Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Actualité de la rechercheJournée d’étude : Fantasmes de Fr...

Actualité de la recherche

Journée d’étude : Fantasmes de France : une exploration des malentendus transatlantiques du XVIIIe siècle à nos jours

Université Paris Cité, 19 janvier 2024
Valentine Alloing et Emma Thiébaut

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le 19 janvier s’est tenue une journée d’étude intitulée « Fantasmes de France : une exploration des malentendus transatlantiques du XVIIIe siècle à nos jours », organisée par Lise Chenal et Pascale-Marie Deschamps, toutes les deux doctorantes en littérature anglophone à l’Université Paris Cité (LARCA). Cette journée s’inscrit dans le cadre du travail de recherche que mènent les organisatrices, respectivement sur la réception d’Emerson en France, et sur la traduction française de T. S. Eliot. Cette journée d’étude coïncide aussi avec la mise en ligne du DicoPaLitUS, le dictionnaire des passeurs de la littérature des États-Unis (LERMA/Université Aix-Marseille) ainsi que la parution de deux numéros thématiques « Passeurs de la littérature des États-Unis en France » dans la revue Transatlantica

2Cécile Roudeau (Université Paris Cité), membre du comité scientifique et directrice du LARCA, a inauguré la journée en rappelant que le LARCA avait toujours eu à cœur de faire discuter France et États-Unis, voire d’hybrider leurs épistémologies. Elle a souligné l’importance d’explorer le confluent des imaginaires littéraires et critiques, mais aussi leur friction, et d’étudier les relations transatlantiques à un moment où les polarités ne sont pas encore devenues des identités.

3La première séance, sous la présidence d’Aurore Clavier (Université Paris Cité), se proposait d’explorer les malentendus et rendez-vous manqués qui ont marqué les relations transatlantiques. Elle a été l’occasion d’une discussion sur la notion de passeur et d’une analyse d’occurrences de réceptions différées et de traductions manquées en utilisant les outils de la traductologie et de la sociologie littéraire. Pascale-Marie Deschamps, dans sa communication intitulée « Valery Larbaud : un rendez-vous manqué avec T. S. Eliot ? » a ainsi montré comment la réception problématique d’Eliot en France pouvait s’incarner dans la figure de Valery Larbaud, écrivain, critique et traducteur et qui fut, lors de la première moitié du vingtième siècle, le passeur de grands noms de la littérature anglophone. Elle a d’abord rappelé que cette communication s’inscrivait dans son travail de thèse, sous la direction d’Antoine Cazé (Université Paris Cité), mais aussi du colloque international « T. S. Eliot in Translation » qu’elle a organisé et dont les actes paraîtront bientôt dans la revue Arts of War and Peace. Deschamps a fait état d’une incompréhension mutuelle entre Larbaud et Eliot, incompréhension non seulement transatlantique mais aussi transmanche qui révèle sans doute le déplacement de ce que Pascal Casanova appelle le méridien de Greenwich de la République mondiale des lettres. Larbaud avait pourtant tout pour être le passeur d’Eliot en France : il loue The Wasteland dans ses chroniques et entre même en correspondance avec le poète. Pourtant, il ne traduit aucune des œuvres d’Eliot. Listant les raisons possibles de ce rendez-vous manqué, Deschamps a rappelé combien il était difficile d’isoler un passeur à proprement dit car le passage est moins le fait d’une personne que d’un processus sur lequel aucun agent n’a vraiment le contrôle. Dans sa communication « Réception et traduction de l’œuvre poétique d’Adrienne Rich en France : une succession de malentendus ? », Charlotte Blanchard (Université de Lille) a examiné la relative indifférence de la scène littéraire française à l’égard d’Adrienne Rich jusqu’à 2019, année de la parution d’une anthologie consacrée à sa poésie et d’un ouvrage collectif, Je transporte des explosifs on les appelle des mots dans lequel Blanchard a traduit plusieurs de ses poèmes. Blanchard a ensuite analysé l’ambiguë présence/absence de Rich en France avant 2019 dans des traductions premières, souvent déformantes, ou dans quelques poèmes dispersés sur différents supports et donc difficiles d’accès. Blanchard a aussi identifié une école franco-américaine qui, au moment où Rich commençait à arriver en France à la fin des années 1990, occupait presque toute la place consacrée à la poésie américaine et l’en excluait de facto. À travers une comparaison avec la réception de Sylvia Plath, dont l’œuvre a été traduite à de multiples reprises en France, elle a trouvé plusieurs causes à cette traduction retardée : des phénomènes de sélection, plus forts au niveau international, mais aussi un décalage entre les revendications des écrivains féministes en France et aux États-Unis. Les propriétés sociales de Rich, ainsi que la radicalité de son féminisme, auraient ainsi rendu difficile sa réception en France.   

4La deuxième séance, sous la présidence d’Édouard Marsouin (Université Paris Cité), a porté sur les fantasmes et malentendus visuels. Alan Van Brackel (Université Sorbonne Nouvelle), dans sa communication « "Je m’appelle Ishmaël. Mettons" : malentendus intertextuels étatsuniens dans Grands Anciens de Lainé et Vukic » a ainsi offert une analyse des effets encore perceptibles des malentendus initiaux autour de Moby-Dick, en particulier de la traduction de son célèbre incipit. Les deux volumes de la bande dessinée Grands Anciens scénarisée par Jean-Marc Lainé et illustrée par Bojan Vukic, où des cachalots blancs affrontent un kraken identifié au Cthulhu de Lovecraft, sont ainsi le reflet de ces malentendus liés en particulier à la traduction de Melville par Jean Giono, traduction à laquelle les dialogues de Lainé font de nombreuses références. Ils deviennent ainsi le lieu d’un intertexte riche où se côtoient le monstre de Frankenstein, les créations de Robert Louis Stevenson ou Jules Verne et des références à la pop culture américaine ou britannique. Ces citations diffuses en viennent à disperser le sens, redoublant les questions herméneutiques au cœur de l’intrigue. Mais le malentendu est peut-être inhérent à l’adaptation visuelle de ces œuvres portant sur l’indescriptible ou l’insaisissable, comme le sont Cthulhu ou Moby Dick : la bande dessinée doit représenter ce que les textes font le choix de suggérer et le malentendu naît aussi, semble-t-il, de ce changement de médium. La communication d’Amélie Macaud (Université Bordeaux Montaigne) intitulée « La réception iconographique de deux américains à Paris dans les années 1970 : Charles Bukowski et William S. Burroughs. » explorait la spécificité de la réception française de deux écrivains états-uniens aux carrières parallèles, similaires dans leurs excès et tous les deux passés devant l’objectif de la photographe française Sophie Bassouls à Paris dans les années 1970. Malgré ces similitudes, Macaud observe aussi quelques différences : Burroughs est déjà bien installé sur la scène française au moment de son passage à Paris en 1974, tandis que Bukowski apparaît comme isolé, refusant opiniâtrement d’être identifié au mouvement Beats. Au travers d’une analyse sémiotique des portraits réalisés par Bassouls, mais aussi d’un entretien avec cette dernière, Macaud a montré combien ces images, prises dans le cadre de tournées promotionnelles, rendent visibles le malentendu transatlantique mais aussi combien Bassouls participent à la construction du persona d’écrivain de ses deux sujets. Bukowski, photographié un verre à la main ou buvant au goulot à l’occasion de son célèbre passage à Apostrophes, y est plus que jamais dépeint en alcoolique, tandis que Burroughs, habillé très sagement et photographié devant le siège du Sagittaire, sa maison d’édition figure en monsieur assagi, bien loin des excès de sa jeunesse.  

5Pour la troisième discussion de la journée, Pascale-Marie Deschamps a présidé un panel à propos des relations de défiance et de solidarité qui ont parfois rapproché et éloigné Français, Anglais et Américains. Tout d’abord, Abderrahmene Frourej (Université de Limoges), dans une communication intitulée « Les quakers, de l’Angleterre aux États-Unis : utopie ou exagération ? » a commenté la représentation qui a été faite du mouvement Quaker aux dix-septième et dix-huitième siècles par des philosophes et écrivains français tels que Samuel Corbière et Voltaire. Si les Quakers ont été un sujet favori de moquerie pour nombre d’auteurs de dictionnaires et de récits de voyages transatlantiques, notamment à cause des spectaculaires « tremblements » qui les caractérisent et qui représentaient une véritable provocation ou dégénérescence de l’esprit aux yeux des philosophes rationalistes, Voltaire et ses Lettres anglaises, qui fustigent elles aussi la secte avant de la présenter comme un modèle enviable de société, ont suscité un regain d’intérêt plus bienveillant à leur égard. En ne se concentrant plus sur la figure controversée de George Fox, fondateur anglais des Quakers, mais en faisant l’éloge de William Penn, qu’il décrit comme il pourrait décrire ses « rois philosophes », Voltaire montre le potentiel égalitaire, pragmatique et démocratique de cette communauté religieuse. Toutefois, remarque Frourej, cet éloge contribue en vérité au malentendu français qui a toujours pesé sur les Quakers, car Voltaire présente un William Penn bien étranger au fondateur de Philadelphie. Ainsi, Frourej permet de constater que, avant et après Voltaire, le malentendu perdure. Dans sa communication « Women Transcendentalists on George Sand: 19th-Century Feminism and the Defense of Women Writers » Alice de Galzain (University of Sussex) a ensuite exploré la façon dont George Sand a été lue, reçue, décrite et traduite aux États-Unis par des autrices transcendantalistes telles que Margaret Fuller. Cette comparaison se justifie notamment par le fait que Margaret Fuller et George Sand ont été en correspondance avec les mêmes cercles féminins et révolutionnaires, ont toutes deux subi des critiques acerbes de la presse à propos de leur existence indépendante, et ont chacune mis leur œuvre littéraire au service de la cause des droits des femmes. En lisant l’une dans l’autre, Galzain espère découvrir ce qu’être une femme intellectuelle pouvait représenter au dix-neuvième siècle, de part et d’autre de l’Atlantique. Elle révèle ainsi que, si Fuller et Sand ont toutes deux défendu des représentations progressistes de la féminité et de la masculinité, comme le « dualisme radical » qui fait du genre un spectre où chacun peut occuper un rôle différent et changeant, on trouve aussi dans leurs écrits des tropes plus misogynes, tel que celui de la femme artificielle et manipulatrice évoqué en biais dans Indiana (1832). Galzain aide ainsi à prendre la mesure du conflit qui semble avoir habité les deux autrices, l’une et l’autre ayant prétendu à une certaine transcendance de l’esprit par rapport au corps pour pouvoir gagner leur place dans un Panthéon littéraire très masculin, tout en menant des vies beaucoup plus libres mais soumises à l’attention cruelle d’une presse qui a maintes fois tenté de les humilier. Cette misogynie les a aussi bien unies que séparées. Elle a par exemple conduit Fuller à défendre Sand contre les attaques verbales des journalistes, mais aussi à se méprendre sur la signification d’Indiana. Jamais, toutefois, cela n’a complètement brisé le pont que les deux autrices ont bâti ensemble par-dessus l’Atlantique.

6En conclusion de cette passionnante journée, Lise Chenal a présidé une conférence plénière délivrée par Laurence Cossu-Beaumont (Université Sorbonne Nouvelle), qui a partagé les nombreuses découvertes ayant jalonné l’écriture de son dernier ouvrage, Deux agents littéraires dans le siècle américain : William et Jenny Bradley, passeurs culturels transatlantiques (ENS Éditions, 2023). Si les panels précédents ont fait la part belle à l’exercice du rôle de traducteur, et aux réseaux d’amis et de militants qui ont parfois permis à auteurs et autrices de traverser l’Atlantique et rencontrer de nouveaux publics, Cossu-Beaumont préfère dresser le portrait d’un autre genre de facilitateur, celui de l’agent littéraire. Elle montre ainsi comment le couple Bradley a réinventé le métier pour le rendre tout à fait incontournable dans les échanges littéraires du vingtième siècle. Les Bradley ont construit des réseaux, fait émerger des auteurs, tout un public, et même un goût particulier pour la littérature américaine. Avec son livre et cette présentation, Cossu-Beaumont s’inscrit dans un sujet d’étude dont la popularité ne cesse de croître, celui du marché de la culture. Cela lui permet de nuancer quelque peu les notions de sérendipité, de pure amitié et de difficulté qui ont jusque-là défini notre conception de la traduction et des échanges transatlantiques. En évoquant presque tout un siècle de conversations et de transactions entre éditeurs, auteurs et agents, Laurence Cossu-Beaumont apporte une perspective historiciste importante à tous les échanges de la journée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentine Alloing et Emma Thiébaut, « Journée d’étude : Fantasmes de France : une exploration des malentendus transatlantiques du XVIIIe siècle à nos jours »Transatlantica [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 juin 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22617 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x2m

Haut de page

Auteurs

Valentine Alloing

Université Paris Cité, LARCA

Articles du même auteur

Emma Thiébaut

Université Paris Cité, LARCA

Articles du même auteur

  • Freeman in Paris [Texte intégral]
    International Conference, Université Paris Cité, Paris, September 30th – October 1st, 2022
    Paru dans Transatlantica, 2 | 2022
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search