la réflexion méthodologique sur l’approche comparative, en particulier franco-américaine.

2Les journées se sont organisées autour de deux axes de réflexion. Le premier axe, intitulé « Sociographie du personnel politique états-unien », visait à s’interroger sur les caractéristiques, les trajectoires et les carrières du personnel politique. Le deuxième axe, « Élu·e·s et représentation politique », avait vocation à traiter des divers enjeux liés à la notion de représentation politique tels que les débats sur l’évolution des règles formelles de la démocratie représentative, la question de la représentation politique des intérêts sociaux mais aussi de l’articulation entre « représentation descriptive » et « représentation substantielle ». La grande variété des communications et des approches a permis d’amorcer un dialogue riche et intéressant, apportant de nouveaux éclairages sur les objets étudiés et soulevant de nouveaux questionnements à la fois théoriques et méthodologiques.

Trajectoires et carrières des élu·e·s

3La première journée était consacrée à un panel intitulé « Sociographie du personnel politique ». Celui-ci proposait une discussion autour des questions des différentes filières d’entrée en politique, d’accès au mandat, mais aussi des propriétés sociales des élu·e·s. Il invitait notamment à s’interroger sur une éventuelle diversification du personnel politique. Les communications ont été suivies par une discussion menée par Étienne Ollion (directeur de recherche au CNRS-CREST).

4La première communication de ce panel, proposée par Clément Petitjean (maître de conférence en études américaines à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avait pour objet la question des trajectoires et voies d’accès au Conseil municipal de la ville de Chicago, et en particulier celle des community organizers. Une analyse prosopographique menée sur les élu·e·s des trois dernières majorités au Conseil municipal de Chicago a fait apparaître des modes d’entrée en politique assez classiques (le champ politique, la fonction publique, le secteur privé, le secteur caritatif et / ou syndical). Mais elle a aussi mis en lumière le statut particulier de la filière du community organizing et les usages stratégiques qui en sont faits pour accéder aux mandats électifs. La récente augmentation de la proportion des anciens community organizers au sein du conseil interroge sur les facteurs qui font de cette profession une voie importante d’entrée dans le champ politique électoral : la proximité au politique, une identité valorisable ou encore le savoir-faire pouvant être réinvesti dans une campagne politique.

5Le panel s’est ensuite poursuivi avec l’intervention de Marie Ménard (doctorante en études du monde anglophone à l’Université Paris-Est Créteil) qui a présenté ses travaux de recherche sur la trajectoire politique des enseignant·e·s de l’Oklahoma à la suite du mouvement de grèves massif et inédit ayant eu lieu en 2018. L’enquête de terrain visait à interroger les raisons et les formes de ce nouvel engagement politique dans l’Oklahoma. Elle a fait apparaître un contexte particulier favorisant cette crise syndicale et politique : un financement des écoles très dépendant de l’État couplé à un désinvestissement croissant de ce dernier au profit des taxes locales, une législature de plus en plus conservatrice et extrêmement masculine, une baisse de la syndicalisation des enseignant·e·s y compris après les grèves, ainsi qu’un contexte législatif antisyndical réduisant la capacité d’action de ces derniers. Concernant les formes d’action, les entretiens menés ont fait ressortir le soutien d’un réseau féministe dans l’Oklahoma à ces enseignantes, ainsi que la continuité entre la dimension vocationnelle de leur profession (genrée) et leur engagement politique pour le bien commun.

6La troisième communication de ce panel, intitulée « A Rainbow Seat at the Table? Trajectoires et présentations de soi du personnel démocrate LGBTQ à New York, à l’ère de la “Résistance” Anti-Trump » a été présentée par Charlotte Thomas Hébert (doctorante en science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Hugo Bouvard. Cette mise en dialogue des deux thèses et de leurs enquêtes de terrain respectives a permis de mettre en avant à la fois un recrutement de plus en plus diversifié du personnel politique LGBT depuis quelques années, une compétition partisane accrue depuis 2016 au niveau des primaires ainsi qu’une mise en scène et en récit croissante des marqueurs minoritaires et des identités stratégiques en politique. Elle a également mis en évidence une forme de neutralisation politique des orientations sexuelles gaie et lesbienne qui ne paraissent plus constituer un marqueur automatique de « progressisme », contrairement aux décennies précédentes.

7Cette première journée s’est achevée avec la présentation de Samir Hadj Belgacem (maître de conférence en sociologie à l’Université Jean Monnet) autour des usages du concept de token et des pratiques de représentation politique des groupes minoritaires aux États-Unis. Utilisé depuis les années 1970, ce terme renvoie à la cooptation de quelques membres d’un groupe minoritaire pour justifier une politique inclusive sans pour autant donner une part significative du pouvoir à ce groupe. Après un retour sur les usages originels du concept par les mouvements féministes et les autrices des années 1970, Samir Hadj Belgacem a traité de son extension progressive aux minorités ethno-raciales. Le concept a notamment été mis en avant de manière positive par le mouvement pour les droits civiques, qui a pu parfois assimiler le tokenism à une conquête. Pendant les années 1980, le concept a été utilisé de manière plus récurrente pour l’analyse de la représentation des minorités en politique autour de travaux qui concernent le champ politique national. On a pu alors parler de « minorité symbolique », d’ « alibi minoritaire » ou encore de « faire-valoir ». Lorsque l’on tente de dresser à grands traits les axes qui utilisent ce concept de token, on retrouve des éléments sur les moyens de corriger ces inégalités de représentation, avec par exemple la question des quotas et les débats autour de leurs effets positifs et négatifs. À ces questions vient une nouvelle fois s’ajouter celle du décalage entre la volonté d’assurer une représentation descriptive des groupes minoritaires et la représentation substantielle de leurs intérêts qui est censée en découler.

L’atelier jeunes chercheur·se·s

8La deuxième journée a débuté par un atelier consacré à la présentation des travaux de recherche des doctorant·e·s en première année de thèse. Annis Ghemires (doctorant en science politique à l’Université Paris-Nanterre) a présenté sa thèse qui a pour objectif d’étudier dans une démarche comparative les assistants parlementaires à l’Assemblée nationale française et à la Chambre des représentants des États-Unis ainsi que leurs formes de mobilisation collective. Clara Sebastiani (doctorante en études du monde anglophone à l’Université Paris Cité) est revenue sur les prémisses de sa thèse qui, en s’appuyant sur l’étude de trois candidat·e·s progressistes new-yorkais·e·s récemment élu·e·s à la Chambre des représentants, vise à explorer les enjeux actuels du financement participatif de campagne aux États-Unis, dans un contexte de polarisation sociale et politique accrue et de renouveau de la gauche. Enfin, Sean DeMoranville (doctorant en études du monde anglophone à l’Université Sorbonne Nouvelle) a quant à lui présenté ses recherches doctorales qui s’intéressent à Bernie Sanders et à l’histoire du socialisme municipal à Burlington, dans le Vermont, et en particulier au processus de construction et de poursuite d’un projet politique contre-hégémonique dans le cadre municipal états-unien des années 1970 et 1980. Se sont ensuivis alors des échanges orientés vers des questions théoriques, méthodologiques, bibliographiques ou encore de démarche empirique.

Élu·e·s et représentation politique

9La journée s’est poursuivie avec un second panel qui a été l’occasion d’interroger, à des échelles différentes, les zones de tensions au cœur de diverses formes de représentation politique de part et d’autre de l’Atlantique. Il a donné lieu à une discussion menée par Aurélie Godet (maîtresse de conférence en histoire des États-Unis à l’Université de Nantes) et Frédéric Sawicki (professeur de science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

10Dans sa communication intitulée « Luttes et enjeux de la recodification temporelle des mandats : le cas des term limits depuis 1990 », Noémie Fevrat a ouvert le panel à partir d’une étude des débats sur la limitation de l’exercice des mandats électifs dans le temps (les term limits) depuis les années 1990. En s’appuyant sur une comparaison entre les propositions françaises à propos de la limitation du cumul des mandats parlementaires dans le temps et celles, en Californie, concernant les membres de la législature de l’État, elle s’est interrogée sur la construction de ces débats dans les espaces politiques français et états-unien. Elle a montré que les dispositions limitant le nombre de mandats consécutifs dans le temps n’ont pas toujours les effets escomptés par leurs partisan·e·s, notamment en termes de déprofessionnalisation de la représentation politique, de lutte contre la corruption ou encore de modernisation des institutions parlementaires. Elle a par ailleurs pointé l’étanchéité relative des débats français sur ces questions aux débats américains, et inversement.

11Les deux communications suivantes ont porté sur l’incorporation et la représentation politiques des Afro-Américain·e·s dans la période suivant l’entrée en vigueur des grandes lois sur les droits civiques et le droit de vote. À une échelle micro, Anissa Khamkham, (doctorante à l’Université Toulouse Jean Jaurès), dans son intervention, « “Mayor of every black in America” : représentation “descriptive” et représentation “substantielle” des élu·e·s africain·e·s américain·e·s de Caroline du Nord dans l’histoire du long mouvement pour la justice et l’égalité raciale », s’est intéressée à la figure d’Howard Nathaniel Lee, premier maire afro-américain de la ville de Chapel Hill, en Caroline du Nord, entre 1969 et 1975 et le rôle de la stratégie électorale dans le long mouvement pour l’égalité raciale. À travers l’étude de la trajectoire et des idées de Lee, elle a mis en exergue le « numéro d’équilibriste » auquel devaient se livrer les élu·e·s afro-américain·e·s comme défenseur·se·s de l’égalité et de la justice raciales et représentant·e·s responsables devant l’électorat général à la fois. Elle a ainsi invité à réfléchir aussi bien aux rapports entre élu·e·s et mouvements sociaux qu’aux tensions entre représentation descriptive et représentation substantielle qui touchent en particulier les groupes historiquement sous-représentés dans les institutions de la démocratie représentative.

12À un niveau meso, Marion Marchet (doctorante en histoire nord-américaine à Sorbonne Université), dans une communication intitulée « Incorporation et représentation politiques des Africain·e·s Américain·e·s dans la banlieue blanche du Midwest : Le pari universaliste avant Black Lives Matters (1981-2017) », s’est appliquée à analyser les dynamiques d’exclusion raciales à l’œuvre dans la ville d’Euclid, banlieue de Cleveland, dans l’Ohio et les tentatives de la population africaine-américaine qui s’y est installée à partir des années 1970 pour s’intégrer au champ politique local et accroître sa présence dans les institutions municipales dans un contexte de reflux progressif des mobilisations, de désindustrialisation et de « fuite des Blanc·he·s ». Elle a montré comment une idéologie universaliste imprégnée d’une forte volonté intégrationniste s’y est développée et répandue chez les candidat·e·s afro·américain·e·s, le plus souvent issu·e·s de la nouvelle classe moyenne noire, entre 1981 et 2017. Cette idéologie participait d’une « déracialisation » du discours politique qui minimisait l’importance de l’appartenance et des références raciales, les candidat·e·s africain·e·s-américain·e·s préférant dans l’ensemble se présenter comme citoyen·ne·s de banlieue soucieux·ses des intérêts de la ville tout entière et non uniquement ceux des Africain·e·s -Américain·e·s.

De nouvelles perspectives

13En conclusion, F. Sawicki a replacé les échanges et les questionnements dans un contexte épistémologique plus large. Il a notamment souligné le caractère novateur des communications présentées. En effet, à la différence des travaux antérieurs portant sur le personnel et la représentation politiques, qui tendaient à dresser un tableau fataliste mais non moins vrai d’un système politique fermé au service des intérêts de la classe et des groupes sociaux dominants et quasiment imperméable au changement, les interventions ont illustré qu’il n’est pas impossible pour certains groupes sociaux dominés ou certains individus issus de leur sein de forcer la porte des institutions de la démocratie représentative. Se posent alors deux questions majeures. La première consiste à savoir plus précisément dans quel(s) contexte(s), avec quelles stratégies, quelles ressources et quelles caractéristiques de tel·le·s candidat·e·s peuvent réussir ou non cette « entrée par effraction » dans le champ politique électoral. La seconde concerne tout particulièrement les difficultés que ces candidat·e·s rencontrent une fois élu·e·s, les réponses qu’ils et elles y apportent et le sens et la portée de leur engagement et de leurs actions au sein de ces institutions. Il a également rappelé l’importance de mener des études mettant le genre au cœur de l’analyse, ce qui constituerait un complément intéressant et utile aux communications présentées.

14La journée s’est clôturée par une invitation à poursuivre la réflexion sur les enjeux et les limites de l’approche comparative. Si la mise en regard permet en effet aux chercheur·se·s de saisir la singularité des cas étudiés tout en en faisant ressortir les régularités et de procéder à un décentrage bienvenu du regard, il n’en demeure pas moins nécessaire de s’interroger sur le pourquoi et comment de la comparaison. C’est pour ce travail de réflexion que ces journées d’études se sont efforcées d’ouvrir de nouvelles perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sean DeMoranville et Clara Sebastiani, « Le personnel et la représentation politiques : travailler sur les élu·e·s dans une perspective franco-américaine »Transatlantica [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19278

Haut de page

Auteurs

Sean DeMoranville

Université Sorbonne Nouvelle, CREW

Clara Sebastiani

Université Paris Cité, LARCA

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search