Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Trans'ArtsDécouvrir l’International African...

Trans'Arts

Découvrir l’International African American Museum (IAAM) de Charleston une semaine après son ouverture1

Clémentine Tholas

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Une fois que l’on a visité le National Museum of African American History and Culture (NMAAHC) à Washington D.C., on voit mal comment d’autres musées de plus petite envergure peuvent rivaliser avec ce monument qui fait partie de la Smithsonian Institution et accueille gratuitement des flots incessants de visiteurs depuis son inauguration en 2016. On se demande en effet quel peut être l’apport du tout récent International African American Museum (IAAM) de Charleston en Caroline du Sud, ouvert le 27 juin 2023, une semaine après Juneteenth, aux nouvelles perspectives sur le récit national américain et surtout comment il va s’acquitter de l’ambition internationale au cœur même de son nom. De dimensions et d’approche plus modestes, l’IAAM est-il en mesure de dépasser le statut de musée local et de rendre justice aux histoires qui ont été trop longtemps passées sous silence ? Il aura fallu plus de vingt ans pour que le musée soit construit et ouvre ses portes. Imaginé par l’ancien maire de Charleston, Joseph P. Riley, le projet de musée est annoncé en 2000, alors que d’autres états du Sud des Etats-Unis réfléchissent aussi à la création de lieux similaires, par exemple à Fredericksburg en Virginie. L’idée première de Riley était de proposer un musée permettant de raconter l’histoire de l’esclavage dans la région mais, plusieurs décennies et 120 millions de dollars plus tard, le projet s’est largement élargi au-delà de la Caroline du Sud et le musée veut aussi jouer un rôle dans les recherches généalogiques et la mise en valeur des histoires personnelles et familiales. Lors de la cérémonie d’inauguration du 24 juin 2023, après un chantier de quatre ans, l’ancien maire déclarait « la vérité nous rend libres – libres de comprendre, libres de respecter et libres d'apprécier la pleine étendue de notre histoire commune » tandis que John Tecklenburg, l’actuel édile, affirmait que « Charleston n'est pas seulement une ville où l'histoire s'est déroulée, c'est aussi une ville où l'histoire se poursuit chaque jour » (Morrison).

2Le musée, conçu par les architectes Henry Cobb and Curtis Moody et composé de neuf galeries, est en tout cas à la croisée des chemins entre l’histoire régionale, nationale et internationale puisqu’il est installé dans un des endroits les plus emblématiques de la traite négrière transatlantique : Gadsden’s Wharf, la jetée où fut débarquée près de 45% de la population des esclaves arrachés à l’Afrique de l’Ouest et Centrale au fil des décennies – c’est tout du moins ce que revendique l’équipe du musée. Le choix de l’emplacement permet d’ancrer le musée dans un passé d’échanges entre les continents et également, comme l’explique sa présidente, de se réapproprier un lieu infâme pour en faire un lieu de mémoire2, un site symbolique du patrimoine mémoriel américain mais aussi mondial, un objet marqué par la nécessité de l’investissement collectif dans la reconnaissance et la compréhension d’un passé souvent oublié. Le quai où est installé le musée nous ramène à la contribution des personnes esclavisées et de leurs descendants au développement de la nation américaine et aux contradictions ancestrales d’un pays qui prônait la liberté de tous à l’exception des noirs. Gadsden’s Wharf étant désormais considéré comme un lieu sacré par la communauté africaine américaine locale, un défi architectural s’est posé lors de la construction du musée : construire sur le site sans l’occuper ou le désacraliser3. Ainsi le IAAM est installé en hauteur sur une structure de dix-huit piliers. La suspension du bâtiment permet de préserver la terre même où les milliers d’esclaves sont arrivés. La directrice du musée envisage d’ailleurs que le site devienne un lieu de pèlerinage4.

Fig. 1. Vue aérienne du IAAM

Fig. 1. Vue aérienne du IAAM

© v2com / Photo: Mike Habat

3Une fois le hall vitré franchi, le visiteur est attiré par les huit écrans géants de la TransAtlantic Gallery où une installation vidéo met en avant l’étendue mondiale de la diaspora noire et la diversité des expériences d’un pays à l’autre. Le musée s’affirme international car, dans cette salle, il crée un lien entre les descendants de personnes arrachées à l’Afrique par la traite, lesquels sont établis à travers les différents continents, et nous rappelle ainsi les circulations, les dialogues, les transformations liées à ce périple long de plusieurs siècles. Cette salle inaugurale permettant d’entrer dans l’expérience de IAAM nous rappelle ce que Kobena Mercer appelle la « nouvelle conscience du brassage » (Mercer 4), qui nous amène à réfléchir en termes d’histoire monde et à imaginer de nouvelles communautés multiculturelles et transnationales. Le parcours du musée nous entraîne de l’Afrique à l’Amérique, en effectuant des arrêts en Caroline du Sud pour se pencher sur la communauté Gullah Geechee et les réalisations locales, et nous ramène vers la salle des mondes atlantiques, ouverte sur le fleuve Cooper et par-delà le fleuve à l’Océan Atlantique pour inviter le visiteur à porter le regard vers le lieu du Passage du Milieu. La possibilité de sortir sur une terrasse surplombant le port apporte une respiration bienfaisante, notamment après avoir exploré les espaces passenger departure / passenger arrival où sont gravés sur les murs les noms d’origine des personnes esclavisées ainsi que ceux qu’on leur a attribués en Amérique pour contrôler leur identité. Cette partie du musée nous rappelle que la traversée entre les continents est une expérience de souffrance, de déracinement et de perte de soi où chacun et chacune chercha des moyens de résistance et de survie ; des espaces sont aménagés pour que le visiteur prenne le temps de s’imprégner d’une « expérience de traumatisme et de joie », selon les mots Tonya M. Matthews (« Welcoming » 12), tels ce balcon et les salles de calme permettant de s’isoler. Des boîtes de mouchoirs sont même à disposition dans de très nombreuses salles du musée, pour le cas où le visiteur serait submergé par ses émotions.

Fig. 2. « Galerie transatlantique » à l’entrée du musée

Fig. 2. « Galerie transatlantique » à l’entrée du musée

© v2com / Photo: Sahar Coston-Hardy/Esto

4L’expérience de la traversée est également incarnée par l’une des créations artistiques installées dans les jardins de la mémoire des ancêtres africains, situés sous le musée et ouverts à tous : Tide Tribute ou hommage de la marée. Cette œuvre représente le plan de coupe du bateau négrier britannique le Brookes (un motif déjà présent dans d’autres œuvres d’art, notamment Nevermore [2010] ou Gliding Into Midnight [2019] de Betye Saar) par un jeu de figures creusées dans le sol en pierre, évoquant des hommes, des femmes et des enfants allongés dans les cales. Rappelant l’entassement des corps dans le ventre des navires de traite qui arrivaient au port de Charleston, ces formes se remplissent d’eau et se vident en fonction des marées et sont soit recouvertes, soit révélées aux yeux des spectateurs. Au-delà de l’image déchirante des corps submergés convoquant le souvenir des esclaves morts en mer, l’œuvre joue également sur le visible et l’invisible et le besoin de faire apparaître au gré des moments ce qui a été caché. Cette installation est particulièrement troublante car le miroitement de l’eau appelle l’œil du spectateur qui ne comprend pas immédiatement ce qu’il regarde et décode ensuite le sens des flaques en découvrant les silhouettes flottantes alignées. Tide Tribute est située sous le musée et l’œuvre nous ramène aux origines, aux fondements, à ce qu’il y a sous l’histoire de Charleston, mais aussi sous l’histoire de l’Amérique : un peuple déraciné, contraint à la servitude et sacrifié. Les jardins comptent d’autres œuvres dont une composée de cinq statues agenouillées, entourées de murs de granit et qui rendent hommage aux sept cents Africains qui périrent de froid dans le port en 1806, retenus là en attendant d’être vendus. Elle convoque certes la solennité mais ne saisit pas le spectateur avec la même charge émotionnelle que Tide Tribute qui met l’accent sur les connexions entre le passé, le présent, le futur ainsi que les métamorphoses et variations de l’histoire.

Fig. 3. L’installation Tide Tribute

Fig. 3. L’installation Tide Tribute

© v2com / Photo: Sahar Coston-Hardy/Esto

5Le parcours à l’intérieur du musée est divisé en neuf espaces, dont un qui propose un voyage au cœur de la circulation et des trajectoires des populations noires de l’Afrique à l’Amérique. La partie American Journeys s’ouvre sur l’inscription « We begin here », « We » étant inscrit en lettres, soulignées de néons lumineux, posées sur une carte de l’Afrique tandis que « begin here » est placé sur le sol. « We », derrière lequel apparaissent les ombres des figures illustres du passé africain américain, invite à la revendication d’une identité collective et inclusive, à un sens de la communauté. Le cheminement se clôt par l’inscription « I am still here » qui emprunte le même dispositif, « I am » en lettres lumineuses au mur, devant la galerie de portraits, « still here » au sol, affirmant le courage individuel ainsi que la permanence et la résilience des Africains Américains malgré des siècles d’adversité et de lutte contre l’esclavage, la ségrégation, le racisme systémique, la discrimination et la maltraitance. Le voyage à travers le temps qui nous est proposé s’effectue de manière chronologique, de la période coloniale à nos jours, suivant les grandes étapes de l’histoire des Etats-Unis et l’évolution des conditions de vie des Africains Américains selon les époques. Cette approche très classique, qui reprend les mêmes jalons que ceux présentés au NMAAHC et offre des explications historiques assez denses, est mise en perspective avec des témoignages vidéo de figures noires locales (journalistes, historiens, élus) témoignant de leurs initiatives pour œuvrer à une plus grande égalité et moins de discrimination dans la société américaine, et aussi agrémentées d’extraits de poèmes célèbres (par exemple, « I Too » de Langston Hughes) et d’œuvres d’art contemporaines. Un large affichage explique que la culture est un dialogue entre le passé et le présent et que c’est la raison pour laquelle que le musée a acheté et installé dans une grande partie des salles des créations d’artistes contemporains de renom, issus de la diaspora africaine mondiale, vivant en Amérique ou ailleurs, tels que Hank Willis Thomas, Carrie Mae Weems, Emo de Meideros, Ayana V. Jackson, Ming Smith, ou encore Tschabalala Self, pour ne citer que les plus célèbres.

Fig. 4. Le monument aux esclaves morts dans le port en 1806

Fig. 4. Le monument aux esclaves morts dans le port en 1806

© v2com / Photo: Mike Habat

6L’équipe du musée revendique le choix de présenter aussi l’histoire à travers l’art avec près de 80 œuvres intégrées à la collection, considérant qu’elles illuminent et interrogent le passé, en conversant avec les explications historiques factuelles, les archives et les objets du musée. Le mélange de l’art et des artéfacts est au cœur de sa démarche. Selon les explications données aux visiteurs, ces œuvres offrent de nouveaux angles de vision et sont considérées tant comme un miroir de l’histoire expliquée dans les salles que comme une exposition à part entière dans le musée. On retiendra deux œuvres acquises, particulièrement emblématiques de l’esprit du lieu qui veut réunir le passé et le présent : Distant Relatives (2021) de Mario Moore et That Was Then, This Is Now (2019) d’Hank Willis Thomas. La première se trouve dans la section dévolue à la Guerre de Sécession et montre les liens entre un soldat de l’Union et un jeune Africain Américain qui le regarde avec affection ; il s’agit en fait d’un autoportrait de l’artiste à côté d’un de ses ancêtres, Uncle Thomas, illustrant la proximité affective qui peut exister entre deux hommes que deux cent ans d’histoire séparent et réunissent à la fois. Moore se penche sur le combat de son aïeul pour la liberté et l’égalité, sur la capacité de cet oncle à changer l’Amérique et sur la dette que l’homme d’aujourd’hui a envers lui. Cette œuvre au crayon et au pastel gras, dans les tons de bleu et blanc sur fond jaune vif en peinture acrylique, témoigne des différentes expérimentations d’artistes plasticiens pour représenter avec authenticité et respect la communauté africaine américaine par le portrait en buste, une forme des plus académiques et classiques. A l’inverse, l’œuvre d’Hank Willis Thomas est non figurative et basée sur un texte placé derrière un verre à effet optique qui le fait apparaître et disparaître en fonction de l’endroit où le spectateur se positionne. Le message évolue, devient visible puis invisible, selon la perspective. That Was Then, This Is Now appartient à une série créative avec d’autres messages [I am Therefore You are, You are Therefore I am; I am you, You are me] qui engage une réflexion sur la mutabilité de notre interprétation. Ainsi, le spectateur en vient à lire « now and then », « now and now », « then is now », des locutions qui montrent la continuité entre le passé et le présent.

7Une des spécificités du IAAM est de valoriser la culture de la communauté créole de Caroline du Sud et de Géorgie, les Gullah Geechee, descendants des esclaves qui contribuèrent à faire du riz l’or de la Caroline du Sud. Le succès de la culture du riz est dû à la maîtrise et la technicité que les Africains esclavisés avaient apportées avec eux. De plus, les Gullah ont su préserver la dimension africaine de leur culture, en créant notamment une langue née de la fusion de plusieurs langues africaines et européennes, mais aussi dans leur cuisine, leur habitat et leurs pratiques culturelles. La nation Gullah, reconnue par l’UNESCO depuis 2008, est même vue comme une Petite Afrique aux Etats-Unis. Ainsi le musée se devait-il de consacrer une salle à cet héritage culturel très fort et au poids de la nation Gullah dans l’histoire de la région. Seeking: Mapping Our Gullah Geechee Story, un court métrage de quinze minutes, réalisé par Julie Dash, célèbre pour son film Daughters of the Dust, est montré en boucle pour accompagner le visiteur dans sa compréhension de cette nation, et une chapelle Gullah Geechee a été recréée pour mettre en avant les rituels et les chants. La présidente du musée explique que la culture Gullah Geechee participe en fait grandement de la dimension internationale du musée, puisque la communauté a conservé des liens indéfectibles avec l’Afrique5, contrairement aux Africains Américains des autres régions des Etats-Unis.

8Une autre section du musée, intitulée « South Carolina connections », fait également la part belle aux figures locales qui œuvrèrent à l’intégration des Noirs dans la société américaine en menant des projets éducatifs, artistiques ou sociaux (par exemple la joueuse de tennis Althea Gibson ou le forgeron d’art Philip Simmons), reprenant les trames classiques que l’on trouve dans d’autres musées d’histoire. Toujours pour valoriser la démarche internationale, les liens entre les habitants de Caroline du Sud et le Libéria sont rappelés, et le musée célèbre James Skivring Smith, né libre à Charleston en 1825, qui deviendra ensuite le sixième président du Libéria de 1871 à 1872.

9En outre, jusqu’au 6 août 2023, était également hébergée au musée l’exposition itinérante de la Smithsonian Institution, lancée en 2019, Men of Change: Power. Triumph. Truth. Vingt-quatre personnalités masculines africaines américaines ont été choisies parmi les mondes des sciences (Rob Gore, Charles Bolden), de l’éducation (Carter Woodson, Bob Moses), de la politique (W.E.B Dubois, Charles Hamilton Houston, Andrew Young, Bayard Rustin), du cinéma (Ryan Coogler), de la peinture (Kehinde Wiley, Romare Bearden), de la musique (Louis Armstrong, Duke Ellington, Kendrick Lamar), des lettres (James Baldwin, August Wilson, Ta-Nehisi Coates), de la danse (Alvin Ailey), du sport (Muhammad Ali, Lebron James), des affaires (Robert Smith), des médias (Dick Grégory, John H. Johnson). Elles étaient présentées comme des icônes modernes qui ont contribué à l’essor de la communauté noire tout au long des XXe et XXIe siècles et dont l’héritage est un des piliers de l’identité nationale. On pourrait y voir une sorte de panthéon africain américain, l’exposition exprimant la reconnaissance – peut-être pas nationale mais tout au moins muséale – aux grands hommes noirs qui ont changé l’Amérique.

10Pour le visiteur étranger, même féru d’histoire américaine, certains choix peuvent paraître surprenants car des hommes plus illustres sont à peine évoqués (Frederick Douglass, Martin Luther King, Barack Obama), mais il semble que le but soit de sortir des sentiers battus et d’offrir de nouveaux modèles. Les commissaires de l’exposition sont partis du principe que l’histoire africaine américaine avait été révisée par une plume oppressive6 et qu’il fallait donc réajuster et élargir ce récit à d’autres pionniers. Aux éléments bibliographiques et citations éclairantes s’ajoutent des portraits de ces innovateurs réalisés par des artistes contemporains ; le musée accueille donc vingt-quatre portraits qui traduisent la vision des artistes et offre une interprétation visuelle, picturale, photographique ou animée, explicite ou implicite, afin d’ouvrir une discussion sur les personnalités à même de donner plus de sens et de force à l’évolution de la communauté africaine américaine. Les artistes sollicités sont pour certains connus et exposés dans de nombreux autres musées (Derrick Adams, Hank Willis Thomas, Nina Chanel Abney) ou de renommée plus modérée, mais participent de la même manière à la « re-narration » de l’histoire noire. Une des œuvres qui retiendra l’attention est le portrait de Muhammad Ali par David Alekhuogie, composé par photomontage et collage et installé sous une citation d’Harriet Tubman. Ali, teinté de bleu et en position de combat, est absorbé par les bandes rouges et blanches du drapeau américain et en vient à figurer l’essence même de l’américanité ou d’une Amérique multiculturelle où l’on peut choisir son nom, sa religion et son destin. Ce portrait a d’autant plus d’importance car Muhammad Ali est devenu avec le temps une sorte de père fondateur africain américain ayant une place de choix dans quasiment tous les musées américains (afrocentrés ou non), de manière comparable à Martin Luther King ou Frederick Douglass. Ici, le cartel nous rappelle qu’Ali est indispensable et mémorable pour ses combats, non sur le ring mais hors du ring, et que son aura de militant a éclipsé ses prouesses sportives.

11Malgré des œuvres pertinentes et un éclairage novateur, le choix de ce partenariat avec le Smithsonian peut quelque peu décevoir car les héros loués sont uniquement des hommes, et l’exposition n’est pas aussi inclusive qu’elle pourrait l’être, écartant leurs homologues féminines, certes évoquées furtivement au détour de rares citations. Sans pour autant tomber dans le masculinisme, l’exposition est incomplète. Alors que Joséphine Baker a été panthéonisée en France en novembre 2021, à quand l’éloge institutionnel en l’honneur des femmes noires qui ont métamorphosé l’Amérique ? On attend toujours qu’Harriet Tubman remplace Andrew Jackson sur le billet de vingt dollars.

Fig. 5. Exposition Men of Change: Power. Triumph. Truth

Fig. 5. Exposition Men of Change: Power. Triumph. Truth

© California African American Museum (Los Angeles).

12Un dernier élément attire l’attention : le centre pour la recherche de l’histoire familiale qui est supposé permettre aux visiteurs d’étudier leur généalogie, de creuser leur lignage et d’en découvrir des éléments inédits. Des kiosques de recherche sont normalement en place mais, une semaine après l’ouverture, ils ne fonctionnaient pas et on peut se demander dans quelle mesure ils permettront aux gens de mener des recherches. La manière dont cette section du musée va se développer laisse perplexe et on s’interroge sur la façon dont elle participera au projet d’un « récit authentique et empathique de l’histoire américaine », revendiqué par le musée. Pour le moment, cet espace est un lieu de passage et accueille une partie de l’exposition Men of Change. De manière plus générale, on peut aussi avoir quelques doutes sur la portée internationale du musée qui n’a pas nécessairement la stature pour rivaliser avec des institutions plus conséquentes ; cependant, il est fort probable que l’IAAM joue un rôle important à l’échelle régionale.

13Cette visite ayant été effectuée aux prémices de ce nouveau musée, il était intéressant d’observer les visiteurs présents dans les lieux. S’y trouvait une très grande majorité d’Africains Américains, venus principalement en famille. La moyenne d’âge était autour de soixante ans, toutefois plusieurs couples avec des enfants très jeunes étaient présents dans les lieux. La dimension familiale et intergénérationnelle de cette visite au IAAM fut fort touchante pour moi, une quadragénaire blanche déambulant seule dans les salles en spectatrice engagée et pourtant moins concernée que les autres visiteurs. J’ai aimé la manière dont les amis, les parents et les enfants commentaient les événements mentionnés dans les installations, discutaient des vidéos, débattaient du sens des œuvres exposées, se prenaient en photo à deux ou en plus grands groupes devant les peintures ou les sculptures qui leur plaisaient. Une conservatrice de musée français m’a confié que se photographier devant des œuvres dans un musée est un des témoignages d’appropriation les plus spontanés et enthousiastes qui puissent exister et montre à quel point les visiteurs valident leur intérêt pour le lieu et les œuvres ; cet engouement était bien présent au IAAM quand des couples de septuagénaires posaient avec des sourires inspirés devant le portrait psychédélique de l’astronaute Charles Bolden ou qu’une mère sortait son nourrisson de la poussette pour être photographiée avec lui et le père de l’enfant devant une peinture de statue équestre anonyme réalisée par l’artiste nigérian Austin Uzor. On peut supposer que ces photographies circuleront sur les réseaux sociaux pour rendre compte de cette expérience familiale de (re)découverte d’une histoire collective et qu’elles témoignent de la joie d’être venus ensemble et d’avoir sillonné l’histoire et la culture africaine américaine, mais aussi d’en avoir appris plus sur l’expérience mondiale de la diaspora.

Haut de page

Bibliographie

MERCER, Kobena. Travel & See: Black Diaspora Art Practices Since the 1980s, Durham : Duke University Press, 2016.

MORRISON, Aaron. « At International African American Museum opening, a reclaiming of sacred ground for enslaved kin ». AFP, 25 juin 2023, https://apnews.com/article/african-american-museum-charleston-south-carolina-86452815476cc2f0c40286c8b1616153. Page consultée le 26 juillet 2023.

« Welcoming the International African American Museum », Journeys: A Charleston City Paper, édition spéciale, juin 2023.

Haut de page

Notes

1 Inauguré le 24 juin 2023, l’International African American Museum (14 Wharfside Street, Charleston, SC 29401) est dirigé par Tonya M. Matthews, présidente et PDG de l’institution.

2 Allocution du 27 Juin 2023, compte Instagram du musée https://www.instagram.com/p/CtRmu65skOr/

3 Dossier de Presse Pei Cobb Freed & Partners « The International African American Museum Opens, Honoring Sacred Ground » https://www.v2com-newswire.com/en/newsroom/categories/institutional-architecture/press-kits/1204-13/the-international-african-american-museum-opens-honoring-sacred-ground. Page consultée le 26 septembre 2023.

4 Entretien avec Tonya M. Matthews, CBS News, 6 juillet 2023, https://www.cbsnews.com/video/international-african-american-museum-opens/, consulté le 27 juillet 2023.

5 Entretien avec Tonya M. Matthews, CBS News, 6 juillet 2023, https://www.cbsnews.com/video/international-african-american-museum-opens/. Page consultée le 27 juillet 2023.

6 Men of Change: Power. Triumph. Truth. Smithsonian Institution, https://menofchange.si.edu/exhibit/. Page consultée le 27 juillet 2023.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue aérienne du IAAM
Crédits © v2com / Photo: Mike Habat
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 2. « Galerie transatlantique » à l’entrée du musée
Crédits © v2com / Photo: Sahar Coston-Hardy/Esto
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 3. L’installation Tide Tribute
Crédits © v2com / Photo: Sahar Coston-Hardy/Esto
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22396/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 4. Le monument aux esclaves morts dans le port en 1806
Crédits © v2com / Photo: Mike Habat
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22396/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 5. Exposition Men of Change: Power. Triumph. Truth
Crédits © California African American Museum (Los Angeles).
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/22396/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Tholas, « Découvrir l’International African American Museum (IAAM) de Charleston une semaine après son ouverture »Transatlantica [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22396 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transatlantica.22396

Haut de page

Auteur

Clémentine Tholas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search