Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2RecensionsOlivier Zunz, The Man who Underst...

Recensions

Olivier Zunz, The Man who Understood Democracy: The Life of Alexis de Tocqueville
Olivier Zunz,
Tocqueville. L’homme qui comprit la démocratie

Marie-Jeanne Rossignol
Référence(s) :

Olivier Zunz, The Man who Understood Democracy: The Life of Alexis de Tocqueville, Princeton, Princeton University Press, 2022, 472 pages, 978-0691173979, $35.00

Olivier Zunz, Tocqueville. L’homme qui comprit la démocratie, Paris : Fayard, 2022, 477 pages, 978-2-213-70055-7, 25 euros. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Alexia Blin.

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

1Professeur émérite à l’Université de Virginie, Olivier Zunz est à l’origine un spécialiste de l’histoire urbaine, sociale et économique des États-Unis de la fin du xixe siècle, à laquelle il a consacré deux monographies, l’une en 1982, The Changing Face of Inequality: Urbanization, Industrial Development, and Immigrants in Detroit, 1880-1920 (en français, Naissance de l’Amérique industrielle : Détroit, 1880-1920) et l’autre en 1990, Making America Corporate, 1870-1920 (en français L’Amérique en col blanc : l’invention du tertiaire). Depuis la fin des années 1990, Olivier Zunz a élargi son aire de recherche pour rédiger de grandes fresques synthétiques telles que Why the American Century ? en 1998 (en français, Le siècle américain : essor d’une grande puissance) puis en 2012 Philanthropy in America: a History (en français, La Philanthropie en Amérique). La traduction régulière des travaux d’Olivier Zunz reflète aussi son parcours transatlantique personnel : titulaire d’un doctorat de la Sorbonne en 1982, il sera très régulièrement invité au CENA à l’EHESS depuis son poste à University of Virginia. On peut imaginer que son intérêt plus récent pour Tocqueville tient aussi aux liaisons transatlantiques qu’il a pu entretenir tout au long de sa vie avec le milieu universitaire et intellectuel français.

  • 1 Sur le voyage et la genèse de l’écriture de De la démocratie en Amérique, avant le recueil de Zunz (...)
  • 2 Exemple frappant : après l’instauration de la République en 1848, Tocqueville met en avant le modèl (...)

2Dès 2002, Olivier Zunz publie avec Alan S. Kahan, spécialiste du libéralisme, un Tocqueville Reader: A Life in Letters and Politics. En 2010, il publie une édition critique d’écrits traduits, cette fois-ci consacrée au fameux voyage de neuf mois et demi qu’accomplit Tocqueville en 1831 et 1832 avec son ami Gustave de Beaumont à travers la jeune république américaine. Dans Alexis de Tocqueville et Gustave de Beaumont in America: their Friendship and their Travels, il cherche à repérer dans les observations des deux voyageurs l’origine des idées déployées dans De la démocratie en Amérique (Zunz, juillet 2022) 1. En écrivant Tocqueville : l’homme qui comprit la démocratie (publié en 2022 en France et aux États-Unis sous le titre The Man who Understood Democracy: The Life of Alexis de Tocqueville), Olivier Zunz se fonde donc au moins sur vingt années de fréquentation des écrits et de la correspondance du penseur et de l’homme politique français pour nous offrir une biographie rédigée en américaniste : si le voyage aux États-Unis se situe nécessairement au début du livre, il n’en reste pas moins un des fils directeurs puissants de ce portrait sensible d’un intellectuel aux multiples talents auquel l’auteur ne trouve guère de défauts2. Au moment où le libéralisme est attaqué dans sa version « néo-libérale », et où l’on rappelle que Tocqueville s’engagea en faveur de l’Algérie française et de l’impérialisme français en général, Zunz choisit une approche nuancée de ce penseur dont il ne cache pourtant pas les faiblesses (Onfray, Jennings 2022). Il nous éclaire plus généralement sur un parcours intellectuel qui mena ce jeune aristocrate français de réflexions sur la liberté et l’égalité en Angleterre et en Amérique à une conceptualisation originale du passage de l’Ancien Régime à la Révolution en France. Comme l’ont noté d’autres observateurs, le livre de Zunz sort au moment où vient de se terminer la publication chez Gallimard des œuvres complètes de Tocqueville sur lesquelles l’auteur a pu s’appuyer (Schaefer 2021 ; 2022, Zunz 2022 397-400).

3Issu d’une famille légitimiste, Tocqueville s’est déjà essayé à l’écriture historique sous l’influence de Guizot (histoire de l’Angleterre rédigée pour son ami Beaumont en 1828) et entame une carrière de magistrat lorsque la Révolution de juillet 1830 porte Louis Philippe au pouvoir. S’il prête serment à la nouvelle monarchie constitutionnelle, il ne se sent pas à son aise dans cette nouvelle atmosphère et envisage un voyage en Amérique qui lui permettrait de « sortir de la foule » par le biais d’une « publication » (42). L’étude comparée des systèmes pénitentiaires était à la mode car on cherchait à réformer les prisons françaises : c’est donc en magistrats que Tocqueville et Beaumont proposèrent à leur administration d’aller enquêter sur le système américain. Ils ne négligèrent pas cette mission qui se traduisit par la visite de nombreux établissements pénitentiaires (dont Sing Sing, Charlestown, Eastern State Penitentiary à Philadelphie), la rencontre de plusieurs réformateurs des prisons et la rédaction en 1832 d’un rapport intitulé Le Système pénitentiaire, publié en 1833. Ce rapport fit de Tocqueville un expert de la réforme pénitentiaire, et connut de nouvelles éditions en 1838 et 1845.

4Olivier Zunz prend grand soin, dans ces chapitres consacrés au voyage en Amérique, d’indiquer quels aspects de la société américaine ont échappé à la sagacité de Tocqueville, et les notes historiques de la traductrice Alexia Blin constituent une aide précieuse pour le lectorat français. Aujourd’hui on peut considérer que ce sont bien ces points aveugles, voire des erreurs d’interprétation, qui empêchent De la démocratie en Amérique de constituer une source d’informations factuelles éclairantes pour qui s’intéresserait à l’Amérique jacksonienne - mais telle n’étaient ni l’ambition du livre ni sa nature profonde. Les deux hommes arrivent aux États-Unis alors que la première présidence d’Andrew Jackson est déjà bien entamée et que le Second Grand Réveil bat son plein ; pourtant, Tocqueville n’identifie pas cette forme de pratique populaire et démocratique de la foi protestante (92), tout en notant l’importance de la religion dans la vie économique et politique du pays. De même passe-t-il à côté de l’abolitionnisme qui, précise Olivier Zunz, « commençait à peine à prendre son essor » (58), ou de batailles qui animent le monde politique telles que le débat sur la Seconde banque des États-Unis. Parcourant l’État de New York en proie à une révolution technique et économique majeure, les deux voyageurs n’y voient que petites villes tranquilles et politiciens campagnards. Parvenus à l’ouest de l’État, ils se laissent aller à une lecture romantique du paysage américain inspirée de Chateaubriand (Habran). Au fur et à mesure de leurs conversations avec des personnalités, les deux hommes se forment pourtant au terrain étatsunien, son droit, son système politique et prennent des distances envers le traitement que l’on réserve aux Indiens, aux Noirs libres et aux esclaves (101). La fracture raciale inspirera à Gustave de Beaumont un ouvrage mi-roman mi-rapport en 1835, Marie ou de l’esclavage (Beaumont) et tous deux seront témoins de la déportation des Indiens en décembre 1831, que Tocqueville condamnera dans le dernier chapitre de la première partie de De la démocratie en 1835 (chapitre X intitulé « Quelques considérations sur l’état actuel et l’avenir probable des trois races qui habitent les États-Unis », Tocqueville 367-480).

5Après un détour par le Québec, les deux amis font étape à Boston : en dépit de rencontres avec les plus grands représentants de l’opposition à Jackson et aux démocrates, ils ne prennent pas conscience de l’importance de l’ « American System » de Henry Clay et des « républicains nationaux » (62), qui prônent le soutien de l’État fédéral au développement local. Mais certaines conversations avec l’historien Jared Sparks vont nourrir les réflexions théoriques de Tocqueville, en particulier concernant le pouvoir de la majorité et le rôle fondateur de la Nouvelle-Angleterre et de ses petites communautés (88-91). À Philadelphie, ils assistent à une convention d’opposants aux droits de douane (le tariff), événement qui va inspirer à Tocqueville sa théorie des associations (96-98), de même que les sociétés de tempérance, très largement répandues dans le pays. En revanche, Tocqueville ne perçoit pas la puissance démocratique du second système des partis qui est seulement en train de se mettre en place (99). Et à la fin du périple, ils rendent visite au président Jackson sans peser le rôle majeur que ce dernier est en train de jouer dans la redéfinition du pouvoir de l’exécutif. Au fond, peu importe puisque selon Tocqueville, la démocratie américaine est avant tout un état social (conviction républicaine, croyance partagée en l’importance de la religion, habitude de la gestion des affaires sur le plan local, investissement des individus dans des causes civiques).

6En écrivant De la démocratie en Amérique, Tocqueville voulait démontrer que la démocratie pouvait s’accommoder de la religion et que l’égalité était compatible avec la liberté et la réalisation du potentiel de chacun. Pour rédiger son livre, Tocqueville se fonde sur ses carnets de notes et s’entoure de livres et de jeunes Américains à Paris. À travers son analyse de la société et de la politique américaines, il s’implique dans le débat français : s’il chante les louanges des associations à visée civique aux États-Unis, c’est qu’en France la répression s’abat sur elles. Plus généralement, son portrait du système politique étatsunien était extrêmement favorable même s’il critique le conformisme des idées (la « tyrannie de la majorité »). De la démocratie en Amérique, dont la première partie est publiée en 1835, rencontra un grand succès en France dans les milieux réformateurs et même socialistes, mais se heurta à une certaine incompréhension aux États-Unis (Tocqueville).

7Devenu châtelain à Tocqueville en Normandie, Tocqueville se lance à compter de 1839 dans une carrière de député. Le livre d’Olivier Zunz rend compte précisément de cette carrière politique où Tocqueville cherchait à ne « s’aliéner ni les républicains ni les légitimistes » (209) tout en soutenant avec enthousiasme le projet de colonisation de l’Algérie où il verra plus tard une version française de la « Frontière américaine » (279). La politique ne l’écarte pas totalement de sa carrière d’intellectuel, qu’il poursuit à travers un essai sur l’État social et politique de la France avant et depuis 1789 rédigé en 1836, puis la deuxième partie de la Démocratie en Amérique en 1840. Dans ce deuxième volume, Tocqueville veut édifier une théorie générale de la démocratie qui en affirme la supériorité au-delà des États-Unis, mais il ne rencontre pas le succès du premier opus. Sensible aux problématiques sociales de son temps, il cherche à encourager des programmes d’aide et de bienfaisance soutenus par l’État, mais reste bien plus proche des catholiques réformateurs que des socialistes : sa carrière politique révèle, comme l’analyse Olivier Zunz, les « contradictions qui l’habitaient », « avocat de la démocratie et défenseur de la conquête coloniale » (261). Avec la fin des années 1840, Tocqueville se distingue pourtant par ses prises de positions en faveur de la liberté : élu à l’Assemblée constituante en 1848, il soutient l’abolition de l’esclavage, une cause à laquelle il était attaché depuis longtemps ; après le coup d’État de Napoléon III en décembre 1851, il se retire de la vie publique. Il est temps pour lui de passer à ce qui apparaît au final comme son grand œuvre, L’Ancien Régime et la Révolution, un ouvrage dans lequel il se lança à l’origine pour mieux comprendre le recul démocratique de la France et qui parut en 1856.

8Dans cette dernière et passionnante partie, Olivier Zunz prend la lectrice par la main pour retracer les étapes concrètes de la réalisation de ce projet intellectuel : des lectures générales de Tocqueville sur le Directoire à la Bibliothèque nationale, il nous mène aux recherches effectuées par l’historien dans les archives de l’intendance royale à Tours. C’est « cette connaissance intime du fonctionnement de l’intendance […] qui permit à Tocqueville de comprendre que la transformation profonde de la France s’était produite avant plutôt qu’après la Révolution. » (345), explique-t-il, tout en soulignant que ce nouvel ouvrage poursuivait la réflexion de Tocqueville sur les liens entre liberté et démocratie. Il se vendit extrêmement bien car les lecteurs y virent l’ouvrage d’un « opposant à l’Empire » mais également d’ « un grand défenseur de l’esprit de 1789 » (362). Alors que Tocqueville est déjà atteint de la tuberculose, il poursuit ses recherches en archives sur la Révolution dans la perspective d’un livre qui lui serait entièrement consacré et aurait souligné le rôle moteur de la noblesse dans la toute première phase de la Révolution, avant le 14 juillet 1789. Il décède à Cannes le 16 avril 1859.

  • 3 Voir le compte rendu de la biographie de Hugh Brogan dans le Washington Post par Joseph Ellis, qui (...)
  • 4 Olivier Zunz lui-même déclare que sa biographie a une dimension « morale » car il a été convaincu d (...)

9La littérature sur Tocqueville est immense et il existe de nombreuses autres biographies d’Alexis de Tocqueville dont certaines ont fait date. En français la biographie d’André Jardin, éditeur de plusieurs volumes des œuvres de Tocqueville, publiée en 1984, constitue une référence ; en anglais c’est plutôt celle de Hugh Brogan, parue en 2006, qui a suscité les applaudissements des lecteurs informés (Jardin, Brogan, Ellis)3. Peut-être est-ce en réaction contre le travail de Brogan, considéré comme critique envers l’auteur de De la démocratie en Amérique, qu’Olivier Zunz a écrit une biographie si bienveillante de Tocqueville (Villa) ? Certes, Tocqueville a encouragé la colonisation en Algérie et il n’a pas soutenu les revendications sociales des révolutionnaires de juin 1848, rappelle Zunz ; mais l’historien défend au final l’homme intègre, l’ami fidèle, le partisan du progrès social et de la démocratie4. Au lieu de faire peu de cas des réflexions de Tocqueville en matière de réforme des prisons, Zunz intègre cette dimension de la pensée tocquevillienne à un grand mouvement de réforme transatlantique. Comme Brogan, Zunz doit admettre que De la démocratie en Amérique n’est clairement pas un bon livre sur l’Amérique de Jackson mais il démontre qu’à travers cette étude de la démocratie américaine, c’est bien au phénomène moderne de la démocratie politique que Tocqueville s’intéressait en cherchant à démontrer que liberté et égalité étaient compatibles. Tocqueville comprit-il la démocratie comme le prétend le sous-titre de l’ouvrage ? En tout cas, le sociologue et historien se passionna pour un régime qui mettait au ban les hiérarchies sociales traditionnelles pour faire avancer l’égalité des conditions, à défaut de la justice sociale. Puis il se projeta dans l’avenir politique des sociétés modernes en s’engageant personnellement dans une carrière d’élu. Zunz révèle que ce lien initial avec la démocratie américaine perdura toute la vie de Tocqueville en insistant sur ses liens persistants avec ses contacts étatsuniens, tels l’archiviste Jared Sparks, et en rappelant que Tocqueville resta toujours attaché à la cause antiesclavagiste : il bénéficie sur ce plan du travail récent d’Aurelian Craiutu et de Jeremy Jennings (Craiutu et Jennings).

10La biographie de Zunz se distingue également de celle d’André Jardin : moins axée sur la postérité du voyage en Amérique, cette dernière accordait également un peu moins de poids à la généalogie de L’Ancien Régime et la Révolution – certains ont pu trouver d’ailleurs que Zunz insiste sur les recherches de Tocqueville aux dépens de la thèse de l’ouvrage (Rouot). Car un spectre hante l’œuvre de Tocqueville, celui de la Révolution française dont il va proposer une interprétation nouvelle, redécouverte par l’historien François Furet à compter de 1970 (Furet 1970 ; 1978). En retraçant le travail d’archives minutieux de Tocqueville qui mena à la rédaction de L’Ancien Régime et la Révolution, en rappelant ses convictions d’historien novatrices (s’inspirer des documents plus que des interprétations d’autres historiens, renoncer à l’histoire-récit pour réfléchir à un problème), Olivier Zunz nous rappelle que Tocqueville fut avant tout un praticien passionné des sciences sociales alors émergentes qui ne cessa d’évoluer et d’approfondir ses intuitions au contact de ses terrains et archives, en sociologue, politologue et historien.

11En soulignant en américaniste les limites de De la Démocratie en Amérique, un livre qui ne constitue qu’une introduction complexe à la démocratie américaine des années 1830, Olivier Zunz invite la communauté des chercheurs et chercheuses à se plonger dans l’étude d’une période mal connue en France et dont l’historiographie étatsunienne est en plein renouvellement. En montrant comment Tocqueville tira de sa visite en Amérique un modèle d’expansion blanche pour la France en Algérie, il tisse les liens d’une comparaison éclairante entre des empires français et étatsunien, que l’on a peu l’habitude d’associer au xixe siècle. Enfin, plus généralement, les grands sujets dont Tocqueville député et homme politique s’occupa prioritairement en France (prisons, esclavage, colonisation) révèlent un homme aux engagements façonnés par son expérience américaine. L’ouvrage d’Olivier Zunz, très complet, se lit très agréablement et l’on doit également féliciter la traductrice pour une version française si limpide.

Haut de page

Bibliographie

Beaumont, Gustave (de). Marie ou L’esclavage aux États-Unis. Postface de Laurence Cossu-Beaumont. Paris : les Éd. aux Forges de Vulcain, 2014.

Brogan, Hugh. Alexis de Tocqueville : Prophet of Democracy in the Age of Revolution. London : Profile Books, 2006.

Craiutu, Aurelian, et Jeremy Jennings éd. Tocqueville on America after 1840: Letters and other Writings. New York : Cambridge University Press, 2009.

Ellis, Joseph. « Democracy’s Prophet ». The Washington Post, Sunday, April 1, 2007.

Furet, François. « Tocqueville est-il un historien de la Révolution française ? ». Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 25ᵉ année, n° 2, 1970, p. 434-451.

FURET, François. Penser la Révolution. Paris : Gallimard, 1978.

Habran, Augustin. « Alexis de Tocqueville dans le « désert » : la poursuite infructueuse de l’Indien « authentique » dans l’Amérique jacksonienne ». Revue française d’études américaines. vol. 172, n° 3, 2022, p. 36-49.

Jardin, André. Alexis de Tocqueville 1805-1859. Paris : Hachette, 1984.

Jennings, Jeremy. « The Limits of Tocqueville’s Understanding ». 8 juillet 2022. tocqueville21.com/books/the-limits-of-tocquevilles-understanding/. Page consultée le 5 août 2022.

Onfray, Michel. Tocqueville et les Apaches. Indiens, Nègres, Ouvriers, Arabes et autres hors-la-loi, Paris : Éditions Autrement, 2017.

Pierson, George W. Tocqueville and Beaumont in America. New York : Oxford University Press, 1938.

Rouot, Madeleine. « Tocqueville : Penseur et acteur de la démocratie », 11 juillet 2022. tocqueville21.com/books/tocqueville-penseur-et-acteur-de-la-democratie/. Page consultée le 5 août 2022.

Schaefer, Christopher. 10 juin 2021. tocqueville21.com/tocquevilliana/the-final-volumes-of-the-complete-works-of-tocqueville/. Page consultée le 5 août 2022.

Schaefer, Christopher. 15 juillet 2022. tocqueville21.com/books/full-book-forum-the-man-who-understood-democracy-olivier-zunz/. Page consultée le 5 août 2022.

Schleifer, James T. The Making of Toqueville’s Democracy in America. Indianapolis : Liberty Fund, 2000.

Tocqueville, Alexis de. Œuvres. vol. II, André Jardin éd. 1835. Paris : Gallimard,1992.

Villa, Dana. « Alexis De Tocqueville: A Life by Hugh Brogan : Tocqueville's Road Map: Methodology, Liberalism, Revolution, and Despotism by Roger Boesche ». Political Theory, vol. 36, n° 3, 2008, p. 466-472.

ZUNZ, Olivier. The Changing Face of Inequality: Urbanization, Industrial Development, and Immigrants in Detroit, 1880-1920. Chicago : University of Chicago Press, 1982.

Zunz, Olivier. Naissance de l’Amérique industrielle : Détroit, 1880-1920. Paris : Aubier, 1983.

Zunz, Olivier. Making America Corporate, 1870-1920. Chicago : Chicago University Press,1990.

Zunz, Olivier. L’Amérique en col blanc : l’invention du tertiaire. Paris : Belin, 1991.

Zunz, Olivier. Why the American Century ? Chicago : University of Chicago Press, 1998.

Zunz, Olivier. Le siècle américain : essor d’une grande puissance. Paris : Fayard, 2000.

Zunz, Olivier, et Alan S. Kahan éd. The Tocqueville Reader: A Life in Letters and Politics. Malden, MA : Blackwell, 2002.

Zunz, Olivier, et Alan S. Kahan éd. Alexis de Tocqueville et Gustave de Beaumont in America : their Friendship and their Travels. Charlottesville : University of Virginia Press, 2010.

Zunz, Olivier. Philanthropy in America: a History. Princeton : Princeton University Press, 2012.

Zunz, Olivier. La Philanthropie en Amérique. Argent privé, affaires d’État. Paris : Fayard, 2012.

Zunz, Olivier. « Author’s Response: The Man who Understood Democracy (Olivier Zunz) ». 13 juillet 2022. tocqueville21.com/books/authors-response-the-man-who-understood-democracy-olivier-zunz/. Page consultée le 5 août 2022.

Haut de page

Notes

1 Sur le voyage et la genèse de l’écriture de De la démocratie en Amérique, avant le recueil de Zunz et Kahan de 2010, les ouvrages de référence étaient ceux de George Pierson et de James T. Schleifer (Pierson, Schleifer).

2 Exemple frappant : après l’instauration de la République en 1848, Tocqueville met en avant le modèle de la Constitution américaine et parvient à imposer la séparation de l’exécutif et du législatif, soit l’élection du président au suffrage universel masculin (Zunz, 2022 312-313).

3 Voir le compte rendu de la biographie de Hugh Brogan dans le Washington Post par Joseph Ellis, qui décrit l’ouvrage comme « surely the authoritative life for our time » (Ellis).

4 Olivier Zunz lui-même déclare que sa biographie a une dimension « morale » car il a été convaincu de l’ « intégrité » de Tocqueville (Zunz, 13 juillet 2022).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Jeanne Rossignol, « Olivier Zunz, The Man who Understood Democracy: The Life of Alexis de Tocqueville
Olivier Zunz,
Tocqueville. L’homme qui comprit la démocratie »
Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 14 novembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19633

Haut de page

Auteur

Marie-Jeanne Rossignol

Université Paris Cité, UMR LARCA 8225

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search