Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Trans'ArtsKara Walker: Harper’s Pictorial H...

Trans'Arts

Kara Walker: Harper’s Pictorial History of the Civil War (Annotated), 24 février – 11 juin 2023, New York Historical Society

Androula Michael

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Kara Walker (née en 1969) est mise à l’honneur à la New York Historical Society, avec cette exposition déjà présentée dans plusieurs institutions aux États-Unis depuis 2007. Cette reprise a d’autant plus de sens en 2023, dans un contexte de réévaluation par de nombreux musées de leur positionnement institutionnel quant à la décolonisation de leurs pratiques muséographiques et la mise en récit de l’histoire nationale. Dans un souci de relier la mémoire de l’esclavage à ses héritages contemporains et d’orienter leurs contenus vers davantage d’inclusivité et de justice sociale, les musées organisent des expositions qui leur permettent de revisiter l’histoire. À quelques pas de la New York Historical Society (NYHS), le Met a par exemple ouvert en novembre 2021 une salle intitulée Before Yesterday We Could Fly: An Afrofuturist Period Room, qui revient sur une mémoire enfouie, celle de la communauté africaine-américaine de Seneca village, détruite par la construction de Central Parc et du musée lui-même.

  • 1 Cette belle exposition a eu un énorme succès et a déjà été présentée au New Britain Museum of Ameri (...)
  • 2 « narrate events just as they occurred »
  • 3 Kara Walker détecte également l’absence des Africains-Américains dans l’historiographie plus récent (...)

2L’exposition sur Kara Walker présente 15 lithographies, dont les images sont tirées du volume, Harper’s Pictorial History of the Great Rebellion, publié en 1866 par Harper and Brothers1 et largement diffusé. L’ouvrage, richement illustré de cartes, plans, portraits, scènes et écrits autour des conflits et des figures marquantes de la Guerre Civile, s’inscrivait dans une série de publications et manifestations visant à l’apaisement entre les sudistes et les nordistes. Alors que les éditeurs se proposaient de raconter l’histoire vraie, de « de raconter les événements tels qu’ils se sont déroulés »2 (Guernsey et Alden n.p.), le récit omettait pourtant une part importante de la réalité. Comment se fait-il, s’interroge Kara Walker, que les Africains-Américains, ainsi que la réalité de l’esclavage, n’apparaissent pas dans l’ouvrage ? En feuilletant le portfolio, on est effectivement frappé par la quasi-absence des personnes noires. Leur très rare représentation est accompagnée de textes mettant stratégiquement l’accent sur l’importance pour le gouvernement fédéral d’identifier les personnes noires comme « contrebande de guerre », en mettant complètement de côté leurs expériences de vie3.

  • 4 Emancipating the Past: Kara Walker’s Tales of Slavery and Power. 22 septembre 2013 - 5 janvier 2014 (...)

3Dans une mise en espace sobre et élégante, les 15 sérigraphies sont disposées sur les murs de la salle – accompagnés par les images aux dimensions réelles, extraites du livre. Le visiteur se rend compte visuellement de ce dont parle Kara Walker, l’omission, l’effacement dont les Africains-Américains ont fait l’objet. Créées en 2005, les œuvres de cette série sont accompagnées d’objets, de photographies, d’archives originales, ainsi que des volumes imprimés d’où sont extraites les images utilisées par l’artiste. La présence de ces sources dans l’espace de l’exposition permet ainsi une mise en contexte très éclairante. Mises côte à côte avec les œuvres de Kara Walker, elles jouent le rôle de révélateur de son processus créatif. Revisiter l’histoire, interroger les récits, déterrer sous les couches épaisses d’une histoire officielle une autre narration. Comme pour faire revenir à la surface des corps ensevelis, les fantômes de l’histoire et, pour reprendre le titre de l’une de ses expositions, « émanciper le passé »4 et lever l’hypothèque qui pèse encore sur les corps noirs. Restaurer la mémoire et rétablir la dignité de ces personnes effacées est au cœur de ce travail.

  • 5 La taille des œuvres est de 99,1 x 134,6 cm en format paysage et de 134,6 x 99,1 cm en format portr (...)

4Kara Walker fait un choix très judicieux d’illustrations dont les agrandissements atteignent une taille plus de dix fois celle de l’original5. Ce changement spectaculaire d’échelle a un grand impact sur la perception de l’image et donne aux figures noires représentées un aspect monumental. La légende de l’illustration issue de l’ouvrage devient le titre de chaque pièce de son œuvre. Dans l’exposition, les œuvres sont pour la plupart accompagnées par l’image source d’où elles sont tirées (from the portfolio Harper’s Pictorial History of the Civil War [Annotated]) et signalées par un cartel placé sous l’œuvre, permettant ainsi de repérer immédiatement l’intervention de l’artiste sur l’original.

5L’artiste recouvre les illustrations d’origine avec les figures d’Africains-Américains que la narration de cette histoire omet de représenter. Comme le titre l’indique, Kara Walker fait des « annotations » qui prennent la forme de silhouettes superposées aux représentations existantes de l’ouvrage. Dessinées à la main, au pochoir, les figures noires sont découpées et plaquées par la suite sur l’image qu’elles cachent en grande partie. Le tout est par la suite unifié par l’impression offset. L’artiste sublime la technique du cut-paper silhouette, largement utilisée au 19e siècle et reléguée du côté du mode mineur et du féminin (Naeem).

  • 6 « silhouetting a fiction, the fiction of history ; the fiction that has come out of history »

6Les silhouettes occupent une place centrale sur la surface de l’image originale, au point de l’altérer en grande partie, de l’effacer même, créant par la représentation une nouvelle réalité. Une uchronie en somme, où celles et ceux qui ont été effacés de l’histoire reviennent comme des spectres hanter notre présent. Dans Foote’s Gun-Boats Ascending to Attack Fort Henry, from the portfolio Harper’s Pictorial History of the Civil War (Annotated), par exemple, la rivière est complètement oblitérée pour ne laisser place qu’à un paysage meurtri désolé, où s’érige une hutte triangulaire qui occupe la scène. Dans Lost Mountain at Sunrise, la figure masculine est remplacée par un grand obélisque sur la base duquel trône un enfant. Ailleurs, comme dans Confederate Prisoners Being Conducted from Jonesborough to Atlanta, le visage de profil d’un Africain-Américain vient se superposer à la scène pour en brouiller le sens et lui en insuffler de nouveaux. Les Africains-Américains non seulement ne sont plus absents de la scène mais la surplombent et en deviennent les personnages principaux. En superposant des couches d’images, des ombres sur des ombres du passé, Kara Walker efface en quelque sorte l’effacement et crée un nouveau feuilleté de significations. Il s’agit alors là « de figurer une fiction, la fiction de l’histoire, la fiction qui a émergé de l’histoire »6 (Saltz 4). Elle ne propose pas une autre vérité supposée remplacer celle tronquée de ces idées dominantes dont l’ouvrage rend finalement compte. Sa quête est celle de l’historien doublé de l’écrivain et de l’artiste qui exprime l’incertain, l’ambivalent, le complexe.

  • 7 « leading viewers to a critical understanding of the history of enslavement as well its ongoing eff (...)
  • 8 « (her) inner plantation », « I guess that’s what this generation of black kids are going to inheri (...)

7Kara Walker interroge les archives, les représentations et les héritages du passé dans le présent. Comme on peut le lire dans les textes de salle, « l’exposition a l’intention de conduire les spectateurs vers une compréhension critique de l’histoire de l’esclavage ainsi que de ses répercussions dans le présent »7. Kara Walker ne cesse en effet d’insister sur le passage de l’esclavage à un système fondé sur le racisme et la discrimination, sur l’histoire que l’on porte en soi, qu’elle définit de façon imagée et poignante comme « sa plantation intérieure » : « je suppose que c’est ce dont cette génération d’enfants noirs va hériter8 » (Saltz 8). A l’instar d’un historien qui serait inspiré par la psychanalyse, elle sait que « les diverses couches du passé s’entremêlent, s’intriquent, interagissent toujours » et que « jamais le passé n’est figé une fois pour toutes ; il n’est pas ce mort qu’on pourrait autopsier sans jamais avoir à y revenir. Toujours, en somme, il se trouve pris dans la dialectique de la mémoire et de l’oubli » (Mazurel 98-99).

8Usant de l’ironie, jouant avec les stéréotypes de genre et de race qu’elle exacerbe comme pour mieux les voir et mieux les dénoncer, Kara Walker convoque l’art, l’histoire, la littérature, la culture populaire, pour dire les silences de la mémoire et superposer au récit dominant une lecture autre du passé.

Haut de page

Bibliographie

GUERNSEY, Alfred H. et Henry Mills ALDEN. Harper's Pictorial History of the Great Rebellion, vol. 1. Chicago : McDonnell Bros, 1866.

MAZUREL, Hervé. L’inconscient ou l’oubli de l’histoire. Paris : Éditions de la découverte, 2021.

NAEEM, Asma, dir. Black Out : Silhouettes Then and Now. Princeton, New Jersey : Princeton University Press, 2018.

SALTZ, Jerry. « Kara Walker : III-WiLL and Desire ». 1996. October Files, Kara Walker, vol 28. Dir. Vanina Géré. Cambridge, Massachusetts : The MIT Press, 2022, p. 1-16.

Haut de page

Notes

1 Cette belle exposition a eu un énorme succès et a déjà été présentée au New Britain Museum of American Art, New Britain, Connecticut (janvier – avril 2020), au Smithsonian American Art Museum, Washington, DC (13 octobre 2017 – 11 mars 2018), au Toledo Museum of Art, Toledo, Ohio (17 juin – 22 octobre 2017), au Nasher Museum of Art de Duke University, Durham, Caroline du nord (1er octobre – 5 mars 2017), au Daum Museum of Contemporary Art de State Fair Community College, Sedalia, Missouri (31 janvier – 31 mai 2015), au Cornell Fine Art Museum de Rollins College, Winter Park, Florida (17 janvier – 5 avril 2015), au Flemming Museum de University of Vermont, Burlington, Vermont (2 septembre – 12 décembre 2014), au Schmucker Art Gallery de Gettysburg College, Gettysburg, Pennsylvanie (25 janvier – 8 mars 2013), au Pace Prints, New York, NY, (12 septembre – 5 octobre 2013), au Mount Holyoke College Art Museum, South Hadley, Massachusetts (31 août 2012 – 26 mai 2013), au Saint Louis Art Museum, St. Louis, Missouri (4 mai – 26 août, 2012), au Cincinnati Art Museum (20 février – 2 mai 2010), au Fogg Museum de Harvard University, Cambridge, Massachusetts (6 octobre – 11 novembre 2007), à l’Addison Gallery of American Art, Andover, Massachusetts (26 janvier – 18 mars 2007).

2 « narrate events just as they occurred »

3 Kara Walker détecte également l’absence des Africains-Américains dans l’historiographie plus récente, comme par exemple chez Michael Kammen (Mystic Chords of Memory. The Transformation of Tradition in American Culture. New York : Penguin Random House, 1993) et Eric Foner (Reconstruction : America’s Unfinished Revolution, 1863-1877. New York : Harper Collins, 2011).

4 Emancipating the Past: Kara Walker’s Tales of Slavery and Power. 22 septembre 2013 - 5 janvier 2014, Crocker Art Museum, Sacramento, Californie.

5 La taille des œuvres est de 99,1 x 134,6 cm en format paysage et de 134,6 x 99,1 cm en format portrait.

6 « silhouetting a fiction, the fiction of history ; the fiction that has come out of history »

7 « leading viewers to a critical understanding of the history of enslavement as well its ongoing effects »

8 « (her) inner plantation », « I guess that’s what this generation of black kids are going to inherit »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Androula Michael, « Kara Walker: Harper’s Pictorial History of the Civil War (Annotated), 24 février – 11 juin 2023, New York Historical Society »Transatlantica [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.22379

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search