Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Actualité de la rechercheTable ronde « Arts visuels : Étud...

Actualité de la recherche

Table ronde « Arts visuels : Études de genre et audiovisuel dans les Amériques »

Congrès « État de la recherche sur les Amériques », Institut des Amériques, 24 septembre 2021
Marianne Kac-Vergne

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La table ronde consacrée à l’état de la science en arts visuels, intitulée « Études de genre et audiovisuel dans les Amériques », a été animée par Marianne Bloch-Robin (Sorbonne Université, CRIMIC) pour le domaine hispanophone et par Marianne Kac-Vergne (Université de Picardie Jules Verne, CORPUS) pour le domaine anglophone avec la participation de quatre intervenant·es (deux enseignant·es chercheur·es et deux doctorant·es) : Alberto Da Silva (Sorbonne Université, CRIMIC), Émilie Marolleau (Université Catholique de l’Ouest), Anaïs Ornelas Ramirez (Sorbonne Université, CRIMIC) et Mikael Toulza (Université Toulouse II Jean Jaurès, CAS).

2Cette table ronde a porté sur l’introduction des études de genre dans les recherches et l’enseignement du cinéma et plus largement de l’audiovisuel au sein des études américanistes et cinématographiques de l’Université française. A été soulevée la question de la légitimité, non seulement des études de genre en tant qu’approche pour l’étude des productions audiovisuelles, mais également de l’élargissement des objets d’étude – et des éventuelles résistances à cet élargissement – que cette approche implique.

3Les études sur le cinéma dans l’université française découlent en effet d’une tradition de cinéphilie savante visant à faire du cinéma un objet de la culture légitime, privilégiant les approches esthétiques et auteuriales. Dans les études aréales en particulier, l’introduction tardive du cinéma comme objet d’étude a eu pour conséquence son adossement à des champs disciplinaires tels que la civilisation ou la littérature. Par ailleurs les objets d’études considérés comme légitimes ont été liés au cinéma-art, les productions relevant des cultures populaires, dont l’analyse est centrale dans les approches genrées, telles que les séries télévisées, les telenovelas ou dernièrement les webvidéos ou webséries, n’ont été considérées que très récemment – et sans doute encore très partiellement – comme des corpus légitimes.

4Ces questions ont été abordées à travers les parcours des quatre invité·es à la table ronde. Nous nous sommes demandé dans quelle mesure et par quels biais les approches genrées ont été introduites dans les études américanistes et cinématographiques, quels obstacles ont été rencontrés et quelle place elles occupent à l’heure actuelle. On peut en effet distinguer les aires anglophones qui ont pu accéder plus rapidement à la littérature scientifique sur le genre, si l’on pense que des textes fondateurs tels que les œuvres de Teresa de Lauretis et de Judith Butler n’ont été traduits que relativement récemment en français – Gender Trouble paru en 1990, n’a été traduit en français qu’en 2005 – des aires hispanophones et lusophones. Les chercheurs et chercheuses des aires latino-américaines ont pu avoir accès à cette littérature par le biais des traductions en espagnol ou en portugais, plus précoces et par l’introduction des études de genre dans les universités latino-américaines et hispaniques.

5Les intervenant·es invité·es ont intégré des approches genrées dans leur recherche et leur enseignement sur les productions audio-visuelles à des étapes diverses de leurs carrières.

6Alberto Da Silva est docteur en histoire (Universidade Federal de Pernambuco) et en études lusophones (Sorbonne Université). Il est maître de conférences en histoire contemporaine brésilienne à Sorbonne Université. Membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur les mondes ibériques contemporains (CRIMIC), ses recherches portent sur les relations entre les questions de genre, de race et de classe dans le cinéma, la littérature et la culture populaire. Au cours de son intervention, il a souligné l’importance de sa rencontre avec Geneviève Sellier. Grâce à son séminaire, il a pu écouter et échanger avec d’autres collègues qui travaillaient sur ces mêmes approches, et présenter des analyses sur des films de son corpus. Ces riches échanges ont nourri ses réflexions tout au long de son travail de thèse, sous la direction de Nancy Berthier et Maria-Graciete Besse, puis au moment de la publication de son livre Genre et dictature dans le cinéma brésilien. Les films d’Ana Carolina et Arnaldo Jabor (Paris : Editions hispaniques, 2016). C’est dans ce cadre qu’il a découvert toute une littérature sur les études de genre, notamment le classique Trouble dans le genre, de Judith Butler, un ouvrage qui, à l’époque, n’était pas encore traduit en français et qu’il a lu en portugais, alors qu’il vivait et travaillait déjà à Paris. Alberto Da Silva mentionne également le soutien de l’Institut Émilie du Châtelet pour la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre. L’Institut lui a attribué une bourse de deux années qui lui a permis d’avancer dans sa thèse non seulement grâce à une aide financière, mais également à travers des débats et conférences, lui permettant d’approfondir et de structurer son travail pendant la durée de la bourse. Enfin, Alberto da Silva note qu’à l’heure actuelle les questions de genre sont plus que jamais importantes, alors que le monde passe par une « droitisation » politique mettant en avant les valeurs conservatrices traditionnelles, comme cela a été le cas avec l’expérience des années Trump aux États-Unis ou avec la présidence de Bolsonaro au Brésil, parmi d’autres exemples. En ce qui le concerne, ce cadre théorique dialogue toujours avec d’autres domaines, et s’inscrit dans une interdisciplinarité où les études de l’espace et de la ville, le post-colonialisme et les études queer ont également une importance capitale pour analyser et comprendre les objets sur lesquels il poursuit son travail.

7Émilie Marolleau est maîtresse de conférences en langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes à l’Université catholique de l’Ouest à Angers. Sa thèse, L’homosexualité féminine à l'écran : quelle visibilité pour les lesbiennes au cinéma américain et dans les séries télévisées et web-séries américaines ?, portait sur les représentations des lesbiennes à l’écran et interrogeait les normes de genre qui encadraient ces représentations. En 2015, date à laquelle elle a soutenu sa thèse, les lesbiennes étaient plus présentes à l’écran, grâce notamment à des séries comme The L Word (Showtime, 2004-2009) mais les personnages restaient très féminins, circonscrits par les normes de la féminité hétérosexuelle. Elle s’est donc intéressée à la façon dont la visibilité des lesbiennes à l’écran a participé à la construction de nouvelles normes de genre. Depuis sa thèse, le cinéma et les séries anglophones ont inclus des personnages plus variés en termes de genre, de race et de sexualité (dans Sex Education [Netflix, 2019‑] ou The L Word: Generation Q [Showtime, 2019‑] par exemple), ce qui l’a amenée à une approche plus intersectionnelle qui aborde les questions raciales et de classe sociale notamment. Elle s’est également penchée de façon plus approfondie sur la réception des productions audiovisuelles, par le biais des fan fictions, des fan videos et des réseaux sociaux. Elle travaille en collaboration avec des collègues d’info-com sur la prise en compte des fans dans la fabrication des représentations genrées de la série d’animation française Miraculous (TF1, 2015‑) afin d’analyser comment les producteurs.rices de la série intègrent les pratiques et les commentaires des fans. Emilie Marolleau a en effet dû se tourner vers des collègues d’autres disciplines qui s’intéressent à des objets encore très peu étudiés dans les études anglophones, les web-séries, et à une approche trop négligée, les études de réception sur les réseaux sociaux. Sa recherche croise ainsi l’analyse des représentations de genre et celle des nouveaux médias, ce qui intéresse vivement les étudiant·es, qui sont très sensibles à ces questions.

8Anaïs Ornelas Ramirez (Sorbonne Université, CRIMIC), est ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon. Elle prépare actuellement une thèse à Sorbonne Université sous la direction de Nancy Berthier sur les rôles de genre dans la narco-culture audiovisuelle colombienne et mexicaine à partir d’une perspective féministe (« Narcos, divas et sujets subalternes : identités de genre dynamiques dans la telenovela et le cinéma indépendant au Mexique et en Colombie »). Elle a souligné l’absence totale d’approche genrée et de cinéma comme objet d’étude aussi bien lors de son passage en classe préparatoire littéraire que pendant sa scolarité à l’ENS de Lyon. Par la suite, inscrite en master d’études sur le genre à l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, elle souligne que l’un des angles morts du cursus était le cinéma, et ce malgré le fait que les études filmiques ont été, dans la recherche anglo-saxonne depuis les années 60, l’un des principaux bastions de la critique féministe et que cette université possède un très grand département de cinéma. Elle souligne que son parcours lui semble exemplifier les principaux obstacles auxquels doit faire face une analyse genrée du cinéma hispanique en France, plus spécifiquement du cinéma latino-américain : sa place au croisement de deux « disciplines » en voie de légitimation, l’hégémonie des approches auteuristes et la prééminence des autrices anglo-saxonnes dans les études sur le genre. Enfin, elle revient sur l’expérience de ses séjours de recherche pendant la thèse. Qu’il s’agisse du Mexique ou de la Colombie, elle s’est trouvée face à une impasse semblable : très peu de chercheur·euses locaux étaient intéressé·es par le genre. Il n’y a à cette date pas de critique féministe proprement latino-américaine. Le peu de recherche qui est réalisée (Vázquez Mejía, Valencia Triana), adopte les paradigmes anglo-saxons, et plus particulièrement états-uniens. Selon la jeune chercheuse, le terrain est donc ouvert pour produire une critique spécifiquement latino-américaine, en prenant comme point de départ son contexte de production particulier ainsi que les dynamiques de race, classe et genre qui conditionnent le langage visuel.

9Mikaël Toulza est docteur rattaché au laboratoire CAS de l’Université Toulouse II – Jean Jaurès. Sa thèse, soutenue en septembre 2021 sous la direction d’Hélène Charlery et de David Roche, est intitulée « Le vaudou louisianais dans les fictions audiovisuelles : représentation, identité, subversion ». Dans une approche intersectionnelle, son travail interroge les implications politiques des représentations du vaudou louisianais à l’écran à travers un corpus de huit films et deux séries télévisées. Il explique qu’il a eu la chance, lorsqu’il était étudiant, d’avoir des cours qui incluaient des questions relatives aux études de genre, notamment un cours sur le féminisme états-unien. Ses professeur·es étaient dans l’ensemble ouvert·es à toutes les approches. Toutefois, il souligne que le cinéma reste encore un objet d’études en manque de reconnaissance au niveau institutionnel : si l’agrégation externe d’anglais inclut depuis 2004 une œuvre littéraire et son adaptation cinématographique, c’est toujours le texte littéraire qui prime, comme le soulignent les sujets de dissertation littéraires, qui indiquaient encore récemment que les candidat·es n’étaient pas obligé·es de prendre en compte l’adaptation filmique dans leur dissertation. Il en va de même à l’oral, où seuls des textes littéraires sont proposés en commentaire, alors que les évolutions technologiques permettraient facilement de proposer des extraits de films. Mikael Toulza ajoute que les séries sont encore trop souvent considérées par les chercheur·es comme des objets d’étude impurs et les études de genre parfois vues comme un effet de mode sans intérêt. Même si le contexte politique français n’est pas propice aujourd’hui à l’analyse de l’intersectionnalité, il a néanmoins trouvé beaucoup d’intérêt pour son travail de la part du public non initié et des étudiant·es, qui sont de plus en plus instruit·es sur les questions relatives aux identités politiques et à leur représentation via les réseaux sociaux, particulièrement TikTok. Mikael Toulza propose enfin d’élargir le champ des études visuelles, par l’étude des clips musicaux notamment, qui combinent une approche esthétique recherchée et une visée mercantile et populaire qui rejoint parfois le wokewashing contemporain.

10La table ronde a donné lieu à des échanges particulièrement fructueux, qui ont d’abord porté sur une des difficultés de l’approche intersectionnelle mentionnée par Mikael Toulza, celle qui consiste à adopter une perspective genrée et racisée qui n’est pas la sienne en tant qu’homme et/ou blanc. La question de l’approche située se pose de façon aigue aux États-Unis depuis de nombreuses années, si bien que l’on peut parfois hésiter à aborder des questions (raciales notamment) lorsque l’on n’appartient pas soi-même à la minorité qu’on étudie. À cette question, Alberto Da Silva a répondu que réserver l’étude des représentations d’un groupe à celles et ceux qui y appartiennent reviendrait de son point de vue à une nouvelle forme d’essentialisme. Les chercheur·es doivent garder un regard critique sur leurs analyses par un décentrement de point de vue. La perspective qu’il a retenue est celle de la réception, dont l’étude permet d’élargir les points de vue sur les œuvres.

11A été alors abordée la question de la réception et des méthodologies possibles pour son étude. Si Alberto Da Silva se penche depuis longtemps sur les débats dans les journaux et les revues suscités par les films qu’il étudie, Emilie Marolleau s’est lancée avec ses collègues d’info-com dans une analyse quantitative des commentaires YouTube grâce au logiciel Gphi, auquel elle a été formée par ses collègues, qui permet d’extraire les commentaires sur Excel et d’en présenter une arborescence selon leur popularité. Mikael Toulza indique également que le site Reddit est utile pour étudier la réception des séries et des films contemporains sur Internet.

12Enfin, s’est posée la question de la survie du cinéma face aux séries et notamment à Netflix, dont l’esthétique s’impose aujourd’hui quelle que soit l’origine nationale des productions. Cette esthétique a des conséquences en termes de représentations identitaires puisque l’accent mis sur l’inclusivité amène une grande diversité de personnages mais aussi une normalisation des identités autrefois marginalisées, notamment des personnages queer, qui sont aujourd’hui presque systématiquement présentés comme bienveillants. Une piste à creuser serait donc d’étudier la relation entre les identités minoritaires et le capitalisme afin d’interroger la normalisation de personnages autrefois marginaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Kac-Vergne, « Table ronde « Arts visuels : Études de genre et audiovisuel dans les Amériques » »Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19643

Haut de page

Auteur

Marianne Kac-Vergne

Université de Picardie Jules Verne, CORPUS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search