Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Queering the CityCadrage Queer : photographier le ...

Queering the City

Cadrage Queer : photographier le corps queer dans l’espace urbain. Album photographique

Anne Crémieux, Laurence Gervais, Léa Gouzy et Flore Prebay

Texte intégral

1La queerisation de l’espace urbain requiert la transformation à la fois de l’espace et du langage. Il s’agit de queeriser le récit sur la ville, tant langage et espace ont été imbriqués dans la construction des espaces urbains. Or si le corps est aussi un lieu et une performance en soi dans l’espace public de la ville, alors il peut devenir outil politique, langage de la résistance et de la visibilité, lien entre espace public et espace intime. Utiliser l’image et la représentation du corps intime dans l’espace public permet de ré-interroger les rapports de pouvoir normatifs et ouvre un espace où le corps est à la fois le lieu de la prise de parole politique et celui de l’action. Nombre d’artistes ont utilisé cette praxis depuis les premiers happenings des années 1970 à New York par l’image, la vidéo ou la photographie. Forcer la visibilité des corps queers dans l’espace urbain, imposer l’image ou la laisser être effacée pose la question d’une résistance possible à la violence institutionnelle. Ce processus d’empouvoirement se fait à travers l’affirmation de son propre corps faible qui, comme le souligne Jack Halberstam dans The Queer Art of Failure, tire aussi sa force de sa vulnérabilité et de ses échecs, « les armes des faibles » (88). Même la passivité ou l’inaction peuvent in fine critiquer ou refuser les logiques de pouvoir et de domination.

2En établissant un jeu entre performativité et performance, la manière dont Flore Prebay et Léa Gouzy photographient des corps queers replacés dans l’espace public questionne la spatialité des stéréotypes liés à la race, au genre, au handicap et à la sexualité. Exclusion de corps qui comptent moins, corps moins visibles, il s’agit de photographier la fabrication du sujet et les modes de résistance de l’individu assujetti dans un espace donné. Comme le souligne Judith Butler, la présence de ces corps dans l’espace public est déjà une forme de résistance. Le corps montré dans les installations, les œuvres d’art, voilé ou dévoilé, grimé, défiant les normes sociales imposées, met en scène la résistance dans l’espace artistique et urbain. La vulnérabilité de ce corps qui s’expose à de possibles souffrances ou attaques dans l’espace public fait partie de l’action de résistance (Butler et al. 13). Pour Paul B. Preciado, tout corps est potentiellement déviant, envisagé comme « un individu qui doit être corrigé » alors qu’il circule à travers un ensemble d’architectures politiques (espace domestique, école, hôpital, caserne, usine, parc d’attraction, bureau de Pôle emploi, centre commercial, internet, etc.) qui en assure la normalisation (101). En montrer la vulnérabilité, c’est le rendre visible (Lussault 33).

3Comme les artistes du collectif Gran Fury de la fin des années 1980 ou, plus récemment, Pacifico Silano et Savanh Ogburn (Tsatsas), Flore Prebay utilise le collage : elle installe le corps queer dans la rue, imposant et exposant l’individu dans l’espace public, forçant le regard et la frontière entre intime et politique, déconstruisant ce corps queer jusqu’aux lambeaux de papier déchirés à terre après quelques jours de présence, phénomène de censure sociétale du corps vulnérable qu’elle intègre à l’œuvre.

4Détournant les codes de la photographie de mode, Léa Gouzy importe le travail de créatrices queers telles Marina Benenge ou Clara dans l’espace public, à la Cité Picasso de Nanterre. Les clichés engagent malgré eux, et malgré nous, les stéréotypes d’intolérance aux minorités sexuelles et de genre des quartiers défavorisés du monde occidental, autre monde au sein du « premier monde » auquel on assigne les mêmes limites. Intolérance, mais aussi fantasme de ces jeunes corps bien souvent racisés, lanceurs de tendances, vulnérables malgré cette vitalité qu’exprime la culture de la sape. Des corps à imiter, exploiter, phagocyter, qui reprennent ici le dessus du pavé.

(Anne Crémieux et Laurence Gervais)

5Flore Prebay est photographe indépendante, diplômée de l’Ecole de Condé Paris en 2020, cofondatrice du studio Depoli. Elle a fait le choix de se spécialiser dans le portrait de mode. Dans sa série Illusions, finaliste du Prix Picto de la Photographie de mode 2023, elle dénonce les idéaux physiques et traite de la dysmorphophobie, un trouble de la perception du corps. Flore Prebay suit les influences de Charlotte Abramo, la douceur dans le rapport au corps chez Isabelle Chapuis, elle salue aussi le travail d’Elizaveta Porodina ou encore de Chiron Duong, avec qui elle partage un certain goût pour le flou et le mouvement (Viand).

6Léa Gouzy est photographe indépendante, modèle et actrice. Elle est diplômée de l’Ecole de Condé Paris, photographe et assistante depuis 2017 dans le secteur de la mode. Léa Gouzy vit entre Paris et Bruxelles. Utilisant des médiums pluridisciplinaires tels que la photographie et la musique, elle a créé en avril 2020 un projet sur SoundCloud, entre podcasts et créations musicales. Elle est également mannequin chez Wanted Models et opère désormais des deux côtés de l’objectif.

Flore Prebay

Exposé.e.s

Série photographique de Flore Prebay

« Regarder, capter, fragmenter des corps queers, des corps différents, des corps dans et hors les normes. Puis exposer pour démultiplier le regard porté sur ces corps, pour engager l’empathie, reconnaître le commun, redéfinir la notion de l’intime. »

(Flore Prebay)

Léa Gouzy

Super nanas

Série photographique de Léa Gouzy

« L’intention de départ était de faire dialoguer à travers l’image le territoire et la culture queer. Pour cela il fallait rééquilibrer les forces. Tout d’abord par des choix esthétiques en m’inspirant du travail de Kiddy Smile, en collaborant avec des créatrices comme Clara de la marque MCW et Marina Benenge et grâce aux choix de modèles eux-mêmes engagés, enfin en choisissant la Cité Picasso à Nanterre comme lieu d’intégration et d’expression. »

(Léa Gouzy)

Haut de page

Bibliographie

BUTLER, Judith, Zeynep GAMBETTI et Leticia SABSAY, dir. Vulnerability in Resistance. Durham : Duke University Press, 2016.

HALBERSTAM, Jack. The Queer Art of Failure. Durham : Duke University Press, 2011.

LUSSAULT, Michel. De la lutte des classes à la lutte des places. Paris : Grasset, 2009.

PRECIADO, Paul B. « Cartographie queer : le flâneur pervers, la lesbienne topophobique et la travailleuse sexuelle multicartographique, ou comment faire une cartographie “ren@rde” avec Annie Sprinkle ». Géo-Esthétique. Dir. Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff, Clermont-Ferrand et Pougues-les-Eaux : École Supérieure d’Art de Clermont-Métropole, Centre d’art du Parc Saint Léger, 2012, p. 99-110.

TSATSAS, Lou. « Dé/collage d’une communauté ». Fisheye, 10 février 2022, fisheyemagazine.fr/article/de-collage-dune-communaute. Page consultée le 23 octobre 2023.

VIAND, Anaïs. « Illusion : La dysmorphophobie dans l’univers de la mode ». Fisheye, 31 juillet 2023, fisheyemagazine.fr/article/illusions-la-dysmorphophobie-dans-lunivers-de-la-mode. Page consultée le 23 octobre 2023.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cyprien
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Florine
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Hélène
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Lucie 1
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Lucie 2
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre rue 1
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre rue 2
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Crédits sans titre
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Crédits sans titre
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Crédits sans titre
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Crédits sans titre
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Crédits sans titre
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Crédits sans titre
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Crédits sans titre
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22199/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Crémieux, Laurence Gervais, Léa Gouzy et Flore Prebay, « Cadrage Queer : photographier le corps queer dans l’espace urbain. Album photographique »Transatlantica [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22199 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.22199

Haut de page

Auteurs

Anne Crémieux

Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA

Articles du même auteur

Laurence Gervais

Université Paris Nanterre, CREA

Articles du même auteur

Léa Gouzy

Flore Prebay

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search