Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Passeurs de la littérature des Ét...Jack London au prisme de ses prem...

Passeurs de la littérature des États-Unis en France (1)

Jack London au prisme de ses premiers traducteurs et préfaciers français. Entre exotisation et domestication

Véronique Béghain

Résumés

Cet article aborde les spécificités de la réception, de la traduction et de la mise en circulation des œuvres de Jack London en France, telles que la France les découvre dans les années 1920-1930. Privilégiant les données qualitatives, il s’intéresse au premier chef aux commentaires laissés par les principaux traducteurs de London, Louis Postif et Paul Gruyer, et plus marginalement par ses rares traductrices de l’époque. Dans cette perspective, il s’arrête en particulier sur le péritexte de l’œuvre, en privilégiant les préfaces et introductions de traducteurs pour tenter notamment de cerner la « position traductive » (Berman, 1995 74) de ceux et celles qui les signent et qui sont au cœur du processus de transfert culturel.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On peut préférer au terme de « passeur » celui d’ « importateur » pour les raisons qu’indique l’his (...)

1Dans son étude de 2010 sur les importateurs de littérature américaine de l’entre-deux-guerres, Laurent Jeanpierre conclut à un « rendez-vous différé » du modernisme américain avec la France. Jack London, qui ne fut pas un écrivain moderniste, dans quelque acception que l’on prenne le terme (même si l’on peut voir en lui par endroits un précurseur du modernisme hemingwayen, notamment dans certaines nouvelles), ne fit pas, lui, les frais d’un rendez-vous différé avec le lectorat français. Mort en 1916 à quarante ans, il fut traduit, publié, lu dès le début du siècle et surtout à partir des années 1920. Pour autant, tout un pan de son œuvre allait rester dans l’ombre jusqu’aux années 1970, décennie marquée par sa redécouverte grâce à la collaboration des éditions Bourgois et de Francis Lacassin, après une trentaine d’années de traversée du désert causée à la fois par la parenthèse ouverte par la Seconde Guerre mondiale, la mort en 1942 de son principal traducteur, Louis Postif, et la vigilance des héritiers de Louis Postif, qui protégeaient jalousement l’héritage de ce dernier (dont la veuve de London avait fait le traducteur exclusif de l’œuvre de son défunt mari dès 1926). Louis Postif et Paul Gruyer (avec lequel Louis Postif réalisa un certain nombre de traductions de London en collaboration) figurent ainsi parmi les importateurs principaux de l’œuvre de London en France dans la première moitié du xxe siècle. Or, à l’instar d’autres importateurs1 de l’œuvre, Postif et Gruyer peuvent paraître avoir acclimaté London, quitte à l’exotiser pour mieux le domestiquer, ce qui m’amènera à défendre l’idée, malgré tout, que le rendez-vous du lectorat français avec London en a en quelque sorte été légèrement différé puisqu’il faudra attendre la fin du xxe siècle, voire le début du xxie siècle, pour que London soit véritablement retraduit.

  • 2 « La position traductive est, pour ainsi dire, le compromis entre la manière dont le traducteur per (...)

2Après avoir rendu compte des caractéristiques de la réception de l’œuvre de London en France entre le début du xxe siècle et la Seconde Guerre mondiale, je m’arrêterai plus spécifiquement sur les préfaces laissées par quelques-uns de ses traducteurs des années 1920, qui, si elles ne représentent pas un apport en capital symbolique égal à celui des préfaces d’écrivains, n’en sont pas moins dignes d’intérêt, ne serait-ce que par ce qu’elles nous disent parfois de la « position traductive »2 (Berman, 1995 74) de leurs auteurs, lesquels sont non seulement, dans certains cas, les premiers passeurs de l’œuvre quand ils endossent le rôle du scout ou de l’agent littéraire, mais aussi ses ultimes passeurs en définitive puisque ce sont bien eux que lisent les lecteurs français quand ils lisent London – la traduction des textes pouvant être vue, du reste, comme le « noyau véritable du processus de transfert » (35), pour reprendre une formule de Blaise Wilfert-Portal. Techniquement allographes, ces préfaces acquièrent une dimension quasi-autographe ou quasi-auctoriale dès lors que les traducteurs sont aussi les auteurs de l’œuvre traduite, les voix françaises de l’auteur pour le meilleur et pour le pire. Dans le cas de London, deux voix dominent nettement les autres dans la période considérée, celles de Louis Postif et Paul Gruyer, dont les stratégies de traduction elles-mêmes méritent que l’on s’y arrête, même si, dans le cadre de la présente étude, je me contenterai de les aborder rapidement et de manière synthétique vers la fin de mon propos.

Réception

  • 3 Cette étude paraît d’abord sous le titre « Un romancier de l’énergie saxonne, Jack London » dans le (...)

3À la faveur du lancement de l’entreprise de réédition des œuvres de London par Francis Lacassin, qui devait mettre fin à ce que celui-ci nomme la « longue traversée du désert » (70) de London en France entre 1941 et 1972, Mary Sue Schriber consacre, en 1976, une étude d’une dizaine de pages à la réception de London en France entre 1905 et 1939, publiée dans la revue American Literary Realism, 1870-1910. S’appuyant sur la consultation d’une quarantaine de périodiques français susceptibles, nous dit-elle, de parler de littérature américaine, elle recense trente-deux traductions et dix-neuf rééditions de traductions entre 1905 et 1939, une première recension critique en 1908, suivie, jusqu’en 1939, de vingt recensions critiques, cinq essais critiques et trois essais ou notes biographiques – ce qui, selon elle, place London à peu près au même niveau que Sherwood Anderson et Sinclair Lewis. Sans revenir sur le détail de ses analyses, je me contenterai ici d’évoquer rapidement ses conclusions avant d’y ajouter quelques remarques complémentaires. La véritable découverte de London ne se trouve retardée aux années 1920 que par l’irruption de la Première Guerre mondiale et s’accélère ensuite à la faveur notamment de la curiosité et de l’enthousiasme français pour l’Amérique et les Américains au lendemain de la guerre (Schriber 175). Durant la période considérée, London fait l’objet d’approches biographiques et génériques pour l’essentiel (171), qui font une large place à l’exotisme de l’œuvre, ainsi que, chez certains, à l’altruisme et à l’idéalisme de l’auteur (175), et à son incarnation du self-made man (172), voire ensuite à la critique socialiste du modèle américain (175). On notera cependant que le pan socialiste de l’œuvre n’est pas du goût de tous, le traducteur et critique Régis Michaud (1880-1939) évoquant notamment, dans une étude de 19123, « ses romans touffus et sentimentaux » et disant préférer « aux romans et aux drames socialistes de Jack London, d’un intérêt artistique assez mince et qui sont parfois de bien lourdes machines », « ses contes, ses romans du large », ses « livres de plein air » (194).

4L’autre étude majeure de la période est signée d’Élisabeth Sainte-Marie Perrin (1879-1926), nouvelliste, traductrice et critique littéraire, fille de René Bazin et belle-sœur de Paul Claudel, qui publie, en septembre 1922, dans la Revue des deux mondes, une étude de vingt-et-une pages intitulée « Un romancier californien. Jack London ». Je retiendrai de cette étude, pour ma part, l’anti-américanisme qui s’y exprime et dont on retrouvera des avatars plus loin, sous la plume de certains des traducteurs de London. Élisabeth Sainte-Marie Perrin prend ainsi prétexte, sans guère de recul critique, de coups de patte de London à l’endroit des éditeurs américains – dont le mercantilisme, disait-il, l’obligeait à suivre contre son gré le goût du public (Sainte-Marie Perrin 189) – pour affirmer que seules l’Angleterre et la France lui ont accordé l’attention qu’il méritait, avant d’attaquer le conformisme américain :

Aux États-Unis, il est vrai, le règne de la convention (conventionalities) est si étrangement souverain qu’un romancier y peut gémir d’être obligé de déguiser sa plus intime pensée pour que son œuvre « cadre » avec une opinion très fixée, – étroite, tyrannique même, – aussi bien s’il se sent porté vers le lyrisme que vers le naturalisme.

[…] Aussi ce pays de surprenant progrès matériel est-il, en art, étonnamment traditionaliste. Ce qui est inconnu, original, ne lui plaît pas forcément de prime abord. L’Amérique a besoin, lorsqu’elle lit, de se sentir dans une atmosphère familière, rassurante. (Sainte-Marie Perrin 190)

  • 4 Des travaux ultérieurs nuancent cette vision en soulignant ce que les rapports de London aux magazi (...)
  • 5 Sur la condescendance des milieux littéraires français à l’endroit de la littérature américaine au (...)

5En d’autres termes, selon Élisabeth Sainte-Marie Perrin, la France aura contribué à sauver London de l’oubli auquel le condamnait son pays, défendant en quelque sorte l’Amérique contre elle-même4. Le mépris d’Élisabeth Sainte-Marie Perrin pour l’Amérique et son européocentrisme se lisent encore au détour d’un paragraphe consacré aux écrivains dont London serait l’héritier, Stevenson, Kipling, Conrad : « Ses modèles, ses maîtres, ne sont pas des Américains, mais évidemment des Européens » (Sainte-Marie Perrin 175 ; je souligne)5.

Les préfaces d’écrivains

  • 6 Voir notamment J.-L. Postif 1188, Lacassin 70 et Cottenet 32.

6Quoique Schriber ne l’évoque pas dans son étude de la réception de London, Pierre Mac Orlan (1882-1970) aura cependant joué un rôle crucial dans l’introduction de ce dernier en France, puisque c’est à son coup de cœur pour London que Louis Postif, enthousiasmé par Croc-Blanc, doit de voir ce roman, notamment, accueilli dans la « Collection littéraire des romans d’aventures » que Mac Orlan dirige au lendemain de la guerre. En dehors de L’Appel de la forêt publié chez Juven en 1906, de la publication isolée de L’Amour de la vie à la NRF en 1914 et de quatre volumes publiés par Attinger, un éditeur de Neufchâtel, en pleine guerre, les premières traductions de London paraissent pour l’essentiel aux éditions Crès, qui absorbent en 1921 la collection de Mac Orlan, puis chez Hachette, qui rachète par la suite les droits sur l’œuvre de London aux éditions Crès et le publie désormais dans la collection « Les meilleurs romans étrangers » à partir de 1931. En 1941, la collection compte vingt-neuf volumes de London au total, une vingtaine de volumes restant inédits6.

  • 7 Voir notamment Sapiro (399, 403-405).

7On sait le rôle joué par les préfaces d’écrivains dans l’introduction et la promotion de la littérature américaine en France dans l’entre-deux-guerres, notamment dans le cas des œuvres de Faulkner préfacées par Malraux et Larbaud7. Dans le cas de London, on retiendra, outre les préfaces de Mac Orlan, les contributions de Paul Bourget et d’Anatole France, pour les traductions françaises de The Call of the Wild et The Iron Heel respectivement.

  • 8 Voir Schriber 173-175.

8Mac Orlan devait préfacer plusieurs volumes de London, dont Le Cabaret de la dernière chance, titre français donné par Louis Postif à John Barleycorn, publié en feuilleton dans L’Œuvre en 1925-1926, puis en volume chez Crès en 1928, à propos duquel Mac Orlan écrit : « Les scènes violentes d’orgie et de boisson sont nombreuses et plus d’un lecteur se demandera si elles sont même vraisemblables. Il faut dire que c’est surtout dans le monde des marins de l’autre côté de l’Atlantique, voire même des bords du Pacifique, qu’elles se produisent » (1071). Le caractère extraordinaire des histoires contées par London et l’exotisme de l’œuvre se trouvent, de fait, fréquemment soulignés par les commentateurs de l’époque8. Le soupçon d’avoir affaire à des exagérations de la part de London, lisible ici, était, lui, déjà présent chez Paul Bourget, qui y voit même un obstacle à la possibilité de statuer sur le talent de l’auteur.

  • 9 Voir ce qu’écrivent les traducteurs Paul Gruyer et Louis Postif, en 1922, à propos de Croc-Blanc : (...)

9Paul Bourget a en effet signé une « Lettre-préface » à L’Appel de la Forêt traduit par Raymonde de Galard et publié en volume en 1906 chez Juven. Notons que le parrainage de l’œuvre par Bourget à la faveur de l’inclusion de cette préface se voit complété par la mention dès la page de titre de l’appartenance de ce dernier à l’Académie française, ce qui ne peut que concourir à l’introduction réussie d’un écrivain encore inconnu, lui, et ne bénéficiant pas de semblable assise institutionnelle. Raymonde de Galard y apparaît, quant à elle, comme « Mme laComtesse de Galard », la mention de son titre de noblesse contribuant sans doute à l’époque à donner du crédit à son travail. Par ailleurs, sur cette même page de titre, on relève la formule suivante destinée à distinguer l’œuvre elle-même cette fois : « honoré d’une médaille d’argent de la société protectrice des animaux ». Nul doute que la mention de cette médaille aura concouru à entretenir un malentendu tenace sur le contenu du livre et plus largement sur le statut des animaux dans l’œuvre de London9.

10La préface de Bourget est relativement courte. Elle dit l’ « extrême intérêt » de l’écrivain français pour le roman, qu’il qualifie de « poème en prose » (8), mais elle a ceci de frappant qu’il s’y dit malgré tout incapable de juger du talent de London : « Car nous n’avons guère de contrôle pour juger de la véracité de ces tableaux, pas plus que pour apprécier le talent d’un écrivain comme l’auteur de ces récits » (6). Et il ajoute, après avoir évoqué la vie de London : « Ce simple schéma d’une existence d’aventurier ressemble peu à ce qu’est chez nous la vie d’un mandarin du roman. Le résultat en est ce talent tout sensationnel, dont nous ne pouvons pas savoir si sa réelle saveur n’est pas due simplement à son étrangeté » (7-8). En définitive, Bourget semble mal à l’aise, soupçonnant de l’exagération chez London et, faute de repères sur ce qui se produit outre-Atlantique visiblement, rechignant à se prononcer sur le talent d’un écrivain qui n’a peut-être pour lui que le mérite de peindre un univers exotique.

11Il semblerait que, dans une autre version de cette préface, Bourget ait loué la traduction « aussi élégante que précise » de Raymonde de Galard (cité in Furth 118). Dans un article de Pierre-Pascal Furth, écrivain, peintre et photographe, paru sous le titre « Traduttore, traditore » dans un numéro de la revue Europe de 1976 consacré à London, on trouve cependant une éloquente « liste des principales lacunes de la traduction de la comtesse de Galard pour The Call of the Wild » (Furth 129) qui vient grandement nuancer le jugement de Paul Bourget. Le relatif manque de discernement de l’écrivain peut s’expliquer de plusieurs façons : proximité de Bourget avec les milieux littéraires de l’aristocratie parisienne, enthousiasme pour la jeune littérature américaine à la suite d’un voyage de huit mois aux États-Unis entrepris en 1893. Il est vraisemblable surtout qu’il ne possédait pas les compétences nécessaires en anglais pour juger de la qualité d’une traduction, ce que semble confirmer son égal enthousiasme pour une médiocre traduction de The Muse’s Tragedy d’Edith Wharton, réalisée par sa femme, Minnie Bourget, en collaboration avec Wharton, sur laquelle il ne tarit pas d’éloges dans la préface qui l’accompagne.

  • 10 Voir Jenn 125-129.
  • 11 Le Talon de fer sera également célébré par Léon Trotski dans une longue lettre datée du 16 octobre (...)
  • 12 Jenn suggère que la publication en volume par une maison d’édition dont le catalogue, de bonne tenu (...)

12La réception française du Talon de fer (The Iron Heel) et la place des préfaces d’Anatole France et de Paul Vaillant-Couturier sont bien documentées10. Anatole France, prix Nobel de littérature en 1921, qui signe une préface engagée au Talon de fer en 1923, voit dans ce roman d’anticipation sur le totalitarisme, écrit au lendemain de la révolution russe manquée de 1905, une œuvre prophétique annonçant des révoltes à venir : « London a raison de nous tendre le miroir prophétique de nos fautes et de nos imprudences », écrit notamment France. « Ne compromettons pas l’avenir ! Il est à nous. La ploutocratie périra. Dans sa puissance, on distingue déjà les signes de sa ruine. Elle périra parce que tout régime de castes est voué à la mort ! » (France iv)11. France y fait notamment référence à la Commune de Paris, dont London s’était effectivement inspiré pour la troisième partie du roman. Celui-ci, dont il faut rappeler qu’il avait d’abord paru en feuilleton dans le quotidien communiste L’Humanité avant de paraître en volume chez Crès12, sera republié en 1933 par deux maisons d’édition communistes, les Éditions sociales internationales et la Guilde de l’Émancipation par le Livre, avec une nouvelle introduction par Paul Vaillant-Couturier, futur leader communiste, qui s’ajoute à la préface de France. En 1946, il sera republié par les éditions Hier et Aujourd’hui, avec une préface de Francis Jourdain. Le Talon de fer deviendra un classique de la littérature protestataire, perçu par certains, comme l’écrit Philippe Jaworski, comme « un manuel de méthodologie de la lutte des classes » (Jaworski, 2016b 1476). Sa réédition récente par les éditions Libertalia en témoigne.

Les préfaces de traducteurs

13Si invisibles qu’ils soient la plupart du temps, les traducteurs à travers les siècles n’ont jamais cessé de parler de leur travail, dans leurs notes de bas de page, par exemple, mais aussi par la pratique du commentaire méta-traductif qu’autorisent les préfaces, au point que certains parlent de « pulsion préfacielle » (Hersant § 2) à leur propos.

  • 13 Voir notamment Sapiro (396-402). Voir également Orwell (90).

14L’œuvre de London, au début du xxe siècle, se trouve prise en charge par plusieurs traducteurs : deux traductrices, Raymonde de Galard et Alice Bossuet, un certain S. Joubert, et surtout le couple de traduction formé par Louis Postif (1887-1942) et Paul Gruyer (1868-1930), lesquels seront amenés à traduire l’essentiel de l’œuvre, Postif plus spécifiquement encore à partir de la mort de Gruyer en 1930. Il semblerait, si l’on en croit l’un des fils de Louis Postif, que ce travail collaboratif trouve son origine dans une bévue des agents littéraires de London, qui avaient cédé à l’un, Louis Postif, les droits de publication de Croc-Blanc en volume tandis qu’ils avaient cédé à l’autre, Paul Gruyer, les droits de publication en périodique. Alors que le texte allait paraître en volume dans la « Collection littéraire des romans d’aventures » dirigée par Mac Orlan et absorbée par les éditions Crès en 1921, Louis Postif serait allé voir le directeur de la Revue de France, qui venait d’en annoncer la parution dans la traduction de Gruyer, et les deux traducteurs auraient alors « refond[u] leurs travaux » à la faveur d’un arrangement « à l’amiable », nous dit Jean-Louis Postif (1188). Il s’en est ainsi fallu de peu qu’on assiste dans le cas de ces deux traducteurs à un duel semblable à celui qui verrait s’affronter les deux premiers traducteurs de Faulkner une dizaine d’années plus tard. Une collaboration durable, dont les modalités restent pour l’heure obscures et mal documentées, aura ainsi été préférée aux escarmouches et aux aigreurs caractérisant la relation toute en rivalité de René-Noël Raimbault et de Maurice-Edgar Coindreau13. Quoi qu’il en soit, l’équipe formée par Gruyer et Postif aura éclipsé les trois autres premiers traducteurs de London. Avant d’évoquer leur travail, je m’attarderai cependant sur ce qu’Alice Bossuet, première traductrice du roman Radieuse aurore (Burning Daylight, 1910), sorti en France en 1921, a écrit sur London.

  • 14 L’Appel de la forêt sort en feuilleton dans Le Temps en 1905, puis en volume chez Juven en 1906.

15Pas plus Joubert, traducteur de nouvelles, parmi lesquelles Le Fils du Loup (1926), que Raymonde de Galard (1866-1950), traductrice de The Call of the Wild14, n’ont laissé de préface. Alice Bossuet, elle, signe en septembre 1923, dans La Revue hebdomadaire, un texte intitulé « Jack London » (ainsi qu’une « Notice » accompagnant la republication du roman en 1948). Dans cet article d’une dizaine de pages, Alice Bossuet voit en London l’Amérique moderne et lie notamment son propre intérêt pour London à l’idéalisme de ce dernier : « Comme un grand vent d’ouest, frais et vivifiant, son génie nous apporte de l’autre rive de l’Atlantique un souffle puissant de modernisme et d’idéalisme » (548). Tandis qu’elle « retrouv[e] en lui toute l’Amérique, vibrante et forte, moderne et idéaliste » (Bossuet 552), elle voit, du reste, cet idéalisme incarné dans les soldats américains venus à la rescousse des Français pendant la Première Guerre mondiale :

Mieux qu’un autre, ce self-mademan [sic] ne représente-t-il pas le type de l’Américain qui, après avoir souffert, n’oublie pas dans la prospérité sa classe d’origine et consacre à sa libération le meilleur de son talent ou de sa fortune ; car telle est pour un citoyen des États-Unis la compréhension pratique de l’idéalisme : défendre la justice et aider les malheureux. N’est-ce pas à ce noble sentiment que nous devons d’avoir vu en France plusieurs millions de Sammies durant les plus terribles années de la grande épreuve ? (Bossuet 552)

  • 15 Et il ne faudrait pas oublier les motivations politiques de Wilson, qui veut contribuer à la recons (...)

16On perçoit ici l’influence de l’entrée en guerre des Américains en 1917 sur l’accueil réservé en France à la littérature américaine, ou plus exactement aux écrivains américains, pourvu toutefois qu’ils collent à l’idéalisme que les Français veulent, sans doute un peu naïvement, voir manifesté par cette intervention, quand on sait par ailleurs qu’il s’agissait aussi (et peut-être surtout) pour les Américains de défendre leurs intérêts, notamment menacés par la « guerre sous-marine à outrance » menée par les Allemands, de défendre la liberté de commercer sur les mers et de protéger leurs débouchés commerciaux15. On notera également au passage qu’Alice Bossuet, sans doute parce que c’est une femme, est la seule, parmi les premiers commentateurs de l’œuvre de London, qui s’arrête sur ses portraits de femmes : « Et quels délicieux portraits de femmes Jack London a su peindre ; ses héroïnes, actives, intelligentes, instruites, possèdent quelque chose de pur, de délicat, de vigoureux et, en même temps, de solidement logique » (Bossuet 551).

17Tout en louant son génie et en reconnaissant que « son esprit possède au plus haut degré le sens de la précision et une logique rigide, claire et simple qui forme, en quelque sorte, la charpente de ses raisonnements » (552), elle n’épargne cependant pas l’écrivain quand elle évoque son style :

Si le célèbre Jack fut un écrivain de génie dont la force touche parfois au sublime, il ne fut pas toujours un artiste : chez lui les idées débordent et l’entraînent souvent dans des digressions, certes intéressantes, mais qu’un écrivain scrupuleux des règles de son art aurait sacrifiées à l’unité et à l’équilibre de la composition. (552)

18C’est le propre des préfaces de traducteurs que de faire une place de choix aux remarques stylistiques. Et l’on va voir à présent que ses principaux traducteurs au xxe siècle, Gruyer et Postif, ne l’épargnent pas non plus sur ce chapitre, au point de tirer argument, quant à eux, des faiblesses stylistiques supposées de l’auteur pour justifier les libertés qu’ils prennent avec ses textes.

  • 16 Voir Chénetier sur le choix du nouveau titre (1471).
  • 17 On ignore qui du traducteur ou de l’éditeur a décidé de scinder le roman en deux volumes distincts (...)

19Gruyer et Postif signent plusieurs préfaces ou introductions dont les objets diffèrent. Dans le cas de La Peste écarlate (The Scarlet Plague), qui paraît en 1924 aux éditions Crès, la « Préface des traducteurs », signée de leurs deux noms, indique que le volume réunit un court roman et deux contes (dont le mal nommé « Construire un feu », que l’un de ses retraducteurs, Marc Chénetier, rebaptisera à juste titre « Faire un feu » presque cent ans plus tard16) avant d’en esquisser les grandes lignes. Lors de la publication du Tourbillon en 1926 par les éditions Crès, Louis Postif, qui cette fois en signe seul la traduction, se contente d’un simple « Avertissement du traducteur » d’une page, signalant qu’il s’agit là de la première partie du roman La Vallée de la Lune (The Valley of the Moon), dont « le premier livre, dit-il, forme un tout bien distinct » (L. Postif n. p.)17. Il y ajoute quelques éléments biographiques destinés à éclairer l’arrière-plan du roman.

20Pour qui s’intéresse aux réflexions méta-traductives que peuvent développer les traducteurs, les plus captivantes de ces préfaces sont celles qui accompagnent les premières traductions de Croc-Blanc et du Vagabond des étoiles, parues respectivement en 1923 et 1925 et signées l’une et l’autre de Gruyer et Postif. Celle du Vagabond des étoiles est intitulée « Préface des traducteurs » et porte pour l’essentiel sur la métempsycose, la théorie de la réincarnation et la doctrine spirite où vient puiser, selon eux, l’intrigue conçue par London, laquelle lui permet au premier chef de peindre des portraits réalistes de criminels. À la toute fin de cette préface, alors que les traducteurs viennent de souligner qu’ « une flamme admirablement tragique, et qui atteint par moments à une quasi-géniale grandeur, enveloppe tout ce volume » (Gruyer et Postif, 1925 xi), ajoutant que « c’est un de ceux auxquels Jack London a le plus passionnément travaillé et où il a mis le plus de lui-même » (xi) on trouve toutefois cette remarque aussi étonnante qu’effrontée : « Le texte original est un peu plus touffu que celui que nous présentons au public. Il a été allégé, en certaines de ses parties, avec l’autorisation de Mrs Jack London » (xi). Aussi les libertés prises par les traducteurs se trouvent-elles ici légitimées tant par les défauts ou vices supposés de l’original (il est « touffu ») que par la bénédiction obtenue de sa veuve. Ce qui se revendique ici de l’allègement nécessaire se dit ailleurs sous les dehors d’un besoin non moins nécessaire de « clarifier » le style de London, comme on va le voir, tandis que les deux traducteurs se montrent bien plus hardis dans leur critique du style de London dans les deux textes dont ils accompagnent la publication de Croc-Blanc.

  • 18 La date et l’organe de publication laissent penser qu’il s’agissait à l’origine d’un texte destiné (...)

21Ainsi, six mois avant la publication de Croc-Blanc dans leur traduction aux éditions Crès en janvier 1923, Gruyer et Postif publient dans le numéro du 15 juin 1922 de La Revue de France un texte de quelques pages intitulé « Jack London. Quelques mots sur sa vie et son œuvre »18 dont voici un extrait éloquent à plus d’un titre :

Quant au style de Jack London, il est, dans le texte américain, fort inégal. Tantôt net et ferme, et merveilleusement sobre et expressif, quand il dépeint l’action et le décor où elle se déroule, il devient souvent diffus lorsque l’auteur se met à raisonner ou à philosopher, ou que, dépouillant sa rude écorce, il se fait sentimental. C’est un défaut commun à de nombreux écrivains anglo-saxons, à qui manque l’émotivité plus fine et plus nuancée, en même temps que la solide culture classique des races latines. Il ne faut point craindre de le déclarer, donner de Jack London une traduction française, strictement littérale, est pour bien des pages une chose impossible. La tâche consiste donc à clarifier ce style, là où il est obscur, sans trahir toutefois la pensée de l’auteur. La liqueur originale ne doit rien perdre, au cours de cette opération, de sa saveur et de son cru. C’est un travail délicat entre tous. La présente traduction s’y est efforcée de son mieux. (Gruyer et Postif, 1922 870 ; je souligne)

  • 19 Voir Michaud 194, cité plus haut.
  • 20 Voir Hersant § 15-16.
  • 21 Voir Béghain, 2018 177.

22On retrouve ici le type de critique adressé par Régis Michaud un peu plus tôt19 : en somme, London n’excelle que lorsqu’il se tient à distance des sentiments et des abstractions. Par ailleurs, mettre en avant, comme Gruyer et Postif le font, la difficulté de la tâche est une stratégie classique du traducteur-préfacier, comme l’est celle qui consiste à passer aux aveux20. Ce qui est beaucoup moins classique, ici, ce sont la morgue et la condescendance des traducteurs, leur intime conviction, lisible dans le choix des termes, que leurs interventions ne peuvent que bénéficier à un auteur qu’ils jugent somme toute inexpérimenté, aussi novice que son pays est neuf, ignorant des usages littéraires non seulement du Vieux Monde, mais plus précisément des cultures latines. Car leur condescendance ne s’exerce pas à l’endroit du seul London, mais à l’endroit des écrivains « anglo-saxons », taxés pour bon nombre d’entre eux de manque de finesse et de nuance. Le propos des traducteurs retient ainsi surtout l’attention par son latino-centrisme. « Clarifier » le style de London, tel sera donc le parti-pris de ses premiers traducteurs. On reconnait aisément dans cette ambition le postulat d’une supériorité prêtée à la langue française. La volonté d’instaurer une hiérarchie entre les langues n’est pas nouvelle et, dans le cas français, elle remonte plus spécifiquement au xviie siècle, dont l’échelle de valeur fait notamment une large place à l’idéal classique de transparence, que certains grammairiens de l’époque voient réalisé dans la langue française21. Aussi le traducteur se fait-il ici, par nécessité, distillateur ou liquoriste. Autrefois, avant l’invention de la double distillation, on parfumait les eaux-de-vie pour masquer le mauvais goût des esters. De fait, en bons liquoristes, Postif et Gruyer ne se sont pas privés de « parfumer », en quelque sorte, leurs eaux-de-vie littéraires, comme on le verra plus loin.

23Le texte de 1922 des deux traducteurs reparaît avec un certain nombre de variations comme « Introduction » au Croc-Blanc que publient les éditions Crès en janvier 1923 :

C’est tout cela que rend admirablement Jack London, et son style alors demeure net et ferme, ferme comme l’acte qu’il décrit. Tout ce qui est tragique, chez lui, l’est à souhait. Sa plume, par contre, devient plus indécise dès que la bataille de la vie se détend et que, dépouillant sa rude écorce, il se fait sentimental. L’auteur demeure, malgré lui, un être de drame et de souffrance. Parfois aussi, lorsqu’il tend aux considérations générales, son style se fait plus diffus. L’ancien fils du trappeur errant n’a pas suffisamment appris à mettre en ordre le flot de ses pensées et celui de ses phrases. Il est un émotif de premier ordre, mais la solide culture classique des races latines lui a manqué. Le rôle du traducteur devient alors infiniment délicat. Sans s’attacher obstinément à un mot à mot littéral, que rend plus difficile encore la différence de génie des langues anglo-saxonnes et de la langue française, celle-ci éprise avant tout de netteté et de clarté, le traducteur doit s’efforcer de faire jaillir, le plus fidèlement possible, la pensée éclose dans l’original. (Gruyer et Postif 1923, xvi ; je souligne)

  • 22 Si la notion de « génie des langues » s’impose à partir du xviie siècle en France, le renvoi à cett (...)

24La principale modification tient, d’une part, au glissement de la figure du traducteur-distillateur vers celle du traducteur-accoucheur et, d’autre part, à l’ajout d’une référence aux « génie[s] » distincts des deux langues, qui leur permet de justifier, au détour d’un discours (pseudo-)savant et en prise avec les débats de l’époque, leurs efforts de clarification du texte. Si cette arme défensive que Patrick Hersant nomme joliment le « bouclier de Babel » (§ 6) et qui consiste pour le traducteur à opposer les systèmes linguistiques pour mieux défendre ses choix est un grand classique de la préface de traducteur, il n’en reste pas moins que Gruyer et Postif lui ajoutent une dose d’arrogance peu commune, reposant sur une vision clairement hiérarchisée des langues et des littératures. Lorsqu’ils cherchent à légitimer leurs stratégies de traduction en invoquant une langue française « éprise avant tout de netteté et de clarté », ils ne sont que les héritiers d’une mythologie ethnocentrée à visée normative, universalisante et hiérarchisante qui prend notamment prétexte de l’ordre prétendument naturel sujet/verbe/complément, qui remonte au xviie siècle français, comme je l’ai souligné ailleurs22. Sans doute convient-il également à ce stade de signaler que Paul Gruyer était un collaborateur de L’Action française, périodique royaliste d’extrême-droite qui avait comme directeur de publication Charles Maurras et se définissait comme l’ « organe du nationalisme intégral », comme l’indiquait sa page de titre. La nécrologie parue en première page du quotidien le jeudi 30 octobre 1930 nous apprend que Paul Gruyer, « auteur de chroniques appréciées » et « d’une série de monographies sur les fontaines, les calvaires et les églises de Bretagne », « avait un culte pour les beaux vestiges du passé » (« Paul Gruyer » 1). Avec cet arrière-plan à l’esprit, on saisit mieux sans doute ce que le ton de la préface doit à l’idéologie nationaliste et passéiste du milieu dans lequel évoluait Gruyer.

25Il est intéressant, à cet égard, de mettre cette vision en regard de celle que développe Alice Bossuet la même année exactement. Dans le texte de Bossuet déjà cité plus haut, on trouve ainsi ce passage éloquent :

Ce que notre mentalité blasée et vieillie d’Européens qualifierait d’un peu naïf dans le talent de Jack London, marque au contraire une caractéristique de la grande nation américaine. Comme son romancier californien, le peuple américain, si puissant dans ses conceptions de modernisme, garde la fraîcheur d’âme et la simplicité des nations très jeunes, très vigoureuses, qui ont l’avenir devant elles et l’ambition de dominer le monde. Aussi, non seulement l’œuvre de Jack London restera-t-elle un monument des temps présents, mais, en outre, le psychologue retrouvera les qualités généreuses et juvéniles de l’Américain du vingtième siècle. (Bossuet 552-553)

26Quand Postif et Gruyer opposaient « la solide culture classique des races latines », et notamment le supposé « génie » de la langue française, à l’émotivité mal maîtrisée de London et au « génie des langues anglo-saxonnes », Bossuet joue, quant à elle, du clivage paradigmatique du vieux et du nouveau monde, sans la morgue des premiers. Il serait tentant, du reste, de voir là comme une réponse à l’ « Introduction » de Postif et Gruyer citée plus haut et parue, elle, en janvier de la même année. Si rien ne permet d’attester qu’Alice Bossuet les avait lus, du moins paraît-elle en quelque sorte se démarquer de cette « mentalité blasée et vieillie d’Européens » que l’on peut voir à l’œuvre dans leurs commentaires sur le style de London et qui contraste avec l’humilité et cet éternel « besoin de s’excuser, de se justifier, de s’humilier » (Ballard 275) que l’on rencontre fréquemment chez les traducteurs-préfaciers.

  • 23 Voir Lacassin 78.

27Les traductions de Gruyer et Postif connaîtront une longévité hors-norme et sans commune mesure avec leurs mérites. Il y a à cela plusieurs raisons. Francis Lacassin (1931-2008), journaliste, critique, passionné de culture populaire et responsable d’une aventure éditoriale de treize ans qui allait aboutir à la publication des œuvres quasi-complètes de London par Christian Bourgois chez 10/18 dans les années 1970, nous apprend que, pour remercier Louis Postif de sa fidélité et de son travail, Charmian London, la veuve de l’écrivain, qui rencontre Postif en 1926, fait de lui son agent littéraire pour la France et lui accorde le droit exclusif de traduire les œuvres de London. De plus, écrit Lacassin, « une collection de poche n’a pas les moyens de financer la traduction de cinquante volumes » (Lacassin 77), ce qui explique que l’édition 10/18 ait repris les traductions de Gruyer et Postif moyennant un simple toilettage. Alors que les défauts de ces traductions étaient déjà largement soulignés dans diverses publications, dont l’article de Pierre-Pascal Furth évoqué plus haut, ces traductions simplement « toilettées » reparaîtront dans la collection « Bouquins » chez Laffont à partir de 1983, où l’on trouve par ailleurs, sous le titre « Louis Postif, traducteur de Jack London », un panégyrique de Jean-Louis Postif, le fils aîné de Louis Postif, qui participe à sa manière à légitimer ces traductions en dressant de son traducteur de père un portrait excessivement flatteur. Jean-Louis Postif, qui signera à son tour quelques traductions de London en 1982 et 2008, s’appuie notamment sur la proximité des parcours biographiques de London et de son père pour expliquer que, si le nom de Louis Postif « reste attaché » à celui de London, « c’est que l’histoire de sa vie le rend proche des personnages du grand romancier américain, qui sont ceux qui sont capables, malgré ou grâce aux circonstances révélatrices de leurs qualités, de construire une vie – et de la réussir. » (J.-L. Postif 1187) De fait, on sait que Louis Postif était un autodidacte, privé de la possibilité de faire des études, un fils de boulanger qui avait travaillé jeune pour subvenir aux besoins de la famille après la mort prématurée du père et avait appris l’anglais dans la cabine d’ascenseur du grand hôtel où il était liftier23. Son fils rappelle, pour appuyer sa démonstration, la détermination de son père à s’engager dans une carrière littéraire en dépit des obstacles, ses voyages et séjours à l’étranger, ses préoccupations politiques, ses succès et revers. Sans guère de recul critique, voire sous le coup d’une forme de déni, Jean-Louis Postif conclut son éloge en laissant entendre que les lecteurs de London l’ont lu par communauté de goût avec son traducteur :

Tâche ingrate : si le travail est bon, souvent les éloges s’adressent à l’auteur étranger, auquel on décerne volontiers toutes les louanges. Pour Louis Postif, il n’en a pas été ainsi, et souvent le lecteur choisit un ouvrage, à cause du traducteur, dont il connaît et apprécie le goût. N’est-ce pas là le plus bel éloge ? (J.-L. Postif 1189-1190)

Les traductions

28Au-delà des divers péritextes que l’on peut convoquer, comme je viens de le faire, ce sont cependant les traductions elles-mêmes qui nous éclairent le mieux sur le projet traductif de tel ou tel traducteur. Comme l’écrivait Antoine Berman,

[le critique] doit lire la traduction à partir de son projet, mais la vérité de ce projet ne nous est finalement accessible qu’à partir de la traduction elle-même et du type de translation littéraire qu’elle accomplit. Car tout ce qu’un traducteur peut dire et écrire à propos de son projet n’a de réalité que dans la traduction. (Berman, 1995 77)

  • 24 Voir notamment Béghain 2018 et Béghain 2022 (à paraître).
  • 25 Voir Béghain 2018, 173-174.
  • 26 Voir Béghain 2022 (à paraître).

29Ce n’est pas le lieu de dresser un catalogue exhaustif des caractéristiques des traductions laissées par Gruyer et Postif. C’est du reste un travail qui a déjà été entrepris ailleurs24. Je me contenterai ici d’en esquisser les grandes lignes. En fait d’allègement et de clarification, dont il convient de rappeler que c’étaient les maîtres-mots de leur projet traductif, on repère dans leur travail quelques constantes : allongement et ennoblissement de la prose économe de London, effacement des répétitions, ajouts explicatifs, glissement d’une description objective à une narration empreinte de notations subjectives, substitution d’une approche volontiers téléologique à l’approche analytique de certains narrateurs et introduction de points de vue surplombants25. S’agissant de The People of the Abyss, j’ai eu l’occasion de signaler le gommage par François Postif, qui signe la traduction mais reprend en réalité largement celle de son père, de la dimension hétéroglossique du texte, ainsi que la non prise en compte des différents écarts à la langue standard (écarts diachronique, diatopique et diastratique) qu’il convient de rendre lisibles et audibles26. C’est aussi l’humour de London qui se voit malmené, comme l’a montré une spécialiste canadienne de son œuvre, Jacqueline Tavernier-Courbin. Jean-Marc Gouanvic, quant à lui, conclut à la « littérarisation » du texte-source, « fondée sur des stéréotypes de la littérature française convenue » (166), en s’appuyant sur l’analyse d’un extrait de la traduction de White Fang par Gruyer et Postif, où il met l’accent sur les nombreuses omissions, légitimement dites « déterminantes et non pas secondaires » (Gouanvic 165), ainsi que sur la restitution problématique du naturalisme de London, notamment par le gommage, dans la traduction, des descriptions anthropocentriques de la nature.

  • 27 Voir Lacassin 78.

30De fait, de la clarification visée par les traducteurs, on passe à la coupe claire : omission de phrases, de paragraphes, de pages ou de chapitres entiers. Concernant les coupes, il convient de rappeler, à la décharge des traducteurs, l’existence d’un plafond de pages à ne pas dépasser sous peine que la marge bénéficiaire de l’éditeur s’amenuise, du fait du prix fixe des romans en librairie décidé par le syndicat des éditeurs, prix qui diffère avant et après la Première Guerre mondiale27.

Conclusion

  • 28 Le terme vient du portugais « bicho do mar » (bête de mer, c’est-à-dire holothurie en termes savant (...)

31Parce qu’il ne faudrait pas en conclure que seules les premières traductions, traductions un peu datées, traductions-introductions, s’autorisent des licences que l’on peut désormais juger intempestives, on pourra s’attarder avec profit pour finir sur les fortunes et infortunes d’un chapitre de La Croisière du Snark (The Cruise of the Snark), ce curieux récit de voyage de 1911 résultant de l’agrégation d’articles parus dans divers magazines. Pour financer sa fameuse croisière dans les mers du Sud des années 1907-1909, London avait en effet signé des contrats avec Cosmopolitan, Collier’s et d’autres périodiques. Les articles publiés dans ces magazines allaient devenir ensuite les différents chapitres composant La Croisière du Snark. Lorsqu’on découvre le chapitre xvi, paru dans l’original sous le titre « Bêche de mer English » et qui présente la langue véhiculaire parlée dans la partie ouest des mers du Sud, on est porté à s’interroger sur la façon dont ses traducteurs ont traité l’épineux problème de la superposition de langues. Tandis qu’il évoque cette sorte de pidgin à base lexicale anglaise28 qu’est le bichlamar, ce chapitre comporte en effet de nombreuses citations en bichlamar qui peuvent donner lieu à différentes stratégies de restitution, dont « l’effacement des superpositions de langues », qui est, comme le notait Antoine Berman, « peut-être le “problème” le plus aigu que pose la traduction de la prose, car toute prose se caractérise par des superpositions de langues plus ou moins déclarées » (Berman, 1999 66).

32Or, La Croisière du Snark existe dans deux traductions. La première date de 1936 et elle est signée sans surprise de Louis Postif. La seconde, signée d’Éric Vibart, paraît en 2002 aux éditions Ouest France avant d’être republiée par les éditions de la Table Ronde en 2010. Mais ce chapitre xvi, quant à lui, donne lieu en réalité à trois approches distinctes. Car, s’il apparaît dans l’édition Laffont datant des années 1980, qui reprend la traduction de Louis Postif, en revanche, dans la traduction originelle de Postif qui date de 1936, ce chapitre a tout simplement été omis. Une note de l’éditeur dans l’édition Laffont nous apprend que « ce chapitre était absent de la traduction » utilisée et qu’ « il a été ajouté pour l’édition “10/18” de 1986 et traduit par Charles-Noël Martin qui a également rédigé les notes explicatives » (London 1988, 891). En fait d’ « effacement des superpositions de langues » (Berman, 1999 66), on avait donc, dans la première traduction, un effacement pur et simple du chapitre lui-même, façon on ne peut plus radicale de se débarrasser du problème posé par ces superpositions.

33La comparaison des deux traductions existantes, celle de Martin et celle de Vibart, est riche d’enseignements, notamment parce que le premier s’efforce de traduire les passages en bichlamar tandis que le second privilégie l’emprunt en les citant tels quels. Un passage de ce chapitre xvi de La Croisière du Snark nous fournit, cependant, un très bel exemple d’acclimatation à l’ère contemporaine et jette un pont entre des temps reculés qu’on pourrait croire révolus et notre modernité réputée plus soucieuse d’exactitude. Voici ce qu’écrit London à propos du bichlamar (ou bislama ou bichelamar) :

A common language was necessary—a language so simple that a child could learn it, with a vocabulary as limited as the intelligence of the savages upon whom it was to be used. (London, 1911 ; je souligne)

Une langue unique s’imposait, suffisamment simple pour qu’un enfant puisse l’apprendre, avec un vocabulaire aussi limité que l’intelligence des sauvages auquel il s’adressait. (London, 1988 892 ; je souligne)

Une langue commune est donc nécessaire, langue si simple qu’un enfant doit pouvoir la comprendre et dont le vocabulaire doit correspondre aux conceptions des indigènes avec lesquels on souhaite communiquer. (London, 2010 304 ; je souligne)

  • 29 Sur la perspective racialiste dans les écrits de London, voir notamment les analyses détaillées et (...)

34Dans ce passage où London donne à lire ses préjugés raciaux, la traduction de 1986 de Charles-Noël Martin se révèle assez respectueuse du texte original. À certains égards plus maladroite par ailleurs, sa traduction n’aménage pas le texte pour notre confort idéologique de lecteurs du xxie siècle, comme le fait Vibart. Ce dernier rend London « respectable ». Son intervention sur le texte original obéit de toute évidence à un parti-pris au soubassement idéologique, dès lors qu’il préfère « indigènes » à « sauvages » et ne se résout pas à évoquer, comme le fait London, l’intelligence limitée des insulaires. Vibart plaque ainsi le relativisme culturel propre à son époque sur un texte qui, lui, n’est pas exempt de la perspective racialiste du début du xxe siècle dont Jack London se fait l’écho29. En d’autres termes, Vibart se refuse à faire entendre la voix de l’autre qu’est celle de London ici. Il ne traduit pas Jack London : il le met au goût du jour et le rend conforme à l’évolution de la pensée sur les insulaires des mers du Sud. Il le domestique en quelque sorte. On en est réduit à des conjectures pour expliquer cette altération du texte original. Serait-ce que cette voix-là de London est devenue inaudible selon Vibart ? Faut-il y lire un désir de lisser le texte pour le rendre acceptable ? Un désir de lisser les aspérités idéologiques de l’œuvre de London qui témoignerait d’une admiration pour l’écrivain ne tolérant pas ses erreurs d’appréciation ? Vibart « corrigerait » ainsi London en quelque sorte. Il se peut encore qu’il soit animé d’un souci de complaire au lectorat contemporain, qui sera vraisemblablement choqué par cette formule de London. Toute traduction s’inscrit dans l’histoire. Jean-Michel Déprats, traducteur de Shakespeare notamment, dit que « l’époque traduit à travers le traducteur » (xcvii) et que « nous inventons un Shakespeare à notre usage » (xcviii). Vibart invente ici un London à son usage, comme d’autres l’ont fait au siècle dernier.

Haut de page

Bibliographie

Ballard, Michel. De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 1992.

Béghain, Véronique. « Transfictions of Jack London ». Transfiction 3: The Fictions of Translation. Dir. Judith Woodsworth. Amsterdam : John Benjamins, 2018, p. 171-183.

ghain, Véronique. « Jack London et “Darkest England”. Comment (re)traduire le sociolecte du Peuple de l’Abîme ». Traduire le voyage/Translating Travel. Dir. Winibert Segers, Inge Lanslots et Heidi Verplaetse. Leuven : Leuven University Press, 2022. À paraître.

Berman, Antoine. La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain. 1985. Paris : Seuil, 1999.

Berman, Antoine. Pour une critique des traductions : John Donne. Paris : Gallimard, 1995.

BOSSUET, Alice. « Jack London ». La Revue hebdomadaire, n° 32, 1923, p. 544-553.

BOURGET, Paul. « Lettre-préface ». 1928. L’Appel de la Forêt, de Jack London. Traduit de l’anglais par Mme de Galard. Paris : Marcel Daubin, 1948, p. 5-8.

CHÉNETIER, Marc. « Notes ». Romans, récits et nouvelles, t. I. Jack London. Éd. Philippe Jaworski. Paris : Gallimard, 2016, p. 1471.

Cottenet, Cécile. Literary Agents in the Transatlantic Book Trade: American Fiction, French Rights, and the Hoffman Agency. New York : Routledge, 2017.

DÉPRATS, Jean-Michel. « Traduire Shakespeare. Pour une poétique théâtrale de la traduction shakespearienne ». Tragédies, t. I. William Shakespeare. Éd. Jean-Michel Déprats. Paris : Gallimard, 2002, p. lxxix-cxxi.

France, Anatole. « Préface ». Le Talon de fer. Paris : Éditions G. Crès, 1923, p. i-v.

Furth, Pierre-Pascal. « Traduttore, traditore ». Europe, n° 54, 1976, p. 117-133.

Génin, Isabelle et Jessica Stephens, dir. Palimpsestes, n° 31 (« Quand les traducteurs prennent la parole. Préfaces et paratextes traductifs »), 2018. journals.openedition.org/palimpsestes/2524. Page consultée le 4 décembre 2022.

GONNAUD, Maurice. « Democratic Aesthetics ». Transatlantica, n° 1 | 2007. journals.openedition.org/transatlantica/1206. Page consultée le 10 mars 2022.

Gouanvic, Jean-Marc. Sociologie de l’adaptation et de la traduction.Le roman d’aventures anglo-américain dans l’espace littéraire français pour les jeunes (1826-1960). Paris : Honoré Champion, 2014.

GRUYER, Paul et Louis POSTIF. « Jack London. Quelques mots sur sa vie et son œuvre ». La Revue de France, vol. 8, 1922, p. 864-870.

GRUYER, Paul et Louis POSTIF. « Introduction. Jack London. Quelques mots sur sa vie et son œuvre ». Croc-Blanc. Jack London. Paris : G. Crès, 1923, p. v-xvi.

GRUYER, Paul et Louis POSTIF. « Préface des traducteurs ». La Peste écarlate. Jack London. Paris : G. Crès, 1924, p. i-ii.

GRUYER, Paul et Louis POSTIF. « Préface des traducteurs ». Le Vagabond des étoiles. Jack London. Paris : G. Crès, 1925, p. vii-xi.

Hersant, Patrick. « Portraits du traducteur en préfacier ». Palimpsestes, n° 31, 2018. journals.openedition.org/palimpsestes/2552. Page consultée le 22 octobre 2019.

Jaworski, Philippe. « Préface ». Romans, récits et nouvelles, t. I. Jack London. Éd. Philippe Jaworski. Paris : Gallimard, 2016, p. ix-xxxvi.

Jaworski, Philippe. « Le Talon de fer. Notice ». Romans, récits et nouvelles, t. II. Jack London. Éd. Philippe Jaworski. Paris : Gallimard, 2016, p. 1458-1477.

Jeanpierre, Laurent. « “Modernisme” américain et espace littéraire français. Réseaux et raisons d’un rendez-vous différé ». L’Espace culturel transnational. Dir. Anna Boschetti. Paris : Nouveau Monde Éditions, 2010, p. 385-426.

Jenn, Ronald. « Western Translation with an Eastern Twist. Aspects of Eastern Strategy and Creativity in the Field of Literary Translation and Publishing in Pre- and Post-War France and Britain ». Translating Beyond East and West. Dir. Jana Králová and Stanislas Rubáš. Prague : Charles University/Karolinum Press, 2012, p. 125-134.

Lacassin, Francis. « La réhabilitation comme coup éditorial. Infortunes et fortune de Jack London en France ». Entreprises et histoire, vol. 1, n° 24, 2000. www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2000-1-page-69.htm. Page consultée le 22 octobre 2019.

London, Jack. The Cruise of the Snark. New York : Macmillan, 1911. www.gutenberg.org/files/2512/2512-h/2512-h.htm. Page consultée le 24 octobre 2019.

London, Jack. La Croisière du Snark. Traduit de l’anglais par Louis Postif (et Charles-Noël Martin pour le chapitre xvi). 1986. Romans et récits autobiographiques. Éd. Francis Lacassin. Paris : Laffont, 1988, p. 749-919.

London, Jack. La Croisière du Snark. Traduit de l’anglais par Éric Vibart. 2002. Paris : Éditions de la Table ronde, 2010.

LONDON, Joan. Jack London and His Times: An Unconventional Biography. 1939. Seattle : University of Washington Press, 1968.

MAC ORLAN, Pierre. « Préface ». Romans et récits autobiographiques. Jack London. Éd. Francis Lacassin. Paris : Laffont, 1988, p. 1071.

Mauberret, Noël. « Publier Jack London aujourd’hui. Retraduire ? Réviser les traductions ? Le point de vue du directeur de collection ». Palimpsestes, n° 15, 2004, p. 121-128.

Michaud, Régis. Mystiques et réalistes anglo-saxons d’Emerson à Bernard Shaw. Paris : Armand Colin, 1918.

Orwell, George. Correspondance avec son traducteur, René-Noël Raimbault. Paris : Jean-Michel Place, 2006.

« Paul Gruyer ». L’Action française, n° 303, 30 octobre 1930, p. 1.

Postif, Jean-Louis. « Louis Postif, traducteur de Jack London ». Romans maritimes et exotiques. Jack London. Éd. Francis Lacassin. Paris : Laffont, 1985, p. 1187-1190.

POSTIF, Louis. « Avertissement du traducteur ». Le Tourbillon. Jack London. Paris : G. Crès, 1926, n. p.

REESMAN, Jeanne Campbell. Jack London’s Racial Lives: A Critical Biography. Athens : University of Georgia Press, 2009.

SAINTE-MARIE PERRIN, Élisabeth. « Un romancier californien. Jack London ». Revue des deux mondes, vol. 5, 1922, p. 171-191.

Sapiro, Gisèle. « Faulkner in France. Or How to Introduce a Peripheral Unknown Author in the Center of the World Republic of Letters ». Journal of World Literature, n° 1, 2016, p. 391-411.

Schriber, Mary Sue. « London in France, 1905-1939 ». American Literary Realism, 1870-1910, vol. 9, n° 2, 1976, p. 171-177.

Tavernier-Courbin, Jacqueline. « Translating Jack London’s Humor ». Meta: Translators’ Journal, vol. 34, n° 1, 1989, p. 63-71.

VINCENT, Bernard, dir. Histoire des États-Unis. 1994. Paris : Flammarion, 1997.

Wilfert-Portal, Blaise. « Cosmopolis et l’Homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1885-1914 ». Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, 2002, p. 33-46.

Haut de page

Notes

1 On peut préférer au terme de « passeur » celui d’ « importateur » pour les raisons qu’indique l’historien de la traduction Blaise Wilfert-Portal : « Par ce qu’il a de désenchanté, il permet à nos yeux d’écarter les mythologies rétrospectives et les représentations léguées par les intéressés eux-mêmes, soucieux de se distinguer du commun des mortels littéraires […]. Le sens matériel et économique d’importation permet de s’attacher à l’étude de transferts précis, transferts de textes ou de connaissances sur des textes, dans lesquels les acteurs engagent une partie de leur identité sociale, associant leur nom aux objets importés et se portant donc garants de leur intérêt (ou de leur absence d’intérêt, lorsqu’il s’agit de s’opposer au transfert) » (34).

2 « La position traductive est, pour ainsi dire, le compromis entre la manière dont le traducteur perçoit, en tant que sujet pris par la pulsion de traduire, la tâche de la traduction, et la manière dont il a internalisé le discours ambiant sur le traduire (les “normes”) » (Berman, 1995 74).

3 Cette étude paraît d’abord sous le titre « Un romancier de l’énergie saxonne, Jack London » dans le numéro 14 (10 novembre 1912) de la Revue du mois (563-580). Elle est republiée en 1918 dans Mystiques et réalistes anglo-saxons d’Emerson à Bernard Shaw.

4 Des travaux ultérieurs nuancent cette vision en soulignant ce que les rapports de London aux magazines américains doivent au calcul : « Dans les articles et les lettres qu’il fait paraître entre 1900 et 1905 sur la condition de l’écrivain en début de carrière, London accepte sans trop de réticence de jouer le jeu du système marchand » (Jaworski, 2016a xv). Voir notamment Jaworski 2016, vol. I, xiv-xvii.

5 Sur la condescendance des milieux littéraires français à l’endroit de la littérature américaine au siècle précédent et au début du xxe siècle, voir notamment Gonnaud, dont la lecture permettra de contextualiser utilement la réception de London telle qu’elle est présentée ici.

6 Voir notamment J.-L. Postif 1188, Lacassin 70 et Cottenet 32.

7 Voir notamment Sapiro (399, 403-405).

8 Voir Schriber 173-175.

9 Voir ce qu’écrivent les traducteurs Paul Gruyer et Louis Postif, en 1922, à propos de Croc-Blanc : « La bête y occupe la première place. C’est un roman de psychologie animale. Tandis que les animaux que mettent en scène La Fontaine ou Kipling sont des symboles humains, des synthèses, en quelque sorte, de nos sentiments, de nos caractères et de nos passions, ceux que nous montre Jack London agissent et pensent exclusivement en animaux. […] Là est le principal intérêt de White Fang » (Gruyer et Postif, 1922 869). Élisabeth Sainte-Marie Perrin se montre un peu plus perspicace sur ce point : « ses animaux sont des personnes, et il les traite avec la plus compréhensive humanité » (Sainte-Marie Perrin 173).

10 Voir Jenn 125-129.

11 Le Talon de fer sera également célébré par Léon Trotski dans une longue lettre datée du 16 octobre 1937 à Joan London, la fille aînée de l’écrivain : « On peut dire avec certitude qu’en 1907, aucun des révolutionnaires marxistes, et je n’exclus ni Lénine ni Rosa Luxemburg, n’a imaginé si parfaitement la perspective sinistre de l’alliance entre le capital financier et l’aristocratie du travail » (Joan London 313-315, cité en français in Jaworski, 2016b 1465). Cette lettre sera incluse dans une réédition de 1973 du livre.

12 Jenn suggère que la publication en volume par une maison d’édition dont le catalogue, de bonne tenue par ailleurs, ne faisait pas apparaître d’engagement politique particulier, s’explique par le manque de structuration des éditions d’obédience communiste à l’époque (126).

13 Voir notamment Sapiro (396-402). Voir également Orwell (90).

14 L’Appel de la forêt sort en feuilleton dans Le Temps en 1905, puis en volume chez Juven en 1906.

15 Et il ne faudrait pas oublier les motivations politiques de Wilson, qui veut contribuer à la reconstruction de l’Europe sur de nouvelles bases et à l’équilibrage des pouvoirs par l’installation de la paix et de la démocratie, en faisant des États-Unis un guide et un modèle (voir Vincent 178-180).

16 Voir Chénetier sur le choix du nouveau titre (1471).

17 On ignore qui du traducteur ou de l’éditeur a décidé de scinder le roman en deux volumes distincts qui ont paru à deux mois d’intervalle (juin et août 1926).

18 La date et l’organe de publication laissent penser qu’il s’agissait à l’origine d’un texte destiné à accompagner la publication du roman en feuilleton dans cette même revue, dans la traduction du seul Gruyer, avant les démarches entreprises par Postif (voir plus haut). C’est aussi ce que suggère la formule suivante : « White Fang ou Croc-Blanc, que la Revue de France va offrir à ses lecteurs » (Gruyer et Postif, 1922 869).

19 Voir Michaud 194, cité plus haut.

20 Voir Hersant § 15-16.

21 Voir Béghain, 2018 177.

22 Si la notion de « génie des langues » s’impose à partir du xviie siècle en France, le renvoi à cette notion paraît ici également faire écho, dans le contexte de l’après-guerre, à une vision hiérarchisée des langues non dénuée de nationalisme. Voir Béghain, 2018 176.

23 Voir Lacassin 78.

24 Voir notamment Béghain 2018 et Béghain 2022 (à paraître).

25 Voir Béghain 2018, 173-174.

26 Voir Béghain 2022 (à paraître).

27 Voir Lacassin 78.

28 Le terme vient du portugais « bicho do mar » (bête de mer, c’est-à-dire holothurie en termes savants). On parle en anglais de « sea cucumber », en français de « bêche de mer », de « biche de mer » ou de « concombre de mer ». Martin, qui traduit le titre du chapitre par « Anglais bêche de mer », utilise le nom de l’animal ; Vibart, qui le traduit par « En bichlamar dans le texte », utilise le nom de la langue.

29 Sur la perspective racialiste dans les écrits de London, voir notamment les analyses détaillées et légitimement nuancées de Jeanne Campbell Reesman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Béghain, « Jack London au prisme de ses premiers traducteurs et préfaciers français. Entre exotisation et domestication »Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/20093 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.20093

Haut de page

Auteur

Véronique Béghain

Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search