Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Trans’ArtsTschabalala Self « Make Room »

Trans’Arts

Tschabalala Self « Make Room »

Le Consortium (Dijon), 1er juillet 2022-22 janvier 2023
Clémentine Tholas

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Notes de la rédaction

Commissaires d’exposition : Franck Gautherot et Seungduk Kim

Texte intégral

1À celui ou celle qui franchit les portes vitrées du Consortium pour découvrir la première exposition européenne en solo de Tschabalala Self, jeune artiste africaine américaine, il faut annoncer qu’il/elle sera entouré·e de vulves. Pourquoi cette omniprésence des organes génitaux féminins dans les salles immaculées du musée dijonnais ? Pour offrir une porte d’entrée dans l’intimité de la femme noire, tant physique que psychologique.

2Dans son travail, Tschabalala Self, âgée de 32 ans et formée à la Yale School of Art, met en scène ce qu’elle définit comme un espace intérieur ; le terme désigne à la fois le foyer où se joue le quotidien de ses personnages mais aussi leur psyché, leurs sentiments, leurs envies, leurs aspirations et leurs angoisses. La représentation explicite du sexe féminin dans l’art est devenue courante, l’exemple le plus marquant restant vraisemblablement L’Origine du monde (1866) de Gustave Courbet. Tschabalala Self, par le biais de ses œuvres textiles pendues aux murs et de ses Loveseat Prototypes, se prête à ce rituel en mettant en perspective l’exhibition du corps et l’exhibition de l’âme et en jouant avec la notion d’extimité, ce « mouvement qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime » (Tisseron 52). Ce n’est d’ailleurs pas sans rappeler les performances de la luxembourgeoise Deborah de Robertis qui expose son sexe à côté de toiles classiques car « Ouvrir mon sexe, c’est ouvrir ma bouche ». En effet, Self – dont le patronyme semble fort à propos – s’intéresse aux possibilités de re-raconter (re-narration), d’auto-raconter (self-narration) l’expérience de la femme noire américaine tiraillée entre son moi intérieur et son identité sociale, genrée et raciale, écartelée par des représentations parfois imposées et souvent contradictoires. L’exposition « Make Room » souligne la nécessité de faire de la place à une voix intérieure et authentique pour repenser les corps noirs et féminins, le besoin de se réapproprier une image de soi dans un lieu à soi, comme une référence implicite à l’essai de Virginia Woolf, « A Room of One’s Own » (1929).

Fig. 1. Tschabalala Self, « Make Room », vues d’exposition

Fig. 1. Tschabalala Self, « Make Room », vues d’exposition

Consortium Museum, Dijon (FR), 2022. Photo : Rebecca Fanuele © Consortium Museum

Fig. 2. Tschabalala Self, Carpet, 2020

Fig. 2. Tschabalala Self, Carpet, 2020

Courtesy de Jonathan Sobel et Marcia Dunn

3L’exposition combine des compositions en patchwork, des peintures sur papier, une installation statuaire en tissu, des meubles, ainsi qu’une performance vidéo sur les tensions dans le couple intitulée Sounding Board (2021). L’artiste souhaite nous emporter dans un univers domestique afin de valoriser la grâce ordinaire, qui est ancrée, selon elle, dans la réalité, et nous faire (re)découvrir le quotidien des relations humaines au sein du foyer, où les couples se côtoient, se désirent, se reproduisent, se détachent, cherchent à exister à deux ou dans leur individualité. Pour Self, le foyer est un espace liminal, à la fois connu et mystérieux, dans lequel elle étudie la vie intérieure de ses personnages1. La nudité de ces derniers permet d’inscrire la jeune artiste dans la tradition artistique conventionnelle du nu, tout en montrant une expérience individuelle et collective du peuple noir qui rejette les artifices et les représentations préconçues. Les sujets sont mis à nus, dévoilés dans la banalité de leur existence pour fabriquer un récit sensuel, dépouillé et réaliste, loin d’une grande narration fantasmée et exemplaire.

4Le terme « fabriquer » n’est pas anodin puisqu’une grande partie des œuvres de Tschabalala Self sont des assemblages de tissus cousus et collés, des scènes composées à partir de matériaux communs et usagés, construites pièce par pièce. L’artiste se réclame des arts populaires et de l’héritage du patchwork / quilt qui, depuis plusieurs siècles, permet, entre autres, aux Africaines Américaines de raconter l’histoire de leur communauté au sein d’un récit national plus large. Comme l’a expliqué Géraldine Chouard, le patchwork a une « fonction mémorielle » et permet de « préserver dans la fibre textile les souvenirs du passé pour leur assurer diffusion et durée » (Desnoé). Le choix du quilt est intéressant car c’est à l’origine un objet utilitaire transformé avec le temps en objet d’art. Grâce à des artistes comme Faith Ringgold, il est devenu un support d’expression privilégié pour les revendications d’auto-détermination culturelle et artistique des noirs américains. Riche de ces influences, Self veut produire des œuvres en accord avec des pratiques artistiques plus marginales, associées à la vie domestique, au foyer, au travail des femmes et qui permettent de raconter une histoire en donnant une nouvelle vie à des objets mis au rebut2. Se différenciant de Bisa Butler dont le travail textile est axé sur la reproduction de portraits historiques plus ou moins célèbres, Tschabalala Self enracine son œuvre dans une volonté de magnifier le banal, le futile, et d’arrêter l’attention du visiteur et de la visiteuse sur une représentation qui lui semble plus juste car liée à l’ordinaire.

Fig. 3. Tschabalala Self, Still, 2020

Fig. 3. Tschabalala Self, Still, 2020

Collection privée, Vienne.
Courtesy de l’artiste, galerie Pilar Corrias et galerie Eva Presenhuber

5En outre, la présence du mobilier en fer forgé et tissu – Lifted Lounge #1 (Red), Wide Base Lounge #3 (Yellow), Spiral Table (Pink) (2021) : tables et chaises, bancs conçus pour le spectacle Sounding Board, écrit et scénographié par Self lors du festival Performa à New York – nous ramène à la mise en scène de la domesticité, modifiant la perception du spectateur ou de la spectatrice qui ont l’impression de circuler dans un appartement et de découvrir les toiles qui en orneraient les murs, ou d’être conviés chez un collectionneur privé. Cette connivence, voire cette familiarité, nous éloigne dans une certaine mesure d’une expérience muséale impersonnelle et formelle.

6La question des relations entre hommes et femmes est une autre clé de l’exposition et s’illustre par plusieurs œuvres révélant l’intimité de couples lors de leurs rapports sexuels. Les jeux de regards, les préliminaires ou encore l’emboîtement des corps s’affichent dans les salles du Consortium pour nous renvoyer à ce que la vie a de plus privé mais aussi de plus trivial. Au-delà de l’union dans le coït, Tschabalala Self capte sur différents supports les fluctuations des émotions de la vie d’un couple, en l’occurrence hétérosexuel et africain-américain : l’attraction, la séduction, l’accouplement, l’affection, l’ennui, la discorde.

Fig. 4. Tschabalala Self, Sunday, 2016.

Fig. 4. Tschabalala Self, Sunday, 2016.

Courtesy de l’artiste et Byron Nelson Family Collection

Fig. 5. Tschabalala Self « Make Room », vues d’exposition

Fig. 5. Tschabalala Self « Make Room », vues d’exposition

Consortium Museum, Dijon (FR), 2022. Photo : Rebecca Fanuele © Consortium Museum

7La captation vidéo de Sounding Board montre les interrogations de l’artiste sur la frustration et le surgissement de la violence au sein d’un couple qui avait pourtant décidé de construire ensemble ; le spectacle joue sur la répétition des mêmes répliques par l’homme et la femme, l’inversion des rôles, la réaction face aux attaques et se pose en contrepoint sombre aux œuvres picturales plutôt dévolues à l’expression du désir et de l’attachement. Le mélange d’amour et de désamour se retrouve également dans la statue en tissu d’environ deux mètres cinquante représentant un homme et une femme qui se tournent le dos tout en gardant les doigts entrelacés. On perçoit une fois de plus dans cette œuvre la dualité et la fragilité des relations.

8Cherchant à traduire l’expérience vécue de la femme africaine américaine dans sa relation à elle-même et au monde, « Make Room » propose un microcosme où le corps noir peut se redéfinir en s’affranchissant de la fétichisation qu’il a longtemps subi. Nous sommes invités dans la sphère privée, le chez-soi que Mona Chollet dépeint comme l’endroit où l’on « [s’affranchit] du regard et du contrôle social » (Chollet 28), afin de se réfugier et de se ressourcer. Tschabalala Self porte la voix de la femme noire qui reprend possession de son corps et de son être, qui réaffirme sa dignité dans le quotidien. Elle n’est pas une grande figure de l’histoire, elle n’est pas une héroïne populaire, elle est une femme simplement nue et détendue dans sa maison, dont l’histoire est banale mais nécessaire.

Haut de page

Bibliographie

CHOLLET, Mona. Chez soi : Une odyssée de l’espace domestique. Paris : Zones, 2015.

DESNOE, Adélaïde. « Passion Patchwork : l'étoffe de l'Amérique », Transatlantica, n° 1 | 2016. journals.openedition.org/transatlantica/8272. Page consultée le 26 septembre 2022.

TISSERON, Serge. L’intimité surexposée. Paris : Fayard, 2002.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec Tschabalala Self, Consortium Museum, vimeo.com/727305015, consulté le 27 septembre 2022.

2 Entretien avec Tschabalala Self, Consortium Museum, vimeo.com/727305015, consulté le 27 septembre 2022.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tschabalala Self, « Make Room », vues d’exposition
Crédits Consortium Museum, Dijon (FR), 2022. Photo : Rebecca Fanuele © Consortium Museum
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/20468/img-1.png
Fichier image/png, 667k
Titre Fig. 2. Tschabalala Self, Carpet, 2020
Crédits Courtesy de Jonathan Sobel et Marcia Dunn
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/20468/img-2.png
Fichier image/png, 299k
Titre Fig. 3. Tschabalala Self, Still, 2020
Crédits Collection privée, Vienne. Courtesy de l’artiste, galerie Pilar Corrias et galerie Eva Presenhuber
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/20468/img-3.png
Fichier image/png, 731k
Titre Fig. 4. Tschabalala Self, Sunday, 2016.
Crédits Courtesy de l’artiste et Byron Nelson Family Collection
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/20468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 5. Tschabalala Self « Make Room », vues d’exposition
Crédits Consortium Museum, Dijon (FR), 2022. Photo : Rebecca Fanuele © Consortium Museum
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/20468/img-5.png
Fichier image/png, 632k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Tholas, « Tschabalala Self « Make Room » »Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 09 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/20468 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.20468

Haut de page

Auteur

Clémentine Tholas

Université Sorbonne nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search