Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2RecensionsGuy J. Reynolds, Sensing Cather: ...

Recensions

Guy J. Reynolds, Sensing Cather: The Writer and the Body in Transition

Florent Dubois
Référence(s) :

Guy J. Reynolds, Sensing Cather: The Writer and the Body in Transition, Edimbourg : Edinburgh University Press, coll. « Modern American Literature and the New Twentieth Century », 2021, 252 p. ISBN : Hardback: 9781474438254, Ebook (ePub): 9781474438285, Ebook (PDF): 9781474438278, 75 £ / 93,56 €

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce sera également le cas de deux autres ouvrages : tout d’abord, un travail de synthèse sur les écr (...)

1Guy Reynolds est un spécialiste reconnu de Willa Cather. Après une première carrière à l’université du Kent, il a rejoint l’université du Nebraska à Lincoln, centre de recherche majeur sur l’écrivaine qui héberge notamment l’équipe du site The Willa Cather Archive. Il a dirigé ou co-dirigé deux numéros de la revue Cather Studies (n° 7 et 9), édité une anthologie d’articles sur l’autrice en quatre volumes (2003), très utile au jeune chercheur qui découvrirait Cather, et publié en 1996 une première monographie intitulée Willa Cather in Context: Progress, Race, Empire. Comme le titre de ce dernier ouvrage l’indique, les recherches de Reynolds visent principalement à historiciser les œuvres littéraires qu’il étudie, les resituant au cœur des débats intellectuels ou esthétiques de leur époque1. Cette première monographie demeure aujourd’hui, au côté de l’excellente biographie critique de Janis Stout et des éditions universitaires des romans de l’écrivaine, un ouvrage de référence essentiel pour les chercheurs souhaitant accéder à une compréhension fine du contexte dans lequel s’inscrit la carrière littéraire de Willa Cather.

2L’approche historicisante qui caractérise les travaux précédents de l’auteur explique sans doute la faible dimension théorique de l’ouvrage que nous examinons ici. Reynolds ne cherche en effet pas tant à entrer en dialogue avec les très nombreux critiques ayant écrit sur les sens, le corps, le handicap ou les affects, qu’à identifier les moments de bascule où le texte cathérien oscille entre un esthétisme fin-de-siècle et une approche moderniste plus déstabilisante, dans laquelle les catégories héritées du xixe siècle subissent des distorsions, des remaniements, voire des inversions. Combinant les micro-lectures avec des perspectives plus larges sur les réseaux de signification qui se déploient au sein des œuvres, Reynolds est donc à l’affût de ces instants où le corps est saisi par l’écrivaine dans un moment de « transition ».

3Il convient à ce propos de noter que l’affiliation esthétique de Willa Cather a toujours fait débat. Certains travaux mettent l’accent sur l’influence indéniable du romantisme sur son œuvre (Rosowski), tandis que d’autres insistent au contraire sur les nombreuses caractéristiques (prose épurée, jeu sur l’ambiguïté et l’ironie, expérimentation formelle, intérêt pour les sociétés primitives…) qui la rattachent au modernisme (Rose, Middleton). Par ailleurs, la jeune Cather journaliste ayant condamné les œuvres de Wilde à plusieurs reprises, les chercheurs ont mis du temps à reconnaître les affinités qui la rapprochent du mouvement esthétique. Néanmoins, la dimension wildienne de certains textes (au premier rang desquels la nouvelle « Paul’s Case ») est aujourd’hui parfaitement admise et a fait l’objet de nombreuses publications (notamment Watson et Moseley). Entre romantisme, esthétisme et modernisme – termes auxquels il faudrait encore ajouter, non sans une certaine réticence, le régionalisme et la « couleur locale » – l’œuvre de Cather résiste aux catégorisations sommaires. La notion de « transition » convoquée par Reynolds entend déjouer tout risque de simplification, en situant l’œuvre à la confluence de tous ces courants esthétiques, sans prétendre identifier tel ou tel texte particulier à un seul mouvement.

4Le chapitre introductif (« Willa Cather in the Realm of the Senses ») présente le projet du livre et défend sa validité, en parcourant rapidement l’ensemble de l’œuvre de l’autrice pour en extraire quelques exemples probants dans lesquels les sens occupent une place centrale. Reynolds s’appuie sur la biographie de Mary Baker Eddy par Georgine Milmine, qui a été retravaillée pendant des mois par Cather et ses collègues de McClure’s, en vue de sa publication dans le magazine (Squires). Selon lui, l’œuvre entière de Cather peut être lue comme une réponse aux idées de la fondatrice de l’Église du Christ, Scientiste (à ne pas confondre avec la scientologie). Au rejet du corps et des sens manifesté par la « science chrétienne » d’Eddy, Cather aurait ainsi opposé une œuvre saturée de sensations. Cette lecture théologique sera confortée au chapitre 4 par la definition peu orthodoxe du miracle que formule Jean-Marie Latour dans Death Comes for the Archbishop (1927) : « The Miracles of the Church seem to me to rest […] upon our perceptions being made finer, so that for a moment our eyes can see and our ears can hear what is there about us always » (Cather 306-307). L’attention particulière que Cather prête au corps et à l’incarnation expliquerait en outre son intérêt prononcé pour le catholicisme, qui sera également au cœur de son roman suivant, Shadows on the Rock (1931). Reynolds replace ainsi Cather au cœur d’un débat sur le corps, marqué par les deux polarités extrêmes que sont, d’un côté, la doctrine d’Eddy et, de l’autre, le texte de Randolph Bourne, « The Handicapped—By One of Them » (1911). Le traitement que Cather réserve à ses personnages handicapés, nombreux dans sa fiction, semble ainsi être « en transition », entre l’esthétique romantique du grotesque et la recherche d’un regard humanisant qui parviendrait à éviter toute objectification.

5Bien que ne traitant pas directement des sens, le deuxième chapitre (« Cather’s Bodily Art and the Emergence of Modernism ») offre d’intéressantes remises en contexte du début de la carrière de Cather, qu’il s’agisse de la réception d’Ibsen aux États-Unis ou des débats sur l’indécence de certaines actrices comme Olga Nethersole – que Reynolds rapporte à l’émergence d’une modernité à laquelle Cather s’associe pleinement. Les passages qui ont le plus retenu notre attention concernent le mouvement du corps des femmes, dont le dynamisme s’oppose chez Cather à l’esthétique de la pose héritée de la peinture. Les analyses des portraits des chanteuses et actrices de l’époque de Cather suscitent également des réflexions intéressantes, même si nous ne partageons pas l’enthousiasme de Reynolds pour les légendes que l’autrice appose sous les illustrations de son article « Three American Singers » (1913). Pour intéressantes qu’elles soient, il nous semble disproportionné d’aller comme lui jusqu’à affirmer que Cather « anticipe » ici les analyses de Sontag et de Barthes sur la photographie (47).

6Le chapitre suivant (« ‘Sense-dwarfed’: Cather, Aestheticism, and a New Corporealism ») étudie plus particulièrement la manière dont l’esthétisme a fourni des types nouveaux, que Cather réemploie de façon ambivalente. Si le protagoniste de « Paul’s Case » (1905) est de toute évidence un avatar du dandy, Reynolds en complexifie la lecture en rapprochant cette nouvelle du chapitre sur « The Dynamo and the Virgin » de The Education of Henry Adams, situant là encore ce texte à la jonction entre deux époques. Suit une lecture de « Coming Aphrodite » (1920) et de The Song of the Lark (1915), dont on retiendra tout particulièrement les remarques stimulantes sur la façon dont Cather retravaille la figure du dangereux vagabond, héritée du roman sensationnaliste, pour en faire un personnage « liminal », capable de remettre en question l’ordre social et sensoriel de la petite ville du Midwest (82).

7Le chapitre 4 (« Pale Shades and Living Colours: Cather’s Looks ») offre un parcours de l’œuvre de Cather centré sur la vue, mettant à l’honneur les couleurs des vêtements et l’analyse des jeux de regards dans plusieurs romans, My Ántonia (1918) en particulier. Reynolds identifie un retournement du regard genré dans les descriptions parfois ironiques de St Peter (The Professor’s House, 1925) et de Latour (Death Comes for the Archbishop), où non seulement ce n’est pas un corps féminin qui s’offre au regard masculin, mais où une masculinité bien peu virile (selon les standards du xixe siècle) se donne à voir. Lucy Gayheart (1934), en revanche, présente une exploration du regard masculin via le personnage de Harry Gordon, qui semble ne jamais réussir à véritablement voir Lucy. Reynolds propose enfin une belle analyse de Shadows on the Rock, œuvre dans laquelle le regard des personnages est empreint d’une nostalgie qui explique la place particulière qu’occupent les objets dans ce roman. En effet, face à l’aridité de la nature sauvage du Nouveau Monde, les colons semblent charger d’affects ces traces matérielles qui les rattachent à la métropole. Dans un aparté bref mais efficace (111), Reynolds propose une très bonne analyse de la façon dont le qu’en-dira-t-on prévaut sur les preuves visuelles pour établir la paternité de Nancy dans Sapphira and the Slave Girl (1940).

8Ensuite, le chapitre sur le son et la voix (« Sound Affects: Music, Voice and Silence in The Song of the Lark, My Mortal Enemy and Lucy Gayheart ») permet à Reynolds de réitérer sa thèse principale, à savoir que l’œuvre de Cather met en scène des corps en transition entre deux siècles. Ainsi, tandis que l’exploration du corps féminin dans The Song of the Lark est d’une grande modernité, le traitement de la race et de l’ethnicité y est plus problématique. My Mortal Enemy (1926) donne à voir l’irruption de l’art (et de l’artifice) dans le quotidien, à travers des scènes où Cather souligne la continuité entre l’art de l’actrice et la dimension performative de la présentation de soi dans la vie quotidienne. Pour servir son propos, Reynolds réagence ici des éléments déjà bien connus de la critique (qui est d’ailleurs peu citée), et c’est donc la dernière section sur Lucy Gayheart qui offre, nous semble-t-il, les analyses les plus novatrices. L’auteur montre comment ce roman est résolument moderne et propose une révision radicale du récit de formation victorien, non seulement par sa forme mais également, par exemple, par la façon dont Cather mobilise les sons nés de la technique (une sonnerie de téléphone notamment) afin de signaler l’isolement des personnages. Reynolds conclut ce chapitre sur l’idée que la carrière de Cather marque le passage d’une esthétique victorienne de la présence, fondée sur la vocalité, à une interrogation moderniste sur l’absence, sur la séparation entre le son et sa source humaine.

9Vient ensuite le chapitre peut-être le moins réussi de cet ouvrage foisonnant (« Touch: Haptic Narrative in The Professor’s House, Shadows on the Rock and Sapphira and the Slave Girl »). Le toucher y est conçu de façon très large, sans être jamais vraiment défini, et semble subsumer pour l’auteur à la fois le corps, les blessures infligées au corps, les travaux manuels, le jardinage et la perception d’un paysage. Cela n’empêche cependant pas des développements stimulants sur les mains dans The Professor’s House ou la violence dans Sapphira and the Slave Girl.

10Le chapitre 7 (« Cather, Taste and National Cuisines: The Professor’s House, Death Comes for the Archbishop and Shadows on the Rock ») s’intéresse au goût et donc à la cuisine, dont l’importance dans l’œuvre de Cather a souvent été soulignée par la critique. Prolongeant son chapitre de Cather in Context sur l’opposition de l’autrice à l’américanisation des immigrés européens, Reynolds souligne comment, chez Cather, la cuisine participe d’une vision très moderne du métissage des cultures. L’écrivaine fait de la cuisine le fondement de la société, nous rappelle Reynolds, convoquant les déclarations de Cather à la presse sur le sujet ainsi que les passages de sa fiction qui corroborent cette idée. Au sujet de The Professor’s House, on apprécie la façon dont le critique lit en parallèle la découverte d’une culture culinaire disparue, à travers les poteries laissées par les anciens habitants de la Blue Mesa, et l’établissement par Tom Outland et ses compagnons d’une société « quasi homo-sociale » fondée sur le partage des tâches domestiques. Atkins, le compagnon craintif préposé à la cuisine, opère pour Reynolds un renversement du topos viriliste de l’homme seul cuisinant autour d’un feu improvisé dans une nature sauvage : « Cooking, in this community, is less a Hemingway-esque ritual of wilderness survival than shared consolation: Cather replaces the campfire ranchman with the communal cook » (170). Shadows on the Rock, enfin, opposera avec humour la figure du trappeur Pierre Charron (Natty Bumpo cathérien, comme le résume bien Reynolds) et celle de Cécile Auclerc. Là où Cécile perpétue la cuisine française, Charron a goûté à la cuisine des autochtones et se dit capable d’avaler n’importe quoi. La nourriture permet ainsi à Cather, nous dit Reynolds, de réfléchir avec finesse aux dynamiques coloniales, entre maintien d’une domesticité étrangère dans les territoires colonisés, introduction stratégique de certaines denrées comme l’alcool et nécessaire métissage. Au passage, Reynolds se livre à une analyse intéressante, que l’on aurait aimée plus développée (même si celle-ci est sans lien apparent avec le reste du chapitre), sur l’écriture de Shadows on the Rock, qui serait fondée sur la discontinuité et exigerait ainsi un « lecteur lent » (176-177).

11Le dernier des sens traités, l’odorat, donne lieu à une réflexion sur les fleurs présentes dans les textes de Willa Cather (« Cather’s Smellscapes: Perfumes and Flowers, Disgust and Seduction »). Reynolds note la façon dont la jeune journaliste méprise l’écriture des fleurs, alors que l’écrivaine de la maturité leur donne une place centrale dans sa fiction. Il émet l’hypothèse séduisante selon laquelle Cather aurait été esthétiquement « dans le placard » à l’époque où elle écrivait ses premières chroniques dans la presse locale (188). Plus tard, dans la préface qu’elle rédigera pour l’édition de 1932 de The Song of the Lark, elle n’hésitera pas ainsi à citer Wilde, qu’elle fustigeait étant jeune. D’ailleurs, Cather réutilise certaines fleurs dont le sens avait été subverti par l’auteur irlandais, comme le lys ou l’œillet. Mais lorsque son écriture rencontre les fleurs indigènes de l’Ouest ou du Sud-Ouest, les associations traditionnelles ne fonctionnent plus. Reynolds remarque que l’autrice se contente alors souvent de les lister, sans qu’un sens symbolique émerge au-delà du plaisir esthétique procuré à la fois par la sonorité des mots et la réalité qu’ils évoquent. La singulière étrangeté des odeurs propres à l’Ouest américain devient ainsi un motif récurrent de l’œuvre de l’écrivaine. Le chapitre se clôt sur une lecture détaillée des odeurs dans Sapphira, en particulier dans des passages ayant à voir avec le désir sexuel. Cather oppose ainsi, d’un côté, les amours de Tansy Dave (noir), qui s’imprègne du parfum des tanaisies (tansy) avant de rejoindre son amante, amours qui seront contrecarrées par les maîtres des deux esclaves ; et de l’autre, le violeur Martin Colbert (blanc), qui peut se délecter en toute impunité des odeurs les plus intimes du corps de Nancy.

  • 2 Dans un ouvrage sorti quelques mois avant celui de Reynolds (et dont le compte rendu figure égaleme (...)

12Le dernier chapitre (« Conclusion: The Body of the Author ») prend la forme d’une postface, qui donne l’occasion à l’auteur de faire une brève sortie hors des textes pour s’intéresser à l’un des trois portraits photographiques réalisés en 1927 par Edward Steichen pour Vanity Fair2. Grâce à une analyse méthodique des vêtements portés par l’écrivaine, de la pose qu’elle adopte et de la composition de l’image, Reynolds montre comment ce portrait fait office de réclame pour l’œuvre de l’autrice. En effet, ce cliché, reproduit en pleine page, la consacre comme une grande écrivaine du Midwest : dynamique, compétente, intelligente, certes, mais accessible et chaleureuse en même temps. Reynolds s’intéresse ensuite aux rencontres artistiques les plus marquantes de la vie de Cather, proposant une analyse intéressante du moment décisif où Cather démissionna de McClure’s pour se consacrer à la fiction. Dans sa correspondance avec Sarah Orne Jewett, Cather se plaint ainsi de l’épuisement physique et de la saturation sensorielle que le travail journalistique implique ; l’écriture fictionnelle demande donc une pleine disponibilité des sens. Ce chapitre consacré au corps de l’écrivaine se termine logiquement par un retour sur Sapphira, fiction historique dans laquelle celle-ci s’insère brutalement dans les dernières pages du récit. L’épisode du retour de Nancy (ancienne esclave située par son langage et ses manières entre le monde des Blancs et celui des Noirs) et de ses retrouvailles sentimentales avec sa mère et la famille de ses anciens maîtres est lu comme la figuration de cette période transitionnelle que fut la Reconstruction, avant l’instauration de Jim Crow : « a time of bodily flux, of a disrupted habitus, a moment when enmity gives way to the staging of white reconciliation and white reconstruction » (221). Les dernières phrases de l’ouvrage, servant de conclusion à cette lecture de l’ultime roman de Cather, font référence à un « temps du corps » (bodily time) et un « temps des sens » (sensory time), que Sapphira aurait enfin réussi à exprimer. L’introduction de ces deux concepts, jamais utilisés jusqu’ici, aurait sans doute mérité quelques paragraphes supplémentaires afin que la pensée de l’auteur soit ici pleinement compréhensible.

  • 3 « Aesthetic plenitude » (55 ; 56 ; 74 ; 192), « sensory plenitude » (107 ; 124 ; 147 ; 170 ; 179) e (...)

13Ce dernier chapitre est ainsi à l’image de l’ouvrage entier. Tout au long de cette étude très riche, Reynolds fait montre de sa grande connaissance des œuvres de Willa Cather, qu’il lit avec finesse, circulant avec aisance entre les différents textes, créant des parallèles éclairants entre des passages peu souvent lus ensemble. De nombreuses lectures stimulantes sont proposées, qui ouvrent des pistes intéressantes pour de futures recherches. Cependant, le saut constant d’un texte à l’autre au sein de chaque chapitre tend à brouiller la ligne directrice de l’argumentation, qui devient souvent difficile à suivre. Par ailleurs, le présent lecteur aurait apprécié que certains termes soient définis de façon plus rigoureuse et au sein d’un dialogue plus soutenu avec la critique, en particulier celui de modernisme, étiquette qui est systématiquement réduite à l’idée de fragmentation (« fracture and dissociation », 120 ; « sensory dissociation and fragmentation », 143 ; « rupture and dissolution », 146). Enfin, dans ce livre sur Cather et les sens, il aurait été intéressant que la notion de « plénitude sensorielle » ou « esthétique », qui reparaît tout au long du livre sous diverses formes3, bénéficie d’un traitement à part entière. Il nous semble que l’emploi de ce terme pour parler de littérature, art a priori moins « total » que l’opéra par exemple, est profondément paradoxal, et qu’il y aurait eu là matière à d’intéressants développements.

Haut de page

Bibliographie

« An American Pioneer—Willa Cather ». Vanity Fair, juillet 1927, p. 30. archive.vanityfair.com/article/1927/7/an-american-pioneer-willa-cather. Page consultée le 1er août 2022.

CATHER, Willa. Later Novels. Éd. Sharon O’Brien. New York : Library of America, 1990.

« Harvesters in the Golden Field of Fiction ». Vanity Fair, avril 1927, p. 65. archive.vanityfair.com/article/1927/4/some-american-expatriates. Page consultée le 1er août 2022.

HOMESTEAD, Melissa J. The Only Wonderful Things: The Creative Partnership of Edith Lewis and Willa Cather. New York : Oxford University Press, 2021.

MIDDLETON, Jo Ann. Willa Cather’s Modernism: A Study of Style and Technique. Madison : Fairleigh Dickinson University Press, 1990.

REYNOLDS, Guy. Willa Cather in Context: Progress, Race, Empire. Basingstoke : Macmillan Press, 1996.

REYNOLDS, Guy. Twentieth-Century American Women’s Fiction: A Critical Introduction. Basingstoke : Macmillan Press, 1999.

REYNOLDS, Guy, éd. Willa Cather: Critical Assessments. Mountfield : Helm Information, 2003.

REYNOLDS, Guy, dir. Cather Studies 7: Willa Cather as Cultural Icon. Lincoln : University of Nebraska Press, 2007.

REYNOLDS, Guy. Apostles of Modernity: American Writers in the Age of Development. Lincoln : University of Nebraska Press, 2008.

REYNOLDS, Guy J., et Melissa J. HOMESTEAD, dir. Cather Studies 9: Willa Cather and Modern Cultures. Lincoln : University of Nebraska Press, 2011.

ROSE, Phyllis. « Modernism: The Case of Willa Cather ». Modernism Reconsidered. Dir. Robert Kieley. Cambridge : Harvard University Press, 1983, p. 123-145.

ROSOWSKI, Susan J. The Voyage Perilous: Willa Cather’s Romanticism. Lincoln : University of Nebraska Press, 1986.

SQUIRES, Ashley. « The Standard Oil Treatment: Willa Cather, The Life of Mary Baker G. Eddy, and Early Twentieth Century Collaborative Authorship ». Studies in the Novel, vol. 45, n° 3, 2013, p. 328-348.

STOUT, Janis P. Willa Cather: The Writer and Her World. Charlottesville : University Press of Virginia, 2000.

WATSON, Sarah Cheney, et Ann MOSELEY, dir. Willa Cather and Aestheticism. Madison : Fairleigh Dickinson University Press, 2012.

Haut de page

Notes

1 Ce sera également le cas de deux autres ouvrages : tout d’abord, un travail de synthèse sur les écrivaines américaines du xxe siècle qu’il publiera en 1999 ; ensuite, en 2008, un regroupement d’études sur des écrivains américains du xxe siècle qui se sont intéressés aux pays en développement ou au tiers monde.

2 Dans un ouvrage sorti quelques mois avant celui de Reynolds (et dont le compte rendu figure également dans ce numéro de Transatlantica), Melissa Homestead détaille l’histoire de ces trois portraits, dont seuls deux furent publiés (208-215). En l’absence d’illustration, le lecteur devine à travers la description qui en est donnée que le portrait que commente Reynolds est celui qui est traditionnellement (et par erreur) considéré comme « le » portrait de Vanity Fair et qui figure dans le numéro de juillet 1927 : archive.vanityfair.com/article/1927/7/an-american-pioneer-willa-cather. Un autre portrait, souvent reproduit dans les biographies de Cather, était paru en avril de la même année : archive.vanityfair.com/article/1927/4/some-american-expatriates.

3 « Aesthetic plenitude » (55 ; 56 ; 74 ; 192), « sensory plenitude » (107 ; 124 ; 147 ; 170 ; 179) et même « narrative plenitude » (160).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Dubois, « Guy J. Reynolds, Sensing Cather: The Writer and the Body in Transition »Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19577 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19577

Haut de page

Auteur

Florent Dubois

Université de Picardie Jules Verne (Amiens), CORPUS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search