Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2RecensionsShelby Foote, Bart le magnifique,...

Recensions

Shelby Foote, Bart le magnifique, traduit de l’anglais par Paul Carmignani

Aurélie Guillain
Référence(s) :

Shelby Foote, Bart le magnifique, traduit de l’anglais par Paul Carmignani, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2022, 424 p., ISBN ; 978-2-7288-0757-4, 25,00€.

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Publié en français sous le titre Tourbillon, traduit par Maurice-Edgar Coindreau et Hervé Belkiri-D (...)
  • 2 Publié en français sous le titre L'Amour en saison sèche, traduit par Paul Carmignani, Éditions rue (...)
  • 3 Publié en français sous le titre Shiloh, traduit par Olivier Deparis, Paris, Rivages, 2019.
  • 4 Publié en français sous le titre L'Enfant de la fièvre, traduit de l'anglais par Maurice-Edgar Coin (...)
  • 5 Publié en français sous le titre September, September dans la traduction par Jane Filion révisée pa (...)
  • 6 Publié en français sous le titre Bart le magnifique, traduit de l’anglais par Paul Carmignani, Pari (...)

1Shelby Foote (1916-2005), né à Greenville, Mississippi, a publié une histoire de la guerre de Sécession en trois volumes, The Civil War: A Narrative (1958-1974), dont le sous-titre dit toute l’importance que revêt chez lui le travail de mise en récit, voire de mise en intrigue, dans la tâche de l’historien. Foote est également l’auteur de cinq romans et d’un recueil de nouvelles où il aborde l’histoire du Sud des États-Unis sous l’angle de la fiction : Tournament (1949), Follow Me Down (1950)1, Love in a Dry Season (1951)2, Shiloh (1952)3, Jordan County: A Landscape in Narrative (1954)4, September September (1978)5. Paul Carmignani, universitaire spécialiste de l’œuvre de Shelby Foote, publie aujourd’hui la traduction française de Tournament6, le premier roman de cet auteur et le seul qui, jusqu’à présent, n’avait pas été traduit pour le public francophone.

2Carmignani signe une belle traduction qui fait justice à la fois aux scènes humoristiques et aux passages lyriques. Elle est suivie de notes explicatives qui éclairent, de façon constamment utile, les références aux contextes historique et culturel du Sud des États-Unis entre 1877 et 1917. Enfin, une excellente postface, qui mobilise la théorie psychanalytique aussi bien que l’histoire littéraire, montre en quoi Tournament fonctionne à la fois comme l’espace d’une affiliation à une tradition littéraire et comme le lieu d’un auto-engendrement de l’écrivain à travers son texte. Mais avant de revenir au contenu de cette postface, il convient d’évoquer brièvement l’intérêt que représentait la traduction de ce roman resté si longtemps inaccessible au public francophone.

3Pour rendre le titre américain, Tournament, qui évoque les tournois de poker dont le protagoniste est friand mais aussi les joutes médiévales symbolisant l’ethos aristocratique qu’il rêve d’incarner, le traducteur a fait le choix ingénieux d’un titre plus évocateur en français : Bart le magnifique, en écho au célèbre Gatsby le magnifique. Au seuil du texte, le titre français nous pointe donc un air de famille entre le Bart de Shelby Foote et le Gatsby de Francis S. Fitzgerald, qui représentent chacun à sa manière, à des époques et en des lieux différents, le mythe du self-made man. Ce titre suggère également qu’à l’instar de Nick Carraway, le narrateur du roman de Foote a assisté, fasciné, aux derniers mois d’un individu remarquable et qu’il s’est chargé pieusement, après sa disparition, d’ériger à ce mort un tombeau immatériel : le texte que nous avons sous les yeux. En effet, Asa, le petit-fils de Hugh Bart, ouvre et referme le livre avec deux courts récits à la première personne où il dévoile les deux sources qu’il a utilisées pour reconstituer la vie de son grand-père : d’une part, les récits de l’intarissable Billy Boy, le plus vieux et le plus fidèle des serviteurs de Bart, dont les anecdotes sont le matériau principal de sa biographie ; d’autre part, l’unique souvenir de première main qu’Asa enfant ait gardé de son grand-père mourant, quand le vieil homme lui a révélé le sentiment qui a coloré sa vie entière : « Les quatre murs autour de moi ont disparu et le toit au-dessus de ma tête. Je suis dans les ténèbres, seul » (372).

4Même si la biographie de Bart le magnifique se déploie sous la forme d’un récit à la troisième personne, elle garde la trace de ces deux voix originelles : la lamentation poignante d’un homme qui se sait seul, la voix comique et vernaculaire de Billy Boy. Implicitement, c’est de Billy Boy, et de la tradition orale qu’il représente, que le roman tient sa structure épisodique : les anecdotes frappantes, souvent humoristiques, s’y succèdent sans véritable trame d’ensemble et dressent comme au fil de l’eau un tableau doux-amer de l’existence des notables du Sud entre la Reconstruction et la Première Guerre mondiale. Les anecdotes truculentes ou attendrissantes se succèdent pour illustrer l’aisance parfaite avec laquelle le protagoniste endosse le rôle du planteur, travailleur infatigable et homme d’honneur : parti de rien, Hugh Bart, fils d’un petit paysan pauvre du Mississippi, se fait tout seul. Il achète une plantation (fatidiquement nommée Solitaire) pendant la période de la Reconstruction. Puis il y fait tranquillement fortune tout en s’efforçant de demeurer fidèle à ce qui est, à ses yeux, l’éthique aristocratique du « Cavalier » sudiste, alors même que la financiarisation croissante de l’économie du Sud le rend dépendant des banques et le contrarie dans l’application des valeurs agrariennes auxquelles il s’identifie : témoin cet épisode où Bart investit une partie de son capital dans une affaire commerciale mais finit par retirer sa mise, scandalisé, lorsqu’il s’avise que le banquier en charge de son portefeuille a poussé un débiteur au suicide. Témoins également ces épisodes où Bart vend sa plantation pour vivre de ses rentes dans la petite ville de Bristol, mais perd sa fortune lorsque sa banque fait faillite. Bart est l’incarnation d’une figure appartenant déjà au passé, organiquement liée à un type d’économie agricole que l’évolution du capitalisme et les progrès technologiques du début du vingtième siècle ont déjà rendue obsolète.

5Ce notable est dépeint avec sympathie, presque avec tendresse, et pourtant le texte de Shelby Foote est dénué de toute nostalgie réactionnaire. Même si la représentation des relations entre planteur blanc et métayers noirs à Solitaire peut paraître idéalisée, du moins à première vue, il est remarquable que la fortune de Hugh Bart soit bâtie dans un premier temps sur le travail presque gratuit d’une cohorte de forçats, et que l’ombre de cette extorsion originelle pèse sur la maisonnée comme une malédiction, lorsque les chutes littérales ou métaphoriques s’accumulent : dégringolade financière, chute du toit qui rend son fils Clive invalide, chute de l’échelle où Bart est terrassé par sa dernière crise cardiaque. Shelby Foote parvient à peindre un portrait attachant d’un notable sudiste tout en inscrivant sa maisonnée dans la longue lignée littéraire de ces demeures bâties sur une iniquité première, de la House of Usher de Poe à la Dark House de Absalom, Absalom ! chez Faulkner et dont la fragilité physique métaphorise l’effondrement moral autant que l’effritement économique.

6De plus, si Bart le magnifique est un personnage caractérisé par son aisance dans le domaine des relations sociales que viennent symboliser les parties de chasse et de poker, ce « naturel » parfait n’en est pas moins présenté comme une manière d’habiter un rôle social. Par intermittences, affleure le sentiment de solitude radicale qui s’exprimera de manière poignante dans ses ultimes paroles, qui seront aussi les derniers mots du roman : « Je suis dans les ténèbres, seul » (372). L’angoisse existentielle se fait jour de manière fugace au détour des épisodes les plus héroïques ou les plus burlesques, ouvrant brusquement dans le jeu social l’espace d’un abîme dont on devine que, comme le soleil ou la mort, il ne faudrait pas le contempler trop longuement : ainsi, quand un moment de chaleureuse camaraderie entre Bart et son fils s’esquisse mais que ce bonheur lui apparaît l’instant d’après comme une illusion stérile, ou quand l’expression soudaine du désir physique chez son épouse inspire à Bart désarroi et incompréhension muette, ou quand, après sa chute accidentelle du toit, le fils de Clive est pris d’une inexplicable terreur devant lui. La vie de famille semble alors, dans ces moments de surprise médusée, se résumer à un fragile équilibre entre des étrangers qui ne peuvent cohabiter pacifiquement qu’à condition de passer sous silence leurs aspirations ou la crainte qu’ils s’inspirent mutuellement. On sent que, dès son premier roman, Shelby Foote a su lier une chronique historique du Sud rural à une évocation de la solitude qui résonne fortement avec celle d’Addie Bundren dans As I Lay Dying de Faulkner (1930), ou avec l’isolement perceptif et existentiel qui s’exprime dans « A Memory » de Welty (1937) ou dans The Heart is a Lonely Hunter de McCullers (1940). Il était d’autant plus nécessaire de traduire en français le premier roman de Foote que ce texte était déjà, à bien des égards, un coup de maître.

7Comme le souligne Paul Carmignani dans sa postface, ce roman est le lieu symbolique où l’écrivain affirme son rôle de père du texte tout en reconnaissant un ensemble de filiations littéraires. Certaines d’entre elles sont explicitement citées dans la préface (également traduite dans cette édition) que Foote écrivit en 1986, à l’occasion de la réédition tardive du roman aux États-Unis. Sans surprise, Foote évoque l’influence de Thomas Wolfe, auteur de Of Time and the River (1935), roman d’éducation qui influença nombre de jeunes écrivains américains par son lyrisme exubérant mêlé de méditations philosophiques ; Foote y mentionne également James Joyce et, bien sûr, William Faulkner. Il est flagrant que le Yoknapatawpha, le comté fictif de Faulkner, a servi de patron à la création de Jordan County dans la fiction de Foote ; Carmignani souligne aussi, à juste titre, que l’évocation chez Faulkner d’ancêtres lointains et glorieux au regard de qui les pères réels ne sont que de falotes silhouettes sans envergure a pu inspirer dans Bart le magnifique l’imposante figure absente du grand-père d’Asa, en comparaison duquel le père bien présent semble un pantin dépourvu de volonté, voué à une mort absurde. Carmignani montre néanmoins, en s’appuyant sur la préface de l’auteur mais aussi sur une interprétation freudienne du processus de la création littéraire, comment l’esthétique proustienne de la révélation d’après-coup, où l’unité d’une vie n’est jamais perceptible qu’à travers l’acte créateur de la remémoration et de la ré-interprétation, a sans doute été l’influence littéraire la plus cruciale, dans le sens où elle a permis à Foote à la fois de s’inscrire dans un rapport de filiation entièrement assumé avec l’œuvre de Faulkner et de faire entendre sa voix propre.

Haut de page

Notes

1 Publié en français sous le titre Tourbillon, traduit par Maurice-Edgar Coindreau et Hervé Belkiri-Deluen, Paris, Gallimard, 1978, 2006.

2 Publié en français sous le titre L'Amour en saison sèche, traduit par Paul Carmignani, Éditions rue d'Ulm, 2019.

3 Publié en français sous le titre Shiloh, traduit par Olivier Deparis, Paris, Rivages, 2019.

4 Publié en français sous le titre L'Enfant de la fièvre, traduit de l'anglais par Maurice-Edgar Coindreau et Claude Richard, Paris, Gallimard, 1975, 1986.

5 Publié en français sous le titre September, September dans la traduction par Jane Filion révisée par Marie-Caroline Aubert, Paris, Gallimard, coll. « La Noire », 2020.

6 Publié en français sous le titre Bart le magnifique, traduit de l’anglais par Paul Carmignani, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Guillain, « Shelby Foote, Bart le magnifique, traduit de l’anglais par Paul Carmignani »Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 12 novembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19542 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19542

Haut de page

Auteur

Aurélie Guillain

Université Toulouse-Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search