Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Queering the CityLa scène voguing parisienne. Entr...

Queering the City

La scène voguing parisienne. Entretien avec Vinii Revlon et Frédéric Nauczyciel

Anne Crémieux, Frédéric Nauczyciel et Vinii Revlon

Texte intégral

1Vinii Revlon, père de la House of Revlon, incarne une génération de vogueurs formés à la scène américaine, acteurs de l’essor de la scène parisienne. Élevé au rang de legend en 2018, il a participé au spectacle de l’Opéra de Paris Les Indes Galantes à l’automne 2019. Il coorganise le United States of Africa Ball à la Gaîté Lyrique à Paris depuis 2016. Dans le cadre du colloque « Queering The City », il présente avec la House of Revlon, le 11 juin 2021, une compétition de voguing dans le salon 1930 de la Fondation des États-Unis à Paris. Depuis la réalisation de cet entretien, les Revlon ont gravi le podium de Legendary saison 3 (mai-juin 2022), tandis que Keiona, mère de la House of Revlon, a été sacrée Reine de la saison 2 de Drag Race France (2023).

2Frédéric Nauczyciel est un artiste visuel qui a débuté sa carrière comme photographe du chorégraphe Andy de Groat. Également plasticien, vidéaste et chorégraphe, il développe des projets collaboratifs entre Paris et Baltimore, dont il découvre dès 2011 les scènes voguing avant de participer à leur rapprochement. En France, il a notamment exposé au MAC VAL, aux Rencontres d’Arles, au Festival d’Avignon, au Centre Pompidou, au Palais de Tokyo, au Musée de la Chasse et de la Nature et au 104. Cet entretien a été réalisé par Anne Crémieux, à Paris, le 9 janvier 2021.

Anne Crémieux : Pouvez-vous vous présenter, en précisant la place du voguing dans votre parcours ?

  • 1 Grade décerné en fonction de l’ancienneté dans le milieu (plus de dix ans) ainsi que le nombre de v (...)

Vinii Revlon : Je m’appelle Vinii Revlon, première légende1 du voguing en Europe. Je suis né dans une famille d’artistes où j’ai baigné dans l’afro-musique et l’afro-futur. J’ai toujours dansé, en commençant par les danses afro et le hip-hop. Mon père était musicien et chanteur. Mes parents ont toujours été ouverts à ce que je poursuive une carrière artistique. Cependant, il fallait que ça paye et je cachais un peu ce que je faisais précisément. J’ai découvert le voguing en 2011 par le biais du programme télé MTV Dance Crew USA. J’ai fait le lien avec les petits mouvements que faisaient des personnes queers avec qui je m’entrainais et qui m’ont alors parlé du voguing. J’ai fait des recherches sur YouTube, je me suis entraîné alors que des événements se créaient à Paris. J’ai participé à des compétitions que j’ai souvent gagnées ! Après avoir fait un peu le tour de la scène à Paris, j’ai voulu battler des personnes vues sur YouTube et je suis donc parti pour les États-Unis. Là, j’ai encore gagné et ça a fait de moi la première butch queen européenne récompensée dans ma catégorie. J’ai participé à plusieurs événements à l’étranger et, en 2018, j’ai été nommé « legend ». C’est un titre octroyé par un jury américain d’ « icons », le titre supérieur en voguing. Récemment, j’ai fait partie des Indes Galantes à l’Opéra Bastille, j’ai même été à l’Élysée où j’ai fait partie de la fameuse photo avec le couple Macron qui a fait scandale lors de la Fête de la musique 2018. Et bien sûr, depuis 2012, je travaille avec Fred Nauczyciel.

Anne Crémieux : Dans quel cadre ?

Vinii Revlon : Nous avons commencé sur son projet de voguer sur de la musique baroque, qui est rapidement devenu mon projet aussi. On s’est liés d’amitié et on a collaboré sur d’autres projets, comme le Marching Band qui s’est produit à Paris et aux États-Unis, et sur des pièces comme Singulis et Simul, également aux États-Unis et à Paris. 

Anne Crémieux : Dans Les Indes Galantes, tu as une présence magnétique sur scène. 

Frédéric Nauczyciel : Bintou [Dembélé], la chorégraphe, dit la même chose. Vinii attire le regard. Il sait se rendre indispensable sans pour autant en profiter, mais parce qu’il fait les choses à 300 %. C’est ça qui le nourrit. Et en France, c’est rare, les gens se donnent souvent à 90 %, questionnent les choses, testent. C’est son côté américain : se donner à fond pour construire quelque chose ensemble. Et par ambition personnelle, aussi.

Anne Crémieux : Quand vous êtes-vous rencontrés ?

Frédéric Nauczyciel : À Baltimore en 2012. J’ai commencé comme photographe, et ça marchait bien, mais je me sentais enfermé. Je viens de la danse contemporaine, j’ai d’abord été administrateur, notamment d’un chorégraphe postmoderne américain, Andy de Groat, le compagnon de Bob Wilson, qui a chorégraphié toutes ses pièces, malheureusement décédé en 2019. La danse postmoderne est très intellectuelle, mais aussi très inclusive : il bossait avec des gros, des autistes, il travaillait dans la rue, etc. Et j’ai retrouvé tout ça dans le voguing à Baltimore.

Anne Crémieux : Pour faire The Fire Flies, Baltimore (2013), autour duquel je vous ai rencontrés ensuite ?

Frédéric Nauczyciel : Oui, je t’avais entendue parler à la radio de The Wire et j’avais proposé au Centre Pompidou de monter cette table ronde autour du voguing.

Anne Crémieux : Tu ne connaissais pas le voguing avant Baltimore ?

Frédéric Nauczyciel : Si, je connaissais le travail de Rachel Newsome sur le voguing, mais je ne voulais pas m’interposer. Puis j’ai rencontré Marquis Revlon et la House of Revlon, et ça ne se refuse pas, cela a fait de moi un Revlon.

Anne Crémieux : Que t’a apporté le voguing ?

Frédéric Nauczyciel : Cela m’a permis de faire mon coming out en tant qu’artiste. Je suis passé de photographe à artiste : véritablement, pleinement artiste. Le voguing est synonyme d’empowerment, d’émancipation, où chacun découvre qui il est. Pour moi, c’est un espace de revendication post-racial et post-genre. C’est un monde qu’on invente, où ces questions ne se poseraient plus, où tous les genres et toutes les races possibles se retrouveraient pour lier tous les rapports possibles. Je suis rentré avec ce travail à Paris au moment où la scène s’organisait et j’ai rencontré le jeune Vinii, qui avait 18 ou 19 ans, qui à son tour a rencontré Marquis Revlon. C’est une question de désir, d’ambition et d’héritage. Héritage, transmission et mentoring sont les fondamentaux qui nous réunissent. 

Vinii Revlon : Vraiment. 

Anne Crémieux : C’est aussi le rôle historique des houses et de leur structure familiale ?

Vinii Revlon : Oui, c’est une passation, on donne la torche à la personne suivante. La première fois qu’on s’est rencontrés, avec Fred et les Revlon de Baltimore, c’était à une soirée Wanderlust à Paris. Je les cherchais quand quelqu’un nous a présentés.

Frédéric Nauczyciel : On s’est rencontrés par l’intermédiaire de Matyouz Ladurée et des gens du MAC VAL. Matyouz avait 16 ans, il habitait à Ivry, il était encore au lycée technique de mode [le Lycée professionnel Camille Claudel d’Ivry-sur-Seine]. Mais on sentait déjà ce qu’il allait devenir, on sentait ce désir.

Vinii Revlon : Oui, Matyouz a fait suivre un message de Fred disant qu’il recherchait un assistant sur un projet de vogueurs de Baltimore, qui parle assez bien anglais pour traduire.

Frédéric Nauczyciel : On a tout de suite cliqué. J’ai eu cette intuition du baroque et Marquis a joué le jeu. Si j’avais demandé à la House de danser pour moi, ça n’aurait jamais marché. C’est grâce à Marquis. Dale Blackheart, que j’ai rencontré avant Marquis, est le premier pour qui j’ai écrit un solo de danse et qui a accepté que je le chorégraphie, alors que je n’avais jamais fait ça. Ils ont tous essuyé les plâtres avec moi et cette confiance m’a construit comme artiste. Ensemble, on déplace le voguing tout en restant des puristes : le voguing doit rester underground, mais on peut aussi le déplacer, dans son entièreté avec les vogueurs et leurs réalités, sans dénaturer son énergie.

Anne Crémieux : Fred, est-ce que tes parents étaient artistes aussi ?

Frédéric Nauczyciel : Non, mais ils auraient pu l’être. Ce sont des enfants d’immigrés juifs, survivants d’Auschwitz. Mon père voulait faire du théâtre. Il avait 18 ans à la fin de la guerre, il s’était caché pendant trois ans et on lui avait conseillé de faire du théâtre car il était très introverti, mais il a eu peur d’en faire sa profession. Ma mère voulait faire de la photo, mais son père a jeté son agrandisseur à la poubelle en lui disant que ce n’était pas pour les filles. Cette envie existait, mais elle était largement interdite. Mon frère est devenu metteur en scène et moi, photographe. Pour moi, dire qu’on est artiste est une transgression que j’ai mis longtemps à assumer.

Anne Crémieux : Peut-on faire un rapide historique de la façon dont le voguing est né, ses avatars commerciaux, de Paris Is Burning à Madonna, qui sont à la fois polémiques et canoniques ?

Vinii Revlon : Le voguing en tant que danse est né dans les années 1960 à New York, au sein des communautés LGBT noires et latino. À l’époque, il y avait des concours de beauté de drag-queens, systématiquement gagnés par les blanches. Les Noires et les Latinas avaient des traits différents et ne gagnaient jamais. Elles en ont eu assez et ont créé leur propre espace avec leurs propres règles : c’est comme ça que le ballroom est né. Elles imitaient les poses de magazine pour vendre leurs visages – c’est le face – et leurs tenues par des mouvements dansés. C’est le style old way, inspiré de la revue Vogue mais aussi des arts martiaux.

Frédéric Nauczyciel : Le old way est un enchaînement de poses qui devient une danse.

Vinii Revlon : Absolument. Le vogue fem est apparu dans les années 1970 : les mêmes poses sont accélérées et augmentées d’influences d’autres danses. On parle de fem queen pour les danseuses qui présentent plus de formes. Et enfin, le new way est plus acrobatique, il faut être flexible, souple, pouvoir se contorsionner.

Anne Crémieux : Est-ce que les dips, où l’on tombe en arrière, existent depuis le old way ?

Vinii Revlon : Oui, mais c’était plus lent. Le vogue fem est plus dramatique, plus spectaculaire. On parle de style soft ou dramatic.

Anne Crémieux : Au-delà de ces trois formes de danse, old way, vogue fem et new way, il y a les catégories, n’est-ce pas ?

Vinii Revlon : Oui, moi je suis butch queen, c’est-à-dire un gay guy, 50 % féminin 50 % masculin, et je fais du vogue fem, donc on dit butch queen vogue fem. Une fem queen performance est réalisée par une trans woman qui fait du vogue fem, en général. Le virgin vogue, c’est encore autre chose : ce sont les premiers pas, quand on a peu d’expérience, quelle que soit la catégorie. Par exemple virgin fem queen old way : une trans woman débute en old way. Il y a la catégorie realness, qui se décline : realness with a twist c’est du vogue fem dansé par des realness boys, des garçons gays qu’on ne repère pas dans la rue comme étant gays. Il a l’air straight, mais il va danser de façon féminine, d’où realness with a twist.

Frédéric Nauczyciel : En fait, c’est une matrice à quatre entrées. Il y a les trois danses, la façon de les danser, le thème du ball et la forme du corps, comme big boy par exemple. C’est très inclusif.

Anne Crémieux : Et au-delà des performances dansées, quelles sont les autres compétitions ?

Vinii Revlon : Le runway et toutes les catégories fashion. Best dress : la personne qui est la mieux habillée. Runway : la marche. Face : le visage. Sex siren : vendre son sex-appeal. Executive realness : avoir l’air straight dans un emploi de cadre. Pretty boy realness : on ne sait pas qu’il est gay, mais il est mignon. School boy : étudiant qui n’a pas l’air gay. Fem queen realness : une trans woman qui est real, on ne voit pas qu’elle est trans, on pense que c’est une femme cisgenre. Quoi d’autre encore ?

Frédéric Nauczyciel : Extravagant ? Bizarre ? 

Vinii Revlon : Ce sont des catégories de costumes, des tenues étranges où on ne distingue plus l’humain.

Anne Crémieux : Comme Ivy Oddly dans l’émission de téléréalité RuPaul’s Drag Race ?

Vinii Revlon : Exactement. Il y a énormément de catégories2.

Frédéric Nauczyciel : Au-delà de la culture voguing, on parle là de la culture ballroom, dont le nom vient des salles de bal dans lesquelles se déroulaient les concours de beauté à l’époque.

Anne Crémieux : Cette révolte dont on parlait contre les concours de beauté que les drag-queens noires et latinas n’arrivaient pas à gagner a été involontairement saisie à la fin du documentaire The Queen en 1968.

Frédéric Nauczyciel : Oui, mais les premiers concours de beauté de drag-queens noires se déroulent dès les années 1930, au moment de la Renaissance d’Harlem, ce grand mouvement artistique africain-américain dont le poète Langston Hughes fait partie et dont le plasticien David Hammons est l’héritier. Ils ont monté des maisons d’édition, ouvert des galeries d’art. C’est au sein de ce grand mouvement d’émancipation artistique africain-américain qu’a pu naître la culture des ballrooms. C’est donc avant tout une culture artistique d’empowerment performatif, au même titre que les futuristes italiens qui inventent la performativité au xxe siècle. Dire qui je suis : noir et queer. Ça entre dans un mouvement beaucoup plus large qu’on ne le croit, ce n’est pas un épiphénomène, c’est aussi important que le Bauhaus allemand dans un contexte également transgenre et lesbien à Berlin dans les années 1930, ou que les futuristes en Italie. Et la Renaissance d’Harlem chez les Africains-Américains.

Anne Crémieux : Et les récupérations commerciales, comment est-ce que cela fonctionne ? Jusqu’à l’Opéra de Paris ?

Vinii Revlon : En fait c’est simple. On veut que la ballroom reste en partie secrète, qu’elle soit toujours pour nous, faite par nous, que l’on puisse se libérer et se sentir nous-même. Mais on veut aussi que le mainstream ait accès à nous, qu’on puisse nous contacter pour des publicités, des clips ou des films, ou un opéra. Le souci, c’est quand ils nous imposent leurs critères. Des critères de beauté, par exemple, des types physiques qui dénaturent le message que nous transmettons dans la scène ballroom. On cherche parfois à nous embaucher pour chorégraphier le voguing de danseurs qu’ils ont sélectionnés. Non, si tu veux du voguing, tu prends les vogueurs qui vont avec. 

Anne Crémieux : Pourquoi veulent-ils travailler avec leurs danseurs ?

Vinii Revlon : Parce qu’ils ont la silhouette fine, mannequin, qui passe à la télé. Parce qu’ils sont habitués à travailler avec eux. Et aussi parce qu’ils sont blancs.

Anne Crémieux : Est-ce qu’ils invoquent des questions d’attitude professionnelle ?

Vinii Revlon : Disons qu’ils veulent travailler avec certaines personnes qui sont déjà formatées, qui sont fiables. Et je comprends bien ça. Sauf que les gens de ma scène, tu ne leur as pas donné leur chance, donc tu ne sais pas ce qu’ils valent.

Frédéric Nauczyciel : Je peux témoigner de ça directement. À partir de 2012-2013, je deviens la personne qu’on appelle, l’intermédiaire. Ils ont peur que les vogueurs soient en retard, qu’ils soient mal éduqués. Mes copains noirs américains, même acteurs de théâtre ou de cinéma, le disent, « on veut bien de nous, mais on ne veut pas prendre le package ». Mais si vous voulez travailler avec des gens qui viennent vraiment du voguing, il va falloir changer vous-mêmes, comprendre que vos règles ne sont peut-être pas bonnes, que vos codes sont excluants.

Anne Crémieux : D’où la question de l’appropriation culturelle ?

Frédéric Nauczyciel : Oui, sauf que le voguing est plus fort que tout ça. C’est le voguing qui s’approprie tout, et non le contraire. Ce n’est pas moi qui impose le baroque au voguing, c’est le voguing qui s’impose au baroque. Quand je suis arrivé à Baltimore en 2011, le film Black Swan de Darren Aronofsky venait de sortir. Tous les balls avaient pour thème Natalie Portman. Donc depuis le début, c’est le voguing qui s’approprie la culture mainstream, que ce soit le ballet, le jazz… Dans dix ans, il y aura une nouvelle forme de voguing.

Vinii Revlon : C’est sûr qu’on ne verra jamais un battle hip-hop « venez habillé en majorette » où « en chat », où « en Lac des cygnes ». Le voguing est toujours dans le renouveau, c’est ça qui fait sa puissance. Quand on est contacté, on doit imposer ça. Vous voulez du voguing, alors prenez les vogueurs qui vont avec, plutôt que vos danseurs académiques.

Anne Crémieux : Le voguing est-il une pratique non-blanche et queer avant tout ?

Vinii Revlon : Oui, il nous arrive de le crier haut et fort quand on voit des gens qui prennent notre argent alors qu’ils ne font pas partie de la scène.

Anne Crémieux : Et Madonna dans tout ça ?

Vinii Revlon : Il faut reconnaître qu’elle a pris des vogueurs qui venaient de la scène : Willi Ninja, the father of all fathers. Les mouvements sont là. Mais elle n’a pas expliqué d’où ça venait, alors qu’elle en a eu maintes fois l’occasion. Une effervescence se crée à partir de cette chanson, mais c’est faussé par l’absence de reconnaissance.

  • 3 Les paroles et le clip de la chanson sont disponibles sur YouTube. « Vogue » débute sur l’évocation (...)

Anne Crémieux : Vu les paroles de la chanson3, clairement, elle ne comptait pas le faire.

Vinii Revlon : Non, pas du tout, elle savait très bien ce qu’elle faisait, et pour ça, fuck you bitch.

Anne Crémieux : Quelle différence avec Les Indes Galantes ?

Frédéric Nauczyciel : L’Opéra de Paris, comme Madonna, a été chercher des vogueurs et ne les a pas plantés. Mais de la même façon que Madonna n’évoque pas la culture africaine-américaine, latina et queer à l’origine du voguing, Bintou Dembélé, la chorégraphe, aurait pu être mise plus en avant. À la place, une économie s’est construite autour de Clément Cogitore.

Vinii Revlon : Clément est un génie, même quand il s’assoit et qu’il réfléchit, tu le vois. Bintou est une femme noire et queer qui arrive à l’Opéra avec toute sa bande. C’est trop.

Anne Crémieux : Il y a un bel entretien avec Clément Cogitore et Bintou Dembélé disponible sur internet où ils parlent de la manière dont ils ont construit le spectacle.4 C’est le seul moment où j’ai compris le rôle que Bintou Dembélé avait eu.

  • 5 La sortie du film, prévue le 11 novembre 2020, a été reportée au 23 juin 2021. La bande-annonce est (...)

Vinii Revlon : Oui, c’est là que tu comprends l’importance de Bintou. On a vu l’avant-première du film qui était censé sortir l’an dernier, mais à cause de la COVID, ça a été retardé. Je le trouve très riche, mais tu mets du temps à comprendre qui est Bintou, c’est gênant5.

Frédéric Nauczyciel : Mais comme elle est hyper talentueuse et intelligente, elle a pris le dessus. Puis elle a protégé l’espace pour les danseurs, pour qu’ils ne se fassent pas instrumentaliser par l’Opéra et par la pièce. Elle est d’une finesse incroyable comme artiste.

Vinii Revlon : C’est vraiment ce qui s’est passé. À l’audition, elle voulait des vogueurs. Il y avait beaucoup de gens que je n’avais jamais vus sur la scène voguing... Mais Bintou savait ce qu’elle voulait. Tout le monde n’est pas comme ça.

Frédéric Nauczyciel : Elle a tout fait pour qu’ils ne soient jamais exotisés ou instrumentalisés par la pièce et qu’au contraire, ils prennent le dessus. Et c’est là que Clément est un artiste sensible et intelligent, parce qu’il l’a laissé faire.

Vinii Revlon : Il faut dire que quand on est arrivés à la cafétéria à l’Opéra la première fois, les gens n’en revenaient pas. Avec nos cheveux bleus, ils faisaient des têtes ahuries. Enfin passons.

Frédéric Nauczyciel : Le voguing est l’endroit le plus créatif. C’est la mode, l’émancipation, la liberté, la célébration. Le rituel est très fort, il construit une génération de gens en étant extrêmement inclusif.

Vinii Revlon : Le voguing est une fête où les gens se célèbrent, tout le monde est bienvenu. Et en même temps, c’est ma maison, et dans ma maison il y a des règles, et pour faire la fête avec nous il faut suivre les règles. C’est tout. 

Anne Crémieux : Est-ce que la structure familiale des maisons perdure et est-ce qu’il s’agit toujours d’héberger des jeunes qui n’ont nulle part où aller ?

Vinii Revlon : Oui, cela existe toujours, même si en Europe ou en France, la réalité n’est pas la même qu’aux États-Unis. Il y a toujours des jeunes qui se font rejeter pour leur sexualité et des situations d’urgence. On est là pour les aider financièrement à se loger, à faire les démarches sociales. En France, aujourd’hui, il existe beaucoup d’aides et d’associations qu’on les aide à contacter.

Anne Crémieux : Est-ce que chaque famille est menée par un père et une mère ?

Vinii Revlon : Pas forcément les deux, mais il y a des parents : père, mère, tante.

Frédéric Nauczyciel : Cette notion de famille va assez loin. Par exemple, au sein d’une house, on ne sort pas ensemble.

Anne Crémieux : Car ce serait incestueux ?

Vinii Revlon : Oui, c’est une règle dans la plupart des maisons.

Frédéric Nauczyciel : Et surtout parce qu’on sait que ça va faire des histoires.

Vinii Revlon : En tant que père d’une maison, j’ai d’abord fait respecter cette règle, mais plus je vieillis, plus je réalise que je ne peux pas bloquer une belle histoire. Par contre, il faut que ça se passe bien. En répétition, on est professionnel. Il faut séparer les relations privées et la house.

Anne Crémieux : Comment le voguing est-il venu de New York à Paris ?

Frédéric Nauczyciel : Willi Ninja était venu Paris en 1993.

  • 6 Voir le documentaire sur Lasseindra Ninja, Fabulous, réalisé par Audrey Jean-Baptiste, 2019.

Vinii Revlon : Willi Ninja a posé la première brique. Le titre du film Paris Is Burning vient de ce que Willi Ninja a rêvé Paris. Puis, la scène parisienne est partie de l’émission Vogue Evolution qui nous donnait de la matière à regarder. Lasseindra6 et Mother Steffie sont revenues des États-Unis avec le vocabulaire, et nous étions la matière. Une scène a grandi à Paris. Quand je suis allé aux États-Unis et quand j’ai gagné, j’ai vu l’effet que ça faisait de venir de Paris. Cela crée des ponts, les Français vont aux États-Unis et les Américains viennent à Paris. 

Frédéric Nauczyciel : Au même moment [2011], le MAC VAL présentait mon installation, ce qui a donné au voguing une visibilité dans les médias français : Radio Nova, Les Inrockuptibles.

Vinii Revlon : Totalement, et Marquis Revlon, legend à l’époque, est venu à Paris.

Frédéric Nauczyciel : Il faut attendre les années 2000 pour que le voguing circule aux États-Unis avec YouTube. Avant, c’était concentré dans quelques villes, mais les choses s’accélèrent très vite.

Anne Crémieux : Que pensez-vous de la nouvelle visibilité du voguing, avec la série Pose ou le voguing dans RuPaul’s Drag Race. C’est devenu très accessible. Et le public est très varié.

Vinii Revlon : C’est génial. Et la fiction, c’est autre chose. Avec Pose, on part d’une histoire vraie et la série nous la fait vivre, on s’attache aux personnages, on est touché, bien plus que d’assister simplement à un ball. La majorité des acteurs de Pose viennent de la scène.

Anne Crémieux : Derrière la caméra aussi.

Vinii Revlon : Oui, l’une des réalisatrices, Janet Mock, est trans. C’est un vrai produit de la communauté LGBT. Jack [Mizrahi devenu Gucci] y participe aussi.

Frédéric Nauczyciel : Ryan Murphy utilise sa position de pouvoir pour donner le pouvoir aux autres, pour donner les clés à la communauté.

Vinii Revlon : Tout ce que touche Ryan Murphy est incroyable. Avec Pose, même nous qui avons vécu la réalité qui figure dans la série, ça nous touche. Quand elle reçoit les chaussures rouges pour Noël… I was crying in my house.

Frédéric Nauczyciel : À un moment, les fem queens se rendent compte qu’elles perdent le pouvoir, que tous les MC [maîtresses de cérémonie] sont des butch queens, il y a pas une seule fem. Elles créent alors la catégorie butch queen up in drag pour que les butch queen vivent ce que ça fait de mettre des talons. La deuxième saison raconte vraiment cette histoire : comment les butch queens ont repris le pouvoir.

Vinii Revlon : Comment les hommes ont repris le pouvoir sur les femmes. Parce que nous, à la base, on était là pour tenir leur robe, les maquiller, les assister, les escorter pour leur catégorie, et le fait est qu’on a un peu repris le dessus. Même si… everybody’s here for the girls, tout le monde est là pour les filles. C’est toujours vrai. Quand il y a une girl, quand une fem queen rentre sur le floor, tout le monde se tourne vers elle. C’est vraiment beau. Même si les hommes prennent tout, cassent tout, les femmes sont toujours les reines, quand elles posent le pied sur le floor.

Frédéric Nauczyciel : Ça reste une ode à la féminité. C’est pour moi l’un des enjeux importants de la scène d’art contemporain aujourd’hui.

Vinii Revlon : Une catégorie, women’s vogue, est prévue pour les femmes cisgenres.

Anne Crémieux : Est-ce que n’importe qui peut faire du voguing ?

Vinii Revlon : Non. Pas les straight men. Les femmes cisgenres, qu’elles soient straight, gay, lesbiennes ou bi, ont toujours été des alliées. Elles ont toujours fait partie de la scène et elles sont un modèle. Donc elles ont leur catégorie à elles. Il existe une catégorie crossover qui rassemble les drags, les fem queens et les biological women : female figure performance. Quand on annonce « FF », female figure, toutes les figures féminines sont en compétition.

Anne Crémieux : J’aimerais parler de l’Africa Ball7 que tu coorganises, qui est toujours très inclusif, mais qui recentre le voguing sur les personnes de couleur, comme pour combattre une forme de récupération.

Vinii Revlon : Je vais conclure un peu rapidement car je dois rejoindre un concours en ligne pour lequel je suis jury. La culture voguing vient de New York, bien sûr, mais nous sommes parisiens, et français, avec nos origines. D’où le United States of Africa Ball : Paris, Congo, New York. En France, on est très fiers de nos origines. C’est la première chose qu’on se demande entre nous : d’où viennent nos parents. Alors qu’à New York, on va te demander d’abord ton signe astrologique. L’Africa Ball est une célébration de nos origines. Je le fais avec Charlie Ebony, qui est sénégalais, français et d’influence américaine.

Anne Crémieux : Il y a une bataille politique à mener en France, mais n’y en a-t-il pas aussi une à mener vis-à-vis des politiques africaines envers les communautés homosexuelles ?

Vinii Revlon : Totalement. Regardez tous ces Africains LGBT, tout ce talent que vous insultez, que vous menacez, frappez, tuez. Ce sont de futurs créateurs, designers, modèles, des danseurs hors pair. Qu’est-ce qu’ils vous font de mal ? Vous les voulez dans vos clips, en fait.

Frédéric Nauczyciel : Ça met en lumière l’africanisation de la culture française ou plutôt, ça propose d’accepter que la culture française est déjà africanisée, qu’un lien a déjà été créé. Sachant qu’on est moins ségrégués qu’aux États-Unis. L’enjeu à court terme, c’est aussi que des vogueurs prennent la direction d’un centre chorégraphique national, qu’il y ait un avenir institutionnel au voguing, qu’ils soient reconnus comme artistes à part entière, et pas seulement comme vogueurs.

Haut de page

Notes

1 Grade décerné en fonction de l’ancienneté dans le milieu (plus de dix ans) ainsi que le nombre de victoires et la valeur. Le titre de legend est décerné par des icons (plus de vingt ans d’expérience).

2 Des lexiques sont disponibles en ligne sur le site de la Gaîté Lyrique ou sur Wikipédia.

3 Les paroles et le clip de la chanson sont disponibles sur YouTube. « Vogue » débute sur l’évocation des difficultés de la vie et le réconfort que l’on peut trouver sur le dance floor, qu’on soit noire ou blanche, homme ou femme, il faut danser pour s’imaginer autrement, se sentir belle et être une star. Puis la chanson évoque les personnalités qui ornaient les couvertures du magazine Vogue des années 1930 aux années 1960, hommes et femmes, de peau blanche comme il se doit. Madonna reste très elliptique sur la différence ethnoraciale entre modèles et émules.

4 Voir aussi l’interview de Vinii Revlon réalisée par Bintou Dembélé pour le magazine Adaptation, publiée le 12 juin 2020.

5 La sortie du film, prévue le 11 novembre 2020, a été reportée au 23 juin 2021. La bande-annonce est disponible sur la chaîne YouTube de l’Opéra de Paris.

6 Voir le documentaire sur Lasseindra Ninja, Fabulous, réalisé par Audrey Jean-Baptiste, 2019.

7 Un article publié sur le blog du Master Professionnel Bilingue Intelligence et Innovation Culturelles (MIIC) de l’Université Paris Cité donne un aperçu de l’énergie du troisième Africa Ball (2019). Le programme officiel des balls qui ont eu lieu à ce jour est disponible sur le site de la Gaîté Lyrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Crémieux, Frédéric Nauczyciel et Vinii Revlon, « La scène voguing parisienne. Entretien avec Vinii Revlon et Frédéric Nauczyciel »Transatlantica [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.22034

Haut de page

Auteurs

Anne Crémieux

Université Paul-Valéry, EMMA

Articles du même auteur

Frédéric Nauczyciel

Vinii Revlon

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search