Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Passeurs de la littérature des Ét...Une amnistie sans pardon : Ezra P...

Passeurs de la littérature des États-Unis en France (1)

Une amnistie sans pardon : Ezra Pound en France. Premiers passages et passeurs

Jean Christophe Contini

Résumés

Souvent associé à Céline en raison de son antisémitisme et de sa conduite pendant la Seconde Guerre mondiale, Ezra Pound (1885-1972) et ses Cantos ont été découverts en France grâce aux traductions d’envergure réalisées par Denis Roche et la publication du double Cahier de l’Herne sous la direction de Dominique de Roux et Michel Beaujour, qui créent l’événement en invitant le « Grand Pan », à Paris, en 1965, à l’occasion de son 80e anniversaire, plus de quarante ans après son dernier séjour.

On oublie pourtant que cette réception française (qui met en relief une problématique en réalité plus singulièrement française qu’américaine polarisée autour de trois signifiants : nationalisme, fascisme, antisémitisme) fut initialement le fait de traductions et commentaires antérieurs commis par plusieurs poètes et écrivains français au milieu des années 1950 déjà : Alain Bosquet, Michel Mohrt, Michel Butor et René Laubiès notamment, qui traduit et publie en 1958 pour la première fois en français un recueil de Cantos et poèmes choisis de Pound.

Haut de page

Texte intégral

La réception française d’Ezra Pound

1Dans le champ littéraire et culturel français, de nombreux détails permettent de détecter l’existence d’un « malaise » dans la réception française d’Ezra Pound et de son œuvre, entre pardon inconditionnel et condamnation imprescriptible (Jankélévitch ; Derrida), mais aussi de supposer qu’il existe une problématique indigène que la trajectoire et l’œuvre du poète américain viennent réveiller, heurter, voire exacerber. Trois formes caractérisent principalement ce malaise : 1. des réactions violentes estimant que l’antisémitisme et la conduite de Pound pendant la guerre (sa trahison, la « collaboration ») sont impardonnables, sa folie mentale ainsi que ses œuvres étant intégralement décriées et dénoncées dans le même mouvement ; 2. des réactions plus tempérées qui insistent sur les apports révolutionnaires et la contribution indéniable de Pound à la poétique moderniste, mais qui condamnent la méprise idéologique et l’engagement fasciste de l’homme, soulignant sa folie tout en estimant qu’il est un grand poète du siècle et que son œuvre mérite une attention particulière ; 3. des réactions admiratives, parfois inconditionnellement partisanes du poète et des Cantos, plus difficiles à saisir, considérant tout autant le drame de la vie de Pound et ses souffrances que la portée révolutionnaire et la lucidité transhistorique de son grand poème épique.

  • 1 Cette phrase de Laubiès dans sa préface de 1958 fera réagir Deluy : « On sait qu’il paie cher ses i (...)
  • 2 « Le hasard a voulu que ce soit un peintre abstrait qui ait été l’introducteur de Pound en France. (...)

2Au milieu des années 1950, la réception française critique de Pound prend ainsi progressivement forme à travers plusieurs publications illustrant ces cas de figure : « La tentative poétique d’Ezra Pound » de Michel Butor dans la revue Critique est en 1956 le premier véritable geste critique attentif aux Cantos ; la réaction virulente d’Henri Deluy publiée dans Action poétique suit la publication d’un premier choix de Cantos traduits et préfacés par le peintre René Laubiès en 19581 ; la contribution d’Alain Bosquet « Pound, oui mais… » dans le second Cahier de l’Herne est assez ferme mais tempérée ; alors que celle de Pierre Bernard dans le même volume se montre en tout point favorable ; le même Laubiès, enfin, rappelle en 1965 dans le premier volume de ce double cahier qu’il fut le premier introducteur de Pound en France2.

  • 3 « En tout état de cause, il ne peut être question pour nous de considérer Ezra Pound comme un des p (...)
  • 4 Pour un aperçu global des différents contextes de la réception française de Pound, voir Cockram.

3En examinant la contribution d’Henri Deluy qui évoque en 1958 la responsabilité du poète, ses accointances avec le fascisme et son engagement propagandiste3, on remarque que c’est principalement au prisme du « passé imparfait » (Judt), de la guerre des écrivains (Sapiro) et de l’épuration des intellectuels (Assouline) caractérisant l’histoire du champ littéraire français du xxe siècle que la problématique de la réception éditoriale et critique française de Pound apparaît4. Bien que Deluy accorde quelque valeur à la singularité de la poétique poundienne, il nous paraît ainsi fondamental de considérer cette réception au regard du contexte historique et social des années 1950, marqué par le vote des lois d’amnistie et les débats vifs qui en découlent dans le sillage de la Libération et du syndrome de Vichy (Rousso), cela bien que Pound fût pourtant passablement éloigné du contexte français pendant la guerre.

  • 5 D’après les lettres adressées par Dominique de Roux à Georges Londaix les 11 novembre 1965 (lettre (...)
  • 6 Reçu par Gérard-Julien Salvi sur France Culture en 1975, Dominique de Roux raconte avoir découvert (...)

4On constate alors que la réception française de Pound gravite la plupart du temps autour d’un axe constitué par trois signifiants mis en relief par Michel Winock, trois termes qui selon nous justifient l’intérêt de son étude : nationalisme, antisémitisme, fascisme. Si elle a effectivement permis au public français de découvrir l’œuvre du poète américain, rappelons sur ce point que la parution du double Cahier de l’Herne a lieu dans le contexte des polémiques déclenchées par les publications consacrées par Dominique de Roux à Céline. Pour mieux comprendre pourquoi Pound a été, dans le cadre de sa réception française, associé à Céline (et aux controverses suscitées par la réédition de ses œuvres après l’épuration), on rappellera que le premier volume du Cahier de l’Herne consacré à Pound paraît en 1965, année de la publication du second cahier consacré à Céline ; que le second tome du cahier Pound5 précède de peu La mort de L.-F. Céline (Pound y est abondamment convoqué) que publie de Roux en 1966 et qui provoque une virulente controverse avec Jean-Pierre Faye, membre du comité de rédaction de la revue Tel Quel. Mais, au-delà de la polémique, et si Dominique de Roux et Tel Quel ont sans conteste fait découvrir Pound au grand public en France, on oublie pourtant la plupart du temps que plusieurs poètes, écrivains, critiques et traducteurs français s’étaient déjà attelés à sa réception quelques années avant la sortie des Cantos et poèmes choisis de Laubiès6. Ce sont ces premiers passages que l’on se propose de retracer.

Premiers passeurs et passages de Pound en France

  • 7 On y apprend également le projet de Bosquet de réaliser une revue littéraire internationale qui aur (...)
  • 8 Les premières Rencontres européennes de poésie ont eu lieu du 7 au 11 septembre 1951, au Casino de (...)

5Promoteur d’un cosmopolitisme international et acteur très actif dans l’espace culturel transnational (Boschetti) en plein essor dans l’après-guerre, Alain Bosquet publie ainsi deux poèmes de Pound traduits par ses soins dans la revue Planètes, tout en commentant par ailleurs sa trajectoire poétique dans deux anthologies d’envergure consacrées à la poésie et aux poètes américains en 1956 et 1960. À la lecture de sa correspondance avec Saint-John Perse (2004 79-83), on apprend que Bosquet prévoyait également de présenter Pound et de nombreux autres poètes américains dans le cadre du comité international pour une anthologie poétique mondiale annuelle7, envisagée dans le cadre des Rencontres internationales de poésie de Knokke-le-Zoute8, en Belgique (Trolliet 137-138). S’il reste prudent et ouvertement critique à l’égard de la trajectoire de Pound, on constate ici que le premier accueil de l’Américain dans le champ poétique français n’a pourtant pas suscité de réactions particulières, même s’il faut admettre qu’il n’a eu lieu que dans le champ restreint de la poésie.

  • 9 « Les poésies étrangères demeurent mal connues en France. Mal connues, mal diffusées. Les éditeurs (...)
  • 10 Ce repérage bibliographique pourrait être encore plus étudié dans le détail. Voir notamment Ansermo (...)
  • 11 « The River Merchant’s Wife: A Letter » (1915) et « Lament of the Frontier Guard » (1915).

6Bosquet fut un passeur et un traducteur très actif de la poésie américaine au cours des années 1950, mais, comme le souligne Henri Deluy, la poésie étrangère restait encore méconnue à l’époque9. Il fut pourtant dans l’après-guerre l’un des premiers à proposer des traductions françaises de poèmes de Pound, au-delà de celles, éparses, figurant antérieurement dans quelques anthologies de poésie américaine, comme celles d’Eugène Jolas (1928), de Léonie Villard (1945), Maurice Le Breton (1948), Sona Raiziss (1948), Charles Cestre (1948) et John Brown (1954)10. Le premier des deux numéros de la revue éphémère qu’il crée aux éditions Caractères en 1954 avec Bruno Durocher, Planètes, permet ainsi à Bosquet de présenter la traduction de deux poèmes de Pound11, aux côtés de ceux de Paul Valéry, Pierre Jean Jouve, Jules Supervielle, Pierre Emmanuel, Robert Sabatier, Joyce Mansour, Pierre-Albert Birot, Vicente Aleixandre, Juan Liscano et Pablo Neruda (Planètes).

7Bosquet ne s’intéresse cependant pas uniquement aux poèmes de Pound, ce dernier n’étant que l’un des nombreux poètes américains qu’il souhaite faire découvrir au public français, ce dont témoigne la conséquente Anthologie de la poésie américaine qu’il publie en 1956 et qui regroupe soixante-douze poètes : « […] le plus volumineux et le plus complet de tous les ouvrages français consacrés à la poésie américaine […] depuis Anne Bradstreet au xviie siècle, jusqu’aux jeunes poètes de 30 ans, révélés depuis 1950 » (« Notice des éditeurs » dans Bosquet, 1956 n. p.). Bien que des « complications juridiques [nous] empêchent d’inclure, dans la présente édition, des poèmes d’Ezra Pound » (314), il est pourtant évident que ce dernier figurait au programme, comme le souligne Bosquet dans son introduction qui le met encore une fois en exergue à propos de l’Imagisme :

L’imagisme groupe assez indifféremment poètes anglais et poètes américains ; on peut dire que c’est là le premier (et jusqu’à présent le seul) mouvement poétique anglo-saxon. En plus des Anglais D. H. Lawrence et Richard Aldington, le mouvement réunit Ezra Pound, H.D., Amy Lowell, John Gould Fletcher, Alfred Kreymborg. Ezra Pound (né en 1885) est de ce groupe, d’ailleurs assez vite dissous, le poète le plus brillant, le plus déconcertant, le plus varié ; tout compte fait, c’est l’un des plus vibrants poètes américains de ce siècle. Il n’est pas d’expérience qu’il n’ait tentée, de folie qu’il n’ait fait sienne. Grand curieux, il s’inspire de la poésie chinoise, de l’exemple grec et romain, de toutes les littératures qu’il lui arrive de découvrir. Dans ses Cantos notamment, il met sa verve au service d’un appétit lyrique sans bornes, avec un instinct de la plasticité et, quelquefois, une profondeur de pensée qui font oublier ses excentricités. C’est un Jean Cocteau avec l’ampleur d’un Gabriele d’Annunzio. Son moindre mérite n’est pas d’avoir influencé T. S. Eliot. (1956 21-24)

  • 12 À propos d’un numéro d’hommage à Pound que projette de publier la même année la revue suisse romand (...)
  • 13 Dans sa contribution au second volume du Cahier de l’Herne consacré à Pound, Bosquet dit sur ce poi (...)

8Une lettre de Bosquet adressée en 1958 au poète suisse Gilbert Trolliet12 indique cependant sa prudence et ses réserves à l’égard du poète : « Oui, j’ai reçu une demande de collaboration à l’hommage à Pound. J’y répondrai sans doute. En réalité, je n’aime pas qu’on fasse appel à mes “sentiments de cœur” pour travailler gratuitement. Et puis, ne nous y trompons pas, Pound n’est pas l’un des deux plus grands poètes des U.S.A. Il faudra qu’on me laisse la liberté de le dire » (Bosquet 1958)13. L’introduction de la seconde anthologie consacrée par Bosquet aux poètes américains en 1960, Trente-cinq jeunes poètes américains, comprend pourtant encore une fois une présentation de Pound, ainsi que l’un des deux poèmes déjà traduits dans Planètes deux ans plus tôt :

Ezra Pound (né en 1885). Enfermé dans un hôpital psychiatrique, de 1945 à 1958, dans l’attente d’un procès en haute trahison pour collaboration avec le gouvernement Mussolini pendant la Seconde Guerre mondiale, procès qui n’eut jamais lieu, Ezra Pound est vite devenu, aux yeux des jeunes poètes, le martyr même de la poésie, et la victime idéale d’une société hostile à la poésie. Dès 1912, le chef de l’imagisme prône l’emploi de la langue courante et du vers libre, l’avènement de l’image ennemie des généralités et des abstractions, la concision, « essence même de la poésie ». Dans son œuvre, Ezra Pound se montre un poète remuant, fantasque, désordonné mais doué d’une verve remarquable. C’est un étrange malaxeur de cultures imprévues, un érudit qui entasse, pêle-mêle, les échos de poésie ancienne qu’il est l’un des rares à cultiver avec amour ; on trouvera dans ses compositions hautes en couleur et criardes au point de passer pour excessivement exhibitionnistes, des citations chinoises, grecques, italiennes, provençales, espagnoles. L’appétit du lyrisme et l’excentricité sont des péchés mignons. Il y a, en lui, du Cocteau, virtuose caracolant, sympathique dans ses pirouettes ; et du d’Annunzio, insupportable par ses poses, son goût baroque, son emphase. Ce martyr à la mode napolitaine a su attirer vers sa baraque foraine un grand nombre de ses compatriotes, hypnotisés par tant de connaissances mal digérées. Ses adaptations du chinois méritent davantage l’attention, même si elles sont moins tapageuses. (1960 27-29)

  • 14 Les traductions de Pound réalisées par Denis Roche ont influencé de nombreux traducteurs de la poés (...)

9Dans le cadre de la réception critique du modernisme anglo-américain, inaugurée par René Taupin dans sa thèse de doctorat de 1929, et même si Bosquet s’affirme comme un acteur important dans le champ de la traduction poundienne, c’est à l’écrivain Michel Butor qu’il faut attribuer la paternité de la première véritable étude critique des Cantos en 1956, presque dix ans avant la publication du double Cahier de l’Herne et seulement un an après que Michel Mohrt eut traduit quelques extraits de Cantos dans son appel à la libération de Pound, publié dans Arts et spectacles en 1955. Butor publie ainsi « La tentative poétique d’Ezra Pound » dans la revue Critique, texte qui sera plus tard repris dans Répertoire (Minuit, 1960), puis réédité dans Essais sur les modernes (Gallimard, 1961). L’écrivain français est ainsi, après Mohrt et Bosquet, l’un des premiers lecteurs à se pencher plus attentivement sur l’œuvre de Pound et plus particulièrement sur les Cantos dont il traduit quelques vers et passages. Le critique français précède donc ici les autres passeurs de la réception poundienne en France déjà rencontrés, mais également Dominique de Roux, qui publie le double Cahier de l’Herne consacré à Pound en 1965, et Denis Roche, membre de la revue Tel Quel, qui s’associe à Dominique de Roux et traduit les Cantos pisans ainsi que l’ABC de la lecture aux éditions de L’Herne en 1965 et 196614.

Michel Butor, 1956 : une critique raisonnée des Cantos

10Prix Renaudot 1957, Butor rassemble en 1960 dans Répertoire une série d’études et de conférences consacrées à la modernité qu’annonçaient Baudelaire, Mallarmé, Dostoïevski et Jules Verne, ainsi qu’au renouveau de la littérature et du roman qu’il examine dans les œuvres de Proust, Roussel, Joyce, Faulkner. Tout d’abord publiée dans la revue Critique en 1956, « La tentative poétique d’Ezra Pound » témoigne d’une position en quelque sorte médiane et modérée dans le cadre de la réception française de Pound. L’auteur de La Modification y rappelle tout d’abord la réédition des œuvres de Pound et signale les études publiées depuis la fin de la guerre. Il évoque ensuite le rôle central de ce dernier dans l’évolution des lettres anglo-saxonnes de la première moitié du xxe siècle, ainsi que sa reconnaissance tardive comme l’un des plus grands poètes du siècle, reconnaissance qui n’a pu selon lui se réaliser qu’une fois « l’aventure terminée dans la catastrophe », une fois « Ezra Pound condamné et enfermé, ses folies étant désormais devenues inoffensives » (206).

11Illustrant cette folie par la métaphore d’un cristal tout aussi merveilleux qu’ébréché, Butor revient sur l’utopie que le poète américain voulut mettre en œuvre à travers sa poétique, mais évoque également ses textes plus théoriques ainsi que les discours antiaméricains proférés à la radio fasciste. Rappelant le jugement pour aliénation mentale qui lui permit d’échapper à la condamnation à mort, précisant que c’est dans le camp de concentration de Coltano que les Cantos pisans furent écrits, l’écrivain français se penche ensuite sur la tentative poétique des Cantos et examine leur dessein révolutionnaire. Il souligne alors la valeur très forte que l’Américain confère à la poésie pour la bonne marche de la société : « parce qu’elle est la sauvegarde, l’hygiène et la médecine du langage », mais estime toutefois que pour « séparer le blé de la terrible ivraie qui l’enlace si étroitement, il fallait être d’une manière ou d’une autre débarrassé de l’homme et de ses folies » (206). Butor tente à partir de là de dégager un espace de réflexion permettant d’examiner la singularité et les intentions du grand poème épique :

  • 15 Cette citation de Pound provient de son ouvrage Guide to Kulchur (194). Pound y évoque la paternité (...)

« Il n’y a pas de mystère à propos des Cantos », nous dit Pound, « ils sont le conte de la tribu »[15] ; poème épique, c’est-à-dire « poème intégrant l’histoire », ils devraient être pour l’humanité présente le moyen d’assainir la conscience qu’elle a d’elle-même et de son devenir. Le malheur, le drame de Pound, c’est qu’ils ne parviennent pas à être le conte de la tribu ; c’est que, partant d’un certain nombre d’appréhensions remarquablement adéquates, ils se mettent à dévier dans une direction si aberrante, que la tribu ne peut les adopter, qu’ils restent le conte du pauvre Ezra Pound, de l’isolé qui peu à peu a perdu le contact avec son propre temps, et les Cantos pisans sont une pathétique lamentation du poète sur l’écroulement de ses espoirs. Telle une fourmi solitaire issue d’une fourmilière détruite / Issu du naufrage de l’Europe, ego scriptor. (208-209)

  • 16 « Rabaisse ta vanité / Tu es un chien battu sous la grêle / Une pie gonflée dans un soleil changean (...)
  • 17 De Mohrt, on pourra lire le chapitre qu’il consacre à Pound dans le deuxième volume de L’Air du lar (...)
  • 18 « [C]’est pour rejoindre le grand procès régulateur de la nature qu’il désire maintenant sentir son (...)

12Butor suggère qu’Ezra Pound a perdu le contact avec son temps et que les Cantos pisans sont une lamentation du poète sur ses espoirs déçus, une souffrance pathétique que Pound exprime notamment dans le Canto LXXXI (2013 560, 56516) devant la vanité et l’échec de son idéal, Canto qu’avait également choisi Mohrt en 1955 dans son appel à la libération de Pound17. Bien plus tard, en 1966, s’approchant de la fin de sa vie, Pound écrira dans les « esquisses et fragments » du dernier Canto (2013 819-823), l’épiphanie d’une ultime vérité dans laquelle il consent à dissoudre son âme18 :

Pour l’éclair bleu et les instants
                              benedetta
les jeunes paient pour les vieux
                       voilà la tragédie
Et il y eut une belle journée de paix.
                L’oiseau de Brancusi
                               dans le repli des pins
ou quand la neige était comme l’écume
         Le ciel au crépuscule serti de rameaux d’orme.
Sous la Rupe Tarpeia
    Libérez-vous de vos jalousies en pleurant –
Pour construire une église
                 ou un autel à Zagreus Ζαγρευς
Fils de Sémélé Σéμéλη
Sans jalousie
                comme l’arche double d’une fenêtre
Ou une grande colonnade.
M’amour, m’amour,
   qu’est-ce que j’aime et
                          où es-tu ?
dans cette lutte avec le monde
   c’est mon centre que j’ai perdu.
Les rêves se heurtent
   et volent en éclats –
alors que je voulais construire un paradiso
                                                           terrestre.
J’ai voulu écrire le Paradis
Ne bouge pas,
   Laisse parler le vent
                               Tel est le Paradis.
Que les Dieux pardonnent ce
                    que j’ai fait
Puissent ceux que j’ai aimés tenter de pardonner
                     ce que j’ai fait (« Notes pour CXVII et seq. », 2013 820-821, traduction d’Yves di Manno)

13Michel Butor ne s’attarde pas longuement sur les lamentations de Pound et préfère se pencher plus attentivement sur l’analyse des Cantos. Soulignant leur difficulté d’accès, il explique qu’ils exigent du lecteur une connaissance préalable des multiples références littéraires, historiques, géographiques, linguistiques et politiques que Pound n’a cessé d’y injecter. Butor évoque également les traductions en langue anglaise réalisées par l’Américain à partir d’œuvres de la poésie et de la littérature gréco-latine, de la poésie provençale des troubadours, mais aussi d’œuvres poétiques et philosophiques chinoises. La Chine apparaît dans une section des Cantos (Minière 2006) et l’auteur rappelle qu’elle est pour le poète américain « la terre classique par excellence, celle d’où il attend l’éclaircissement, le paradis, le règne d’Aphrodite née de l’écume » (Butor 213).

  • 19 Pour plus de détails, voir les passages consacrés à « la dissidence monétaire d’Ezra Pound » dans l (...)

14L’écrivain français retrace ainsi clairement le projet initial et le cheminement évolutif des Cantos, concluant sa présentation par une thématique que Pound met en exergue dans ses analyses des guerres et de leurs causes : l’usure. Comme pour toute une génération d’intellectuels et d’écrivains, la Première Guerre mondiale a fortement marqué le poète de l’Idaho, tout comme la perte de son ami sculpteur Henri Gaudier-Brzeska, mort au combat. Les guerres de 1870 et 1914 sont ainsi longuement évoquées dans les Cantos, comme dans le Canto XVI où Pound cherche à comprendre et résoudre le problème suivant : « comment se fait-il que l’harmonie du monde ait été brisée, qu’il soit devenu un enfer ? Est-il possible de sortir de cet enfer et de quelle façon ? » (Butor 215). De longues méditations s’enchaînent dès lors dans le poème épique, du côté de l’histoire américaine et chinoise, l’usure prenant place au centre de la justification des causes du « mal »19.

15Butor rappelle ensuite le désir de Pound de fonder un nouveau monde en concourant à une Renaissance occidentale ancrée dans le fil de la Révolution américaine, raison pour laquelle il convoque John Adams qui aurait selon lui pu servir de Confucius aux Américains. Mais la Révolution américaine ayant échoué, Pound reporte ses espoirs sur le fascisme mussolinien, avant qu’une nouvelle guerre n’intervienne qui, nous dit Butor, « brise Pound et ses illusions » (217). Cette brisure au cœur des Cantos pisans conduit l’auteur à inciter le lecteur à regarder le texte avec attention pour surmonter « l’irritabilité que celui-ci ne saurait manquer de lui inspirer » (218). Soutenant que la tentative poétique de Pound se solde par un échec, il souligne toutefois la merveilleuse précision des outils que le poète américain a réussi à se forger pour une appréhension poétique inédite de l’Histoire, qui mérite selon lui d’être reprise :

Il est bien certain que la tentative de Pound se solde par un échec presque complet, qu’elle a été viciée dès son point de départ par l’insuffisance de ses aspects théoriques, qu’elle est à reprendre de fond en comble, mais je crois qu’il faut la reprendre. Car la poésie du lyrisme individuel, après avoir brillé d’un vif éclat pendant la première moitié de ce siècle est arrivée aujourd’hui à un point de stagnation, et les Cantos indiquent une direction toute différente, dans laquelle la poésie actuelle ne peut manquer un jour ou l’autre, d’une manière ou d’une autre, de s’engager, puisque, dans l’écartèlement de notre conscience, produit par le changement des dimensions du monde, nous avons le plus urgent besoin de trouver par de nouveaux modes de chants et de contes le moyen de maîtriser cette complexité, d’éclaircir cette confusion, d’inventer de nouveaux chants et de nouveaux contes grâce auxquels, peu à peu, toute notre tribu puisse se retrouver, se reconnaître et se comprendre. (Butor 219)

Au mitan du siècle : le passage de témoin à la nouvelle génération

16La traduction publiée par Laubiès en 1958 constitue véritablement le premier moment de la réception française des Cantos, mais aussi celui où se déclenche le débat qui la caractérisera, à l’image de la réaction virulente de Deluy dans Action poétique immédiatement après la parution du volume. Malgré la polémique, on constate cependant que le choix éditorial de Laubiès permet enfin d’envisager l’ensemble de l’œuvre poundienne présentée en trois parties distinctes : Mauberley, Poems from Lustra, Cantos (VII, XII, XII, XVI, XXVII, LXXXI), assorties d’une bibliographie des ouvrages de Pound. Outre la traversée des trois civilisations américaine, européenne et chinoise, les principales thématiques poundiennes sont abordées : l’usure (Canto XII), le combat contre la vanité (Canto LXXXI), la guerre (Canto XVI).

17Après cette première véritable introduction des Cantos en France à la fin des années 1950, le début de la décennie suivante connaît une nouvelle génération d’écrivains et de revues qui marquera le paysage culturel et intellectuel français : L’Herne avec Dominique de Roux, mais aussi Tel Quel avec Philippe Sollers, Marcelin Pleynet et Roche, des figures avant-gardistes et révolutionnaires qui marqueront durablement, avec quelques autres, le milieu culturel, littéraire et poétique français de la seconde moitié du xxe siècle. Et c’est précisément sous la houlette de L’Herne et de Tel Quel que la réception française critique et éditoriale de Pound prendra véritablement son essor (Contini 2021), s’inscrivant plus solidement encore dans le champ poétique français.

  • 20 Ernest Walsh, venu à Paris en 1922, est un poète américain et l’éditeur de la petite revue This Qua (...)
  • 21 Il s’agissait d’un projet de fonds pour financer les écrivains dans le besoin (comme Eliot).

18Il faut également mentionner ici le fait, point capital qui justifie le terme de passage de témoin, que c’est au début des années 1960 que paraîtront, trente-cinq ans plus tard, des témoignages qui seront favorables à Pound, notamment en raison des nombreuses anecdotes qui évoquent son séjour parisien au début des années 1920. La parution des Gazettes d’Adrienne Monnier en 1953, de Rue de L’Odéon en 1960 et de Shakespeare and Company de Sylvia Beach en 1962 ont ainsi contribué à la réception française de Pound, grâce aux détails foisonnants et souvent savoureux qu’elles contiennent, à l’instar de la traduction française de Paris est une fête d’Ernest Hemingway publiée en 1964, où l’on découvre ce qu’Ernest Walsh20 pensait de lui : « Ezra Pound est un grand poète […]. Noble, vraiment noble » (Hemingway 154) ; Hemingway concluant lui-même son ouvrage par un compliment (évoqué par Sollers en 1994) adressé à Pound au regard de son « Bel Esprit »21, le poète étant pour lui « l’écrivain le plus généreux qu’il ait connu et le plus désintéressé, aidant les poètes, les peintres, les sculpteurs et les prosateurs, mobilisant des mécènes comme Nathalie Barney, riche Américaine liée à Rémy de Gourmont, pour venir en aide à ses amis » (Hemingway 261).

  • 22 On trouvera des références plus précises sur les petites revues publiées à Paris à cette période da (...)

19Au-delà des souvenirs narrés par Monnier, Beach et Hemingway qui donnent dans l’ensemble une image avantageuse de Pound (notamment grâce à son engagement en faveur des petites revues anglo-américaines22), on retiendra particulièrement le fait que ces ouvrages paraissent au moment même où Denis Roche publie « Pour Ezra Pound », ainsi que la traduction d’extraits des conceptions de la poétique poundienne dans la revue Tel Quel. C’est également à ce moment que paraît la traduction française de l’étude critique Ezra Pound de l’Écossais George Sutherland Fraser (1965), publiée sous la houlette de Dominique de Roux. La transmission de témoin à une nouvelle génération de passeurs a indéniablement eu lieu au début des années 1960, renforçant ainsi peu après le mitan du xxe l’ancrage de la réception française de Pound et de son œuvre, particulièrement pour les Cantos.

Tel Quel – L’Herne (1961-1965) : des traducteurs et des revues

  • 23 Sur le célèbre « Make It New », pour faire le lien avec des passeurs d’aujourd’hui, on peut se réfé (...)

20À partir de 1961, la réception française de Pound passe aux mains des traducteurs, éditeurs et critiques du champ littéraire français. Sur les pas des Bosquet, Mohrt, Butor, Laubiès et Deluy, Denis Roche et Dominique de Roux reprennent le flambeau avec une publication consacrée en 1962 à Pound dans Tel Quel et la publication du Cahier de l’Herne en 1965, ainsi que la traduction française de l’ouvrage de Fraser retraçant la vie et l’œuvre de Pound (1960). Le nom de Dominique de Roux n’y figure pas, mais on sait avec certitude qu’il est alors directeur des Éditions universitaires depuis 1963 et que cette publication a été réalisée sous son impulsion (Barré 199). Traduit par Pierre Alien, l’ouvrage de Fraser est une étude panoramique de l’œuvre d’un Pound présenté comme « l’écrivain le plus controversé de ce siècle du point de vue esthétique, moral et culturel » (Fraser 7). Considérant que Pound n’est pas un poète qui puisse être ignoré (8), Fraser évoque la réception ambivalente des Cantos de Pound, soulignant d’une part « qu’il a pris sur lui toute l’histoire du monde, les ruines et les naufrages. Il en fut écrasé », mais qu’il a d’autre part, et malgré l’échec et l’oubli qui l’ont menacé, « toujours fait entendre la jeune voix de l’Amérique », grâce à une force plus grande qui les a surmontés, « l’impulsion créatrice fondamentale » qui définissait son entreprise : make it new ! (118)23.

  • 24 On se réfère ici à la quatrième de couverture du livre de Loubet del Bayle (1969) : « À travers les (...)

21En 1960, Dominique de Roux et Denis Roche ne sont âgés respectivement que de 25 et 23 ans lorsqu’ils commencent à s’intéresser de près à Pound. Que représente ce dernier et pourquoi trouvent-ils en quelque sorte en lui une puissante figure d’identification ? S’agit-il de pallier l’absence ou le manque de figures poétiques françaises ? S’agit-il d’une volonté de renouvellement vis-à-vis de l’ancienne génération que L’Honneur des poètes et les écrivains et intellectuels résistants incarnent, à l’instar d’un Char en poésie, d’un Camus ou d’un Mauriac en prose ? Ces jeunes hommes nés dans les années 1930 se sont-ils sentis étrangers ou ont-ils refusé de s’identifier à cette génération, dans l’après-coup de la guerre des écrivains et de l’épuration des intellectuels ? Pound leur aurait-il par ailleurs rappelé la ferveur humaniste personnaliste et créatrice des non-conformistes des années 1930 qui prônaient, comme lui d’une certaine façon, l’édification d’une troisième voie sociale, économique et politique pour revitaliser une Europe à peine sortie du chaos, de l’erreur et de l’horreur ? Par solidarité de génération, on vit alors des intellectuels d’obédiences idéologiques et politiques diverses « collaborer aux mêmes revues plus ou moins éphémères, parler le même langage et partager le même rêve de renouvellement de la pensée politique française »24, tels Daniel-Rops, Jean de Fabrègues, Georges Izard, Jean Lacroix, Philippe Lamour, Alexandre Marc, Thierry Maulnier, Emmanuel Mounier, Denis de Rougemont, Pierre-Henri Simon.

  • 25 Dans le numéro 6 de 1961, Tel Quel publiait une traduction du Canto IV réalisée par Didier Alexandr (...)
  • 26 Dans « Notes sur le rythme ou Comment faire un impair », Deguy propose une remarque sur la fameuse (...)
  • 27 Texte constitué d’extraits traduits par Roche à partir des ouvrages Pavannes and Divisions (1918) e (...)

22Quoi qu’il en soit, c’est bien Tel Quel qui lance l’offensive dans un premier temps, tout d’abord en 1961 avec une traduction du Canto IV25, puis en 1962 surtout, avec la publication du numéro 11. On y retrouve au sommaire quelques auteurs déjà évoqués, mais aussi d’autres noms qui contribueront au rayonnement du champ littéraire et poétique français de la seconde moitié du xxe siècle : Denis Roche, Michel Butor, Michel Deguy26, Philippe Sollers et Umberto Eco. Le numéro présente les extraits d’un texte de Pound intitulé « L’art de la poésie »27, qui permet de situer rapidement avec précision les principaux « crédos » de la poétique poundienne : rythme, symboles, technique, forme (Pound, 1962 11-16). Il est suivi du texte de Roche évoqué ci-après, « Pour Ezra Pound » (17-24), ainsi que d’un texte de Jean Thibaudeau, d’articles rédigés par Eco sur Joyce, de deux textes de Butor et Sollers, puis d’un choix critique de textes réalisé par Roche à propos de la poésie d’E.E. Cummings, grand ami et fervent défenseur de Pound. D’autres textes de Deguy, Pleynet, Ricardou, Munier et André complètent le numéro.

  • 28 Roche cite un extrait qu’il traduit à partir de la version originale (1960) de l’ouvrage de Fraser  (...)

23Ainsi pour Roche dans la trajectoire de Pound : « La catastrophe côtoie la gloire » (Roche, 1962 17). S’appuyant sur une analogie au « Paysage avec tour » de 1909 de Kandinsky (il doit s’agir en réalité du Paysage à la tour de 1908), Roche revient sur le parcours de l’Américain et retrace la trajectoire de ses multiples activités créatrices, évoquant l’expérience de l’Imagisme et les premières tentatives d’écriture des Cantos qui remonteraient à 1904-1905. Affirmant qu’il n’a jamais été ce « dernier Américain vivant la tragédie de l’Europe » (19), rôle qu’il parut parfois affectionner, Roche raconte alors les voyages de Pound et ses installations à Londres, Paris et Rapallo, avant d’évoquer sa rencontre avec les travaux d’Ernest Fenollosa, avec la poésie et les idéogrammes chinois, puis de revenir sur « cette épopée un peu trouble qu’on ne pardonnera jamais au renégat Pound, qui n’avait jamais été particulièrement tendre pour son pays » (22). Dans cette présentation, Roche n’oublie pas d’évoquer les discours diffusés sur les ondes de Radio Rome, sur lesquelles Pound « vitupère contre les Alliés, les Juifs, contre ses anciens amis » (22). Mettant en avant l’audace et la vivacité constante du poète, mais également sa vaine tentative de rejoindre le train diplomatique « qui rapatrie un grand nombre d’Américains qui habitaient l’Italie » (22), Roche présente encore, avant de conclure, quelques éléments du rapport final de la commission médicale chargée de statuer sur la responsabilité de Pound en vue de son jugement pour haute trahison28. Au-delà des éléments biographiques qu’il donne à lire, Roche témoigne par ailleurs dans ce texte de son indiscutable attrait pour la question singulière de la forme dans la poétique moderniste poundienne, forme dont la majorité des commentateurs admettent le caractère révolutionnaire.

  • 29 Traduction rééditée (bilingue) en format poche par Points en 2016.

24Peut-être plus que Tel Quel, dont il fut quelque temps l’un des acteurs, et principalement grâce à la traduction des Cantos pisans29 et de l’ABC de la lecture, Denis Roche aura sur ce point considérablement contribué à inscrire le poète américain dans le champ poétique français, tout comme ces premiers passeurs quelque peu oubliés que furent Bosquet, Mohrt, Butor et Laubiès, mais aussi bien évidemment de Roux et les nombreux collaborateurs qui ont participé à l’entreprise du double Cahier de l’Herne au milieu des années 1960. C’est à n’en pas douter grâce à ces acteurs du champ littéraire et éditorial que la réception française de Pound et de son œuvre s’est déployée, a pu se poursuivre et se pérenniser ensuite, notamment grâce aux textes régulièrement publiés par Sollers et Pleynet, ou aux textes consacrés à Pound que continueront de publier quelque temps Dominique de Roux (1968) et Denis Roche (1992).

Depuis lors, la réception de Pound : encore

  • 30 En plus des premiers passeurs et de Roche, il serait intéressant d’établir la liste des traducteurs (...)
  • 31 Avec traduction des Cantos XXXIV, XXXIX, XLVII, XLIX par D. Roche.
  • 32 Entreprise dont de Roux fut évincé par le comité, alors qu’il en était le créateur et le fondateur.
  • 33 Par exemple à l’instar des éléments proposés par J.-M. Gleize dans une récente biographie de Denis (...)

25Il serait bien entendu trop fastidieux de rendre compte ici des détails de la réception française poundienne des années 1970 à aujourd’hui, bien que ce pan essentiel soit pourtant conséquent et foisonne d’études critiques et universitaires passionnantes, ainsi que de nombreuses traductions des œuvres de Pound réalisées par divers traducteurs, On mentionnera évidemment la première édition française intégrale des Cantos, l’un des événements majeurs de cette réception en 198630. Signalons également les articles publiés par Pleynet dans L’Infini (2002, 2008, 2014), les textes de Sollers, notamment dans la revue Promesse (1968)31, mais aussi dans La Guerre du goût (1994) et le Dictionnaire amoureux de Venise (2004), ou encore les parutions récentes de la traduction française de l’autobiographie de la fille de Pound, Mary de Rachewiltz (2017), ainsi que la traduction française de la traduction anglaise jadis réalisée par Pound de l’Anthologie classique de Confucius aux éditions Pierre-Guillaume de Roux (2019). À l’heure où Ezra Pound en enfer de Pierre Rival32 présente l’image d’un Pound réduit à la photographie du salut fasciste effectué lors de son retour en Italie en 1958 après douze années d’enfermement, il ne semble pas inutile de rappeler qu’un retour aux initiatives des premiers acteurs de la réception française de Pound et de son œuvre permettrait indéniablement de gagner en prudence et en intelligence33.

  • 34 On peut se reporter aux travaux de L. Veza, à ceux plus récents de S. Fauchereau, H. Aji, B. Tadié, (...)

26Soulignons enfin, pour conclure, l’intérêt que présente l’étude du modernisme anglo-américain pour une appréhension comparative, historique et critique de la modernité poétique française au xxe siècle34. En étudiant plus précisément l’influence qu’a exercée Pound sur de nombreux poètes, écrivains, intellectuels et traducteurs du champ littéraire et culturel français, pourrait-on dès lors envisager une réflexion plus approfondie sur ce que l’on qualifierait volontiers de « modernisme français » ? La réception française critique et éditoriale d’Ezra Pound constitue à n’en pas douter un prisme susceptible de réfracter les rayons d’un contexte politique français souvent exacerbé dans l’actualité culturelle et littéraire contemporaine, toujours aux prises avec ses vieux démons.

Haut de page

Bibliographie

AJI, Hélène. Ezra Pound et William Carlos Williams. Pour une poétique américaine. Paris : L’Harmattan, 2001.

AJI, Hélène, Céline MANSANTI et Benoît TADIÉdir. Revues modernistes, revues engagées (1900-1939). Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011.

ANSERMOZ-DUBOIS, Félix. L’interprétation française de la littérature américaine d’entre-deux-guerres (1919-1939). Essai de bibliographie. Préface de Franck-L. Schœll. Lausanne : Imprimerie de La Concorde, 1944.

ASSOULINE, Pierre. L’épuration des intellectuels, 1944-1945. Bruxelles : Complexe, 1985.

BARRÉ, Jean-Luc. Dominique de Roux. L’homme des extrêmes. Paris : Perrin, 2013.

BEACH, Sylvia. Shakespeare and Company. Paris : Mercure de France, 1962.

BEAUJOUR, Michel, et Dominique de ROUX, dir. Ezra Pound I. Cahier de l’Herne, n° 6. 1965. Paris : Fayard, 1997.

BEAUJOUR, Michel, et Dominique de ROUX, dir. Ezra Pound II. Cahier de l’Herne, n° 7. 1966. Paris : Fayard, 1997.

BERNARD, Pierre. « Pound – La cage invisible ». Ezra Pound II. Cahier de l’Herne, n° 7. 1966. Dir. Michel Beaujour et Dominique de Roux. Paris : Fayard, 1997, p. 584-585.

BIENNALES INTERNATIONALES DE POÉSIE. Un demi-siècle de poésie, t. II. Dilbeek : La Maison du Poète, 1954.

BOSCHETTI, Anna, dir. L’espace culturel transnational. Paris : Nouveau Monde, 2010.

BOSQUET, Alain, éd. Anthologie de la poésie américaine. Des origines à nos jours. Traduit de l’anglais par Alain Bosquet. Paris : Gallimard, 1956.

BOSQUET, Alain. Lettre à Gilbert Trolliet du 21 août 1958. Fonds Gilbert Trolliet. Université de Lausanne : Centre des Littératures en Suisse Romande, boîte n° 39.

BOSQUET, Alain, éd. Trente-cinq jeunes poètes américains. Traduit de l’anglais par Alain Bosquet. Paris : Gallimard, 1960.

BOSQUET, Alain. « Pound, oui mais… ». Ezra Pound II. Cahier de l’Herne n° 7. 1966. Dir. Michel Beaujour et Dominique de Roux. Paris : Fayard, 1997, p. 581-583.

BOSQUET, Alain. Correspondance avec Saint-John Perse, 1942-1975. Paris : Gallimard, 2004.

BROWN, John. Panorama de la littérature américaine. Paris : Gallimard, 1954.

BUTOR, Michel. « La tentative poétique d’Ezra Pound ». Critique, n° 106, 1956, p. 206-219.

CASTLETON, Edward. « Une “armée d’hérétiques” face à une “croix d’or”. Le premier populisme américain et l’hétérodoxie monétaire ». Critique, n° 776-777, 2012, p. 24-35.

CESTRE, Charles. Les poètes américains. Paris : Presses universitaires de France, 1948.

COCKRAM, Patricia. « Très, Très Tard: Ezra Pound and France ». Paideuma: Modern and Contemporary Poetry and Poetics, vol. 35, n° 1/2, 2006, p. 133-155.

CONTINI, Ennio, et Ezra POUND. L’Alleluja. Poesie di Ennio Contini e La prima decade dei Cantos di Ezra Pound. Cantos traduits de l’anglais par Mary de Rachewiltz, en collaboration avec l’auteur. Mazara : Società editrice siciliana, 1952.

CONTINI, Jean Christophe. « Pound en Suisse romande : circonstances, enjeux et significations d’une aventure éditoriale (la revue Présence) ». Thèse de doctorat, Université de Genève, 2019.

CONTINI, Jean Christophe. « Ezra Pound : Tel quel ! ». TRANS-. Revue de littérature générale et comparée, n° 26, 2021. Page consultée le 21 novembre 2022.

DEGUY, Michel. « Notes sur le rythme ou Comment faire un impair ». Langue française, n° 56, 1982, p. 50-62.

DELUY, Henri. « De là les colères. Cantos et poèmes choisis d’Ezra Pound ». Action poétique, n° 3-4, 1958, p. 61-64.

DERRIDA, Jacques. Pardonner. L’impardonnable et l’imprescriptible. Paris : Galilée, 2012.

FAUCHEREAU, Serge. Paris-New York. Échanges littéraires au xxe siècle. Paris : Centre Georges Pompidou, 1977.

FORD, Hugh. Published in Paris. L’édition américaine et anglaise à Paris, 1920-1939. Paris : IMEC Éditions, 1996.

FRASER, George Sutherland. Ezra Pound. Traduit de l’anglais par Pierre Alien. Paris : Éditions universitaires, 1965.

GLEIZE, Jean-Marie. Denis Roche. Éloge de la véhémence. Paris : Seuil, 2019.

HEMINGWAY, Ernest. Paris est une fête. 1964. Traduit de l’anglais par Marc Saporta. Paris : Gallimard, 2012.

JANKÉLÉVITCH, Vladimir. L’imprescriptible. Pardonner ? Dans l’honneur et la dignité. Paris : Seuil, 1986.

JOLAS, Eugène, éd. Anthologie de la nouvelle poésie américaine. Paris : Kra, 1928.

JUDT, Tony. Un passé imparfait. Les intellectuels en France, 1944-1956. Paris : Fayard, 1992.

LAUBIÈS, René. Ezra Pound. Cantos et poèmes choisis. Éd. René Laubiès. Traduit de l’anglais par René Laubiès. Paris : Pierre Jean Oswald, 1958.

LE BRETON, Maurice, éd. Anthologie de la poésie américaine contemporaine. Paris : Denoël, 1948.

LOUBET DEL BAYLE, Jean-Louis. Les non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française. Paris : Seuil, 1969.

MANSANTI, Céline. La Revue Transition (1927-1938). Le modernisme historique en devenir. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009.

MINIÈRE, Claude. Pound caractère chinois. Paris : Gallimard, 2006.

MOHRT, Michel. « Libérez Ezra Pound ». Arts et spectacles, n° 543, 23-29 novembre 1955, p. 1, 6.

MOHRT, Michel. « Ezra Pound, Il miglio faber ». L’Air du large, t. II. Paris : Gallimard, 1987, p. 104-108.

MONNIER, Adrienne. Les Gazettes (1923-1945). Paris : René Julliard, 1953.

MONNIER, Adrienne. Rue de l’Odéon. Paris : Albin Michel, 1960.

MURAT, Laure. Passage de l’Odéon. Sylvia Beach, Adrienne Monnier et la vie à Paris dans l’entre-deux-guerres. Paris : Fayard, 2003.

MOUSLI, Béatrice, et Guy BENNETT. Poésies des deux mondes. Un dialogue franco-américain à travers les revues, 1850-2004. Traduit de l’américain par Marina Dick et Jean-Michel Espitallier. Paris : Ent’revues, 2004.

NORTH, Michael. « The Making of “Make It New” ». Guernica : A Magazine of Global Arts and Politics, 2013. www.guernicamag.com/the-making-of-making-it-new/. Page consultée le 9 juillet 2020.

Planètes, n° 1. Paris : Caractères, 1954, n. p.

PLEYNET, Marcelin. « L’épopée d’Ezra Pound ». 2002. L’Infini, n° 79. Paris : Gallimard, 2002.

PLEYNET, Marcelin. « Ezra Pound, les Cantos. Classique du xxe siècle ». L’Infini, n° 101-102. Paris : Gallimard, 2008, p. 113-117.

PLEYNET, Marcelin. « Ezra Pound politique ». L’Infini, n° 127. Paris : Gallimard, 2014, p. 109-123.

POLLOCK, Jonathan. « Le silence au cœur du vortex (Ezra Pound) ». Écriture et silence au xxe siècle. Dir. Yves-Michel Ergal et Michèle Finck. Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg, 2010, p. 215-227.

POUND, Ezra. « L’art de la poésie ». Traduit de l’anglais par Denis Roche. Tel Quel, n° 11, 1962, p. 11-16.

POUND, Ezra. Cantos pisans. Traduit de l’anglais par Denis Roche. Paris : L’Herne, 1965.

POUND, Ezra. ABC de la lecture. Traduit de l’anglais par Denis Roche. Paris : L’Herne, 1966.

POUND, Ezra. Guide to Kulchur. New York : New Directions, 1968.

POUND, Ezra. La Kulture en abrégé. Traduit de l’anglais par Yves di Manno. Paris : La Différence, 1992.

POUND, Ezra. Les Cantos. 1986. Traduit de l’anglais par Yves di Manno, Philippe Mikriammos, Jacques Darras, Denis Roche et Jean-Paul Auxeméry. Paris : Flammarion, 2013.

POUND, Ezra. Anthologie classique définie par Confucius. Traduit de l’anglais par Jean-Paul Auxeméry. Paris : Pierre-Guillaume de Roux, 2019.

RACHEWILTZ, Mary (de). Discrétions. Ezra Pound éducateur et père. Traduit de l’anglais par Claire Vajou. Paris : Pierre-Guillaume de Roux, 2017.

RAIZISS, Sona. La poésie américaine « moderniste », 1910-1940. Paris : Mercure de France, 1948.

RIVAL, Pierre. Ezra Pound en enfer. Paris : L’Herne, 2019.

ROCHE, Denis. « Pour Ezra Pound ». Tel Quel, n° 11, 1962, p. 17-24.

ROCHE, Denis. « Dernier poème de la poésie. Les Cantos d’Ezra Pound ». Dans la maison du Sphinx. Paris : Seuil, 1992, p. 77-102.

ROUSSO, Henry. Le syndrome de Vichy. De 1944 à nos jours. Paris : Seuil, 1987.

ROUX, Dominique (de). La mort de L.-F. Céline. Paris : Christian Bourgois, 1966.

ROUX, Dominique (de). « Saluer Ezra Pound ». L’Ouverture de la chasse. Lausanne : L’Âge d’Homme, 1968.

ROUX, Dominique (de). Lettres à Georges Londeix, 1958-1975. Monaco : Éditions du Rocher, 1997.

ROUX, Dominique (de). « S’il a du talent, je pourrais publier mon pire ennemi ». 1975. www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-nuits-de-france-culture/dominique-de-roux-je-publierais-a-partir-du-moment-ou-il-a-du-talent-mon-pire-ennemi-8682702. Page consultée le 21 novembre 2022.

SAPIRO, Gisèle. La guerre des écrivains, 1940-1953. Paris : Fayard, 1999.

SOLLERS, Philippe. « L’Ouest s’éloigne ». Promesse, n° 23-24, 1968, p. 13-22.

SOLLERS, Philippe. « Le paradis brisé d’Ezra Pound ». La Guerre du goût. Paris : Gallimard, 1994, p. 524-532.

SOLLERS, Philippe. « Pound Ezra, 1885-1972 ». Dictionnaire amoureux de Venise. Paris : Plon, 2004, p. 180-183.

TADIÉ, Benoît. L’expérience moderniste anglo-américaine (1908-1922). Formes, idéologie, combats. Paris : Didier Érudition, 1999.

TADIÉ, Benoît, dir. Revues modernistes anglo-américaines. Lieux d’échanges, lieux d’exil. Paris : Ent’revues, 2006.

TAUPIN, René. L’influence du symbolisme français sur la poésie américaine (de 1910 à 1920). Paris : Honoré Champion, 1929.

TROLLIET, Gilbert. « Les rencontres européennes de poésie ». Revue de Suisse, n° 1, 1951, p. 137-138.

VEZA, Laurette. La poésie américaine de 1910 à 1940. Paris : Didier, 1972.

VILLARD, Léonie. La poésie américaine. Trois siècles de poésie lyrique et de poèmes narratifs. Paris : Bordas, 1945.

WINOCK, Michel. Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France. Paris : Seuil, 1990.

Haut de page

Notes

1 Cette phrase de Laubiès dans sa préface de 1958 fera réagir Deluy : « On sait qu’il paie cher ses idées politiques, contre Wall Street, contre “l’Usure” » (in Pound, 1958 7).

2 « Le hasard a voulu que ce soit un peintre abstrait qui ait été l’introducteur de Pound en France. Pourquoi ? Je ne sais, j’ai traduit E. P. parce que j’aimais cette poésie, que j’étais surpris de voir qu’en France personne ne l’avait fait. J’aime cette voix puissante, sans artifice, sans ronron amoureux ni complaisance » (Beaujour et Roux, 1997a 174).

3 « En tout état de cause, il ne peut être question pour nous de considérer Ezra Pound comme un des poètes qui “luttent pour sauvegarder la dignité de l’homme”. Il fut un de ceux qui confondirent poésie et propagande, liberté et pouvoir, charité et violence. En des temps et dans un sens qui ne laissent aucune place à la légèreté » (Deluy 61). Deluy souligne également l’influence néfaste que Pound a exercée sur les jeunes poètes « dont il aurait nourri le besoin de violence, en apaisant leurs frustrations » (63).

4 Pour un aperçu global des différents contextes de la réception française de Pound, voir Cockram.

5 D’après les lettres adressées par Dominique de Roux à Georges Londaix les 11 novembre 1965 (lettre de Jacqueline de Roux) et 4 avril 1966, le premier tome sort le 22 novembre 1965 (les Cantos pisans le 24) et le second en avril 1966 (Roux, 1997 210, 216).

6 Reçu par Gérard-Julien Salvi sur France Culture en 1975, Dominique de Roux raconte avoir découvert Pound, par hasard, grâce aux traductions du peintre Laubiès. Enthousiasmé, il se rend alors à Rapallo pour rencontrer le poète, se battant dès lors pour lui, considérant qu’il était capital pour la génération à venir. Voir Dominique de Roux, « S’il a du talent, je pourrais publier mon pire ennemi » (1975).

7 On y apprend également le projet de Bosquet de réaliser une revue littéraire internationale qui aurait bénéficié des fonds culturels de Ford et été confiée à James Laughlin, éditeur de Pound (Bosquet, 2004 118-119).

8 Les premières Rencontres européennes de poésie ont eu lieu du 7 au 11 septembre 1951, au Casino de Knokke-le-Zoute, présidées par Jean Cassou. Deux poèmes de Pound sont présentés et traduits par Bosquet dans la deuxième publication issue des Rencontres (Biennales 227-229). Six volumes ont paru sous le titre Un demi-siècle de poésie entre 1952 et 1963, le premier aux éditions de La Concorde à Lausanne, les suivants ainsi qu’un recueil des Témoignages de la poésie du demi-siècle (1952), comprenant les textes des intervenants présents lors de la première Biennale, aux éditions de la Maison du poète, Dilbeek.

9 « Les poésies étrangères demeurent mal connues en France. Mal connues, mal diffusées. Les éditeurs présentant une collection de poésies traduites se comptent sur les doigts de la main. Excellents instruments de base, les Anthologies de Stock ne touchent qu’un public restreint, spécialistes ou amateurs. La collection “Autour du monde,” de Seghers, est la plus répandue, la plus efficace, malgré son disparate et les absences (il n’y a pas un seul poète italien…). D’autres efforts, ces dernières années, ont amené le public à mieux connaître de grandes personnalités de la poésie mondiale […]. Tout ceci reste cependant fragmentaire. Il nous manque une véritable collection de conception systématique » (Deluy 61).

10 Ce repérage bibliographique pourrait être encore plus étudié dans le détail. Voir notamment Ansermoz-Dubois.

11 « The River Merchant’s Wife: A Letter » (1915) et « Lament of the Frontier Guard » (1915).

12 À propos d’un numéro d’hommage à Pound que projette de publier la même année la revue suisse romande Présence, que Trolliet dirige à Genève (Contini 2019).

13 Dans sa contribution au second volume du Cahier de l’Herne consacré à Pound, Bosquet dit sur ce point ne pas citer T.S. Eliot et E.E. Cummings, mais souligne la modernité de deux autres poètes américains : John Peale Bishop et Carl Sandburg (Beaujour et Roux, 1997b 581-583).

14 Les traductions de Pound réalisées par Denis Roche ont influencé de nombreux traducteurs de la poésie américaine, tels Jacques Darras, Yves di Manno, Jean-Paul Auxeméry.

15 Cette citation de Pound provient de son ouvrage Guide to Kulchur (194). Pound y évoque la paternité de la formule en mentionnant le prénom de Rudyard Kipling. La traduction d’Yves di Manno diffère légèrement de celle de Butor : « Il n’y a rien de mystérieux […] ils constituent l’histoire de la tribu (tale of the tribe) – rendons à Rudyard la paternité de la formule » (Pound, 1992 167).

16 « Rabaisse ta vanité / Tu es un chien battu sous la grêle / Une pie gonflée dans un soleil changeant / Moitié noire moitié blanche/ Et tu ne reconnais pas l’aile de la queue / Rabaisse ta vanité » (Pound, 2013 564-565 ; traduit par Denis Roche).

17 De Mohrt, on pourra lire le chapitre qu’il consacre à Pound dans le deuxième volume de L’Air du large paru en 1987.

18 « [C]’est pour rejoindre le grand procès régulateur de la nature qu’il désire maintenant sentir son âme se dissoudre au vent » (Pollock, 2010 224).

19 Pour plus de détails, voir les passages consacrés à « la dissidence monétaire d’Ezra Pound » dans l’étude de Castleton : « Il a aussi beaucoup écrit, on le sait moins, sur les questions monétaires, critiquant le retour à l’étalon-or et prêchant les vertus de l’émission de papier-monnaie. Ces thèmes sont omniprésents dans ses écrits en prose. Ils reviennent fréquemment aussi dans […] l’épopée anticapitaliste des Cantos, où la question de la monnaie est liée au rôle des banquiers, des usuriers, des spéculateurs et des marchands de canons » (29).

20 Ernest Walsh, venu à Paris en 1922, est un poète américain et l’éditeur de la petite revue This Quarter, lancée à Paris en 1925.

21 Il s’agissait d’un projet de fonds pour financer les écrivains dans le besoin (comme Eliot).

22 On trouvera des références plus précises sur les petites revues publiées à Paris à cette période dans les ouvrages de Ford et de Fauchereau. Évoquons également la création à Paris (salle Pleyel) de son opéra Le Testament de Villon le 29 juin 1926, ainsi que sa réception dans la presse musicale de l’époque.

23 Sur le célèbre « Make It New », pour faire le lien avec des passeurs d’aujourd’hui, on peut se référer à l’article de North (2020).

24 On se réfère ici à la quatrième de couverture du livre de Loubet del Bayle (1969) : « À travers les textes d’Esprit, de l’Ordre nouveau, de Plans et des revues de la Jeune Droite, c’est cette effervescence idéologique que cet ouvrage révèle en montrant combien les années 1930-1934 constituent un moment important de l’histoire des idées du vingtième siècle. Aujourd’hui encore, de nombreux thèmes devenus presque des lieux communs trouvent leur origine dans cet esprit de 1930 ».

25 Dans le numéro 6 de 1961, Tel Quel publiait une traduction du Canto IV réalisée par Didier Alexandre et Piero Sanavio.

26 Dans « Notes sur le rythme ou Comment faire un impair », Deguy propose une remarque sur la fameuse trinité de Pound : mélopée-logopée-phanopée.

27 Texte constitué d’extraits traduits par Roche à partir des ouvrages Pavannes and Divisions (1918) et How to Read (1931).

28 Roche cite un extrait qu’il traduit à partir de la version originale (1960) de l’ouvrage de Fraser : « Actuellement, il paraît se rendre très mal compte de sa situation. Il prétend que ses émissions à la radio n’avaient rien d’une trahison, mais que toutes ses activités radiophoniques découlaient de la mission qu’il s’était donnée de “sauver la Constitution.” Il est anormalement grandiloquent, expansif, exubérant dans ses manières et dans sa façon de parler, qui est décousue, du fait qu’il est très distrait. À notre avis, sa personnalité, depuis longtemps anormale, souffre d’une déformation prolongée due à un état de paranoïa qui le rend impropre à aider en quoi que ce soit son avocat, ou à participer raisonnablement et intelligemment à sa propre défense. En d’autres termes, il n’est pas sain s’esprit, il est incapable de passer en jugement. Il doit être transféré dans un hôpital psychiatrique » (Roche, 1962 23).

29 Traduction rééditée (bilingue) en format poche par Points en 2016.

30 En plus des premiers passeurs et de Roche, il serait intéressant d’établir la liste des traducteurs de Pound, qui compte notamment P. Mikriammos, Y. di Manno, J. Darras, V. Llona, J.-P. Auxeméry, G. Sartoris, J.-M. Rabaté, C. Minière et M. Tunstill, F. Sauzey, P. Lavergne.

31 Avec traduction des Cantos XXXIV, XXXIX, XLVII, XLIX par D. Roche.

32 Entreprise dont de Roux fut évincé par le comité, alors qu’il en était le créateur et le fondateur.

33 Par exemple à l’instar des éléments proposés par J.-M. Gleize dans une récente biographie de Denis Roche (2019).

34 On peut se reporter aux travaux de L. Veza, à ceux plus récents de S. Fauchereau, H. Aji, B. Tadié, C. Mansanti et à l’ouvrage de B. Mousli et G. Benett.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Christophe Contini, « Une amnistie sans pardon : Ezra Pound en France. Premiers passages et passeurs »Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/19973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.19973

Haut de page

Auteur

Jean Christophe Contini

Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search