Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Actualité de la rechercheL’abondance et le manque

Actualité de la recherche

L’abondance et le manque

Université Bordeaux Montaigne, 17 et 18 février 2022
Rose Borel

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le colloque bilingue « L’abondance et le manque » a eu lieu les 17 et 18 février 2022, en ligne et à l’Université Bordeaux Montaigne. Organisé par des doctorant.es du laboratoire CLIMAS, il a donné la parole à des jeunes chercheurs.ses venu.es du monde entier pour explorer les thèmes de l’abondance et du manque. Ce couple de concepts opposés ouvre des pistes de réflexion variées. Il interroge notre rapport aux ressources et à la consommation, en accord avec les problématiques contemporaines de nos sociétés occidentales, caractérisées par la profusion de biens et les écarts de richesse. Cette thématique soulève également des questions littéraires et esthétiques : comment représenter l’abondance et le manque ? La traduction stylistique et formelle de ces deux extrêmes, entre écriture de la saturation et du vide, n’est pas sans conséquence sur la réception des œuvres. La majorité des communications a privilégié une approche littéraire, mais le prisme sociologique a également été utilisé. Les intervenant.es ont exploré plusieurs périodes historiques, ainsi qu’une variété de zones géographiques, depuis l’Australie jusqu’aux États-Unis en passant par le Mexique. Pour ce compte-rendu, seules les interventions en lien avec les États-Unis ont été retenues.

2La première journée s’est ouverte par une introduction de la directrice du laboratoire CLIMAS, Pascale Antolin (Université Bordeaux Montaigne), qui a proposé une réflexion sur l’acte de collectionner. Pour les collectionneurs, notamment ceux des œuvres de F. Scott Fitzgerald, l’accumulation d’objets est une tentative de combler un vide existentiel. Cependant, collectionner des êtres ou des choses ne permet jamais de tenir à distance l’angoisse de la mort.

3Cette dialectique du manque et de l’accumulation a ensuite été développée plus avant par les intervenant.es du premier atelier, intitulé « Entre le vide et le (trop) plein, le sens et ce qu’il en reste ». Mathilde Buliard (Université Bordeaux Montaigne) s’est intéressée à la démarche de l’auteur américain Daniel Mendelsohn dans son œuvre d’enquête Les Disparus (2007), où il part à la recherche de membres de sa famille morts pendant la Shoah. Confronté à l’absence de sépultures mais aussi au manque de récits et de souvenirs, l’auteur cherche des réponses. Il fait rapidement face à une abondance d’information, qui ne lui apporte pas de sentiment de complétude. Il n’accède à aucune vérité définitive, ce que la forme narrative retranscrit : l’auteur ne tranche pas entre les différentes versions qui lui sont données. Ainsi, malgré l’incapacité à retrouver une origine manquante, Mendelsohn atteint une forme d’apaisement grâce à l’écriture, qui lui permet d’ériger un tombeau littéraire.

4Hugo Jordan (Université Gustave Eiffel, Paris) s’est penché sur la représentation de l’abandon et de l’abondance dans l’œuvre cinématographique de Wes Anderson. Les films du cinéaste (Rushmore, La Famille Tenenbaum, La Vie aquatique, À bord du Darjeeling Limited ou encore Fantastic Mr. Fox) sont presque systématiquement marqués par une perte initiale, qu’il s’agisse de la mort d’un être cher ou de la disparition de la jeunesse et du bonheur. Véritable moteur narratif, la perte entraîne des réactions opposées chez les personnages, qui oscillent entre hyperactivité et apathie. En collectionnant des objets, ils cherchent souvent à retrouver une abondance rassurante. Cependant, ces réactions ne permettent pas de panser leurs plaies, puisque seul l’élargissement final de la famille peut mettre fin au manque. La famille d’élection, enrichie de nouveaux personnages sans liens de sang, déborde alors du cadre dans une forme d’excès harmonieux.

5Pour ouvrir l’atelier suivant, « Cheminements spirituels en réponse au manque », Kayla Krut (Université de Californie à Santa Cruz, États-Unis) a analysé les méditations contemplatives de John Ashbery dans le poème « The One Thing That Can Save America », tiré du recueil Self-Portraits in a Convex Mirror (1975). Le « je » lyrique se demande où trouver la source du salut, à la fois individuel et collectif, dans une société étouffée par la surabondance. Aucune réponse ne satisfait ses doutes existentiels. Toutefois, le poème se clôt sur une acceptation apaisée du mystère. Bien qu’Ashbery ne soit pas traditionnellement considéré comme un poète spirituel, l’intervenante a établi un parallèle entre le cheminement tracé par le poème et les principes de la philosophie mystique, notamment incarnée par Maître Eckhart. Le théologien allemand de la fin du xiiie siècle invite à un mouvement de va-et-vient, dans lequel le croyant peut se détacher de lui-même pour atteindre l’union avec Dieu. Le poème d’Ashbery offre un moment d’harmonie similaire entre le « je » lyrique et le divin.

6Caroline Hildebrandt (École normale supérieure de Lyon) s’est ensuite attachée à étudier le cheminement spirituel des personnages du poème épique Clarel (1876) de Herman Melville. Les personnages de Clarel sont des pèlerins qui partent de Jérusalem, passent par le désert, puis rejoignent Bethléem, avant de revenir à Jérusalem sans trouver de réponse satisfaisante à leurs doutes. Le poème trace une cartographie de la Terre sainte, qui apparaît comme un lieu désolé (« wasteland »), abandonné par le Christ, où les traditions ont perdu leur signification. Les religions orthodoxes (le christianisme doloriste ou le protestantisme millénariste) sont présentées comme extrêmes et peu enclines à la tolérance ; les religions hétérodoxes (l’hédonisme et l’Islam) ont elles aussi des limites. La spiritualité enseignée dans le bouddhisme semble être le seul moyen de fonder une nouvelle vision du monde et de décentrer le regard. L’intervenante s’appuie sur l’herméneutique du théologien allemand Rudolf Bultmann. Sa vision existentielle de l’histoire (« Geschichte »), vue non pas comme une science objective mais comme un guide, souligne l’importance de la responsabilité des hommes, qui agissent en fonction de leur vision du monde (« Weltanschauung »). Hildebrandt défend le concept de « messianisme poétique » pour désigner la manière dont Melville annonce une nouvelle Weltanschauung dans cette œuvre.

7Meg Johnsen Ducom (Université Bordeaux Montaigne) a conclu l’atelier en discutant de la crise morale qui a lieu aux États-Unis et à laquelle le révérend William Barber tente de répondre. La société américaine contemporaine est marquée par des écarts spectaculaires de richesses. La crise économique et sociale est également morale, selon le révérend Barber. En réponse à cette situation, ce dernier fonde le mouvement « Poor People’s Campaign », reprenant le nom de l’initiative créée en 1968 par Martin Luther King. Barber identifie cinq maux engendrés par la crise morale : la pauvreté systémique, le racisme systémique, la destruction écologique, l’économie de guerre et le nationalisme religieux. Barber témoigne de la proximité qui existe entre politique et religion aux États-Unis, ainsi que de la tradition de l’engagement de pasteurs noirs en faveur de la justice sociale. Le mouvement de Barber a gagné en popularité, notamment grâce au principe de coalition prôné par Martin Luther King (« fusion politics »). Les médias lui donnent régulièrement la parole et le Président Joe Biden l’a choisi pour la prière inaugurale de janvier 2020.

8Virginia Allen-Terry Sherman (Université Grenoble Alpes) a été invitée pour donner une conférence plénière intitulée : « The Question of Taste in the Opposition of Scarcity and Abundance in Diasporic Food Memoirs: a Study of Dignity, Authenticity and Equilibrium ». Le genre hybride du mémoire culinaire (« culinary memoir »), encore peu étudié, aborde les thèmes de l’identité culturelle, du déracinement et de la communauté. Ce genre autobiographique explore le rapport au manque et à l’abondance d’auteur.rices ayant émigré aux États-Unis, souvent dans le but de fuir la pauvreté. Le goût n’est pas l’apanage des populations aisées : les mémoires culinaires témoignent de la recherche de saveur et de sophistication par les communautés les plus défavorisées. Le goût devient un symbole de dignité humaine, un signe d’authenticité et de recherche esthétique. De plus, cuisiner permet de conserver un lien fondamental avec le pays natal. L’intervenante s’appuie principalement sur l’analyse de six mémoires culinaires : The Language of Baklava (2005) de Diana Abu-Jaber, Pig Tails ’n’ Breadfruit (1999) d’Austin Clarke, Crazy in the Kitchen (2004) de Louise DeSalvo, Miriam’s Kitchen (1997) d’Elizabeth Ehrlich, Bento Box in the Heartland (2006) de Linda Furiya et Daughter of Heaven (2005) de Leslie Li. Les représentations narratives du manque et de l’abondance sont ambiguës : le manque n’est pas toujours présenté négativement, il favorise même la recherche du goût, voire la création artistique. Mais la nourriture traditionnelle peut être un obstacle à l’assimilation dans la société d’abondance américaine, dont la cuisine est parfois indigeste. Enfin, pour des familles ayant subi des traumatismes comme l’esclavage ou l’Holocauste, cuisiner des recettes traditionnelles est un acte salvateur. Le goût, source de survie et d’assimilation, touche ainsi à la condition humaine. Même dans la privation, les êtres humains recherchent la saveur, donnant naissance à une impression d’abondance.

9La deuxième journée s’est ouverte par l’atelier « Dire les choses, saisir les choses : surconsommation et dépossession ». Audrey Ducaffy (Université Sorbonne Nouvelle) a proposé une approche sociologique de la consommation. Depuis les années 1920 jusqu’à aujourd’hui, la société d’abondance étasunienne encourage sans cesse de nouveaux besoins et pousse à la surconsommation. Depuis quelques années, on remarque un mouvement de désintermédiation (Over-The-Counter, OTC) – c’est-à-dire la suppression d’échelons entre le consommateur et le producteur – au nom du principe de liberté du consommateur. La désintermédiation redéfinit le rapport au manque et à l’abondance. La réduction du nombre d’intermédiaires entraîne une baisse des prix, mais aussi une déréglementation et une opacité de l’information. On constate également un décloisonnement dangereux des marchés et une logique de consommation transgressive, par exemple lorsque des médicaments en libre accès sont utilisés dans un but détourné. Face à la suppression massive des intermédiaires, de nouvelles formes de réintermédiation émergent, comme les réseaux sociaux ou les communautés de marques.

10La contribution de Lizarlett Flores Diaz (Université Bordeaux Montaigne) a exploré la proposition esthétique de la précarité dans le roman The Story of My Teeth (traduit de l’espagnol en 2015) de Valeria Luiselli. L’autrice mexicaine est une des voix les plus importantes de la littérature contemporaine, elle joue avec différents genres et manifeste un intérêt expérimental pour l’intermédialité. Ainsi, The Story of My Teeth, véritable livre objet, est caractérisé par la multiplicité des médias : le texte s’accompagne notamment de photos tirées de Google Maps. Commanditée par la fondation Jumex pour l’art contemporain, l’œuvre est écrite en collaboration avec des ouvriers de l’usine Jumex à Ecatepec, banlieue industrielle de Mexico. Le roman explore les relations entre ouvriers et artistes, art et espace périphérique. Ecatepec est saturée de références culturelles populaires – notamment les noms de rues ou de personnages – vidées de leur substance. Dans une esthétique baroque, cet espace périphérique devient le décor d’une grande épopée où les discours culturels issus de la mondialisation s’enrichissent et se contredisent.

11David Latour (Université d’Orléans) a ouvert l’atelier « Écopoétique, représentation de la nature » avec une communication intitulée « La Route de Cormac McCarthy : le désert ou la nature in abstentia ». Dans ce roman américain paru en 2006, la fin du monde a eu lieu mais aucune origine précise n’est donnée à l’apocalypse. Les deux protagonistes traversent le désert américain, symbole de l’absence du monde d’avant et miroir de leur paysage intérieur désolé. Les traces de la nature persistent même après sa disparition, en négatif. Les paysages indifférenciables se caractérisent par l’austérité, la couleur grise et l’absence de luminosité. La nature cadavérique ne sert plus les intérêts des hommes, nulle vie organique ne survit dans ces paysages de mort. Dans cette nature absente, les personnages sont mus par l’énergie du désespoir. Malgré la fin de la pastorale américaine, la figure christique du personnage du fils laisse tout de même entrevoir la possibilité d’un avenir.

12Rose Borel (Université Bordeaux Montaigne) a clôturé cet atelier en discutant de la représentation de la nature dans True at First Light (1991) d’Ernest Hemingway. Ce récit publié à titre posthume s’appuie sur un voyage effectué par l’auteur et sa femme Mary en Afrique de l’Est en 1953-4. Les paysages kenyans sont décrits comme une terre d’abondance où hommes et animaux vivent en harmonie. Le narrateur condamne la présence des occidentaux en Afrique, il souhaite se distinguer de leur consumérisme et de leur domination politique. Plutôt que l’abondance, le narrateur valorise la rareté, le manque et la maîtrise. Il prône une philosophie de la mesure, selon laquelle rien ne doit être gâché, ni les ressources, ni le temps. Il se veut proche de la population locale Wakamba, aux valeurs et aux comportements jugés plus originaires que ceux de la civilisation occidentale. L’éloge du contrôle trouve une traduction stylistique dans une prose mesurée. Cependant, le texte trahit une fascination pour la dépense improductive, notamment dans les scènes de banquet et de festivités, censées renforcer la communauté. L’auteur tente de redéfinir le gaspillage comme une expérience productrice de lien social.

13Dans le cadre de l’atelier « Poétique et politique de l'abondance et du manque dans l'écriture féminine », Tony Nfane Ondo (Université Bordeaux Montaigne) a étudié l’esthétique de la mesure et de la démesure dans le roman Lucy (1990) de Jamaica Kincaid, romancière américano-antiguaise. L’héroïne éponyme quitte Antigua pour échapper à l’oppression de la culture coloniale. Devenue fille au pair aux États-Unis, elle doit se conformer à la culture dominante américaine hégémonique. Elle s’autorise finalement à transgresser les codes qui lui sont imposés, grâce à des stratégies de lutte. Sa démesure vient briser les normes établies et les discours porteurs de domination, symboles d’ordre et de mesure. Lucy est une dénonciation de l’impérialisme britannique mais aussi de l’hégémonisme culturel américain qui impose ses normes aux femmes caribéennes exilées aux États-Unis. Le roman expose également les hiérarchisations des identités sexuelles et de genre, qui réduisent les femmes au silence et présentent l’hétérosexualité comme le seul modèle possible.

14Méliné Kasparian-Le Fèvre (Université Bordeaux Montaigne) a clos cet atelier en se penchant sur l’écriture politique et sentimentale de la faim chez Ana Castillo, autrice chicana. La faim est à la fois un enjeu central et une arme politique pour le mouvement chicano des années 1960. La littérature de la faim dénonce la marginalisation économique subie par les Chicanos, en particulier par les femmes. La poétesse Ana Castillo a elle-même connu l’expérience indélébile de la pauvreté. Dans « Recipes for a Welfare Mother » et « Dear Pope: Open Letter from the Americas », tirés du recueil I Ask the Impossible (2001), elle explore l’expérience de la faim pour des sujets féminins qui portent la responsabilité du care, soit celle de nourrir et protéger leurs proches. Le premier poème apparaît comme une anti-recette qui dénonce les conséquences de la pauvreté dans la chair même des femmes. Le deuxième poème rend leur dignité aux femmes qui se prostituent afin de préserver leur vie et celle de leurs proches. Menacées par la faim et par la violence de genre, ces femmes apparaissent comme des héroïnes qui suscitent l’empathie du lecteur. L’écriture de Castillo fait écho à la littérature du care (Sandra Laugier), qui donne à entendre des voix négligées et qui lutte contre l’individualisme. 

15Can Cakir (Université de Münster, Allemagne) a ouvert le dernier atelier, intitulé « Utopies, dystopies et réinventions ». Il a proposé une analyse de l’utopie comme médiation entre l’abondance et le manque dans le roman Walkaway (2017) de l’auteur canado-britannique Cory Doctorow. L’utopie, à la fois comme méthode politique et forme narrative, permet de dénoncer les relations conflictuelles entre manque et abondance. Walkaway se déroule dans une société de surveillance dystopique dirigée par une élite. Cependant, grâce aux nouvelles technologies, des communautés décentralisées ont la possibilité de quitter (« to walkaway ») le système par défaut (« Default »). En organisant différemment la société, notamment grâce à une économie du don, le manque de ressources est résolu. Cependant, les groupes utopiques doivent lutter contre la création de nouvelles hiérarchies. Aucune philosophie ne domine les autres, chaque walkaway peut suivre ses propres principes idéologiques, ce qui reflète la multiplicité des alternatives que le genre de l’utopie peut offrir.

16Cet atelier s’est poursuivi avec l’intervention de Zsofia Novak (Université de Debrecen, Hongrie), portant sur l’abondance et le manque linguistiques dans Oryx and Crake (2003) de l’autrice canadienne Margaret Atwood, et dans la série de romans intitulée The Dancers at the End of Time (1972-81), de l’auteur anglais Michael John Moorcock. Les deux œuvres présentent un mélange d’éléments utopiques et dystopiques. Les auteurs mettent en scène des personnages humains et post-humains, entre qui la communication pose des problèmes linguistiques et métaphysiques. Les romans questionnent l’idée de décadence et de primitivisme, offrant un décentrement du regard et un examen de nos valeurs. Ils remettent en cause l’anthropocentrisme et le logocentrisme, afin de proposer une ontologie post-humaniste.

17Pour conclure cette journée et ce colloque, Lisa Haristoy (Université de Bretagne occidentale) s’est concentrée sur le rationnement et la rationalisation des émotions dans la fiction spéculative (éco)féministe contemporaine. Son analyse se fonde sur l’étude de The Stone Gods (2007) de la romancière britannique Jeanette Winterson, The Book of Joan (2017) de l’américaine Lidia Yuknavitch et The Water Cure (2018) de la britannique Sophie Mackintosh. L’intervenante explore la tension entre l’apparent appauvrissement émotionnel dénoncé par les romans et le foisonnement du discours sur les émotions. Les œuvres donnent à voir le même contrôle dystopique des émotions, qui passe par la répression et la rationalisation. Mais les sentiments débordent du corps et ne se laissent jamais canaliser. Ils deviennent une stratégie de résistance face à la logique patriarcale et économique. L’éthique du care, théorisée par Carol Gilligan, rappelle que le régime émotionnel des femmes a été fondé sur la compassion et le relationnel. Les protagonistes des romans valorisent progressivement leurs activités de care, dans un mouvement de résistance féministe. Le care est enrichi par la colère, facteur de sororité et de rébellion pour les personnages féminins.

18À la suite du colloque, toutes les interventions ont été postées sur la chaîne Youtube de l’Université Bordeaux Montaigne (sauf celles de David Latour et Kayla Krut, présentées sur Zoom). La publication des articles issus des communications est prévue dans la revue électronique Leaves du laboratoire CLIMAS. Pour plus d’informations sur l’événement, veuillez consulter le site internet du colloque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Borel, « L’abondance et le manque »Transatlantica [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19290 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19290

Haut de page

Auteur

Rose Borel

Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search