Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Actualité de la rechercheJournées d’étude : « T.S. Eliot :...

Actualité de la recherche

Journées d’étude : « T.S. Eliot : Poems »

École Normale Supérieure, Ulm, les 26 et 27 janvier 2024
Barthélémy Rolland

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les journées d’étude « T.S. Eliot : Poems » qui ont eu lieu les vendredi 26 janvier et samedi 27 janvier à l’ENS Ulm, organisées par Hélène Aji (ENS PSL, CRRLPM), avec l’aide de Clément Oudart (Sorbonne Université, VALE) et Benoît Tadié (Université Paris Nanterre, CREA), ont rassemblé un large éventail de chercheurs spécialistes de la poésie moderniste (anglo-)américaine. Retransmises en direct sur Zoom, les différentes communications de ces journées ont permis d’aborder de nombreux enjeux de l’œuvre de T.S. Eliot. Elles ont dressé un état des lieux de la recherche sur Eliot en France, et ont assurément été d’une grande utilité pour les préparateurs et pour les candidats au concours de l’agrégation d’Anglais en 2025 et 2025.

2En interrogeant tour à tour l’utilisation elliptique et souvent cryptique des citations et de l’intertextualité, et en se penchant sur la critique d’une civilisation moderne et décadente qui se cristallise durant l’ère industrielle, précipitée notamment par la guerre et ses innovations technologiques, les spécialistes ont ainsi donné à lire une œuvre marquée par de nombreux paradoxes. En effet, il faut garder à l’esprit que la trajectoire intellectuelle et artistique d’Eliot est complexe. Bien que T.S. Eliot soit né aux États-Unis en 1888 et qu’il y ait passé les premières années de sa vie, c’est la culture européenne qui est au centre de sa création poétique. Il s’installe définitivement à Londres en 1915 et Ezra Pound lui confie le poste de rédacteur en chef de la célèbre revue The Egoist. Il crée ensuite lui-même la revue The Criterion en 1922. Eliot se retrouve de fait au centre d’un réseau littéraire qu’il n’aura de cesse de contribuer à renforcer autour de l’idée d’une culture européenne commune, avec l’ambition d’un certain élitisme qui remédierait à la culture de masse.

3Si la renommée du grand poème urbain The Waste Land a quelque peu éclipsé le reste de l’œuvre poétique d’Eliot dans l’histoire de sa réception critique, les réflexions menées lors de ces journées se sont attachées à aborder également des poèmes moins connus, ainsi que les essais critiques et la correspondance. Surtout, l’écheveau référentiel complexe du corpus éliotien a pu être abordé à la lumière de l’apport décisif de la somme critique que représente l’édition monumentale de Christopher Ricks et Jim McCue, The Poems of T. S. Eliot: The Annotated Text (2015, 2 volumes). Enfin, plusieurs communications ont permis de montrer de quelle manière le goût du poète pour la structure et la discipline fait dialoguer les poèmes entre eux et permet la mise à distance d’un certain langage poétique jugé souvent trop sentimental, avec un certain ordre artistique dans le chaos du monde moderne.

4Les interventions, certaines en français, d’autres en anglais, présentées ci-après seront regroupées dans un ouvrage qui devrait paraître au printemps 2024. Notons qu’il est possible que le titre de certains articles, rendu ici entre guillemets, soit modifié par rapport à ce qui a été annoncé dans le programme des journées d’étude.

5Dans « Mourning: Impossible », Hélène Aji s’est attachée à montrer, en appuyant sa démonstration sur la pensée de Jacques Derrida, que, dans l’œuvre d’Eliot, le deuil est une mission impossible, et que la tentative d’y mettre fin est vaine car l’expérience de la vie n’est qu’un processus mortifère continu, une série de morts. Le poème ferait alors office d’épitaphe, dans la mesure où il tente de transformer chaque mort en deuil, afin d’en finir au plus vite avec ce cheminement intérieur. Toutefois, le deuil se fait aussi la répétition de la mort et réactive son souvenir. L’une des solutions à ce paradoxe serait de changer le poème en prière dont la dimension performative pourrait conjurer le caractère inconsolable du sentiment de deuil. Le deuil, finalement, ne peut pas devenir un thème. Il ne reste qu’un sentiment difficile à discerner car même le sujet lyrique de « Portrait of a Lady » ne sait pas ce qu’il doit sentir. Le poème serait alors porteur d’une énergie de survie pour dépasser la première mort, dont le deuil est le perpétuel memento.

6Dans son intervention intitulée « “I will show you fear in a handful of notes” : T. S. Eliot, la culture et la marge », Aurore Clavier (Université Paris Cité) s’est penchée sur la question des notes, appareil critique habituellement relégué à la marge paratextuelle et brutalement intégré par l’auteur au Waste Land lors de sa publication en ouvrage (après une première publication en revue), de crainte que le poème ne parvînt à se suffire à lui-même. Grâce à une étude comparée avec Marianne Moore, il s’agissait de mettre en évidence la place cruciale de la dimension éditoriale dans la poétique d’Eliot, de sorte qu’il serait possible de lire The Waste Land par le bord, tant la marge devient la nécessaire suture entre le poème et le corps culturel auquel il se rattache. En effet, si la note a à la fois une fonction référentielle et poétique et si la marge est un espace hospitalier et exclusif alors le péritexte porte à la fois un discours critique et un discours poétique. En retraçant l’histoire de la critique de l’œuvre d’Eliot, Aurore Clavier a montré que l’attention portée au péritexte fait s’écrouler cette même critique puisque le texte poétique n’est plus au cœur des analyses. Enfin, la note devient la marque du travail inachevé, sans cesse à recommencer, presque à la manière de Montaigne, et son ton, parfois parodique, parfois sérieux, laisse entrevoir un poète obsédé par la culture et en proie à un tournant religieux et pessimiste.

7Amélie Ducroux (Université Lumière – Lyon 2) a consacré son étude aux « Surfaces et profondeurs », tant les images des fonds marins comme celles des profondeurs de la terre irriguent en effet l’œuvre d’Eliot. Ces profondeurs sont celles dans lesquelles sont enfouis les morts, mais elles sont aussi les influences qui parcourent la poésie d’Eliot. Le poème crée alors un espace entre surface et profondeurs, marqué par un état d’oscillation entre le monde des vivants et le monde des morts. Parfois ces deux mondes se rencontrent, comme le montre Amélie Ducroux dans son analyse de la foule et du pont comme un lieu qui superpose la surface sur les profondeurs dans The Waste Land. Plonger dans les profondeurs apparaîtrait comme une échappatoire à la superficialité de la surface, cependant, en opérant un tel mouvement, ce qui est enfoui risque alors de remonter vers la surface. En effet, les profondeurs se perçoivent depuis la surface par l’affleurement de ses objets, tels que des morts ou des souvenirs. C’est ce mouvement vertical et paradoxal qui permettrait, peut-être, de communiquer avec les morts qui nous hantent.

8Olivier Hercend (Université Paris Nanterre), dans « T.S. Eliot et l’hypocrisie de la lecture », a interrogé les enjeux éthiques et agonistiques des poèmes. Si Eliot insiste sur l’opacité entre le poète et le lectorat, Olivier Hercend argue toutefois que la structure des poèmes est délibérément inconfortable pour créer une connivence avec le lectorat. Ainsi, les effets de métalepse à l’œuvre, à la fois sur les plans stylistique et narratologique, et plus généralement de brouillage, donnent l’impression qu’il pourrait y avoir une adresse directe de la voix poétique au lecteur. Il analyse notamment des emplois du pronom « you » qui, par énallage personnel, auraient une portée diégétique tout en faisant référence au lecteur. Enfin, en travaillant différents intertextes, notamment le poème liminaire des Fleurs du Mal, « Au Lecteur », ou encore le Satiricon de Pétrone, Eliot nous inviterait, selon Olivier Hercend, à assumer une part de responsabilité dans notre lecture dans la mesure où, ensemble, nous trompons l’ennui en nous délectant d’histoires et de poésie.

9Xavier Kalck (Université de Lille), avec « Hollow, Dry, and Cruel: T.S. Eliot’s Symbolic Tradition », investigue les paradigmes religieux et conservateur de la poésie d’Eliot. Celle-là est creuse, puisqu’elle repose sur le négatif, sèche, en raison de l’ironie invasive et des effets de distance, mais aussi cruelle, dans la mesure où elle opère une transmutation de la douleur en allégorie. Les symboles utilisés s’inscrivent alors dans une vision traditionaliste dans le but de combler un vide métaphysique. Cet élan idéologique exprime le besoin d’Eliot de réordonner le monde en accord avec ses idées conservatrices. En effet, Eliot déplore un manque de spiritualité qui ronge la société et serait à l’origine de sa décadence. Ses déclarations sont marquées par une âpreté qui touche à des notions développées par Eliot lui-même et qui contribuent à une poétique de l’imprécision et de l’équivoque, par une recherche de la dépersonnalisation, et à une imprécision tactique et réfléchie, avec la notion de « dissociation of sensibility ». Pour Xavier Kalck, en dernière analyse, ce n’est pas tant l’idéologie d’Eliot qui pose problème que la façon dont il parvient à la fois à la masquer et à l’inscrire dans sa poétique du flou et du vague. C’est donc la mise au service du poème, à des fins idéologiques cachées sous un discours esthétique, qu’il faut remettre en question.

10Fiona McMahon (Université Paul Valéry – Montpellier 3), dans « The “intractably unpoetic” »: T.S. Eliot’s media sensibility », a abordé la question de l’inspiration poétique, telle qu’elle est soulevée par Eliot lui-même dans différents articles qui sont ici commentés, tels que « What Dante Means to Me » (1950) où Eliot affirme que le travail du poète est de changer ce qui n’est pas (encore) poétique en poésie. Il doit rassembler des expériences disparates selon une logique de combinaison. Il met donc l’accent sur le monde sensible et la découverte sensorielle que doit en faire le poète, ce qui aurait tendance à la rapprocher, en termes d’influence, des romantiques tels que Wordsworth. Toutefois, il s’agit pour le poète de séparer d’un côté celui qui expérimente, sur le plan sensoriel, et son esprit qui crée sur le mode de l’assemblage et de l’amalgame.

11Professeur émérite de l’université Stanford dont le travail critique a marqué notre dernier demi-siècle, Marjorie Perloff avait été invitée à donner la conférence plénière. Dans « Eliot’s Pound Moment: Foreign Citation in The Waste Land », celle-ci s’est attachée à explorer les collages et citations en les mettant en perspective avec l’esthétique de Pound, figure certes tutélaire mais dont Eliot s’éloignera plus tard sur le plan poétique. Pourquoi certaines citations sont-elles en langue originale alors que d’autres sont traduites ? Marjorie Perloff a mis en avant des pratiques radicalement différentes dans le recours aux notes de Pound et d’Eliot. Le premier, comme en témoignent les Cantos, n’en fait guère usage, tandis que le second travaille cet espace comme un espace parallèle à celui du poème et s’attache davantage au thème plutôt qu’à la forme, contrairement à Pound. D’ailleurs, l’analyse de différents brouillons qu’Eliot envoyait à Pound montre que ce dernier cherchait une concision propre à l’esthétique imagiste. Quant au traitement des langues, il apparait que chacune apporte à la fois une certaine couleur et contribue à des effets de dramatisation qui permettent d’interroger les liens entre langue et sens. Par contamination, même l’anglais devient une langue problématique pour un auteur partagé entre les États-Unis et le Royaume-Uni.

12Dans sa communication intitulée « “I am always sure that you understand / My feelings”: Rethinking Emotional Expression and Repression in the Poetry of T. S. Eliot », Nicholas Manning (Université Grenoble Alpes) a proposé de repenser les modalités d’expression et de retenue de l’émotion chez Eliot. Plutôt que de parler de répression au sens freudien, il préfère le terme de restraint pensé comme une philosophie morale qui repose sur les comportements, et étudie comment les personae se positionnent par rapport à cette dichotomie. En effet, ces dernières sont des individus frustrés sur le plan émotionnel car écartelés entre l’expression du sentiment et sa retenue. Nicholas Manning montre alors que la question des affects n’est pas tant à penser sur le plan interpersonnel que sur le plan philosophique. En effet, le cadre social de la bourgeoisie cosmopolitaine, héritière des usages victoriens, n’est que la vitrine de la démonstration des affects. L’isolement lié à la difficile expression des émotions est un problème de conscience, donc il touche à l’universel. S’il est possible de comprendre les émotions des autres, c’est uniquement grâce aux rituels sociaux et aux conventions.

13Clément Oudart (Sorbonne Université), dans « Eliot and the Paradoxes of Entropy » a démontré, en s’appuyant sur la théorie bergsonienne et les lois de la thermodynamique, qu’Eliot place son œuvre sous le signe de l’entropie, une évolution naturelle vers une forme de chaos et de désintégration. Tandis qu’Eliot invite le lecteur à concevoir la tradition comme une croissance incrémentielle (à l’image de l’élan vital bergsonien), il prône dans le même essai (« Tradition and the Individual Talent ») la dissolution de la personnalité poétique, jusqu’à son extinction pure et simple. En effet, dans le but d’atteindre une vraisemblable objectivité scientifique il faudrait tendre vers un idéal de neutralité fondé sur cette destruction du sujet. Clément Oudart s’est donc attaché à montrer les bienfaits poétiques de ces mouvements contradictoires, entre entropie négative et évolution créatrice, puisque les effets de répétitions et de variations à l’œuvre agiraient alors comme des moyens de ralentir le cours inexorable du temps. Enfin, par une étude éclairante de « Gerontion », Clément Oudart montre qu’Eliot cherche à revitaliser le langage poétique grâce à un récit de la dégénérescence. Par contamination, le poème ne peut s’écrire que par le démantèlement du sujet, et c’est dans sa manière de saisir les effets entropiques d’un langage en pleine atomisation qu’Eliot semble le plus créatif.

14Antonia Rigaud (Université Sorbonne Nouvelle), dans « “O O O O that Shakespeherian Rag–”: Popular Entertainment and High Culture in Eliot’s Poetry », a analysé l’influence de la culture populaire à la fois dans la poésie d’Eliot mais aussi sur la postérité de cette dernière. En prenant l’exemple du mouvement Tin Pan Alley, elle a mis en évidence la popularité d’Eliot dans la culture de l’entertainment, mais non pas uniquement comme un gage d’érudition, puisqu’il était une figure présente dans les médias. De même, Antonia Rigaud démontre que le travail d’Eliot sur le rythme révèle des influences de la culture populaire. Il est d’ailleurs particulièrement frappant que les références à la culture populaire ne figurent pas dans les notes du Waste Land, ce qui tend à montrer le rapport ambivalent d’Eliot qui évite ce geste de consécration par le discours critique. De surcroît, la forme moderne choisie, marquée par la liberté, opère comme une fréquence sur laquelle se régler, à la manière d’une radio. De fait, préfère-t-on les ariettes et Chopin ou bien les bandes-dessinées et les chansons populaires ? Eliot cherche à trouver une nouvelle sensibilité en rassemblant, sur le mode de la rapsodie, différentes images qu’il lie par des effets sonores, de rythmes et de tons.

15Lacy Rumsey (École normale supérieure de Lyon), dans « “Shape without form”? : Rhythms, Fragments and Wholes in the 1920s », commente différents poèmes sur les plans prosodique et rythmique afin d’en montrer la structure musicale, à l’instar d’une partition. Cette approche se fonde sur les travaux de Derek Attridge, qui encourage Lacy Rumsey à se départir du vocabulaire métrique traditionnel (fondé sur les pieds comme l’iambe ou le trochée) pour y suppléer les notions de beats ou appuis accentuels. L’étude de la continuité et des ruptures dans ces schémas rythmiques met en avant le doute qu’Eliot éprouve quant à la scansion et atteste de la modernité du poète. Lacy Rumsey s’attache à montrer l’évolution rythmique de la trajectoire poétique d’Eliot. The Waste Land est un poème marqué par une structure multi-rythmique qui se transforme en un musée de la diversité du vers et de la forme. « Sweeney Agonistes » met en avant la puissance d’un rythme dominant qui n’est pas sans rappeler les influences du jazz. Enfin, on voit dans « The Hollow Men » l’échec de la transmission rythmique. Serait-ce un gage de la modernité d’Eliot ou bien de son pessimisme ?

16Pour conclure ces journées, Benoît Tadié (Université Paris Nanterre) a proposé, dans « The Sonnet after the War : T.S. Eliot, Rupert Brooke, Claude McKay », de se concentrer sur la forme du sonnet, son origine, ses évolutions, ses significations et ses variations dans une étude comparée avec Rupert Brooke et Claude McKay pour mettre en avant différentes versions, alternatives et divergentes, du modernisme en poésie. Cette confrontation tient dans le paradoxe suivant : une forme révolutionnaire mais un contenu conservateur pour Eliot, une forme traditionnelle et un contenu subversif pour McKay. Benoît Tadié nous a permis de revenir sur ce qui caractérise le modernisme, voire même les modernismes, aussi bien sur les plans poétiques que politiques et sociaux, surtout en ce qui concerne le mouvement de la Harlem Renaissance. Si la forme du sonnet a permis d’inscrire McKay dans une filiation littéraire autour du conflit et d’une quête de réaffirmation, elle ne se retrouve que sous une forme fantomatique chez Eliot. Paradoxalement, pour Eliot, le sonnet pur, gage d’harmonie, ne peut plus exister dans la modernité puisqu’elle est le déclencheur de la chute de l’humanité.

17En définitive, ces journées ont permis de remettre Eliot en perspective dans le cadre des débats qui n’ont eu de cesse d’accompagner son œuvre et, par-delà la révolution esthétique qu’elle a provoquée, de réexaminer les problématiques de ses prises de position poétiques et politiques. La diversité de ces communications, allant de la question de la prosodie à la poétique citationnelle en passant par maintes influences culturelles, a sans nul doute bénéficié à un auditoire nombreux cherchant à aborder l’œuvre d’Eliot dans toute sa complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barthélémy Rolland, « Journées d’étude : « T.S. Eliot : Poems » »Transatlantica [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 juin 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x2i

Haut de page

Auteur

Barthélémy Rolland

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search