Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Trans’ArtsWe were never meant to survive : ...

Trans’Arts

We were never meant to survive : le regard de Christian Caujolle

Géraldine Chouard-Véron et Christian Caujolle

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Notes de la rédaction

Journaliste et photographe français, Christian Caujolle a été rédacteur en chef chargé de la photographie à Libération, de 1981 à 1986. Il a été l’un des fondateurs de l’agence VU, ainsi que le directeur artistique de la galerie du même nom, créée en 1998.

Il est actuellement conseiller artistique de la Galerie du Château d’eau, à Toulouse, qui accueille l’exposition de Marion Gronier (voir entretien), We were never meant to survive, série de portraits de communautés historiques des États-Unis (8 septembre-31 décembre 2022).

Texte intégral

Géraldine Chouard-Véron : Quel est votre lien avec la Galerie le Château d’eau ? 

  • 1 Ces dernières années, la propriété de la collection était l’objet d’un conflit entre la marie de To (...)

Christian Caujolle : Je suis aujourd’hui, et depuis 2020, conseiller artistique de la Galerie. Cela signifie, en pratique, que j’ai la responsabilité de la programmation (trois expositions majeures dans les deux étages de la tour, six dans la deuxième galerie) mais que je suis également les outils de communication, que je rédige les textes de présentation, que je suis là pour les accrochages. Et, plus globalement, que je dialogue avec l’équipe, entre autres avec la remarquable responsable de la bibliothèque et des collections, Estelle Lacanal. Dès l’année prochaine, maintenant que le statut légal de la collection a été réglé, et qu’il est clair qu’elle appartient à la Ville de Toulouse et à la Galerie le Château d’eau1, je vais tenter de la faire vivre hors les murs. 

G.C.V. : Comment l’exposition de Marion Gronier, We were never meant to survive, s’inscrit-elle dans le cadre de la programmation artistique du lieu ?

  • 2 Né en 1947, Nicholas Nixon est notamment célèbre pour sa série The Brown Sisters (1975-2014). Plusi (...)

C.C. : Je cherche à établir une programmation variée, internationale, qui peut valoriser et mettre à leur place des artistes majeurs comme Nicholas Nixon, qui n’avait – étrangement – jamais été montré dans aucune institution en France2, comme des tout jeunes Français. Chaque année également, nous mettons en valeur un graphiste qui travaille de façon importante avec la photographie et le Prix Caritas pour la photographie sociale.

Plus globalement, je ne cherche à défendre ou privilégier aucune « école » mais à montrer des travaux dont la cohérence interne est indéniable. Et également des pratiques qui sont – cela me semble indispensable aujourd’hui – une réflexion sur la nature de la photographie.

G.C.V. : Le titre de l’exposition est extrait du poème de Audre Lorde, « A Litany for Survival », écrit en 1978. S’agit-il de photographie politique ?

C.C. : Je pourrais vous répondre que l’art qui m’intéresse est toujours, et avec des modalités et choix esthétiques différents, politique.

Lorsque l’on s’interroge à la fois sur l’identité d’un pays, sur l’identité des personnes photographiées (avec une référence au fait que le portrait d’identité photographique a été mis au point pour ficher, classer, enfermer), sur la nature, la complexité et les ambiguïtés du portrait photographique, [le travail] est politique, au sens où cela concerne la société, les notions de nation et d’identité. Et ce d’autant plus que les trois communautés concernées sont aujourd’hui marginalisées et maltraitées aux États-Unis.

G.C.V. : Il est rare de voir côte à côte les portraits de membres de trois communautés fondatrices – Amérindiens, Africains-Américains et Mennonites. Que pensez-vous du protocole, du dispositif, et des choix esthétiques de Marion Gronier ? Quelle a été la réception de son exposition ?

C.C. : Le protocole de Marion Gronier est très simple et redoutablement efficace. Elle travaille seule, avec son trépied, elle parle avec les personnes qu’elle souhaite photographier et leur demande seulement, lorsqu’ils acceptent la proposition d’être photographiés, de ne pas bouger, de ne pas sourire et de la regarder. Pas d’effet, des cadrages précis, une distance qui n’apporte pas d’information, des fonds – importants – non connotés précisément. Elle poursuit sa réflexion sur le portrait comme elle le fait depuis les débuts de son travail photographique.

Les visiteurs sont vraiment intéressés, souvent impressionnés par la taille des tirages. Un accueil très positif.

G.C.V. : Que pensez-vous des concepts épineux d’appropriation culturelle et de souveraineté visuelle ?

C.C. : Ils ne me semblent pas satisfaisants. Et dans certains cas dangereux. Je pense que tout artiste, quels que soient sa couleur de peau, son sexe, son genre, sa nationalité, a le droit – voire le devoir – de traiter les sujets qui agitent le monde dans lequel il vit. Le fait que les minorités aient été injustement mises à l’écart ne me semble pas justifier certains excès dans les prises de parole comme dans les actes. Je suis avant tout attaché au respect de l’autre, de tous les autres, à la sincérité d’œuvres produites par nécessité et à la pertinence des choix esthétiques par rapport à ce qui est abordé.

G.C.V. : Quels sont vos projets d’exposition au Château d’eau ? D’autres projets sur la photographie américaine ?

C.C. : Je n’ai pas une visibilité très grande car il devrait y avoir des travaux, vraisemblablement en 2024, mais j’attends des précisions.

Il va y avoir, début 2023, une grande exposition de l’Italien Gabriele Basilico qui va, pour la première fois, montrer les quatre voyages qu’il a effectués à Beyrouth entre 1993 et 2013, et les éditions Contrasto publient le livre. Dans la seconde galerie un Italien en milieu de parcours, Francesco Jodice, avec son travail analytique et critique sur les États-Unis dont le titre provisoire est WEST.

Il y a encore un doute sur la grande exposition d’été et, à l’automne, nous aurons, à l’occasion du cinquantenaire du coup d’état d’Augusto Pinochet, une exposition des vintages d’images de Raymond Depardon prises au Chili en 1971, un an après la prise de pouvoir de Salvador Allende, et des travaux de David Burnett documentant les événements de 1973.

Je pense à différents travaux de photographes américains, mais il est trop tôt pour en parler. Par contre, nous aurons au début 2024, le travail d’Arno Brignon, photographe basé à Toulouse, qui a effectué, en compagnie de sa famille, un intéressant parcours aux États-Unis.

Haut de page

Notes

1 Ces dernières années, la propriété de la collection était l’objet d’un conflit entre la marie de Toulouse et l’association PACE (Photographie au Château d’eau).

2 Né en 1947, Nicholas Nixon est notamment célèbre pour sa série The Brown Sisters (1975-2014). Plusieurs fois exposé au MoMA de New York, il a présenté son travail à la Galerie du Château d’eau de novembre 2021 à janvier 2022 dans une exposition intitulée Une infime distance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Chouard-Véron et Christian Caujolle, « We were never meant to survive : le regard de Christian Caujolle »Transatlantica [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 09 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/20474 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.20474

Haut de page

Auteurs

Géraldine Chouard-Véron

Université Paris Cité, LARCA

Christian Caujolle

Journaliste et photographe

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search