Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2RecensionsBertrand Van Ruymbeke, Histoire d...

Recensions

Bertrand Van Ruymbeke, Histoire des États-Unis

Zacharie Leclair
Référence(s) :

Bertrand Van Ruymbeke, Histoire des États-Unis. 2 tomes. Tallandier, 2021 [2018], 1312 pages, 9791021025905, 25,8 €.

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

1Pour qui enseigne un cours universitaire d’introduction à l’histoire des États-Unis, le choix d’un ouvrage de synthèse pour les étudiants devient souvent dilemme. Et pour qui en rédige un, le défi est colossal. En effet, comment proposer un livre assez complet pour servir d’outil de références factuelles sans pour autant paraître redondant au regard de la matière vue en classe ? Peut-il rendre compte de la complexité des nombreuses perspectives sur l’histoire sans trop perdre l’unité essentielle à tout récit de type « national » ? Ou encore, y a-t-il place au regard critique dans un survol historique destiné à initier une classe à ce sujet ?

2C’est ce pari qu’a tenu Bertrand Van Ruymbeke. S’inscrivant d’emblée dans la riche historiographie francophone des synthèses américanistes, Van Ruymbeke propose au public francophone, estudiantin ou amateur, un nouveau « panorama », enrichi des apports de cette historiographie mais doublé de sa propre perspective originale — principalement socio-culturelle. Le livre est volumineux : 1312 pages en deux volumes pour ce qui est de la réédition de 2021, dotées d’abondantes notes de références et d’une bibliographie, et annexées des principaux documents fondateurs et de tableaux statistiques pour un usage pédagogique. Le lecteur appréciera le texte en continu, l’histoire racontée sans interruption, mais jalonnée de judicieuses subdivisions. La périodisation, exercice toujours arbitraire, diffère quelque peu d’autres ouvrages classiques, mais accommode néanmoins fort bien la logique du propos.

3La perspective française, assumée, est originale et prometteuse. Dès les premiers chapitres, on remarque l’intérêt de l’auteur pour les racines françaises de l’Amérique coloniale. Par exemple, l’épisode oublié de la Floride huguenote replace les incertaines tentatives de Roanoke et de Jamestown dans un contexte de rivalités internationales où les risques et les coûts de s’établir outre-Atlantique étaient encore considérables pour les pays explorateurs. L’auteur s’intéresse en outre autant aux événements avortés qu’à la trame événementielle officielle. À ce titre, l’exemple de la Floride huguenote (étendue jusqu’aux éventuelles Carolines, un segment de l’histoire constamment omis dans les manuels), révèle la fragilité et les incertitudes, voire le caractère fortuit, des explorations, dans le succès comme dans la débâcle. La perspective française ressort aussi plus loin, notamment dans le contexte des guerres franco-anglaises du xviiie siècle lorsque la déportation des Acadiens en Louisiane est abordée comme un événement marquant de l’histoire de l’Amérique du Nord. Aussi, rarement dans un ouvrage de ce type l’alliance franco-américaine de 1776 est-elle traitée autant dans le détail. Ce point de vue s’exprime en de multiples autres occasions.

4L’auteur accorde une place appréciable au point de vue des relations internationales qui façonnent le destin des colons américains, lesquels marquent ensuite à leur tour les rapports diplomatiques. Le lecteur comprend à la lecture du second chapitre que les tensions religieuses en Europe eurent un effet direct sur le peuplement des colonies, et que l’arrivée du monarque protestant Guillaume III après la déposition du catholique Jacques II envenime la rivalité avec la France et provoque un long conflit qui aura des conséquences majeures sur la trajectoire des colonies britanniques. Un autre effet croisé des politiques impériales de l’Angleterre, et un fait rarement mentionné dans les synthèses, concerne les politiques de resserrement du contrôle de l’Irlande à partir de laquelle Londres envoie au bagne américain des milliers de ressortissants gaéliques rebelles. Avec l’apport des vagues migratoires Irlando-Écossaises, ce « déversement » des îles britanniques aura un impact durable sur le développement de la culture américaine.

5Van Ruymbeke souligne à juste titre le pluralisme religieux et ethnique des colonies où, au cours du xviiie siècle, la population d’origine anglaise devient graduellement minoritaire et présente une Amérique résolument citadine, cosmopolite et transnationale, tout particulièrement dans les villes portuaires. De là émerge ensuite une conscience politique et culturelle distincte qui mènera aux velléités autonomistes que l’on connaît. Et déjà, dans le creuset de l’Amérique coloniale, se dessinent les traits d’un éventuel clivage, lourd d’incidence historique, entre le cosmopolitisme de la vie urbaine et l’Amérique paroissiale de la « frontière ».

6Fait rare parmi les ouvrages de synthèse, l’auteur discute également des sources. À ce titre, le célèbre discours d’adieu de George Washington fait l’objet d’une analyse et d’une mise en contexte à la fois efficaces et originales. L’auteur aborde d’une manière tout aussi novatrice la constitution adoptée par le Sud confédéré, un document rarement exposé dans ce genre d’ouvrages. Entre autres, Van Ruymbeke cite le paradoxe de la préservation de la clause des Trois-Cinquièmes dans la constitution de Montgomery, reflet d’un geste sécessionniste empressé, voire paniqué. En effet, pourquoi conserver une telle provision destinée à garantir l’équilibre dans la représentation des États libres et esclavagistes alors que la confederacy se compose exclusivement d’États à esclaves?

7L’auteur ne s’intéresse pas qu’aux figures et aux événements historiques eux-mêmes. Le processus par lequel la nomenclature historique se compose retient aussi son attention. Par exemple, une expression comme « Tea Party » ne naît que vers les années 1830 dans un contexte de construction de la culture nationale. On apprend quelques chapitres plus loin que lors du 50e anniversaire de la Révolution, le sentiment public était propice à la célébration des derniers survivants de la génération révolutionnaire. On érigea donc en événement révolutionnaire fondateur un simple épisode d’insubordination coloniale aux accents carnavalesques.

8L’ouvrage se pose aussi en dialogue avec la culture américaine contemporaine. On perçoit la volonté de l’auteur d’éclairer le lecteur quant aux racines de la situation actuelle. Ainsi, au chapitre 7 portant sur l’Amérique jacksonienne et la démocratisation de la société américaine, Van Ruymbeke explique l’émergence d’un vocabulaire politique moderne reflétant l’extension de la participation citoyenne, mais aussi l’essor d’une culture politique de plus en plus populiste, un constat qui trouve un écho évident aujourd’hui.

9L’interrelation des questions de l’agrandissement territorial et de la pérennité de l’esclavage apparaît clairement au fil des chapitres, spécialement dans le cadre de l’épisode de la prise du Texas et de la Guerre contre le Mexique. Les grands compromis politiques, illustrés par les efforts constants d’Henry Clay d’établir un « système américain » par lequel toutes les sections du pays trouvent leur compte, avaient présidé à cette première moitié du xixe siècle. Or la détérioration du climat politique laisse poindre un affrontement presque inéluctable, spécialement au fil de la décennie 1850 dans un contexte culturel et intellectuel où une perspective plus morale sur l’esclavage émerge au Nord. Et justement, Van Ruymbeke situe l’éclosion d’Abraham Lincoln, alors jeune représentant de l’Illinois au Congrès, dans ce débat sur la constitutionnalité de la guerre mexicaine et sur l’impact de cette guerre sur le développement démocratique (destinée manifeste) d’une nation en expansion.

10Autre exemple de discussion historiographique, l’auteur termine l’excellent chapitre sur la Guerre de Sécession en explorant sa signification et sa place dans la mémoire collective. Si la confederacy demeure une parenthèse dans l’histoire du Sud, la guerre d’abolition refaçonne complètement la face de l’Amérique. Or, rappelle-t-il judicieusement en reconsidérant l’apport historien, en dépit de cette révolution sociale, cette « seconde Guerre d’Indépendance » (expression empruntée à Charles et Mary Beard) demeura longtemps l’occasion d’une réconciliation exclusive entre Blancs du Nord et du Sud.

11Les transformations sociales, démographiques et économiques liées à l’urbanisation et l’industrialisation s’accélèrent après la Reconstruction, présentée à juste titre comme un effort aux résultats mitigés. Le grand compromis de 1877 inaugure une ère de pragmatisme politique de développement industriel et territorial, qui à son tour soulève de nouvelles interrogations sur l’identité nationale. Et le peuplement de l’Ouest aura des répercussions funestes sur les populations indigènes. Van Ruymbeke aborde ce « Gilded Age » en s’attaquant à quelques figures mythiques. Notamment, on lit en détail le processus de fabrication du personnage de Buffalo Bill, héros du folklore western, en réalité un sombre braconnier massacrant des troupeaux entiers de bisons par pur plaisir mondain.

12Ce mythe identitaire s’appuie sur l’idée de la spécificité américaine, forgée par le contact au territoire, idée capturée en 1893 par l’historien Turner dans sa « thèse de la Frontière » alors que le pays expérimente ses premières démarches coloniales outre-mer. Les besoins de redéfinition du caractère national trouvent alors écho dans les conceptions du darwinisme social. Ici aussi, la perspective française de Van Ruymbeke ressort avec force lorsqu’il explore l’influence de l’anglo-saxonisme, même en France ! Un peu plus loin, l’auteur reprend la célèbre citation de Clémenceau (du moins au sein de l’historiographie francophone), exaspéré par ce Wilson idéaliste et moralisateur s’élançant « d’un magnifique essor, par-delà le temps et l’espace, pour planer dans le vide au-dessus des choses qui ont l’infériorité d’être » (369).

13Les chapitres couvrant les années 1920, la Dépression et la Seconde Guerre mondiale apparaissent plus classiques, suivant la chronologie et la présentation politiques habituelles, mais en symbiose avec la littérature récente et toujours en révélant les transitions socio-culturelles sous-jacentes. Un exemple de ces transitions habiles concerne le déclin subit de la popularité de Jane Addams, pionnière du travail social et héroïne du mouvement progressiste qui tombe pratiquement en disgrâce dans l’Amérique réactionnaire et antirouges des années 1920.

14Là où le manuel devient particulièrement indispensable et original, c’est dans son traitement des années du millénium, c’est-à-dire des années 2000 à nos jours. En effet, peu d’ouvrages de synthèse en français font un survol aussi bien suivi et détaillé de l’ère Bush-Obama-Trump.

15Le texte se lit bien, d’un style plaisant, et semble exempt d’erreurs factuelles, hormis un vain usage (à mon sens) d’anglicismes purement langagiers, ici et là, sans lien avec la matière elle-même (clash; last but not least). Et à vouloir se montrer scrupuleux, on devra bien relever cette confusion au sujet du brillant avocat progressiste, conseiller de Woodrow Wilson lors de la campagne de 1912, puis juge de la Cour Suprême fédérale durant près de 25 ans, Louis Dembitz Brandeis et non pas Louis David Brandeis.

16Une grande unité se dégage de ce récit. Le fil narratif est habilement tissé du premier au dernier chapitre. Le ton est réaliste, sans complaisance, mais également dénué de pessimisme et dépourvu d’imprécations moralisatrices. Un tour de force, donc, et bientôt un incontournable pour les enseignants comme pour le grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zacharie Leclair, « Bertrand Van Ruymbeke, Histoire des États-Unis »Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19644

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search