Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2RecensionsSerhii Plokhy, Nuclear Folly: A H...

Recensions

Serhii Plokhy, Nuclear Folly: A History of the Cuban Missile Crisis

Olivier Pottier
Référence(s) :

Serhii Plokhy, Nuclear Folly: A History of the Cuban Missile Crisis, New York and London: W.W. Norton & Company, 2021, édition brochée 2022, 480 p., ISBN 978-1-324-03598-5, $22.00.

Entrées d’index

Par rubrique :

Recensions
Haut de page

Texte intégral

1Il n’est pas facile de publier un nouveau livre sur la crise de Cuba de 1962, quand on considère la quantité impressionnante d’ouvrages qu’elle a suscités, tout particulièrement outre-Atlantique. Pourtant Serhii Plokhy (né en 1957), historien et directeur du Harvard Ukrainian Research Institute à l’université de Harvard, s’est prêté avec succès à cet exercice. L’originalité de son entreprise tient, selon nous, à plusieurs caractéristiques.

  • 1 La crise, vue du point de vue soviétique, a été étudiée par Alexandre Fursenko et Timothy Naftali.

2La première est méthodologique. L’auteur a pu consulter les archives soviétiques conservées à Kiev après la fin de l’URSS et notamment celles du KGB, ce qui permet de compléter le récit soviétique de la crise1. Serhii Plokhi fait ainsi référence à de nombreux compte-rendus de discussions, à des télégrammes, à des rapports qui éclairent la décision d’installer des missiles à Cuba, montrent les détails de l’opération Anadyr (nom de code de l'installation des missiles soviétiques à partir de l’été 1962) et décrivent les réactions des Soviétiques, civils et militaires, à Moscou, à Cuba ou dans les unités en mer, au moment du blocus décrété par le président Kennedy en octobre 1962.

3La seconde est liée à l’objectif de l'auteur. Comme il l’annonce dans la préface, Serhii Plokhy se propose d’envisager toutes les situations durant lesquelles les choses ont mal tourné plutôt que les moments où les bonnes décisions ont été prises (xviii). Éclairant avec minutie le processus de décision politique en temps de crise, il adopte une démarche assez proche de celle suivie par l’historien britannique Ian Kershaw qui, dans Choix Fatidiques, étudiait dix décisions majeures de 1940-1941 qui devaient orienter tout le cours de la Seconde Guerre mondiale. En se penchant sur les « choix fatidiques » de John Fitzgerald Kennedy et de Nikita S. Khrouchtchev en 1962, Plokhy nous montre que les deux protagonistes de la crise « ont réussi à éviter une guerre nucléaire après avoir fait presque toutes les erreurs possibles et pris toutes les mesures imaginables pour la provoquer » (359).

  • 2 Ce que le Secrétaire d’État à la défense, Robert McNamara, alors âgé de 75 ans, ne découvrit qu’en (...)

4Parmi ces erreurs, côté américain, il y avait l’idée que le risque majeur de guerre était localisé à Berlin. La construction du mur, durant l'été 1961, semblait confirmer cette hypothèse : dès lors, ce qui se passait à Cuba paraissait secondaire (101). Par ailleurs, tout au long de la crise, les Américains ont sous-estimé les effectifs soviétiques réels à Cuba (40 000 hommes au lieu des 10 000 estimés par la CIA), le caractère opérationnel des missiles et leur diversité (missiles à portée intermédiaire et moyenne mais aussi des missiles tactiques à courte portée Luna jamais identifiés par les Américains) et le processus de décision de leur engagement : les services de renseignement américains ignoraient en effet que l’ordre d’emploi des missiles tactiques dépendait, en cas d'attaque ennemie, de la seule décision du commandement soviétique sur le terrain (1-2)2! Quant à Khrouchtchev, il pensait être le maître du jeu alors qu’il allait multiplier les erreurs : il a considéré Kennedy comme un adversaire faible et manipulable (20) et il a sous-estimé les capacités de renseignement de l’adversaire (59) pourtant efficaces lorsqu’un avion U2, le 14 octobre 1962, révéla la présence des missiles nucléaires soviétiques à Cuba. Enfin, alors que la crise avait atteint son paroxysme, le dimanche 28 octobre 1962 et que le blocus naval de Cuba menaçait de se transformer en une guerre nucléaire mondiale, un message du renseignement militaire – qui s’avéra ensuite erroné – informa le Kremlin que le président américain devait prononcer un nouveau discours, le même jour à 9h00, soit 17h00, heure de Moscou (283). Khrouchtchev crut que le président américain allait annoncer l’invasion de Cuba. Il décida donc d’accélérer sa réponse au gouvernement américain par un message lu à la radio dans lequel il acceptait ses exigences (retrait des missiles et inspections pour en vérifier l’exécution). Cette réponse qui permit de stopper la marche à la guerre reposait cependant sur une nouvelle erreur : jamais un président américain n’aurait tenu un discours un dimanche matin, à 9h00, à l’heure de la messe dominicale ! La méconnaissance par les dirigeants soviétiques des us et coutumes américains était donc totale (287-288).

5La troisième caractéristique du travail de Serhii Plokhy concerne l’analyse de la nature même de la crise des fusées qu’il nous livre au fil des pages : pour résumer, nous pouvons dire qu’il s’agit d’une crise moderne dans un cadre ancien. Moderne, cette crise l’est par sa dimension nucléaire : pour la première fois, le monde risquait la destruction si les deux super-puissances utilisaient leurs armes atomiques l’une contre l’autre. À l’origine de la crise, il y avait d'ailleurs la course aux armements : c’est parce que les missiles intercontinentaux soviétiques étaient en passe d’être surclassés (il fallait une trentaine d'heures pour les approvisionner en combustible liquide alors que leurs homologues américains, à combustible solide, étaient toujours prêts à la riposte) que Khrouchtchev décida de pré-positionner des missiles nucléaires à moyenne portée (MRBM) et à portée intermédiaire (IRBM) à Cuba, à proximité des côtes américaines (53-57).

6Mais la crise des fusées représente aussi un usage encore archaïque de la diplomatie. Les dirigeants ont cherché à conserver le contrôle total des négociations. Kennedy s’est appuyé sur son frère, Robert, que ses fonctions de ministre de la justice ne prédisposaient pas à l’action diplomatique et qui, dès la fin de 1960, noua des contacts avec un agent du KGB en poste à Washington DC, Youri Barsukov (21). Khrouchtchev, quant à lui, court-circuita les canaux diplomatiques officiels en n'informant ni régulièrement, ni précisément les ambassadeurs Dobrynine (à Washington), Zorin (auprès de l’ONU à New York) et Alexeiev (à La Havane). D’ailleurs, lorsque les relations se durcirent avec Castro, Khrouchtchev envoya un émissaire spécial à Cuba, Anastase Mikoyan, pour tenter de le calmer. C’est au cours de plusieurs « Secret rendezvous » (en français dans le texte) entre Robert Kennedy et l’ambassadeur Dobrynine, finalement réintégré dans la boucle diplomatique, que la crise put se dénouer : leur rencontre le 27 octobre permit de débloquer la situation en liant le démantèlement des bases soviétiques à Cuba au retrait des missiles américains de Turquie (252-253), accord qui ne fut révélé que beaucoup plus tard. La crise s'est donc jouée dans le secret de rencontres entre hommes de confiance et l’accord passé entre Kennedy et Khrouchtchev « reposait sur la confiance mutuelle » (354). On est ici assez loin de la diplomatie ouverte telle que l’envisageait un autre président américain, Woodrow Wilson, dans ses fameux Quatorze Points de janvier 1918. Un autre facteur a mis en évidence le caractère « ancien » de la crise de Cuba : c’est le temps que prenaient les informations pour parvenir aux décideurs, multipliant donc les risques d’interprétation incomplète ou erronée des faits, ce qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Comme le remarque Serhii Plokhy, « l’âge nucléaire a précédé l’arrivée de l’âge de l’information d’au moins quelques décennies. En 1962 ce décalage aurait très bien pu conduire au retour de l’âge de pierre » (186).

  • 3 Les débats des ExCom (Executive Commitee of the National Security Council) tenus à la Maison Blanch (...)

7La lecture de Nuclear Folly permet précisément de mieux comprendre pourquoi la crise de Cuba n’a pas débouché sur une guerre thermo-nucléaire, bien que, selon l’expression consacrée, le monde ait été « au bord du gouffre ». Kennedy, très hésitant au début de la crise3 et même assez favorable à une frappe aérienne « chirurgicale » contre les bases de lancement des missiles nucléaires (137-138), aurait pu accepter le projet d’invasion de Cuba proposé par les militaires (224) et Khrouchtchev aurait pu décider de riposter en utilisant les armes nucléaires positionnées sur l’île. Pourtant les deux dirigeants ont évité la guerre. Kennedy craignait, plus que tout, de déclencher un conflit sur une erreur d’interprétation des intentions de l’adversaire : avant que n’éclatât la crise de Cuba, il avait lu et même fait distribuer à ses collaborateurs le livre de Barbara Tuchman, The Guns of August, publié au printemps 1962, dans lequel étaient évoquées toutes les erreurs de jugement ayant conduit à la catastrophe que fut la Première Guerre mondiale (xviii). Ni lui, ni Khrouchtchev ne pensaient pouvoir sortir vainqueur d’une guerre nucléaire et ils n’étaient pas prêts à en payer le prix (359). Peut-être la connaissance de ce qu’avait été la réalité de la guerre lors du second conflit mondial a-t-elle influencé les deux dirigeants et permis au monde d’échapper à une Troisième Guerre mondiale ?

8L’épilogue de Nuclear Folly, ouvrage publié aux États-Unis en 2021, donc avant la crise ukrainienne, sonne comme un manifeste et son auteur nous invite à tirer quelques leçons de l’histoire. À la suite de la crise de Cuba, Kennedy et Khrouchtchev ont « sauvé le monde une seconde fois » en limitant les retombées nucléaires dans l’atmosphère par le traité d’interdiction partielle des essais nucléaires d’août 1963 (359). Dans les décennies qui ont suivi, entre 1972 et 1993, les dirigeants américains et soviétiques ont signé de nombreux traités, limitant et même réduisant les capacités nucléaires des deux puissances. Or, l’annonce, en 2019, par les États-Unis et la Russie de leur retrait du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire de 1987 (Traité FNI) a fait « rentrer le monde dans un nouvel âge de réarmement nucléaire » avec de nouvelles bombes atomiques « plus précises et plus petites » (361). Pour Plokhy, des armes nucléaires tactiques peuvent désormais être employées sur le champ de bataille, comme c’était le cas dans les années 1960. Or, aujourd’hui, le contexte n’est plus le même avec un nombre plus important de puissances nucléaires en concurrence, avec l’abandon des traités de contrôle des armements, avec la cyberguerre qui pourrait permettre à une puissance de prendre le contrôle de l’arsenal nucléaire d’une autre sans coup férir et avec l’évolution technologique qui rend possible des frappes nucléaires extrêmement précises (362). Tous ces facteurs ont abaissé la barrière psychologique de l’utilisation des armes nucléaires. Face à cette situation dangereuse qui ressemble à celle qui a prévalu, avant la crise de Cuba, avant « l’équilibre de la terreur », l’auteur invite les citoyens du monde à s’emparer de la question des armes nucléaires, à bien en mesurer les dangers et à inciter leurs élus à revenir à la table de négociations pour discuter d’un nouvel accord de contrôle de ces armements (363). C’est ce qui pourrait, selon lui, nous éviter de revivre une nouvelle « folie nucléaire ».

Haut de page

Bibliographie

FURSENKO, Aleksandr, et Timothy NAFTALI. One Hell of a Gamble: Krushchev, Castro, and Kennedy, 1958-1964. New York : W.W. Norton & Company, 1997.

KERSHAW, Ian. Choix fatidiques. Dix décisions qui ont changé le monde, 1940-1941. Traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat. Paris : Éditions du Seuil, 2009.

MAY, Ernest R., et Philip D. ZELIKOW. The Kennedy Tapes: inside the White House during the Cuban missile crisis. New York : W.W. Norton & Company, 2002.

TUCHMAN, Barbara. The Guns of August. New York : Macmillan, 1962.

Haut de page

Notes

1 La crise, vue du point de vue soviétique, a été étudiée par Alexandre Fursenko et Timothy Naftali.

2 Ce que le Secrétaire d’État à la défense, Robert McNamara, alors âgé de 75 ans, ne découvrit qu’en janvier 1992 à l’occasion d’un colloque tenu à La Havane (1) !

3 Les débats des ExCom (Executive Commitee of the National Security Council) tenus à la Maison Blanche à partir du mardi 23 octobre 1962 ont été enregistrés, comme l’étaient, depuis l’été 1961, toutes les conversations que John Kennedy avait en réunion (135). Une analyse détaillée de ces débats a été publiée par Ernest R. May et Philip D. Zelikow en 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pottier, « Serhii Plokhy, Nuclear Folly: A History of the Cuban Missile Crisis »Transatlantica [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/21329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.21329

Haut de page

Auteur

Olivier Pottier

Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search